Quand leurs yeux furent ouverts

Date: 64-0312 | La durée est de: 1 heure 19 minutes | La traduction: MS
doc pdf mp3
Voir le textes français et anglais simultanement Voir le texte anglais seulement

1    Inclinons nos têtes un moment pour prier. Comme cette musique se fait doucement entendre à travers ces microphones, «Crois seulement», je me demande si nous avons des requêtes ce soir, que nous voudrions faire connaître à Dieu. Et avec nos mains levées, nous promettons de croire: levez simplement vos mains. Que Dieu vous bénisse.

2    Notre Père Céleste, nous T'approchons au Nom du Seigneur Jésus, parce que Tu as promis que si nous le faisions ainsi, Tu nous entendrais. Nous Te prions de nous accorder ce dont nous avons besoin, dans Ta connaissance, Seigneur, et de nous récompenser selon notre foi. Nous savons que Tu le feras, car Tu l'as promis. Il y a beaucoup de requêtes, beaucoup de mains se sont levées: la mienne aussi, Seigneur. Je Te prie de bien vouloir nous rencontrer ce soir, et de nous montrer comment nous devrions vivre, et ce que nous devrions faire pour avoir foi en Toi. Sois glorifié dans cette réunion, Seigneur, nous nous confions en Toi, au Nom de Jésus: amen. Vous pouvez vous asseoir.

3    Don, comment allez-vous? J'étais vraiment surpris, ce soir, de voir plusieurs de mes amis assis là, sur l'estrade, avec moi. Frère Lee Vayle, Frère... oh! je ne peux pas prononcer ce nom allemand, Hierholzer. Je le prononce toujours de travers. Frère Don Ruddell, et tous les Frères ici, tout le monde, j'ai fait connaissance avec eux tous: ainsi je suis vraiment content qu'ils soient ici ce soir, pour prier avec nous, tandis que nous prêchons la Parole, que nous prions pour les malades.

4    Maintenant, je pense que demain soir, et Dimanche après-midi, et samedi soir, nous serons ailleurs. Avez-vous prié aujourd'hui? [L'assemblée répond: «Amen.» – N.D.É.] Bien.

5    Je suis désolé de vous avoir gardés longuement hier soir, mais, étant donné que ceci est un nouvel endroit, et que tout est nouveau, il nous faut un peu de temps, vous savez, pour nous connaître les uns les autres. Comme j'avais l'habitude de dire, pardonnez l'expression, «faire sortir tous les fantômes pour en arriver à se connaître l'un l'autre, ainsi nous... tous les sentiments étranges.»

6    Parfois, vous vous réunissez dans certains endroits, ce n'est pas pour discréditer cet auditorium, mais, vous voyez, on ne tient pas que des services religieux ici, je suppose. Il y a toutes sortes de réunions. Et là-dedans, aussi étrange que ça puisse paraître, il y a toutes sortes d'esprits. Si vous n'avez pas d'esprit en vous, vous êtes mort. Et il y a toutes sortes d'esprits dans les rassemblements.

7    Jésus ne pouvait pas guérir parmi une foule pareille. Il est venu dans sa propre patrie, et ils ne L'ont pas cru, et Il ne pouvait pas faire, là, de puissantes oeuvres. Un jour, Il dut conduire un--un homme aveugle, tout à fait en dehors de la ville, avant de pouvoir lui rendre la--la vue. Et pour un autre, son ouïe.

8    Vous voyez, parfois, vous devez vous rassembler là où il y a des croyants ensemble, et croire. Et cet endroit est consacré maintenant au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Et c'est une église, maintenant, aussi... longtemps que les gens sont--sont réunis dans un lieu, c'est l'église. Ainsi maintenant, ce soir, nous estimons réel le privilège d'être ici, pour nous réunir avec vous, pour... pour prier et reconnaître Jésus-Christ parmi nous.

9    Maintenant, vous savez, les Presbytériens ont beaucoup de... ou ceux de l'Église Épiscopale, je crois que c'est cela, de haut en bas, de haut en bas: ils se lèvent et disent quelque chose, s'assoient. Ils se lèvent, et disent quelque chose, et s'assoient: et je vais vous demander de vous lever de nouveau, tandis que je lis la Parole.

10    Dans Luc, le 24e chapitre: si vous voulez écouter attentivement, maintenant. C'est un passage assez long. Je commencerai au verset 13, Luc 24:
    Et voici, ce même jour, deux disciples allaient à un village appelé Emmaüs, éloigné de Jérusalem de soixante stades.
    et ils s'entretenaient de tout ce qui s'était passé.
    Pendant qu'ils parlaient et discutaient, Jésus s'approcha, et fit route avec eux.
    Mais leurs yeux étaient empêchés de Le reconnaître.
    Il leur dit: De quoi vous entretenez-vous en marchant, pour que vous soyez tout tristes?
    L'un d'eux, nommé Cléopas, lui répondit: Es-Tu le seul qui, séjournant à Jérusalem, ne sache pas ce qui est arrivé ces jours-ci? Quoi? leur dit-il.–
    Et ils Lui répondirent: ce qui est arrivé au sujet de Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en oeuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple,
    et comment les principaux sacrificateurs et nos magistrats L'ont livré pour Le faire condamner à mort, et L'ont crucifié.
    Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël: mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées.
    Il est vrai que quelques femmes d'entre nous nous ont fort étonnés: s'étant rendues de grand matin au sépulcre,
    et n'ayant pas trouvé Son corps, elles sont venues dire que des anges leur sont apparus et ont annoncé qu'il est vivant.
    Quelques-uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au sépulcre, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l'avaient dit: mais lui, ils ne L'ont point vu.
    Alors Jésus leur dit: Ô hommes sans intelligence, et dont le coeur est lent à croire tout ce qu'ont dit les prophètes!
    Ne fallait-il pas que le Christ souffrit ces choses, et qu'Il entrât dans Sa gloire?
    Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures, ce qui le concernait.
    Lorsqu'ils furent près du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.
    Mais ils le pressèrent, en disant: Reste avec nous, car le soir approche, le jour est sur son déclin. Et il entra, pour rester avec eux.
    Pendant qu'il était à table avec eux, il prit le pain, et, après avoir rendu grâces, il le rompit et le leur donna.
    Alors leurs yeux s'ouvrirent, et ils Le reconnurent; mais il disparut de devant eux.
    Et ils se dirent l'un à l'autre: Notre coeur ne brûlait-il pas au-dedans de nous, lorsqu'il nous parlait en chemin, et nous expliquait les Écritures?

11    Prions. Seigneur Jésus, nous voyons que ceci est vrai. Il n'y a rien de plus vrai au monde que Ta Parole. Il n'y a rien de plus grand au monde que Ta Parole. Et nous prions que Tu nous révèles cette histoire dans nos coeurs, ce soir, et que Tu nous fasses revivre cette partie de l'Écriture, ce soir, afin que nous puissions reconnaître le Seigneur Jésus comme ils l'ont fait. Seulement, ils Le reconnurent le lendemain de Sa Résurrection: et maintenant, puissions-nous Le reconnaître après deux mille ans, nous le demandons au Nom de Jésus et pour Sa Gloire. Amen.
Vous pouvez vous asseoir.

12    Merci pour le petit signe de bienvenue à l'arrière de l'église, de l'auditorium.

13    Mon sujet ce soir était: Quand leurs yeux s'ouvrirent, ils Le reconnurent.

14    Nous nous situerons, ce soir, dans la première Pâques, après le grand jour sombre de la crucifixion. Notre Seigneur Jésus était venu dans le monde, et S'était clairement identifié Lui-même comme étant le Fils de Dieu. Toutes les Écritures qui Le concernaient, Il les avait accomplies. Même celles des dernières heures sur la Croix avaient été accomplies.
    Maintenant, la Résurrection était arrivée, ce qui était aussi promis. Mais les gens de ce temps-là étaient comme nous sommes aujourd'hui. Enthousiasmés par le surnaturel qu'ils avaient vu, et ainsi de suite, ils avaient manqué de reconnaître toute l'Écriture, tout ce qui Le concernait. Ils en avaient reconnu une certaine partie, et avaient cru, et n'avaient pas reconnu l'autre partie.

15    Je pense que c'est tout comme aujourd'hui: bien des fois, nous allons accepter certaines choses que Jésus a dites, mais pas toutes les choses qu'Il a dites. Les gens, parfois, disent: «Eh bien! nous croyons ceci, mais nous ne croyons pas cela!» Eh bien! vous ne pouvez croire ceci sans croire cela! Voyez-vous, vous devez tout croire. Cela est complètement Dieu, ou ça ne l'est pas. Ainsi, tout doit s'imbriquer parfaitement à sa place.

16    Comme je l'ai dit hier soir, Dieu a déterminé son Écriture, Sa Parole, dès le commencement, avant que le temps existe, quand Il était Éternel. Il... Il est Éternel, et ainsi, ces choses, qui se produisent maintenant, sont seulement des attributs de la Pensée de Dieu. D'abord, ça devait être une pensée, et ensuite une Parole. Et ensuite une pensée exprimée, c'est une Parole. Et une fois parlée, Elle doit s'accomplir. Et toute la chose, c'est Dieu Se dévoilant dans Ses attributs et ensuite Dieu matérialisé, réel, pour qu'on puisse Lui parler et dialoguer, dans la plénitude de Son Corps-Église, etc.

17    C'est pour cela que votre nom était dans Sa Pensée. C'est ainsi que vous avez la Vie éternelle. Vous ne pouvez L'avoir d'aucune autre façon. Si vous avez la Vie éternelle, vous avez toujours été éternel. Voyez-vous?
    Autrement, vous ne pouvez pas dire: «Eh bien! j'appartiens à l'église, je fais ceci...» Non, monsieur. La Vie éternelle n'a jamais un commen... tout ce qui est éternel n'a jamais commencé, et ne peut avoir de fin. Ainsi, vous étiez seulement dans Sa Pensée, votre nom, qui vous êtes, et ce que vous êtes. C'est la seule façon que vous puissiez avoir la Vie éternelle, car vous avez toujours été éternel.

18    Et les autres, peu importe ce qu'ils sont, ils sont éternellement morts: ils étaient morts dès le commencement.
    La Bible dit que «la femme qui vit dans les plaisirs est morte, quoique vivante.» C'est vrai. Voyez-vous, elle a toujours été morte. Elle est morte dans le péché, et dans les transgressions.

19    Et maintenant, si vous étiez dans Celui qui donne la Vie au commencement, c'est ce qu'Il est venu racheter. Et votre nom faisait partie du Livre de Vie de l'Agneau, dans Sa Pensée, dès le commencement. Et Il est venu racheter tous les noms qui se trouvaient dans ce Livre, et pas un de plus. Seulement ceux qui s'y trouvaient. Quand le dernier nom est racheté, Il prend Son Livre et vient réclamer ce qu'Il a racheté.

20    Maintenant, quelle--quelle chose étrange ce serait si nous ne pouvions croire tout ce qui est écrit dans l'Écriture, car toute la chose est la Parole de Dieu. Elle est toute inspirée, chaque partie l'est, et nous en croyons chaque parcelle.

21    Maintenant, cette glorieuse scène que nous nous représentons ce soir, c'est Jésus relevé d'entre les morts, au printemps, se promenant. Au milieu du printemps, de la résurrection, la première fleur à sortir des morts, notre Seigneur Jésus! Il était les prémices de ceux qui étaient partis, la Fleur de Pâques, la Première qui releva la tête au milieu de la nuit froide des ténèbres du péché. Il avait payé le prix du péché, et Dieu Le ressuscita le troisième jour. Nous le croyons de tout notre coeur, que Dieu Le ressuscita le troisième jour, selon Sa Promesse. Et nous le croyons selon les Écritures qu'Il ressuscita le troisième jour. Il était Le Premier à ressusciter d'entre les morts, les Prémices de ceux qui n'étaient plus.

22    Et rien que d'y penser, cette grande détresse, qui a existé depuis quatre mille ans, alors que le monde avait grandi dans le péché, et ne connaissait pas l'issue, Le voici ressuscité des morts. Quel temps! Quel printemps! L'Église aurait dû être en train de chanter des glorieux Alléluias. Mais, au lieu de cela, ils étaient tristes, mélancoliques, et ainsi de suite, parce qu'ils manquaient de croire à tout ce qu'Il avait dit.

23    Il en est de même, ce soir, parce qu'ils n'ont pas cru à tout ce qu'Il a dit et promis. Voilà pourquoi l'église est dans une telle condition, ce soir: c'est parce que nous n'avons pas cru tout ce qu'Il a dit qu'Il ferait. Nous n'avons pas cru à toutes les Écritures qui Le concernent. Nous en avons retranchées, mélangées, nous en avons rajoutées.

24    Si nous croyons toute la chose, il y aura un printemps de foi dans nos âmes, parce que nous sommes ressuscités avec Lui, dans l'image de Sa Résurrection, assis maintenant dans les lieux célestes, en Jésus-Christ, avec toutes les dominations et les autorités, et les ténèbres sous nos pieds. Nous avons accès au Sang de Jésus-Christ, notre Signe, qui montre que nous sommes une acquisition de Dieu, que Dieu a payé notre rédemption, par Jésus-Christ, et que nous avons le droit de présenter ce Signe, avec tout ce que nous demandons, et que nous Le recevrons. Dieu l'a dit! Cela règle la question. Si seulement nous pouvions croire toutes les Écritures!

25    Mais ce qui est triste, c'est que bien des gens qui Le connaissaient, qui L'aimaient, ne reconnurent pas qu'Il était ressuscité des morts.

26    Ainsi en est-il aujourd'hui! Bien des gens qui croient, et qui même enseignent qu'Il est ressuscité des morts, ne Le reconnaissent toujours pas. Ils ne peuvent certainement pas Le comprendre. C'est trop--phénoménal, trop exceptionnel. C'est dans les choses exceptionnelles que Dieu se trouve, si celles-ci sont en accord avec Sa Promesse.

27    Plusieurs L'aimaient et ne Le reconnurent pas. C'était vraiment trop exceptionnel pour eux de croire ces témoins qui étaient revenus du tombeau, et qui avaient dit: «Nous avons vu des Anges qui ont dit qu'Il est ressuscité des morts.»
    «Oh! Eh bien!nous...»
    Voyez-vous, s'ils avaient simplement regardé dans les Écritures: Il avait promis de le faire.

28    Tout comme les Pharisiens et les docteurs religieux de Son temps, s'ils avaient simplement regardé dans les Écritures, comme Il leur dit: «Vous sondez les Écritures, parce que vous pensez avoir en Elles la Vie éternelle, mais ce sont Elles qui rendent témoignage de Moi», qui disent Qui Il est.

29    Et si ces disciples de ce temps-là avaient simplement regardé dans l'Écriture, ils auraient vu, dans l'Écriture, qu'Il avait promis de ressusciter. Et Dieu avait promis de Le ressusciter, et Il le fit. Pourtant, dans Sa Parole promise, il était écrit qu'Il le ferait pour eux. La Parole disait qu'Il ressusciterait.

30    Il l'avait promis, mais, cependant, ils étaient tout tristes, tout abattus, et tout cela. Ils pensaient avoir perdu tout ce qu'ils avaient, et que tout était fini. Et c'était, je pense, l'heure la plus sombre qu'ils aient jamais vue. Ils avaient mis leurs espoirs en Lui, et cru en Lui. Ils avaient vu Sa grande manifestation des miracles, des signes, et des prodiges, et toute la confirmation du Messie. Et ensuite de Le voir se tenir là, et mourir, et se faire cracher au visage, alors qu'Il pouvait discerner les pensées qui étaient dans les coeurs des gens.

31    Mais je ferai une remarque à--à la manière du monde, pardonnez-moi, mais «quand les--les jeux sont faits», c'est là qu'il vous faut continuer à croire.

32    Quand ces soldats ivres mirent un linge sur Son Visage, ils mirent un linge sur Son Visage, et prirent un roseau et frappèrent sur Sa Tête en disant: «Eh bien! il paraît que Tu es un prophète», et ils se passaient le roseau l'un à l'autre, et disaient: «Dis-nous qui T'a frappé et nous le croirons.»

33    Vous voyez, il semble qu'Il--Il--Il s'était fait prendre dans un piège. Et eux pensaient, «Eh bien! si jamais ils Lui--Lui disent quelque chose, Il les frappera d'aveuglement. Il les frappera de mort, s'ils disent quoi que ce soit.» Voyez-vous? Ce n'est pas toujours le dessein de Dieu, de faire ces choses.

34    Lorsqu'Il se trouvait sur la Croix, et que Caïphe et tous les sacrificateurs dirent tous: «Si Tu es le Christ, dis-nous le clairement. Descends de la Croix, nous Te croirons.» Voyez-vous, ils ne pouvaient simplement pas comprendre comment Dieu pouvait aller à la Croix et mourir. Mais c'est la raison pour laquelle Dieu s'est fait chair, afin qu'Il puisse mourir.

35    Les Pharisiens Lui donnèrent le plus grand des compliments, lorsqu'ils dirent que pour les autres Il n'avait... «Il a pu sauver les autres, mais Lui, Il n'a pas pu Se sauver.» Certainement c'était un compliment. S'Il s'était sauvé Lui-même, Il n'aurait pas pu sauver les autres. Il devait Se donner Lui-même.

36    C'est la raison pour laquelle Dieu fut fait chair, afin de mourir, afin qu'Il puisse souffrir, et prendre la pénalité sur Lui-même. Il ne pouvait pas le faire, aussi longtemps qu'Il était Jéhovah, dans l'esprit. Dieu le Père, dans l'esprit, ne pouvait pas le faire. Mais lorsque Dieu fut fait chair, et demeura parmi nous, un être humain, alors Il put goûter la mort, et prendre la pénalité qu'Il avait mise sur tous les êtres humains. Il la prit sur Lui-même et paya le prix.

37    Cependant, Sa Parole promise avait promis cette résurrection, mais ils ne pouvaient pas comprendre qu'il en serait ainsi. Ils ne pouvaient simplement pas arriver à le comprendre. La Parole, Il était la confirmation de Sa promesse. Jésus, parlant à ce Cléopas et à son ami, sur le chemin d'Emmaüs, était la confirmation de Sa Parole promise, et pourtant, ils ne le comprirent pas.

38    Puis-je dire ceci aujourd'hui: Après deux mille ans d'enseignement, de foi, Il est toujours vivant, et les gens ne peuvent pas le percevoir. Ils ne peuvent pas le comprendre. La chose est qu'ils ont été tellement endoctrinés avec d'autres choses, trop de soucis, et trop d'autres choses. C'est la raison pour laquelle ils ne peuvent pas le comprendre. Ils étaient trop déchirés et affligés pour le comprendre.

39    Maintenant, remarquez, ils parlaient de Lui. Maintenant, ils étaient sur le chemin d'Emmaüs, ils allaient pour reprendre leur ancien métier. Et Pierre allait à la pêche et quelques autres allaient avec lui. Et Cléopas et son ami disaient: «Eh bien! nous irons à Emmaüs.» C'est peut-être là où ils habitaient, à environ une journée de sabbat, à quelques kilomètres, de l'autre côté de la montagne.

40    Et ce magnifique matin de Pâques, Jésus ressuscité des morts! Sa Parole, la Parole de Dieu, avait été accomplie. "Je ne laisserai pas Mon Saint voir la corruption, Je ne permettrai pas, Je ne laisserai pas Son âme dans le séjour des morts, Je ne permettrai pas que Mon Saint voit la corruption.»
    C'était la Parole. Remarquez que David en avait parlé.

41    Jésus avait dit: «Détruisez ce Temple et Je le relèverai en trois jours. Le Fils de l'homme S'en va à Jérusalem pour être abandonné dans les mains des Nations et des nations, et des gens cruels, pour être bafoué, méprisé, crucifié, mais le troisième jour, Il ressuscitera.»
    Il l'avait dit, cela aurait dû régler la question.

42    Et voici que ces hommes, à qui Il l'avait dit, qui connaissaient la Parole, marchant avec Lui le long du chemin, ils étaient tout tristes. Pouvez-vous imaginer une telle chose? Mais elle s'est certainement répétée. La chose s'est répétée.

43    Nous voyons qu'alors qu'ils marchaient le long du chemin... Une grande chose à Son sujet, c'est qu'ils parlaient de Lui lorsqu'Il apparut.

44    Maintenant, c'est bien là ce qui ne va pas aujourd'hui: je pense que c'est la raison pour laquelle Il n'apparaît pas à beaucoup d'entre nous, c'est que nous ne parlons pas assez de Lui. Nous avons d'autres sujets de conversation. Nos différences dénominationnelles, nos petites histoires. Nous parlons du communisme, nous avons toutes sortes de programmes, et tout le reste, qui nous accaparent. Nous n'avons pas le temps de parler de Lui. Nos programmes de l'église, qui va être élu pasteur, qui va faire ceci, qui va faire cela, nous parlons de tout, sauf de Lui.

45    Alors que nous devrions parler de Lui. Cela devrait être toujours notre objectif, notre vie entière, Lui.

46    Je disais à un homme, l'autre jour... Il disait: «Eh bien! croyez-vous en ces choses?»

47    Je dis: «Eh bien! monsieur, je donnerais ma vie pour cela. C'est juste. Je donnerais ma vie pour cela. Je souhaiterais avoir dix mille vies pour cette cause. J'y croirai toujours.»

48    Certainement, nous devons parler de Lui si nous voulons Le voir. C'est toujours comme ça.

49    Ils auraient dû Le reconnaître, mais ils ne L'ont pas reconnu. Alors qu'Il marchait près d'eux, ils auraient dû Le reconnaître. Mais souvenez-vous, ils avaient marché avec Lui pendant trois ans. Et voici que... Pouvez-vous imaginer?
    Ses disciples, qui avaient marché avec Lui pendant trois ans, et voici qu'Il se trouvait tout à-côté d'eux, marchant avec eux, et ils étaient aussi aveugles qu'une chauve-souris. Pourquoi? Parce qu'ils ne connaissaient pas les Écritures. Et, cependant, Il leur avait donné, Il leur avait parlé les Écritures.

50    Et voici qu'Il se trouvait là, Emmanuel, «fait chair, demeurant parmi nous», et les Pharisiens ne pouvaient pas Le reconnaître. Ils ne pouvaient pas comprendre cela, comment cet homme... Eh bien! ils Le crucifièrent parce qu'Il s'est fait Lui-même... «Il a brisé le sabbat et S'est fait Lui-même Dieu.» Voilà pourquoi ils L'ont crucifié. Maintenant, nous voyons que la raison pour laquelle ils n'ont pas compris cela, c'est qu'ils ne connaissaient pas l'Écriture.

51    Ses disciples auraient dû Le reconnaître, mais ils ne connaissaient pas l'Écriture. Continuant à marcher avec eux, Il La leur révéla, Il leur révéla les Promesses de l'Écriture qui Le concernaient pour cet âge-là; pas les Promesses de l'Écriture pour le temps de Noé, pas les Promesses de l'Écriture pour les autres âges. La promesse de l'Écriture qui Le concernait pour cet âge-là, cela montrait exactement qui Il était. Voyez-vous? Il se mit à leur demander, et dit: «Pourquoi êtes-vous si tristes?»

52    «Eh bien! Lui dirent-ils: Es-Tu un étranger, ici?» Le regardant droit en face. «Es-Tu un étranger, ici, et ne sais-Tu pas ce qui est arrivé? Eh bien! Jésus de Nazareth, un prophète approuvé de Dieu, et nous espérions que ce serait Lui qui délivrerait Israël: et voici le troisième jour, et ils L'ont crucifié, et toutes ces choses.» Et Il...

53    Il dit: «Qu'est-ce qui est arrivé?» Tout comme s'Il n'en savait rien. Voyez-vous, Il fit seulement semblant de ne rien savoir à ce sujet.

54    Mais souvenez-vous, lorsqu'Il se mit à leur parler, Il se mit à leur révéler les promesses qui Le concernaient. Il dit: «Ne savez-vous pas que Christ devait souffrir d'abord, et entrer ensuite dans Sa Gloire?» Et Il commença, par les Écritures, depuis Moïse et tous les prophètes, et Il leur révéla les Écritures qui Le concernaient, Lui, Le Messie. Ce que Le Messie devait être, les actions qu'Il devait faire: tout ce qu'Il devait être, Il le leur révéla, et cependant, ils ne comprenaient toujours pas.

55    N'est-ce pas la même chose qui se répète, aujourd'hui? Il fait la même chose, et cependant, l'église s'enferme toujours dans les ténèbres. Leur révélant qui Il est, et ce qu'Il est, et cependant, ils disent: «Eh bien! je crois... Oh! mon église enseigne...» Vous y êtes. Vous voyez, c'est la raison pour laquelle...

56    Retournez aux Écritures, sondez les Écritures, Elles sont la Vérité. Nous L'avons tellement tordue. «Comment savons-nous que c'est scripturaire?» Quand c'est une Parole promise pour cet âge.

57    Maintenant, Il n'est pas retourné en disant: «Souvenez-vous de ce que Moïse a fait» Voyez-vous? Il leur révéla l'Écriture qui Le concernait pour cet âge-là. Il était la Lumière pour cet âge-là.

58    Moïse était la Lumière de son temps. Jérémie était la Lumière de son temps. Lui était la Lumière de Dieu qui brillait pour la Parole qui était promise pour ce temps-là. Chaque âge a eu sa Parole promise. Dieu envoie Ses prophètes et révèle cette Parole: confirme d'abord Ses prophètes, ensuite révèle cette Parole, et La fait vivre.

59    Et Jésus était le Christ. Et tout ce qui appartenait au Christ, Il l'avait confirmé. La naissance virginale, guérir les malades, discerner les pensées des coeurs, tout ce qu'Il était censé faire, être--être le Messie, et encore, ressusciter des morts, et cependant, ils ne Le reconnurent pas. Ils ne Le reconnurent toujours pas.
    Après que les Écritures aient été révélées, ils ne Le reconnurent toujours pas, bien qu'Il soit cette Parole promise. Maintenant, souvenez-vous comme cela est magnifique, la Parole qu'Il leur avait révélée, qu'Il leur montrait. Ils avaient marché avec Lui pendant trois ans, et avaient reconnu que, ils savaient qu'Il accomplissait cette Parole. Voilà qu'ils s'en allaient sur le chemin d'Emmaüs, en disant: «En est-il ainsi?» Hein! Ils n'arrivaient pas à le comprendre. Ils ne le comprenaient pas.

60    Remarquez, lorsqu'Il en vint à leur révéler la Parole, à nouveau, après leur avoir montré comment Christ devait faire ces choses, et cependant, ils ne le comprenaient toujours pas. Remarquez la réprimande qu'ils reçurent, ces prédicateurs-là, pour ne pas avoir connu et reconnu l'accomplissement des Écritures, qui s'accomplissaient devant leurs yeux. Remarquez Ses Paroles à leur égard: «Insensés, lents à comprendre.» C'était Dieu Lui-même, le Messie ressuscité, marchant avec eux, Se montrant à eux. Disant: «Pourquoi ne comprenez-vous pas que Christ devait faire ces choses? Ne savez-vous pas qu'il devait arriver ceci, cela, et ainsi de suite?»

61    Et toute la journée, Il leur expliqua les Écritures, mais malgré cela, «En est-il ainsi?» Et ils ignoraient que c'était Lui qui se trouvait juste là.

62    Puis Il regarda tout autour--après avoir prêché la Parole, et leur avoir parlé, et leur avoir montré les choses qui devaient arriver: et ils ne comprenaient toujours pas. Il leur dit: «Hommes sans intelligence, lents de coeur pour comprendre, «(voyez?) à comprendre les Écritures confirmées de l'heure, les Écritures qui Le concernaient pour ce temps-là. Pourtant Il était... Ils étaient des disciples, mais ils ne connurent pas la Parole écrite quand ils La virent manifestée.

63    Je veux laisser cela s'enfoncer un instant. Voyez, voyez? Ils ne savaient pas lorsque... Ils lisent cela dans les Écritures, que c'est une Promesse pour ce jour, et voient ensuite Dieu La rendre manifeste: néanmoins, ils disent: «Je me demande?» Même chose, (voyez?) exactement. Nous traitons encore avec des êtres humains.

64    Et nous voyons qu'Il les réprimanda vertement. Ils étaient Ses disciples. Mais parce qu'ils ne connaissaient pas la Parole, lorsqu'Elle fut manifestée devant eux, ils ne La comprirent pas.

65    La même chose s'est reproduite aujourd'hui. Mais dans la pensée des gens... Oh! ils vous font pitié, parce que l'un a un groupe qui va de ce côté-ci, et l'autre a un autre groupe qui marche de l'autre côté, et tout ce qui les intéresse, c'est d'élargir ce groupe. C'est la raison pour laquelle Christ ne peut se révéler aux gens.

66    Alors que l'Église devrait être maintenant dans sa glorieuse étape, dans la puissance de Sa résurrection, avec des grands signes, et des prodiges.

67    Au lieu de cela, ils ont tellement perdu de temps, à cause de ceci, qu'ils marchent aveuglément dans le Conseil Mondial oecuménique, ils ont reçu la marque de la bête, et ils ne le savent même pas: exactement, Sa Parole dit qu'ils feraient cela. Et ils pensent que c'est très bien, c'est bien, que cela fait une bonne offrande, et ainsi ils le font. Comment deux hommes peuvent-ils marcher ensemble? Et vous, qu'allez-vous faire, Pentecôtistes? Vous allez devoir offrir votre doctrine fondamentale du baptême du Saint-Esprit pour le faire. Certainement, vous le ferez. Et voilà. Qu'allez-vous faire, lorsque ce temps viendra? Vous courrez bêtement!

68    Certains des conducteurs pentecôtistes, des gens du plein Évangile, se tiennent dans ces conciles, et siègent au Vatican et dans ces hiérarchies, et ainsi de suite, et disent: «C'était l'atmosphère la plus spirituelle.»

69    Un homme doit être aveugle de l'Esprit de Dieu, pour dire des choses pareilles, et ce n'est pas étonnant qu'Il dise: «Hommes sans intelligence, et lents de coeur à croire et à comprendre ce que les Écritures ont dit.» Il parlerait ce soir... S'Il parlait à un auditoire, Il dirait la même chose. «Oh! hommes sans intelligence, et lents de coeur à comprendre, quand la Parole est rendue manifeste: alors ils marchent juste là-dedans.» La même chose, aujourd'hui!

70    Nous sommes trop occupés avec nos programmes. Et... Ils étaient trop occupés à l'écouter en faisant autre chose. Et... Et nous voyons, aujourd'hui, que nous avons tant de différents credo, et nous avons tant de programmes de télévision.

71    Et nous avons même le mouvement anticommuniste. J'écoutais la Life Line, l'autre matin, donner les comptes-rendus documentés là-dessus. Ce--ce communisme, disent-ils, oh! vous ne le balaierez jamais. Alors qu'ils ont été là depuis des années, et des années, et des années. Tous ces différents programmes, et ces systèmes, c'est ce que dit la Life Line, même dans les campagnes de propagande, ils ont des postes d'écoute, et des choses du genre, là-dedans. Dans le mouvement anticommuniste, les communistes sont là et espionnent simplement en vue de savoir qui est qui. Oh! je ne suis pas intéressé là-dedans.

72    Je suis intéressé dans la venue de Jésus-Christ pour l'Église. Les prédicateurs devraient s'occuper de cela, et voir ce que les Écritures ont promis aujourd'hui. Je n'attends pas la victoire du communisme, j'attends un royaume à venir, Jésus-Christ, et le Millénium qui va commencer. Je n'ai absolument pas le moindre intérêt pour le communisme, ou pour tout autre 'isme', ou pour vos 'ismes' religieux. Pour aucun d'entre eux! Tout ce qui m'intéresse, c'est Jésus-Christ, et Lui seul, amener les gens à Le voir. Il est ici, SE montrant ici, prouvant exactement ce qu'Il a dit qu'Il ferait dans les derniers jours.
    Maintenant, ils n'ont pas compris cela. Ils étaient trop occupés.

73    Cependant, ils affirment, aujourd'hui, croire qu'Il est ressuscité d'entre les morts. Tout le monde croit qu'Il est ressuscité des morts? Ceux qui affirment réellement être Chrétiens croient cela. Ensuite Il peut venir et faire exactement ce qu'Il a dit qu'Il ferait après Sa résurrection, et cependant, ils ne Le voient pas. Oui, monsieur. Oh! C'est la vérité. Ils ne Le voient justement pas.

74    Les credo, les programmes éducationnels, et ils ont leurs prédicateurs, là, qui les ont tellement instruits. Cela les a aveuglés, aveuglés par leur théologie faite de main d'homme: c'est tellement en dehors de la Parole de Dieu.

75    Comme je l'ai dit hier soir, Dieu n'a pas besoin d'interprète. Je ne peux interpréter Sa Parole: Il n'a besoin de personne pour interpréter Sa Parole. Il est Son Propre interprète. Quand Il dit qu'Il fera quelque chose, Il le fait, et la question est réglée. C'est tout ce qu'il y a. Il a dit qu'Il le ferait, et Il l'a fait. C'est réglé. Il n'a pas besoin que quelqu'un Lui dise que ceci est ceci, ou cela est cela. Il le fait, Lui-même. Nos interprétations ne sont rien pour l'Écriture. Il parle, Lui-même, et c'est ainsi que cela se passe.

76    Au commencement, quand Il dit: «Que la lumière soit», et la lumière fut. Cela n'avait pas besoin d'interprétation. «Une vierge enfantera», et Il l'a fait. «Je répandrai Mon Esprit sur toute chair», Il l'a fait. Cela n'a pas besoin d'interprétation.

77    Ce qu'Il a dit qu'Il ferait en ce jour, Il l'a fait. Cela n'a besoin d'aucun interprète: Il interprète Lui-même. Il est Son Propre interprète.

78    Maintenant, nous sommes tellement occupés à d'autres choses, et nous prenons nos gens. Et beaucoup de nos missions du Plein Évangile, et ainsi de suite, et nos écoles, donnent un test psychiatrique à un homme... Un test mental, avant... devant un psychologue, avant même qu'il puisse devenir missionnaire, pour voir si son quotient intellectuel est assez élevé. N'est-ce pas incroyable? Je pourrais imaginer alors une chose formelle, froide, qui s'est éteinte il y a bien des années. Mais quelque chose de précieux comme la Pentecôte, comment ont-ils pu faire une chose pareille?

79    Pouvez-vous imaginer le quotient intellectuel qu'ils exigeaient, là-bas, le jour de la Pentecôte? La foi en Dieu, c'est ce qu'ils exigeaient. Voilà ce qui est exigé. «Si tu crois, ces signes accompagneront ceux qui auront cru», a dit Jésus. Il n'a jamais dit de tester leur quotient intellectuel. Il a dit: «Allez partout dans le monde», missionnaires, «faites des disciples de toutes les nations: ces signes accompagneront ceux qui auront cru!» C'est là le quotient intellectuel, le quotient intellectuel de Dieu, lorsque vous avez assez de foi pour rendre ces choses vivantes et réelles, Christ manifesté devant les gens.

80    Mais, aujourd'hui, nous voulons les tester avec une espèce de programme éducatif. Oh! la la!

81    Ils ont testé Jack Ruby, l'autre jour, pour folie. [Jack Ruby est le meurtrier de Lee Harvey Oswald, qui a été reconnu coupable de l'assassinat de J. F. Kennedy – N.D.T.] Ils le font toujours. Le monde entier est fou. Certainement l'homme est fou. Aucun homme ne peut tirer sur un autre homme sans être fou. Le monde entier est fou. Certainement. Le fermier est fou pour l'homme d'affaires, et l'homme d'affaires est fou pour le fermier. Qui est fou? Tout le monde est fou.

82    Il n'y a qu'une chose qui soit saine, c'est Jésus-Christ, le Fils de Dieu, et Son Évangile qui a la réponse à toutes choses. Nos livres de psychologie, et toutes ces choses, sont du non-sens. Et si c'est contraire à la Parole, débarrassez-vous en. La Parole de Dieu est juste, et toutes les autres choses sont fausses.

83    Nous voyons ces choses. Ce n'est pas étonnant que le monde baigne dans son sang. Ce n'est pas étonnant que les choses sont comme elles le sont maintenant. Nous ne... C'est simplement sans cesse... Je me demande si Oswald, le meurtrier de notre Président, je me demande s'il a eu un test mental. Oh! j'en doute. Mais vous voyez, comment un homme peut-il aller tuer son prochain et lui enlever la vie, et s'en aller? Maintenant, je suis au Texas, je vais juste m'arrêter là-dessus. Mais laissez-moi vous dire quelque chose... Le Seigneur prendra soin de cela un jour quand Il viendra. Remarquez, vous n'avez pas le droit d'enlever la vie d'un homme. Non, monsieur. Dieu est le Seul Qui ait le droit d'enlever la vie. C'est vrai.

84    Remarquez maintenant, la Parole réellement écrite, la promesse de cet âge parfaitement confirmée, et cependant, ils ne L'avaient toujours pas reconnue. Remarquez, ils venaient juste d'affirmer qu'Il était un prophète, Jésus de Nazareth. «Es-Tu juste... Es-Tu un étranger, ici? Jésus de Nazareth, qui était un prophète puissant en actions devant Dieu et devant le peuple...» Ils L'avaient reconnu comme prophète! Alors, s'ils L'avaient reconnu comme prophète, un prophète est envoyé pour l'âge dans lequel il vit. Il doit manifester la promesse de Dieu. La Parole vient au prophète. Et s'Il était le prophète, alors la Parole promise pour cet âge devait être manifestée par Lui.
    Et cependant ils ne l'ont pas vu. Ils ne pouvaient simplement pas le voir.

85    Ils disaient que «Il était un prophète puissant en action», et ses oeuvres aussi l'étaient, «puissant en paroles devant Dieu, et ainsi de suite. C'était un grand prophète, et nous espérions...» Israël avait son espoir bâti sur Lui--l'Israël spirituel: non pas l'église Israël, la--simplement la nation, le peuple. Le réel Israël spirituel avait son espoir fondé sur Lui.

86    Et, remarquez, lorsqu'ils Le reconnurent comme prophète, où est-Il allé? Il a fait exactement ce que le prophète devait faire, Il retourna directement à la Parole. De retour directement, pour montrer. Il était un prophète, comme ils le disaient, Il retourna directement (à la Parole), pour montrer que la Parole de ce jour-là L'annonçait, Lui. Cependant, ils ne L'ont pas reconnu. Ils marchaient le long du chemin, aussi aveugles qu'ils pouvaient l'être: ils ne L'ont pas reconnu. La Parole promise pour leur âge, Il était le Prophète pour manifester la même chose.

87    Maintenant remarquez, Il dit: «Hommes sans intelligence, lents de coeur à comprendre tout ce qu'ont dit les prophètes au sujet de Christ, comment Il devait souffrir ces choses qu'Il a dites, et ensuite entrer dans Sa Gloire, et ressusciter le troisième jour. Toutes ces choses qu'Il était censé faire, et cependant, vous ne comprenez toujours pas?»
    Ils auraient dû savoir que là se trouvait l'homme qui confirmait tout ce qu'ils affirmaient avoir cru. Mais cependant, ils ne pouvaient toujours pas Le voir. Il était un signe évident d'un vrai--vrai prophète, qui retourne, non pas à une autre parole, mais qui prouve la Parole en montrant qu'aujourd'hui, Il est vivant dans Sa promesse.

88    Maintenant, souvenez-vous, avant qu'Il vienne, Jean vint sur la scène. Il était un prophète. Et qu'était-il? Un précurseur du Messie. Et il dit: «Je ne suis pas le Messie.»
    Ils pensaient qu'il L'était, parce qu'il était prophète. Il dit: «Je ne suis pas le Messie. Je ne suis même pas digne de délier la courroie de Ses souliers, mais Il se tient au milieu de vous.» Oh! Jean était convaincu qu'Il était là, parce qu'il savait qu'il devait L'introduire.

89    Son père était prêtre. Il n'est pas allé au séminaire, pour apprendre à être prêtre. Son travail était trop important. Il est allé au désert pour être seul avec Dieu. Il ne voulait pas porter une carte de membre de qui que ce soit, sinon ils auraient dit ceci, cela ou autre chose, car ils étaient tout mélangés et influencés par... par l'ordre de l'homme de ce temps-là. Son travail était important. Il devait dépendre de Dieu seul, car il devait annoncer le Messie.

90    Jésus dit que «Il était une lumière qui brille, et pour une saison vous avez désiré marcher avec Lui, vous vous êtes réjouis de marcher près de Lui. Mais J'ai un plus grand témoin que Jean.» Voyez-vous? Il est... Cependant, ils ne Le croyaient pas.

91    Un signe évident d'un vrai prophète, les ramenant directement à la Parole. Ils ne pouvaient pas comprendre Sa manière de parler.

92    Et regardez, l'Écriture avait dit que cela allait se passer, exactement mot pour mot. Même David, des centaines d'années auparavant, environ huit cents ans, cria la même chose qu'Il dit sur la Croix. Et il n'y a aucun doute que, dans le temple, ce matin-là, ils aient chanté le même cantique, Psaume 22: «Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné?» Dans le temple, ils chantaient cela, et le Dieu qu'ils affirmaient servir, ils Le crucifiaient.

93    Ainsi en est-il aujourd'hui! Le Dieu qu'ils affirment croire, Qui se manifeste Lui-même, ils fermeront, vous fermerez toutes les portes, aucune collaboration, rien. Ils... Cela est contraire à leur credo. Oh! hommes sans intelligence, lents de coeur à reconnaître le jour dans lequel nous vivons! Dieu n'a-t-Il pas promis ceci dans les derniers jours? Comment cette église de Laodicée serait tiède, et Jésus à l'extérieur, essayant d'entrer pour un peu de communion? Qui est Jésus? La Parole, la vraie Parole rendue manifeste: à l'extérieur, essayant d'entrer, mais ne le pouvant pas.

94    À l'heure dans laquelle nous vivons, ils courent, aveugles de la même façon. Jésus a dit qu'ils seraient ainsi. Les prophètes ont dit qu'ils seraient ainsi. «Emportés, enflés d'orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu. Déloyaux, calomniateurs, sans retenue, ennemis des gens de bien, ayant une forme de piété, et reniant ce qui en fait la force», la Puissance de Sa résurrection et Sa manifestation, qu'Il est le même hier, aujourd'hui, et pour toujours. Et qu'Il vit aujourd'hui et toujours, pour confirmer les choses qu'Il a dites. Je ne crie pas après vous, mais je désire que vous entendiez.

95    C'est vrai, leurs yeux étaient toujours fermés. Remarquez, bien qu'ils ne puissent pas croire, il y avait quelque chose en eux, ils L'ont invité à entrer. Il a fait semblant d'aller plus loin.

96    Il se peut qu'Il fasse cela pour vous ce soir. Maintenant, pour terminer, je vais terminer tôt, afin d'avoir une ligne de prière. Il peut faire semblant de vous oublier, ce soir. Peut-être que votre carte de prière ne sera pas appelée, mais, souvenez-vous, peut-être qu'Il vous donne simplement un test. Vous voyez, Il est autant Dieu ici qu'Il L'était là-bas, ou partout ailleurs. Voyez-vous? Il est omniprésent.

97    Maintenant, souvenez-vous, Il fit semblant d'aller plus loin. Et ils Le contraignirent. Maintenant, ils ne comprenaient pas de quoi Il parlait, mais cependant, leur esprit était tout... Ils ne savaient que croire.

98    Maintenant, il y a beaucoup de personnes comme cela, aujourd'hui. Il y a un grand nombre de personnes comme cela, ce soir, à Beaumont. Ils ne savent que croire. Mais vous savez ce qu'ils ont fait: Ils ont fait la chose la plus sage qu'un homme puisse faire, ils L'ont invité à entrer. C'est cela. C'est cela. C'est alors, et alors seulement, qu'Il peut Se révéler Lui-même, lorsqu'Il est invité à entrer. Invitez-Le à entrer, dites: «Seigneur Jésus, je sais que les Écritures disent cela. Il se peut que je ne comprenne pas, mais viens dans mon coeur. Je veux T'accepter, je veux Te croire. Alors, manifeste-Toi à moi.»

99    Remarquez, ils L'ont invité à entrer. Maintenant ils ne pouvaient l'expliquer, ils--ils, c'est un... Il, Il a juste... Ils ne pouvaient simplement pas comprendre de quoi Il parlait. C'était tout embrouillé, pour eux. Ils ne Le comprenaient pas, mais ils L'ont invité, ils L'ont contraint, «Tu dois entrer!»
    Il dit: «Non, Je--Je dois aller là-bas.»

100    «Oh! mais, Seigneur, Tu--Tu dois entrer! Tu, Tu dois entrer!» Et ils L'ont contraint jusqu'à ce que, ils L'ont appelé, et jusqu'à ce qu'Il soit entré.

101    C'est ce que vous devez faire. Et alors, lorsqu'Il entre à l'intérieur, c'est à ce moment-là qu'Il peut Se révéler Lui-même. Il peut Se faire connaître, une fois à l'intérieur.

102    Remarquez comment Il l'a fait, après Sa résurrection. La vraie Parole promise, voyez-vous, ils n'ont pas réalisé qui Il était. Mais une fois à l'intérieur d'eux, alors Il ouvrit leurs yeux. Et ainsi, lorsqu'Il entra à l'intérieur du bâtiment avec eux, Il ouvrit leurs yeux: après être entré à l'intérieur, Il ouvrit leurs yeux. Par quoi? Non pas en levant Sa main et en disant: «Ouvrez, laissez vos yeux s'ouvrir.» Leurs yeux étaient ouverts, de toute façon, physiquement.

103    Comme à Dathan, ou--ou Dothan, plutôt, c'était là-bas, lorsqu'ils avaient... Élie était descendu là-bas. Et les--les Syriens venaient sur eux, et Guéhazi cria: «Mon père, les Syriens sont partout!»

104    Et Élisée s'avança là-bas, et dit: «Nous sommes plus nombreux qu'ils ne le sont.» Il dit: «Seigneur, ouvre les yeux de ce garçon.» Et autour de ce vieux prophète, et sur la montagne, il y avait des chariots de Feu, et des Anges de Feu.

105    Et la Bible dit que «Il frappa les Syriens d'aveuglement.» Il monta là-bas et il dit: «Cherchez-vous Élie?» Ils dirent: «Oui, nous le cherchons.»

106    «Venez, je vais vous montrer où il se trouve.» Et ils pouvaient le voir, physiquement, s'avançant tout droit, mais ils étaient aveugles à ce qu'il était.

107    Et c'est ainsi, ce soir, vous pouvez avoir 10 sur 10 à chaque oeil. Mais dans votre esprit, pouvez-vous comprendre que c'est une Parole promise pour aujourd'hui? C'est la promesse de Dieu. Que Dieu entre à l'intérieur, et ensuite ouvre vos yeux. «Oh! c'est Lui? n'est-ce pas?» Il l'a promis. Remarquez, à l'intérieur, Il ouvrit leurs yeux à ce qu'Il était, Qui Il était. Maintenant, s'Il peut entrer à l'intérieur de vous, ce soir, dans votre ligne de foi, Il peut ouvrir vos yeux et vous montrer que Hébreux 13:8 est juste, qu'Il est le même hier, aujourd'hui, et pour toujours. S'Il peut entrer à l'intérieur et ouvrir vos yeux, Il fera la même chose maintenant.

108    Tout comme Il a fait pour cette femme à la fontaine, nous en avons parlé hier soir. Maintenant, remarquez, elle savait, par l'Écriture, ce qu'Il était censé être. C'était ce qu'il y avait de bon au sujet de cette femme.

109    Plusieurs d'entre nous, aujourd'hui, ne connaissent pas, par l'Écriture, ce qu'Il est aujourd'hui. Nous Le mettons dans la crèche, chaque Noël. Oui, nous prenons un lapin de Pâques, et nous faisons de lui Sa résurrection. Pas étonnant que nous soyons tout emmêlés. Vous voyez? C'est juste. Pas étonnant que nous ne sachions pas où nous en sommes.

110    Mais cette femme savait. Elle l'avait dans sa pensée: là dans son coeur, il y avait cette Semence. Comme je l'ai imagé à mon bon ami, Jack Moore, aujourd'hui, comment ces Pharisiens, sur le côté noir ici--leurs coeurs étaient noirs. Là-bas, ils n'avaient pas de Vie pour commencer. Et comme cela devint un peu plus lumineux, ils avançaient parce qu'ils étaient religieux et aidaient à garder les lois. Et lorsque la Parole, tout là-bas au commencement, brillait au travers de la Parole, la Bible, pour eux, ils marchaient. Mais tout là-bas, ils n'avaient aucune Lumière.

111    Voici que cette petite prostituée, sa première vie, ici, apparaissait aussi noire qu'elle pouvait l'être. Elle était une prostituée. Deuxièmement, à l'intérieur d'elle, il y avait juste un petit peu de lumière, parce qu'elle avait une conception de ce que le Messie devait être.

112    Voici que Jésus Se tint au milieu d'eux. Quand Il accomplit le signe du Messie, qu'Il leur montra qui Il était et toutes choses, cela noircit la chose entière de ces Pharisiens. Ils retournèrent aux ténèbres. Ils n'avaient rien, ici, pour s'ancrer dessus. Ils L'ont appelé Béelzébul, un démon. Et cette lumière, qu'ils avaient, s'éteignit, et ils périrent avec.

113    Et cette femme se tenait là, noire de péchés autant qu'il est possible de l'être, mais dans son coeur elle savait ce que le Messie serait. Elle savait quel signe Il montrerait. Et aussitôt qu'Il lui dit...

114    Il dit: «Porte-Moi à boire.» Elle dit... Il contactait son esprit pour voir où elle en était. Et elle dit: «Cela n'est pas la coutume.»

115    Il dit: «Si tu savais à Qui tu parles, tu M'aurais demandé à boire.» Et la conversation continua. Directement, Il trouva juste exactement, où étaient ses pensées, et ce qui était dans son coeur.

116    Elle savait exactement à ce moment-là que, lorsque le Messie viendrait, le Messie devait être Dieu. Dieu est la Parole. La Parole est un discernement des pensées du coeur. Et c'était dans les prophètes. Cette femme connaissait plus au sujet de Dieu que la moitié des prédicateurs en Amérique, ce soir: c'est juste, parfaitement juste, et elle, étant dans cet--cet état. Mais voyez-vous, elle était destinée à la Lumière, et aussitôt que cette Lumière frappa!

117    Et elle pensait qu'Il était juste un homme ordinaire, peut-être une bonne occasion. Elle dit: «Eh bien! nos pères adoraient sur cette montagne. Et Tu dis que c'est à Jérusalem, étant un Juif», et ainsi de suite... la conversation...
    Il dit: «Va chercher ton mari et viens ici.»
    Et elle dit: «Je n'ai pas de mari.»
    Il dit: «Tu as dit juste. Tu en as eu cinq.»

118    Quoi! Ce petit grain de Lumière, en reconnaissant Qui Il était, il semblait qu'il pouvait en être ainsi. «Monsieur, je vois que vous êtes un prophète. Je sais que lorsque le Messie viendra, c'est ce qu'Il fera.»
    Il dit: «Je le suis.»
    Elle dit: «Cela règle la question!» Voyez-vous?

119    Toute sa noirceur fut blanchie. Et toute la blancheur des Pharisiens devint noire, parce qu'ils Le rejetèrent. Voilà la différence, la Lumière brillante à travers la Parole. Voyez-vous? Parce que son nom avait été mis dans le Livre de Vie de l'Agneau avant la fondation du monde, et elle Le reconnaissait à ce moment-là. Il prit cette petite semence qui reposait là, derrière toute cette souillure vulgaire, et ainsi de suite comme cela, et Il la nettoya.

120    Voilà pourquoi Il est venu, pour nettoyer ceux que le Père Lui a donnés avant la fondation du monde. Amen. Je me sens religieux, de savoir cela comme étant la Vérité. «Pas celui qui veut, ni celui qui court, c'est Dieu.» Amen. Non pas combien vous avez fait, ou combien vous n'avez pas fait. Personne n'a cherché Dieu: Dieu vous a cherché.

121    Et lorsque cette Lumière brilla, ces Pharisiens dirent: «Oh! ça, j'ai déjà entendu cela. Il est Béelzébul. C'est un diseur de bonne aventure.» Alors toute la chose devint noire.

122    Et cette petite femme qui était noire 'ici', devint blanche 'ici'. Elle dit: «Je sais que lorsque le Messie viendra... je m'attends à Lui. Lorsqu'Il viendra, Il fera cela. Tu dois être Son prophète.»
    Il dit: «Non, Je suis Lui.»

123    Elle dit: «Venez voir un Homme qui m'a dit les choses que j'ai faites. N'est-ce pas la Parole qui discerne les pensées des coeurs? N'est-ce pas là le Messie même?» Elle devrait être dans les États-Unis, ce soir, en train de prêcher, mais vu que je suis contre cela... Elle, elle devrait être ici en train de faire quelque chose comme cela, montrant à ces gens ce qu'est le Messie.

124    Remarquez, une fois à l'intérieur, Il ouvrit leurs yeux. Alors, par les Écritures, Il se montra lui-même. Maintenant, Il ouvrit leurs yeux.

125    Alors, lorsqu'elle dit cela, Il entra. Elle, le... Qu'est-ce qui entra? La Révélation: cette semence qui se trouvait 'ici', là-dedans, lorsque cette Lumière du Fils la toucha! Vous pouvez prendre une semence et l'enterrer sous une pierre.

126    J'ai vu, il n'y a pas longtemps, qu'ils avaient des graines de tournesol: ils les avaient dans un paquet depuis presque quatre mille ans, en Égypte. Ils ont prit cette semence et une partie de ce blé qui se trouvait dans le grenier et que Joseph avait mis là, pendant toutes ces années. Et lorsque cela fut planté en terre, et que le soleil la frappa, cela poussa. Ce germe de vie était resté là.

127    Oh! Frère, alors que nous étions destinés par Dieu, avant la fondation du monde, à être des fils et des filles de Dieu! Lorsque cette Lumière le frappe, il n'y a aucune dénomination, aucune frontière d'église, aucune critique, rien ne va l'arrêter. Cela va vivre, car Dieu l'a dit.

128    Ils Le reconnurent. Ses yeux s'ouvrirent et elle Le reconnut. Elle L'a reconnu, une fois à l'intérieur. Elle connaissait l'Écriture, c'est la raison pour laquelle elle Le reconnut, Lui.

129    Et ses disciples, après Sa résurrection, ne connaissaient pas les Écritures, et voilà pourquoi ils ne Le reconnurent pas.

130    Et c'est pourquoi les Pharisiens ne L'ont pas reconnu. Il dit: «Sondez les Écritures. Vous pensez avoir la Vie éternelle en Elles. Ce sont Elles qui vous disent qui Je suis.»

131    Oh! la confirmation de Son Être! Et quand ensuite, les Promesses furent confirmées, leurs yeux s'ouvrirent et ils Le reconnurent.

132    Donc, la Chose même Qui a ouvert les yeux, les a aussi fermés. Ceux qui S'en moquèrent, Il les ramena pour toujours là où ils étaient au commencement, vous voyez, Il ferma leurs yeux.

133    Les yeux de Pierre avaient été ouverts par la même Chose. Il s'y attendait. Les yeux de Nathanaël. Jésus dit qu'Il les connaissait avant la fondation du monde, qu'ils devaient être ces messagers.

134    Maintenant, en considérant tout ceci, dans cet âge dans lequel nous vivons, qu'est-ce que cela a fait, pour vous? Maintenant, c'est la question: non pas ce que cela a fait pour eux. De quel côté êtes-vous, ce soir? Maintenant, vous devez vous associer, soit avec les Pharisiens, ou vous associer avec les Apôtres et les croyants. Maintenant, cela a fait quelque chose, pour vous. Vous êtes juste--vous êtes juste contre cela. Cela a fait quelque chose. Si vous aviez vécu en ce temps-là, qu'auriez-vous fait? Quel--quel est votre état actuel, qui vous identifie, maintenant? Qu'est que cela vous fait? Pensez-y.
    «Eh bien! mon église...» C'est ce qu'ont dit les Pharisiens. Voyez-vous?

135    Êtes-vous prêt à reconnaître Jésus-Christ dans la Puissance de Sa résurrection? Êtes-vous volontaire pour tout abandonner, et pour marcher avec Lui? Êtes-vous prêt à Le croire, à prendre Sa Lumière et Sa Vie, pour les autres? Qu'est-ce que cela a fait? Alors qu'il--alors qu'Il est révélé dans ces derniers jours, Il l'a promis.

136    Maintenant vous dites: «Frère Branham, le Messie a été révélé à ce moment-là. Je sais que les Écritures le disent ainsi.»

137    Eh bien! ce même Messie a promis de Se révéler Lui-même, aujourd'hui aussi. La même chose! Maintenant, Hébreux 13:8, écoutez bien, L'identifie pour être «Le même hier, aujourd'hui, et pour toujours.» Jean 14:8 dit ceci: «Celui qui croit en Moi, les oeuvres que Je fais, il les fera aussi.» Jean 14:9, ici, nous voyons, Il dit: «Encore un peu de temps et le monde, le cosmos, ne Me connaîtra plus [En anglais: «ne voudra plus Me connaître» – N.D.T.]. Ils seront complètement aveugles. Ils ne Me verront plus. Encore un peu de temps, et ils ne Me verront plus, mais cependant, vos yeux seront ouverts, car vous Me verrez, car Je serai avec vous, et même en vous, jusqu'à la fin du monde.» «Le même hier, aujourd'hui, et pour toujours.»

138    Luc 17:28 l'a dit. Jésus dit que «Dans les derniers jours, la condition du monde serait exactement la même qu'elle était lorsque les nations furent détruites, à Sodome et Gomorrhe.» Non comme au temps de Noé, dans le déluge (auquel Il livra les immoraux de ce temps-là), mais Il dit: «Comme il en était aux jours de Sodome.» Maintenant, c'était un monde païen qui fut détruit par le feu. Dieu mit un arc-en-ciel dans le ciel, plus d'eau, mais le feu, cette fois-ci. Maintenant le monde des nations est prêt pour la destruction.

139    Il a promis qu'il y aurait une grande perversion sur Terre. Si jamais vous avez vu, sur les images, la façon dont les femmes s'habillent, et ce bleu qu'elles ont autour des yeux, comme un ulcère. Regardez ce qu'elles font, aujourd'hui! L'immoralité, la perversion, oh! ce qu'il y a de plus affreux, et ce pays en est plein. Il vient en tête pour les divorces. Nos femmes ont perdu leur--leur--leur moralité. Elles ont brisé la colonne vertébrale de la nation. Et tout cela, la moitié des choses sur laquelle l'Amérique est fondée, c'est le sexe. Tout ce qu'il y a, leur whisky, leur tabac, et ainsi de suite. Et les médecins disent que «cela est un poison, qui va vous tuer.» Ils vous en lancent des bouffées droit devant, quand même. Ils le feront, de toute façon. Ils ne reconnaissent pas les avertissements.

140    Et les Écritures leur disent qu'elles ne doivent pas couper leurs cheveux, et ainsi de suite. Je ne parle pas d'elles, des femmes du monde: c'est de la chair à canon, de toute façon. Mais je parle de vous, femmes pentecôtistes. Vous savez mieux que cela. La Bible dit que la chevelure de Samson le séparait: une naissance nazaréenne le séparait pour la Parole de Dieu. Femmes, il en sera de même pour vous, une personne séparée. Et un Nazaréen est séparé pour la Parole, loin des choses du monde. Et vous le prêchez, et le criez, et vous hurlez, et c'est pire que l'an dernier, quand vous étiez là-bas. Il ne reste plus que le jugement divin de Dieu, les bombes atomiques, et les missiles, et ces choses, pour le monde entier.

141    Les comédiens, à la télévision, qui disent, et--et à la radio, qui sifflent et chantent, et débitent des plaisanteries malsaines, et qui disent des jurons, et des choses effroyables qui ne devraient même pas être permises, et tous les magazines qui sont entièrement couverts de nus, de femmes immorales, et ainsi de suite, essayant d'apaiser l'esprit, essayant de vous calmer. Ça me fait penser à un petit garçon qui siffle dans le noir, passant par le cimetière, essayant de se dire qu'il n'a pas peur. Vous êtes marqué pour la mort, et vous le savez. Vous savez que vous êtes élu pour le jugement, et cela s'en vient, parce que vous avez blasphémé le Saint-Esprit, et vous avez rejeté le Jésus-Christ ressuscité. Exactement. Leurs yeux sont fermés. Ils ne le savent pas.

142    Sodome et Gomorrhe. Jésus a dit: «Comme il en était à Sodome et Gomorrhe.» Comme je vous l'ai répété hier soir, il n'y a jamais eu un temps, dans l'histoire, qui ait été placé ainsi.

143    Regardez. Lot... Il y a toujours trois sortes de personnes. Lot représentait l'église de nom. Il était retiré dans Sodome, où les femmes avaient leurs cheveux coupés, où elles avaient de grands avantages. Et il était l'un des grands hommes de la ville, et de grands avantages comme cela--et laissant cela passer. Mais, en réalité, tout au fond de son coeur, cela vexait son âme. Il connaissait mieux. Il avait été avec Abraham.

144    Abraham n'est jamais allé là-bas, dès le commencement. Il était l'élu à qui Dieu avait fait une promesse, qui s'attendait à un fils, un fils promis.

145    Sodome était toujours comme cela. Et, souvenez-vous que deux anges sont descendus là-bas, pour prêcher. L'un resta avec Abraham et ce groupe-là.

146    Maintenant, observez, ils descendirent là-bas pour prêcher. Et souvenez-vous, depuis que nous sommes entrés dans ces âges de l'église, jusqu'à maintenant, il n'y a jamais eu un homme envoyé pour l'église, dont le nom se termine par H.A.M. G.r.a.h.a.m., le messager de l'heure pour l'église de Babylone, là-bas, à Sodome. Avec cela, le grand évangéliste fait un grand travail, aussi. Il les condamne, à droite et à gauche. Cela les laisse indifférents. Il dit: «J'avais trente mille convertis en six semaines: je retourne six semaines après, il n'y en a que trente.»

147    Qu'est-ce qui se passe? Ils ne vont nulle part. Ils avancent, en mâchant du chewing-gum, en fumant des cigarettes, et ainsi de suite, ils font une confession, ou ce qu'ils appellent «une décision». Cela est vrai, laissons l'évangéliste le porter de la manière que Dieu dit.

148    Pour moi, ce n'est pas une décision, mais une naissance! Vous devez être né. Vous avez quelque chose qui vous est arrivé. Nous y voilà, cependant, avec H.A.M..

149    Remarquez, ici sur la colline, l'Un resta avec Abraham, mais regardez la sorte de signe qu'Il montra. Et c'était le Ab... Dieu avait donné à Abraham signe après signe, mais celui-ci était le dernier avant que le fils promis vienne: le dernier. L'homme, Il ressemblait à un homme. Il était juste un simple homme, habillé; avec de la poussière sur ses vêtements, Il avait voyagé; Abraham Lui avait lavé ses pieds.

150    Et lorsqu'Il se tint là, avec Son dos tourné à la tente, maintenant regardez, Il dit: «Abraham.» Un jour ou deux auparavant, il s'appelait 'Abram', et elle s'appelait 'Saraï' S.a.r.a.ï.. Maintenant, elle est S.a.r.a., «princesse». Il n'est pas Abram, mais 'Abraham', «le père des nations.» Il avait changé son nom. Remarquez, Il dit: «Abraham, où est Sara, ta femme?»

151    Maintenant, souvenez-vous, il avait cent ans, et elle en avait quatre-vingt-dix. Il dit: «Elle est dans la tente, derrière Toi.»

152    Il dit: «Je viens te visiter selon la Promesse.» Voyez-vous? Et ce sont les vingt-huit jours, pour Sara.

153    Et Sara rit, comme si c'était une farce: elle dit: «Moi, une vieille femme, avoir du plaisir avec mon seigneur, alors qu'il est aussi vieux que moi?»

154    Il dit: «Pourquoi Sara a-t-elle douté de cela, disant dans son coeur: comment ces choses peuvent-elles être?»
    Et elle le nia.
    Mais Il dit: «Oui, tu l'as dit.» Jésus dit: «Exactement comme il en était...»

155    Maintenant, observez. Comment Abraham reconnut-il cela? Maintenant, Abraham L'appela Elohim. Combien savent que c'est vrai, lecteurs de la Bible? Oui, monsieur. Elohim est le Tout-Suffisant, le grand Créateur Lui-même. Pourquoi L'a-t-il appelé Elohim? Parce qu'Il pouvait discerner les pensées du coeur. C'est la Parole. Hébreux 4 dit--dit: «La Parole de Dieu est plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager l'os et la moelle, et discerner les pensées et les intentions du coeur.»

156    C'est ainsi que les prophètes, Jésus les appela «dieux». C'est ainsi que Jésus Se prouva Lui-même, et cette femme savait qu'Il était la Parole, Il pouvait discerner les pensées. Et Jésus dit: «Comme il en était du temps de Sodome, ainsi en sera-t-il à la venue du Fils de l'homme, quand le Fils de l'homme est révélé.»

157    Qu'est-ce que cela a fait, à vos yeux? Peut-Il entrer à l'intérieur, ce soir? J'espère que oui. Souvenez-vous simplement, soyons juste respectueux, et croyons de tout notre coeur.

158    Il l'a promis, souvenez-vous, Malachie 4: il viendrait un message qui «restaurerait à nouveau la--la foi des pères, qui ramènerait les enfants aux pères.» Oh! enseignants pentecôtistes, puisse Dieu ouvrir vos yeux aveugles en ce jour-ci, et vous éloigner de votre indifférence de dénomination, de vos credo et des choses pour lesquelles vous êtes si égoïstes, et pour lesquelles vous luttez, et vous faire regarder au Fils de Dieu, alors qu'Il est ici. Deux mille ans après, Il est toujours vivant et au milieu de nous ce soir, confirmant Sa Promesse.

159    Puisqu'Il nous a réunis ce soir, et comme Il leur fit là-bas à Emmaüs, puisse Dieu fermer les portes, et nous révéler quelque chose. Souvenez-vous, la raison pour laquelle ils surent que c'était Lui, c'est qu'Il fit cela exactement comme Il l'avait fait avant d'être crucifié; et ensuite Il disparut de devant leurs yeux, Il s'éloigna d'eux. Il l'a fait de cette façon-là. Puisse-t-Il venir ce soir, parmi nous, pour ouvrir nos yeux, en Se révélant Lui-même à nous, par les mêmes choses qu'Il fit lorsqu'Il était ici sur terre, car Il l'a promis. Il est le même hier, aujourd'hui, et pour toujours. Que le Seigneur nous aide à Le voir, comme Il se montre à nous. Inclinons nos têtes. [Passage blanc sur la bande – N.D.É.]

160    Quel est mon objectif? Quel est mon motif face à mon objectif? Seigneur Dieu, je ne peux dire ni oui ni non. Tu es Celui qui ordonne ceci. Tu l'as promis, et je Te prie de laisser les gens le voir, et le comprendre, ce soir. Laisse-les une fois, Seigneur, ouvrir leur coeur, grand ouvert, et dire: «Entre, Seigneur, révèle-Toi maintenant à moi.» Et puissent leurs yeux s'ouvrir et qu'ils puissent le réaliser.

161    Qu'il n'y ait pas un seul pécheur qui reste dans le bâtiment ce soir, un incrédule. Oh! il se pourrait qu'il y en ait ici ce soir, qui seraient un... qui seraient--seraient simplement offensés que je les appelle un pécheur. Mais, Père Dieu, Tu as traité les Pharisiens, qui étaient religieux, des religieux endurcis, des «démons.» Tu as dit: «Vous avez pour père le diable, et vous faites ses oeuvres», car ils ne reconnurent pas la Parole confirmée, le Messie. Ils pouvaient le croire en esprit, mais pas en chair. Et pourtant, leur Écriture disait qu'Il serait «Dieu avec nous.»

162    Père, je Te prie de l'accorder à nouveau ce soir. Y a-t-il quelqu'un ici, qui a besoin que ses yeux soient ouverts? Donne-leur le collyre que Tu as promis dans Apocalypse 3, à l'âge de Laodicée: «Achetez du collyre!», afin que leurs yeux soient ouverts ce soir, qu'ils puissent reconnaître l'heure dans laquelle nous vivons, et la confirmation de la Promesse de Dieu pour cette heure. Nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

163    Quelles cartes de prière? K. «Où commencerions...» Nous avions commencé avec 1, la nuit dernière, n'est-ce pas? [Quelqu'un dit: «Oui, monsieur.» – N.D.É.] Mais nous n'avons pas beaucoup de temps, 15 ou 20 minutes seulement. Commençons... Et il distribue la carte de prière K. Maintenant, tenez vos cartes, nous allons aller vers chacune d'entre elles.

164    Ceci... quelque chose maintenant, après avoir parlé... C'est l'habitude que celui qui parle, ils parlent. Vous vous rappelez de cela, je marchais juste là, et commençais la ligne de prière. C'était beaucoup plus facile. Mais aujourd'hui... Je--je--je dois faire quelque chose d'autre. Voyez. Et je--je dois apporter Ceci, c'est tout. Si c'est reçu... Je--Je peux juste semer la semence. Je--Je ne peux pas la faire vivre. Elle doit tomber dans la bonne sorte de terre.

165    Vous savez, Sa propre Semence qu'Il disait avoir semée, certaines étaient tombées sur le côté, ne firent aucun bien: Certaines sur des épines, mais--et sur les pierres. Mais certaines sont venus sur la bonne terre. C'était le Fils de Dieu. Je peux simplement semer les semences de la même manière.

166    Puisse-t-Il prendre mon ignorance, et la mettre de côté; et puisse-t-Il prendre mon coeur, afin que je crois en Lui, et qu'Il abaisse Son regard et voit si je L'aime, ou non: et qu'Il me pardonne de tous mes péchés, et m'utilise de toutes les manières afin qu'Il--qu'Il puisse recevoir de la Gloire à travers moi. La vie ou la mort, peu m'importe, simplement que cela Le glorifie.

167    Maintenant je demande à chacun, dans le Nom du Seigneur Jésus, s'il vous plaît, restez assis juste pendant quelques minutes. Ne circulez pas. Cela va être toujours comme cela. Pouvez-vous imaginer l'attente de l'apparition de Jésus-Christ?

168    Maintenant, si je sortais d'ici, comme un homme qui dit: «Je suis le Seigneur Jésus», et ai les cheveux longs... Nous ne savons pas s'Il les avait ou non. «J'ai des cicatrices sur mes mains», hou hou, tout hypocrite peut faire cela. «J'ai de l'huile et du sang et tout...» L'Écriture n'a pas promis cela.

169    Comment reconnaîtriez-vous Jésus? Vous ne... Vous dites: «Eh bien! je Le reconnaîtrais d'après Son Image.» Non, c'est une certaine psychologie qui a peint cela. Nous ne savons pas de quoi Il a l'air. Voyez? Je ne sais pas comment Il était. Cela doit être de cette manière.

170    Rébecca ne savait pas à quoi ressemblait Isaac, mais c'était l'amour, de toute manière. Voyez? Elle ne savait pas comment il était. Elle devait juste y aller. Les types? Elle l'a vu et elle l'a aimé. Elle était d'accord pour y aller, de toute manière, peu importe comment il était.

171    Mais comment Le connaîtrai-je? Jésus a dit: «Par leurs fruits on les reconnaîtra.» Maintenant, si Jésus était ici, Il ne serait pas dans une forme physique comme moi, parce que ce Corps est placé à main droite de la Majesté, mais Sa Vie est ici.

172    Et, souvenez-vous, ceci est la dernière promesse, le dernier signe que l'Église a, avant que le Signe promis... le Fils promis, revienne. Cette Écriture ne peut pas être brisée, vous savez. Immédiatement après Sodome, le Fils promis arriva, et Sodome fut brûlée. Ainsi en sera-t-il à nouveau!

173    Appelons les cartes de prières... Où allons-nous, 1 à 15, la nuit dernière? Prenons les quinze autres, 85 à 100. Cartes de prières K. C'était bien cela, K? K, 85, qui l'a? Levez votre main. Oui, est-il quelque part? 85, venez par ici. 86, 87, 88, 89, 90, avec K. 90, 95, 100, mettez-vous en ligne, là-bas, en bas, pendant que je parle avec le reste de l'assemblée, juste un moment.

174    Combien, ici, n'ont pas de carte de prière? Et vous êtes vraiment sincère, et vous voulez que Dieu vous aide: levez vos mains. «Je--je n'ai pas de carte de prière, Frère Branham.» Maintenant, observez. Ne circulez pas. Juste laissez ceux qui viennent monter ici, juste une minute. Soyez vraiment respectueux, maintenant, juste quelques minutes.

175    Pensez que nous sommes en Présence du Juge du Ciel et de la terre. Comme vous seriez respectueux, si vous pouviez Le voir Se tenir ici. Vous seriez sur vos genoux, criant, pleurant, tout. Mais Il est ici. Il l'a promis. «Là où deux ou trois sont rassemblés en Mon Nom...» Cela ne veut pas dire, parce que vous avez dit: «Voici un nom.» Cela veut dire «...en Son Nom, Je suis au milieu d'eux.» Notez.

176    Sont-ils tous là, ceux que j'ai appelés? Non. K-85, était-ce ce que j'ai appelé, ou 90? [Quelqu'un dit: «85.» – N.D.É.] 85, 85 à 100, tenez-vous par ici. Si vous ne pouvez pas venir... certains...

177    Il y a une personne sur un petit lit ici. Quelqu'un devrait vérifier sa carte: peut-être que l'homme ne peut pas marcher. S'il... Voyez si c'est son numéro. Je vois qu'il a une carte de prière dans sa main. Si c'est lui, eh bien! vous pouvez le pousser dans la ligne de prière. K-85 à 100.
    Si quelqu'un ne peut pas monter... peut-être quelqu'un de sourd: regardez autour de vous les autres cartes. Et pendant que vous faites cela, regardez-moi, le reste d'entre vous.

178    Maintenant, croyez-vous que Lui au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu: et la Parole fut faite chair et a habité parmi nous, Le même hier, aujourd'hui, et éternellement? Croyez-vous cela? Alors, ce qu'a toujours fait la Parole, Elle a discerné les pensées du coeur. C'est la raison pour laquelle les gens ont reconnu que Jésus était le Messie. Est-ce juste? Combien savent cela?

179    Maintenant, il y avait une petite femme, une fois, qui croyait que si elle pouvait toucher Son vêtement, elle serait guérie. Vous rappelez-vous l'histoire? Maintenant, rappelez-vous, elle croyait tout simplement. Il était dans une forme physique, alors.

180    Et souvenez-vous qu'Il a fait cela juste une fois. Il a seulement dit à la femme ce qu'elle avait fait: elle avait trop de maris. Et toute la ville de Sychar crut en Lui à cause du témoignage de la femme, et elle était une prostituée.

181    Et maintenant, ils ne veulent pas croire si un--un ministre de Dieu, ordonné de Dieu, avec l'Évangile, peut leur dire. Ils ne veulent toujours pas, ne veulent pas le croire. Voyez? Voyez? Simplement si engourdi, sombre! Pour être honnête, le monde entier, c'est comme si on les a poussés à cela. Je ne sais simplement pas comment expliquer cela, mais c'est ici. Amis, réveillez-vous! Il est plus tard que nous ne le pensons!

182    Maintenant, vous êtes assis là, et vous regardez vers Lui. Maintenant, la Bible dit, dans Hébreux 4, que: «Il est le Grand Sacrificateur qui peut être touché par le sentiment de nos infirmités.» Est-ce juste? Maintenant, s'Il est ce Grand Sacrificateur, et que vous L'avez touché, vous toucheriez comme cette femme a touché. Maintenant, Il n'a pas senti l'attouchement physique, Il a dit: «J'ai senti que Je devenais faible.» De la vertu était sortie de Lui. Maintenant, s'Il est toujours le Grand Sacrificateur, vous pouvez toujours tirer de Lui, parce qu'Il est le même hier, aujourd'hui, et éternellement.

183    Alors, comment a-t-Il fait? Comme Dieu l'a dit. Dans les jours de Sodome, qu'était ce Signe? Dieu, Elohim, en homme, qui mangeait, buvait. Comprenez-vous cela? Jésus était Dieu dans un homme! Il l'a répété, a dit qu'Il le répéterait dans les derniers jours. «Quand Il serait révélé, cela serait comme il en était du temps de Sodome.» Des douzaines de fois, des douzaines d'Écritures ont été examinées. Mais vous ne devez pas avoir l'interprétation: Dieu l'interprétera si c'est juste. Il prouvera que c'est juste. Maintenant, ayez foi, et croyez. Une Parole venant de Lui devrait régler la question.

184    Maintenant, Père Céleste, ceci est Ta Parole, au mieux de ma conscience. Maintenant, tout est entre Tes mains, Père. Je m'en remets à Toi, ainsi que cette assemblée. Que ce soit, ce soir, quand nous partirons d'ici, puissions-nous dire: «Nos coeurs ne brûlaient-ils pas au-dedans, pendant que notre Seigneur Jésus, dans la forme du Saint-Esprit, nous a parlé pendant que nous étions là?» Accorde-le, Seigneur, je prie, dans le Nom de Jésus, pour Sa Gloire. Amen.

185    Maintenant, ayez foi, et croyez. Je crois que Frère Pearry va venir ici, dans une minute.

186    Et maintenant, rappelez-vous, je ne connais pas ces gens. Ils sont... Je connais ces prédicateurs, ici, je connais chacun d'eux, mais je n'ai vu personne d'autre que je connaisse. Je sais qu'il y a quelques personnes dehors que je connaissais. Si je ne me trompe pas, je pense que voici Frère Pat Tyler assis juste là; je ne suis pas sûr, assis à droite...

187    Dans la ligne de prière, vous savez, je ne sais rien à votre sujet, levez vos mains. Vous qui êtes dans la ligne de prière ici, qui avez la carte, pour venir, levez vos mains. Oui, monsieur. Maintenant, là dehors, vous savez la même chose.

188    Maintenant, la Vérité est ici. S'Il est ressuscité des morts, alors Il a promis que Dieu Se ferait connaître dans la chair humaine. Maintenant, peu importe combien Il m'a oint, vous devez être oint de la Foi pour Le croire. Voyez? Cela nous prend tous les deux. Vous... la femme qui a touché Son vêtement, elle devait croire. Il serait passé, voyez? Elle devait le croire. Voyez, c'est Dieu!

189    Maintenant, si quelqu'un pense qu'un don est un bon et grand couteau--Dieu vous a donné un don, vous pouvez le prendre et le couper en morceau, et faire quoi, vous avez pris la mauvaise conception d'un don. Un don est de savoir comment vous enlever hors du chemin, et laisser Dieu faire ce qu'Il veut faire. Voyez? C'est savoir comment vous relaxer afin que Dieu puisse vous utiliser de la manière qu'Il le veut. Mettez-vous simplement hors du chemin. Voyez?

190    Maintenant, je ne connais personne, parmi ces gens, je ne connais pas cette personne ici. Il y a une dame se tenant ici, elle ressemble à celle qui m'était précieuse, qui a juste passé dans la Gloire, récemment. Ne serait-ce pas une chose horrible, si ma mère pouvait voir de la Gloire, ce soir: pensez si je venais à tromper, ici, une pauvre personne comme cela? Quel objectif aurais-je? Je serais fou. Je suis ici pour essayer de vous aider, madame.

191    Et la seule chose que je puisse faire est simplement de faire ce que je suis commissionné de faire. Je ne peux pas faire croire les gens. Je ne peux faire croire personne. Je peux seulement...

192    Je ne suis pas un théologien. Je ne suis même pas un... Je ne suis pas, je ne peux pas... je ne m'appelle pas prédicateur (voyez?), parce que je n'ai pas d'éducation. Un prédicateur, aujourd'hui, est quelqu'un qui a un bac littéraire et un diplôme de docteur. Eh bien! je ne sais pas ce que sont ces choses.

193    Quelqu'un me demanda, l'autre jour: «Vous n'utilisez pas correctement vos noms et vos pronoms.»

194    Je dis: «Je ne sais pas ce qu'ils sont. Je--je ne sais pas.» Je ne savais pas ce qu'était un nom ou un pronom. Je ne pourrais pas vous dire, pour sauver ma vie, la différence entre un nom et un pronom. Je ne peux pas vous le dire.

195    Mais je sais une chose, je Le connais, la Puissance de Sa Résurrection. C'est tout ce dont je me soucie: «Lui» est Celui que je veux connaître. Le connaître, c'est la Vie. Et c'est ce que je cherche, la Vie, pour vivre. Voilà pourquoi vous êtes ici, pour la Vie, pour vivre.

196    Maintenant, madame, si le Seigneur Jésus me révèle quelque chose que vous avez fait, quelque chose que vous n'auriez pas dû faire, la chose pour laquelle vous êtes ici. Comme Il l'a fait pour la femme, Il lui a dit ce qui n'allait pas avec elle: peut-être dire ce qui ne va pas avec vous, si c'est ainsi, alors vous saurez si c'est la vérité ou non. Vous serez témoin de cela. Cela vous ferait-il... Vous sauriez qu'il y a quelque chose, quelque chose doit venir de quelque part. Cela ne pourrait pas être naturel. Cela doit être surnaturel. Très bien. Est-ce que cela vous ferait croire que cette Parole que j'ai dite, ça serait Dieu interprétant Sa propre Parole, alors ce serait Dieu La confirmant?

197    L'assemblée croira-t-elle la même chose? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Soyez respectueux, maintenant. Maintenant, rappelez-vous, soyez vraiment respectueux. Vous dites: «Vous êtes en train de gagner du temps, Frère Branham!»

198    Oui, certainement. Je ne connais pas la femme. Ce doit être quelque chose d'autre, l'Ange du Seigneur, le Saint-Esprit Lui-même.

199    Cette Colonne de Feu qui conduisit les enfants à travers Israël, Israël à travers le désert. Voyez, quand Il était là, Il était Jésus. «Moïse a estimé--estimé le reproche de Christ comme une plus grande richesse que celles d'Égypte.» Il abandonna l'Égypte.

200    Quand Jésus était ici sur terre, Il a dit: «Je viens de Dieu, et Je vais à Dieu.» Il mourut, fut enterré, ressuscita, et monta.

201    Et Saul, sur le chemin de Damas, fut terrassé par cette même Lumière. Et ce Juif n'aurait jamais appelé une lumière anormale «Seigneur.» Et il dit: «Seigneur, qui es-Tu?» Il savait que c'était le Seigneur qui conduisit le peuple à travers le désert.

202    Il dit: «Je suis Jésus. Le même hier, aujourd'hui, et éternellement.»

203    Maintenant, si cette même Lumière est parmi nous, voyez, alors Elle se confirme Elle-même, en produisant ce qu'Elle a fait là-bas. Maintenant, s'Il veut faire cela, cela nous fera croire et être heureux, n'est-ce pas? Puisse-t-Il l'accorder.

204    Vous êtes... essayant simplement de vous faire dire quelque chose. Voyez? Quand vous--quand vous vous éloignez de vous-même, cela ouvre le chemin pour... n'importe quelle parole que vous disiez. Voyez, vous êtes un être humain, vous avez un esprit. Et quel que soit cet esprit... aussitôt qu'Il me oint, je... Voyez, je peux voir juste ce que c'est, et de quelle manière vous allez là. Mais c'est un don de Dieu. C'est comme ça qu'Il l'a fait--Il a parlé à la femme. La même chose, la même chose exactement.

205    Maintenant, vous êtes ici parce que vous venez de la part de quelqu'un d'autre. Vous voulez prier pour quelqu'un d'autre, et cette personne est à l'hôpital. Oui. Et c'est la tuberculose. Et c'est votre mari. C'est vrai. Et je vois autre chose, il a une ombre de mort. Il y a un esprit sombre sur lui, parce qu'il n'est pas Chrétien. C'est vrai. N'est-ce pas vrai? Il n'est pas Chrétien. Il a une ombre de mort. Et vous voulez qu'il reçoive Christ.

206    Et je vois que vous avez du souci. Ou ils s'attendent à ce que vous ayez la TB [La tuberculose. – N.D.T.], ou quelque chose d'autre. C'est cela, vous avez eu des rayons X, ou quelque chose comme cela. Ils vous--ils vous ont passée aux rayons X pour la TB. C'est juste, n'est-ce pas?

207    Maintenant, allez-vous croire de tout votre coeur? Maintenant, simplement comme vous avez cru, peu importe que vous ayez cru que ceci était, maintenant, cela se sait, simplement comme vous avez cru cela: allez à lui, dites-lui ce qui s'est passé ici, et peut-être que cet esprit sombre partira: il sera sauvé, alors il se lèvera et rentrera à la maison. Maintenant, croyez de tout votre coeur. Dieu vous bénisse.

208    Croyez-vous? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] C'est ainsi, vous pouvez juger cela comme vous le désirez. Cela dépend de vous maintenant.

209    Comment allez-vous, madame? Je suppose que nous sommes étrangers l'un à l'autre, mais vous croyez que Dieu a pu me révéler vos maladies? [La Soeur dit: «Oui, monsieur.» – N.D.É.]
    Et s'Il l'a voulu, cela vous a amené à croire intensément, n'est-ce pas? Cet homme est monté d'ici, je vois. Vous avez cru cela, il y a quelques minutes. Non, vous vous tenez ici pour quelqu'un d'autre, aussi, c'est votre mari. [«Oui, monsieur.»]
    Croyez-vous que le Seigneur Jésus peut me révéler ce qui ne va pas avec votre mari? Le croyez-vous? Il a une hernie. C'est vrai. Et il y a un enfant, ici, qui a une affliction pour laquelle vous priez aussi. Croyez-vous que cela arrivera aussi? Très bien. Croyez-vous de tout votre coeur, maintenant? Simplement comme vous avez cru. Voyez, je ne peux pas guérir. Je peux simplement prononcer ce que je vois. Et vous croyez de tout votre coeur, ce sera de la manière dont vous avez cru. Vous le croyez, et le Seigneur vous bénit. Dieu vous bénisse.

210    Ne doutez pas. Ayez foi. Simplement vraiment respectueux. Maintenant, si--si vous commencez--ne commencez pas à vous déplacer (Voyez?); vous êtes assis gentiment. Restez comme cela et écoutez pendant quelques minutes.

211    Comment allez-vous, monsieur? Je ne vous connais pas. Nous sommes étrangers l'un à l'autre, mais nous devons nous rencontrer à la barre du Jugement de Christ, et répondre pour notre--notre présence ici ce soir. Vous croyez cela, n'est-ce pas? Vous y croyez certainement. Je--j'observe juste une Lumière, monsieur. Voyez, c'est l'onction du Saint-Esprit.

212    Maintenant, vous souffrez de votre estomac. Votre estomac vous gêne. C'est vrai. Et vous avez quelque chose dont vous essayez de vous débarrasser, une habitude. Et c'est cela qui provoque votre estomac, cela deviendra rapidement un cancer si vous n'arrêtez pas cela, de fumer. Croyez-vous que Dieu l'enlèvera de vous et vous--vous guérira? Le voulez-vous? Croyez-vous que si je pose mes mains sur vous maintenant... alors que vous sentez cette Chose qui vous est mystérieuse? Mais cette onction de Christ, si je Lui demande d'enlever cette chose loin de vous et de vous guérir, vous pouvez la laisser tomber et repartir. Croyez-vous cela? [L'homme dit: «Je crois cela.» – N.D.É.] Venez ici. Venez ici, monsieur.

213    Satan, sur la base de notre foi, la présence de Jésus-Christ qui a triomphé de toi et de tes semblables, j'ordonne à ce démon, qui envoie cet homme prématurément au tombeau, avec ces cigarettes, de sortir de lui, dans le Nom de Jésus-Christ. Amen.

214    Allez maintenant, et finissez-en avec cela. Croyez et vivez comme vous le devriez.

215    Croyez-vous? [L'Assemblée dit: «Amen.» – N.D.É.] Continuez simplement à croire.

216    Comment allez-vous? Une dame qui a l'air très gentille, croyez-vous que Jésus-Christ est le Fils de Dieu? Croyez-vous que je suis Son serviteur? La raison pour laquelle je dis cela, quand Il... N'avez-vous jamais lu mon livre? Il est dit dedans: «Si tu peux amener les gens à croire en toi.» Voyez, c'est la chose essentielle, vous devez le croire. Vous devez simplement... Il n'y a aucune autre manière pour vous approcher de Dieu par un don sinon de Le croire.

217    Comme Marthe l'a dit: «Je crois que Tu es le Fils de Dieu, si Tu avais été là, mon frère ne serait pas mort.» Voyez? Elle s'approcha justement. Quand elle avait le droit de Le gronder pour ne pas être venu, mais elle ne l'a pas fait. Elle vint avec respect, et elle a obtenu ce qu'elle avait demandé.

218    Maintenant, croyez-vous que... que Dieu est présent et connaît toute chose? Et vous croyez qu'Il est capable de me révéler ce qui ne va pas avec vous? La maladie est dans l'estomac. Vous avez des complications, beaucoup de choses qui ne vont pas. Et vous avez eu des complications, c'est une excroissance qui est dans l'estomac. C'est juste cela. C'est vrai. Très bien. Mademoiselle...?... Redescendez là-bas, croyez de tout votre coeur et vous irez bien. Très bien. Étrange que j'ai appelé votre nom? Il vous connaît aussi, voyez?

219    Comment allez-vous? Maintenant, vous avez une maladie de femme et c'est dans les ovaires, et c'est un kyste sur les ovaires. Croyez-vous que Jésus-Christ peut enlever ce kyste? Je devrais vous dire ce qui est arrivé à ma femme récemment... Vous avez entendu le témoignage? Eh bien! puisse le vôtre être comme le sien. Très bien, cela sera de cette manière si vous croyez simplement de tout votre coeur.

220    Regardez ici, jeune dame. La vôtre est aussi une maladie de femme, un trouble féminin. Croyez-vous que Jésus-Christ est présent pour vous rétablir et vous guérir? Et vous croyez alors que tout sera parti et terminé et que vous vous sentirez bien, et être... vivre une vie normale? Très bien. Allez, croyez-le maintenant, ce sera juste de cette façon.

221    Croyez-vous que Dieu puisse guérir le diabète, vous fera vous sentir mieux? Très bien, continuez à traverser l'estrade en disant: «Je crois en Lui.» Et vous serez guéri si vous le croyez simplement. Une transfusion de Sang du Calvaire le fera.

222    Maintenant, quelque chose s'est passé dans l'assemblée, je ne l'ai pas bien vu. [Frère Branham s'arrête. – N.D.É.]

223    Une dame est assise à droite, me regardant, elle souffre de l'estomac. Vous croyez que Jésus-Christ vous rétablit?

224    Tout près d'elle, il y a une dame qui a une maladie de coeur. Juste derrière, avec le chapeau noir, elle a une maladie de coeur.

225    Vous l'avez aussi. Vous l'avez. Voyez? Je dis que vous l'avez. Vous deux, vous êtes libres, maintenant. Jésus-Christ vous rétablit. Très bien, allez votre chemin...?... Dieu vous bénisse. Ayez foi, croyez de tout votre coeur.

226    À votre âge, vous avez des complications, beaucoup de choses ne vont pas. Mais une des principales choses pour laquelle vous priez est votre coeur, aussi. Croyez-vous qu'Il vous guérira de votre maladie de coeur? Très bien. Allez, croyez-le et dites: «Merci, Seigneur.» Et vous aurez votre guérison.

227    Une nervosité l'a gêné longtemps, lui a donné la prostate, se levant la nuit, mais une des choses que vous avez, c'est ce diabète. Croyez-vous que Dieu peut vous en guérir et vous vous sentirez bien? Continuez à avancer en disant: «Merci, Seigneur Jésus. Je crois de tout mon coeur.»

228    Dieu peut guérir n'importe quelle maladie de sang, anémie, ou autre chose. Croyez-vous cela? Très bien. Allez simplement de l'avant et Dieu vous guérira. Croyez-le.

229    Comment allez-vous? Je vois que vous essayez de vous lever du lit, très lentement, vous avez de l'arthrite. Si vous croyez que cela va vous quitter cette nuit, et que vous irez bien? Continuez à traverser l'estrade et dites: «Merci, Seigneur Jésus» et croyez de tout votre coeur.

230    Croyez-vous de tout votre coeur? Laissez-le avancer. Il était guéri là, de toute manière, donc laissez--laissez... Il a attrapé cela, lui-même, malgré tout!

231    Venez. Croyez-vous que le Seigneur Jésus peut guérir les maux d'estomac et vous guérir... et vous envoyer à la maison pour manger? Avancez et croyez-le et Jésus-Christ vous guérira.

232    Venez, madame. Croyez-vous que le mal au dos... vous quittera dès que vous aurez traversé ceci? Continuez à avancer, disant: «Je Te remercie, Seigneur Jésus.»

233    Que pensez-vous, vous tous? Est... est-ce que ceci a fait quelque chose à vos yeux, pour ce jour? Croyez-vous de tout votre coeur? [L'Assemblée dit: «Amen» – N.D.É.] Regardez juste ce qui se passe ici, avec les gens!

234    Maintenant, vous qui êtes dans l'assemblée, vous croyez. Voyez ce que Jésus-Christ, le Fils de Dieu, s'Il est toujours le Fils de Dieu...

235    Bien. Ces gens qui viennent, assis, ils sont tous heureux, se regardant les uns les autres, se réjouissant, se disant les uns les autres les grandes choses que le Seigneur a faites.

236    Petite dame assise ici, ayant mal au dos, assise juste ici, avec les cheveux gris... non, la dame derrière vous. Vous avez touché quelque chose, n'est-ce pas? Vous savez que ce n'était pas moi. C'était Lui, le Grand Sacrificateur. Croyez-vous de tout votre coeur que votre dos ne vous gênera plus?

237    Aimeriez-vous laisser tomber ces cigarettes et dire: «Je ne les prendrai jamais plus», monsieur? Assis à côté d'elle? Vous l'avez essayé depuis longtemps, mais vous ne pouvez pas avoir foi en cela. Vous croyez maintenant que vous l'avez vaincu par la foi? Levez vos mains si vous... Dites: «Je le crois maintenant.» Très bien. Ne fumez jamais plus. Rentrez chez vous et soyez bien. Faites comme vous devriez le faire. «Si tu peux croire...»

238    La petite dame qui est assise ici avec le manteau rouge, me regardant, souffre de l'arthrite. Croyez-vous que Dieu vous guérira, madame? Croyez-vous? Très bien. Vous pouvez avoir la vôtre. Très bien.

239    Est-ce que cela vous a fait frémir, Soeur qui êtes assise de l'autre côté? La dame a eu des complications. Elle va le manquer. Seigneur, aide-moi. Madame Cox, vous croyez? Très bien. Voyez? Il pensait qu'il partirait avec cela, mais il ne l'a pas fait. Vous l'avez, malgré tout. Disons: «Loué soit le Seigneur», amis. Ne savez-vous pas...

240    Monsieur, vous avez le cancer, la jaunisse. Vous ne pouvez pas vivre, étendu là-bas. C'est vrai. Je ne peux pas vous guérir. Mais vous ne pouvez pas cacher ce qui ne va pas avec vous. Voyez. C'est là. Vous ne pouvez pas vivre, assis là, vous savez cela, parce que vous êtes--vous êtes parti. Ils disent que c'est dans votre estomac, et c'est ainsi. C'est dans le foie, ce qui fait venir la jaunisse. Mais croyez-vous de tout votre coeur, et êtes-vous prêt maintenant, comme ces hommes qui étaient étendus aux portails, en Samarie, et qui disaient: «Pourquoi sommes-nous assis ici jusqu'à ce que nous mourrions?»
    Vous allez mourir, étendu là. Vous avez seulement une chance et c'est de L'accepter pendant que vous êtes en Sa Présence, et de Le croire de tout votre coeur. Ferez-vous cela? Dans le Nom de Jésus-Christ, croyez-le de tout votre coeur, et levez-vous, prenez votre lit, et rentrez à la maison, remerciant et louant Dieu.

241    Croyez-vous cela? Oh! Dieu lui donnera la force, ne vous en faites pas. S'il... Le voici qui va prendre son lit, le plier, et rentrer à la maison.

242    Le reste d'entre vous croit? Levez-vous, maintenant. Qu'en est-il de vous lever? Peu m'importe ce qui ne va pas avec vous, levez-vous. Levez vos mains et louez-Le.

243    Seigneur Jésus, ils sont entre Tes mains, dans le Nom de Jésus-Christ...

Up

S'abonner aux nouvelles