La Dislocation du monde

Autres traductions de ce sermon: La Dislocation du monde - Shp
Date: 63-1115 | La durée est de: 1 heure 35 minutes | La traduction: MS
doc pdf
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1    Chantons maintenant…
Crois seulement,
Toutes choses sont possibles, crois seulement;
Crois seulement, crois seulement,
Toutes choses sont possibles, crois seulement.

2    Inclinons nos têtes pour une parole de prière. Notre Père Céleste, nous T'exprimons à nouveau ce soir, le Grand Tout-Puissant, combien nous sommes reconnaissants d'être assemblés ici, vivants, et capables de T'adorer ce soir. Et nous sommes assemblés dans ce but, de nous asseoir ensemble dans les lieux Célestes, comme Frères et Soeurs, citoyens du Royaume de Dieu, attendant la venue du Saint-Esprit sur nous, pour qu'Il puisse nous révéler ce que nous devrions faire, le programme de notre vie. Nous voulons marcher selon Sa volonté.

3    Et nous prions, Seigneur, que Tu nous laves, à partir de la fondation, Seigneur, et fais de nous de nouvelles créatures, afin que nous puissions convenir pour Ton service. Sachant que ceci nous est totalement impossible, Père; car nous ne pouvons nous laver nous-mêmes, pas plus qu'un léopard ne peut se blanchir de ses taches, il les lèche et les fait seulement briller en essayant de fournir son propre effort. Mais, «il y a une Fontaine pleine de Sang, tiré des veines d'Emmanuel.» C'est cela qui purifie les taches du léopard. Je Te prie, Père Céleste, d'accorder ce soir, que chacun de nous puisse s'y plonger, en laissant derrière tous nos doutes, tous nos doutes de l'Amour et de la promesse de Dieu pour nous en ces temps-ci. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

4    Chantons ceci pendant que nous nous asseyons. Au lieu de dire «Crois seulement», levons nos mains et chantons: «Maintenant je crois.» Oui, tout le monde maintenant.
Maintenant je crois, maintenant je crois,
Toutes choses sont possibles, maintenant je crois;
Maintenant je crois, maintenant je crois,
Toutes choses sont possibles, maintenant je crois.

5    Que le Seigneur vous bénisse, tandis que vous vous asseyez. Oh! cela a l'air si approprié. Après avoir demandé à Dieu, dites-Lui ensuite: «Maintenant je crois», après le Lui avoir demandé.

6    Ceci a été une journée très difficile pour moi. Il y a tellement de choses à faire, et peut-être 75 rendez-vous. C'est totalement impossible. Et j'ai reçu quatre coups de téléphone aujourd'hui, me demandant de prendre l'avion; l'un était pour Beaumont au Texas; l'un pour Houston; l'un pour Campbellsville au Kentucky, et l'autre pour Little Rock dans l'Arkansas; tous des cas d'urgence. Et juste avant de partir, un message téléphonique est arrivé me demandant de prendre l'avion, Dimanche soir, aussitôt que le service aura pris fin, pour me rendre quelque part vers la côte Ouest, pour prêcher à un service funéraire.
    Et vous ne pouvez pas vous sortir de tout cela. C'est ce qui est arrivé ici, ils voulaient savoir s'ils pouvaient venir à la maison, au bureau, voyez-vous! Et tous sont de braves gens. Et beaucoup d'entre eux sont des Chrétiens. Et ils... mais vous ne pouvez pas être partout à la fois, ainsi vous essayez de faire du mieux que vous pouvez pendant que vous êtes-là. Cela vous rend nerveux. Mais vous savez, quelquefois le fait de se trouver enfermé quelque part dans un coin, rend les gens nerveux.

7    Saviez-vous que la plupart des gens inspirés étaient considérés comme étant des névrosés! C'est exact. Pensez-y seulement, lequel des prophètes n'était pas considéré comme étant un névrosé, voyez. Même Jésus, ils dirent: «Tu es fou», ça veut dire «dément», voyez. Et Paul dit: «De la manière qui est appelée 'folie', c'est de cette manière que j'adore Dieu.» Voyez, l'hérésie, la 'folie'.

8    Et considérez les poètes. Sous l'inspiration, ils s'élevaient jusqu'à un endroit où des gens ordinaires ne peuvent y arriver. Je pense à Stephen Foster, qui donna à l'Amérique ses fameuses chansons populaires. Or, je pense qu'il avait cela dans sa pensée, mais pas dans son coeur. J'avais l'habitude de vivre à la traversée de la rivière venant de mon ancienne demeure de Kentucky. Vous savez, après avoir écrit cette célèbre chanson populaire, il sortait et allait s'enivrer. Il n'en pouvait plus. Et finalement un jour, pendant qu'il sortait de cette inspiration, il appela un serviteur et prit un rasoir et commit un suicide. Voyez, vous, vous êtes...

9    Quand vous êtes là-haut, tout est bien, et quand vous êtes ici-bas, c'est--c'est dans l'intervalle, quand vous sortez de dessous cela. Vous devriez faire appel au manager et à quelques-uns de ceux qui essaient de vous déplacer la nuit, après l'une de ces rangées de discernement. Oh! la la! vous ne vous rendez pas compte si tout est vision, ou qu'est-ce qui arrive-cela--cela se trouve dans tout. Tout ce que vous regardez, vous--vous ne savez pas si c'est réellement une vision ou qu'est-ce que c'est. Vous... Et vous êtes le seul à vivre cela. Voyez! Vous êtes--vous êtes le seul à capter cela.

10    J'étais en train de l'expliquer à un pasteur aujourd'hui. C'est comme un petit garçon qui essaie de regarder à travers un trou dans un mur, pour voir un cirque. Il s'appuie avec ses mains et regarde à travers; et il peut peut-être voir comme une girafe ou un chameau et il s'effondre par terre. Et vous dites: «Qu'as-tu vu d'autre?»
    Eh bien! cela le tuerait presque de monter à nouveau, pour voir. Mais ensuite, un instant après, si quelqu'un venait autour et le relevait, il le relève et dit: «Voici comment cela va. La colonne de fleurs commence ici et elle passe par ici, et sort par ici», il le fait asseoir. Eh bien! cela ne le tracasse plus.

11    C'est de cette manière que Dieu était en Christ. Maintenant, la femme qui avait touché Son vêtement, juste une petite femme qui tendait vers la période de ménopause, elle avait un écoulement de sang. Et elle ne pouvait pas... les docteurs ne pouvaient pas arrêter cela. Et elle toucha Son vêtement. Il se retourna et dit: «Qui M'a touché? Une Vertu est sortie de Moi.» Voyez, c'était la femme utilisant le don de Dieu. Elle tira Dieu au travers de Lui. C'était la femme faisant cela. Elle eut le privilège d'utiliser le don de Dieu.

12    Mais quand Lazare mourut, Il dit qu'Il ne faisait rien jusqu'à ce que le Père le Lui montre. Et après, Il s'éloigna pour un temps, et--et ils envoyèrent L'appeler pour venir prier pour Lazare. Il n'alla pas; Il alla ailleurs. Et ensuite ils envoyèrent à nouveau. Et Il n'alla pas; et déconsidérant cela, Il alla ailleurs. Et finalement Il se tourna et dit à Ses disciples: «Lazare dort.»
    «Eh bien! dirent-ils, il fait bien.»

13    Alors Il parla dans leur langage: «Il est mort. À cause de vous, Je Me réjouis que Je n'aie pas été là.» Voyez, le Père Lui avait déjà dit combien de temps cela durerait, car Il dit qu'Il ne faisait rien jusqu'à ce que le Père le Lui montre; et ensuite combien de temps cela durerait pour Lui de retourner et qu'est-ce qui aurait lieu. Écoutez. «Mais Je vais le réveiller.» Voyez!

14    Et quand Il descendit à la tombe de Lazare, Il pria--Il dit «Père, Je Te remercie de ce que Tu M'as déjà exaucé; mais Je dis ceci pour ceux qui sont debout ici.» Il savait qu'est-ce qui allait être fait, et Il appela Lazare de la tombe. Il n'a pas été question d'une vertu sortant de Lui. C'était Dieu utilisant Son don, et l'autre c'était la femme utilisant le don de Dieu.

15    Or, vous ne pouvez fabriquer une vision. Elle doit venir de Dieu.

16    Ainsi votre foi est ce qui fait cela. La foi est la seule chose que Dieu reconnaîtra dans l'être, c'est la foi en Sa Parole promise, et vous produisez cela vous-même. C'est votre foi qui fait cela. Mais alors quand une vision vient, souvent une vision que Dieu donnerait à propos de se rendre quelque part, eh bien! quelquefois cela dure des heures, ça ne me tracasse jamais. Mais c'est ce genre là qui vous fait de la peine et alors vous revenez et vous vous demandez où vous êtes?

17    Je pense que c'est William Cowper, je crois que c'était cela son nom, qui écrivit: «Il y a une Fontaine pleine de Sang.» Je me suis tenu à sa tombe, il n'y a pas longtemps, à Londres. J'ai dû pleurer un peu, car j'éprouvais de la peine pour cet homme. Il était un poète. Et il, quand il s'éleva dans l'inspiration et écrivit ces chants... Eh bien! quand il en sortit, il essaya de... il prit un conducteur et tenta de trouver une rivière, pour se suicider, et c'était si brumeux qu'ils ne pouvaient même pas retrouver cela. Voyez, il était--il était perdu, il était sorti de l'inspiration, il était redescendu à nouveau sur terre.

18    Qu'est-ce que tout cela signifie, mes amis? C'est qu'il y a réellement un Pays au-delà de la rivière, il faut seulement s'élever pour Le voir. Ainsi nous savons qu'il y aura un jour où nous irons dans ce Pays. C'est notre grand Espoir.

19    Maintenant ce soir, je n'ai pas dit à mon fils de distribuer des cartes de prière. Mais chaque soir le Seigneur a guéri les malades à partir de l'auditoire, en les appelant seulement, ceux qui ont la foi. Écoutez attentivement ce qu'Il dit maintenant, et quand Il--Il parle.

20    Mais je pense que demain soir nous changerons l'ordre de la réunion. Et combien voudraient prier pour, seulement prier pour les malades? Bien, parfait. J'enverrai Billy un peu plus tôt, si cela arrange notre bien-aimé pasteur, nous distribuerons à chacun de vous une carte de prière, celui qui en voudra, et ensuite nous appellerons les gens à s'approcher afin de prier pour eux.

21    Je ne pourrais m'occuper de chacun dans ces lignes de discernement. Je... On m'emporterait dehors, et vous seriez en train de prier pour moi. Et--et pensez-y, si une femme toucha Son vêtement...

22    Il était le Fils Divin de Dieu. Si une femme toucha Son vêtement et cela L'affaiblit, qu'est-ce que cela ferait à moi, un pécheur sauvé par Sa Grâce? Vous ne pourriez vous en sortir, ou peut-être que, s'Il n'avait pas dit: «Ces choses que Je fais, vous les ferez aussi, vous en ferez plus que celles-ci.» Car, vous voyez, Il dit, Roi Jacques [Version] dit, 'plus grandes', mais le mot exact est 'plus', si vous vérifiez cela, 'plus'. Car, personne ne pourrait faire de plus grand que cela; Il ressuscita les morts et arrêta la nature. Il fit tout. Ainsi seulement l'Église... Tout ce qui est Dieu était là dans un homme, mais cette grande Colonne de Feu qui conduisit Israël devint Chair et demeura parmi nous.

23    Mais quand Il fut crucifié, ressuscité et monta à Dieu; le Jour de Pentecôte, Il revint dans la forme de cette Colonne de Feu, et Se sépara, des langues de Feu se posèrent sur chacun d'eux. Dieu Se divisa parmi Son Église, car c'était Sa Femme. Et Dieu et l'Église ensemble sont Un. Dieu en vous! C'était Dieu au-dessus de vous, Dieu avec nous, Dieu en nous, chaque fois le même Dieu; seulement trois manifestations, attributs ou offices, ou tout ce que vous voulez appeler cela. Comme Père, Fils et Saint-Esprit, c'est le même Dieu chaque fois. Vous voyez!

24    Et maintenant, c'était Dieu au-dessus de nous, qui ne pouvait être touché. Même la montagne sur laquelle Il se trouvait, si elle avait été touchée, ils devaient être transpercés avec une lance, car il n'y avait pas encore d'offrande pour le péché.

25    Mais ensuite Dieu vint et fut manifesté parmi nous, «nous L'avons touché avec nos mains», il dit: «Dieu!» 1 Timothée 3:16. «Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand. Dieu a été manifesté en chair, a été justifié en Esprit, a été vu des Anges, a été cru au monde, a été élevé dans la gloire.» Vous voyez! Or, cela était Dieu avec nous.

26    Dieu au-dessus de nous, Dieu avec nous, maintenant Dieu en nous. Tout ce que Dieu était, Il le versa en Christ; tout ce que Christ était, Il le versa dans l'Église. «En ce temps-là, vous connaîtrez que Je suis dans le Père, le Père en Moi; Moi en vous, et vous en Moi.» Ainsi c'est Dieu tout au long, vous voyez, avec Ses mêmes oeuvres. L'Église est ordonnée à continuer Son oeuvre, avec le même Esprit. Vous ne pourrez continuer la même oeuvre sans le même Esprit. C'est exact. Le même Esprit continue l'oeuvre.

27    Ainsi vous êtes si gentils pour vous parler, je dépasse l'heure chaque soir. Et je--je n'aime pas faire cela.

28    Mais je crois, de tout mon coeur, que nous sommes à la fin du temps. Je ne--je ne dis pas cela parce que c'est une déclaration commune parmi les gens. Je le crois. Je le crois de tout mon coeur, avec toute la sincérité de mon coeur. C'est la raison pour laquelle je n'essaie pas de construire de grandes choses, faire de grandes choses et construire de grands spiraux. Et je--je crois que Christ vient. Je--je... Tout, faisons-le maintenant même, car il n'y aura peut-être pas de demain, vous voyez. Faisons-le aujourd'hui même, si nous le pouvons, tout ce que nous pouvons faire.

29    C'est pourquoi je n'ai jamais permis, ou je ne pense pas que le Saint-Esprit voudrait me laisser posséder de grandes choses, là où il y aurait de grands... Or c'est en ordre pour ceux qui veulent faire cela. Je ne les condamne pas. C'est bien. Mais en arriver à posséder des 'télécasts' qui couvrent toute la nation, devoir mendier l'argent des gens, et faire cela, ils doivent faire cela, car ils doivent payer pour cela. Des radiodiffusions, c'est--c'est en ordre, c'est bien, mais ce n'est pas pour moi. J'aime seulement... Eh bien! cela me ferait très mal. Et je ne pourrais pas faire cela. Je ne le pourrais pas.

30    Une fois dans ma vie que je commençai à prélever une offrande. Je pense que vous en avez entendu parler. Je--je commençai à prélever une offrande. Nous étions arrivés à un point tel que je devais le faire. Je--j'avais des dettes, mais je travaillais. Je pris mon chapeau, mais nous ne pouvions pas le faire, et j'avais épuisé tout mon carnet de chèque. Et je n'avais jamais prélevé une offrande au Tabernacle. J'ai été pasteur pendant dix-sept ans, sans prélever aucun sou. Et je dis à ma femme: «Nous devons le faire. Je m'en vais prélever une offrande.»

31    Elle dit: «Je vais t'observer», vous voyez! Elle alla et se mit là.

32    Et ce soir là, après... C'était des gens aimables. Bénis soient leurs coeurs. Je dis: «Je--je n'aime pas dire cela.» Je dis: «Je suis avec vous depuis bien longtemps. Je ne vous ai jamais rien demandé», je dis, «mais je--j'ai quelques comptes que je dois régler. J'ai besoin d'environ six dollars.» Et je dis: «Je--je ne l'ai pas prélevé. Je ne l'avais simplement pas prélevé, mais c'était un dû», et je dis: «Samedi. Et je--je n'ai pas fait payer cela.» Et je dis: «Si vous tous, ou l'un de vous a environ 10 Cents», je dis: «Si vous voudriez m'aider un peu, j'apprécierais cela.» Et tout le monde se mit à pleurer. Il y avait une vieille femme assise là... Et le diacre monta, et nous n'avions même pas un plateau d'offrande, et je dis: «Vous pouvez prendre mon chapeau.» Et j'allai chercher mon chapeau.

33    Et je regardais là. Et une vieille petite Soeur qui était en train de prier pour moi, elle avait... C'était l'une de ces mères à l'ancienne mode du Sud qui avait l'un de ces petits... petits carnets qui se plient au bout. Elle déplia cela et, oh! la la! Je regardais cela. Je ne pouvais dépenser cela pour rien. Je dis: «Je--j'étais simplement en train de vous taquiner. Je voulais voir ce que vous alliez dire. Je ne voulais pas réellement dire cela.» Je ne pouvais pas le faire. C'est la plus proche tentative à laquelle je sois parvenu pour prélever une offrande.

34    Il y avait un vieil homme qui venait souvent chez moi. Il--il, je pense qu'il était de la Maison de David, ou quelque chose comme cela. Il avait une longue barbe et une longue chevelure. Il me donna une vieille bicyclette, disant qu'elle glissait; mais elle ne glissait pas, elle était simplement usée. Cela avait probablement bien rendu service, mais c'était... Ainsi je--je suis descendu au magasin 'bon marché' et achetai deux boîtes de peinture, pour vingt Cents, et je la peignis et la vendis pour six dollars.
    Ainsi je n'avais plus besoin de prélever l'offrande, vous voyez. Ainsi c'est la plus proche tentative à laquelle je sois parvenu.

35    Que dire si je venais ici avec toute cette grande obligation, et si le Saint-Esprit m'envoyait quelque part dans une petite église pour en prendre soin, où peut-être je devrais gagner des centaines de dollars par jour! Ils ne pourront pas le faire. Mais voyez-vous, je n'ai besoin de rien d'autre que d'un peu plus de Dieu. Je--je ne le peux pas. Ainsi s'Il m'appelle quelque part, peu importe où que ce soit, s'il y a dix personnes ou... Et j'ai prêché à cinq cent mille en une fois. Ainsi donc, n'importe quand que cela arrive, quelqu'un met... Dieu met cela sur leur coeur et qu'ils viennent tout autour et disent: «Vous savez, le Seigneur a dit que vous irez quelque part et voici un chèque pour cela.» C'est cela, par la foi, vous voyez, car Il sait de quoi nous avons besoin. Vous voyez! Et ainsi j'aime seulement vivre comme cela.

36    Et ensuite autre chose, vous savez, je crois quand nous allons à certains endroits. Beaucoup de gens qui viennent à mes réunions sont des pauvres comme je le suis moi-même, et je veux rester comme ils sont. Serait-il juste pour un prédicateur de circuler tout en ayant avec lui quelque chose de tout grand comme cela, vous savez, et des dizaines de milliers de dollars, les gaspillant par-ci et par-là; et une certaine pauvre femme se traînant avec un sac de coton sur son dos; qui ramasserait du coton pour environ trois dollars par jour, se nourrissant de la graisse et du pain de maïs! Non. Je ne peux pas supporter cela, vous voyez. Christ était le propriétaire de la terre, mais n'avait pas un endroit où reposer Sa tête; «Les renards ont des tanières.» Et Il était notre exemple. Il était ce qu'Il était censé être.

37    Or, je n'essaie pourtant pas de condamner cela. J'essaie simplement de vous parler de moi-même. C'est pourquoi, je n'ai jamais tenté d'entreprendre quelque chose de grand, n'ayant pas d'argent, vous savez. Et vous ne pouvez rien entreprendre de grand de toutes façons. La plus grande chose qu'il y a, nous allons vers Cela, vous voyez; et c'est Dieu. Et je crois que nous sommes tous identiques et restons comme cela. Nous sommes enfants de Dieu.

38    Maintenant, j'aime lire cette Bible. Et je ne peux pas très bien lire cela parce que je prononce souvent mal mes mots, mais vous me supporterez pour cela.

39    Je me souviens que c'était une fois, à Fort Wayne, j'étais en train de prêcher. Et il y avait l'Assemblée de Dieu qui avait écrit cet article, et ensuite le 'Who's Who', concernant une petite fille. Vous devriez l'avoir lu il y a de cela dix ans environ. Ils avaient, elle avait été... ses yeux avaient été opérés et elle avait perdu la vue. Et on l'amena à moi, et le Saint-Esprit lui dit tout à ce propos et la guérit sur place là; elle pouvait lire la Bible ou n'importe quoi. Et le 'Who's Who' avait écrit cela. Ce livre, le 'Who's Who', qui traitait sur la science médicale et d'autres choses encore, vous savez.

40    Et je me souviens, deux soirs après cela, j'allai là derrière où Paul Rader écrivit ce chant: «Crois seulement.» Et j'étais assis là et entendais cela revenir. Il y avait là un homme qui devait réellement avoir de l'éducation, et il vint et dit: «Monsieur Branham, puis-je vous parler?»
    Je dis: «Oui monsieur.»

41    Et il se présenta, et il dit: «Je veux juste vous corriger sur quelque chose.»
    Je dis: «Très bien, monsieur.»
    Et il dit: «Votre grammaire, vous voyez!»

42    Je dis: «Oui monsieur, je sais cela.» Je dis: «J'ai seulement une éducation de septième niveau.» Je dis: «Nous étions dix enfants. Mon père était maladif et je devais aller travailler. Je devais abandonner l'école, étant encore un petit garçon.»
    Il dit: «Ce n'est pas une excuse.»

43    Et je dis: «C'est vrai.» Je dis: «Je pense que ce n'en est pas une. Mais maintenant depuis que je sers le Seigneur, je n'ai pas le temps même d'en entendre parler.»

44    Il dit: «Eh bien! votre...» Il dit: «Ces gens-là dehors!» Il dit: «Je vous ai remarqué la nuit dernière, vous avez dit: «Vous tous qui avancez à cette chaire, vous avez dit: «descendez...»

45    Et je dis: «Eh bien! quoi donc? Je ne vois pas de différence.»
    Et il dit... Je dis: «Qu'est-ce qui ne va pas là?»

46    Il dit: «Ce n'est pas 'pulpit' [pupitre en anglais. – N.D.T.].», il dit: «C'est 'pulpit'.» Il dit: «Votre assemblée vous apprécierait plus si vous disiez 'pulpit'.»

47    Eh bien! je pense qu'il s'est en quelque sorte mal pris à la chose. Je dis: «Frère, je dis, je ne veux pas être en désaccord avec vous. Mais je ne crois pas que ces gens se soucient si je dis 'pulpit' ou 'pulpit' [pupitre en anglais. – N.D.T.], ce qui importe c'est que je leur prêche la Parole de Dieu, et vivre la Vie qui s'y trouve.» C'est la chose principale. Amen.
    Le petit bonhomme dit: «Mais vous ne connaissez pas votre Bible.»

48    Je dis: «Mais je connais très bien l'Auteur, et Il me bénit. Je voudrais plutôt connaître: 'Le connaître Lui, est la Vie'.» Vous voyez!

49    Maintenant, demain soir, venez un peu tôt. Parce que quand je suis arrivé à bord d'un taxi, il y a quelques instants, là dehors, il y avait des files de gens, désemparés, quelques-uns pleurant en quittant l'endroit, ils étaient renvoyés. Donc venez aussitôt que vous le pouvez pour avoir une carte de prière.

50    Maintenant avant de prendre la Parole, parlons à l'Auteur juste un instant.

51    Père Céleste, ceci est Ta Parole. Et nous lisons dans la Bible que: «Nous sommes lavés par l'eau de la Parole.» Et nous savons comment, dans l'Ancien Testament, ils prenaient la génisse rouge, ils la tuaient, toute l'Assemblée, et elle était brûlée. Et ensuite les cendres étaient gardées dehors dans la cour, comme une eau de séparation, en sorte que les mains qui manipulaient ceci devaient être des mains pures. Et je Te prie, Dieu, tandis que cette eau de séparation, la Parole qui nous sépare de la mort à la Vie; qui purifie nos pensées et nos coeurs Seigneur. Et s'il y a en nous quelque chose que Tu trouves qui ne soit pas juste, lave-Le ce soir Seigneur, par cette eau de séparation. Ôtes nos péchés, Père. Nous--nous voulons nous tenir chaque jour devant Toi, mourir en nous-mêmes, afin que nous puissions vivre en Christ. Bénis la Parole tandis que nous la lisons. Et Tu as promis que cela ne retournerait pas vide, mais Elle--Elle accomplirait ce pourquoi Elle est destinée à faire. Et nous prions que Tu accordes cela par le Nom de Jésus. Amen.

52    Nous trouvons dans le Livre de la Révélation de Jésus-Christ, je vais juste lire un peu le Sixième Sceau. Dans le Livre d'Apocalypse, au sixième chapitre, nous commencerons au douzième verset. Et ensuite je désire lire aussi dans Hébreux 12:25, comme référence à quelques Écritures que j'ai noté ici. Et le Seigneur voulant, je voudrais parler sur de petites choses. Maintenant dans Apocalypse 6:12:
    Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang,et les étoiles du ciel tombèrent sur Terre, comme lorsqu'un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes.
    Le ciel se retira comme un livre qu'on roule; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places.
    Les rois de la terre, les grands, les chefs militaires, les riches, les puissants, tous les esclaves et les hommes libres, se cachèrent dans les cavernes et dans les rochers des montagnes.
    Et ils disaient aux montagnes et aux rochers: Tombez sur nous, et cachez-nous devant la face de celui qui est assis sur le trône, et devant la colère de l'agneau; car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister?

53    Maintenant dans le Livre des Hébreux, le douzième chapitre, en commençant par le 25e verset. Hébreux 12:25
    Gardez-vous de refuser d'entendre celui qui parle; car si ceux-là n'ont pas échappé qui refusèrent d'entendre celui qui publiait les oracles sur Terre, combien moins échapperons-nous, si nous nous détournons de celui qui parle du haut des cieux,
    lui, dont la voix alors ébranla la terre, et qui maintenant a fait cette promesse: Une fois encore j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel.
    Ces mots: Une fois encore, indiquent le changement des choses ébranlées, comme étant faites pour un temps, afin que les choses inébranlables subsistent.
    C'est pourquoi, recevant un royaume inébranlable, montrons notre reconnaissance en rendant à Dieu un culte qui lui soit agréable, (12:29) avec piété et avec crainte,
    car notre Dieu est aussi un feu dévorant.

54    Maintenant ceci est un--un petit texte que je voudrais tirer de là, pour en faire un texte, si je peux l'appeler ainsi. Et j'espère que je ne vais pas vous garder trop longtemps. N'oubliez pas, demain soir, de venir tôt pour avoir les cartes de prière, et nous aurons une ligne de prière où nous prierons pour tous les gens qui auront des cartes de prière. Et maintenant, mon texte ce soir est: «Le Monde se disloque.» C'est un texte très bizarre.

55    Mais je pensais aujourd'hui, pendant que j'ai eu une grande occasion et un grand privilège de marcher en compagnie de Frère Vick, cet honorable et noble serviteur de Christ; aussi avec Frère Joseph, mon précieux ami. Eh bien!nous avions, c'était un dîner pour moi. Je pense que pour vous tous ici c'est un déjeuner. Mais si cela est un dîner, alors ceci est un dîner ce soir, et si cela est un déjeuner, où sera mon souper alors? Vous voyez, j'ai l'impression d'avoir omis quelque chose. Et alors pendant que nous allions au dîner et rentrions dans la rue, nous remarquions qu'ils étaient en train d'installer, ils commençaient à installer des choses pour Noël. Nous approchons la période de Noël, d'ici un mois, mais tous les entrepôts se vident de leurs articles de Noël.

56    Combien ils manquent de loin la signification de Noël! C'est devenu un acte commercial. Toutes les fêtes sont devenues cela; telles que la fête des mères, la fête des pères. Mais chaque jour devrait être le jour de la fête des mères, de la fête des pères. Et oh! ils ont les Pâques. Le Père Noël a pris la place du jour de la naissance. Un lapin, un poulet et un petit canard ont pris la place du jour de la résurrection. Tout est poulets, canards et ces oeufs, mais qu'est-ce que ceci a à faire avec la résurrection? Voyez! Et c'est regrettable que nous... placions cela devant nos enfants.

57    Ici ce soir, bon nombre de petits garçons vous parleront plus de Davy Crockett qu'ils ne pourront vous parler de Jésus-Christ, assurément, car c'est un grand acte commercial. Ils prennent des vêtements semblables à ceux d'un certain cowboy, d'un certain héros ou d'un certain marginal ou quelque chose comme cela et ils vous vendent des vêtements semblables aux leurs, et alors tous les petits enfants en connaissent plus et lisent l'histoire de cela. Si nous pouvions seulement amener le programme de Christ aux gens comme cela. Généralement vous lecteurs, vous essayez d'imiter ce que vous lisez.

58    Je me souviens, cela avait été le cas avec moi. Je me souviens une fois, un tout petit garçon que j'étais, à environ douze ans; j'allais à la bibliothèque publique et m'emparais de l'un des livres de Zane Grey intitulé 'Le garde forestier solitaire' ['The Lone Ranger' – N.D.T.] Je ne cessais de monter sur le balai de ma mère, comme un dada et contournais la maison, jusqu'à ce que je le rompe. Plus tard, j'ai lu l'histoire de Edgar Rice Burroughs intitulée 'Tarzan et les singes' ['Tarzan and the apes'] et je dormais sur un arbre, parce que je lisais cela. Cela était dans mon esprit.

59    Et oh! un jour je m'emparai de quelque chose qui était réel, une Vérité, non pas une fiction. Et depuis lors, je désire que ma vie soit semblable à la Sienne. J'avais trouvé quelque chose qui était réel quand je lus la Bible et la Vie de Jésus-Christ.

60    Maintenant, tandis que nous approchons cette période, cela est très familier. Le monde se trouve presque dans la même condition qu'il fut il y a deux mille ans, quand Il vint sur Terre à Son premier avènement. Quand Il vint sur Terre, la Terre dut faire face à son temps.

61    Très souvent, le monde entre dans une telle condition chaotique, jusqu'à ce que rien ne peut être fait pour lui. Nous avons eu cela maintes fois, ces préludes. Et nous--nous trouvons que chaque fois qu'il fait face à cette condition, cela pousse les gens à la prière. Et ils sentent que tout arrive à la fin, tels que tous nos systèmes et tout ce que nous avons, tendent à leur fin. Ce fut cela dans le monde antédiluvien et ainsi de suite. La politique et toutes autres choses arrivent à la fin, il n'y a rien de plus. Et je pense que tout ce que Dieu fait est pour un but, une sorte de rajeunissement, une sorte de retour en arrière. Cela a une façon de se renouveler. Et je pense que c'est la loi de Dieu, que ces choses en arrivent là.

62    Au temps du premier avènement de Christ, je crois que nous pourrions dire que le monde était en train de se disloquer. C'était un temps corruptible dans la politique, un temps corruptible dans la religion. Le système entier est corrompu. Ils ont mélangé et injecté d'autres choses, et des théories faites de main d'homme dans les religions et ainsi de suite, jusqu'à ce que la chose entière soit corrompue. Et le monde se disloquait.

63    Et le monde, à cette époque, priait pour avoir un Messie. Les Romains priaient pour avoir un Messie, les Grecs voulaient un Messie, les Juifs voulaient un Messie. Et Dieu leur donna un Messie, mais ils ne voulurent pas la manière que Dieu utilisa pour envoyer cela.

64    Et je me demande aujourd'hui, dans notre époque chaotique, si nous n'atteignons pas à nouveau ce niveau, tandis que nous approchons Noël, nous voyons le monde presque dans la même condition; décadence morale, décadence dans la vie religieuse, décadence dans le système de dénomination, et tout est corrompu. Et tous, nous cherchons quelque chose qui puisse nous aider à nous en sortir. Tous nous attendons un Messie.

65    Je me demande si Dieu nous envoyait le Messie, si nous ne ferions presque pas la même chose qu'ils firent dans le passé. Nous ne Le connaîtrions pas, nous ne connaîtrions pas Qui Il était. Je ne pense pas que le monde puisse Le reconnaître, pas du tout.

66    Et remarquez pourquoi. Voici ce que je pense, la raison de cela. Les Romains avaient leur idée de ce que devait être un Messie. Chacun de nous a ses propres idées; chaque dénomination a ses idées. On nous a appris et on nous a dessiné sur des graphiques et tout, ce que serait le Messie et comment cela sera, «Notre église est la seule à pouvoir recevoir Cela.»
    Eh bien! les Juifs, les Pharisiens pensaient cela, et les Sadducéens de leur côté pensaient la même chose. La même chose, vous voyez. Les esprits ne meurent pas; seulement l'homme qu'ils possèdent. Voyez! Mais le diable ne reprend pas son esprit, il reprend seulement l'homme. Et ce qu'il y a de Glorieux est que Dieu non plus ne reprend pas Son Esprit. Vous voyez, Il demeure; seulement l'homme. Le même Esprit qui était en Christ est aujourd'hui dans le croyant, le vrai croyant.

67    Maintenant remarquez, les Romains en ce temps-là cherchaient un Messie, un politicien. Ils voulaient quelqu'un qui descende du Jupiter, ou quelqu'un qui descende avec un char de feu, avec un soleil derrière sa tête, et il tirerait les chariots à travers le ciel. Et ils voulaient que Jupiter descende et leur donne le 'truc', le secret militaire comment ils pourraient dompter le monde entier. C'est ce qu'ils voulaient faire. Ils voulaient dompter les Grecs, et soumettre le monde entier. C'est le genre de Messie qu'ils voulaient.

68    Eh bien! les Grecs voulaient ce genre de Messie qui vienne et leur dise exactement le genre de stratégie à prendre pour dompter les Romains. Vous voyez, c'est cela.

69    Et les Juifs, ils cherchaient un Général, un homme qui viendrait avec une verge de fer dans sa main, et un Lion de la tribu de Juda, et qui régnerait sur les nations; et bouterait Rome dehors jusqu'à la mer pour les noyer, et Israël allait prendre le dessus. C'est cela la raison. Quand Il vint exactement comme l'Écriture dit qu'Il viendrait, mais ils Le cherchaient d'une autre manière.

70    Je me demande si cela ne serait pas la même chose aujourd'hui s'Il vient, si nous ne penserions pas cela. Nous avons nos propres idées à propos de ce qu'Il devrait être, et à quoi Il devrait ressembler, et comment Il Se vêtirait, arrangerait Ses cheveux, et tout. Si cela ne répond pas à notre goût, eh bien! nous ne Le recevrions pas, vous voyez; Je veux dire nous, le monde aujourd'hui, vous voyez. Très bien.

71    Ils--ils, les Juifs, ils rejetèrent le Messie, parce qu'Il n'avait pas répondu à leur goût. Il ne l'a pas fait.

72    Il y a quelques jours, là, à Tucson, un brave tailleur était en train de couper un pantalon pour moi. Et il était Juif. Et j'entendais son Anglais entre-coupé, et je dis: «Qui êtes-vous, un Juif?»

73    Il dit: «Oui, monsieur.» Et il dit: «Je suppose que vous êtes un Chrétien?»

74    Je dis: «Oui, monsieur.» Ensuite il continua à travailler sur mon pantalon. Et je pensai: «Je le laisserai continuer.»

75    Et il dit: «Eh bien! il dit, je n'ai rien contre vous Chrétien.»

76    Je dis: «Merci, monsieur. Je n'ai rien contre vous.» Et il dit, il dit le... Je dis: «Quelle est votre opinion de Christ?»

77    Il dit: «Il est venu trop tôt, et ils disaient qu'Il était trop jeune pour faire ce travail.»
    Et je dis: «Oui, monsieur.»

78    Il dit: «Il était un peu trop jeune pour faire Son travail.» Or Christ, il dit: «Si Lui, Jésus, venait aujourd'hui...» Non pas Christ; ils ne croient pas cela. Il dit: «Si Jésus venait aujourd'hui, Son programme aurait été juste.» Il dit: «C'est quelque chose comme ce qui se passe entre Rockefeller et Goldwater», il dit: «Ils se battent l'un contre l'autre tout en étant dans le même parti.»
    Et il dit: «Vous voyez, ils ne devraient pas faire cela.»
    Je dis: «C'est exact.»

79    Il dit: «Quand Jésus vint, dit-il, Il vint combattre contre Son propre parti du peuple.»

80    Je dis: «Oh! non. Il vint chez les Siens et les Siens ne L'ont point reçu.» Je dis: «C'était cela, vous voyez.»

81    Ainsi je le laisserai tranquille jusqu'à ce que je rentre, vous voyez, pour être à temps en quelque sorte. Car, je me souviens que Dieu aveugla ses yeux pour que je puisse voir, vous voyez, ainsi je suis reconnaissant à cette race. Je le suis certainement. Ne vous en faites pas, Israël, si vous êtes assis ici, votre temps est bientôt à sa fin. Vous voyez! Assurément.

82    Or maintes fois nous disons: «Jésus était Juif.» Non Il ne l'était pas. Non, Il n'était pas Juif. Il n'était ni Juif ni Païen. Il était Dieu. Vous voyez, l'hémoglobine c'est là où la cellule se trouve, et la cellule de vie était une cellule créée par Dieu. Il n'y avait pas de vie intime entre Dieu et Marie. Il n'y a même pas une sensation. Il créa les deux germes; l'oeuf et la cellule, c'est exact. Et Il n'était ni Juif ni Païen. Il était cette brèche, au milieu. Il était Dieu. Et s'Il avait un sang Juif, nous sommes perdus; s'Il avait un sang païen, nous sommes perdus. Il avait le sang de Dieu, créé en dehors du désir sexuel. C'est la raison pour laquelle notre Foi peut regarder Là et se tenir avec assurance que c'est Cela. Ainsi Il mourut pour les deux.

83    Or nous trouvons que quand Il vint, Il ne vint pas répondant au goût des Juifs, alors ils Le condamnèrent. Et maintenant nous ne pouvons rien dire à ce sujet, car nous faisons la même chose.

84    Qu'est-ce qui a causé cela? Je crois qu'il y avait une raison de cela. Et je pense que c'est parce qu'ils avaient pris la Parole de Dieu et L'ont rendue sans effet, par leurs traditions. Jésus dit cela. Il dit: «Vous, par vos traditions, avez rendu la Parole de Dieu sans effet.» C'est exact. Elle n'était plus effective, car ils y ajoutèrent et y injectèrent leurs traditions. Et quand...

85    Vous ne pouvez rien ajouter à Cela. Vous ne pouvez rien en retrancher. C'est, cela reste ce qu'Elle est. C'est comme ça que Dieu l'a préservée. Nous ne pouvons ajouter des credo, des dogmes et des choses semblables, les injecter dans Cela. Cela n'a pas besoin de l'aide. Cela, c'est Lui, c'est Lui sous la forme des lettres.

86    Et la Parole est une semence. Et la semence jetée dans une bonne terre croîtra, si vous ne la creuser pas chaque matin pour voir si elle a germé ou pas. Semez-la simplement, recommandez-la à Dieu et laissez-la là. C'est la manière qu'il faut pour la faire croître. La laisser simplement telle qu'elle est dans la terre. Et c'est là qu'Elle est censée se trouver, dans la terre de votre coeur. La Foi L'arrose à chaque heure, disant: «Si Dieu l'a dit, cela m'appartient!» C'est cela la façon de faire.

87    Ainsi le monde entier d'alors était en train de se disloquer comme c'est le cas aujourd'hui, chaque nation cherchait quelqu'un pour la faire sortir de cette tragédie qui était prête à frapper le monde et essayer de les garder ensemble. Les nations cherchaient quelque chose, et chaque nation cherchait cela, mais ils semblaient ne pas vouloir accepter ce que Dieu leur envoya. Ils demandaient un homme, un messie qui dompterait le reste des nations et Dieu leur donna un bébé. Ils demandaient un Général et ils reçurent un bébé! Dieu savait de quoi ils avaient besoin. Vous voyez, Il les humilia.

88    C'est la façon de faire de Dieu, Il nous humilie quand nous croyons connaître quelque chose. Comme Il dit à Job: «Toi qui a de la sagesse, où étais-tu quand Je posais la fondation du monde, quand les étoiles du matin chantaient ensemble et les fils de Dieu criaient de joie? Où étais-tu, Job?» Eh bien! sa sagesse était finie, vous voyez. Et Dieu nous humilie quand nous pensons que nous sommes quelque chose de grand. Quand nous pensons que notre organisation est la seule, Dieu revient avec quelque chose qui ne se trouve nulle part, Il suscite quelque chose et nous humilie par cela. C'est exact. Il le fait toujours de cette manière. Oui.

89    Vous voyez, ils demandaient un Général, et ils reçurent un bébé. Dieu savait de quoi ils avaient besoin. C'est exact. Ils demandaient un Général, et reçurent un bébé. Dieu savait de quoi ils avaient besoin. C'est exact. Ils demandaient un Général et ils reçurent un Sauveur. Bien qu'ils pensaient qu'ils étaient sauvés, mais la visite de Dieu vers eux montra qu'ils ne l'étaient pas.

90    Peut-être que c'est tout à fait ce qui ne va pas aujourd'hui. Le monde croit qu'on est sauvé en se joignant à une église, mais ils ont besoin d'un Sauveur et c'est pareil aujourd'hui. Si cela n'est pas une image du monde aujourd'hui, alors je ne connais pas le monde.

91    C'est à peu près ce qu'il y a avec Noël, nous voyons à nouveau la même chose, le monde qui se disloque. Si vous allez à ceci, cela s'en va. Si vous allez à ceci, cela s'en va. Cela doit être ainsi afin que nous arrivions à Ceci. Vous voyez, cela enlève tous les appuis qu'il y a en dessous de nous, afin que nous puissions revenir à l'unique ressource qu'il y a, et c'est la Vie éternelle.

92    On cherche aujourd'hui, comme ce fut le cas alors, un quelconque système qui puisse maintenir cela uni. Maintenant, cela est en train de se disloquer à nouveau comme ce fut le cas alors. Et le monde religieux d'alors était à la recherche d'un Messie promis pour faire cela.

93    Et Dieu garde Sa promesse. Il ne manque jamais de garder Ses promesses dans tous les âges. À l'époque de Noé, quand le monde était en train de se disloquer, Dieu leur envoya un puissant prophète. Qu'est-ce qu'ils en firent? Ils rejetèrent cela. Qu'est-ce qu'un prophète? Celui à qui vient la Parole, c'est à nouveau la Parole de Dieu. À l'époque de Noé, on envoya cela. À l'époque de Moïse, le système tout entier était en train de se disloquer, on envoya un prophète. À l'époque d'Élie, tout le système était en train de se disloquer, on envoya un prophète. À chaque époque, quand le monde arrive à ce chaos, on envoie un prophète. Et en cette première fête de Noël, Il a envoyé la Parole dans Sa plénitude, vous voyez, la Parole! Une portion de la Parole dans un prophète, le prophète avait le message pour cet âge, et il alla de l'avant.

94    Il leur fut donné un prophète, et qu'est-ce qu'ils firent d'eux chaque fois? Ils les lapidaient (ils n'étaient pas en accord avec leurs systèmes) et ils les mettaient à mort. Jésus dit: «Vous garnissez les murs des prophètes, les tombes, et ce sont vos pères qui les ont mis là. Et vous témoignez que vous êtes leurs enfants.» Vous voyez, ils le font. C'est regrettable, mais c'est--c'est cela le monde. Vous voyez, c'est toujours Dieu envoie--Sa Parole, et la sagesse essaie de renverser la Parole.

95    C'est cela qui se passa au commencement. La chose qui fut à la base pour que le système tout entier du péché commence, était que quelqu'un, Ève... Satan élabora un plan meilleur que celui de Dieu; il produisit la sagesse. Ils mangèrent de l'arbre de la connaissance.

96    La sagesse vous emmène toujours loin de Dieu. La Foi vous ramène à Dieu. Vous ne connaissez pas Dieu par votre grande sagesse. Vous... Elle n'est pas bonne. Elle est du monde. C'est une folie pour Dieu. «Mais il a plu à Dieu, par la folie de la prédication de Sa Parole, de sauver les perdus.» Vous voyez! Ainsi Dieu a toujours utilisé quelque chose d'insensé et de simple.

97    Quand Il appela Ses disciples, s'Il avait choisi Caïphe et les grands prêtres qu'ils avaient formés pour cette heure-là, il y aurait eu quelque chose à vanter. Ils avaient leurs diplômes de docteur et tout. Mais Il alla et prit des ignorants, des pêcheurs de poissons qui ne pouvaient même pas lire leur propre nom ou écrire leur propre nom, afin qu'Il puisse prendre ce qui est néant pour en faire quelque chose.

98    Même le grand saint Paul dit qu'il devait oublier tout ce qu'il connaissait, afin qu'il puisse trouver Christ. Il dit à l'église de Corinthe: «Je ne suis pas venu à vous avec l'excellence des mots et de sagesse de ce monde, car vous fonderiez votre foi en cela.»

99    Et regardez aujourd'hui, les gens ne veulent pas d'un pasteur à moins qu'il parle correctement et sache utiliser tous ses noms et pronoms. Et si c'est le cas, je ne pourrais monter à aucune chaire, car je ne connais même pas la différence qu'il y a entre un nom et un pronom. Et la seule chose que je connais, est que je Le connais Lui. Et c'est tout ce que je me soucie de connaître, car Il est mon Nom et Pronom, Il est ma Vie. Maintenant la chose que nous désirons connaître est Lui. Mais vous voyez, notre système religieux a adopté le système éducationnel, et cela a pris la place du Saint-Esprit. C'est cela qui se fait.

100    Maintenant, aux jours de Noé, aux jours de Moïse, on leur envoya les prophètes, et que firent-ils? Ils les lapidèrent, les mirent à mort, les scièrent en pièces, les brûlèrent, ils firent n'importe quoi pour se débarrasser d'eux, pour les ôter de leurs mains.

101    Jésus donna une bonne parabole, lorsqu'Il dit: «Il y avait un homme, un grand homme fit un... avait une vigne et y plaça des ouvriers. Et il envoya un serviteur, et ils le tuèrent. Il envoya un autre serviteur, et ils le tuèrent, et ainsi de suite.» Et il dit: «Finalement il dit: - Je... j'enverrai mon fils, ils auront égard envers lui.»
    Et les ouvriers de la vigne dirent: «Voici l'héritier, tuons-le.» C'était le Fils de Dieu qu'Il envoya.

102    Dieu ayant envoyé les prophètes! Ayant envoyé Sa Parole; la Parole! Rappelez-vous, pour chaque génération tombante, il reste une seule chose qui puisse retenir ce monde uni, c'est la Parole de Dieu!

103    Ce monde fut créé par la Parole de Dieu. Il a été formé par la Parole de Dieu. C'est l'unique chose qui puisse jamais le garder uni, c'est la Parole de Dieu. Car Hébreux dit: «Nous savons que le monde a été formé par la Parole de Dieu.» Les gens doutent de la Parole de Dieu, et la poussière même sur laquelle vous êtes assis est la Parole de Dieu manifestée. Les sièges mêmes sur lesquels vous êtes assis c'est la Parole de Dieu manifestée. Dieu la prononce, et cela doit arriver, parce que c'est la Parole de Dieu.

104    Maintenant la seule chose qui puisse le maintenir uni, ne sera jamais un système politique, ce ne sera jamais les Nations Unies, ce ne sera jamais l'une de ces organisations. Ce sera la Parole de Dieu qui gardera le monde uni. C'est l'unique chose à laquelle je puisse vous recommander aujourd'hui, pour garder le monde de son imminente dislocation, c'est le retour à la Parole de Dieu. C'est cela le programme de Dieu, toujours.

105    Dans le jardin d'Éden, Satan s'avança et dit à Ève, il dit: «Vous devriez prendre du fruit de l'arbre.»
    Et elle dit: «Mais Dieu a dit non.»

106    Il dit: «Oh! maintenant, certainement vous ne mourrez point.» Vous voyez, il savait qu'aussi longtemps que les gens peuvent rester fermes!

107    C'est ce qui est censé nous fortifier, c'est la Parole. Vous voyez, nous sommes soutenus par la Parole. La Parole est en vous; Dieu en vous, autour de vous. Où que vous allez, c'est la Parole, la Parole! Gardez-Le toujours devant vous. Rappelez-vous, soyez sûrs de Lui partout. Or quand Ève et Adam marchaient comme cela, il n'y avait pas de mort. L'homme ou la femme qui marchent comme cela maintenant, il n'y a point de mort pour eux, ils ont la Vie éternelle quand vous êtes--quand vous êtes entourés et gardés par la Parole.

108    Maintenant observez, la sagesse vient renverser la Parole, et quand cela arriva, Ève rompit la barrière. Et quand Satan découvrit que c'était cela l'endroit qu'il pourrait frapper la race humaine, c'est exactement par là qu'il la frappe chaque fois. Il vient sous la forme d'une religion, même dans un esprit anti-Christ, si proche qu'il pourrait séduire même les Élus dans les derniers jours. Or, il n'existe pas une chose tel qu'un parti communiste qui tromperait quelqu'un; ils sont--ils sont anti-Dieu, pour commencer, mais cela n'est pas anti-Christ. L'anti-Christ est une religion, si proche qu'elle séduirait même les Élus.

109    Voyez Judas Iscariot, il marcha avec l'Église et professait Christ. Il fit tout ce que le reste d'eux avait fait, il sortit et chassa même les démons, et revint avec joie, avec eux. Exactement, Matthieu 10. Mais quand arriva la Pentecôte, pour recevoir la Vie éternelle, il montra ses couleurs.

110    Et c'est là qu'on en arrive aujourd'hui. Le diable vous laisse vous joindre à toute église que vous voulez. Mais quand vient le moment de recevoir le Saint-Esprit, il va se mettre à crier, «C'est une bande d'exaltés», ou quelque chose comme cela. Il ne veut rien avoir avec Cela. Et Judas et son système peuvent suivre jusqu'à cette heure-là. Car c'est là que Judas séduisit ce monde, jusqu'à ce point, mais il ne pouvait le faire là-bas. C'était pour les Élus. Or, il peut arriver si proche, mais il ne peut pas en venir à bout. Parce que s'il l'avait fait, alors il aurait été votre Frère, donc il ne le peut pas.
    Quelqu'un a dit: «Vous savez, le diable m'a eu.»
    Non jamais.

111    Vous êtes allés après lui. Il n'est jamais venu vers vous, pour vous avoir. Car: «Vous êtes morts et votre vie est cachée en Dieu, et scellée par le Saint-Esprit.» La seule voie pour lui d'y entrer est d'emprunter la même voie que celle que vous avez empruntée. Donc, il vous a simplement invité et vous êtes allé à lui. C'est tout. Vous voyez! Ce n'est pas lui qui vous a suivi. Il ne peut entrer Là, car vous êtes en Christ, mort à vous-même. Amen. Je ne suis pas en train de dire 'amen' à moi-même, mais cela signifie 'ainsi soit-il'. Et je sais que c'est vrai, je l'ai expérimenté et je sais que c'est vrai. Recevoir Christ en vous, c'est passer de la mort à la Vie. Très bien.

112    Or, nous remarquons ensuite que le monde religieux de ce temps-là se disloquait, et ils avaient toujours fait cela avant. Et pourquoi? C'est parce que les prophètes qui venaient et le Messie qui est venu n'avaient pas rencontré leur spécification et leur expression théologique de cela. Ils... Cela n'a pas été ainsi.

113    Et c'est ce qui est censé se passer aujourd'hui. C'est pourquoi je crois qu'aujourd'hui nous sommes--nous sommes rabougris dans ce jour, car au moment de Dieu, même dans les églises, cela n'est pas arrivé exactement à terme, comme ils se sont imaginés que cela serait. Ils s'imaginent que: «Il y aurait un temps où telles et telles choses se passeraient», et--et alors quand le véritable grain de Cela descend, eh bien! alors ils--ils rejettent Cela. Vous voyez!

114    Et à quoi sert-il d'installer un fil électrique si vous refusez la dynamo? Vous voyez, ils ne peuvent obtenir du courant dedans, c'est simplement un fil mort. C'est ce qui ne va pas avec l'église aujourd'hui. Nous avons toute l'installation; et nous appuyons sur le bouton, il n'y a pas de Vie. Ce dont nous avons besoin c'est d'être connectés tout de suite, c'est tout. Soyons connectés à Christ, nos vies et notre émotion, les vies de notre pensée, connectées à Lui.

115    Vous dites: «Eh bien! je--je vous dis, je--je--je pense que je...» Vous n'avez... Vous n'avez pas à penser. Et c'est exact. Vous dites: «Je pense ceci. Et je...» Vous n'avez rien à penser. Moi non plus.

116    La Bible dit: «Que la pensée qui était en Christ soit en vous.» Et Il s'occupait toujours des affaires du Père. Ainsi c'est l'unique pensée que vous devriez avoir, ce que Dieu a dit de cela, non pas ce que quelqu'un d'autre a dit. Mais ce que Dieu a dit, c'est ce qui importe. Il a dit: «Que toute parole de l'homme soit un mensonge, et la Mienne soit la Vérité.» Vous voyez.

117    C'est la chose à laquelle il faudrait reconnecter le monde, mais ils ne recevront pas Cela. Nous savons qu'ils ne le feront pas, car ils ne l'ont jamais fait. C'est exact. Nous nous demandons alors si la réponse aujourd'hui, le cri aujourd'hui, est de crier secours pour que le Messie vienne. Et quelquefois je crois que si nous, s'Il envoyait cela, je me demande si nous ne ferions pas la même chose qu'ils firent alors.

118    Toutes nos politiques, aussi bien dans la religion que dans la vie fédérale et ainsi de suite, tout est pollué. Nous avons pollué notre adoration avec des modes faites de main d'homme, des modes et modèles faits de main d'homme afin d'adapter chaque culte qui se tient sur la face de la terre. Chacun a à nouveau sa propre idée. Cela doit venir encore comme ce fut dans les jours où Dieu suscita le puissant prophète, Ésaïe, qui dit: «Vos sacrifices et toutes ces choses sont devenus une puanteur à Mes narines.»

119    Vous voyez, Israël au début, quand Dieu leur dit de prendre un sacrifice et de l'offrir, eh bien! c'était glorieux. Vous pouvez imaginer un Juif descendant la route, avec un--un agneau, un petit agneau gras ou un boeuf, ou quoi que ce soit. C'était la Pâque, et il descend, pose ses mains sur le sacrifice, se connectant, s'identifiant au sacrifice, quand il pose ses mains sur cela. Le prêtre tuait la--la bête, le petit agneau, ou quoi que ce soit. Et pendant que le petit compagnon mourait, donnant des coups de pieds et bêlant, le sang éclaboussait ses mains. Et l'adorateur était conscient que ça devait être lui, mais l'agneau prenait sa place. C'était ce que Jéhovah exigeait, car c'était le type de Christ. Mais cela marcha pour un temps, cela continua jusqu'à ce que cela devienne une tradition familiale. Ils offraient l'agneau comme d'habitude, mais il n'y avait plus de sincérité. Dieu dit: «Ils puent dans Mes narines.»

120    Et aujourd'hui! Il y a de cela des années, nous avions l'habitude de voir des gens adorer profondément dans la sincérité. Et aujourd'hui cela est devenu un grand charme d'Hollywood, juste une sorte de musique bien arrangée; et des femmes sur l'estrade avec leurs vêtements très serrés, exposant presque leur corps, et dansant tout autour sur l'estrade; pas de sincérité, et faisant par cela presque un déshonneur ridicule sans gêne, et professant la chrétienté. Je me demande si nos offrandes ne sont pas devenues à nouveau une espèce de puanteur dans Ses narines, nos différences!

121    C'est une honte que l'ennemi ait pris nos femmes américaines et les ait déshabillées, là dans les rues. Eh bien! c'est une disgrâce. Ce n'est pas étonnant que des petits garçons et des petites filles et autres, soient tels qu'ils sont aujourd'hui! Ils essaient toujours d'imiter une certaine femme là dehors, Hollywood, mariée quatre ou cinq fois. Et elle sortira avec une espèce de vêtement de nudité, et toutes les petites filles du pays imiteront cela. Quelle pitié! C'est regrettable. Oui monsieur. C'est regrettable, et cela est entré dans l'église. La magnifique vertu que Dieu donne à une femme, d'être une mère, a été bafouée.

122    Et c'est la colonne vertébrale de la nation. Vous rompez la maternité, et vous avez par cela rompu la nation. Cela est une chose qui peut la maintenir unie, une véritable parenté.

123    J'étais en train de parler au conducteur de taxi en venant. Nous parlions des enfants délinquants. Et il a dit: «Je pense que c'est les parents.»

124    J'ai dit: «Amen. Compagnon, je ne sais pas qui vous êtes, mais vous êtes sur la bonne voie.» Et j'ai dit: «C'est exact.» J'ai dit: «C'est regrettable qu'ils aient enlevé la Bible du foyer, et leur ont donné un jeu de cartes.»

125    Et cela a commencé dans l'église. Il n'y a pas longtemps, j'étais dans un ascenseur; et là il y avait une certaine femme qui parlait à une autre, elle dit: «Eh bien! vous savez», elle dit: «C'est merveilleux, notre église organise une partie de cartes», et comment ils allaient avoir une sorte de dindon de thanksgiving, qu'elles s'y rendaient, elles venaient d'une église protestante. Oh! la la! Jouant à la loterie, au banco, des danses, oh! quand on en arrive au point où les gens doivent faire des bêtises comme cela, pour divertir l'église!

126    L'Église, née de nouveau, le Saint-Esprit divertit l'Église avec la Vie éternelle. Vous voyez.

127    Mais les gens ne veulent pas Cela, parce qu'ils sont frappés par le plaisir. C'est regrettable que les choses soient arrivées de cette manière. Il y a longtemps, très longtemps, il y avait cette magnifique vertu des femmes et leur bel habillement s'est courbé devant le sanctuaire de la déesse d'Hollywood. C'est la vérité. C'est vraiment pitoyable que le monde en arrive à ce point. La colonne vertébrale de la nation est rompue. Le style sexy est plus considéré comme étant le style moderne; l'habillement des gens marchant dans la rue. Vous savez ce que la Bible dit?

128    Je vous dis, j'étais en train de parler sur cela une fois, et il y avait un prédicateur remarquable qui me dit, il dit: «Pourquoi ne laissez-vous pas faire et dire cela à ces femmes?» Et je lui dis, je dis. Il me dit: «Vous devriez leur enseigner comment devenir des prophétesses, et ainsi de suite, comme cela.»

129    Je dis: «Comment puis-je leur enseigner l'algèbre quand elles ne connaissent même pas leur ABC?» Vous savez, A-B-C-. Et ensuite je dis: «Comment pouvez-vous faire cela?»

130    Toutes ces choses sont devenues un grand conglomérat qui a sarclé dans l'église. C'est regrettable que cela est entré parmi nous pentecôtistes. Oh! vous les gens, arrêtez! Pensez-y. Maintenant vous pouvez me traiter d'un fanatique, mais au Jour du Jugement vous me serrerez la main. Et je vous aime d'un amour divin. Et je veux que vous soyez justes, mes amis. À quoi sert-il de se hasarder dans de pareilles choses?

131    Une dame m'a dit: «Eh bien! monsieur Branham, ils--ils ne, ils... C'est l'unique style d'habits qu'ils fabriquent pour les femmes.»

132    Je dis: «Ils en fabriquent encore de bons, et ils vendent des machines à coudre.» Vous--vous, il n'y a pas d'excuse, vous voyez. C'est exact.

133    Regardez, et laissez-moi encore dire une chose, comme ceci. Vous savez, si vous vous habillez comme cela, et qu'un pécheur dans la rue vous regarde de la mauvaise manière, vous allez répondre au Jour du Jugement pour avoir commis adultère avec ce pécheur. Vous pourriez être aussi vertueuse envers votre petit ami, aussi loyal que vous soyez, mais aux yeux de Dieu vous êtes une prostituée de la rue.

134    Vous dites: «Est-ce juste? Prouvez cela par la Parole, Frère Branham. Vous avez dit de demander n'importe quoi, si c'est conforme à la Parole.»
    Oui monsieur.

135    Jésus a dit: «Quiconque regarde une femme pour la convoiter, a déjà commis adultère avec elle dans son coeur.» Et si vous vous présentez comme cela, vous êtes la cause de cela. C'est exactement cela. Bien que vous soyez innocente vous-même, vous vous êtes présentée à ce pécheur comme cela. Quand il répondra pour cela, vous êtes celle qui sera coupable. Oh! procurez-vous des habits et couvrez-vous, et agissez comme des dames. C'est exact.

136    Et vous hommes, qui laissez vos femmes agir de la sorte, mettez-leur des habits, n'avez-vous pas de respect pour vous-même ou pour elle, l'un l'autre? Oh! la la! vous laissez votre femme s'asseoir là en train de fumer des cigarettes dans la maison, et vous souffler cela! Qu'êtes-vous? Et ensuite vous vous appelez un Chrétien! Oh! je ne puis comprendre cela.

137    Vous dites: «Eh bien! attendez un moment, 'Vous les reconnaîtrez à leurs fruits'.» C'est de cela que je parle, vous voyez. C'est exact, si vous aimez le Seigneur de tout votre coeur!

138    Vous dites: «Eh bien! je suis obligé de fumer. C'est cela ma distraction.»
    Votre distraction?

139    Ma distraction est dans le Seigneur. Votre distraction est dans le Seigneur, si vous voudriez mourir au monde. Dieu est ma joie. Il est ma paix. Il est mon sacrifice. Il est mon Dieu. Il est mon Amour. Il est tout, et tout ce dont j'ai besoin, je le trouve en Christ. Quelle soif! Oh! la la!
    [Une Soeur parle dans une autre langue. Frère Branham observe une pause. – N.D.É.]

140    Soyez respectueux. Nous sommes censés nous attendre à ces choses, vous savez. Quand l'Esprit parle, interrompt le message et parle comme cela, il doit y avoir quelque chose d'important qui est sur le point d'arriver, vous voyez. [Pause. Une Soeur donne une interprétation. – N.D.É.] Amen. Amen. Et les gens ont dit «Amen.» [L'Assemblée dit: «Amen.»] Vous voyez! Vous voyez!

141    Maintenant, rappelez-vous, si j'ai bien compris l'interprétation, nous sommes censés avertir les gens, vous voyez, de la Venue du Seigneur. Et avertissons-les avec derrière cela un bon genre de vie. Car, vous ne pouvez parler à un homme, pour vivre autrement, et ensuite vous allez lui parler. Il sait qu'il vit aussi bien correctement que vous, vous voyez. Soyons justes et prêts, car je crois que le Saint-Esprit veut que nous connaissions ces choses et que nous soyons prêts pour cette grande chose qui est sur le point d'arriver. Oui. Oui, monsieur.

142    C'est l'heure où le monde se disloque. Tous les systèmes se disloquent. Pourquoi cela? C'est--cela doit arriver de cette manière, vous voyez. C'est ceci: «Nous cherchons une Ville où le Constructeur et l'Architecte est Dieu», et toutes ces choses terrestres doivent céder la place à Cela.

143    Or, nous trouvons que Dieu a promis de pourvoir à tous nos besoins, pendant ce voyage. Est-ce juste? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Mais, rappelez-vous, Il les pourvoit à une condition. Nous sommes d'abord censés satisfaire à Sa condition. Si nous ne satisfaisons pas à Sa condition, Il ne satisfera pas à notre condition. Nous sommes d'abord censés faire la chose exacte, nous sommes censés descendre au pied et commencer à construire. C'est exact. Nous ne pouvons commencer au sommet pour descendre ensuite. Nous devons aller au pied et commencer à construire. Descendons au pied. Alors, Il satisfera à notre condition. Toutes Ses promesses sont conditionnées.

144    Mais nous essayons de renverser Cela, par nos conditions. Nous essayons de faire de Dieu quelque chose d'autre. «Nous allons injecter notre condition et dire que c'est un peu meilleur', ou c'est de cette façon que les gens essaient de le croire.

145    Or je ne parle pas seulement à cette église ici, à ce groupe ici. Je parle au monde. On enregistre cela ici et ce que nous disons fera le tour du monde.

146    Nous voulons voir nos désirs être satisfaits, mais Il pourvoit à nos besoins. C'est ça la différence. Nous voulons nos désirs, et Il nous donne nos besoins. Mais Il sait de quoi nous avons besoin. Et sûrement nous accepterions, le monde accepterait aujourd'hui Cela si Cela vient conformément à notre tradition. Oh! les Baptistes aimeraient dire: «C'est conforme à ce que nous avons cru. Vous voyez, vous aviez tous tort.»
    Les Méthodistes diront: «Maintenant vous Baptistes avez tort, c'est conforme à ce que... C'est venu de la manière que nous L'avons cru.»
    Mais j'imagine que Cela viendra différemment de ce que chacun de nous pense à ce propos. C'est exact. Cela viendra de la façon que Dieu L'avait ordonné de venir, et ce n'est pas à l'homme d'être capable de rompre cette chose et dire que c'est de cette manière. Maintenant voudriez-vous...

147    Nous nous demandons aujourd'hui, pourquoi les dons et toutes ces choses ne sont plus dans l'église, opérant de la manière qu'ils devraient opérer. Eh bien! les dons sont placés dans l'église, pour séparer et ôter le péché, garder l'église pure. C'est--c'est la toxine de Dieu donnée à l'église. C'est aussi Son désinfectant qu'Il place dans l'église, pour tuer tous les parasites qui déchirent l'église. Et Dieu place les branches sur Son église, avec Sa Parole. Et cela empêche les termites d'entrer, vous savez, afin que l'église puisse croître comme une plante. Et Dieu connaît qu'est-ce qu'il faut pour cela. Eh bien! vous dites...

148    C'est comme un petit bébé qui pleure pour avoir un rasoir, lorsque vous vous rasiez. Et votre petit bébé s'était mis à crier: «Donnes-moi ce rasoir, papa! Donnes-moi ce rasoir!» Votre petit garçon de deux ou trois ans, qui crie et sautille sur le plancher: «Donnes-moi le rasoir!» Eh bien! vous feriez mieux de ne pas le faire. Vous ne donneriez pas ce rasoir à ce bébé. Il ne sait pas comment le manipuler.

149    Et c'est la raison pour laquelle nous ne trouvons plus de dons divins. Ils les introduisent dans une sorte de tradition, dans une certaine dénomination. Ils ne savent pas comment manipuler cela. Dieu sait ce qu'il faut faire avec cela. Eh bien! vous pourriez dire...

150    Le petit garçon pourrait vous dire, vous lui avez refusé le rasoir, il dit: «Je te vois l'utiliser, papa.» Mais, vous voyez, vous êtes plus âgé, vous savez ce qu'il faut faire avec.

151    C'est comme cela quand l'église devient comme un petit bébé trottinant tout autour, pour parvenir à une réelle vertu des Fils et des Filles de Dieu, alors les choses deviennent différentes. Oui monsieur. L'église devrait agir comme des Fils et des Filles. Nous devons être enseignés alors que nous devrions être des enseignants.

152    Cela me rappelle quelque chose. Si mes amis de Couleur qui sont ici ce soir, mes Frères et Soeurs, voudraient m'excuser pour ceci. Il y a de cela des années, là dans le Sud, ils avaient l'habitude de vendre les gens, quand il y avait l'esclavage là-bas dans le Sud. Et ils prenaient ces pauvres gens, et les emmenaient pour les vendre aux enchères, comme une sorte de véhicule usé. Vous devriez avoir un contrat de vente.

153    La vie. Cela n'a jamais été la volonté de Dieu d'avoir aucun homme régner sur un autre. L'homme fit... Dieu a fait l'homme, et l'homme a fait des esclaves. Nous sommes tous sortis d'un même arbre. L'un peut donner à l'autre la transfusion sanguine, que nous soyons jaunes, noirs, bruns, rouges ou quoi que nous soyons. Nous sommes tous de la race d'Adam. Le milieu dans lequel nous vivons a changé nos couleurs, ça n'a rien à voir avec cela, pas du tout. Jésus est mort pour sauver le pécheur, peu importe qui il était.

154    Des courtiers venaient et achetaient ces gens. Juste comme vous achèteriez une voiture, vous en achetez autant; vous les prenez et les vendez quelque part ailleurs. Ils venaient dans les plantations et y trouvaient ces pauvres gens; ils regardaient tout autour et remarquaient lesquels étaient de bons ouvriers, des hommes et des femmes grands et forts. Et ils pouvaient les vendre, ils prenaient des hommes et des femmes grands et forts et ils les élevaient comme on le ferait d'un bétail ou autre, pour avoir un esclave plus grand et lourd. Je me demande quel... L'enfer sera plein de cette espèce, une chose comme celle-là! Et voici, une vieille petite mère avec ses bébés pleurant et son mari vendu aux enchères. C'était terrible.

155    Alors, vous savez, un courtier est venu à une plantation un jour et regardait ces esclaves. Et il dit: «À combien le vendez-vous?»
    On dit: «Oh! il nous faut là environ deux cents.»

156    Et il l'observait et les gens étaient tous tristes. Ils étaient loin de leur demeure et de leurs bien-aimés. Ils furent emportés de l'Afrique jusqu'ici, emportés par les Boers, et vendus ici dans le Sud, et ils--ils savaient qu'ils ne rentreraient jamais chez eux. C'en était fait d'eux. Ils n'allaient plus jamais retourner. Et ils étaient tout tristes. Et vous... ils pouvaient à peine travailler. Ils ne le pouvaient pas. On devaient les fouetter et tout, pour les faire travailler, parce qu'ils savaient qu'ils ne retourneraient jamais chez eux. Leur père était là-bas, et peut-être la mère ici et le père là-bas, et peut-être les enfants ici et leur père quelque part. Oh! c'est terrible.

157    Et un jour ce courtier vint et il regardait ce groupe d'esclaves, et il remarqua qu'il y avait là un de ces jeunes esclaves qu'on avait pas besoin de fouetter. Il avait sa poitrine bombée, et son menton haut; il marchait tout autour, il était vraiment en forme. Et le courtier dit: «Dites, je veux acheter celui-là.»
    Le propriétaire dit: «Mais il n'est pas à vendre.»
    Il dit: «Pourquoi?»
    Il dit: «Je dois le garder.»
    Il dit: «Il doit être le patron sur le reste d'eux.»
    Il dit: «Non, non. Il n'est pas le patron.»
    «Eh bien! dit-il, peut-être que vous le nourrissez mieux.»
    Il dit: «Non, ils mangent tous là dans la galère, ensemble.»

158    Il dit: «Eh bien! qu'est-ce qui fait qu'il soit si différent du reste des esclaves?»

159    Il dit: «Je me le demandais souvent, jusqu'à ce que j'ai découvert un jour.» Il dit: «Là-bas dans la partie d'où il vient, son père est roi d'une tribu. Et bien qu'il soit un étranger, il sait toujours qu'il est fils d'un roi. Il se comporte comme cela.»

160    Oh! si nous sommes Fils et Filles du Roi, le Roi des rois, conduisons-nous comme des Chrétiens. C'est exact. Oui, nous sommes étrangers, nous sommes pèlerins et étrangers ici. Ceci n'est pas notre monde. Nous cherchons un Royaume qui est à venir. Ceci n'est pas notre demeure. Bien que nous soyons secoués et ridiculisés par le monde, et traités de ceci, cela et autre, et de 'ancienne mode', et tout comme cela, pourquoi vous souciez-vous? Vous n'avez pas besoin d'imiter une certaine vedette de cinéma, ou une certaine vedette de télévision, ou quoi que ce soit d'autre. Vous êtes une Fille de Dieu. Vous êtes un Fils de Dieu. Agissons comme Dieu. Nous sommes les enfants de Dieu, vous savez, et nous sommes Fils et Filles du Roi. Que notre caractère reflète Sa Présence, peu importe que cela devienne rude.
Une tente ou une cabane, pourquoi me soucierais-je?
Ils construisent pour moi un palais Là-haut!
Avec du rubis et des diamants, l'argent et l'or,
Ses coffres sont pleins, Il a des richesses indicibles.
Nous sommes les enfants du Roi!
Avec Jésus notre Sauveur!
Je suis un enfant du Roi!

161    Conduisons-nous comme notre Père. Sachant qu'un jour, nous irons à la maison pour être avec Lui. Oui. Oui.

162    Ils, ils veulent un messie, mais ils le veulent conformément à leurs propres traditions. Oui, ils veulent un sauveur, ils le firent alors, et ils le désirent de même aujourd'hui, pour la même raison, car les dénominationnels et les politiques ont pris la place du Saint-Esprit. Les prédicateurs, au lieu d'être... Beaucoup d'entre eux sont conduits par les politiques religieuses, au lieu de laisser le Saint-Esprit les conduire. Vous voyez! Une certaine église leur donnera une meilleure offrande, ou quelque chose d'autre et ils s'en vont se faire mettre une plume à leur chapeau, ou quelque chose comme cela. Mais, cela, c'est regrettable. Nous devrions être conduits par le Saint-Esprit. Dieu envoya le véritable Conducteur de l'Église et c'est le Saint-Esprit.

163    Notre système éducationnel, dans nos églises, nous a conduits loin de la Présence de Dieu. C'est regrettable que nous ayons mis nos petits garçons (maintenant je parle des pentecôtistes) dans les séminaires et des choses comme cela, on les a couvés comme des poulets de couveuses. C'est exact. Je me suis toujours soucié du poulet de couveuse, il n'est pas couvé correctement. Il piaule, et n'a pas une mère vers qui aller, fabriqué par une grande machine d'un régime. C'est de cette façon là qu'ils semblent fabriquer des prédicateurs aujourd'hui, avec une espèce de diplôme de docteur, et l'envoient dans une église. Et souvent il ne connaît rien de Dieu, pas plus qu'un hottentot connaîtrait concernant un cavalier égyptien.

164    Ce dont nous avons besoin aujourd'hui, c'est d'une religion à l'ancienne mode, au bleu-ciel, une religion 'tueuse' du péché, et qui fait revenir le Saint-Esprit à nouveau dans l'église; qui nettoie, une religion du droit canon, au bleu-ciel. Nous avons besoin d'une purification, et d'un nouveau départ. C'est la Vérité.

165    Église, je ne suis pas hors de moi-même. Il se pourrait que je sois fou, comme je l'ai dit la nuit dernière, mais je--je me sens bien comme cela. Je n'ai jamais senti cela autrement, alors je--j'aimerai rester comme cela. Oui monsieur. J'ai certainement perdu ma tête; je le devais afin de trouver la pensée de Christ. Tout autre croyant le doit, c'est exact, il doit recevoir la pensée de Christ, en perdant notre propre pensée.

166    Le système éducationnel nous a emportés. J'habite dans un collège, où est située l'Université d'Arizona. Et je disais, pensai ceci, qu'est-ce que la science peut faire pour vous? Ils peuvent prendre quelque chose et dire: «ceci existe depuis plusieurs centaines d'années, maintenant ils ont découvert que ce n'était pas depuis autant d'années. Il n'ont encore rien trouvé scientifiquement, prouvant que le monde ait jamais eu une vie en lui, il y a plus de six mille ans. Ils ramassent des os, et ils avaient l'habitude de prélever de différentes mesures et dire comment c'était. Maintenant ils ne pourraient pas le confesser. Un grand professeur l'autre soir, s'est levé là en Arizona, et dit: «Ils ne pourront le confesser, non, mais ils ont découvert que l'âge de l'os est affecté par le chlorure et les matières qui se trouvent dans l'eau, et aussi le sel l'a changé comme cela et a augmenté son âge. Ce n'est certainement pas le temps qui a fait cela.»
    Amen.

167    La Parole de Dieu reste toujours la même, hier, aujourd'hui et pour toujours. Ils ne peuvent jamais prouver le contraire de Cela. C'est la chose qui gardera le monde uni; non pas un système éducationnel. N'importe quoi que vous adoptez à la place de Cela, est un mouvement anti-Christ; c'est exactement cela, cela est contre les principes de Christ. Retournez à la Parole, et Christ est la Parole! Oui monsieur. Il est la Parole faite Chair et a demeuré parmi nous.

168    L'éducation ne peut nous donner la Vie. L'éducation ne le peut jamais. La science ne peut nous donner la Vie. Le monde ne peut nous donner la Vie. L'église ne peut nous donner la Vie. La théologie ne peut nous donner la Vie. Il y a une seule chose qui peut nous donner la Vie, c'est Christ. Il est la Vie, la Vie abondante!

169    Il n'y a pas longtemps, dans une ville au Canada, je montai dans un ascenseur. Et ils recevaient un groupe d'Américains là-dessus, et c'était--c'était une sorte de réunion. Je ne voudrais pas citer le nom de cela, parce qu'il se pourrait qu'il y ait quelques-uns ici qui appartiennent à cette loge, et je ne voudrais pas blesser vos sentiments. Mais ils montaient dans le--le--l'ascenseur, dans un grand hôtel. Et je tenais une réunion là-bas. Et vous pouviez à peine monter dans l'ascenseur, à cause des bouteilles de whisky et autres. Et je dis à--au garçon d'ascenseur, je dis: «C'est quoi tout ça?»

170    Il dit: «Les Américains nous ont visités ce soir.»
    Oh! mon Dieu, très nombreux! Et ensuite je suis descendu.

171    Pendant que nous sortions de--de l'étage ou du petit escalier, ou ascenseur plutôt et partions, il y avait une salle, et deux jeunes femmes debout là avec seulement leurs sous-vêtements. Elles avaient une bouteille de whisky dans leur main, et elles buvaient. Et elles descendaient, et un homme ivre sortant de la maison ou de la petite pièce, tellement ivre qu'il essayait de les attraper et faire descendre leurs vêtements. Et c'était horrible à voir.
    Elles descendirent, et je m'étais retiré dans une petite pièce et attendais jusqu'à ce qu'elles passent devant une petite porte, et elles s'arrêtèrent en face de moi. De belles femmes, et elles se tenaient là seulement avec leur jupon, c'est tout ce qu'elles avaient comme vêtements. Elles prirent cette bouteille, et tentait de la verser l'une sur l'autre. L'une souleva son sous-vêtement aussi haut qu'elle le pouvait, jeta sa jambe en l'air, et cria: «Youpi, c'est la vie.»

172    Je ne pouvais plus supporter cela. Je bondis dehors, et je dis: «Soeur, je vous demande pardon. C'est la mort. C'est la mort.»
    Elle dit: «Venez prendre un verre.»

173    Et je dis: «Attendez un moment.» Je dis: «Vous avez dit que c'était la vie.» Je dis: «C'est la vie pervertie. Pourquoi faites-vous cela?» Je suis parvenu à découvrir que... Je dis: «Je suis un prédicateur de l'Évangile. Je suis aussi un Américain. Et j'ai honte de vous. J'ai honte de vous quand vous vous appelez une Américaine, tout en étant ici dans cet état.» Je parvins à découvrir que l'une d'elles était une enseignante d'école du Dimanche, et elle se mit à pleurer.

174    Elles se mirent d'abord à courir, et je les pris toutes les deux par la main. Elles étaient tellement ivres qu'elles ne pouvaient s'en débarrasser. Je dis: «Attendez, nous allons prier tout de suite.»
    «Il y a une voie qui paraît droite.»

175    Eh bien! vous dites: «Elles sont seulement en train de s'amuser un peu.»
    S'amuser! Rien! Cette chose ne... Peu m'importe combien vous êtes enseignant de l'école du Dimanche. Si cette chose est dans votre coeur, Dieu ne peut demeurer dans cet endroit impur. Ce dont nous avons besoin, c'est d'un réveil de sainteté à l'ancienne mode pour balayer l'église d'un bout à l'autre. Oui monsieur. Nous ne faisons pas cela. Cela ne pourrait être permis. Mais il s'agit des Américains 's'amusant' un peu, donnant un exemple d'une nation Chrétienne. Oh! la la! Le système éducationnel n'est pas la Vie. C'est la mort.

176    Qu'est-ce qui pousse une personne à faire cela? Pourquoi font-ils cela? Qu'est-ce qui fait faire au monde ce qu'il fait? Parce qu'ils rejettent Ceci. Il y a une petite place dans le coeur de l'homme, qui a soif de Dieu. Une petite place, un homme est fait pour avoir soif. Vous êtes fait comme cela. C'est ce qui vous pousse à boire, c'est ce qui vous fait faire ces choses. C'est parce qu'il y a en vous quelque chose qui cherche à être satisfait, une soif.
    Et Dieu interdit qu'aucun homme essaie de satisfaire et d'éteindre ce Saint appel de Dieu pour un substitut que le diable lui donnerait! Vous n'avez pas le droit de le faire. C'est Dieu vous appelant. Cette chose est une soif de la mort. Et si vous ne voulez pas mettre Christ là-dedans pour remplir cela, le diable vous donnera un substitut de la mort et le placera là-dedans. C'est exact. Vous n'avez pas le droit de faire cela. Comment un homme ou une femme oserait-il faire taire ce Saint appel là de Dieu? Et parce que vous ne voulez pas recevoir Cela, alors le diable verra que cela a besoin de quelque chose d'autre pour être satisfait.

177    Voici ce qui satisfait cela: «J'ai caché la Parole de Dieu dans mon coeur, afin de ne point pécher contre Lui.» C'est exact. Dieu dans le coeur, cela règle la question. Oui monsieur.

178    La science ne peut vous donner la Vie. L'éducation ne peut vous donner la Vie. La dénomination ne peut vous donner la Vie. Les écoles ne peuvent vous donner la Vie. La nation ne peut vous donner la Vie. L'église ne peut vous donner la Vie. C'est Dieu seul qui peut vous donner la Vie. Il est le seul qui puisse faire cela.

179    Maintenant nous voyons exactement ce que le prophète a dit qui arriverait dans ce jour. Le prophète, Paul, dans Segond Timothée 3, nous découvrons que le temps est venu où l'église serait «emportée, enflée d'orgueil', connaissant tout, vous voyez, «enflés d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, déloyaux, calomniateurs, intempérants, ennemis des gens de bien.»
    Vous dites: «Il s'agit des communistes.»
    Non. Non.

180    Ce sont ceux qui professent être des Chrétiens. Écoutez, lisez le verset suivant. «Ayant l'apparence de la piété, mais reniant Ce qui en fait la Force; éloignes-toi de ces hommes-là.» Vous êtes avertis de vous éloigner de ceux qui renient la Puissance de la résurrection, reniant que Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et pour toujours. Exact! Il est le même hier, aujourd'hui et pour toujours.

181    Pierre dit, le jour de la Pentecôte: «Cette promesse est pour vous, et pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera.» C'est ce que fait le Saint-Esprit. Aussi longtemps que Dieu appelle encore, le Saint-Esprit est encore ici pour remplir chaque coeur affamé que Dieu a appelé.

182    Mais nous substituons quelque chose d'autre. Nous essayons de satisfaire ce sentiment en nous joignant à une église. Vous assourdissez simplement ce sentiment, en faisant cela. Vous n'êtes pas satisfait avec cela. Cela ne satisfait pas.

183    Il y a seulement une chose qui satisfait, c'est quand Christ vient dans la vie d'un homme, car il est fait à l'image de Dieu, et il est fait à la stature de Dieu. Et Dieu ne vous a pas donné ce séjour terrestre, pour être ceci, cela ou autre, mais pour être un Fils et une fille de Dieu. Et il n'y a rien d'autre qui puisse satisfaire. C'est la seule chose qui gardera notre--notre monde uni. Et ne prenez pas notre administration faite de main d'homme, mais prenez l'administration de Dieu et Sa manière de faire à travers Sa Parole. Cela le gardera uni.
C'est la Puissance qui unit
Nos coeurs dans l'Amour Chrétien;
La communion de l'Esprit apparenté
Est comme celle d'En-Haut.

184    C'est exact. Ce dont le monde a besoin aujourd'hui, c'est d'un bon vieux temps, le réveil de Saint Paul; et la Bible, le retour du Saint-Esprit; où l'Esprit de Dieu descend parmi les gens, et des signes et des prodiges apparaissant, comme des étincelles d'une enclume. Oui monsieur, nous avons besoin de Cela. C'est ce que nous devons avoir pour maintenir cela uni.

185    Mais nous nous attendons que Dieu nous rencontre dans nos traditions. Oh! Pour empêcher que le monde se disloque, nous nous attendons qu'Il vienne dans notre système.

186    Or c'est exactement ce qu'ils enseignaient alors, «maintenant, si le Messie vient dans cet âge, nous avons un brave souverain sacrificateur, Caïphe. Nous avons Lavinski et tous ces prêtres ici, de braves hommes. Nous les avons formés et formés. Ils savent de quoi ils parlent.»

187    Mais quand Il vint, Il dévia chacun d'eux. Il ne toucha même pas à leur système. En plus, Il dit: «Vous êtes de votre père, le diable, et vous accomplissez ses oeuvres. Vous, race de serpents dans l'herbe», Il dit: «Qui vous a appris à fuir la colère à venir?» Remarquez la Parole de Dieu qui vient de cette réprimande. Oh! cela n'avait certainement pas satisfait à leur goût théologique. Et cela ne le pourrait pas aujourd'hui, ça ne le peut pas.

188    Quand ils Le virent debout là accomplissant le signe du Prophète, pour montrer qu'Il était le Messie, que dirent-ils? «Il est Béelzébul, Il a un mauvais esprit sur Lui.»

189    Jésus dit: «C'est un blasphème. Et quand le Saint-Esprit viendra, et que vous parlerez contre Cela, cela ne vous sera jamais pardonné dans ce monde ou dans le monde à venir.»

190    Mais voyez-vous le système aujourd'hui! C'est la même chose. Nous avons formé notre système, c'est la raison pour laquelle notre système ne pourra garder notre monde uni. Ils peuvent élire un Président ou un Abraham Lincoln dans chaque comté dans les États-Unis, et cela ne le gardera jamais uni; jusqu'à ce que nous retournions à la Parole de Dieu, à la Bible à l'ancienne mode qui a la Vérité. C'est la seule façon que nous connaîtrons et garderons jamais notre monde uni, c'est le retour aux principes de Jésus-Christ, le retour à Sa doctrine, le retour à nouveau au Saint-Esprit conduisant l'Église.

191    C'est pourquoi la Vérité a été si mal manipulée dans ces derniers jours, cela parce que Dieu essaie de faire entrer Son programme, les gens se sont déjà organisés en dénomination en dehors de cela. Ils élèvent une clôture pour empêcher le Saint-Esprit d'y entrer, en Le laissant dehors. Nous voulons que Dieu nous sauve dans la condition dans laquelle nous nous trouvons. C'est de cette manière que je pense...

192    Vous pentecôtistes, comment avez-vous commencé? Avez-vous jamais lu à propos d'Azusa Street, une mission; avez-vous jamais lu à propos du Concile Général avant qu'il ait jamais commencé? Les pentecôtistes étaient connus parce qu'ils sont sortis de ces dénominations et se sont séparés. C'est ce qui leur fit connaître. «Sortez du milieu d'eux', ils avaient l'habitude de prêcher cela tout le temps «Soyez séparés, dit Dieu. Éloignez-vous de ces traditions humaines.» Et que firent-ils? Ils firent demi-tour et retournèrent vers le même gâchis d'où ils sortirent. Maintenant vous êtes séparés; l'une est une église de Dieu; et l'autre, vous êtes ceci ou cela, ceci ou cela. Vous êtes séparés, et vous bruyant l'un l'autre. Cessez de faire cela!

193    Quand je venais de commencer mon ministère, je pensais que tout ce qui était Pentecôtiste constituait un seul groupe. Je parvins à découvrir qu'ils étaient divisés de façon aussi mauvaise que les Baptistes. Ce que j'ai fait c'est de rester juste au milieu d'eux, disant: «Nous sommes Frères, c'est tout.» C'est exact. Aussi longtemps que vous vous enflammez l'un contre l'autre, Satan n'a pas besoin de vous enflammer. Mais rompez ce lien, et étendez vos tentes au-delà, et faites-y entrer chaque Frère, je vous dis, la grande armée de Dieu se lèvera dans la Puissance de Jésus-Christ, retournez à la Bible. Et vous parlez d'une Église qui aura la Grâce de l'Enlèvement, cela viendra quand nous pourrons abandonner nos traditions, oublier toutes nos choses dénominationnelles et retourner sur les bases de la Parole de Dieu.

194    Mais nous voulons que Dieu nous sauve dans la condition où nous sommes. Nous devons satisfaire à Sa condition. Vous voyez, nous ne serons pas satisfaits par les nôtres; mais par les Siennes! Nous voulons que Dieu nous sauve tout en étant dans la chose même qui est polluée. Loin de Lui! Retournez à la Parole, et aimez-vous l'un l'autre. C'est la seule chose à faire que je connaisse.

195    Dieu nous envoie des prophètes, et nous les mettons à mort, exactement comme Jésus avait dit qu'ils feraient. Ensuite nous remarquons qu'après un siècle ou deux, ou cent ans, ou cinquante ans, Dieu nous envoie un prophète, ou un messager et, la première chose que vous savez, nous le critiquons et le mettons à mort. Ensuite après un temps, après qu'il soit mort, vous savez, après un moment, l'église se réveille. Que font-ils? Ils diront: «Eh bien! nous bâtirons une dénomination sur cela.» C'est ce qui arriva aux Méthodistes, aux Baptistes et au reste de vous, vous avez bâti une dénomination. Ce qui arrive, c'est qu'après qu'il soit mort, et que son message est fini, nous allons vivre ailleurs. Puis vous retournez là, à son message pour ce jour, et vous essayez d'y retourner et garnissez sa tombe, alors que Cela se déroule ici même tout le temps. Vous oubliez l'heure!

196    C'est cela l'homme. L'homme a toujours loué Dieu pour ce qu'Il a fait, et il Le loue pour ce qu'Il fera, tout en ignorant ce qu'Il est en train de faire. Cela--c'est cela la manière d'agir de l'homme. Il a toujours fait cela. Il pense à ce qu'Il a fait, Le remercie, il croit qu'Il va faire quelque chose; mais il oublie qu'Il est en train de faire cela, tout le temps, ici même! Il a toujours manqué cela. C'est le diable qui le fait comme cela. Oui monsieur.

197    Nos traditions! Oui monsieur. «Le Messie, disent-ils, est pour une autre génération, quelque chose comme cela. Il a existé autrefois.»
    Il est Le même hier, aujourd'hui et pour toujours!

198    À Son premier avènement, Jésus, le monde entier était corrompu par la politique et les religions. Tous criaient pour avoir un Messie. Ils désiraient un Oint. Israël désirait quelque chose, et Rome désirait quelque chose, et tout le reste d'entre eux.

199    C'est la même chose aujourd'hui. Chacun de nous tous, veut un politicien. Nous désirons quelque chose aujourd'hui.

200    Maintenant, aujourd'hui, la Russie veut un messie. La Russie veut un messie qui les amènera plus rapidement à la lune avant le reste d'eux. C'est ce que veut la Russie. Ils désirent ce genre de messie, un certain génie, un certain individu qui serait un génie scientifique, et qui saura comment conquérir l'espace et aller au-delà et planter le drapeau Russe avant que les Américains ne puissent y arriver. Oh! ils sont... Ils veulent leur messie. Ils essaient de leur mieux pour susciter un. C'est exact.

201    Que fit l'Amérique? Que veux-tu, Amérique? Vous criez plus haut. Que voulez-vous? Vous cherchiez un génie bien formé. Vous cherchiez un génie politique. Vous l'avez. Bien que vous ayez inventé une machine à voler tortueuse, mais vous l'avez. C'est exact. Le monde veut... C'est ce qu'il veut, maintenant que ferez-vous avec cela? Vous vouliez montrer combien vous êtes intelligents. Vous les avez exposés même à la télévision, pour montrer qu'on pourrait surpasser l'autre en intelligence, et vous avez succombé. Vous voyez! Vous l'avez, où va-t-il vous conduire? Vous retournez vers Rome naturellement. Vous l'avez, maintenant.

202    Vous, église, vous voulez un génie. Que voulez-vous? Que veut l'église? Que voulez-vous? Vous voulez un prédicateur intellectuel, instruit et intelligent qui s'élève pour conquérir mieux que Billy Graham, afin de les ramener à votre dénomination. Vous avez des séminaires et tout, essayant de les éclore. Vous voyez, c'est exact. Vous pouvez croire que cela n'est pas vrai; mais regardez, votre action parle plus fort que vos paroles. Vous voulez un--vous voulez un génie religieux, un qui vous conduise dans votre dénomination, qui règne sur tous; qui harangue les Baptistes, qui harangue les Méthodistes, qui harangue les Unitaires, qui harangue la Trinité, qui fasse le tour d'eux tous et tout. Oh! vous parcourez le monde, essayant de le trouver. C'est le genre que vous désirez.

203    Mais savez-vous de quoi vous avez besoin? Vous avez besoin d'un Sauveur, c'est exactement ce dont vous avez besoin. Et c'est cela que Dieu sait que vous désirez, un Sauveur, et Il vous L'envoie. Mais le veulent-ils? Non monsieur. Cela ne répond pas à leur goût ecclésiastique. Cette manière ne marche pas avec eux.

204    Mais le monde entier veut son génie. Maintenant qu'adviendra-t-il si la Russie obtenait son messie, alors qu'adviendra-t-il de nous?

205    Vous savez, l'Allemagne a eu les siens, il n'y a pas longtemps, et beaucoup d'entre vous jeunes gens de la Première Guerre mondiale vous rappelez très bien de cela. Vous voyez, ils reçurent cela. Vous n'avez pas besoin de ce genre de messie. C'était une mauvaise façon. C'était la mauvaise chose. C'était contraire à la Parole de Dieu.

206    Souvenez-vous de Napoléon, à l'âge de 33 ans, il avait conquis le monde, et il mourut dans une défaite. Il mourut dans une défaite. Il était d'abord un prohibitionniste quand il s'éleva, et ses grands succès l'amenèrent à mourir en alcoolique, avec 7.000 prostituées suivant son armée. Et il mourut à l'âge de 33 ans. Et il essaya de conquérir le monde, mais il le fit de la mauvaise façon.

207    Mais Jésus-Christ, à l'âge de 33 ans, avait conquis le monde, la mort, l'enfer, la tombe et monta au Ciel. Pourquoi? Il était la Parole de Dieu manifestée. Voilà notre Messie! Amen. Assurément. Ils veulent toujours--nous voulons un Messie, mais nous le voulons de la manière...

208    Je suis obligé d'omettre quelques-unes de ces choses que j'ai notées ici, il se fait trop tard. Nous devons en omettre quelques-unes.

209    Mais le monde veut son messie. Le monde en veut un. L'église en veut un. Et si Dieu leur en envoyait un? Si Dieu envoyait un Messie, que serait-il? Il ne serait pas une politique religieuse. Il ne serait pas un géant intellectuel, comme nous l'appellerions. Oh! non.

210    Que serait-il? Il serait comme dans Hébreux 13:8, de même qu'Il fut alors. Il l'a toujours été. Il serait la Parole de Dieu manifestée. C'est exactement cela. Il était la Parole de Dieu; Il est la Parole de Dieu; Il sera toujours la Parole. Même le--l'annonce de Sa Venue était toujours par les prophètes à qui venait la Parole. Ici la Parole est venue dans la plénitude.

211    Et maintenant s'Il venait à nouveau aujourd'hui, Il serait une Parole de Dieu, la Parole de Dieu manifestée, la Parole de Dieu confirmée, Dieu vivant parmi nous. Voilà le Messie. Il promit Cela. Amen. Il serait à nouveau cette Colonne de Feu. Il serait le même Messie qui conduisit Israël. Amen. Il serait le même Messie. [Passage blanc sur la bande. – N.D.É.] Sûrement, ils se détourneraient de Cela comme ils l'avaient toujours fait. Certainement. Oh! parce qu'ils veulent bâtir une grande nation.

212    Nous voulons bâtir une grande communauté d'église. Aujourd'hui, nous pensons à, nous voulons une grande église générale. C'est exact, vous l'aurez. Vous vouliez une église unie. Vous l'aurez. Vous l'aurez. Pourquoi en veulent-ils comme cela? Si le Messie venait, Il n'instaurerait jamais rien de pareil. Il serait contre cela. Sûrement, Il le serait. Mais pourquoi veulent-ils cela, quelle est la raison d'être de cela? Ils veulent un homme qui puisse se lever et dicter sur la chose entière. Vous aurez cela, exactement. Vous le recevrez, parce qu'il vient. «Un autre viendra, et vous le recevrez», dit Jésus. Et ils le recevront. Pourquoi veulent-ils faire cela? Les gens veulent des choses d'après leur propre voie.

213    Le Messie viendrait, et Il secouerait toutes les plumes de vous. Vous parlez d'un prédicateur qui s'acharne sur les hommes et les femmes, Lui s'acharnerait réellement sur eux. Il le fit quand Il vint; Il dit: «Vous race des vipères, vous serpents dans l'herbe, vous êtes de votre père, le diable.» Si ce Messie revenait dans cette époque polluée, Il ferait à nouveau la même chose. Dieu confirmerait Son oeuvre comme Il le fit au commencement, avec le même genre de signes et de prodiges. Il le ferait certainement, s'Il revenait. Si nous avons ce Messie, Il serait comme Il fut au début, parce que cela ne pourrait être autrement. La Bible dit: «Il est le même hier, aujourd'hui et pour toujours.» Il est toujours la Parole.

214    Mais que voulons-nous? Nous ne voudrions pas ce genre de Messie. Non, non. Nous voulons être quelque chose de semblable au monde. Et qu'est-ce que les gens essaient de faire, ils veulent un Messie qui les laissera vivre et faire n'importe quoi qu'ils veulent, et agir comme le monde et vivre dans le monde, et garder toujours leur profession Chrétienne. C'est exact. Vous ne pouvez faire cela! «Si vous aimez le monde ou les choses du monde, l'Amour de Dieu n'est même pas en vous», a dit Jésus. Oui, monsieur. Mais c'est le genre de messie que le monde veut. C'est la raison pour laquelle ils ne voudront pas recevoir le Messie de Dieu. Cela ne sera pas.

215    C'est cela Son Messie, exactement, Sa Parole est Son Messie. Ce Messie en vous fait les oeuvres que la Parole dit que cela se fasse. Cela reproduit Christ, parce que Christ est en vous. Sa Vie est en vous, et Cela fait exactement ce qu'Il est censé faire, comme Il l'avait toujours fait; de la même manière qu'Il le fit, les mêmes choses qu'Il fit, parce qu'Il est le même. Voilà le Messie que Dieu envoie.

216    Le Messie que le monde veut, leur laisse faire tout ce qu'ils veulent, et dire: «Oh! c'est très bien.»
    Oh! ces femmes dans tout le pays! Vous aimez ces choses. Vous voulez cela. Oui, vous y êtes. Vous aimez cet habillement à la Française et toutes ces grandes choses. Vous l'avez. Vous avez un Achab et une Jézabel modernes, et cela a modelé l'église. C'est exact. Je ne parle pas des politiques. Je dis la Vérité. Savez-vous que cette nation est exactement comme Israël! Elle a fait la même chose.

217    Israël vint et chassa tous les occupants hors de la nation, et la prit. Dieu la leur donna. Et que firent-ils? Ils chassèrent les occupants de la nation, et la prirent. Au début, ils eurent de grands rois, comme David et Salomon. Et après un temps, il s'éleva un homme, appelé Jézabel... ou Achab, et il épousa Jézabel, et elle fut l'une de ces agitatrices à la face peinturlurée. Et quand il le fit, elle devint celle qui le contrôlait. Elle lui disait ce qu'il faut faire. Il se pourrait qu'il ait été la tête, mais elle était la nuque et elle lui disait que faire.

218    Et si cette nation n'a pas fait la même chose, la même chose! Nous sommes venus ici et nous avons chassé les Indiens. Nous avons eu un Washington et un Lincoln. Mais qu'avons-nous aujourd'hui, avec notre propre vote, et les politiques et tout? Nous avons instauré le système même que nous avons fuit pour fonder une nation en dehors de cela ici, nous l'avons ramené ici parce que c'est le désir du peuple. C'est exact. Maintenant, je ne suis ni Démocrate ni Républicain. Je suis un Chrétien. La chose tout entière est polluée.

219    Je vote pour Jésus-Christ. Amen. «Sur ce Roc, je me tiendrai, tout autre fondement n'est que sable mouvant.» Oui, monsieur.

220    Mes amis, il ne nous est pas promis un système. Jésus n'aurait rien à voir avec un système. Il ne nous est pas promis un système. Il nous est promis (qu'est-ce qui nous est promis?) Un Royaume! Comment Y entrez-vous? «Par un seul Esprit nous avons été baptisés dans ce Royaume.» C'est le Royaume de Dieu, un Royaume de la Vie éternelle, avec un Roi Éternel dispensant Sa Parole Éternelle, avec un peuple Éternel prédestiné à la Vie éternelle. LUI, Il est le Roi. Nous Y sommes baptisés, instaurant la Gloire Céleste.

221    «Nous sommes morts, nos vies sont cachées en Dieu par Christ.» Et non seulement cela, mais, «Nous sommes ressuscités avec Lui!» Ressuscités en quoi, dans un système, une dénomination, une organisation? Nous sommes ressuscités dans le Royaume de Dieu! «Le Royaume de Dieu est en vous.» Pourquoi? Tous ces systèmes faits de main d'homme doivent tomber. «Une fois de plus j'ébranlerai non seulement la terre, mais aussi le ciel. Et ces choses qui ne peuvent pas être secouées, sont celles qui resteront. Et nous recevons un Royaume, en recevant un Royaume qui ne peut être secoué ou bougé.» Voilà le Royaume de Dieu! Non pas un système, non pas une roue politique, non pas une dénomination, mais un Royaume! Amen! Et ses sujets sont morts aux systèmes de ce monde. Ses sujets sont morts à ces organisations. Ils sont morts à ces systèmes politiques, et ils sont vivants et ressuscités par la Puissance du Roi.

222    Et nous sommes maintenant dans un Royaume, assis dans les lieux Célestes avec le Roi Éternel, jouissant de la Vie éternelle par la Parole Éternelle, allant à un Ciel Éternel, pour être pour toujours avec Lui. Alléluia! Vivant dans la Présence du Roi! Oh! je L'aime. Fiou! Je suis si heureux d'être l'un d'eux. Je suis si heureux d'être mort en Christ, vivant dans le Royaume de Dieu. Ceci n'est pas ma Demeure; Nous cherchons un Royaume. Nous cherchons le Roi. Nous sommes déjà dans le Royaume. Nous cherchons que le Roi vienne, et le Roi viendra rapidement dans Son Royaume.

223    «Car nous recevons un Royaume qui ne peut être ébranlé.» Toutes ces autres choses se disloquent. L'Amérique se disloque. L'Europe se disloque. L'Asie se disloque. Le monde entier se disloque. «Mais nous sommes dans un Royaume, un Royaume Éternel, Il ne peut être ébranlé», amen, où la Fête de Noël est chaque jour, amen, vivant dans la Présence du Roi. Gloire! Ne vous souciez pas à ce sujet. C'est la Vérité, la Vérité de Dieu, l'entière Vérité de Dieu. Combien je L'aime pour Ceci! Combien Il est bon!

224    Vous qui êtes assis ici, me regardant, la petite femme là-bas avec un chapeau, qui me regarde. Vous êtes dans un Royaume, (vous croyez cela?) dans la Présence du Roi. Vous avez eu une opération pour un mal d'intestins. C'est exact, n'est-ce pas? [La Soeur dit: «Oui.» – N.D.É.] Et cela vous tracasse, cela vous tracasse; oubliez cela, ça ira maintenant. Pourquoi? Il y a la guérison dans la Présence du Roi, dans le Royaume, «Car par Ses meurtrissures nous sommes guéris.» Amen. Amen.

225    Le vieux Frère de Couleur assis là au fond, qui a ses mains levées, regardant tout autour, essayant de me trouver. Vous ne m'avez pas trouvé; Mais vous L'avez trouvé Lui. Cette tumeur qui est dans votre côté, si vous croyez de tout votre coeur, Dieu l'ôtera. Croyez-vous cela? Très bien. Dieu vous bénisse. Amen. Oh! n'est-ce pas merveilleux, merveilleux!

226    Pourquoi doutes-vous? Ne doutez pas. Vous avez un asthme, et vous avez un mal de coeur, vous avez de l'arthrite et tout. Vous voulez que Dieu énumère tout cela un, par un. Quand Il vous parle, c'est cela. Ne doutez pas. N'oubliez pas que cela est vrai. Croyez en Dieu, et vous aurez ce que vous désirez. Amen.

227    Cet homme assis ici, avec l'asthme, un petit compagnon venant de Norvège. Croyez-vous que Dieu guérira cet asthme et vous rétablira? Si vous croyez, Dieu vous rétablira. Amen. Pourquoi? Très bien, vous pouvez l'avoir, monsieur. Vous ne saviez pas que vous aviez cette grande Foi, n'est-ce pas? Mais le Royaume de Dieu est venu, et nous sommes assis avec le Messie, le Messie de Dieu.

228    - Pourquoi dites-vous cela: c'est le Messie! Qu'est-ce, Frère Branham?

229    La Bible dit: «La Parole de Dieu est plus puissante qu'un quelconque Royaume, plus tranchante qu'une épée à deux tranchants; c'est un 'Discerneur' des pensées qui sont dans l'esprit, et les intentions du coeur.» C'est le Royaume de Dieu! Alléluia!

230    «Nous avons un Royaume qui ne peut être ébranlé.» Croyez-vous cela? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Voulez-vous accepter le Roi pendant qu'Il est ici? [«Amen.»] Alors levons-nous sur nos pieds et louons-Le, de tout notre coeur.

231    Seigneur Jésus, nous Te louons, ô Grand Roi de Gloire! «Nous avons un Royaume qui ne peut être ébranlé.» Puisse Ton peuple, Seigneur, étant guéris, debout, magnifier Ton grand Nom, Père. Accorde-le, Seigneur. Aie pitié de ces gens. Nous sommes reconnaissants pour ce Royaume, «Car par un Seul Esprit nous sommes tous baptisés dans ce Royaume inamovible.» Et maintenant notre Roi est au milieu de nous, confirmant Sa Parole pour les derniers jours; la même Colonne de Feu, le même Jésus-Christ, avec les mêmes signes. La même Vie qui était en Lui est dans l'Église. «Nous avons un Royaume.»

232    L'aimez-vous? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Chantons Sa Gloire: «Je L'aime, je L'aime. Parce qu'Il m'a aimé le premier.» Faisons retentir cela. Donnez-nous l'accord, Frère. Ensemble maintenant, chantons cela, je L'aime, tandis que nous Le louons.
Je L'aime, je L'aime
Parce qu'Il m'a aimé le premier
Et acquit mon Salut
Sur le bois du Calvaire.

233    Oh! la la! Cela n'a-t-il pas l'air d'être au Ciel? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Oh! la la! Que vais-je vous dire, faisons connaissance avec nos citoyens de ce Royaume. Pendant que nous chantons cela encore, retournons-nous et serrons la main de quelqu'un autour de nous, et dites: «Que Dieu vous bénisse, mon Frère, ma Soeur», tandis que nous chantons cela, tous ensemble. Serrez-vous la main, vous tous. Car, «Par un seul Esprit nous sommes tous dans un Corps', et nous sommes assis dans le Royaume.
Je L'aime, je L'aime
Parce qu'Il m'a aimé le premier
Et acquit mon Salut
Sur le bois du Calvaire.

234    Oh! n'est-Il pas merveilleux? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Amen. Chantons cela à nouveau maintenant.
Je L'aime, je L'aime
Parce qu'Il m'a aimé le premier
Et acquit mon Salut
Sur le bois du Calvaire.

235    Combien se sentent vraiment rafraîchis? Voyons. [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Oh! la la! La Parole est une Nourriture à notre âme. Oh! la la! Chantons à nouveau.
Je... (Dieu vous bénisse!) Je L'aime.

Up

S'abonner aux nouvelles