Démonologie - Domaine physique

Date: 53-0608A | La durée est de: 53 minutes | La traduction: MS
doc pdf mp3
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1     …l’aide du Seigneur, nous pourrions prendre la réunion en main d’un bout à l’autre, nous-mêmes. C’est pour cette raison que je suis content de la voir se prolonger un peu, précisément pour cette raison. Je crois que le Seigneur nous aidera à le faire. [L’assemblée dit: «Amen.»-N.D.É.] Maintenant, vous savez, il y a…
    J’aime beaucoup mes organisateurs. J’ai des frères charmants, Bosworth, Baxter, Lindsay, Moore, tous, il y en a cinq, le baron von Blomberg. Ce sont vraiment des hommes très bien. Mais ce qu’il y a, c’est que quand un groupe d’hommes se réunissent, l’un va arriver avec quelque chose, l’autre avec autre chose. Parfois c’est contraire à ce que moi, je pense. Alors je-je-j’ai l’impression d’être vraiment libre maintenant. Nous pouvons simplement nous en donner à cœur joie, bien retrousser nos manches, foncer tête baissée, et manger. Je pense à ça, retrousser ses manches et s’en donner à-à cœur joie.
    La nature a été ma première Bible. C’est par la nature que j’ai appris à connaître Dieu. Et j’aime pêcher. Comme j’aime pêcher! Est-ce que tu aimes pêcher, fiston? Si tu aimes pêcher, et que tu aimes ta mère, tu seras un brave garçon. Et même ma conversion n’a pas sorti tout ça de moi. Alors, un jour, j’étais dans les montagnes, absorbé dans ma pêche. Maintenant, je dis ceci pour ce petit garçon. Je pêchais, là-haut dans les montagnes… Et pour les autres petits enfants, bien sûr, assis un peu partout. Je pêchais la truite. Et, oh, c’est merveilleux, au printemps. Je m’en allais, comme ça, il y avait toujours une truite dans la fosse d’à côté, vous savez, comme ça. Et j’étais là à louer le Seigneur et à m’en donner à cœur joie, je poussais des cris. Parfois je laissais tomber ma ligne. Je crois à ça, pousser des cris. Amen. Bien sûr que j’y crois. Parce que je sais que quelque chose s’empare de moi. Et… [espace non enregistré sur la bande-N.D.É.]

2     Il y a beaucoup d’ours dans cette région-là, dans le New Hampshire. J’ai un petit campement là-bas, là où je pêche. J’avais un genre de petite tente montée là, un genre de petite tente individuelle où je m’étais installé. L’ours noir, il n’y a rien de plus malfaisant. Alors, une vieille maman ours et deux petits oursons étaient entrés dans ma tente, et quel saccage ils y avaient fait!

3     Maintenant, qu’est-ce que j’aurais dû faire à cet ours, d’après toi, petite fille au fond là-bas, aux cheveux roux, au fond là-bas? J’aurais vraiment dû m’en prendre à lui, n’est-ce pas?

4     Mais voici ce qu’elle avait fait. Elle était entrée, elle avait démoli ma tente et elle avait tout éparpillé, elle avait mangé toute la nourriture que j’avais là, elle se payait vraiment du bon temps. Alors, quand je suis arrivé, elle a détalé. Et elle a poussé des cris pour appeler son ourson, et un petit ourson est parti avec elle, en courant. Et l’autre ne voulait pas courir; il restait simplement assis là. Il me tournait le dos, comme ceci, et il faisait quelque chose. Et tout ce que j’avais à la main, c’est un genre de petite hache à main. J’avais coupé des sureaux autour, là-bas. Eh bien, elle s’est enfuie à une distance d’à peu près, oh, je pense, d’ici au poteau téléphonique qui est dehors, là, et elle s’est assise. Elle poussait des cris pour appeler cet ourson, et il ne prêtait pas attention à elle. Il restait assis là, simplement.

5     Je me disais: «Qu’est-ce qu’il fait, ce petit?» Je me suis rapproché un peu. J’avais peur, je ne voulais pas trop m’approcher, de peur qu’elle me donne un coup de griffe. Alors-alors, je-je ne voyais pas d’arbre, et je savais qu’elle pouvait grimper aussi. Alors, je ne voulais pas trop m’approcher d’elle, parce que je connais la nature de l’ours. Alors, je me suis rapproché juste un petit peu. Et savez-vous ce qui est arrivé?

6     Maintenant, moi j’aime les crêpes. Les garçons, combien d’entre vous aiment les crêpes? Oh! la la! Oh, je… Les vieux aussi. Je les ai vus lever la main. Nous aimons tous les crêpes, et moi j’en raffole, et j’aime verser du miel dessus. Comme je suis baptiste, vous savez, c’est ce qui nous garde alignés comme il faut, vous savez, c’est le miel, vous savez. Alors, et, écoutez, je ne les asperge pas, je les baptise vraiment. J’en verse vraiment dessus jusqu’à ce que ce soit très épais. Je ne me contente pas d’en asperger un peu ici et là. J’en verse vraiment dessus, qu’elles soient bien imbibées de miel.

7     Alors, vous savez, j’avais un seau de miel là-haut, un seau d’un demi-gallon [2 litres-N.D.T.] de miel. Et les ours sont très friands de miel. Alors ce petit ourson, il était entré là-dedans, il avait ôté le couvercle de ce seau de miel, et il était assis là, comme ceci, avec ce petit seau de miel sous le bras, comme ceci. Il avait… Il ne savait pas comment manger ça, comme vous le feriez, vous savez, alors il donnait des coups dedans avec sa petite patte, et il la léchait comme ça, il la léchait. Et il s’est retourné pour regarder vers moi, ses petits yeux tout collés, son petit ventre lissé au possible, avec tout ce miel. Il était assis là, simplement, il plongeait sa patte là-dedans et il léchait le miel, comme ça, il léchait avec toute son énergie.

8     Oh! la la! ça m’a fait penser à une bonne réunion du Saint-Esprit, de l’ancien temps, quand on ouvre le seau, qu’on plonge la main dans le bocal et qu’on lèche tant qu’on peut. Sans arrêt, vous savez, on lèche tant qu’on peut.

9     Mais savez-vous ce qui a été le plus drôle là-dedans? Après avoir pris tout ce qu’il pouvait, ce petit ourson a laissé tomber le seau et il est parti en courant, là-bas. Savez-vous ce qui est arrivé? La maman ours et l’autre petit ours se sont mis à le lécher, lui, alors, ils ôtaient le miel.

10     Alors, eh bien, peut-être que notre réunion sera un peu dans ce genre-là, je l’espère, pour que nous puissions en parler continuellement à d’autres, et que la gloire de Dieu descende sur nous. Très bien.

11     Je suis content de vous voir ici, les petits enfants. J’aime vous raconter ce genre de chose. Et peut-être que demain après-midi, nous aurons plus de temps, et-et que nous pourrons parler un peu plus. Nous allons parler à papa et maman, maintenant, de quelque chose.

12     Nous allons parler de Démonologie. Dans le Psaume 103.1 à 3, nous lisons ces versets. La plupart des ministres et des membres du clergé, ou de ceux qui lisent la Bible, les connaissent par cœur.  
    Mon âme, bénis l’Éternel! Que tout ce qui est en moi bénisse son saint nom!  
    Mon âme, bénis l’Éternel, et n’oublie aucun de ses bienfaits!  
    C’est lui qui pardonne toute ton iniquité, qui guérit toutes tes maladies;

13     Je voudrais vous faire remarquer, là, que c’était un «toutes». «Qui pardonne toutes tes iniquités, qui guérit toutes tes maladies.» Maintenant pouvons-nous courber la tête un petit instant.

14     Maintenant, Père Céleste, nous Te remercions, cet après-midi, de ce que nous soyons ici. Nous Te remercions pour ces petits enfants qui sont assis un peu partout, ce sont les hommes de demain, et les femmes, s’il y a un demain, si Jésus tarde. Et maintenant, Père, nous Te prions de-de nous bénir maintenant, alors que nous parlons maintenant de Ta Parole, et du grand ennemi que nous avons, Satan. Nous Te prions, ô Dieu, de nous permettre de faire front, présentant un bloc mécanisé ici, de la puissance de Dieu, pour lui résister, ce soir, sur chaque pouce de son terrain, Seigneur, et lui montrer qu’il n’a pas de droits légaux du tout, que Christ l’a vaincu pour nous là-bas, au Calvaire, quand Il est mort, et qu’Il a dépouillé les dominations et retiré à Satan tous-tous les pouvoirs qu’il avait. Ô Dieu, donne-nous maintenant la sagesse et l’intelligence qu’il faut pour connaître et expliquer aux gens, qu’ils puissent ainsi savoir comment être guéris et vaincre Satan. C’est au Nom de Jésus que nous prions. Amen.

15     Maintenant, pendant quelques minutes nous allons parler de Démonologie. On entend tellement parler de démons. Et demain après-midi, là, probablement que nous terminerons ça. Je voulais prendre deux jours de cette semaine, de toute façon, pour prêcher là-dessus, simplement… ou, deux jours de réunions en après-midi, pour en parler.

16     Maintenant, la première chose, ce qu’est un démon. On entend tellement de gens en parler: un démon. Eh bien, là, un «démon, diable», tout cela vient du même mot, et en anglais, on dit «tormentor» [tourmenteur-N.D.T.]. Quelqu’un qui tourmente, c’est un démon, un être mauvais. Il… dire… Maintenant, la Bible, aujourd’hui, pour la plupart des gens, pour beaucoup de gens, c’est un livre ancien, du passé, que grand-papa et grand-maman lisaient, ou quelque chose comme ça. «Ça ne vaut pas grand-chose, c’est pour les vieux, et tout.» Mais c’est faux. C’est pour tout le monde. Et les démons sont des tourmenteurs, qui nous tourmentent.

17     Or, il y a des démons qui entrent dans l’âme de l’homme, et c’est, selon la phraséologie, ce serait-ce serait, selon… Mais ce que je dirais, c’est que le démon qui entre dans l’âme, c’est quelque chose qui tourmente l’âme.

18     Souvent on peut voir, disons, une personne qui souffre d’aliénation mentale. Or, il se pourrait que cette personne soit quand même convertie, remplie du Saint-Esprit, mais qu’elle soit quand même complètement aliénée. Voyez? C’est exact. Ça n’a rien à voir avec l’âme. C’est un tourmenteur, voyez-vous, quelque chose qui les tourmente.

19     Or, toute maladie, nous devons d’abord constater que toute maladie est venue du diable. Dieu n’est pas l’auteur de la maladie. Aucune maladie ne vient de Dieu. Parfois Dieu permet que Satan vous inflige une maladie, comme un fouet pour vous ramener à la maison de Dieu, quand vous avez désobéi. Mais la maladie, au départ, elle est venue du diable. Pouvez-vous imaginer qu’une personne puisse croire que Dieu, notre Père Céleste, soit l’auteur de quelque chose comme la maladie et la mort? Eh bien, non, Il ne l’est pas, Il ne l’a jamais été, Il ne le sera jamais. Dieu permet la mort, à cause de la désobéissance. Dieu permet la mort. Comme un écrivain l’a dit: «La mort, tout ce qu’elle peut faire, Dieu l’a attelée à une voiture, et elle nous tire pour nous faire entrer dans la Présence de Dieu, un croyant.» Mais le mot mort veut dire «séparation».

20     Jésus a dit: «Celui qui écoute Mes Paroles, et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a la Vie Éternelle.» Et Il a dit: «Je suis la résurrection, la Vie, celui qui croit en Moi vivra, quand même il serait mort; et quiconque vit et croit en Moi ne mourra jamais.» Nous portons les corps les uns des autres sur le terrain sans sainteté de notre tombe. «Mais il ne mourra jamais.»

21    Maintenant, si vous regardez bien, quand Il a parlé de Lazare, Il a dit: «Lazare dort.»

22     Les disciples, des hommes comme nous, ils ont dit: «Oh, s’il dort, il va bien. Il voulait dire qu’il se repose», c’est ce qu’ils ont pensé.

23     Mais Il est venu et leur a parlé en utilisant leur langage. Il a dit: «‘Il est mort’, c’est ce que vous croyez. Mais», Il a dit, «Je vais le réveiller, le réveiller.» Voyez? Voyez? Quand vous…

24     Mort veut dire «séparé». Maintenant, si l’un de vous, si quelqu’un de votre famille mourait, ou quelque chose, il est, s’ils sont convertis, ils ne sont pas morts. Au point de vue humain ils sont morts. Mais ils sont seulement séparés de nous, mais ils sont dans la Présence de Dieu. Ils ne sont pas morts, et ils ne peuvent pas mourir, il est impossible qu’ils meurent. Jésus a dit: «Celui qui écoute Mes Paroles, et qui croit à Celui qui M’a envoyé, a la Vie Éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie.» Donc, il ne peut pas mourir. Tout ce qui est immortel, Éternel, ne peut pas périr. C’est une Vie impérissable. Il La possède parce que Dieu La lui a donnée. Et pas-pas d’une façon méritoire; c’est… C’est inconditionnel. Dieu La lui donne.

25     Dieu appelle. Nul ne peut venir à Dieu, si Dieu ne l’a appelé. Jésus a dit: «Nul ne peut venir à Moi, si Mon Père ne l’appelle, ne l’attire.» Pas vrai? Alors, c’est Dieu en toutes choses. Peut-être que demain après-midi nous en parlerons un peu plus longuement, parce que je veux bien vous faire saisir ce point-là, de la maladie, pour que vous le voyiez.

26     À un moment donné, nous avons pris la forme de germe, dans notre arrière-grand-père. Ça, vous le savez. Le docteur le sait. Eh bien, vous aussi, vous le savez, vous qui lisez la Bible. Vous savez que le germe de vie a commencé dans votre arrière-grand-père, à prendre la forme de germe, et il s’est transmis par votre grand-père, ensuite dans votre père, et ensuite à votre mère, et là où vous êtes maintenant. C’est exact. Même l’Écriture l’enseigne. Je vous donne le passage de l’Écriture, si vous voulez. Je crois qu’il est dit que Lévi a payé la dîme quand il était dans les reins d’Abraham, qui était son arrière-grand-père. Pas vrai? Alors, voyez-vous, le germe avait pris forme déjà là.

27     Mais vos âmes ont été formées avant la fondation du monde, quand Dieu a créé l’homme à Son image, - l’esprit de l’homme, - non pas un homme à Son image, mais l’homme à Son image. Voyez? Et à ce moment-là, Il les a faits mâle et femelle, avant même qu’Il forme l’homme de la poussière de la terre. J’aurais aimé qu’on puisse prendre notre temps, cet après-midi, et retourner voir ces choses. Simplement voir comment Dieu… Or, c’est entre les lignes, mais, quand on le voit, ça correspond tout à fait à ce qu’il y a sur la ligne. Voyez? Dieu, là-bas au commencement, ce qu’Il a fait là, qu’Il s’est déplacé pour descendre vers la terre, et qu’Il a fait l’homme à Son image; et ensuite, voilà que Dieu a été fait à l’image de l’homme, pour racheter l’homme.

28     Or, quand Dieu a fait l’homme à Son image, c’était un homme esprit. Et à ce moment-là il n’y avait pas d’homme pour cultiver le sol. Alors Il a créé l’homme de la poussière de la terre. Or, les chronologistes, et tout, et ces gens qui font des fouilles et qui trouvent des vieux ossements, et tout, et qui croient à l’évolution… Je crois à l’évolution, la vraie. L’homme évolue de lui-même, mais tout n’évolue pas de la même cellule. Non monsieur, parce que le-l’oiseau a été un oiseau depuis le jour où Dieu l’a fait oiseau, et le singe a été un singe, l’homme a été un homme. C’est exact.

29     Or, je parlais à un médecin, ici, il y a quelque temps, à Louisville. Il disait: «Voyons, révérend Branham!» Je parlais des indigènes de l’Afrique, de leur façon de manger, ils vont tout simplement… Oh, les choses les plus affreuses à voir, et ils mangeaient ça! Il va simplement ramasser des choses qui sont contaminées, avec des vers dedans, secouer ça, simplement, le ver et tout. Ça lui est parfaitement égal. Voyez? Ils ont dit… Boire n’importe quoi, peu importe ce que c’est. Il disait: «Mais, révérend Branham, ces gens-là ne sont pas humains.»
    J’ai dit: «Oh oui, ils le sont. Certainement qu’ils sont humains.»

30     J’ai dit: «Ce qu’il y a de plus proche de l’être humain, dans la lignée animale, c’est le chimpanzé. Et vous avez essayé pendant quatre mille ans de faire marmonner quelque chose à ce chimpanzé, et il ne peut pas le faire,» j’ai dit, «parce qu’il ne peut pas penser. Il n’a pas ce qu’il faut pour penser.» Oh, vous pouvez lui apprendre des petites choses comme on le fait à un cheval, hue et dia, ou mettre des lunettes, fumer un cigare, tenir en équilibre à bicyclette, monter à cheval, ou quelque chose comme ça, mais c’est tout comme hue et dia pour un cheval, ou un chien, ou quelque chose comme ça.» J’ai dit: «C’est un animal.»

31     «Mais laissez-moi aller au fond de l’Afrique, vers la tribu la plus sauvage qu’il y a là-bas, c’est la petite tribu des Bochimans.» Et j’ai dit: «Son arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père n’a probablement jamais vu un homme blanc ni rien. Tout ce qu’il sait, il ne sait même pas distinguer sa droite de sa gauche. Tout ce qu’il sait faire, c’est manger, et il mange tout ce qu’il peut trouver, que ce soit de la chair humaine ou n’importe quoi d’autre, ça lui est parfaitement égal, pourvu qu’il mange. Mais laissez-moi le prendre en main à l’âge de cinq ans, et à quinze ans il parlera un bon anglais et aura une bonne instruction. Pourquoi? Il a une âme. Dieu a fait de lui un être humain, et il a autant le droit d’entendre l’Évangile, au moins une fois, que nous avons le droit de prêcher partout ici, d’un bout à l’autre de l’Amérique, à des gens, maintes et maintes et maintes fois, et en suppliant, et en insistant, et tout. Qu’il l’entende une fois, et regardez-le hurler et se précipiter vers l’autel en vitesse.» Voyez? Oui monsieur!

32     C’est ça que j’ai dans le cœur, frère, aujourd’hui, quand je pense à l’Afrique, et ces pauvres petites mains noires qui se lèvent, ils disent: «Frère Branham, encore une fois, parlez-nous de Jésus!» Oh, miséricorde! Il y a quelque chose au plus profond de mon être, qui s’émeut, qui brûle. Aussitôt que je peux recueillir assez d’argent, aussi, je vais là-bas. C’est ce que je fais avec chaque sou que je reçois, tout, Dieu le sait, à part ce qu’il me faut pour manger. Et pour la plupart, ce sont les gens qui me donnent mes vêtements. Je me limite au strict nécessaire pour moi-même, autant que je peux, je remets ça tout de suite dans le fonds missionnaire, dont il a été convenu avec le gouvernement que je ne paie même pas d’impôts là-dessus. Dès que j’ai amassé trois, quatre ou cinq mille dollars, je fais la traversée pour me rendre là-bas, et je prêche l’Évangile à ces gens au sujet desquels je sais que ce jour-là j’aurai des comptes à rendre. Et je saurai rendre ces comptes.

33     Autrefois, quand j’allais dans une ville, je faisais une grande réunion, à l’époque où les gens avaient beaucoup d’argent, et on faisait de grandes campagnes, et des milliers de dollars, je remettais ça à la Croix Rouge, et ainsi de suite. Bon, maintenant, ce n’est pas pour les critiquer, mais ils descendaient la rue au volant d’une voiture de quatre mille dollars, avec des gros boutons de col à diamant, en fumant le cigare, avec cinq cents dollars par semaine, de l’argent des malad-… Non monsieur! Ça non! Et en plus, dès que vous sortiez de la ville, ils vous traitaient d’«exaltés», et tout le reste, comme ça, et ils se moquaient, et dénigraient la religion que nous défendons. Non monsieur!

34     J’en dispose moi-même, et devant Dieu qui est mon Juge, je l’utilise pour l’œuvre de l’Évangile, là-bas, comme ça je saurai qu’en ce Jour où je… quand je devrai rendre compte de mon administration, elle aura été effectuée correctement. C’est tout à fait exact. En effet, je suis bien conscient que la façon dont je traite les gens, c’est ainsi que je traite Dieu. Rien que mon attitude envers vous, c’est mon attitude envers Christ. Et votre attitude envers moi, c’est la même chose, c’est exact, c’est envers Christ.

35     Maintenant, de voir un peuple comme ça, et de voir qu’un être humain, alors, qui a une âme immortelle maintenant, qui ne peut pas mourir, qui ne peut pas périr, qui ne peut rien faire d’autre qu’avoir la Vie Éternelle, que Dieu, souverainement, par Sa propre volonté, vous l’ait donnée. Et maintenant, alors, maintenant je…

36     Permettez-moi de corriger un peu ceci, ou de dire quelque chose. Quelqu’un va repartir en disant: «Frère Branham est un calviniste.» Non, je n’en suis pas un. Je suis un calviniste, tant que le calvinisme est dans la Bible. Mais quand le calvinisme s’écarte de la Bible, alors je suis un arminien, voyez-vous. Je crois à la sainteté, et je crois aussi au calvinisme. Mais tous les deux, l’un a pris une branche latérale et est parti de ce côté-ci, et l’autre a pris une branche latérale et est parti de ce côté-là. Sans l’Épître aux Éphésiens, pour ramener tout ça et le remettre à la place que Dieu a donnée à chacun, nous serions tous complètement déboussolés. Mais ils ont tous les deux une doctrine, mais ils ne vont pas plus loin qu’elle, dans les deux cas, c’est-à-dire les gens de la sainteté et les calvinistes aussi, les arminiens. Or, les calvinistes ont une part de vérité. Je crois que-que la doctrine calviniste…

37     Voici ce que je crois. Quant à la sécurité, je crois que l’Église a la Sécurité Éternelle. Toute personne qui lit la Bible le sait; en effet, Dieu a déjà annoncé qu’Elle paraîtrait là-bas, sans défaut. Pas vrai? Alors, Elle y sera. Pas vrai? La Bi-… L’Église a la Sécurité Éternelle. Maintenant, êtes-vous dans l’Église, c’est ça qu’il faut voir ensuite. Si vous êtes dans l’Église, très bien, vous êtes en sécurité, avec l’Église, mais vous avez intérêt à rester dans l’Église. Et comment entrez-vous dans l’Église? Par une poignée de main? Non. En mettant votre nom sur le registre? Non monsieur. «Nous avons tous été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul Corps.» Et ce Corps que Dieu a jugé au Calvaire, c’était le Corps de Jésus-Christ, et nous sommes baptisés dans un seul Esprit pour former ce Corps-là. Nous avons la Sécurité Éternelle, tant que nous sommes dans le Corps de Christ, rien ne peut nous en séparer, on ne peut rien contre nous. Si vous en sortez, vous en sortez par votre propre volonté. Mais aussi sûr, - si vous êtes dans le Corps de Christ, - aussi sûr que Jésus est ressuscité des morts, vous ressusciterez aussi. Dieu a déjà accompli cela. Il…

38     Vous ne pouvez pas pécher. Oh, vous… Peut-être qu’à vos yeux, je peux être un pécheur, mais si je suis en Christ, Dieu ne le voit pas, parce que ses péchés font l’expiation… Son Sang fait l’expiation de mes péchés, là-bas. Voyez? Je ne peux pas pécher. «Celui qui est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce qu’il ne peut pas pécher. La Semence de Dieu demeure en lui.» Voyez? Il-il est prêt, s’il fait une erreur, certainement, il est tout de suite prêt à l’avouer. Si c’est un vrai chrétien, il le fera. S’il le cache, il montre par là qu’il n’y a rien en lui, au départ. C’est exact. Il n’y a rien en lui, pour commencer. Mais si c’est un vrai chrétien …

39     Ici même, plantez un grain de blé dans la terre, ce sera toujours un grain de blé. Il pourrait y avoir tout plein de graterons autour, et tout le reste, mais ce sera un grain de blé tant qu’il existera. Pas vrai? Et si un homme est vraiment né de l’Esprit de Dieu, il n’est pas à l’endroit et à l’envers, en dedans et en dehors, et là-bas dans le monde et puis ici. Non monsieur. Non, non. Vous n’êtes pas un grateron un jour, et un grain de blé le lendemain. Dieu n’a pas ce genre de chose dans le champ. Oui monsieur. Si vous êtes né de l’Esprit de Dieu, vous êtes un chrétien depuis ce moment-là jusque… jusqu’à ce que vous repartiez, et à ce moment-là vous êtes-vous êtes immortel, avec Dieu. C’est exact, si vous êtes dans l’Église.

40     Bon, maintenant, parlons de la mort, considérons cet aspect-là. Maintenant, comment une personne de ce rang-là, dans cet état-là, pourrait-elle jamais être malade? C’est parce que votre corps n’est pas encore racheté. Votre corps n’est pas racheté. Peu importe à quel point, combien vous êtes bon, et combien sanctifié, et combien saint, et combien de Saint-Esprit vous avez, ça, c’est seulement votre âme. Et pour votre âme, ce n’est pas encore terminé non plus. Tout ce qu’elle a, c’est la Bénédiction, la promesse de Dieu, ce qui est le gage de notre salut. Mais maintenant, si nous n’avons aucun gage de notre résurrection, aucune guérison Divine, alors je n’aurai aucune assurance ni rien pour me prouver qu’il y a une résurrection.

41     Tout comme si Christ ne vit pas dans mon cœur, si je dois accepter la chose en me fondant sur un genre de-de point de vue psychologique, quelque chose là-bas que je dois croire, quelque part, comme ça, eh bien, alors, je-je-je serais un peu sceptique. Et c’est pour cette raison que, ceux là-bas en Afrique, quand ils venaient, les missionnaires se sont présentés là, et ils ont fait entrer des milliers de ces indigènes, alors qu’ils portaient des genres d’idoles en glaise et tout le reste, parce que tout ce qu’ils avaient entendu, c’était le côté psychique de la Bible. C’est exact. Dans ma propre église, il y a des baptistes, des méthodistes, des presbytériens, il y en a de toutes sortes, qui y sont entrés. Mais quand ils ont vu la démonstration de la puissance de Dieu, la question était réglée, à ce moment-là ils ont su que Dieu était Dieu.

42     Mais, maintenant, qu’est-ce qui déclenche cette maladie? Bon, pour commencer, c’est un esprit avant de devenir une maladie, tout comme vous, vous étiez un esprit avant de devenir un être humain. Maintenant prenons, par exemple, Frère Willett, ici. Frère Willett, je… À un moment donné, vous et moi, nous n’étions rien. Ensuite, pour commencer, Dieu nous a donné une vie. Et prenons, disons, si j’analysais votre corps cet après-midi, vous êtes composé d’un tas de cellules, maintenues en cohésion par des atomes. Et maintenant, un jour, ces atomes seront détruits, si Jésus tarde. Vous vous en retournerez. Ils redeviendront tels qu’ils étaient au commencement, retourneront dans l’air. Mais quand votre esprit reviendra, ces atomes se réuniront de nouveau avec cet esprit, et ils produiront un autre Frère Willett, identique à celui-là, sauf plus jeune, quand il était au mieux de sa forme.

43     Quand un homme a dépassé l’âge d’environ vingt-cinq ans, il se retrouve avec quelques rides sous les yeux, et les cheveux qui commencent à grisonner. Forcément, parce que la mort est à vos trousses. Et un de ces jours, elle vous emportera. Qui que vous soyez, elle vous emportera. Mais graduellement elle… Vous vous retrouverez coincé ici, et Dieu vous sortira de là, vous vous retrouverez encore coincé, ici, la mort vous aura presque, et encore ici, mais au bout d’un moment, elle vous emportera. Mais, alors, ce que la mort peut faire, elle prend toute son ampleur, et alors… une fois qu’elle a fait tout ce qu’elle peut faire… Quand Dieu vous a donné cette vie, et que vous étiez au mieux de votre forme, vers l’âge de vingt-trois ans, quand vous reviendrez, à la résurrection, vous serez de nouveau exactement tel que vous étiez à l’âge de vingt-trois ans, vingt-cinq ans, avant que la mort s’installe. La mort fera tout ce qu’elle peut faire. Elle s’installera, mais vous reviendrez exactement tel que vous étiez.

44     Maintenant, si chacune des-des cellules de votre corps, analysons cela maintenant, vous avez été formé, cellule sur cellule, cellule sur cellule, et si on décomposait cela ici sur l’estrade, votre corps, une cellule après l’autre, vous en arriveriez à un germe minuscule d’où vous avez commencé, invisible à l’œil nu. Il faut le regarder sous un verre grossissant. J’ai vu le germe de vie, au microscope. Ça ressemble à un fil minuscule. Et ce qui se forme en premier, c’est la colonne vertébrale, c’est comme un petit nœud. C’est la première petite cellule qui s’ajoute à une autre cellule.

45     Maintenant, si je devais prendre cette petite cellule unique, dont vous êtes tous venus, une cellule minuscule, un germe… Un germe, qu’est-ce que c’est? Un germe, c’est une cellule minuscule, la plus petite de toutes. Eh bien, qu’est-ce qui vient après? Or, je vous ai disséqué, de tous vos éléments, jusqu’à cette petite cellule-là, et je ne vous ai pas encore trouvé. Tout ce que j’ai, ce sont vos cellules étalées là. Eh bien, ensuite, les cellules du sang, et les cellules de la chair, et tous les genres de cellules, je les étale toutes là, mais je ne vous ai pas encore. Et maintenant, j’en arrive à un germe. Eh bien, je vais disséquer cette petite cellule-là. Maintenant, vous, vous êtes où? Votre vie. Et la vie forme la première cellule, qui est un germe, et ensuite, tout selon sa nature: le chien selon son espèce, l’oiseau selon son espèce, l’homme selon son espèce. Les cellules se développent, cellule sur cellule, cellule sur cellule, pour aboutir à ce que vous êtes, un être humain, par ces cellules qui se développent. Or c’est Dieu qui a établi que ce devait être ainsi.

46     Mais, maintenant, qu’en est-il d’un cancer? Parlons un peu de lui. Or, Dieu vous a donné votre vie. Et, disons, vous voici aujourd’hui, me voici, il-il n’y a rien sur ma main, mais à un moment donné il pourrait y avoir un cancer sur ma main. Eh bien, comment ce cancer est-il venu là? Voyons ce qu’est ce cancer, maintenant disséquons-le, lui, prenons son cas à lui. Or, lui aussi, c’est un tas de cellules. Le saviez-vous? Une tumeur, une cataracte, toutes ces choses, ce sont des cellules. Elles n’ont pas de forme définie. Certains s’étendent, et certains ressemblent à une araignée, et certains ressemblent… sont disposés en stries, un cancer rouge, c’est semblable à de longs fils rouges qui passent en travers. Et puis il y a un cancer rose, qui s’installe habituellement sur le sein d’une femme, ça ressemble à des crêpes superposées, et ensuite ça va s’étendre. Et ils se développent partout.

47     Parfois les tumeurs sont de forme asymétrique, comme ceci, allongées, oblongues, et tout. Elles n’ont pas de forme définie, parce qu’elles procèdent d’un esprit qui n’a pas de forme. Mais ce sont des cellules qui se développent. C’est un tas de cellules, là, disons qu’en vous en ce moment, il y aurait une tumeur ou un cancer, ce sont des cellules qui se développent, qui prennent de l’extension, et prennent de l’extension, et prennent de l’extension. Elles vous rongent, elles sont en train de vous saper votre vie. Elles se nourrissent de votre sang. Les cataractes attaquent l’humeur de l’œil et se développent dessus, vont les recouvrir complètement, vos yeux ne pourront plus voir. Certaines vont venir sans jamais… comme la tuberculose, qui se présente comme un tout petit germe. La grosseur n’a rien à y voir. La même grosseur de germe qui forme un éléphant, forme une-une chique. Voyez? La grosseur du germe n’a rien à y voir.

48     Certaines vont prendre une forme dans le corps, d’autres n’en prendront jamais. Et d’autres ne se logeront jamais dans les cellules. Certaines deviennent esprit, pour tourmenter l’âme. Nous allons tâcher de voir cette partie-là, je vais réserver cette partie-là à demain après-midi, si possible: d’où vient cet esprit de l’âme, et comment il s’infiltre ici.

49     Or, mes amis, ces choses que je dis, je ne les ai pas puisées dans une psychologie quelconque. Il y a des années que je suis en contact avec des démons, et vous le savez. Si seulement vous saviez ce qu’il en est, après les réunions, la nuit, ce qui arrive, parfois. Vous ne savez pas. Souvenez-vous, quand vous affrontez un esprit, vous avez intérêt à savoir de quoi vous parlez. Ne vous tenez pas là à faire n’importe quoi, parce que ça ne servira à rien. Mais quand un démon doit vraiment vous obéir, il le reconnaîtra. Ça ne dépend pas de combien fort vous criez, ça ne dépend pas de la quantité d’huile que vous versez. C’est ce qu’il y a ici derrière qu’il reconnaîtra, la Vérité. Jésus lui a simplement dit: «Sors.»

50     Souvenez-vous, les disciples avaient fait beaucoup de tapage, ils s’étaient démenés, à essayer de le chasser, et tout. Ils ont dit: «Pourquoi n’avons-nous pu le chasser?»
    Il a dit: «C’est à cause de votre incrédulité.»

51     Il a dit: «Sors de lui.» Le garçon est tombé et il a eu la pire crise qu’il avait jamais eue. Voyez? Voyez? Ils reconnaissent l’autorité.

52     Regardez ces gars-là, là-bas, les vagabonds qui ont vu Paul chasser les démons. Ils ont dit: «Nous pouvons faire pareil», les fils de l’un des sacrificateurs. Ils sont donc partis, en disant «Nous pouvons chasser les démons.» Actes 19. Ils sont allés vers un homme qui avait des crises d’épilepsie, et ils ont dit: «Nous te conjurons par Jésus. Sors de lui!» Le démon a dit, bon, - «Au Nom de Jésus que Paul prêche!» -

53     Le démon a dit: «Bon, je connais Jésus et je connais Paul, mais vous, qui êtes-vous?» Vous êtes au courant de ce qui est arrivé. Il s’est jeté sur ces hommes, a déchiré leurs vêtements, et ils ont eu des crises eux-mêmes, et se sont enfuis dans la rue.

54     Ces mêmes démons sont vivants aujourd’hui. Alors, il y a beaucoup de fanatisme. Ici, c’est l’église, ce soir. Il y a beaucoup de fanatisme dans le pays aujourd’hui, auquel on donne le nom de guérison Divine, qu’on devrait faire taire. C’est ce qui jette l’opprobre sur la vraie Cause. C’est pour ça que vous avez tant de difficultés. Il y a beaucoup de choses auxquelles on donne le nom de religion aujourd’hui, qu’on devrait faire taire; ce ne sont que des sectes! Si la véritable Église de Dieu a tant de difficultés dans ce domaine, c’est à cause de ça. Mais nous sommes l’Amérique, voyez-vous, c’est comme ça que ça doit se passer. Dieu dit que le blé, les plantes rampantes et les ronces allaient pousser ensemble. N’essayez pas de les arracher. Laissez-les pousser ensemble, mais c’est à leurs fruits que vous les reconnaissez. Il n’y a pas de fruits, eh bien alors, il n’y a pas de Vie, il n’y a rien.

55     Maintenant, observez cette cellule. Disons, par exemple, comme, assez souvent, le cancer rouge, la plupart du temps il va se loger dans l’utérus de la femme, dans des meurtrissures gynécologiques, et tout. Maintenant, cet être-là, décortiquons-le, maintenant, sa cellule à lui, ce-ce cancer. Or un cancer…

56     Tout, dans le naturel, est un type du spirituel. Êtes-vous conscients de ça? Tout, dans le naturel, est un type du spirituel, peu importe ce que c’est.

57     Par exemple, comme ceci, quand-quand nous naissons dans le Corps de Christ, il faut trois éléments pour produire notre Naissance. Et ce sont les trois éléments qui sont sortis de la vie de Christ, à Sa mort. Ce qui est sorti de Son corps, c’est de l’eau, du Sang, l’Esprit. Est-ce exact? [L’assemblée dit «Exact.»-N.D.É.] Trois éléments, nous passons par ces trois éléments quand nous naissons de nouveau: la justification, la sanctification, le baptême du Saint-Esprit. Or, tout ça peut s’accomplir dans le même acte. Mais il faut… Mais vous pouvez être dans un état de justification sans être sanctifié. Vous pouvez croire au Seigneur Jésus-Christ, tout en ayant encore votre souillure en vous. Mais vous pouvez vivre à la fois une vie justifiée et une vie propre et sainte, absolument, tout en n’ayant pas le Saint-Esprit. Voyez-vous, la Bible, I Jean 5.7, dit «Il y en a trois qui rendent témoignage dans le Ciel, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, et… le Père, la Parole et le Saint-Esprit,» qui était le Fils, «et ces trois sont un. Il y en a aussi trois qui rendent témoignage sur la terre, l’eau, le Sang et l’Esprit, et ils sont d’accord.» Ils ne sont pas un, mais ils sont d’accord. Vous ne pouvez pas avoir le Père sans avoir le Fils; vous ne pouvez pas avoir le Fils sans avoir le Saint-Esprit, car ils sont inséparables, un. La trinité se trouve dans un seul.

58     Je n’en entends pas parler ici, mais on entend beaucoup ça un peu partout dans le pays, dans les groupes pentecôtistes, c’est un des points qui entraînent le plus de confusion, ce simple point-là. Et j’ai même réuni leurs chefs, et je leur ai prouvé qu’ils croient tous les deux la même chose. C’est le diable qui s’est mis entre les deux, c’est tout. Si cette grande église pentecôtiste s’u-… se débarrassait de toutes ces petites traditions, et que tous s’unissaient pour former une Église de Dieu bénie, l’Enlèvement viendrait. Mais tant que Satan peut les garder divisés, ça va. C’est sa façon de faire les choses. Et ils croient exactement la même chose.
    L’un dit: «Eh bien, ceci, c’est Cela.»

59     J’ai dit: «Eh bien, si ceci, c’est Cela, alors Cela, c’est ceci.» Alors, voilà. Alors, c’est tout pareil. Mais, voilà ce qu’il en est de cette trinité de Dieu, en trois. Maintenant, maintenant, Dieu, dans Son unité. Dieu le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Or nous ne disons pas «nos dieux», comme les païens. C’est «notre Dieu». Voyez? C’est l’Être triple de Dieu.

60     Maintenant remarquez, maintenant, Satan aussi est formé d’une trinité. Et ses pouvoirs sont dans une trinité.

61     Mais maintenant, remarquez, donc, alors que l’eau, le Sang et l’Esprit produisent la nouvelle Naissance. Pas vrai? Maintenant regardez bien. C’est ce qui représente la nouvelle Naissance. Qu’est-ce qui représente la naissance naturelle, avant que la nouvelle Naissance se produise? Quand… Vous, les mères, à la naissance d’un bébé, qu’est-ce qu’il y a en premier? De l’eau. Ensuite, du sang. Ensuite, voyez-vous, c’est ce qui produit la vie, voyez-vous, ce qui produit la personne. L’eau, le sang, l’esprit.

62     Maintenant, un cancer, parlons de lui pendant les prochaines… Il nous reste à peu près cinq minutes, je pense. Pendant peut-être les cinq prochaines minutes, parlons du cancer. Qu’est-ce qu’il est, lui? Qu’est-ce qu’il représente? Il est un charognard. Il représente le vautour, il mange des choses mortes. Et la plupart du temps, un cancer provient d’une meurtrissure, une cellule qui aurait reçu un coup et qui se-se dissocie. Il y a une petite cellule, là, qui rétrograde. Oh, c’est un gros mot, pour un baptiste, ça, n’est-ce pas? Très bien, mais elle rétrograde, cette cellule-là. Je suis un baptiste qui croit à ça, rétrograder.

63    Quelqu’un disait, ici à une réunion en Arkansas, l’autre jour, il disait: «Frère Branham,» il disait… C’était un nazaréen. Il avait été guéri. Il avait ses… Il parcourait la ville à pied, avec ses béquilles sur l’épaule. Il disait: «Savez-vous quoi?» Il disait: «D’abord, quand je suis arrivé ici,» il disait, «je-je pensais que vous… je vous ai entendu prêcher, je pensais que vous étiez nazaréen.» Il disait: «Après, j’ai vu que la plupart des gens étaient pentecôtistes, et quelqu’un m’a dit que vous étiez pentecôtiste. Et maintenant vous dites que vous êtes baptiste.» Il disait: «Je ne saisis pas.»

64     J’ai dit: «Oh, c’est facile.» J’ai dit: «Je suis un baptiste nazaréen pentecôtiste.» Alors, c’est-c’est ça. Très bien. Non, nous sommes un en Jésus-Christ, par le Saint-Esprit, c’est par Lui que nous sommes un. C’est exact.

65     Maintenant, remarquez, cette petite cellule rétrograde, après avoir été meurtrie. Ça commence petit à petit. D’autres petits germes vont tout de suite se présenter là et y laisser leur vie. Et le pus qui se forme dans la plaie, c’est ça. Ce sont des soldats minuscules qui luttent pour votre vie. Ils vont là en vitesse et-et ils s’attaquent à ce poison, ces puissances démoniaques qui cherchent-cherchent à s’amasser là, et ils y laissent leur vie. C’est ce qui forme… C’est… C’est une bande de petits soldats morts, ce pus qui se trouve dans votre sang… qui se trouve dans la-dans la plaie, ils ont donné leur vie pour sauver la vôtre.

66     Maintenant, dès qu’il y a un rejet là, d’une petite cellule, et que ce démon se met en branle, il se met à se développer, il se met à multiplier les cellules. Il est en train de construire un corps, tout comme vos bébés ont commencé dans votre sein, et comme vous avez commencé dans votre mère. Cellule sur cellule, cellule sur cellule, cellule, n’importe comment, n’importe où; tout simplement, ils n’ont pas de forme définie, comme l’être humain, qui se forme selon sa nature. Lui, il procède tout simplement d’un esprit. Il va tout simplement pousser n’importe comment, et il va se mettre à ajouter cellule sur cellule, cellule sur cellule.

67     Et là, avant longtemps, vous allez commencer à vous affaiblir et à vous sentir malade. Vous consulterez le médecin et il vous examinera. Peut-être qu’il ne pourra pas le trouver. S’il le trouve, peut-être qu’il l’enlèvera en le coupant. S’il peut faire une coupure nette, très bien, c’est réglé pour vous. Mais s’il ne peut pas faire une coupure nette, alors, si c’est dans la gorge ou bien quelque part où on ne peut pas faire une coupure nette, une toute petite parcelle continuera à vivre. Voyez-vous, parce que ce n’est pas comme si on vous coupait la main et que ça règle le problème, ou n’importe quoi, ou qu’on coupait… Ce que je veux dire, si vous coupiez la partie principale du corps, et que vous laissiez votre main là, eh bien, elle ne pourrait pas vivre. Mais-mais, voyez-vous, ça, ça n’a pas la même forme de vie que vous. C’est une puissance démoniaque en mouvement.

68     Et maintenant, remarquez, vous appelez ça, le docteur l’appelle un «cancer». Dieu l’appelle un «démon». Considérez aujourd’hui. Ils se contentent de… D’où vient le mot cancer? Il vient du…d’un mot latin qu’on emploie dans les termes médicaux, et qui veut dire «crabe», un crabe comme on en voit au bord de la mer, avec plein de pattes. C’est comme ça que-qu’il fait, il s’étend, il s’étale. Le mot pour cancer, c’est crabe. Et il s’infiltre, et continuellement il gagne du terrain, et chemin faisant il aspire votre sang, comme une pieuvre ou quelque chose comme ça. Eh bien, une tumeur, une cataracte, et les autres maladies, elles proviennent toutes d’un germe, et ce germe-là, il faut qu’il soit un corps. Et avant de pouvoir être un corps, il doit être une vie. Avant de pouvoir créer ou-ou proliférer et produire d’autres cellules, il doit être une vie. Est-ce juste? [L’assemblée dit: «Amen.»-N.D.É.] Or, d’où est venu ce cancer? Qui, d’où est-ce venu? Vous ne l’aviez pas, là, il y a quelque temps, mais maintenant peut-être que vous l’avez. D’où est-il venu? C’est une autre vie, différente de votre vie, qui vit en vous. Et elle tourmente, elle mine votre vie. C’est pour cette raison que Jésus l’a appelé «un démon».

69     Épilepsie, c’est comme ça qu’ils appellent ça aujourd’hui, ils disent «épilepsie». Mais, l’épilepsie, dans la Bible, Jésus a appelé ça «un démon». Quand cet homme s’est présenté là, avec le garçon qui tombait par terre, et qui avait l’écume aux lèvres, et tout, il a dit: «Il a un démon, et souvent il le jette dans le feu, dans l’eau.»

70     Maintenant ils lui ont donné un nom raffiné, et l’ont appelé épilepsie, mais c’est un démon. Et Jésus a dit: «Démon, sors de cet enfant!» Exactement. Or, généralement, l’épilepsie est provoquée par un problème rénal. On pourra peut-être voir ça un peu plus tard. Voyez? C’est ce qui provoque l’épilepsie, par suite d’une urémie.

71     Maintenant, remarquez ceci, alors, cette cellule reste là, c’est un démon. Il est en train de construire une vie; il prend de l’extension, se développe de plus en plus. Il a un devoir à remplir, c’est de vous ôter la vie. C’est pour ça que le diable l’a envoyé, pour abréger vos jours, à moins de soixante-dix ans.

72     Bon, je tire mon chapeau à tous les médecins. Oui monsieur. Tous ceux de la médecine, que Dieu les bénisse, pour l’aide qu’ils ont apportée aux gens. C’est tout à fait juste. Qu’est-ce que vous feriez sans elle, dans le monde d’aujourd’hui? Je remercie Dieu pour la médecine. Je remercie Dieu pour mon automobile. Si Dieu n’avait pas permis que la science produise une automobile pour moi, j’aurais eu beaucoup de mal à marcher jusqu’ici. Pour la lumière électrique, et pour le savon que j’utilise pour me laver les mains, et pour le dentifrice que j’utilise pour me brosser les dents, certainement. Je Le remercie pour tout, parce que toutes les bonnes choses viennent de Dieu.

73     Mais je vais vous dire, il n’y a pas le moindre médicament qui ait jamais guéri aucune maladie. Et pas un seul médecin, à moins que ce soit un charlatan, mais un vrai médecin vous dira qu’ils ne prétendent pas être des guérisseurs. Chez les Frères Mayo, là, beaucoup d’entre vous… On m’a fait venir pour des entretiens, là-bas, deux ou trois fois. Au sujet de patients qui étaient sortis de là, des incurables… Vous avez lu le Reader’s Digest, le numéro de novembre? Combien ont lu le numéro de novembre, l’article à mon sujet, là, dans le Reader’s Digest? Voyez? Et ils m’ont fait venir pour un entretien, là-bas, au sujet de ce bébé qu’ils avaient condamné. Ils disaient que «la chose n’était pas faisable». Mais le Saint-Esprit m’avait parlé et m’avait dit comment la chose se ferait, et elle s’est faite. Très bien. Alors, ils m’ont fait venir là-bas. Et juste au-dessus de la porte, où Jimmy et les autres Mayo étaient autrefois, il y a une grande affiche qui dit: «Nous ne prétendons pas être des guérisseurs. Nous prétendons seulement aider la nature. Il n’y a qu’un Guérisseur, c’est Dieu.» Ce sont les meilleurs du monde. Bon, on a quelques charlatans, oui. C’est exact. On a des prédicateurs charlatans, aussi. Très bien. Alors, on a ça des deux côtés.

74     Remarquez, mais tout homme qui déclare qu’il est un guérisseur, il raconte des salades, parce qu’il ne peut pas guérir. En effet, la Bible dit: «Je suis l’Éternel, qui pardonne tous tes péchés et qui guérit toutes tes maladies.»

75     Je suis allé dans des cabinets de travail. Et dans mon bureau, les… quelques-uns des meilleurs médecins y sont venus, de différents pays. Vous ne connaissez pas la face cachée d’une vie, mon ami, savoir ce qui a été, et des choses que je ne dis pas en public. Des hommes viennent en cachette. N’allez pas penser qu’il n’y a plus beaucoup de Nicodème dans le monde; bien sûr qu’il y en a, des milliers. Ils regardent ça, et viennent à la réunion. Ils s’assoient là, un tee-shirt sur le dos, ou quelque chose du genre, des noms de la haute distinction, vous seriez surpris, assis là, à la réunion. Quelques jours plus tard, ils vont venir en douce, et vous faire venir en cachette, envoyer quelqu’un pour demander un entretien. Et dire, tout de suite, dire: «Frère Branham, je crois que C’est la Vérité.» Ce sont des êtres humains comme nous. Certainement. Et tout homme aspire à regarder de l’autre côté de ce voile sombre, là-bas, qu’il devra traverser un jour.

76     Mais ces cancers et autres, ce sont des démons, absolument, qui prennent forme dans un corps de chair, qui font leur chemin, ils vous ôtent la vie.

77     Maintenant, si je faisais comme le médecin, si je pouvais enlever ça en le coupant, le déposer par terre… Ou, comme, disons, par exemple, si vous-même, vous étiez un cancer, sur cette terre. Or, ici, il y a la guérison Divine. Si je voulais me débarrasser de vous, de la façon dont un médecin le ferait, tout ce que j’aurais à faire, c’est de continuellement… il faudrait que je gratte votre corps, ou quelque chose comme ça, jusqu’à ce qu’il disparaisse complètement de la terre. Il n’en resterait plus rien, tout comme quand le médecin vous enlève la tumeur. Mais dans le cadre de la guérison Divine, si vous étiez un cancer, tout ce que je ferais, j’ordonnerais à votre vie de sortir de votre corps, et vous continueriez comme ça. Votre vie vous quitterait, mais votre corps resterait ici, tel quel.

78     Maintenant, c’est pour ça que la vue et le temps sont les pires ennemis de Dieu, quant à la guérison Divine. Je ne sais pas s’il arrive à Frère Baxter de parler de ces choses, à la réunion. Je me suis assis, je leur ai expliqué ça, à lui et à Frère Bosworth, maintes et maintes fois. Mais ce qui s’est passé, c’est ceci. Je doute que bien des gens l’aient compris; en effet, au bout de quelque temps, on voit les gens qui reviennent, en disant: «J’ai eu ma guérison, Frère Branham, pendant deux ou trois jours, mais, Dieu soit béni, je-je l’ai perdue.» Et je constate, je pense qu’ils n’organisent pas la réunion comme il faut. Les gens ne comprennent pas. J’ai vu des hommes monter sur l’estrade, complètement aveugles, des cancers, ou, des cataractes sur leurs yeux, et lire cette Bible après qu’on ait prié pour eux, repartir; trois ou quatre jours plus tard, être tout aussi aveugles qu’ils l’étaient au départ. Qu’est-ce qui s’est passé? Tout le monde sait que lorsque la vie a quitté une chair, celle-ci rapetisse pendant quelque temps. Pas vrai?

79     Est-ce que quelqu’un ici a déjà tué un cerf, ou une vache, ou quelque chose comme ça? Bien sûr. Très bien. Pesez-le ce soir, vous les chasseurs, ici, de mes amis. Tuez le cerf et mettez-le sur la balance, dites aux autres combien il pèse. Attention! Le lendemain matin, il pèsera plusieurs livres de moins. Quand un être humain meurt, l’entrepreneur des pompes funèbres, la première chose, il va enlever les fausses dents, ou l’oeil, ce qu’il y a là, il va enlever ça; parce qu’en rapetissant, ces choses vont être délogées, vu que le corps humain rapetisse. Toute autre chair rapetisse. Quand la vie a quitté la cellule, celle-ci se met à diminuer, rapetisser. C’est ce qui va se produire, pendant environ soixante-douze heures. Et ensuite, elle va se mettre à enfler. Si un petit chien se fait écraser, ici sur la route. S’il reste là, au soleil, pendant environ trois jours, observez ce qui se sera passé. C’est un chien plus gros qu’il ne l’a jamais été. Il enfle. Pas vrai? [L’assemblée dit: «Amen.»-N.D.É.]

80     Eh bien, il se produit la même chose quand un-un démon a été chassé d’un malade. Les quelques jours qui suivent: «Oh, je me sens merveilleusement bien.» Ensuite, il va se mettre à dire «Je suis-je suis plus malade que je-que je ne l’ai jamais été. J’ai perdu ma guérison.» Aussi sûr que la foi vous en a débarrassé, l’incrédulité va tout de suite le ramener. Autant la foi le tue, autant l’incrédulité le ressuscite. Jésus a dit «Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il va dans des lieux arides, puis il retourne là-bas, avec sept autres démons.» Et si l’homme bon de la maison ne se tient pas là, pour protéger la porte, il va tout de suite entrer. Et l’homme bon de votre maison, c’est votre foi. Dites: «Tiens-toi loin!» C’est ça.

81     Mais maintenant, observez un patient qui a été guéri, généralement, à moins qu’il ne s’agisse d’un miracle exceptionnel. D’ailleurs, la guérison Divine et un miracle, ce sont deux choses différentes. La guérison Divine, c’est une chose; un miracle, c’est autre chose. Mais dans un cas général de guérison Divine, quand l’esprit impur a été chassé, un démon de cancer, quand il quitte la personne: «Oh!» Bon, ou disons, nous allons prendre un autre exemple, pour que vous voyiez mieux, je vais dire, la cataracte. Qu’est-ce qui s’est passé, quand cet homme… Si vous remarquez, une personne qui est aveugle. Je ne sais pas si j’en ai déjà eu ici, ou pas, des yeux cataractés. Je demande aux gens d’attendre pendant quelques minutes. Pourquoi? Pour que ça commence à rapetisser. Je leur dis de revenir nous donner leur témoignage. «Oh! la la!» Ils voient à merveille. «Oh! la la! C’est tout simplement, je peux voir les choses! Oui! Je… « Qu’est-ce qu’il y a? La vie est partie; le corps de la cataracte rapetisse. Eh bien, c’est ce qui va se produire pendant quelques jours. Vous dites: «Oh, je me porte de mieux en mieux.»

82     Au bout de quelque temps, ils se mettent à avoir mal à la tête, ils ne se sentent plus aussi bien. Ils vont se lever, le lendemain matin: «Je suis en train de perdre la vue de nouveau.»

83     Quelques-uns disent: «Ah-ha, tu t’étais emballé, c’est tout. Tu t’es emballé à cause de cette bande d’exaltés.» N’allez pas croire ça! C’est un mensonge du diable. Si vous croyez ça, vous redeviendrez tout de suite aveugle.
    Mais si vous tenez ferme, que vous dites: «Non. Seigneur, je crois.»

84     Alors qu’est-ce qui va se passer? Ce corps-là va enfler pendant un certain temps. Il va vous voiler la vue de nouveau. Ce cancer qui est dans le corps va enfler. Vous recommencerez à souffrir et à avoir mal. Ensuite, vous serez horriblement malade, terriblement malade. Pourquoi? Cette grosse tumeur de chair morte est là, en vous, morte.

85     Vous retournerez voir le médecin, et il dira: «Oh, ça ne tient pas debout. Le cancer, le voilà, il est là. Je le vois.» Bien sûr qu’il est là, mais il est mort. Alléluia!

86     Maintenant, le sang doit purifier le corps. À chaque battement, le cœur va envoyer du sang partout dans le corps, et il va ramasser cette infection. Bien sûr que ça va vous rendre malade. Qu’est-ce qui se passerait si vous aviez un gros morceau de viande quelque part à l’intérieur de vous, ou de la longueur d’un serpent, ou quelque chose, de la grosseur de votre doigt, et ce serait là, et mort, cette quantité-là de viande morte en vous, et en train de pourrir? Eh bien, naturellement, votre sang, en circulant dans votre organisme, il doit le garder pur. Mais il y a un corps qui est mort, cette chose qui est encore là, parce que la vie en est sortie. La puissance de Dieu, par le moyen de la foi, l’a chassé. C’est un démon; il doit partir.

87    Mais c’est parce que les gens ne sont pas renseignés. Ils repartent, et démissionnent. Et ce même démon, il se tient là, pour prendre de nouveau le contrôle. Quand Dieu vous dit quelque chose, ici sur l’estrade, par Son Esprit, sous Son inspiration, n’en doutez surtout pas, sinon il vous arrivera quelque chose de pire, c’est ce qu’Il a dit. En effet, Jésus a dit que «la dernière condition de cet homme était sept fois pire que la première». Pas vrai? Lorsque l’esprit impur est sorti d’un homme, il est allé dans des lieux arides, il est revenu avec sept autres démons. Alors, ne soyez surtout pas incrédules. Tenez-vous en strictement à Cela. Que cela vienne de votre cœur. Dites: «Non monsieur! Je ne broncherai pas! Peu importe combien je suis malade, ça n’a rien à y voir.» Et avant longtemps, vous recommencerez à bien vous porter. Tout ira bien, alors. Voyez-vous, elle est morte. La-l’opération par laquelle le médecin vous l’aurait enlevée, cette même tumeur est là, en vous, mais il n’y a aucune vie en elle.

88     Vous dites: «De vie en elle, Frère Branham, est-ce qu’elle va m’ôter la vie?» Non monsieur. Cette vie-là est une vie distincte de la vôtre. Je viens de vous montrer que vous êtes une vie, et que vous êtes devenu un être, et elle, elle est une vie, et elle devient un être; vous, vous êtes de Dieu, et elle, elle est du diable. Vous voyez ce que je veux dire? La démonologie. Or, vous devriez voir à quoi elle ressemble, cette chose, quand on est là à la regarder.

89     Oh! la la! je suis désolé, il est presque trois heures et demie. Je suis désolé. Regardez, mes amis. Oh, ce dont ce monde a besoin!

90     Il y a environ sept ans que je parcours l’Amérique, à enseigner, à faire ces services de guérison. J’ai bien envie de repartir dans le pays, en enseignant la Bible, et la démonologie, pour que les gens puissent comprendre ce qu’il faut faire. Et c’est pour cette raison, ils vont aller à ces réunions, souvent, et un individu… Si on ne comprend pas, ces gens vont se présenter là et, souvent…
    Maintenant, vous vous souvenez de cet individu qui est venu et qui disait qu’il avait un don de guérison Divine? Le don de guérison Divine était en vous, si vous avez été guéri. Il s’agit de vous. Tout don entre en action par la foi. Et quel que soit le don de guérison Divine que j’ai, j’y crois de tout mon cœur, moi, mais vous auriez beau vous tenir ici, et si vous n’avez pas la même foi, il ne vous servira à rien. J’aurais beau prier pour vous, pendant des heures, des semaines et des mois. Ce ne sont pas les prédicateurs qui ont la guérison Divine. C’est vous qui avez le don de la guérison Divine, qui croyez à votre guérison, parce que c’est par la foi. Par la foi! Toute action de Dieu s’effectue par la foi.

91     L’armure complète de Dieu, c’est par la foi. Nous n’avons pas une seule chose naturelle, de ce monde. Tout ce qui appartient à-à l’église chrétienne, c’est par un acte de foi. Considérez l’armure de Dieu, l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bonté, la douceur, la bienveillance, la patience. Pas vrai? Tout est surnaturel, rien n’est naturel. Alors nous ne regardons pas aux choses naturelles, parce que notre activité se situe au niveau surnaturel. Et la seule chose sur laquelle nous pouvons nous fonder, c’est sur la foi, sur ce que Dieu a déclaré être la Vérité, et nous regardons à l’Invisible. Et nous appelons les choses qui ne sont pas comme si elles étaient; c’est ce qu’Abraham a fait, et il les a reçues. Amen! Abraham a appelé les choses qui n’étaient pas - c’est ce que Dieu avait fait - comme si elles étaient. À l’âge de cent ans, il ne douta pas, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu.

92     Je peux vraiment m’imaginer ça, pas vous? Voir Sara qui se lève, un matin. Dieu avait dit: «Abraham!» Il avait dit «Abraham, tu vas avoir ce bébé.»

93     Sara s’est levée. Il a dit: «Comment te sens-tu, Sara?» Ici, c’est une foule mélangée, mais écoutez.
    «Pas de changement.

94     - Eh bien, gloire à Dieu, nous allons l’avoir! Va chercher les couches, et les épingles, et tout. Prépare-toi.»
    Très bien, un autre mois a passé. «Sara, comment te sens-tu?
    - Pas de changement.»
    Une année a passé. «Et alors, Sara? - Pas de changement.»
    Dix ans ont passé. «Pas de changement.»
    Vingt-cinq ans ont passé. «Pas de changement.»

95     Abraham, au lieu de s’affaiblir, il s’est fortifié de plus en plus. Il savait que, plus le temps passait, plus le miracle serait grand; en effet, il crut à Dieu, et il ne douta pas, par incrédulité, au sujet de la promesse de Dieu. Il disait: «Nous allons l’avoir!» Et un matin, le sein de Sara a commencé à grossir, et le petit Isaac est né, parce qu’Abraham a cru à Dieu. Et il regardait les choses, il considérait ces choses qui n’étaient pas comme si elles étaient.

96     Pas par les sentiments, pas par la vue. Vous ne marchez pas par les sentiments, ni par la vue. C’est par la foi. Et une fois que Dieu a déclaré quoi que ce soit, Il a dit: «Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l’avez reçu», ensuite tenez-vous-y. Dieu l’a dit, il faut qu’il en soit ainsi! Amen. Des démons!
La foi dans le Père, la foi dans le Fils,
La foi dans le Saint-Esprit, les trois sont Un;
Les démons trembleront, et les pécheurs se réveilleront;
La foi en Jéhovah secouera tout.
C’est exact. Oh! la la! Assurément. Ayez foi en Dieu. Regardez à Lui. Ne bronchez surtout pas. Ne bougez pas de là. Dieu l’a dit!

97     Et, les démons, qu’est-ce qu’ils sont? Ils sont des êtres spirituels. Maintenant, le-le médecin dit: «Vous avez un cancer. Vous avez la tuberculose. Vous avez une cataracte. Vous avez une pleurésie. Vous avez ceci.» C’est un démon. C’est une vie, et derrière cette vie, il y a un esprit. Combien savent, et reconnaissent que dans un cancer, une cataracte, il y a-il y a… C’est un esprit, il y a-il y a une vie dedans. Eh bien, il ne peut pas y avoir de vie dans quoi que ce soit, sans qu’il y ait un esprit, vous voyez, alors, il doit y avoir une vie pour mettre cette chose-là en action, quelque part.

98     Même l’arbre qui est là, il y a de la vie dedans. Toute la science du monde ne pourrait pas arriver à fabriquer un brin d’herbe. Le saviez-vous? Ils vont fabriquer quelque chose de ressemblant, mais ils n’arrivent pas à trouver la formule de la vie. C’est Dieu. Voyez? Jésus a dit à l’arbre: «Maudit sois-tu. Tu n’as pas de fruits, et tu n’en auras jamais.» Ils sont repassés par là. Ça, c’était vers huit heures, ce matin-là. Ils sont repassés vers onze heures, en allant déjeuner. Pierre a dit «Regarde cet arbre, il est mort, jusqu’aux racines.» Pourquoi? Jésus a menacé la vie qui était dans cet arbre, qui était dans les racines, et l’arbre au complet est mort. Alléluia!

99     Ce même Christ peut menacer un cancer, jusqu’aux racines, et il mourra complètement. Cet arbre était là, exactement tel qu’il était des heures auparavant, mais on a constaté que les feuilles se sont mises à tomber, et puis l’écorce s’est mise à se détacher. Et… Il s’est mis à dépérir, jour après jour, et semaine après semaine, et après quelque temps, il ne restait même plus la moindre trace de cet arbre. Alléluia! Le cancer, la tumeur, la cataracte, ou quoi encore, ils devront partir, quand Christ parlera. Il chassait les démons. Et Il a dit: «En Mon Nom, ils chasseront les démons, ils parleront de nouvelles langues, s’ils saisissent des serpents ou boivent quelque breuvage mortel, cela ne leur fera pas de mal. S’ils imposent les mains aux malades, les malades seront guéris.»

100     L’aimez-vous? Je suis désolé de vous avoir gardés assis ici, pendant une heure, cet après-midi. Vous aimez le Seigneur? [L’assemblée dit: «Amen.»-N.D.É.] Qu’est-ce qui va arriver, maintenant? Si vous acceptez Christ comme votre guérisseur, et que vous croyez, dans votre cœur, qu’il vous est arrivé quelque chose, et que vous croyez que vous êtes guéris… Allez-vous croire que vous êtes guéris? Ne laissez pas le diable vous coller autre chose. Continuez simplement à avancer.
    «Docteur,» dites-dites, «docteur, qu’est-ce que ça a l’air?»
    Il dira: «Voyons, c’est encore là.»

101     Dans votre cœur, vous savez, vous savez ce qui est arrivé. Ah! À un moment donné, il dira: «Tiens! qu’est-ce qui a bien pu arriver à cette chose-là?»

102     Alors, dites: «Écoutez, docteur, je vais vous le dire. Voici ce qui est arrivé: Jésus-Christ m’a guéri. C’est exact. Jésus-Christ m’a guéri.»

103     Très bien, courbons la tête un petit instant. Frère Willett, voudriez-vous venir une minute, frère?

104     Alors, Père Céleste, nous sommes reconnaissants pour le Sang de Christ. Et peut-être que, parfois, Ton serviteur, Seigneur, manque de sagesse, en parlant aussi longtemps. Mais je me sens peut-être comme Paul qui, une nuit, a prêché toute la nuit. Un jeune homme est tombé par la fenêtre, et il est mort. Et cet apôtre, qui avait la Parole de Dieu dans sa vie, est allé poser son corps sur le garçon, la vie est entrée en lui, il a repris vie.

105     Dieu bien-aimé, je me rends compte que c’est le coucher du soleil pour cette grande civilisation, elle est maintenant à son déclin, l’heure est très avancée, le milieu du jour est passé, les ombres du soir tombent. Une grande Lumière jaillit, du Royaume de Dieu, elle prend sa position, alors qu’une obscurité profonde s’installe sur la terre. Ô Dieu, je me rends compte que, chaque jour, je prends de l’âge. Laisse-moi aller de l’avant, Seigneur. Donne-moi la force. Aide-moi à annoncer cette grande Vérité partout. Aide-nous, demain après-midi, pour que nous en comprenions plus long.

106     Et, Dieu bien-aimé, bénis ce petit auditoire, cet après-midi. Ce soir, quand ils se réuniront ici pour le service de guérison, puissent tous les hommes et toutes les femmes converser les uns avec les autres, parler ensemble, en disant: «Bon, voici… ne-ne doute plus du tout. Maintenant nous comprenons d’où ça vient. Nous savons que c’est un démon. Et nous savons que, quand il part, il faut qu’il se plie à l’ordre de Dieu. Il le faut. Dieu l’a dit. Il faut qu’il parte.» Ensuite, puissent-ils s’en aller heureux, dans la joie, en revendiquant leur guérison. Rien, ne plus rien laisser leur faire obstacle; repartir, simplement, en croyant.

107     Et, ô Dieu, cette petite église, ici, et ces autres églises qui ont collaboré, qu’elles aient un réveil après cette réunion, Seigneur, tel qu’elles feront salle comble, et que plusieurs centaines d’âmes entreront dans le Royaume de Dieu. Accorde-le, Père. Que les hommes et les femmes qui sont ici, de différents pays et d’autres endroits, qu’ils rapportent le Message à leurs églises, et qu’elles aient, elles aussi, un réveil à l’ancienne mode. Accorde-le, Seigneur. Pardonne-nous nos péchés maintenant. Aide-nous à être Tes serviteurs. Au Nom de Jésus-Christ. Amen.

108     Je me demande, pendant que vous êtes assis ici, est-ce qu’il y aurait un pécheur dans le bâtiment aujourd’hui, qui voudrait dire: «Frère Branham, pensez à moi en prière»? Voulez-vous, voulez-vous lever la main? Est-ce qu’il y aurait un pécheur? Je ne… Que Dieu vous bénisse, madame. Est-ce qu’il y en aurait? Que Dieu vous bénisse, monsieur. Vous, et vous, et vous, que Dieu vous bénisse. Je me demande si vous… Maintenant, ceci s’adresse à vous.

109     Voyez-vous, je ne crois pas qu’on doive aller dans l’auditoire. Je ne critique pas les autres qui le font. Je ne crois pas qu’on doive aller dans l’auditoire, et faire venir quelqu’un en faisant pression sur lui. Voyez? «Nul ne peut venir, sans que ce soit le Père qui l’ait attiré.» Voyez? C’est exact. Ce serait de le faire venir là contre sa volonté. Voyez? Mais si Dieu frappe à la porte de votre cœur, vous êtes la personne la plus privilégiée du monde. Si vous saviez à combien de personnes j’ai parlé.

1 Help of the Lord, we could carry the meeting right on through ourself. That's the reason I'm so glad to see it go over a little bit, for that one reason. I believe the Lord will help us do it.
Now, you know, there's... I love my management. I have some lovely brethren: Bosworth, Baxter, Lindsay, Moore, all that's got five of them. Baron Von Blumberg. They're just very fine men, but there's just something about, when you get a group of men together, one has one thing, one has another. Sometimes that's contrary to what I think myself. So I--I--I feel like I'm just free now and we can just have a big time (Uh-huh.), just roll up our sleeves and just dive in and eat. I--I think about rolling up your sleeves, and having a big time...[Blank.spot.on.tape--Ed.]
My first Bible was nature. I learned God through nature. And I could fish. My, I love to fish. And you like to fish, sonny boy? If you like to fish, and love your mother, you're going to make a good boy. And even my conversion didn't taken it all out of me. So one day I was up in the mountains a-fishing away. Now, this is just for the benefit of this little boy. And I was fishing up there in the mountains. And for the other little kiddies, of course, setting around... And I was fishing trout. And, oh, it's wonderful in the springtime. I go along like that. There was a trout just in the next hole, you know, like that, and just praising the Lord and having a big time, shout sometimes, drop my line down. I believe in shouting. Amen, I sure do. 'Cause I know something gets ahold of me, and... [Blank.spot.on.tape--Ed.]

2 There's a lot of bear in the country up there in New Hampshire. I had a little camp up there where I fish at. And I had a little old tent setting up, a little old pup tent I'd been living in. And a black bear is the most mischievous thing there is. So an old mother bear and a couple little cubbies had got in there, and had they made havoc of my tent.
Now, what do you think I ought to have done to that bear, little girl back there with that red hair, back there? I ought to have got after him really, shouldn't I?

4 But here's what she done. She come in; she tore my tent down, and she scattered everything out, and eat up all my food I had there, and she was just doing fine. So when I come up, away she went. And she squealed to her cubs, and one little cub run off with her. And the other one wouldn't run; he just set there. He had his back turned to me, like this, and he was doing something. And I didn't have nothing in my hand but a little old hand axe I'd been chopping around with some elders down there. Well, she run off about far as, oh, I guess that telephone pole out there, and she set down. She squealed to this little old bear, and he didn't pay any attention to it. He just kept setting there.

5 I thought, "What's that little fellow doing?" I walked up a little closer. And I was afraid to get too close, 'fraid she'd scratch me. So--so I--I couldn't see a tree, and I know she could climb too, so... And I didn't want to get too close to her, 'cause I know the nature of bear. So I went just a little bit closer. And you know what happened?

6 Now, I like pancakes. How many of you boys like pancakes? Oh, boy. Oh, old boys too; I seen them put their hands up. We all like pancakes, and I just love them, and I like to pour honey on them. Being a Baptist, you know, that's what keeps us straightened out, you know, is the honey, you know. So and listen; I don't sprinkle them; I really baptize them. I really pour it on where it's really good and heavy. I don't just sprinkle a little bit here and there. I really pour it on them, get them all filled up with honey.

7 And then, you know, I had a bucket of honey up there, half a gallon bucket of honey. And bears are very fond of honey. So this little fellow had got in there and got the lid off that bucket of honey, and he was setting there like this, with this little bucket of honey under his arm like this. He got the... And he didn't know how to eat it like you would, you know, so he just sock his little paw down in and lick it like that, and lick it. And he turned around to look to me, and his little old eyes was all matted together, his little belly was just as slick as it could be, with honey. He was just setting there ducking his hand down and licking honey like that just as hard as he could lick.
Oh, my, I thought about a good old-time Holy Ghost meeting, when we just get the bucket open, stick our hand down in the jar and lick away. Just keep on, you know, just licking away.

9 And you know what the funny thing was, though? After that little fellow got as much as he could, he let the bucket down and run off out there, and you know what happened? The mother bear and the other little bear got to licking him, so, getting the honey off.
So well, maybe our meeting will be something on that order, I hope, so we can just keep telling others, and the Glory of God falling upon us. All right.

11 I'm glad to see the little children out. I like to tell you something like that. And maybe tomorrow afternoon we have more time and--and we can talk a little more. Want talk to dad and mother now about something.
We're going to talk on Demonology. In Psalms 103:1 to 3 we read these verses. Most every minister and clergyman, or Bible reader, knows them by heart.
Bless the LORD, O my soul: and all that is within me, bless his holy name.
Bless the LORD, O my soul, and forget not all of his benefits:
Who forgiveth all of thine iniquity; who healeth all of thy diseases;
I want you to notice there, it was an all, "Who forgiveth all of thine iniquities, Who heals all of thy diseases." Now, can we bow our heads just a moment...

14 Now, heavenly Father, we thank Thee this afternoon, for being out here. We thank Thee for these little children that's setting around; they're the men of tomorrow and women, if there is a tomorrow, if Jesus tarries. And now, Father, we pray that--that You'll bless us now as we're talking now on Your Word, and about the great enemy we have, Satan. We pray, God, that You'll let us put a front out, a mechanized unit here of the power of God, that'll withstand him tonight in every inch of his ground, Lord, and show him that he don't have no legal rights at all, that Christ defeated him in our stead there at Calvary, when He died, and He spoiled principalities and robbed Satan of every--every power that he had. And, God, give us wisdom and understanding now to know and to explain to the people how that they might know how to be healed and to defeat Satan. In Jesus' Name we pray. Amen.

15 Now, for a few minutes we're going to speak on Demonology. You hear so much about demons. Now, tomorrow afternoon we'll probably finish up. I wanted two days of this week anyhow, to preach on this. Just... or two days for afternoon services to talk on this.

16 Now, the first thing, what a demon is. You hear so many people talking about a demon. Well, now, a "demon, devil," all comes from one word, and in the English it's called "tormentor." A fellow that torments is a devil, a evil one. He, say... Now, the Bible today is to most, to many people, is some old back Book that grandpa and grandma read, or something like that, "There's not much to it; it's for the old folks, and so forth." But that's wrong. It's for everybody. And demons are tormentors that torment us.

17 Now, there is demons that comes into the soul of men, and that is, in the phraseology, that would be--that would be in the... I'd say this though, the demon that comes into the soul is something that torments the soul.
Many times you can see a person maybe of insanity. Now, they may be yet a converted person, filled with the Holy Spirit, and yet be totally insane. See? That's right; that has nothing to do with the soul. It's a tormentor (See?), something that torments them.

19 Now, all sickness, we have to find first that all sickness came from the Devil. God is not the author of sickness. No sickness comes from God. God sometimes permits Satan to put sickness on you as a whip to bring you back to the house of God when you disobey Him. But sickness in its beginning come from the Devil. Could you imagine a person would believe that God our heavenly Father would be the author of such a thing as sickness and death. Well, no, He isn't, never was, never will be. God permits death because of disobedience. God permits death. As one writer said, "All, that death can do, God harnessed it to a buggy, and it pulls us into the Presence of God, a believer." But a--the word "death" means "separation."

20 Jesus said, "He that heareth My Words and believeth on Him that sent Me, hath Everlasting Life." And He said, "I am the resurrection and Life, he that believeth in Me, though he were dead yet shall he live, and whosoever liveth and believeth in Me shall never die." And we pack the bodies of each other over the saintless of our graves. "But he shall never die."

21 Now, if you'll watch when He spoke of Lazarus, He said, "Lazarus sleepeth."
The disciples, men like we are, they said, "Oh, if he sleepeth he doeth well." He meant taking a rest, what they thought.
But He come and talked to them in their language; He said, "He's dead," what you believe. But said, "I go wake him: wake him." See, see? When you're...
"Death" means "separate." Now, if one of you should, one of your family die or something, he is, if it's converted, they're not dead. They're dead in the humanistic standpoint. But they're just separated from us, but they're in the Presence of God. They're not dead, and they can't die. It's impossible for them to die. Jesus said, "He that heareth My words and believeth on Him that sent Me has Everlasting Life, and shall not come into judgment, but has passed from death to Life." So he can't die. Anything that's immortal, eternal, it can't perish. It's imperishable Life. He's got It because God has give It to him. And now, not meritorial; it's with--it's unconditional, God gives it to him.

25 God calls. No man can come to God except God called him. Jesus said, "No man can come to Me except My Father calls him--draws him." Is that right? So it's God in all. Maybe tomorrow afternoon we'll get a little bit more on that, 'cause I want to get this thing of disease to you so that you'll see that...
There was a time when we become germitized in our great-grandfather. You know that. Doctor knows that. Well, you do too, you Bible readers. You know the germ of life started in your great-grandfather to becoming a germ, and come out through your grandfather, and then into your father, then to your mother and where you are now. That's right. Scripture even teaches that. Here's the Scripture for you if you want. I believe it said that Levi paid tithes when he was in the loins of Abraham, which was his great-grandfather. Is that right? So, see, the germ become back there.

27 But your souls were made up before the foundation of the world when God created man in His Own image: spirit of man; not a man in His Own image, but man in His Own image. See? And then He made them male and female before He ever had a man in the dust of the earth. Wish we had a chance this afternoon to take our time and go back into that, just see how God...
Now, it's between the line, but when you see, it comes right up with the line. See? How that God back in the beginning, what He did there, and how He moved down into the earth and how that He made man in His image, and then God turned around and was made in the image of man to redeem man.

28 Now, when God made man in His image, he was a spirit man. And it... Then there was no man to till the soil. Then He created man out of the dust of the earth. Now, chronologists and so forth, and these people that search and get old bones and so forth, and believe in evolution... I believe in the right kind of evolution. Man evolutes from himself, but not all from one cell. No, sir, because a--a bird has been a bird ever since God made him a bird, and a monkey's been a monkey; a man's been a man...?... That's right.

29 Now, I was talking to a doctor here awhile back in Louisville. He said, "Why, Reverend Branham..." I was talking about how the natives of Africa, how they eat, just go down by the... Oh, some of the awfullest things you ever see, how they would eat, just pick up things that's contaminated, and maggots in it, just shake them around, maggot and all. Don't make any difference to him. See? They said... Drink anything, don't make any difference what it is. He said, "But, Brother Branham, them people are not human." I said, "Oh, yes, they are. They sure are human."
I said, "The closest thing to a human being, in the beast line, is a chimpanzee. And you've tried for four thousand years to get one mutter out of that chimpanzee, and he can't do it," I said, "cause he can't think. He has nothing to think with." Oh, you can learn him little things like a horse, gee and haw, or put on glasses, or smoke a cigar, or balance hisself on a bicycle, ride a horse, or something like that; but it's just like gee and haw to a horse, or to a dog or something like that. I said, "He's an animal."

31 "But you let me go back in Africa, to the wildest tribe they got, and that's the little tribe of the bushman." And I said, "Probably his great-great-great-great-grandfather never saw a white man nor nothing. The only thing that he knows, he don't even know which is right and left hand. The only thing he knows is eat, and he eats what he can get his hands on, if it's human flesh, anything else, don't make any difference to him, just so he eats. But let me get him at five years old, and at fifteen years old he will speak good English and have a good education. Why? He's got a soul. God made him a human being, and he's got just as much right to hear the Gospel at least once, as we have of preaching around here all over America, to people over and over and over, and begging, persuading and everything. Let him hear it one time, and watch him scream and run to the altar real quick." See? Yes, sir.

32 And that's what my heart is, brother, today, when I think of Africa, and them poor little black hands raising up, saying, "Brother Branham, one more time about Jesus." Oh, mercy. There's something in me digs and burns. Just as quick as I get money enough up, I get over there too; that's what I do with every penny I get, everything, God knows, besides just what I can eat. And most people give me my clothes. And just what I can barely live by myself, just as close as I can, I throw it right into a missionary funds which the government has arranged; I don't even pay income tax on it. Till I get up three or four, five thousand dollars, and I take across over there and preach the Gospel to the people that I know at that day I'll have to answer. And I'll know what I answer for.

33 I used to, when I'd go in a city, I'd hold a big meeting back when they had lots of money, and they have great campaigns and thousands of dollars, I'd give it over to Red Cross and so forth. Now, now, nothing, no slam to them, but coming down the street in a four-thousand-dollar car with a big diamond studs on, smoking a cigar, and five hundred dollars a week on the money that sick people... No, sir. No indeedy. And on these, and as soon as you get out of the city, they said, "a holy-rollers" and everything like that, and making fun, and downing the religion that we're standing up for... No, sir.

34 I take it myself, and before God as my Judge, I put it in the Gospel work yonder, so I know that on that day that I'll--when I will have to give an account for my stewardship, it's given correctly. That's exactly right, 'cause I realize as I treat the people I'm treating God. Just my attitude towards you is my attitude towards Christ. And your attitude towards me is the same thing (That's right.), towards Christ.

35 Now, to see a people like that, and see how that a human being then with an immortal soul now that can't die, can't perish, can't do nothing but have Everlasting Life, that God sovereignly in His Own will gave it to you. And now, then... now I...
Oh, let me correct this just a little bit, or say something. Somebody's going to go away and say, "Brother Branham is a Calvinist." No, I'm not. I'm a Calvinist as long as Calvinist is in the Bible. But when Calvinist gets out of the Bible, then I'm an Arminian. See? I believe in holiness and I believe in Calvinist too; but both of them, one run out on a limb and went this way, and one run out on a limb and went that way. If it wasn't for the Book of Ephesians to bring it back and put it in the right place where God did, we'd all be all mixed up. But they both got a doctrine, but they go to seed on it, each one; that's the holiness and the Calvinists too, the Arminian. Now, Calvinists have something true. I believe that, that the Calvinistic doctrine...

37 I believe this, in security, I believe the church has eternal security. Any reader of the Bible knows that, 'cause God's already said It would appear yonder without blemish. Is that right? Then It's going to be there. Is that right? The bi--the church is eternally secured. Now, are you in the church is the next thing. If you're in the church, all right, you're secured with the church, but you better stay in the church. And how do you get in the church? By shaking hands? No. Putting your name in the book? No, sir. "By one Spirit we're all baptized into one Body." And that Body God judged at Calvary, was the Body of Jesus Christ, and we're baptized into that Body by one Spirit. We have eternal security as long as we're in the Body of Christ; nothing can separate us, nothing can touch us. If you go out, you go out by your own will. But just as sure, if you're in the Body of Christ, as sure as Jesus rose from the dead you'll rise too. God's already done that. He...

38 You can't sin. Oh, you... I might be a sinner in your sight, but if I'm in Christ, God don't see it, because his sin's atoned, His Blood atoned for my sins there. See? I can't sin. "He that's born of God does not commit sin, for he cannot sin. The seed of God remains in him." See? He--he's willing to, if he makes a mistake, sure he's right then willing to confess it. If he's a real Christian, he will do it. If he holds it back, he shows he ain't got nothing in the first place. That's right. He hasn't got nothing to begin with. But if he's a real Christian...

39 Right here, you plant a grain of wheat in the ground, it'll always be a grain of wheat. Cockleburs may be all around it and everything else, but it'll be a grain of wheat as long as it stands. Is that right? And if a man's really born of the Spirit of God, he isn't in and out, and back and forth, and here out yonder in the world and out here. No, sir. No, no. You're not a cocklebur one day and a grain of wheat the next day. God don't have that in the field. Yes, sir, if you're born of the Spirit of God, you're a Christian from that time until the--till you go away, and then you're--you're immortal with God. That's right, if you're in the church.

40 Now, now let's talk about the death side. Now, how could a person on that estate, in that kind of a condition, ever be sick? Because that your body is not yet redeemed. Your body is not redeemed. No matter how much, how good you are, and how saintly and how holy, how much Holy Spirit, that's only your soul. And your soul is not completed yet. It's just got the blessing, the promise of God, which is the earnest of our salvation. But now, if we have no earnest of our resurrection, no Divine healing, then I'll have no assurance or nothing to prove to me that there is a resurrection.

41 Just like if Christ doesn't live in my heart, if I have to take it from some kind of a--a psychological thing back yonder, have to believe somewhere like that, well, then I--I--I'd be a little skeptic of it. And that's the reason over in Africa when they come, here come missionaries up, bringing thousands of those natives, and they was packing little old mud idols and everything else, is because that they had just heard the psychic side of the Bible. That's right. In my own church is Baptists, Methodists, Presbyterian, all that went in there, but when they seen the power of God come in demonstration, that settled it. They knowed then that God was God.

42 But now, what starts this sickness? Now, the first thing, it's a spirit before it becomes a disease, just the same as you was a spirit before you become a human being. Now, I'm going to take Brother Willett here as an example. Brother Willett, I--there was a time when you and I wasn't nothing. And then the first thing, God gave us a life. And let's take, say, if I take your body down this afternoon, you're made up of a bunch of cells held together with atoms. And now, someday them atoms will be destroyed if Jesus tarries; you'll go on back. They'll be just like they was in the beginning, go back into the air. But when your spirit returns, those atoms will gather together again with this spirit and bring forth another Brother Willett just like that one, only younger, when he was at his best.

43 When a man gets past about twenty-five years old, he finds a few wrinkles under his eyes, and some gray hairs coming in. It's going to be, 'cause death's after you. And one of these days it's going to take you. No matter who you are, it's going to take you. But it gradually... You'll get in a corner here, and God will get you out of that corner, and you get in this corner here, death will almost have you, and over here, but after while it'll get you. But then, what death can do, it takes its full toll, and then at--when it's done all that it can do... When God gave you this life, and you was at your best at about twenty-three, when you come into the resurrection you'll come back just exactly like you was when you was twenty-three years old, or twenty-five, 'fore death set in. Death will have everything that it can do. It set in there, but you'll come right back the way you were.

44 Now, if each one of your--your cells in your body... Let's take it down now; you come cell after cell, cell after cell, and lay it apart here on the platform, after each cell in your body, you'll come down to one little tiny germ where you began, can't be seen with the natural eye. You have to look under scope glasses. I've seen the germ of life under a microscope. It looks like a little bitty thread. And the first thing starts is right in the spine; it's like a little knot. That's the first little cell accumulates on top of a cell.

45 Now, if I had to take that one single little cell that everyone of you come from, one little teeny cell germ... What is a germ? A germ is a little teeny, the smallest of cell. Well, what's after that? Now, I've took you down from every piece of you, down to this one little cell, and I haven't found you yet. I just got your cells laid out. Well then, next thing, blood cells and flesh cells, and whatever they are, laying them all out here, but I haven't got you yet. Now, I'm down to one germ now. Well, I'm going to take that little cell apart. Now, where you at (See?), your life. And the life makes the first cell which was a germ, then everything after its nature, dog after dog, bird after bird, man after man, developing cells, cell on cell, cell on cell, comes up to where you are, human being, developing of cells. Now, that was ordained of God to be so.

46 But now, what about a cancer? Let's talk of him a little bit. Now, God give you your life. And say, here you are today; here I am. There's--there's--there's nothing on my hand. But there might be a cancer on my hand sometime. Well, how'd that cancer get there? Let's see what that cancer is. Now, let's take him apart; let's go take him. Now, he's a bunch of cells too. Did you know that? Tumor, cataract, any of those things are cells. They don't have no form. Some of them spreads out, and some look like a spider, and some looks--run streaks, a red cancer, just like long red threads that runs through. And the--then there's a rose cancer which usually comes on the breast of a woman; it's like pancakes laying on one another, and then they go spraddling out. And they just grow anywhere.

47 Sometimes tumors are lopsided this way, long, oblong, and everything. They have no form, because they're after a spirit which has no form. But it's a developing of cells; it's a bunch of cells that. Say in you right now is a tumor or a cancer just developing cells, growing, growing, growing; it's eating, sucking your life from you; it's living on the bloodstream. Cataracts take the mucus of the eye and grows right over it, covers hisself over, shut your eyes off. Some of them comes and never gets... Like tubercular, that comes just in little small germ. There's nothing to the size of it. The same size germ makes an elephant, makes a--a chigger. See? Nothing to the size of the germ.
And some of them take body form, some never does. And some never goes into cells. Some becomes spirit, torments the soul. We'll try to get that part in. I'll leave that part for tomorrow afternoon, if I can, where that soul-spirit comes, and how down under here it in...

49 Now, friends, I'm not telling this from some kind of a psychologic. I have dealt with demons for years, and you know that. If you only knew the thing, after the services is over at night, what goes on sometimes. You don't know. Remember, when you come against a spirit, you better know what you're speaking about. Just don't stand there and carry on, 'cause it ain't going to do any good. But when actually a demon has to obey you, he'll recognize it. It ain't how loud you holler; it ain't how much oil you put on. It's what's back here that he'll recognize. It's the truth. Jesus just said to him, "Come out." See?

50 Remember, the disciples had been kicking, and twisting, and trying to cast him out, and everything. They said, "Why couldn't we cast him out?"
Said, "Because of your unbelief." Said, "Come out of him." The boy fell and had the hardest fit he ever had. See? See, they recognize authority.
Look at those boys down there, those vagabonds who seen Paul casting out devils. They said, "We can do the same thing," some priest's sons. So they go down and said, "We can cast out devils": Acts 19. They went down to a man had epileptic fits, and said, "We adjure you by Jesus, come out of him." The Devil said... "Now, in the Name of Jesus who Paul preaches..."
The Devil said, "Now, I know Jesus and I know Paul, but who are you?" And you know what happened: jumped on the men, tore their clothes, and they had the fits themself, and run out into the streets.

54 Them same demons live today. So there is a lot of fanaticism. This is the church this evening. There's a lot of fanaticism in the land today, called Divine healing, that ought to be shut up. That's what brings reproach upon the real cause. That's why you have such a hard struggle. There's a lot of stuff called religion today that ought to be shut up: nothing but cults. That's what makes the true church of God have such a hard struggle with it. But we're America (See?), and that's the way it'll be. God says the wheat and creepers and briars grow together. Don't try to pluck them up. Let them grow together, but by their fruits you know them. There's no fruits, why, there's no life, there's nothing there.

55 Now, watch this cell. Let's say, for instance, like a lot of time the red cancer usually hits in the womb of a woman, female bruises and so forth. Now, that... Let's take that--that fellow down now, on his cells, this--this cancer.
Now, a cancer... Everything in the natural types the spiritual. Are you aware of that? Everything in the natural types the spiritual, regardless.
For instance, like this, when--when we're born in the Body of Christ, there's three elements it takes to bring our birth. And that's the three elements that came out of the life of Christ when He died. There come from His body, water, Blood, Spirit. Is that right? Three elements, and that's the elements we go through when we're born again: justification, sanctification, baptism of the Holy Spirit. Now, that can all be in one act, but it takes... But you can be in a justified state without being sanctified. You can believe on the Lord Jesus Christ and still carry your filth with you. But you can absolutely live in a both justified and a clean holy life, and without the Holy Ghost. See, the Bible, I John 5:7 said there are three that bear record in heaven: the Father, Son, and Holy Ghost, and--Father, Word, and Holy Ghost, which was the Son, and these three are one. And there's three that bear record in earth: the water, Blood, and Spirit, and they agree in one; not one, but agree in one. You can't have the Father without having the Son; you can't have the Son without having the Holy Ghost, for they are inseparable, one. The trinity is in a one.

58 I don't hear it around here, but you hear it a lot across the country. One of the greatest things in the Pentecostal groups is the mix-up in that one simple thing. And I've had their heads right together and prove to them they both believe the same thing. It's the Devil between them; that's all. If that great Pentecostal church would throw down them little old traditions and unite themselves together in one blessed church of God, the rapture would come. But as long as Satan can keep them broke up, all right. That's of his way of doing it. And they absolutely believe the same thing. One say, "Well, this is That."
I said, "Well, if this is That, then That's this." So there you are. So it's all the same thing. But there you are. In that triune trinity of God... Now there's... Now, God in His oneness, God the Father, Son, and Holy Spirit. Now, we don't say "our Gods," as heathens. It's "our God." See? It's the threefold Being of God.
Now, notice. Now, Satan is in a trinity also. And his powers are in trinity.

61 Now, but notice then when the water, Blood, and Spirit produces the new birth. Is that right? Now, watch. That's what represents the new birth. What represents the nat--natural birth before the new birth come? Why, you mothers... When a baby's born, what's the first thing? Water. Next, blood. Next (See?), that makes the life (See?), makes the person: water, blood, spirit.

62 Now, a cancer, let's deal on him for our next, we got about five minutes left, I guess. About the next five minutes let's deal on cancer. What is that fellow? What does he represent? He's a scavenger. He represents the vulture, eats dead things. And a cancer comes from a bruise mostly, where a cell's been hit and it--it breaks up. And a little cell in there becomes backslid. Oh, that's a big word for a Baptist, ain't it? All right, but it backslides, that cell. I'm a Baptist that believes in backsliding.

63 Someone said, down here in an Arkansas meeting the other day, said, "Brother Branham," said... It was a fellow, a Nazarene; he'd been healed. He had his--walking right over town with his crutches on his shoulder. He said, "You know what?" Said, "When I first come here," said, "I--I thought you--heard you preach, I thought you was a Nazarene." He said, "Then I seen the most of the people were Pentecostal, and somebody told me you were Pentecostal. And now you say you're a Baptist." Said, "I don't get it."
I said, "Oh, that's easy." I said, "I'm a Pentecostal Nazarene Baptist." That's...?... That's right. All right. No, we are one in Christ Jesus, by the Holy Spirit making us one. That's right.

65 Now, notice, this little cell backslides when it's bruised. It begins, little... Other little germs run forth to give its lives in there, and that's what pus comes in a sore. That's teeny little soldiers fighting for your life. They run up there and--and to hit that poison, them demon powers that's trying--trying to collect in there, and give their lives. That's what makes--that's... They're a bunch of little dead soldiers, that pus that's in your blood--that's in a--in a sore, that give their life to save yours.

66 Now, once a little cell rejects in there and this demon gets started, he starts growing; he begins to multiply cells. He's building a body just exactly like your babies begin in your womb, and like you did in your mother: cell on top of cell, cell on top of cell, cell on, any way, anywhere. Just they have no form of nothing like a human being after its nature. It's just out of a spirit, it just grows any way. And it begin cell on top of cell, cell on top of cell.
And now, the first thing you know, you'll begin to get weak and feel sick. You go to the doctor, and he'll examine you. Maybe he can't find it. If he does, maybe he'll cut it. If he can cut it clear, all right, he's got it. But if he can't cut it clear, then if it's in the throat or somewhere where it can't be cut clear, one little speck of it will live right on (See?), because it has not... Like you'd cut your hand off and settle it, or anything, or you cut off... What I mean, if you'd cut the main body off, and leave your hand there, why, it wouldn't live. But--but (See?), that has not the form of life like you have. It's a demon power a-moving.

68 And now notice, you call them... The doctor calls it a cancer. God calls it a devil. Look at today. They just get it... Where did the word cancer come from? It comes from the--from a Latin word which is used in medical terms, meaning "a crab." A crab that you'd see along the seashore that's got all them legs, that's the way that--that it does; it reaches out, spreads out. The word "cancer" is "crab." And it gets in and just keeps taking ahold and sucking blood as it goes, like the octopus or something. Why, a tumor, cataract, and other diseases, every one of them comes from a germ. And that germ has to be a body. And before it can be a body, it has to be a life. Before it can create or--or germitize and make more cells, it has to be a life. Is that correct? Now, where did that cancer come from? Who, where'd that come from? It wasn't on you here sometime ago, but now maybe it's on you. Where did it come from? It's another life different from your life, living in you. And it's a tormenting, sapping your life. That's the reason Jesus called it a devil.

69 They call epilepsy today, they say "epilepsy." Why, epilepsy, in the Bible, Jesus called it a devil. When the man come with the boy that fell on the ground, and frothed at the mouth, and everything, he said, "He has a devil, and oft time he throws him in the fire, in the water."
Now, they've polished his name up and called it epilepsy, but he's a devil. And Jesus said, "Thou devil, come out of the child." It's exactly. Now, epilepsy's usually caused from a kidney trouble. Maybe you get into that a little later. See? It causes an epilepsy, a uremic.

71 Now, notice in this, then that cell sets there; it's a devil. He's building a life; he's growing, becoming greater and greater. He's got one duty to do; that's take your life. That's what the Devil sent him for, to cut your days short of threescore and ten.

72 Now, I salute every doctor. Yes, sir. Every medical science, God bless them for the help that they've done for people. That's correctly. What would you do in the world today without it? I thank God for medical science. I thank God for my automobile. If God hadn't let science make me an automobile, I'd have a hard time walking up here. For electric lights, and for soap to wash my hands with, and toothpaste to scrub my teeth with, certainly, I thank Him for everything, because all good things come from God.

73 But let me tell you, there's not one speck of medicine ever did cure any sickness. And there's not one doctor, now 'less he's some quack, but a real doctor will tell you that they do not claim to be healers. Right at Mayo Brothers, many of you... I've been interviewed there two or three times. Of patients that come from there, incurable... You read the "Reader's Digest," the November issue? How many read the November issue, that article of mine in there on "Reader's Digest?" See? And they had me up there to interview that baby they give up. Said, "It couldn't be done." But the Holy Spirit spoke to me and told me how it would be done, and it was done. All right. Now, they called me up there. And right up over the door where Jimmy and them, Mayo used to be, there's a great big sign says, "We do not profess to be healers. We only profess in assist nature. There's one Healer, that is God." They're the best in the world. Now, we have a few quacks, yes. That's right. We have some quack preachers too. All right, so that goes on both sides.

74 Notice, but any man that claims that he's a healer, he's a storyteller, 'cause he can't do it. For the Bible said, "I'm the Lord Who forgives all your sins and heals all your diseases."
I've been to studies. And in my room, the--some of the best of doctors across the nations has come. You don't know the back of a life, friend, to know what's been, and things I don't tell out in public. Men come secretly, and don't you think there ain't a lot of Nicodemuses yet in the world; it sure is, thousands of them. They look on that and come in the meeting, set there with a t-shirt on, something another like that, with polished names that you'd be surprised, set right in the meeting. In a few days slip around and call in by secretly, and send someone in for an interview. And set right there and say, "Brother Branham, I believe that's the truth." They're human just same as we are. Sure, and every man's desire, and they look beyond that dark veil yonder he has to go through someday.

76 But them cancers and things are absolutely devils enformed in a body of flesh, moving up, taking your life.
Now, if I would do like the doctor, if I could cut it off, lay it on the ground... Or, just like say for instance, you was a cancer yourself on this earth. Now, here's Divine healing. If I wanted to get rid of you in the way of the doctor's way, I'd just keep have to rub your body or something another till it just all vanished off the earth. There wouldn't be no more of it, just like the doctor takes the growth off of you. But in the form of Divine healing, if you was a cancer, I'd just call your life out of you and you'd go on. Your life would leave you, but your body would be here just the same as it was.

78 Now, there's where sight and time is God's worst enemy in Divine healing. I don't know whether Brother Baxter ever gets to these things in meeting. I set down, explained it to him and Brother Bosworth over and over. But here's what's happened. I doubt whether many of the people get it, because after while you begin to find the people coming back, saying, "I had my healing, Brother Branham, for two or three days, but bless God it--it left me." I find it. I think it's because they don't set the meeting right. The people don't understand. I've had men to come to the platform and be totally blind, cancers or cataracts over their eyes, and read this Bible after being prayed for, walk down, in three or four days be just as blind as they was in the first place. What happened? Anyone knows that when the life has gone out of any flesh, it shrinks for a while. Is that right?

79 Anybody ever, here, kill a deer or a cow, or anything like that? Sure. All right. You weigh it tonight, you hunters out here, friends of mine. You kill the deer and you throw him on the scale, tell the boys how much he weighs. Watch out. In the morning he's going to be several pounds lighter than what he was. When a human being dies, the undertaker, the first thing, takes the false teeth or an eye, whatever it is in there, takes it out, because it shrinks, it'll push out, because the human body shrinks. Every other flesh shrinks. When the Life's gone out of the cell it begins to move down and shrink. It'll do that for about seventy-two hours. And then it'll start swelling. Let a little dog get run over out here on the road. Let him lay out there in the sun for about three days, and watch what happens, he's a bigger dog than he ever was. Just swells up. Is that right?

80 Well, that's the same thing takes place when a--a demon is cast out of a sick person. The first few days, "Oh, I feel wonderful." Then begin to say, "I'm--I'm sicker than I--than I ever was. I've lost my healing." Just as sure as faith took it out, unbelief brings it right back again. As faith kills it, unbelief resurrects it. Jesus said, "When the unclean spirit's gone out of a man, he walks in dry places and he returns back with seven other devils. And if the good man of the house isn't standing there to protect that door, he will come right on in. And the good man of your house is your faith, say, "Stay away." That's it.

81 But now you watch a patient that's healed, and ordinarily--'less it's an outstanding miracle. Which, Divine healing and a miracle is two different things. Divine healing is one thing and a miracle's another thing. But an ordinary run of Divine healing, when the unclean spirit's cast out, a cancer devil, when it leaves the person, oh... Now, or say we'll take something so you can see more visual. I'll say the cataract. What happened when that man... If you'll notice a blind person. I don't know whether I've ever had any here or not, yet, cataract eyes... I'll let them stand for a few minutes. Why? So that that shrinkage begins to take place. Tell them to come back, give us a testimony. Oh, my. They can see wonderful. "Oh, my. Just, I can see things. Yes. I..." What's the matter. Life is gone. The body of the cataract is shrinking. Well, it'll do that way for a couple days. Say, "Oh, I'm getting so well."

82 And after while they begin to get a headache. Don't feel so good. Get up the next morning, "I'm losing my sight again."
Some of them said, "Uh-huh, he just was worked up; that bunch of holy-rollers got you worked up." Don't you believe that. That's a lie of the Devil. If you believe that, you'll go right back blind again. But if you'll just hold on, say, "No, Lord, I believe."
Then what happens? That body swells for so long. It covers over that sight again. That cancer in the body will swell. You'll become hurting and aching again. Then you'll get horribly sick, terribly sick. Why? That big growth of dead flesh in you is laying there, dead.
You go back to the doctor and he will say, "Oh, that's nonsense. There's a cancer right there. I can see it." Sure, it's there, but it's dead. Hallelujah.

86 Now, the bloodstream has to purify the body. Every time the heart pumps, it throws the blood around the body, and it picks up that infection. Sure, it'll make you sick. What if you had a chunk of meat hanging in you somewhere, or long as a snake, or something big around as your finger, and hanging in there, and it was dead, that much dead meat hanging in you, and it's rottening? Well, of course, your bloodstream has to keep that pure, as it pumps through. But there's a dead body, the thing hanging there, because the life is gone from it. The power of God through faith drove it out. He's a demon; he has to leave.

87 But the reason, the people's not instructed; they go away, and give up, and that same devil's standing right there to take over again. When God tells you anything on this platform through His Spirit, when you under inspiration, don't you doubt that, or a worse thing will come upon you, He said. For Jesus said, "The last estate of that man was seven times worse than it was at the first place." Is that right? When the unclean spirit went out of a man, he walked around in dry places, come back with seven other devils. So don't you disbelieve, stay right with It. Mean It from your heart. Say, "No, sir. I'll not be moved. No matter how sick I get, that doesn't have nothing to do with it." Then the first thing you know, you'll be getting cleared up. Everything will be all right then. See, it's dead. The--the operation that the doctor would've taken from you, that same growth is laying in you with no life in it.

88 You say, "Life in it, Brother Branham, will it take my life?" No, sir. That life is a separate life from yours. I've just showed you that you are a life and become a being, and it's a life and becomes a being. And you're of God, and it's of the devil. You see what I mean? Demonology. Now, you ought to see what that thing looks like when you stand and look at it.
Oh, my, I'm sorry, it's almost three-thirty. I'm sorry. Look, friends. Oh, what this world needs.

90 I've been about seven years teaching across America, having these healing services. I just got a good notion, starting back across the country teaching the Bible and on demonology, how the people can understand what to do. And that's the reason they go to these meetings a lot of times and fellow... If you don't understand, the people come out... And many times... Now, remember, that fellow that come and said he had a gift of Divine healing... The gift of Divine healing was in you if you got healed. It's you, the one. Any gift operates by faith. And no matter how much gift of Divine healing I got, I believe it with all my heart. But you could stand here and, if you haven't got the same kind of faith, it don't do you no good. I could pray for you for hours and weeks and months. It isn't the preachers with the Divine healing; it's you that's got the gift of Divine healing, that believes in being healed, 'cause it's by faith. By faith... Every operation of God is by faith.

91 The whole armor of God is by faith. We haven't got one natural thing of this world. Everything of the Christian church is a faith act. Look at the armor of God, love, joy, peace, long-suffering, goodness, meekness, gentleness, patience. Is that right? Everything's supernatural, nothing natural. So we don't look at the things natural, because we're operating supernatural. And the only way we can base it, is faith, is on what God said was the truth, and we look at the unseen. And we call those things which are not as though they were, like Abraham did when he got his... Amen. Abraham called those things which was not, like God did, as though they were. Being a hundred years old, staggered not at the promise of God through unbelief.

92 I could just imagine that, couldn't you? See Sarah get up of a morning. God said, "Abraham!" Said, "Abraham, you're going to have a baby."
Sarah got up. Said, "How you feeling, Sarah?"
This is a mixed multitude, but listen. "No different."
"Well, glory to God, we're going to have it. Go get the Bird-eye and the pins and everything, get ready."
All right, another month passed, "Sarah, how you feeling?"
"No different."
Year passed. "Sarah, what about it?"
"No different." Ten years passed. "No different." Twenty-five years passed. "No different."
Abraham, instead of getting weak, he got stronger and stronger. He knowed it was going to be more of a miracle all the time, 'cause he believed God, and he staggered not at the promise of God through unbelief. He said, "We're going to have it." And one morning the womb of Sarah, begin to swell and little Isaac was born, because Abraham believed God, and he looked at the things that--counted those things that was not as though that they were...

96 Not by feelings, not by sight. You don't walk by feelings or sight. It's by faith. And when God has pronounced anything, said, "Whatever things you ask, when you pray, believe you receive it, and hold onto it." God said so; it's got to be so. Amen. Demons...
Faith in the Father,
Faith in the Son,
Faith in the Holy Ghost, three in the One.
Demons will tremble and sinners awake.
Faith in Jehovah will anything shake.
That's right. Oh, my. Certainly it is. Have faith in God. Look to Him. Don't you move. Stay right there. God said so.

97 And demons, what are they? They're spiritual beings. Now, the--the doctor says, "You got cancer. You got TB. You got cataract. You got pleurisy; you got this." It's a devil. It's a life, and behind that life is a spirit. How many knows and can see that a cancer, cataract, it's got--it's got... It's a spirit, got--got life in it. Well, nothing can have life without spirit (You see?), so there has to be a life to operate that, somewhere.

98 Even that tree there has life in it. All the science in the world couldn't make one blade of grass. Did you know that? They make something looks like it, but they can't find the formula of life. That's God. See? Jesus said to the tree, "Cursed be you. You don't have any fruit, and you'll never have any." They passed back by there. It was about eight o'clock that morning. Passed back about eleven o'clock when they was going to dinner, Peter said, "Look at that tree; it's dead from the roots up." Why? Jesus rebuked the life that was in that tree, that was in the roots, and the whole thing died. Hallelujah.

99 That same Christ can rebuke a cancer from the roots, and the whole thing will die. That tree was standing there just the same as it was hours before, but you find that the leaves begin to drop off, and then see their bark begin to peel off, and begin to wear away, day after day and week after week, and after while there wasn't even one speck of that tree left. Hallelujah. Cancer, tumor, cataract, or anything else, will have to go when Christ speaks. He cast out devils. And He said, "In My Name they shall cast out devils, speak with new tongues, take up serpents, or drink deadly things, it'll not harm them. If they lay their hands on the sick they shall recover."

100 You love Him? I'm sorry I kept you an hour here this afternoon, setting here. You love the Lord? Well, what's going to happen now if--if you accept Christ as your Healer, and believe in your heart that something has happened to you, and you believe you're healed? Are you going to believe that you're healed? Don't let the Devil pin nothing else on you. Just keep on. "Doctor," say--say, "doctor, how does it look?" He said, "Why, it's still there."
In your heart you know; you know what's happened. First thing, he will say, "Say, wonder what happened to that thing?"
Then say, "Look, doctor, I'm going to tell you. Here's what happened: Jesus Christ healed me. That's right. Jesus Christ healed me."

103 All right, let's bow our heads just a moment. And Brother Willett, would you come here just a minute, brother?
Now, heavenly Father, we're thankful for the Blood of Christ. And maybe sometimes that Thy servant, Lord, doesn't use wisdom, by speaking so long. But I maybe feel like Paul that preached all night one night. A little fellow fell out of the window and got killed. And that apostle with the Word of God in his life, went and laid his body over the boy; life come in him and he lived again.
Dear God, I realize that the sunset of--of this great civilization is now setting, way past spent, the middle of the day's gone, the evening shadows are falling. Great Light is breaking forth from the Kingdom of God to take its place of this gross darkness coming on the earth. God, I realize I'm getting older every day. Let me go, Lord; give me strength; help me to tell this great truth everywhere. Help us tomorrow afternoon that we'll understand more.

106 And, dear God, bless this little audience this afternoon. Tonight, when they gather in for the healing service, may every man and every woman get to one another and go to talking, and saying, "Now, here's... Don't--don't have any more doubt. We understand where it comes from now. We know it's a devil. And we know when he leaves, he has to come in command of God. He has to. God's done said so. He has to leave." Then may they go out happy, rejoicing, claiming their healing. Nothing, let nothing stand in their way any more. Just go, believing.
And, God, may this little church here, and these cooperating churches, have a revival after this meeting, Lord, that'll just pack it through, and many hundreds of souls be brought into the Kingdom of God. Grant it, Father. May men and women here from across the nations and other places, may they take the message back to their churches, and may they have an old fashion revival. Grant it, Lord. Forgive us of our sins now. Help us to be Your servants, in Jesus Christ's Name. Amen.

108 I wonder, while you're setting here, is there a sinner in the building today, would say, "Brother Branham, remember me in prayer"? Will you--will you raise up your hand? Is there a sinner person? I don't... God bless you, lady. Is there? God bless you, sir. And you, and you, and you, God bless you. I wonder if you... Now, this is to you.
See, I don't believe in going back in the audience. I--I don't criticize others who do it. I don't believe in going in the audience and trying to pull someone. See? No man can come except the Father Who drawed him. See? That's right. You'll just pull him up there against his will. See? But if God knocks at your heart, you're the greatest privileged person in the world. You just don't know how many people I've talked to...

Up

S'abonner aux nouvelles