La Colonne de Feu

Date: 53-0509 | La durée est de: 1 heure 36 minutes | La traduction: SHP
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1.         Assistez à la réunion de votre église. Et puis, après–après, le lundi soir, revenez encore auprès de nous. Amenez vos pasteurs, dites-leur de venir. Nous apporterons un petit enseignement dans le Livre de Genèse ou d’Exode, l’un ou l’autre, le Seigneur voulant, pendant quelques soirées. 

            Puis, le mercredi soir, nous aurons encore un service de guérison ; et puis le jeudi soir, nous commencerons à… là à Shreveport, en Louisiane. Et le dimanche soir, nous serons à (à ce que je sache maintenant)–à l’Auditorium Municipal là, à Shreveport. Puis, de là, nous retournerons chez nous. Ensuite, nous irons là dans l’Indiana où nous tiendrons une série de réunions parrainées par quarante-trois églises du Plein Evangile dans le district. Et, à ce que je sache, la prochaine série de réunions sera donc à Johannesburg, en Afrique du Sud. Je compte donc sur vos prières en ma faveur.

2.         Souvent, mes amis, quand les tempêtes faisaient rage et que les épreuves surgissaient de tous côtés, je me souvenais de l’Arkansas, et, ici, des chrétiens qui avaient levé leurs mains cette nuit-là, quand vous chantiez ce cantique pour moi, alors que je partais, promettant de prier pour moi pendant que je serai absent. Je–je croyais que vous étiez en train de prier. Dieu n’a jamais manqué d’exaucer vos prières, car Il s’est tenu à mes côtés aux moments difficiles, quand les batailles faisaient rage, dans toutes sortes de situations où nous avons eu à combattre. 

            Vous ne comprendriez peut-être pas très bien. Ça ne sert à rien de chercher à expliquer ces choses. Elles sont inexplicables. Dieu seul sait. Vous pouvez penser que la vie n’est qu’un lit fleuri d’aisance. Mais si seulement vous connaissiez la bataille, les épreuves et les choses qui accompagnent ceci, vous serez surpris.

3.         Vous savez, la plupart des prophètes, des poètes sont considérés comme des névrosés. Vous le saviez. Je pense que c’était Stephen Foster, frère, qui était considéré comme l’un des meilleurs... Eh bien, il a donné à l’Amérique certaines de ses meilleures chansons populaires. Combien ont déjà entendu les chansons de Stephen Foster ? Assurément, beaucoup parmi vous : The Old Folks at Home, Swance River, et Old Kentucky Home. 

            Il n’y a pas longtemps, je me tenais devant la vieille patrie du Kentucky. C’est à une courte distance du petit lotissement où je vis maintenant. Alors, je regardais sa photo là, il était censé être entré en contact avec les séraphins pour recevoir cette inspiration. Je me suis dit : « M. Foster, vous aviez ça dans la tête, pas dans le cœur. » Quand il... Il en est sorti… il avait été inspiré à composer une chanson. Et après avoir composé une chanson, il s’était soulé. Et finalement, quand l’inspiration pour composer la chanson l’avait quitté, il a appelé un domestique, il a pris une lame de rasoir et s’est suicidé. Stephen Foster.

4.         Il n’y a pas longtemps, je me tenais près de la tombe de William Cowper à Londres, en Angleterre ; il était considéré comme un névrosé. Il a composé cette célèbre chanson que j’ai pratiquement chantée toute ma vie comme chant lors du service de Communion : 

Il y a une fontaine remplie de Sang,

Tiré des veines d’Emmanuel,

Une fois plongés dans ce flot,

Les pécheurs perdent toutes les taches de leur culpabilité. 

            Et après avoir composé cette chanson, il était sous l’inspiration, comme toujours, et quand l’inspiration l’a quitté, il a cherché à se noyer à la rivière Seine, pour se suicider. Il était considéré comme un peu dérangé, un peu détraqué. 

            Cette célèbre chanson qu’on vient de chanter : « Ô l’amour de Dieu, combien riche et pur. » Savez-vous où son dernier couplet a été trouvé ? Cloué sur le mur d’un asile des fous. Le saviez-vous ? C’est vrai. Cela était cloué dans un asile des fous, sur les murs. Les gens ne se rendent pas compte de ce que cela veut dire.

5.         Eh bien, vous direz : « Là, ce sont des paroliers. Qu’en est-il des prophètes ? » Jonas, alors qu’il était en route, et que Dieu lui avait donné une inspiration et l’avait approvisionné en oxygène pour le maintenir en vie trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson... Et quand il est sorti à Ninive, après avoir été gardé en vie trois jours et trois nuits, il a prêché avec une grande force. Il a annoncé sa prophétie à une ville de la dimension de Saint Louis, dans le Missouri : les gens se sont repentis. Ils ont même fait porter le sac à leurs animaux. 

            Et alors, après que l’inspiration l’avait quitté, il s’est assis sous un arbre et a prié du fait qu’une petite gourde avait dû être coupée et abattue, il a prié Dieu de lui ôter la vie. Est-ce vrai ? Voyez, il était sous inspiration. Vous ne comprenez pas, mon ami. Et quand il en est sorti...

6.         Quelqu’un en a parlé. Une fois, je sortais d’une salle, je me suis écroulé avant de quitter l’estrade. Vous dites : « Bien, c’est absurde. Cet homme devrait marcher... » Oh ! si seulement il savait ! Si seulement vous saviez ! Vous dites : « Ô Frère Branham, si Dieu me donne des visions... » Vous ne savez pas ce que vous demandez, mon ami. Vous ne comprenez pas. 

            Daniel, le prophète eut une vision et dit qu’il a eu des troubles dans sa tête pendant beaucoup de jours. Vous êtes dans un autre monde. Vous devenez un cobaye. Vous êtes un sacrifice pour l’humanité. C’est un peu dur quand les gens ne veulent pas croire le Message, mais cela a été ainsi à travers l’âge. Nous avons toujours eu des incrédules. Nous devons toujours com–combattre cela.

7.         Considérez le prophète Elie. Elie était l’un des prophètes majeurs. Cet homme est monté, s’est tenu sur la montagne et a ordonné que le feu descende du ciel et consume le sacrifice, et ça s’est fait. Il a fait descendre la pluie du ciel, alors qu’il n’y en avait pas eu depuis trois ans et six mois. Est-ce vrai ? 

            Et après, quand l’inspiration l’a quitté, il a erré dans le désert pendant quarante jours, ne sachant où il était. Et Dieu l’a retrouvé en retrait, quelque part dans une caverne. Est-ce vrai ? Et il fuyait une femme qui avait proféré des menaces contre sa vie, après qu’il avait, lui seul, tué par l’épée quatre cents prêtres ce jour-là ; il les avait décapités, Elie le prophète. Est-ce vrai ? 

            Il s’est tenu là, devant toutes les nations, et les a défiées en consultant Dieu, et il s’est moqué de tous ces prêtres et prophètes pendant que... de Balaam alors qu’ils prophétisaient, se faisaient des entailles et tout. Il a dit : « Appelez un peu plus fort. Peut-être qu’il est occupé. » 

            Et tant que l’inspiration était sur lui, il–il défiait bien tout ce qui était impie. Mais après, quand l’inspiration l’a quitté, il a fui devant la menace d’une femme, il a fui dans le désert; et Dieu l’a nourri, l’a réveillé et l’a nourri de nouveau. Et l’homme était inconscient, pour autant que je sache, errant dans le désert pendant quarante jours et quarante nuits, et Dieu l’a retrouvé là dans une caverne. Est-ce vrai ? 

            Vous voyez donc, vous ne comprenez pas, mon ami. Les hommes demandent dans leurs prières des choses et ils ne savent pas pourquoi ils les demandent. Par ailleurs, les dons et les appels sont sans repentir.

8.         Mais je crois que nous vivons dans les jours qui précèdent la Venue du Seigneur. Eh bien, si le fait de croire cela, c’est du fanatisme, alors je suis un fanatique. Mais je... Mes amis, je sais ceci, je crois que Dieu est sur le point d’accomplir une œuvre très rapide.

9.         Le monde entier, avez-vous déjà vu pareille nervosité ? Laissez-moi simplement vous dire que c’est le cas même chaque soir, depuis que je suis ici et que je regarde l’audience. Maintenant, tout le monde, je veux que chaque homme et chaque femme soient sincères envers moi. Je sens une pression quand des gens nerveux viennent à cette estrade. Il y a au moins, maintenant même dans cette salle, quatre-vingts pour cent de ceux qui sont assis ici qui sont nerveux, affligés avec des problèmes nerveux. C’est tout à fait vrai. 

            Soyez sincères envers moi. Chaque homme et chaque femme, chaque garçon ou chaque fille ici qui souffre de nervosité, qu’il lève la main. Levez la main. Qu’est-ce que je vous ai dit ? Qu’y a-t-il ? La Bible le dit, le cœur des hommes défaille, il y a plus de maladie de cœur, c’est la maladie numéro un. Est-ce vrai ? Et, des choses horribles sur la terre, le temps de perplexité, la détresse parmi les nations; la mer qui mugit, de grands raz-de-marée emportant des parties de villes et qui se brisent sur les rivages, juste avant la Venue. 

            Cela a... Cela sert de décor au plus grand drame qui ait jamais été joué dans tous les âges, la Venue du Seigneur Jésus-Christ. Pouvez-vous vous représenter un petit agneau là, dans le champ, en train de brouter ? Il devient nerveux. Pourquoi devient-il nerveux ? Il ne voit rien, mais là derrière, dans les joncs, il y a quelque chose en mouvement. C’est un lion, se ramassant, s’apprêtant à bondir. C’est ce qu’est la nervosité. 

10.       La fin est là. Je ne sais pas quand ça sera; personne d’autre ne le sait. Celui qui dit qu’il le sait, il–il ne le sait pas. Car même Jésus Lui-même ne le savait pas. Mais nous savons que quand ces choses commenceront à se passer, Il a dit : « Levons la tête, la rédemption est proche. » 

            Maintenant, nous sommes à la fin de l’âge, et je ne veux pas essayer de mal présenter quoi que ce soit. Je n’ai jamais été coupable de cela. J’ai toujours essayé d’être honnête et véridique, et tout aussi que je… intègre que possible, d’abord envers Dieu. Et si je suis intègre envers Dieu, je le serai envers Ses enfants. Et je sais que, comme je sers Son peuple, je sers Dieu. Jésus a dit : « Toutes les fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits, c’est à Moi que vous l’avez fait. » 

            Mais ce soir, je–je dis, mes amis, la raison pour laquelle je suis... Dieu m’a permis par Sa grâce d’être compté parmi vous, c’est à cause de quelque chose qu’Il vous a envoyé. Eh bien, je voudrais que vous receviez cela.

11.       Eh bien, je crois que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Et je crois qu’au commencement, Dieu a créé l’homme à Sa propre image, et Dieu est Esprit. Et l’homme que Dieu a créé est un homme-esprit. Puis, Il l’a formé de la poussière de la terre. Maintenant, je crois que l’homme au commencement, eh bien, conduisait les animaux de la terre comme le Saint-Esprit devrait quitter le… conduire l’Eglise aujourd’hui. 

            Il n’y avait pas d’homme pour cultiver la terre ; ainsi donc, Il lui a donné cinq sens. Les cinq sens n’étaient pas pour entrer en contact avec Dieu. C’étaient la vue, le goût, le toucher, l’odorât et l’ouïe. C’était pour entrer en contact avec sa demeure terrestre. Mais par son esprit, il entre en contact avec Dieu. 

            L’homme a perdu son origine et il... là-bas, et il a été déchu de la grâce. Et alors, Dieu est donc descendu et a été fait à l’image de l’homme pour racheter l’homme et le ramener à Dieu. Et Dieu était en Christ, réconciliant le monde avec Lui-même. Et le Dieu de l’Ancien Testament, Jésus-Christ du Nouveau, et le Saint-Esprit de ce jour-ci, c’est le même Jéhovah Dieu qui vit à travers l’âge. Voyez ?

12.       Maintenant, du temps où Il conduisit Israël à travers le désert... J’aimerais lire une Ecriture. Je veux que vous fassiez attention : ça, c’est Dieu qui donne une commission à Moïse, Il l’envoie, là. Dans Exode au chapitre 23 et au verset 20. Écoutez attentivement maintenant. 

         Voici, j’envoie un ange devant toi, pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j’ai préparé. (Voyez qui est cet Ange.)

         Tiens-toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix; ne lui résiste point, parce qu’il ne pardonnera pas vos péchés, car mon nom est en lui.

         Mais si tu écoutes sa voix, et si tu fais tout ce que je te dirai, je serai l’ennemi de tes ennemis et l’adversaire de tes adversaires.

         Mon ange marchera devant toi.

         Voyons à qui s’identifiait cet Ange. Voici ce que nous lisons dans Exode chapitre 13, aux versets 21 et 22 :

         L’Éternel allait devant eux, le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans une colonne, une nuée, dans–dans leur chemin… et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu’ils marchassent… nuit.

         La colonne de nuée ne se retirait point de devant le peuple pendant le jour, ni la colonne de feu pendant la nuit.

13.       Ça, c’est la Parole de Dieu. Eh bien, qu’était l’Ange ? C’était l’Ange de l’alliance. Et Il a conduit... Et toutes les choses des temps anciens étaient un type de nouvelles choses à venir. Croyez-vous cela ? C’est ce que déclarent les Ecritures, c’était une ombre, dans Hébreux. 

            Maintenant, de même que Dieu a conduit l’Église dans le naturel en ce jour-là, Il conduit l’Église dans le spirituel en ce jour-ci. Croyez-vous cela ? Ils étaient le peuple de Dieu avant qu’ils soient appelés à sortir de l’Egypte, et ensuite, ils sont devenus l’église de Dieu; car, le mot église signifie les appelés à sortir. Ils ont été appelés à sortir de l’Egypte, et nous sommes appelés à sortir du monde, un peuple particulier pour servir Dieu. 

            Et le même Ange, si Jésus est le même, le même Ange, l’Ange de l’alliance, c’était Jésus-Christ; en effet, la Bible dit que Moïse a regardé l’opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l’Egypte. Il a donc abandonné l’Egypte, laissant tout pour suivre et servir Christ. Christ est évidemment le Logos, qui sortit de Dieu au commencement, lequel était la Colonne...

14.       Aimeriez-vous entendre ce que je pense sur comment Dieu est devenu... ? Aimeriez-vous effectuer un petit voyage avec moi pendant quelques minutes ? Ai-je le temps ? Maintenant, soyez respectueux juste une minute. Permettez-moi de redresser ceci pour vous. 

            Effectuons maintenant un petit voyage dans un petit espace, une vision mentale dans votre esprit, et retournons à cent millions d’années avant qu’il y ait eu même une étoile dans le ciel. Il y avait–il y avait Dieu. Il a toujours été Dieu. Et alors, nous nous mettons sur–tenons ici en train de voir la création venir à l’existence. Il n’y a aucune étoile; il n’y a rien. 

            Et voyons donc, là. Je parcours donc du regard tout cet espace, tout cela, c’est Dieu, sans forme, aux siècles des siècles, pour les éternités, sans commencement, ni fin. Tout est Dieu. Avant même qu’il y ait de l’air, Dieu existait. Le commencement même de la nature de la création était Dieu.

15.       Et maintenant, la Bible nous apprend que le Logos est sorti de Dieu, ou je pourrais dire, c’était Sa toute première forme corporelle, quand le Logos est sorti de Dieu. Voyons ce à quoi Cela ressemblait. Personne n’a jamais vu le Père à aucun moment, nulle part, ça ne s’est jamais fait et ça ne se fera jamais. 

            Mais alors, le Logos qui est sorti de Lui est devenu comme un petit halo de Lumière. Observons-le jouer là, comme un enfant devant le seuil du père. Et maintenant, je peux Le voir alors qu’Il se déplace ici, et Il trace dans Sa–Sa mémoire ou Sa pensée une image de ce que le monde devrait être. Là, il n’y a pas d’étoile ni rien. 

            Je L’entends dire : « Qu’il y ait. » Et un atome apparut là. Et alors, le soleil est venu à l’existence et s’est mis à tourbillonner. Elle a flambé pendant des millions d’années, des millions et des millions d’années. Peu après, je vois une scorie s’en détachait en volant. [Frère Branham produit un bruit.–N.D.E.] Qu’est-ce ? La première étoile qui s’est détachée du soleil en volant. Il la regarde tomber pendant quelques millions d’années, puis Il l’arrête. Alors, une autre se détache en volant et Il la laisse tomber quelques millions d’années, puis l’arrête. Qu’est-Il en train de faire ? Ecrire Sa première Bible, le Zodiaque.

16.       Dieu a écrit trois Bibles : l’Une, le Zodiaque ; l’Autre dans les pyramides, l’Autre sur du papier. Là, Il écrit Sa première, le Zodiaque. Cela commence avec une vierge, et ça se termine avec Leo, le Lion : la Première et la seconde Venues de Jésus. Si nous avions le temps d’examiner cela, vous le verriez. 

            Mais Il écrit cela parce qu’Il... l’homme doit lever les yeux. Dieu est en haut. Et alors, après qu’Il eut pris tout le... tout ce qui est dans le ciel, que le système solaire eut été écrit, alors je Le vois se mouvoir au-dessus d’ici, au-dessus d’une scorie, qu’était ce monde. Ce n’était qu’un iceberg suspendu sur cela. Il fait tourner cela autour du soleil. Et comme Il commence à le faire tourner, Il fond toute l’eau, la glace qui était sur cela. Les icebergs s’envolent. Le Texas est formé, la Louisiane, jusque là où ça s’est..., comme les chronologistes nous disent que les icebergs sont devenus le Golfe et tout.

17.       Eh bien, le monde est sans forme et vide, et l’eau était sur l’abîme. Nous sommes maintenant dans Genèse 1. Voyez ? Alors, Il a créé toute la vie végétale. Puis, peu après, Il a créé l’homme à Sa propre image. Et s’Il a créé l’homme à Sa propre image, Il a dû faire de lui quelque chose relevant du rang de l’Être surnaturel. C’est vrai. 

            Il n’y avait alors aucun homme pour cultiver le sol, (Genèse 2). Alors, Il a formé l’homme de la poussière de la terre, non pas à Son image, mais de la poussière de la terre. Il lui a peut-être donné une main comme celle d’un singe et un pied comme celui d’un ours. Je ne sais pas ce qu’Il lui a donné. Mais Il l’a doté de cinq sens pour qu’il entre en contact avec sa demeure terrestre.

18.       Et ensuite, Il a formé une–une femme pour lui. Et l’homme est tombé. J’ai ma conception de ce que c’était. Vous pouvez avoir la vôtre. Mais–mais, il est déchu, de toute façon, de la grâce. Et au lieu que–que ce soit Adam qui parcourt le jardin dans tous les sens en criant : « Ô Dieu, ô Dieu, notre Père, Père, où es-Tu ? » Adam se cachait et Dieu criait : « Adam, Adam, où es-tu ? » C’est toujours la même nature de l’homme : se cacher, s’éloigner de Dieu. 

            Et il a cherché à se confectionner un voile en feuilles de figuier. Aujourd’hui, l’homme cherche à se fabriquer une religion, il cherche toujours à faire quelque chose pour se sauver. Vous ne pouvez rien faire pour vous sauver. Vous êtes tout aussi désespéré que possible. C’est vrai. C’est Dieu qui doit vous sauver. 

            Jésus a dit : « Nul ne peut venir à Moi si le Père ne l’attire. » Et vous ne pouvez être une fille si Dieu ne vous a pas prédestinée à l’être. « Et s’il vient, Je ne le rejetterai en aucun cas. Je lui donnerai la Vie Eternelle, Je le ressusciterai aux derniers jours. »

19.       Le plus grand problème dans l’église aujourd’hui, c’est une grande peur. Les gens ont toujours peur, et cela vient du diable. N’ayez pas peur. Soyez courageux. Vous n’avez pas de quoi avoir... Il n’y a rien à craindre. Nous aborderons cela cette semaine, voyez, là-dedans et nous examinerons Dieu et verrons ce qu’Il était. 

            Vous pouvez donc voir que quand l’homme s’est corrompu, il a péché. Et alors, le seul moyen qu’il y avait, c’était que Dieu se manifeste ici sur terre dans un corps de chair, pour débarrasser cet homme-là du péché et le ramener dans la communion avec Dieu, faire de nouveau de lui un fils de Dieu. C’est par ce seul moyen qu’il peut le devenir.

20.       Eh bien, quand Il a fait sortir les enfants d’Israël du désert, qu’Il les a fait entrer dans le désert, Il les a conduits par une Colonne de Feu. Est-ce vrai ? C’est ce que la Bible dit qu’Il avait fait, et Il marchait devant eux. Ça, c’était l’Onction, le Saint-Esprit, le Christ qui marchait devant les enfants d’Israël. 

            Eh bien, s’Il est le même qu’Il l’était alors, Il est le même Homme, la même Personne; Il est tout ce qu’Il était alors, Il–Il l’est aujourd’hui. Et de même qu’Il conduisit alors l’Eglise dans le naturel, Il conduit l’Eglise aujourd’hui dans le spirituel. Est-ce vrai ? Croyez-vous que nous sommes dans le désert ? Nous y sommes. Sommes-nous en route vers la Terre promise ? 

            Maintenant, le... Quand ils sont entrés là à Canaan, cela ne représentait pas le Ciel. Ils avaient des guerres et tout à Canaan. Cela représentait le Millénium. Voyez ? C’est donc là que nous nous dirigeons. Nous sommes maintenant en route vers le Millénium. Je le crois. Et je crois que le même Jésus-Christ qui a conduit jadis là, dans le passé, conduit aujourd’hui. Il est sous une forme spirituelle. « Je suis venu de Dieu; Je vais à Dieu. Encore un peu de temps, et le monde ne Me verra plus, mais vous, vous Me verrez, car Je serai avec vous, même en vous jusqu’à la fin du monde. » Est-ce vrai ? « Jésus-Christ le même hier, aujourd’hui et éternellement. » Eh bien, s’Il l’est donc, Il va alors se manifester et se faire connaître. 

21.       Eh bien, il y a quelque temps, en venant ici... Eh bien, vous connaissez tous cette histoire. Eh bien, s’il vous plaît, chers amis chrétiens, Dieu qui est mon Juge souverain, avec cette Bible sur mon cœur, savait que je... il se peut qu’avant le matin je doive me tenir devant Lui pour être jugé. Voyez ? Je le dis avec humilité uniquement afin que vous puissiez parfaitement comprendre que nous sommes... l’Eglise, on ne cherche à séduire personne. Nous savons ce qu’est la Vérité et nous essayons de vous L’apporter. La seule chose qui peut vous dérober cela, c’est le diable. Voyez ? C’est tout. Maintenant, juste pour confirmer votre foi, je vais me servir de ceci comme preuve pour vous montrer que c’est la Vérité.

22.       Eh bien, Dieu conduit Son Eglise aujourd’hui... eh bien, sur le chemin. Eh bien, à ma naissance, alors que j’étais un tout petit garçon, ma mère m’a dit que quand j’avais environ trois minutes... Je suis né dans une famille qui ne fréquentait pas l’église, elle a des origines catholiques. Mais ils ne fréquentaient jamais l’église.

            Ce matin-là, quand ils ont ouvert la porte de la cabane là, dans les montagnes, la vieille petite porte... Ce n’était pas une fenêtre; c’était une petite porte qu’on poussait. Elle n’avait pas du tout de vitre, on la poussait. Une Lumière, environ grande comme ça, entra en tourbillonnant et descendit sur le lit où ma mère me portait dans ses bras.

23.       Ça, c’est pur; c’est une grâce imméritée; c’était Dieu. Voyez ? Il n’y a rien que vous puissiez faire ou que je puisse faire. C’est le plan de Dieu. Ça doit être exactement ce qu’Il a dit. Voyez ? C’est déterminé. Si vous remarquez, les dons et les appels sont sans repentir. Croyez-vous cela ? 

            Tenez... Jésus-Christ était la semence de la femme qui avait été promise depuis le jardin d’Eden. Croyez-vous cela ? C’était ça. « Ta semence écrasera le serpent... » 

            Moïse ne pouvait rien au fait qu’il était Moïse. Il était né Moïse. Est-ce vrai ? Jean Baptiste, sept cent et douze ans avant sa naissance, était la voix de celui qui crie dans le désert, annoncée par le prophète Esaïe. Est-ce vrai ? Jérémie, Dieu a parlé à Jérémie, disant : « Avant que tu sois né, Je te connaissais, Je t’avais consacré et Je t’avais établi prophète des nations, avant même que tu sortes du ventre de ta mère. Qui de vous, par ses inquiétudes, peut ajouter une coudée à la durée de sa vie ? » Voyez ? Il vous faut revenir au fait que c’est la grâce souveraine de Dieu.

24.       Maintenant, remarquez. J’étais alors un tout petit enfant, quand le Saint-Esprit a parlé et a dit : « Ne fume jamais, ne chique jamais du tabac, ne bois jamais, ne souille ton corps en aucune façon. Tu auras une oeuvre à faire quand tu seras plus âgé. » 

            Et alors, plusieurs fois au cours de ma vie, j’ai essayé de parler aux gens d’un cœur sincère, mais ils le comprenaient mal. Ils taxaient cela de tout au monde. 

            Une nuit là, à Green’s Mill, en Indiana, à une caverne, j’étais là à un endroit ; l’Ange du Seigneur est apparu et a dit : « Tu dois aller prier pour les malades. » Et Il m’a dit ce qui arriverait. Il a dit : « Ne crains pas. Je serai avec toi. » Je suis parti, et j’ai parcouru la contrée, et jusqu’à Jonesboro, disant ce qu’Il a dit que cela était et ce qui arriverait. Et c’est ainsi, et c’est maintenant prouvé partout au monde.

25.       Et Il... Quand j’étais–j’étais un jeune pasteur baptiste, je baptisais mes premiers convertis, cinq cents d’entre eux, dans la rivière, mon premier réveil... J’avais environ trois mille personnes qui assistaient au réveil. Et mon instruction était si pauvre que ma petite amie lisait la Bible pendant que je prêchais. C’est vrai. Ce n’est pas mieux ce soir. Mais on ne connaît pas Dieu par l’instruction. On connaît Dieu par la foi. On ne connaît pas Dieu par la connaissance. 

            Il y avait deux arbres dans le jardin d’Eden. L’un d’eux était l’arbre de la connaissance, l’autre, l’Arbre de la Vie. L’homme a laissé l’Arbre de la Vie pour manger l’arbre de la connaissance, et il s’est séparé de Dieu. Et depuis lors, il s’est éloigné de Dieu par la connaissance. On ne connaît pas Dieu par la connaissance; on Le connaît par la foi. C’est vrai.

26.       Eh bien, j’aimerais que vous remarquiez. Puis, par la suite, j’étais au Texas. Et il y avait un homme du nom de M. Best, Dr Best. Je tenais un bon réveil. Environ huit mille personnes y assistaient. Et le Dr Best a écrit un article dans un journal, disant : « Ce fanatique religieux, William Branham, se faisant passer pour un homme de Dieu, devrait être chassé de cette ville, et c’est moi qui le ferai, absolument. » 

            Eh bien, frère Bosworth est venu vers moi, un des organisateurs, et a dit : « Ecoutez ça, Frère Branham. » Et il m’a encouragé, exhorté et tout, à tenir un débat sur le sujet. Eh bien, je n’allais pas faire des histoires avec lui. Je ne crois pas dans le fait de faire des histoires. Dieu m’a envoyé pour prier pour les malades, pour prêcher l’Evangile. Il y en a des milliers qui Le croiront. Pourquoi Le gaspiller chez un fanatique qui ne Le croit pas ? C’est vrai. Laissez-le tranquille. Il est dit que ce sont des aveugles conduisant des aveugles. Laissez-les continuer. Voyez ?

27.       Certains ont été prédestinés à cette condamnation. C’est la Bible qui le dit. Ils ne peuvent pas être sauvés, ils sont aveuglés depuis le commencement, ils sont nés pour être aveugles. Nous aborderons cela la semaine prochaine. Cela n’a pas été très bien reçu, mais je vais vous le prouver par les Ecritures; c’est la vérité. Et il y aura des docteurs religieux, absolument, fondamentalistes au possible. C’est tout à fait vrai. Mais, ils ne savent pas plus au sujet de Dieu qu’un Hottentot en sait au sujet d’un chevalier égyptien. 

            Maintenant... Mais ils connaissent tous les principes, les notes clés et tout, mais ils ne connaissent rien au sujet de Dieu : « Ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force », la guérison Divine, et la puissance du Saint-Esprit et tout. Eglise, vous avez quelque chose, mais vous ne savez simplement pas quoi faire avec. C’est tout. C’est vrai.

28.       Maintenant, remarquez ceci. Et alors, Frère... Le deuxième jour, il a dit : « Cela montre que... de quoi ils sont faits, ils payaient des annonces dans le journal, cela montrait de quoi ils sont faits. Ils ont peur de–d’examiner leur guérison divine à la Lumière de la Parole de Dieu. » 

            Et alors, M. Bosworth est venu, il a dit : « Frère Branham, pour notre prestige devant les gens, il vous faut relever cela. » 

            J’ai dit : « Frère Bosworth, il y a environ huit mille personnes là. Il y en a environ sept mille d’entre eux pour qui on doit prier. » J’ai dit : « J’ai encore deux jours de plus ici à Houston. Pourquoi perdre du temps avec ce fanatique alors que nous pouvons aller là prier pour les malades ? » J’ai dit : « Je ne perds pas du temps pour ça. » 

            Il a dit : « Frère Branham, laissez-moi le faire. » 

            Et je me suis dit : « A soixante-quinze ans ! » J’ai pensé à Caleb quand il avait dit : « J’ai quatre-vingts ans aujourd’hui, et je suis tout autant homme que je l’étais quand Josué avait placé l’épée dans ma main. » Je–j’ai admiré le vieil homme. 

            J’ai dit : « Bien, Frère Bosworth, je vous admire, frère. » 

            Il a dit : « Cet homme n’a ni fondement, ni un seul passage des Ecritures. » Il a dit : « Laissez-moi le lui prouver. » 

            Et j’ai dit : « Si vous me promettez que vous ne ferez pas de problèmes. » 

            Il a dit : « Je vous le promets, je ne ferai pas de problèmes. »

            J’ai dit : « D’accord. »

29.       Il est alors parti. On ne permettait pas aux journalistes de rester à l’hôtel Rice. On ne leur permettait pas de venir à la porte. Il est donc parti voir les journalistes. Il a dit : « Frère Branham ne discutera pas avec lui. » J’ai dit... Mais il a dit : « Je vais–je vais m’en occuper. » 

            Ainsi donc, bien sûr, le Houston Chronicle publia de gros titres: « Ça va barder chez les ecclésiastiques », vous savez. Cela a donc ouvert le débat. Et c’est là que j’ai vu que vous tous, les groupes pentecôtistes, qui discutez sur vos petites doctrines et autres, l’un de ces jours, vous en serez débarassés par une secousse. C’est vrai. Vous êtes une seule grande église, frère. C’est vrai. Vos petits points ne représentent rien devant Dieu. Vous êtes une seule grande église de Dieu.

30.       Remarquez. A l’époque, on ne se faisait pas de soucis, qu’on soit monté sur un chameau à une bosse, à deux bosses, à trois bosses, ou que l’on soit de quatrième pluie, de la cinquième pluie, de la dernière pluie, de la pluie du milieu de l’année ou n’importe quelle pluie que ça soit. Ils étaient un. Ils croyaient dans la guérison divine, alors ils se sont rassemblés dans ce grand colisée, environ trente mille entassés. Ils étaient venus de partout par avion et tout, ils affluaient en voitures, et ça leur prenait de fois toute la nuit. Qu’était-ce ? Ce que leur Seigneur avait enseigné était mis en jeu et ils étaient prêts à tenir bon. 

            C’était ça. Cela a été publié par Associated Press. Et les gens sont venus par avion de loin, à l’est et à l’ouest, et de partout. Ils ont rempli ce grand colisée. 

31.       Et cette nuit-là, mon frère a dit : « Eh bien, tu n’iras pas. » 

            J’ai dit : « Je le sais. Je ne veux pas aller là. » C’était alors Sire Ramsar qui conduisait les chants. Mais quand il était temps de partir, Quelque Chose m’a dit d’y aller quand même. J’ai donc pris mon manteau et l’ai tiré sur mes épaules comme ceci, au-dessus de ma tête; nous sommes allés, ma femme et moi, et nous sommes montés là-haut. Je suis monté au balcon trente, si jamais vous avez été au Colisée de San Houston. J’étais là-haut comme ceci. Personne ne savait que j’étais là-bas sauf les deux agents de police qui m’avaient fait monter, moi, ma femme et mon–mon frère. Et nous étions assis là-haut.

32.       Et M. Bosworth... Et on avait aligné tous les ministres. Et donc, M. Ramsar conduisait les chants. Il a dit : « Eh bien, le suivant, c’est l’événement principal de la soirée. » Il a dit : « Je comprends, j’ai vu ici dans le journal local qu’un certain homme voulait chasser William Branham de la ville. » Il a dit : « Je pense que si vous, les habitants de Houston, vous consacrez beaucoup plus de temps à bouter hors de la ville les bootleggers que vous n’en consacrez à en expulser l’homme de Dieu, votre ville serait meilleure. » Et un cri a retenti dans toute la salle, j’ai su que M. Best s’était lancé. Alors, je suis resté bien assis là. 

            Dr Bosworth est monté sur l’estrade. On l’a fait venir en premier. Il a dit : « M. Best, j’ai six cents points bibliques établis ici, écrits sur ce morceau de papier, qui prouvent que l’attitude que Christ a présentement envers les malades est exactement la même que celle qu’Il avait au commencement, quand Il était ici sur terre. » Il a dit : « Si vous pouvez prendre l’un de ces six cents points et le réfuter par la Parole de Dieu, je quitterai l’estrade. » Six cents. 

            Et il a dit : « Si vous pouvez me donner un seul passage des Ecritures dans toute la Bible qui dit que Son–Son–Son attitude envers les malades n’est pas exactement la même aujourd’hui, alors je quitterai l’estrade. » C’est bien brave, ça. Il a donc remis cela à plus tard.

33.       M. Best a dit : « Je m’en occuperai une fois monté là. » 

            Et il a dit : « Bien, a-t-il dit, montrez-moi juste–montrez-moi juste un seul passage des Ecritures. » Et–et il ne le pouvait donc pas. Il a dit : « Bien. Alors, Frère Best, je vais vous poser une question. » Et voici ce qu’il lui a demandé. Il a demandé : « Est-ce que les Noms rédempteurs de Jéhovah s’appliquaient à Jésus, oui ou non ? Répondez-y par oui ou non et je quitterai l’estrade. » M. Best n’a pas voulu lui répondre, parce qu’il ne le pouvait pas. Est-ce que les Noms rédempteurs de Jéhovah s’appliquaient à Jésus, oui ou non ? » 

            S’Il était Jéhovah–s’Il était Jéhovah Jiré... S’Il n’était pas Jéhovah Jiré, alors Il n’est pas le Sacrifice pourvu par Dieu et Il n’était pas le Fils de Dieu. Et s’Il était Jéhovah Jiré, Il est aussi Jéhovah Rapha, le Guérisseur, le même hier, aujourd’hui et éternellement. Cela réglait la question. Cela la réglait pour de bon.

34.       Il a bavé, il s’est levé et a marché de long en large sur l’estrade à quatre ou cinq reprises, il a giflé un pasteur à la bouche et a suscité un peu d’agitation. Et alors, il a dit : « Faites venir ce guérisseur divin. » Il a dit : « Laissez-moi le voir guérir quelqu’un. » 

            Et M. Bosworth a dit : « Honte à vous, M. Best. » 

            Il a dit : « Si le fait que frère Branham prêche la guérison Divine fait de lui un guérisseur divin, si vous prêchez le salut, cela fait de vous un sauveur divin. » Il a dit : « Vous ne voudriez pas être appelé un sauveur divin. » Il a dit : « Et vous ne l’êtes pas. » Il a dit : « Et il n’est point un guérisseur divin du seul fait qu’il prêche la guérison divine. » Il a dit : « C’est Christ qui est le Guérisseur et c’est Christ qui est le Sauveur. Nous ne faisons que montrer cela dans la Parole, et c’est ce pour quoi vous et moi sommes ici ce soir, pour voir si c’est dans la Parole ou pas. » Il a dit : « Alors, je voudrais que vous me montriez que cela ne se trouve pas dans la Parole. »

35.       Il pensait que nous étions bien une bande de saints exaltés ou de fanatiques, mais il s’est rendu compte que nous n’étions pas perdus dans le brouillard. Nous savons où nous allons. 

            Ainsi donc, il a arpenté le parquet. Et Raymond Richey a dit... a demandé au modérateur : « Puis-je parler ? » Il a dit : « Il m’est arrivé de voir environ une douzaine de ministres baptistes assis là. » Il a dit : « Et je connais le président de–de la–de la conférence du–du... pas une conférence, mais ce que... la convention qui se tient ici. Il l’a appelé par son nom. Il a dit : « Est-ce là la position de la Convention baptiste du Sud envers la guérison divine ? » Ils ne voulaient donc pas lui répondre. 

            Il a donc dit : « Monsieur Best est-il venu ici de son propre chef ou a-t-il été envoyé par cette Convention des baptistes du Sud ici ? » Il a dit : « Je... » Et le modérateur lui a dit de s’asseoir. Il a dit : « Monsieur, vous m’avez donné la parole, et j’ai posé une question à laquelle on n’a pas répondue. » Il n’a donc pas lâché pied. Et il a dit : « Eh bien... »

36.       Ils ont dit : « Nous ne l’avons pas envoyé là. » M. Best est venu de son propre chef. Il était mieux avisé, trente mille personnes étaient assises là. Voyez ? Il a donc dit : « Non, ils ne m’ont pas envoyé. » M. Best a dit qu’il était venu de son propre chef. Très bien. C’était alors en ordre. 

            Il a dit : « Je voulais juste savoir. » Il s’est alors assis. 

            Et alors, M. Best a sauté et a dit : « Laissez-moi voir ce guérisseur divin. » 

            M. Bosworth a dit : « Eh bien, il n’est pas un guérisseur divin. » Il a dit : « Ses–ses livres sont traduits dans environ dix-sept différentes langues. Il n’a jamais dit qu’il était un guérisseur divin. Il prie simplement pour les malades. C’est Christ qui est le Guérisseur. »

            Il a dit : « Eh bien, vous brandissez des signes, des miracles chaque soir. » 

            Et frère Bosworth a dit : « Bien sûr. En effet, un miracle, c’est quelque chose que l’esprit humain ne peut pas comprendre. » Et il a dit : « Dans le domaine surnaturel, a-t-il dit, il a–a un don qui connaît et prédit, et nous annonce des choses même des semaines et des mois et tout en avance. » Et il a dit : « Cela ne manque jamais d’être juste tel quel. » Il a dit : « C’est un miracle. » Eh bien, il ne pouvait rien dire à ce sujet. 

            Il a dit : « C’est ça, d’après M. Webster... Si vous voulez discuter à ce sujet, discutez avec lui. » 

37.       Il a alors dit : « Faites-le venir, que je le voie accomplir un miracle, et que je voie cela durer une année. » Il a dit : « Votre esprit est ému. » Il a dit : « Vous n’êtes qu’un tas de saints exaltés comme... qui par ici, a-t-il dit, tous ceux qui croient dans la guérison divine. » Il a dit : « Les vrais baptistes n’y croient pas. » 

            Il a dit : « Je vous demande pardon. Il se fait que frère Branham a maintenant même une carte de membre dans sa poche. Il est membre de l’Eglise baptiste Missionnaire. » (Une Eglise baptiste est souveraine. Tout ce que votre assemblée supporte pour votre sermon, c’est en ordre pour la con... pour la convention.) 

            Il a alors dit... « Bien, a-t-il dit, il n’y a qu’un tas de rétrogrades, et tout, ce sont les seuls qui croient cela. » Il a dit : « Un tas de saints exaltés. » Il a dit : « Les vrais baptistes ne croient pas cela. »

38.       M. Bosworth a dit : « Un instant. » Il a dit : « Combien dans cet auditoire qui sont membres de ces églises baptistes, qui collaborent bien avec l’église, qui ont un bon rang, ont été guéris ces dix derniers jours depuis que frère Branham est ici, peuvent se lever et témoigner, se présenter devant un médecin et tout, pour montrer que vous êtes bien disposés à aller devant un médecin pour montrer que vous êtes guéris ? Combien ici ont été guéris dans les réunions de frère Branham, et qui sont membres de ces églises, parmi ces hommes qui sont assis ici ? Levez-vous. » Et trois cents se sont levés. Il a dit : « Qu’en dites-vous ? » 

            Il a dit : « N’importe qui peut témoigner n’importe quoi ; cela ne fait pas que ça soit vrai pour autant. » Il a quitté l’estrade. Il a dit : « Amenez-moi ce guérisseur divin ici, que je le voie. » Il a bien continué à dire cela, juste !

            Il avait bien parlé ce jour-là; il a dit : « Je vais prendre ce vieil homme et je vais l’écorcher, lui ôter la peau et y frotter du sel, puis la placer sur la porte de mon bureau en commémoration de la guérison divine. » Pouvez-vous vous imaginer un frère tenir de tels propos au sujet d’un autre ? Cela montre d’où ça vient. Voyez ? Un homme qui dit qu’il va écorcher ce frère. Eh bien, c’est bien.

39.       Remarquez, il vient de sortir d’un cimetière ou, eh bien, sémi...[L’assemblée rit.–N.D.E.] C’est vrai. Séminaire. Très bien. De toute façon, il connaissait tous les angles, il ne savait rien au sujet de Dieu. Et alors–alors, quand il a fait cela... Il s’était assuré les services des Studios Douglas de Houston, au Texas, qui est membre d’American Bible, ou plutôt d’American Photographer Association, pour qu’il viennent lui tirer six photos sur papier brillant pendant qu’il écorcherait le vieil homme ; ainsi, il pourrait mettre cela dans le... Donc, l’homme qui allait prendre les photos était aussi un critiqueur. Il s’est donc avancé là et a posé comme ceci, avec son doigt pointé au visage de frère Bosworth : « Et maintenant, prenez-moi une photo comme ceci. » Frère Bosworth se tenait simplement là. 

            Il lui a pointé le doigt au visage, il a dit... Puis, il a encore posé comme ceci, vous savez, et il lui a pointé le doigt au visage comme cela, comme il l’écorchait. Eh bien, le photographe a pris ses photos et tout. Quand il… tout... est descendu et tout comme cela, il y avait là Look, Life et Times, aussi, les–les magazines et les journalistes tout autour, là.

40.       Juste en ce moment-là donc, quand on était sur le point de clôturer la réunion, il a dit : « Maintenant, écoutez. » Il a dit : « Je sais ceci. » Il a dit que frère Branham est dans la salle. » Il a dit : « S’il veut venir et congédier l’auditoire, c’est en ordre. Mais je ne l’exposerai pas s’il ne le veut pas. » 

            Et mon frère a dit : « Eh bien, tiens-toi tranquille. » J’ai dit : « Je suis tranquille, n’est-ce pas ? » Je suis donc resté bien assis là. 

            Et il a dit : « Eh bien, s’il ne le veut pas, a-t-il dit, je sais qu’il est dans la salle, mais s’il veut venir... » 

            Et j’étais assis là. Je me suis dit : « Eh bien, je suis tranquille. » Et la police a regardé vers moi, j’étais assis. J’étais bien assis là et j’ai entendu Quelque Chose faire : Whirr, whirr, whirr. [Frère Branham produit un bruit de soufflement.    – N.D.E.] Je–j’ai su que je ne pouvais plus rester tranquille. Quelque Chose a simplement a dit : « Lève-toi. » Cela a encore dit : « Lève-toi. » Je me suis levé.

            Howard a dit : « Assieds-toi. » 

            Ma femme a dit : « Laisse, Howard. Regarde. » Mon aspect avait changé. Elle a dit : « Laisse. » 

41.       Et les gens ont levé les yeux dans cette direction, ils se sont mis à crier et pleurer. Environ trois ou quatre cents huissiers ont joint leurs mains pour former une ligne à cause des pauvres gens qui cherchaient à toucher mes vêtements. Je suis descendu en longeant la rampe de l’escalier dans cette direction-ci, et je suis monté sur l’estrade. 

            J’ai dit : « Je suis désolé que de telles choses doivent se passer. Que personne ne soit dur envers M. Best. » J’ai dit : « Il a certainement le droit d’avoir ses idées tout comme moi. C’est pourquoi les jeunes gens combattent en Corée. » J’ai dit : « Pour la liberté d’expression des Américains. » J’ai dit : « Je ne crois pas qu’il soit sincère comme il l’a dit, car, il a dit à ces gens qu’il regrettait pour eux, et il y en a de leur genre qui sont assis là et ces... Les médecins ont fait tout leur possible pour ces gens; ils vont mourir dans quelques jours; et les voilà, certains parmi eux qui étaient ici la semaine dernière sont là de retour bien portants aujourd’hui. Et maintenant, lui essaie de leur dérober le seul espoir qu’ils ont d’être jamais rétablis en disant donc qu’il est sincère. Je ne peux vraiment pas croire cela. »

42.       Mais j’ai dit : « Cependant, je rends simplement témoignage à la Vérité. Je ne suis pas un guérisseur. » Et j’ai dit : « Je dis la vérité. Et si je dis la Vérité, Dieu confirmera la Vérité. Il ne confirmera jamais un mensonge. » J’ai dit : « Dieu soutiendra toujours la vérité. Et si je dis... Si je dis la vérité, alors Dieu va... » 

            Et à ce moment-là, Quelque Chose a fait : whhhirrrr. [Frère Branham produit le bruit d’un soufflement.–Ed.] Voici venir l’Ange du Seigneur, descendant dans la salle, Il est descendu. Un silence s’abattit sur l’auditoire. Le photographe n’était pas censé prendre des photos, mais un… normal... ?... conforme, il accourut et prit une photo. J’ai dit : « Le Seigneur a parlé. Je n’aurai plus à parler. » Je suis sorti de la salle, la police m’a amené. Je suis monté à bord de la voiture et je suis parti.

43.       M. Kipperman, un studio, ils sont rentrés chez eux, ils ont ramené leurs photos chez eux, ils sont allés au studio, aux Studios Douglas. Ils sont donc allés là pour–pour développer les photos. Et l’un d’eux était un catholique, et il a dit : « Vous savez, peut-être que je… » Et le jour… journal auparavant, oh ! la la ! Il a dit que j’étais un hypnotiseur et tout, M. Ayers. Et il a dit : « Vous savez, peut-être que j’ai tort. » Il a dit : « Les aïeux de ce jeune homme étaient catholiques. C’est peut-être un don divin. Si c’est le cas, ce jeune homme finira dans l’Eglise catholique. » Il a dit... En fait, ils croient que tous les dons viennent à l’église, mais, vous savez…

            Ainsi donc, il a dit : « Peut-être que je–j’ai émis un mauvais jugement sur le jeune homme. » Et il est rentré chez lui et il... M. Kipperman est monté à l’étage, au studio, et M. Ayers a installé les pellicules à développer. Il a dit : « M. Best aura besoin de ces photos demain, nous allons donc les plonger dans l’acide et lui faire des épreuves, pour demain. » Il les a alors plongés là-dedans, et il s’est assis là, fumant une cigarette; il réfléchissait là-dessus.

44.       Quand il est allé... M. Kipperman est descendu, et quand il est entré dans la chambre noire pour faire sortir les photos, la première qu’il a prise, M. Best, rien ; la deuxième, rien ; la troisième, rien ; la quatrième, la cinquième, la sixième, il n’y avait rien sur toutes. Aucune de celles où il avait pris des poses avec son doigt pointé au visage de ce vieil homme saint, M. Bosworth, aucune d’elles. Et quand il a fait sortir la suivante, il a eu une crise cardiaque. L’Ange du Seigneur était là sur la photo. Ils m’ont appelé; mais je ne pouvais pas l’atteindre. 

            A 11h précises, ils l’ont vite envoyée à–à Washington DC pour être protégée d’un copyright, ils l’ont ramenée et l’ont envoyée à–à … en–en Californie, chez George J. Lacy. Si quelqu’un sait quelque chose sur la photographie, il sait que George J. Lacy est le chef du département de FBI chargé des empruntes digitales et tout, c’est le meilleur du monde. Il l’a placée pendant trois jours au Shell Building. Le troisième jour, il a dit–il a dit qu’il nous le montrerait et qu’il donnerait son… son avis là-dessus. Ils sont entrés dans la pièce ; ils ont tout fait. Ils ont pris l’appareil photo, le négatif, et tout. Il a soumis cela à toutes sortes de lumières.

45.       Il est sorti. C’est un gars du genre un peu roux, très dur. Il s’est avancé. Il a dit : « Qui s’appelle Branham ? » Il y avait pratiquement autant de gens assis là qu’il y en a ici dans cette allée centrale ici. J’étais tout au fond. J’ai dit : « C’est moi. » 

            Il a dit : « Levez-vous. » Je me suis levé. Il a dit : « M. Branham, a-t-il dit, vous     mourrez comme tout mortel. » 

            J’ai dit : « J’en suis conscient, monsieur, mais je rends grâce à Dieu de ce que Jésus-Christ a pris ma place dans la mort. » 

            Il a dit : « Présentez-vous. » Et je suis monté. Il a dit : « Révérend Branham, j’ai entendu parler de vos réunions et je disais que c’était de la psychologie, que les gens s’imaginaient cette Lumière. » Il a dit : « je disais les mêmes choses, mais, a-t-il dit, ma mère était une ancienne chrétienne. » Il a dit : « Mais permettez-moi de vous dire, Révérend Branham, que l’oeil mécanique de cet appareil-photo ne prendra pas de la psychologie. » Il a dit : « C’est un Etre surnaturel authentique. C’est l’unique fois, dans toute l’histoire du monde, qu’une telle photo ait jamais été prise. » Il a dit : « Le vieil hypocrite ne peut plus dire qu’il n’existe aucune preuve scientifique d’un Etre surnaturel, car ceci a été soumis à tous les tests. » Et il a dit : « Je vous le soumets. »

46.       Et il me l’a donné, et je l’ai remis à l’American Photographer Association, et ils ont pris des dispositions pour que cela ne soit pas vendu trop cher. Il a dit : « Révérend Branham, avant que vous partiez... » Tout le monde pleurait. Il a dit : « Avant que vous partiez, un jour, quand vous quitterez cette vie, a-t-il dit, cette photo sera sur les étagères du bazar et tout. » Il a dit : « Parce que c’est la seule chose que nous ayons jamais eue entre nos mains et dont nous pouvons prouver que c’était un Etre surnaturel réel. » Il a dit : « Tout autour du Sauveur et des saints, il y a une auréole peinte. » Il a dit : « Et on disait que c’était de la psychologie, les incrédules. » Mais il a dit : « Je crois que c’était là. » Il a dit : « Ceci n’est pas de la psychologie. L’oeil mécanique de cet appareil-photo ne l’aurait pas pris de cette façon-là, et moi... » Il a dit : « Car... dirais-je, à cause du caractère sacré de la photo, je vous écrirai une petite déclaration et je ferai une déclaration sur ce sujet. » Et je leur ai soumis cela, et voici la photo. 

            C’est un Feu tourbillonnant de cette grandeur. Eh bien, vous… J’aimerais que vous veniez voir cela ici après la réunion. Je souhaite… J’en ai tout un tas. Si vous écrivez simplement à mon bureau, à la maison, je pense qu’on les vend à environ cinquante cents la pièce. On vous l’enverra avec son écriture à ce sujet ou je ne sais quoi.  

47.       Eh bien, il n’y a rien dans ces… Nous ne… Il n’y a rien dans la photo. En effet, si Jésus-Christ a eu assez de considération pour moi, pour descendre et se faire photographier à mes côtés pour la première fois, dans toute l’histoire du monde, je L’aime trop pour commercialiser Sa photo. Vous le savez. C’est vrai. Voyez ? 

            Eh bien, c’est ça. J’ai juste emprunté celle-ci auprès de M. Shebley et les autres, le Révérend que voici et–et je la lui ai donnée l’autre jour, et j’aimerais que vous voyiez cela. Regardez Cela, C’est un Feu tourbillonnant. Maintenant, qu’est-ce ? Une Colonne de Feu avait conduit les enfants d’Israël. Et la même Colonne de Feu qui était parmi ces gens est maintenant parmi ce peuple : Jésus-Christ le même hier, aujourd’hui et éternellement. Est-ce vrai ? 

48.       Et quand Christ était ici sur terre, Il ne prétendait pas guérir les gens. Il connaissait les secrets de leurs coeurs et tout. Est-ce vrai ? Et Il accomplit la même œuvre ici même à Jonesboro, en Arkansas, juste dans ce petit groupe de gens tel qu’Il l’avait accompli là dans le passé. C’est ça, le même Dieu de l’Ancien Testament est le même Dieu du Nouveau Testament. Jésus-Christ qui avait conduit les enfants d’Israël conduit l’Eglise pentecôtiste. C’est ça, en voici la preuve scientifique, par les signes et les prodiges. 

            Oh ! pourquoi craignez-vous encore ? Pourquoi vous posez-vous des questions ? Levez-vous et soyez guéris. Croyez au Seigneur. Ne soyez pas étouffés. Satan gardera des oeillères devant vous tant qu’il le pourra. Ne vous endormez pas, mes amis. La chose la plus glorieuse au monde est ici même avec nous en ce dernier jour. Cela est confirmé ici par des signes et des prodiges; c’est confirmé ici par la science. Et si je meurs ce soir, mon témoignage est clair dans le monde scientifique et dans le monde chrétien ce soir, que j’ai dit la vérité par la Parole de Dieu. C’est vrai.

49.       Des milliers et des milliers et des dizaines de milliers et, oui, des millions de saints se sont levés. Cet Ange est venu ici sur l’estrade hier soir et Il s’est tenu ici même, et une femme dans cet auditoire L’a vu venir avant même que je le mentionne. Et en ce moment même, Il n’est pas à dix pieds [3 m] de cette estrade, le même Ange de Dieu. C’est vrai. 

            Maintenant, mes amis, écoutez. Regardez où cela est parti. Regardez où cela est parti dans le monde, ce que c’est. Voyez, débarrassez-vous de la peur et tout. Aimez simplement le Seigneur de tout votre cœur, servez-Le et croyez en Lui, et Dieu fera s’accomplir la chose. C’est Sa conduite. Croyez-vous que ceux qui sont fils de Dieu sont conduits par l’Esprit de Dieu ? Croyez-vous cela ? 

50.       Il y a juste un petit incident qui est arrivé ici même dans votre voisinage... Je vais raconter ceci avant de terminer. Ecoutez. Un jour, je revenais de Dallas, au Texas (J’étais sur le point d’atteindre Jonesboro), et une grande tempête a forcé l’avion à atterrir, et j’ai débarqué à–à Memphis, dans le Tennessee. Je rentrais chez moi. Ainsi, on nous a logés là dans ce très bel hôtel, Peabody. C’est ça, Peabody. Je... (Oh ! je vois qui vous êtes.) Je–je ne savais pas qui était cette dame. Très bien, l’Hôtel Peabody. Eh bien, je ne disposerais pas de moyens pour rester dans un tel hôtel. On m’a logé là-bas, la compagnie aérienne. 

            Et ils m’ont dit qu’ils m’appelleraient le lendemain matin. Et le lendemain matin, tôt, je me suis levé, et le soleil était sur le point de se lever. Et je–j’avais écrit des lettres, et je m’étais dit que j’irai vite au bureau de poste ou que je trouverai un endroit pour les poster. Alors, je suis sorti de l’hôtel et je me suis mis à descendre la rue. Et je descendais la rue en chantant ce petit cantique pentecôtiste que vous chantez tous : 

Il y a presque partout des gens dont les coeurs sont enflammés,

Par le feu qui est descendu à la Pentecôte,

Qui les a purifiés et nettoyés ;

Il brûle maintenant dans mon coeur.

Oh! gloire à Son Nom !

Je suis heureux de dire que je suis l’un d’entre eux.

51.       Vous souvenez-vous de ce petit cantique ? Et alors, j’avançais en fredonnant ce petit cantique. Je me suis dit : « Eh bien, je l’ai bien reçu. » Je me suis dit : 

Ils étaient rassemblés dans la chambre haute,

Ils priaient tous en Son Nom,

Ils étaient tous baptisés du Saint-Esprit,

Et la puissance pour le service est venue :

Ce qu’Il a fait pour eux en ce jour-là, Il fera de même pour toi,

Je suis si heureux de dire que je suis l’un d’entre eux. 

            Je tenais mes lettres en main, ne faisant que descendre la rue. Je me suis mis à traverser la rue, et alors, Quelque Chose a dit : « Arrête-toi. » Je commençais… « Arrête-toi. » C’était Lui. Je me suis dit : « Eh bien,… » [Espace vide sur la bande–N.D.E.] Et j’ai marché et marché. J’allais demander à quelqu’un où se trouvait le bureau de poste. Et j’ai simplement continué à marcher, je suis passé à côté de l’hôtel. Je ne faisais que–je ne faisais que marcher. Je ne savais où j’allais, j’ai simplement continué à marcher, à marcher, à marcher, à marcher.

52.       Peu après, je me suis directement retrouvé dans un quartier de gens de couleur. Eh bien, le soleil était bien haut. L’avion allait décoller vers 8h. Je savais donc que j’étais en retard, et je regardais continuellement ma montre. Lui continuait simplement à dire : « Avance. » Je continuais simplement à marcher, et j’ai continué jusqu’à atteindre un petit endroit près d’une rivière, ou quelque chose comme ça. Il y avait là beaucoup de cabanes colorées, plutôt les gens de couleur vivaient dans des cabanes. 

            Et j’allais là. Et il y avait un beau... C’était au début du printemps. Le–le soleil brillait. Il y avait une odeur suave de roses autour de la porte, vous savez, elles fleurissaient. Et je marchais là, chantant, et je fredonnais dans mon cœur en marchant, [Frère Branham fredonne Crois seulement –N.D.E.] Crois seulement, tout est possible. » J’ai dit : « Seigneur, mon avion va décoller. Crois seulement. Crois seulement, crois seulement... » Et je ne faisais que continuer à marcher. Et je me suis dit : « Tout est possible, crois seulement. » Je me suis dit : « Où veut-Il que j’aille ? » [Frère Branham fredonne le cantique.] Je marchais depuis, oh ! quinze, vingt minutes. Et j’ai simplement continué à marcher. « Crois seulement... ?... »

53.       Alors, j’ai regardé, et il y avait là une vieille petite porte, un vieux et minable endroit où il y avait une vieille petite hutte. J’ai vu un prototype de Tante Jemima, elle s’appuyait contre la porte, avec une chemise d’homme nouée à la tête, appuyée contre la porte, les larmes lui coulant sur les joues. La distance me séparant d’elle était comme d’ici jusqu’au bout de la salle. J’ai arrêté de chanter, vous savez, avant… Je ne chantais pas, je fredonnais. [Frère Branham fredonne : Crois seulement. –N.D.E.] J’ai simplement continué à avancer. 

            Elle a dit : « Bonjour, pasteur. » 

            J’ai dit : « Bonjour, tantine. » J’ai pensé : « Pasteur ? » Je me suis retourné. J’ai demandé : « Comment avez-vous su que j’étais pasteur ? » 

            Elle a dit : « Je savais qui vous êtes. » 

            J’ai dit : « Je ne comprends pas. » J’ai dit : « Me connaissez-vous ? » 

            Elle a dit : « Non, non. » Elle dit : « Mais le... Je vais vous raconter mon histoire. » 

            J’ai dit : « Très bien. » Et je me suis arrêté. 

            Et elle a dit : « Avez-vous déjà lu dans la Bible l’histoire de la femme sunamite qui avait reçu un enfant dans sa vieillesse, et Elie, le prophète lui a dit… ? » 

            Je–j’ai dit : « Oui, madame. » 

            Elle a dit : « Je suis ce genre de femme. » 

            « Oui. »

54.       Elle a dit : « J’ai promis au Seigneur que s’Il me donnait un enfant, je l’élèverais pour Sa gloire. » Et elle a dit : « Le Seigneur m’a donné un enfant. » Et elle a dit–elle a dit : « Pasteur, a-t-elle dit, Je–je–je–j’ai élevé cet enfant. » Elle a dit : « J’ai toujours été chrétienne, et j’ai servi le Seigneur toute ma… » [Espace vide sur la bande–N.D.E.] « Le Dieu du Ciel qui avait aveu... faire atterrir un avion pour une lavandière ignorante là, la grâce souveraine. » J’ai continué à avancer… 

            J’ai dit : « Quoi ? » 

            Elle a dit : « Pasteur, voudriez-vous entrer dans ma maison ? » Et écoutez, il y avait une vieille plaque de fer suspendue sur la porte qui la retenait. J’ai traversé cette petite vieille clôture peinte en chaux, jusqu’à une porte sans paillasson par terre. Il y avait à la porte un petit insigne où il était écrit : « Que Dieu bénisse notre maison. » Je suis entré là. Je suis allé dans les palais des rois, de trois rois. J’ai été dans les maisons des gens les plus riches d’Amérique, mais je n’ai jamais été aussi bien accueilli, à aucun endroit, que je l’ai été dans la hutte de cette femme de couleur ce matin-là. On ne pouvait jamais se sentir plus à la maison.

55.       Je suis entré là et il y avait un jeune homme de couleur vraiment robuste d’environ dix-huit ans, couché là, avec des couvertures aux mains, faisant «hum! hum! hum! [Frère Branham produit un gémissement.–N.D.E.] Il a dit : « Il fait très sombre. Il fait très sombre. » [Frère Branham gémit encore.–N.D.E.] « Très sombre. » 

            Je me suis dit : « Qu’y a-t-il ? » 

            « Il fait très sombre. » 

            Elle a dit : « Il dit cela depuis plusieurs jours. » Elle a dit : « Il est dans un... inconscient. » Et elle a dit : « Il dit qu’il est en mer, et il y fait si sombre qu’il ne sait où il va. » Elle a dit : « Pasteur, je ne veux pas voir mon enfant mourir comme ça. » Alors, elle a tendu le bras et l’a embrassé sur la tête, elle l’a tapoté à la joue et a dit : « Le bébé de maman. » 

            Vous y êtes, l’amour maternel. Peu importe ce qu’il avait fait, c’est... cet amour maternel se manifeste pour son enfant. Et si l’amour maternel peut faire cela, que fera l’amour de Dieu ? Voyez ? Elle l’a tapoté.

56.       Et j’ai dit : « Tantine, pouvons-nous prier ? » Et cette vieille sainte de Dieu s’est agenouillée là, elle qui gagnait sa vie sur une planche à laver. Elle a offert une prière, frère, à vous donner une chair de poule. 

            Elle a dit : « Seigneur, ne laisse pas mon enfant mourir. » Elle a dit : « Je ne comprends pas ça, rien au sujet de Ton pasteur ici. » Elle a dit : « J’ai prié; Tu m’as dit... pour qu’il vienne. Peut-être pour qu’il prie, et alors tu vas sauver mon enfant. » Elle a dit : « Je ne veux pas qu’il meure comme cela, bien-aimé Seigneur. Je Te remercie. Je sais que Tu es ici. »   

            Et quand elle a fini de prier, je me tenais là, pleurant en l’écoutant. Je me suis alors avancé et j’ai posé ma main sur le pied du jeune garçon, c’était aussi froid que possible. La mort était sur le jeune homme, si jamais j’avais vu la mort. Et j’ai un peu reculé. J’ai dit : « Prions encore, tantine. »

57.       Et je me suis agenouillé et j’ai dit : « Bien-aimé Seigneur, je ne sais pas pourquoi Tu m’as envoyé ici, mais Toi qui as fait atterrir cet avion hier soir et qui m’as envoyé… J’allais au bureau de poste ce matin et Tu m’as envoyé ici. Je me suis arrêté ici. Je ne sais pourquoi. Mais, Seigneur, je Te demande d’être miséricordieux maintenant, si c’est Toi qui m’as envoyé ici pour accomplir Ta mission. J’impose mes mains sur ses jambes comme ceci et Te demande, Dieu bien-aimé, de bien vouloir épargner sa vie, veuille l’accorder. » 

            Et j’ai demandé cela, et après, il allait faisant hum! hum! hum! [Frère Branham gémit. – N.D.E.] Il a dit : « Maman, maman ! Oh ! maman ! » 

            Elle a dit : « C’est la première fois qu’il m’appelle. » Elle s’est relevée, elle s’est mise a essuyer son œil. 

            Il a dit : « Maman, il fait clair dans la pièce. Il fait clair dans la pièce. » Cinq minutes après, le jeune homme était assis au bord du lit. 

58.       Environ deux ou trois mois après, un peu plus tard, j’étais à bord d’un train, allant à Phoenix, en Arizona. Et je me suis arrêté, vous savez comment les trains entrent en gare. Alors, je me suis rendu dans un petit restaurant pour chercher quelque chose à manger. J’ai entendu quelqu’un crier : « Pasteur Branham ! » Et j’ai regardé, et il était là; il était devenu un porteur là. Il a dit : « Vous souvenez-vous de moi ? » 

                        J’ai dit : « Non, non. » 

Il a dit : « C’est moi le jeune homme qui se mourait là ce matin-là, quand le Seigneur vous avait envoyé là, pour exaucer la prière de ma mère. » Il a dit : « Je… Non seulement Il m’a guéri, mais Il m’a sauvé. » Il a dit : « Je suis rempli du Saint-Esprit maintenant, pasteur. » Alléluia !

59.       Qu’est-ce ? Le même Saint-Esprit, frère, soeur. Des milliers de ces choses... Je souhaiterais avoir du temps d’aborder cela pour vous raconter ce qui s’est passé à travers le pays sous la conduite du Saint-Esprit : Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement. Ce même Ange de Dieu est ici même dans cette salle ce soir. Croyez-vous cela ? 

            Inclinons la tête, parlons-Lui juste un instant.

60.       Père, ça prendrait des heures, oui, et des semaines pour raconter des choses semblables que Tu as faites pendant ces dernières cinq ou six années. Le temps passe. Bientôt, je dois descendre à la rivière. Aide-moi donc, Seigneur. Je ne veux pas avoir des ennuis à la rivière. Je veux être prêt ce matin, alors que toutes ces foules seront là à attendre le bateau pour traverser. [Espace vide sur la bande – N.D.E.]... « Moi et Ma Parole en vous, vous pouvez demander ce que vous voudrez et cela vous sera accordé. » Ce sont Tes promesses, Seigneur. 

            Et je me tiens simplement ici ce soir, devant cet auditoire. Je Te remercie, ô Dieu, je Te remercie de ce qu’il T’a plu de prendre les choses viles de ce monde, des hommes pauvres, indignes, des pécheurs coupables et de les laver dans le Sang du Saint. Tu les présentes ici comme les rachetés de Ton Sang. Tu nous donnes l’Etoile du Matin, la Colonne de Feu, pour nous conduire, bien que nous soyons les rejetés, bien qu’on nous taxe de fanatiques. « Et tous ceux qui vivent pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. » Nous sommes heureux ce soir de ce que nous pouvons être ainsi considérés à cause du Royaume de Dieu. 

61.       Ô Dieu, ce soir, ôtes toute la peur du coeur de ces gens malades. Qu’ils sachent que Tu es ici. Tu fais ces choses uniquement pour prouver que Tu es avec eux. Le monde scientifique le sait ce soir ; l’Eglise le sait ce soir. Ô Seigneur, ce serait un péché pour nous de douter de Ta Parole. Viens-nous en aide, Seigneur. 

            Pardonne notre péché d’incrédulité, qui est le péché originel et l’unique péché. Ô Dieu, aide-nous ce soir à être fidèle et à croire. Guéris chaque personne malade. Sauve les perdus ce soir, Seigneur. Peut-être qu’il peut y en avoir ici qui ne Te connaissent pas, des étrangers pour Dieu, séparés de Christ, sans Dieu. Je Te prie de les sauver maintenant même. Que chaque rétrograde revienne à Dieu à travers Christ.

62.       Pendant que nous avons la tête inclinée, que Dieu veuille exaucer ma prière, donner des visions. Il m’a arrêté tout de suite, dans ma prière, et Il m’a dit de demander quelque chose. Pendant que vous priez, tous les chrétiens, y a-t-il ici un homme ou une femme qui ne connaît pas encore Christ et qui n’est pas encore né de nouveau ? Voudriez-vous lever la main et dire : « Frère Branham, priez pour moi. Je veux que Dieu me donne l’expérience de nouvelle naissance. » Que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse, vous, vous, vous. Partout... dans l’aile ? Que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse. Au fond, dans la deuxième aile, que Dieu vous bénisse, vous, vous. Tout au fond de la salle, que Dieu vous bénisse, vous. Je vois vos mains là, oui. 

            Quelqu’un d’autre qui dirait : « Frère Branham, j’ai besoin de Christ. Je–je le savais. » Le Saint-Esprit m’a dit de faire ceci. Que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse, frère. Je vois votre main. Au fond à ma droite, cette rangée à droite, n’importe qui là derrière qui dirait : « Frère Branham, priez pour moi. » Que Dieu vous bénisse, madame. Je vous vois. Que Dieu vous bénisse, monsieur. Que Dieu vous bénisse, madame. Que Dieu vous bénisse. Je vous vois. Et vous là derrière, jeune fille, je vous vois. Que Dieu vous bénisse, soeur. Que Dieu vous bénisse, monsieur. Vous soeur, que Dieu vous bénisse. Que Dieu vous bénisse et vous, vous, vous. 

            C’est... Le même Ange de Dieu dont j’ai montré la photo ici même, c’est Lui qui vous parle maintenant. Voyez-vous ce qu’Il fait ? Je prie Dieu de vous l’accorder maintenant.

63.       Maintenant, Père céleste, leurs coeurs ont faim. Puissent-ils T’accepter maintenant même comme leur Sauveur personnel. Que quelque chose soit fait en ce moment même. A la fin de cette réunion, puissent-ils entrer dans la pièce ici et recevoir le baptême du Saint-Esprit. Accorde-le, Seigneur. Nous Te remercions de ce qu’ils ont levé la main, pour leur sincérité, et nous Te prions de bénir chacun d’eux. Nous le demandons au Nom de Jésus-Christ. Amen. Comme c’est merveilleux ! 

            C’est comme ça que j’aime sentir l’Esprit de Dieu, quand on en arrive au service du soir, c’est doux. Je suis simplement un gars à l’ancienne mode. J’aime pleurer à l’ancienne mode, m’agenouiller à l’ancienne mode, être brisé à l’ancienne mode, de sorte que Dieu puisse nous modeler de nouveau. J’aime ça. 

64.       La pauvre vieille femme assise là en train de pleurer, elle essuie ses larmes. Que Dieu vous bénisse, madame. Elle a un petit châle sur les épaules, à la manière d’une petite mère… Il y a aussi quelque chose au sujet de cette petite créature. Regardez dans cette direction-ci juste une minute, madame. Elle est en train de prier là. Voudriez-vous lui faire signe ? 

            Oh ! votre problème, c’est cet endroit sur votre nez, n’est-ce pas ? Cet endroit sur votre nez… Je vais vous dire ce qui s’est passé. Vous vous faites beaucoup de soucis, n’est-ce pas vrai ? Vous en avez été guérie autrefois. Est-ce vrai ? Oui, oui. Et vous avez fréquenté un groupe d’incroyants. Est-ce vrai ? Cela vous a fait rétrograder et cette chose est revenue. Oui, oui. [La femme parle à frère Branham.–N.D.E.] Ayez simplement foi en Dieu et cela vous quittera. 

Regardez. Il y a quelque chose qui vous tracasse aussi, je l’ai remarqué. Vous faites tomber des choses et vous oubliez ce que vous faites, un peu comme si vous perdez la mémoire, n’est-ce pas vrai ? Si c’est vrai, levez la main afin que les gens… C’est vrai. Je vous vois déposer des choses, et ne plus les retrouver, n’est-ce pas vrai ? C’est vrai. Je ne lis pas votre pensée, mais vous ne pouvez pas cacher votre vie maintenant. Voyez ? Maintenant, ayez simplement foi en Dieu. Je vais surveiller pendant que nous prions pour les malades, peut-être que le Seigneur me donnera un mot pour vous. 

            Il est ici. L’Ange du Seigneur est ici maintenant même.

65.       Où est Billy ? Quelles–quelles cartes de prière as-tu distribuées, Billy ? T-1 à 50. Prenons-en les quinze premières, faites-les se tenir debout très vite, s’il vous plait. T, carte de prière série T. Est-ce que... ? Regardez sur… Vous verrez ma photo et votre nom d’un côté. Au verso, il y a un numéro et une lettre–il y a T 1 ; qui a T-1 ? La carte de prière T-1 ? T-2, 3, 4, 5, 6, jusqu’aux quinze premières, environ si possible, ou prenez-en dix. Voyez ce que vous prenez, les dix premières et voyez comment... [Un frère fait une annonce.–N.D.E.]

66.       Je souhaiterais que cette audience voie cela. Toute la salle devient laiteuse, exactement comme du lait. Oh ! mes amis, je–je vous dis la vérité. Dieu confirme cela par Son Esprit. Et c’est le même Ange de Dieu, la même Colonne de Feu qui se tenait au-dessus du Seigneur Jésus-Christ, en Sa Personne, et qui connaissait les pensées des gens et accomplissait ces choses. La voici, le même Jésus-Christ. Ayez foi, ce soir. 

            Je me demande si nous pouvons juste nous lever un instant, doucement, avec nos têtes inclinées, et chanter Crois seulement juste pour changer de position, si vous le voulez bien. 

Crois seulement, crois seulement (Que tout le monde soit     respectueux)

Tout est possible, crois seulement;

Crois seulement, crois seulement,

Tout est possible, crois seulement.

67.       Inclinons maintenant la tête, juste un instant. Maintenant, fredonnez avec moi pendant que les jeunes gens forment la ligne de prière. [Frère Branham se met à fredonner le même cantique.–N.D.E.] J’aimerais que vous regardiez dans cette direction-ci. Levez la main. Maintenant, chantez cela comme ceci avec moi. « Eh bien, je ne vais plus prier, Seigneur, mais maintenant je crois. » 

Maintenant, je crois (pas je vais croire d’ici peu, je crois maintenant.)

Maintenant, je crois,

Tout est possible, maintenant, je crois;

Maintenant, je crois, maintenant, je crois,

Tout est possible, maintenant, je crois. 

            Nous pouvons nous asseoir juste un instant. Quelque chose vient de se passer tout à l’heure dans l’église; j’en ai parlé à frère Reed. Eh bien, soyez… Ayez foi maintenant. Croyez de tout votre cœur maintenant pendant que je prie pour les malades. Si je suis serviteur de Dieu, Dieu confirmera maintenant que j’ai dit la vérité. Si je dis la vérité, Dieu confirmera que c’est la vérité. Si je ne dis pas la vérité à Son sujet, Dieu ne confirmera pas cela; car Dieu confirmera seulement la vérité. Ayez foi en Dieu.

68.       Ceci… ? J’aimerais juste vous parler une minute, monsieur. Je vois que vous êtes chrétien, et–et pourtant, nous sommes inconnus l’un à l’autre. Je ne vous connais pas, à ce que je sache. Je ne vous ai jamais vu, je ne vous connais pas. Non, nous sommes inconnus. Le… J’aimerais que vous… Vous êtes conscient que quelque chose se passe. Voyez ? Vous êtes conscient que Quelque chose est proche. Eh bien, je… Voici ce que c’est, monsieur. 

            J’aimerais que vous croyiez de tout votre cœur. Maintenant, voyez, il se fait donc–donc que je disais la vérité. C’est pourquoi Il était ici. Il est avec l’église partout, partout. Mais… Croyez-vous que je suis Son serviteur ? Je crois que c’est la Vérité. Si je suis Son serviteur, s’il y a quoi que ce soit que je puisse faire pour vous venir en aide, frère, je–je le ferai. Je m’empresserai de le faire, mais je ne le peux pas. Vous voyez, je ne suis qu’un homme. 

            Mais être Son serviteur, c’est juste comme être cette lampe-là. Eh bien, si les lampes peuvent s’éteindre ici, ou si vous pouvez venir demain soir et allumer les lumières et qu’elles ne s’allumaient pas, vous ne diriez pas que l’électricité n’existait pas. Vous diriez qu’il y a un court-circuit quelque part, c’est pourquoi vous ne pouvez pas avoir de la lumière. Bien, maintenant, c’est peut-être pareil ici. Voyez ? Peut-être que quelque chose ne marche pas, c’est pourquoi je n’arrive pas à entrer en contact avec Dieu pour vous. Mais si la lampe s’allume, c’est Dieu qui doit l’avoir allumée. Voyez ? Je ne peux pas le faire. Je ne peux pas le faire. Mais Il ne m’a jamais déçu, et je ne crois pas qu’Il me décevra maintenant.

69.       Eh bien, si–si Dieu me révèle quelque chose sur votre vie, avant que je prie pour vous, pour vous faire savoir qu’Il est présent ici… Voici Sa photo. Dans Sa Présence, et vous êtes conscient que Quelque Chose est près de vous, un certain sentiment, comme de la révérence. N’est-ce pas vrai ? Eh bien, si c’est vrai, levez la main afin que les gens puissent savoir que c’est la vérité. Eh bien–eh bien, c’est la seule chose qui peut vous aider. Voyez ? 

            Si vous êtes... Vous souffrez de quelque chose, une maladie de rein, n’est-ce pas ? Une maladie de rein ? Et vous avez été chez un médecin. Et, oh ! il y a aussi la vessie. Et il vous a dit une chose ou une autre et il a secoué un peu la tête. Il se doute de quelque chose. N’est-ce pas vrai ? Et ça peut être le cancer, je pense. N’est-ce pas vrai ? Vous souffrez aussi du coeur. Est-ce vrai ?  

            Ce... Cela a donc disparu de devant moi. Etait-ce la vérité ? Si ce que j’ai dit était la vérité, levez la main. Et croyez-vous qu’Il est ici ? Qu’Il connaît tout à votre sujet ? Que vos péchés sont sous le Sang, qu’il n’y a donc rien contre vous ? Avez-vous la foi pour croire maintenant ? Venez ici. 

            Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle, j’impose les mains à Ton enfant que voici, Seigneur, il se meurt, et je réprimande ce démon qui cherche à lui ôter la vie et à l’envoyer prématurément à la tombe, qu’il le quitte. Et puisse-t-il se rétablir, Seigneur. Je le bénis pour sa guérison. Au Nom du Seigneur Jésus-Christ, qu’il en soit ainsi. Amen. Que Dieu vous bénisse, monsieur. Maintenant, réjouissez-vous. Faites-nous savoir comment vous vous portez. 

70.       Maintenant, soyez vraiment–vraiment respectueux. Ne doutez pas. Ayez foi. Très bien. Eh bien, ne pensez pas que je–je ne connais pas où je me trouve, mais cela se déplace dans toute la salle ce soir. Voyez ? Oh ! quelle soirée ! Comme les gens pourraient être bien bénis, s’ils le voulaient ! 

71.       Venez ici, juste une minute. Croyez-vous ? De tout votre cœur ? Je ne vous connais pas…?... ici. Comment vous appelez-vous ? Young. Enchanté de faire votre connaissance, sœur. Mais, croyez-vous que vous vous tenez dans la Présence de Son Etre ? Ce que vous ressentez, ce n’est pas parce que votre frère se tient ici, c’est parce que Lui se tient ici. Croyez-vous cela ? 

            Eh bien, je vous suis inconnu. Je ne vous ai jamais vue de ma vie. Mais s’il y a quelque chose dans votre vie, cela doit venir de Dieu. Est-ce vrai ? Et s’Il me révèle cela, aussi, si je suis Son prophète, Il peut me révéler tout ce qu’Il veut me révéler. Est-ce vrai ? 

            Vous–vous êtes vraiment plus malade que vous ne le pensez. Vous avez des tumeurs dans les ovaires. Vous avez été examinée à cause de cela et c’est ce qu’il a dit. Est-ce vrai ? Cela vient de me quitter. Je veux... Quelque chose se passait et je n’arrivais pas à saisir cela tout à l’heure. Il y a quelqu’un là même qui a aussi une tumeur, vous voyez. Quand j’ai mentionné cela, cela est allé de l’une à l’autre.

72.       J’aimerais vous parler encore juste un instant. Vous–vous souffrez aussi des nerfs. Est-ce vrai ? Les maux d’estomac–d’estomac, et votre nervosité, c’est ce qui cause votre mal d’estomac. Et vous êtes le genre de personne qui se fait beaucoup de soucis. Bien, regardez. Des fois, vous devenez vraiment nerveuse, n’est-ce pas ? Il y a quelque temps, vous étiez en train de faire la vaisselle et vous avez failli faire tomber un plat. Vous en souvenez-vous ? Et puis, vous priiez à côté... quand vous avez entendu dire que j’étais ici. Vous avez demandé à Dieu que si vous arriviez à entrer dans la ligne, vous avez cru qu’Il vous guérirait. Est-ce vrai ? Vous le Lui avez dit à côté du… Est-ce vrai ? Eh bien, croyez-vous cela ? Personne d’autre au monde ne pouvait entendre cette prière, à part Dieu seul. Est-ce vrai ? Croyez-vous maintenant ? Ma soeur, je vous bénis pour votre guérison. Croyante en Christ, recevez votre guérison. Au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, puissiez-vous partir d’ici et être rétablie. Amen. 

            Maintenant, si vous croyez... Maintenant, tout votre problème a été… cela vous est arrivé récemment. En effet, c’est une étape de la vie qui fait que vous soyez nerveuse et bouleversée. Eh bien, partez d’ici. Si Dieu peut me révéler ce qu’a été votre passé... Je ne me souviens pas maintenant même de ce que c’était. C’est une vision. Voyez-vous ? Et s’Il peut vous dire ce que vous avez été dans le passé, ne peut-Il pas connaître ce que sera votre avenir ? S’Il peut me faire savoir cela, ne peut-Il pas me faire savoir ce qu’il y aura ? Si vous pouvez partir d’ici ce soir heureuse, vous réjouissant et remerciant Dieu, et étant tout aussi heureuse et que vous vous débarrassiez de la chose, vous allez vous rétablir. Que Dieu vous bénisse. Partez, au Nom de Jésus…?... 

73.       Bonsoir. Sommes-nous inconnus ? [La soeur parle à frère Branham–N.D.E.] Oui. Bien, vous me voyez depuis je suis ici cette fois-ci. C’est vous la pianiste, dites-vous ? La pianiste. Je vois. Et vous... Mais je veux parler d’être... Je ne vous connais pas personnellement, je ne connais rien à votre sujet. Croyez-vous que je suis le serviteur de Dieu ? La raison pour laquelle j’ai demandé cela, Il a demandé… m’a dit de le faire, de le demander aux gens. Eh bien, maintenant, pour ce qui est de vous guérir, sœur, je–je ne le peux pas, car je ne suis qu’un homme. Mais pour ce qui est de votre vie, Dieu la connaît. Bien sûr, je vois que vous portez des lunettes. Tout le monde le sait, c’est juste comme si je disais que l’homme qui est assis là est estropié, tout le monde le saurait en le regardant. Mais quelqu’un qui paraît en bonne santé comme vous, mais qu’il y ait quelque chose qui cloche, alors là, c’est différent. Ça, c’est la partie invisible. 

            Mais vous souffrez de l’astigmatisme à l’oeil et votre... Ça vous cause des maux de tête et autres tout le temps. N’est-ce pas vrai ? Vous avez tout le temps des maux de tête aigus. Et vous vous inquiétez aussi pour cet enfant. Vous avez failli perdre cet enfant, n’est-ce pas ? Et l’enfant… Son problème, c’est ce qui est… Je ne lis pas votre pensée, mais cet enfant n’arrive pas à marcher, il en a déjà dépassé l’âge, mais il n’arrive pas à marcher. Est-ce vrai ? Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu ? Croyez-vous que si je demande donc à Dieu de vous bénir, la malédiction quittera et les bénédictions viendront ? Avancez.  

            Dieu Tout-Puissant, j’impose les mains à cette femme, à cet enfant. Bénis-la et accorde-lui la guérison, Seigneur. Puisse cet enfant et elle-même être bénis…?... Que Dieu les bénisse au Nom de Jésus-Christ. Amen…?...

74.       Est-ce la malade ? Est-ce la malade ? Bonsoir, sœur. [Frère Branham se racle la gorge.–N.D.E.] Excusez-moi. Je–j’aimerais juste vous parler. Croyez–vous que ces choses que vous voyez s’accomplir viennent de Dieu ? Vous le croyez. Elles ne peuvent pas venir de l’homme. De nulle part que de Dieu. Que le Seigneur vous bénisse et vous récompense pour votre foi.  

            Eh bien, si je suis le prophète de Dieu et que Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui et éternellement, cette même Colonne de Feu qui avait conduit les enfants d’Israël dans le désert, qui vint sur le Fils de Dieu et Le conduisit, et Il disait qu’Il ne pouvait faire que ce que le Père Lui montrait, alors Il est le même aujourd’hui. Est-ce vrai ? Si je ne vous connais pas, et Il est ici, et vous et moi nous parlons, ce sera juste comme pour la femme au puits qui parlait avec le Maître. Il ne pouvait pas la guérir, mais Il a découvert comment… quel était son problème. Est-ce vrai ? 

            Bien, je déclare qu’Il est le même hier, aujourd’hui et éternellement, qu’Il m’a amené dans ce monde dans un but, qu’Il m’a suscité pour bénir les gens par un don divin qui m’a été donné par un Ange. Croyez-vous que c’est vrai ? Vous croyez que c’est vrai. 

75.       Il y a quelque chose de particulier dans votre vie. Je–je n’arrive pas encore à découvrir cela. Ça continue à bouger, puis, ça devient sombre et ça s’éloigne de moi. J’aimerais juste parler à… Oui, je vois. Oui, madame. Vous avez une maladie du rectum ; ça, c’est une chose. N’est-ce pas vrai ? En effet, c’est vraiment ça. Une espèce de mal… de rein, une affection, quelque chose là dans les glands. Et puis, autre chose, voici quelque chose que… je pourrais tout aussi bien dire cela. Vous avez une habitude que vous cherchez à abandonner. N’est-ce pas vrai ? Fumer la cigarette. Est-ce vrai ? C’est vrai. Que Dieu soit miséricordieux envers vous. Venez ici. 

            Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, Auteur de la Vie Éternelle, en voyant cette pauvre femme là, cette vision, déposant ces choses et essayant de s’en éloigner, elle pleure et revient les prendre, j’implore la miséricorde pour cette pauvre âme. Oh ! toi, esprit impur qui lies cette femme, sous forme de l’habitude de fumer, sors d’elle au Nom de Jésus-Christ. Quitte cette femme. Eh bien, sœur, vous en êtes libre maintenant. Ne fumez plus. Ces autres choses disparaîtront. Vous êtes bien portante maintenant. Partez et que le Seigneur vous bénisse.

76.       Louez le Seigneur de qui proviennent toutes les bénédictions. Bonsoir, monsieur. Je pense que nous sommes inconnus, monsieur. Nous sommes inconnus, oui, monsieur. Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu ? Je ne dis pas cela pour… Je–j’essaie seulement de–de vous aider, vous voyez, frère. Comprenez-vous? Avez-vous lu ce petit livre que vous avez en poche ? Alors, vous comprenez ce qui se passe maintenant, n’est-ce pas ? Ne voudriez-vous pas manger de nouveau, avoir un bon estomac et manger comme d’habitude ? Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu ? Alors, allez faire ce que je vous ai dit de faire, mangez tout ce que vous voulez, vous êtes…?...  

            Venez ici. Quand j’ai dit cela à cet homme, un frémissement vous a parcouru, n’est-ce pas ? En effet, vous aviez la même chose. Allez de l’avant, prenez votre souper. Juste…?... Ayez foi en Dieu.

77.       Très bien, venez, madame. Ayez foi. Le Dieu même du Ciel est devant vous. Vous êtes dans Sa Présence, le Même qui avait dit à cette femme : « Tes péchés te sont pardonnés. »  

            Bonsoir, madame. Sommes-nous inconnus ? Quand vous aviez… il y a cinq ans, quand nous étions ici, je–je vous avais vue, vous étiez  passée par une ligne ou quelque chose comme ça. Vous aviez alors été guérie. Entre vous et moi passe une ombre noire. Ça bouge et ça tressaute. Cela ne peut représenter qu’une chose. C’est un démon, et c’est un démon de nervosité. Est-ce vrai ? Vous pensez quelquefois que vous avez perdu la tête, n’est-ce pas vrai ? Mais c’est un menteur. Vous ne l’avez pas perdue. Vous êtes tout aussi saine que n’importe qui d’autre. Mais il essaie de vous démoraliser, madame. Ne faites pas attention à cela. 

            Croyez-vous que je suis Son serviteur ? Regardez. Permettez-moi de vous dire quelque chose. Vous avez essayé pendant longtemps d’avoir même une place, vous vous disiez que si vous… aussitôt que vous avancez votre pied, vous pouvez commencer à partir de là. N’est-ce pas vrai ? Je ne lis pas votre pensée, mais vous priiez à ce sujet. C’est vrai. Vous vous êtes dit là plusieurs fois : « Si seulement je peux avoir un point de départ. » Est-ce… C’est ça votre point du départ, ici même…?... serviteur de Dieu. Toi, démon, au Nom de Jésus-Christ, tu es dévoilé. Sors de cette femme. Quitte-la. Partez en vous réjouissant, sœur. Vous êtes libre maintenant…?... Puisse le Seigneur vous bénir…?... cette chose. 

78.       Venez, madame. Bonsoir, madame. Vous avez été guérie au même moment qu’elle. Vous souffriez de la même chose, la nervosité. N’est-ce pas vrai ? Vous êtes guérie. Vous pouvez poursuivre votre chemin et que Dieu vous bénisse. Ayez foi en Dieu. Croyez de tout votre coeur. 

            Cette Lumière est toujours suspendue dans ce coin-là dans un but. Chaque fois qu’Elle quitte un malade, Elle va dans ce coin-là. Il y a juste un instant, Elle est passée au-dessus de l’auditoire, Elle est revenue et s’est arrêtée juste là, dans ce coin. Et chaque fois qu’Elle quitte un malade ici, Elle semble partir dans ce coin-là, mais je n’arrive pas à voir ce que c’est. Soyez donc en prière. Je ne sais pas. Maintenant, soyez respectueux. Vous n’avez plus le droit de ne pas croire en Dieu. Vous n’avez aucun droit. 

            Cette femme assise là est triste, n’est-ce pas ? Quelque chose s’est passé là où ce… La connaissez-vous ? Est-il arrivé quelque chose à la maison ou quelque chose comme ça, la mort ou quelque chose comme ça ? Courage, madame. Prenez courage. Jésus vit et règne.

79.       Ayez foi en Dieu. Amenez cet enfant…?... Qui ose dire… Tous les démons de l’enfer sont vaincus. Tous les esprits me sont soumis maintenant par Jésus-Christ. La chose est maintenant sous contrôle. Qu’est-ce qui pourrait se passer ? 

            Ma petite soeur, aimez-vous le Seigneur Jésus ? Venez ici, ma chérie. Si Jésus de Nazareth était ici, Il vous imposerait–imposerait les mains et vous bénirez, et Il saurait ce qui cloche en vous, et vous vous rétablirez. Est-ce vrai ? Croyez-vous que Jésus révélera à frère Branham ce qui cloche en vous ? Vous avez l’air d’une belle et douce jeune fille en bonne santé, mais vous ne l’êtes pas. Vous souffrez de l’asthme, n’est-ce pas, chérie ? Vous passez des temps affreux avec ça. Vous ne faites que tousser, et la nuit, votre mère est obligée de vous réveiller, des fois, pour vous faire asseoir afin de tousser. N’est-ce pas vrai ? Je vois votre mère en train de travailler. Mais vous allez vous rétablir, n’est-ce pas ? 

            Venez ici. Mes mains sont un pauvre substitut des Siennes, chérie, mais ce grand Ange de Dieu qui se tient tout près maintenant honorera ma prière, croyez-vous cela ? En fait, je le réclame en votre faveur comme pour ma propre fillette, voyez-vous? Maintenant, vous êtes venue ici devant frère Branham. Bien-aimé Père céleste, cette pauvre petite créature, je Te prie d’éloigner cette malédiction d’elle, et puisse la petite créature être rétablie. Je la bénis au Nom de Jésus-Christ. Amen. Que Dieu vous bénisse...?...

80.       Qui a le droit de douter ? Personne, que… Reviens ici, chérie, chérie. Viens un instant ici. Regarde, juste ici, ici même. Non, va de l’avant. C’est très bien. 

            Le voilà. Elle souffre de la même chose. Est-ce vrai, monsieur ? Madame, je ne vous ai jamais vue de ma vie. Avez-vous une carte de prière ? Vous n’avez pas de carte de prière. [La femme parle à frère Branham.–N.D.E.] Guérie d’un goitre ici il y a sept ans. 

            Ô Dieu, sois miséricordieux. Quand j’ai senti cette petite fille passer, j’ai senti cet asthme se contracter une fois de plus. Je me suis dit : « D’où cela vient-il ? C’est sur cette enfant. Cela a rebondi sur elle une fois de plus. » C’est revenu là et je me suis dit… J’ai fait revenir cette enfant, mais cette enfant est libérée. Je suis revenu et j’ai senti cela, et le voilà. Il peut se cacher devant un médecin, mais il ne peut pas se cacher aux yeux de Dieu. Il est exposé; c’est un démon horrible, surtout il hiberne dans des régions comme celles-ci, qui sont basses et marécageuses. Ayez foi en Dieu. Je surveillais pour voir ce qui se passerait. 

81.       Voulez-vous guérir de ces hémorroïdes, vous assis là en train de prier ? Le voulez-vous ? Eh bien, levez-vous et acceptez votre guérison maintenant, au Nom du Seigneur Jésus. C’est ce dont vous souffriez. Très bien. Que Dieu vous bénisse. Vous pouvez maintenant vous asseoir.  

            Quelque chose cloche avec vos yeux, n’est-ce pas, monsieur ? Votre femme assise là a des varices aussi, n’est-ce pas ? Est-ce vrai ? Je pensais qu’Il était suspendu dans ce coin-là dans un but. Eh bien, c’est ce que vous sentez maintenant, cette sensation vient du Seigneur. Imposez-vous les mains. Que Dieu vous bénisse, tous les deux. 

82.       Satan est exposé. Très bien. Venez, madame. Voulez-vous guérir de cette maladie du cœur ? Veuillez simplement partir et acceptez votre guérison, disant : « Seigneur Jésus, je Te remercie. » Que Dieu la bénisse, au Nom de Jésus-Christ. 

            Voulez-vous guérir de la vôtre, madame ? Partez simplement et acceptez cela. Dites : « Ô Dieu, merci pour ma guérison », et suivez-Le encore. Que Dieu vous bénisse, sœur.  

C’est…?... état de nervosité que tout autre chose. Vous vous emportez…?... Vous pensez des fois…?... juste parce que vous êtes tout… Quand vous vous couchez, c’est pire que jamais. Ce n’est pas la lecture de votre pensée, mais j’ai simplement pensé quand vous passiez par là, pour vous le dire. Voyez ? Partez donc maintenant ; vous allez vous rétablir. Poursuivez votre chemin en remerciant Dieu pour…?...

83.       Disons : « Gloire à Dieu ! » [L’assemblée dit : « Gloire à Dieu ! » – N.D.E.] Venez...?... Vous pouvez penser que je lisais les pensées de la personne. Je n’ai point regardé cette femme droit en face. Mettez votre main sur mon épaule, madame, la malade ici. Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu ? Croyez-vous que Dieu peut me montrer ici, dans cette audience, ce qui cloche en vous ? Si je vous disais au Nom du Seigneur ce qui cloche en vous, vous le croirez assurément, n’est-ce pas ? C’est seulement le diabète. Est-ce vrai ? Si c’est le cas, levez la main. Maintenant, partez et soyez guérie au Nom du Seigneur Jésus. Ayez foi. Croyez-Le de tout votre coeur. Ayez foi en Dieu. 

            Croyez-vous, madame, assise là ? Venez ici. Mère, le stress, la maladie du cœur… Est-ce vrai ? Vous avez eu une vie difficile, vous avez eu beaucoup de chagrin. Maintenant, partez, croyez maintenant au Seigneur et soyez rétablie au Nom de Jésus-Christ. 

            Ayez foi en Dieu. Croyez-vous de tout votre coeur ?

84.       Voulez-vous être guérie de ce goitre, madame ? Croyez-vous que ça peut être guéri ? Bien sûr, je vois cela à votre gorge à partir d’ici. C’est vrai. Regardez-moi et croyez que je suis le prophète de Dieu. Vous étiez assise là, priant pour que je vous appelle. Est-ce vrai ? Alors, si vous pouviez maintenant savoir… Est-ce votre mari qui est assis à côté de vous là ? Regardez-moi donc, monsieur. Qu’en pensez-vous ? Croyez-vous que je suis le prophète de Dieu ? Vous souffrez des hémorroïdes, n’est-ce pas ? Est-ce vrai ? Alors, imposez-vous les mains et acceptez Jésus-Christ comme votre Guérisseur. 

            Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. Croyez. 

            Continuez à me regarder, monsieur. Continuez à me regarder. Vous avez des maux d’estomac, n’est-ce pas ? Oui. Vous avez des maux d’estomac. Quelque chose cloche dans votre tête, n’est-ce pas ? Oui, oui. Mais la seule chose qu’il y a, c’est que vous n’avez simplement pas été capable d’appr... On a plusieurs fois prié pour vous. Est-ce vrai ? Vous avez essayé la radio, vous posiez votre main sur la radio. Vous avez tout essayé au monde, vous avez mis les toisons. Est-ce vrai ? Eh bien, alors, pourquoi ne vous levez-vous pas et n’acceptez-vous pas votre guérison au Nom du Seigneur Jésus-Christ ? Amen.  

            Pourquoi ne faites-vous pas de même, madame ? Pourquoi ne vous levez-vous pas de là pour dire : « Seigneur, je suis rétablie. Si je reste couchée ici, je vais mourir. » Pourquoi ne vous levez-vous pas pour croire maintenant, accepter votre guérison et être rétablie ?

85.       Y a-t-il quelqu’un ici qui croit qu’il peut être guéri à l’instant même ? Imposez-vous les mains et laissez-moi prier. Imposez la main à cette dame. Madame, cet asthme peut aller à…?... à la gorge. Vous recevez votre appel. Soyez respectueuse. 

            Maintenant, si Dieu fait entendre des démons, Dieu peut se tenir ici, et par une seule prière, amener chaque démon à quitter cette salle. Croyez-vous cela ? Si–si l’apôtre Pierre, agréé par Dieu, son ombre passait sur les gens parce que les gens savaient que Dieu était avec lui, il s’est tenu sur le toit et a eu des visions et tout, et les gens croyaient cela, ne croyez-vous pas que le même Dieu est ici avec nous ce soir ? Chaque preuve scientifique…

86.       Je sens ma force diminuer. Quelqu’un a mis sa main sur mon dos. C’est quelqu’un, et je sais que c’est juste un signe que je dois partir. Mais croyez de tout votre cœur, le diable est dévoilé. Il n’y a personne ici maintenant, pas un esprit qui ne se soumettrait à cette prière. Si seulement je peux vous amener à croire cela, et quoi de plus. Nous pouvons vous amener à cette estrade un à un, un à un, un à un, un à un, et ce sera la même chose. Vous ne pourrez pas cacher votre vie s’il vous le fallait. 

            Mais regardez, frère, il faudra votre foi pour vous guérir. Regardez au Calvaire maintenant et dites : « Seigneur Dieu, Créateur des cieux et de la terre, je crois en Toi maintenant même. » Ayez foi maintenant pendant que je prie pour vous.

87.       Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, Donateur de tout don excellent, envoie Tes bénédictions sur Ton peuple. Toi démon, Satan, sors des gens. Je t’adjure de quitter ces gens au Nom du Seigneur Jésus-Christ. Sors des gens.

E-1 Stand by your church. And so then--then Monday night be back with us again. Bring your pastors along and tell them to come down. We're going to teach a little bit out of the Book of Genesis or Exodus, one, the Lord willing for a couple of nights.
 Then Wednesday night we have a healing service again and then on Thursday night we begin at, down in Shreveport, Louisiana. And Sunday night we be at the, as far as I know now, at the Municipal Auditorium there at Shreveport. Then we go from there home, then up into Indiana to where we got a meeting there where forty-three Full Gospel churches in the district are sponsoring the meeting. And as far as I know, the next meeting then will be Johannesburg, South Africa. So I'm depending on you praying for me.

E-2 Many times, friends, when the storms is going hard and trials besetting on every hand, I would think back about Arkansas and down in here, and the Christians who raised their hand on that night when you sing that song to me when I was leaving, pledging that you'd pray for me while I was gone. I--I was believing you were praying. God never failed to answer your prayers, for He stood with me when the heat was on, the battles are going hard, all kinds of things we had to combat.
 Maybe you wouldn't understand just exactly. There's no need of trying to explain these things. They're inexplainable. God Himself is the only One Who knows. You might think that life is just a flower bed of ease. But if you only knew the battle and the trials and the things that accompanies this, you'd wonder.

E-3 You know most all prophets, poets are considered neurotics. You knew that. I believe it was Stephen Foster, brother, was considered one of the best... Well, he gave America some of it's best folk songs. How many ever heard Stephen Foster's songs? Sure many of you: The Old Folks at Home," "Suwannee River," and "Old Kentucky Home."
 Not long ago I was standing at the old Kentucky home. It's just a little piece from where I live now. And I was looking at his picture there, of how the seraphims was supposed to of touched him to give him inspiration. I thought, "Mr. Foster, you had it in the head, not in the heart." When he would... He would go out; he'd catch inspiration to write a song. And after he got through writing a song, he'd get on a drunk. And finally when he left the inspiration of writing a song, he called a servant and got a razor and committed suicide: Stephen Foster.

E-4 Not long ago I was standing by William Cowper's grave in London, England, considered a neurotic. He wrote that famous song that I've used all my life nearly in Communion song:
There is a fountain filled with blood,
Drawn from Emmanuel's veins,
When sinners plunged beneath the flood,
Lose all their guilty stains.
 And after he wrote that song, he went up into an inspiration, as always do, and when he come out of that inspiration, he tried to Seine river to drowned himself, commit suicide. He was considered a little bit off, a little upset.
 This famous song that they just sung: "O love of God, how rich and pure." You know where the last verse of that was found? Tacked on a wall of an insane institution. Did you know that? That's right. It was tacked on an insane institution, in the walls. People don't realize what it means.

E-5 Well, you say, "That's songwriters. How about prophets?" Jonah, when he went down on his road, and God give him inspiration and give him an oxygen supply to keep him alive three days and nights in the belly of a whale... And when he come out at Nineveh, after being kept alive for three days and nights, he preached with such force. He give his prophecy to a city the size of St. Louis, Missouri: repented. They even put sackcloth on their animals.
 And then after the inspiration left him, he set under a tree and prayed, a little gourd to be cut down, and prayed God to take his life. That right? See, he went up into inspiration. You don't understand, friend. And when he come down...

E-6 Someone made a mention. One time when I went out the building, I collapsed 'fore I got off the platform. You say, "Well, that's nonsense. The man ought to walk out..." Oh, if he only knew. If you only knew. You say, "Oh, Brother Branham, if God give me visions..." You don't know what you're asking about, friend. You don't understand.
 Daniel the prophet, he seen one vision and said he was troubled at his head for many days. You're in another world. You become a guinea pig. You're a sacrifice for mankind. It's kinda hard when they won't believe the Message, but it's been through the age. We've always had unbelievers. We have to com--combat that always.

E-7 Look at Elijah the prophet. Elijah was one of the major prophets. That man went up and stood on the mountain and commanded that fire come from heaven and burn up the sacrifice, and it did it. He called rain down out of the heaven, where it hadn't rained for three years and six months. Is that right?
 And then when the inspiration left him, he wandered in the wilderness for forty days, don't know where he was at. And God found him pulled back in a cave somewhere. Is that right? And run from a woman who threatened his life, after he killed four hundred priests hisself that day with a sword, chopped their heads off, Elijah the prophet. Is that right?
 He stood there before all the nations and dared them to defy God, and made fun of all them priests and prophets while... of Balaam when they was prophesying, cutting themselves and so forth. He said, "Call a little louder. Maybe he's pursuing."
 And when the inspiration was on him, he--he just defied everything that was ungodly. And then when the inspiration left him, run from the threat of one woman, and run out into the wilderness; and God fed him, and woke him up and fed him again. And the man was unconscious, as far as I know, wandering around the wilderness for forty days and nights, and God found him back in a cave. Is that right?
 So you see, you don't understand, friend. Men pray for things that they don't know what they're praying for. Besides gifts and callings are without repentance.

E-8 But I believe that we're living in the days just before the coming of the Lord. Now, if it's fanaticism to believe that, then I am a fanatic. But I... Friends, I know this, that I believe that God is fixing to do a real hurrying work.

E-9 The whole world, did you ever see the like of nervousness? Just to let me tell you, even, every night when I've been here, and I watch the audience. Now, each one, I want every man and woman to be sincere with me. Feeling the pressure when nervous people come to this platform, there's a least, right now in this building, eighty percent of what's setting here is nervous, afflicted with nervous trouble. That's exactly right.
 You be sincere with me. Every man and woman, boy or girl in here that has any nervous trouble raise your hands. Raise your hand. What'd I tell you? What's the matter? The Bible said, men's heart failing, more heart troubles, number one disease. Is that right? And fear, sights upon the earth, perplexed of time, distress between the nations; sea roaring, big tidal waves washing away parts of cities and breaking upon the shores, just before the coming.
 It is get... It's setting a stage for the greatest drama that was ever acted out in all ages, the coming of the Lord Jesus Christ. Could you imagine seeing a little lamb out in the field feeding; he becomes nervous. Why is he nervous? He can't see nothing, but back in behind the rushes yonder there's something that's moving. It's a lion, crouching, getting ready to spring on. That's what the nervousness is about.

E-10 The end is here. I don't know when; no one else does. Who says, "He does." He--he doesn't know. For Jesus said even Himself didn't know. But we know that when these things begin to come to pass, He said, "Lift up our head, redemption's drawing nigh."
 Now, we're at the end of the age, and I do not want to try to misrepresent anything. I've never been guilty of that. I've always tried to be honest and true and just as I... true as I could be, first with God. And if I'm true with God, I will be true with His children. And I realize, as I serve His people, I'm serving God. Jesus said, "Insomuch you done it to least of these My little ones, you've done it to Me."
 But I--I say tonight, friends, the reason that I'm... God has let me by His grace be numbered with you, is because of something He has sent to you. Now, I want you to receive it.

E-11 Now, I believe that Jesus Christ is the same yesterday, today, and forever. And I believe that in the beginning God made man in His own image, and God is a Spirit. And God made man spirit-man. Then He made him in the dust of the earth. Now, I believe that man in the beginning, well, led the animals of the earth like the Holy Spirit ought to be leaving the--leading the Church today.
 There was no man to till the soul, so then He put him in five senses. Them five senses was not to contact God. That was see, taste, feel, smell, and hear. They were to contact his earthly home. But by his spirit he contacts God.
 Man lost his origin and he... back there, and fell from grace. And when he did, then God came down and was made in the image of man, to redeem man back to God. And God was in Christ reconciling the world to Himself. And the God of the Old Testament, Jesus Christ of the New, and the Holy Spirit of this day is the same Jehovah God living down through the age. See?

E-12 Now, in the days that He led Israel through the wilderness... I want to read some Scripture. I want you to notice closely: God commissioning Moses to send him, now. Over in Exodus the 23rd chapter and the 20th verse. Listen closely now.
Behold, I send an Angel before thee, to keep thee in the way, and to bring thee into the place which I have prepared. (Watch who this Angel is.)
Beware of him, and obey his voice, and provoke him not; for he will not pardon your transgressions: for my name is in him.
But if thou will indeed obey his voice, and do all that I have speak; then I will be an enemy to thy enemies, and an adversary to thy adversaries.
For mine Angel shall go before thee.
 Let's see what the Angel looked like. In the 13th chapter of Exodus we read this in the 21st and 22nd verse:
And the Lord went before them by day in a pillar of a cloud, to lead them by a pillar, a cloud in--in the way;... by night by a pillar of fire, to give them light; to go by... night:
He took not away the pillar of the cloud by day, neither the pillar of fire by night, from before the people.

E-13 That's God's Word. Now, what was the Angel? Was the Angel of the covenant. And He led... And all the old things was a type of the new things to come. You believe that? Scripture says so, being a shadow, Hebrews.
 Now, as God led the Church in the natural in that day, He's leading the Church in the spiritual in this day. Do you believe it? They were the people of God until they were called out of Egypt, and then they become the church of God; for the word "church" means "called out." They were called out of Egypt, and we're called out of the world, a peculiar people to serve God.
 And the same Angel, if Jesus is the same, the same Angel, the Angel of the covenant was Jesus Christ; for the Bible said that Moses esteemed the riches of Christ greater than the treasures of Egypt. So he forsook Egypt, leaving all to follow and serve Christ. Christ is the Logos, of course, the One that went out of God in the beginning, which was the Pillar...

E-14 Would you like to hear what I think about how God become...? Would you take a little trip with me for a few minutes? Have I got time? Now, be reverent just a minute. Let me get this straightened out for you.
 Let's take a little trip in a little space now, a mental vision, and go back a hundred million years before there was even a star in the sky, by your mind. It was--it was God. He's always been God. And then, we're setting on--standing here watching creation come into existence. There's not a star; there's not nothing.
 And then let's notice. Out yonder I see now all that space, that all is God, without form, forever, for eternities, no beginning, no ending. It's all God. Before there was even air there was God. The very beginning of nature of creation was God.

E-15 And now, the Bible teaches us that the Logos went out of God, or I might say, all of the--the God becoming His first body form when the Logos went out of God. Let's look what It looked like. No one has seen the Father at any time, nowhere, never did and never will.
 But then the Logos that went out of Him become like a little halo of Light. Let's see it playing yonder, like a child before the doorstep of the father. And now, I can see Him as He moves over here, and He draws into His--His memory or His mind a picture of what the world should be. Now, there's not a star or nothing.
 I hear Him say, "Let there be." And an atom broke yonder. And when it did, the sun came into existence and begin to whirl. She burned for millions of years and millions and millions of years. After while, I see a clinker fly off of it. [Brother Branham makes a noise--Ed.] What is it? The first star that flew from the sun. He watches it fall for a few million years and He stops it. Then another one flies off and He lets it fall a few million years and stops it. What's He doing? Writing His first Bible, the Zodiac.

E-16 God's wrote three Bibles: one, the Zodiac, one in the pyramids, one on paper. Now, He's writing His first, the Zodiac. It starts off with a virgin, ends up with Leo the lion: Jesus' first coming and His second coming. If we had time to run down through it, you'd see it.
 But He writes that because He... Man is to look up. God is above. And then after He gets all of every... all the heavenly, the solar system written out, then I see Him move over here, and over a clinker was this world. It was nothing but a iceberg hanging out of it. He moves it over around the sun. And as he begins to revolve it around, He melts all the water, the ice on it. The icebergs come flying down through. Texas is formed, Louisiana and down through there, where it's scraped off, as chronologists tell us that the icebergs went on into the Gulf and so forth.

E-17 Now, the world's without form and void, and water was upon the deep. We're in Genesis 1 now. See? Then He made all the plant life. Then after while, He made man in His own image. And if He made man in His own image, He had to make Him something on a order of that supernatural Being. That's right.
 Then there was no man to till the soil, Genesis 2. Then He made man out of the dust of the earth, not in His image, but out of the dust of the earth. He might give him a hand like a monkey and a foot like a bear. I don't know what He give him. But he put him in five senses to contact his earthly home.

E-18 And then He made a--a wife for him. And man fell. I have my idea of what it was. You can have yours. But--but he fell, anyhow, from grace. And instead of--of Adam running up-and-down the garden hollering, "God, God, our Father, Father, where are you?" Adam was hiding and God was hollering, "Adam, Adam, where art thou?" That's still the same nature of man--hide, get away from God.
 And he tried to make hisself a covering out of fig leaves. Man today tries to make hisself a religion, always trying to do something to save hisself. You couldn't do one thing to save yourself. You're just as hopeless as you can be. That's right. God has to save you.
 Jesus said, "No man can come to Me except the Father draws him." And you can't be a daughter unless God has foreordained you to be so. "And when he comes, I will in no wise cast him out. I will give him Everlasting Life, raise him up at the last days."

E-19 The biggest trouble there is in the church today is a bunch of fear. People's always scared, and that's of the devil. Don't be scared. Be brave. You don't have nothing to be... There ain't nothing to be afraid about. We'll get into that this coming week, see, in there and we'll bring God on down and see what He was.
 So you can see when man marred hisself, he sinned. And then the only way it was, is for God to be manifested here on earth in a body of flesh to take away the sin out of that man and bring him back in fellowship with God, makes him a son of God again. It's the only way he can be.

E-20 Now, when He brought the children of Israel out of the wilderness, out into the wilderness, He led them by a Pillar of Fire. Is that right? The Bible said He did, and He went before them. That was the Anointing, the Holy Spirit, Christ, that went before the children of Israel.
 Well, if He's the same as He was then, He's the same Man, the same Person; He's everything that He was then, He--He is now. And as He led the Church then in the natural, He's leading the Church today in the spiritual. Is that right? Do you believe that we're in the wilderness? We are. Are we on a road to the promised land?
 Now, the... When they got over into Canaan, did not represent Heaven. They had wars in Canaan and so forth. It represented the Millennium. See? So we're going into that. And we're on our road now to the Millennium. I believe it. And I believe the same Jesus Christ that led back there, leads today. He's in a spiritual form. "I came from God; I go to God. A little while and the world seeth Me no more, yet ye shall see Me, for I will be with you even in you to the end of the world." Is that right? "Jesus Christ the same yesterday, today, and forever." Now, then if He is, then He's going to make Hisself manifested and known.

E-21 Now, sometime ago, coming through here... Now, all of you know the story. Now, please, dear Christian friends, God, Who is my sovereign Judge, with this Bible over my heart, knowed I... may have to stand before Him in Judgment before morning. See. I only say this in a humble way that you might thoroughly understand, that we're... the Church, the people is not trying to deceive anybody. We know what the truth is and we're trying to get it to you. The only thing will rob you from it is the devil. See? That's all. Now, just to confirm your faith, I want to use this for proof, to show you that it's the truth.

E-22 Now, God leading His Church today... Now, on the road. Now, when I come out when I was a little bitty boy, my mother told me when I was about three minutes old... borned in a family which did not go to church, formally back behind that was Catholic. But they never went to church.
 That morning up there in the mountains when they opened up the cabin door, little old door... It wasn't a window; it was a little door you push out. It didn't have any glass in it, pushed it out. A Light, about so big around, come whirling in and went down on the bed where mother was holding me in her arms.

E-23 That's unadulterated; that's without unmerited grace; that was God. See? Nothing that you can do or nothing I can do. That's God's plan. It's got to be just what He said. See? He's determined. If you notice, gifts and callings is without repentance. You believe that?
 Here... Jesus Christ was the woman's seed from the Garden of Eden, that was promised. You believe that? It was. "Thy seed shall bruise the serpent..."
 Moses, he couldn't help because he was Moses. He was born Moses. Is that right? John the Baptist, seven hundred and twelve years before he was born, he was the voice of one crying in the wilderness by Isaiah the prophet. Is that right? Jeremiah, God told Jeremiah, said, "Before you was born, I knew you and sanctified you and ordained you a prophet over the nations, before you even come from your mother's womb. Who taking thought could add one cubit to His statue?" See? You have to go on back and say it's the sovereign grace of God.

E-24 Now, notice. Then when a little bitty fellow, then the Holy Spirit spoke and said, "Don't never smoke, chew, or drink, defile your body in any way. There's a work for you to do when you get older."
 And then, many times and down through life, I'd try to tell people with the sincerity of my heart and they would misunderstand it. They'd called it everything in the world.
 Well, one night up yonder in Green's Mill, Indiana, to a cave where I was at in a place, the Angel of the Lord appeared and said, "You're to go pray for sick people." And told me what would take place. He said, "Do not fear. I will be with you." I took off, and come through the country, and down through Jonesboro, telling what He said was and what would come to pass. And it's been that way and proved now plumb around the world.

E-25 And He... When I was--I was a young Baptist preacher baptizing my first converts, five hundred of them down on the river, my first revival... I had about three thousand attend at the revival. And my education was so poor, till my girlfriend read the Bible while I preached. That's right. It's not much better tonight. But God's not known by education. God's known by faith. God's not known by knowledge.
 There was two trees in the garden of Eden. One of them was the tree of knowledge, the other one the Tree of Life. Man left the Tree of Life to eat the Tree of Knowledge, and he's separating hisself from God. And ever since then, by knowledge, he's drove hisself away from God. God's not known by knowledge; He's known by faith. That's right.

E-26 Now, I want you to notice. Then, coming along, I was in Texas. And there was a man by the name of Mr. Best, Dr. Best. I was having a nice revival. About eight thousand people attended. And Dr. Best put a piece in the paper and said, "That religious fanatic, William Branham, imposing hisself as a man of God, ought to be run out of this city and I ought to be the guy to do it."
 Well, Brother Bosworth come to me, one of the managers, and said, "Looky here, Brother Branham." And he dared me and challenged me and everything, to debate the subject. Well, I wasn't going to fuss with him. I don't believe in fussing. God sent me to pray for the sick, to preach the Gospel. There's thousands that will believe it. Why spend it with one fanatic who don't believe it? That's right. Let him alone. They say they be blind leaders of the blind. Let them go on. See?

E-27 Some men was foreordained to that condemnation. The Bible said so--can't be saved, blinded from the beginning, born to be blind. We'll get that this next week. That didn't go very good, but I will prove to you by the Scriptures; it's the truth. And they'll absolutely be religious teachers, fundamental as they can be. That's exactly right. But never know no more about God than a Hottentot would know about a Egyptian knight.
 Now... But they know all the fundamentals, the key notes and everything, but know nothing about God: "Having a form of godliness, but denying the power thereof," Divine healing, and Power of the Holy Spirit, and everything. Church, you got something but you just don't know what to do with it. That's all. It's true.

E-28 Now, notice this. And then Brother... Second day he said, "It shows that... what kind of a something they're made out of, paid ad in the paper, showed what they're made out of. They're afraid to--to examine their Divine healing by the Light of the Word of God."
 So then, Mr. Bosworth come, said, "Brother Branham, for our prestige before the people you've got to take it up."
 I said, "Brother Bosworth, there's about eight thousand people there. There's about seven thousand of them to be prayed for." I said, "I got two more days to stay here in Houston. Why fool with that crank when we can go over here and be praying for the sick people?" I said, "I don't fool with it."
 He said, "Brother Branham, let me do it."
 And I thought, "Seventy-five years old." I thought of Caleb, when he said, "I'm eighty today, and I'm just as good a man as I was when Joshua put the sword in my hand." I--I admired the old man.
 I said, "Well, Brother Bosworth, I admire you, brother."
 He said, "That man hasn't got one leg to stand on or one Scripture." He said, "Let me prove it to him."
 And I said, "If you promise me that you won't fuss."
 He said, "I promise you, I won't fuss."
 I said, "All right."

E-29 So then he goes down. They wouldn't let the reporters stay in the Rice Hotel. They wouldn't let the reporters come to the door. So he went down and seen the reporters. He said, "Brother Branham won't fuss with them." I said... But he said, "I will--I will stand it."
 So then, of course, the "Houston Chronicle," great big headlines: "Ecclesiastical Fur Will Fly," you know. So that just set the debate. And that's where it comes to show to me that all you Pentecostal groups of people who fuss about your little doctrines and things, some of these days that'll be shook out of you. That's right. You're one big Church, brother. That's right. Your little points don't mean nothing in the sight of God. You're one big Church of God.

E-30 Notice. Then they didn't care whether they was riding a one humped camel, or two humped camel, or a three humped camel, or the fourth rain, fifth rain, latter rain, middle rain, or what rain it was. They were one thing. They believed in Divine healing, and they all run together in that big coliseum, about thirty-thousand packed out. They come in airplanes from everywhere and everything, drove in, and taken all night, at a time. What was it? The thing that their Lord had taught was at stake and they was ready to stand their grounds.
 There it was. It went on the associated press. And people flew in from way in the east and way in the west and everywhere. They packed that big coliseum out.

E-31 And that night my brother said, "Now, you're not going down."
 I said, "I know it. I don't want to go down there." So, Sire Ramsar was leading the singing. But when it come time to go, Something just told me to go down there anyhow. So I took my coat and pulled it up over my shoulders like this, over my head; went down, wife and I, and we went way up. I went up in balcony thirty, if you've ever been in the San Houston coliseum. I was way up like this. Nobody knowed I was up there but the two police that took me up, my wife and my--my brother. And we were sitting up there.

E-32 And Mr. Bosworth... and they had all the ministers lined up. And so, Mr. Ramsar was leading the singing. He said, "Well, next is the main event of the evening." He said, "I understand, I seen in the paper around here where that a certain fellow wanted to run William Branham out of the city." He said, "I think if you people of Houston will take more time running bootleggers out of the city you would man of God, your city would be better off." And there was a scream went all over the whole building; I knowed Mr. Best was gone. So, I just set there.
 Dr. Bosworth got to the platform. They made him get up first. He said, "Mr. Best, I have six hundred Bible questions setting here, wrote out on this piece of paper, that proves that Christ's present attitude towards the sick is just the same as it was in the beginning, when He was here on earth." Said, "If you can take any one of the six hundred and disprove it by the Word of God, I will walk off the platform." Six hundred.
 And said, "If you can give me one Scripture in the whole Bible that says that His--His--His attitude towards the sick isn't just the same today, then I will walk off the platform." That's pretty gallant. So he hand it over.

E-33 Mr. Best said, "I will take care of that when I get up there."
 And he said, "Well," he said, "just show me, just show me one Scripture." And--and so he wouldn't do it. He said, "Well, then Brother Best, I'm going to ask you one question." And here's what he asked him. He said, "Was the redemptive Names of Jehovah applied to Jesus? Yes or no. Answer that yes or no and I will walk off the platform." Mr. Best wouldn't answer him, 'cause he couldn't. "Was the redemptive Names of Jehovah applied to Jesus? Yes or no."
 If He was Jehovah--if He was Jehovah-jireh... If He wasn't Jehovah-jireh, then He's not God's provided sacrifice and He wasn't the Son of God. And if He was Jehovah-jireh, He's also Jehovah-rapha, the Healer, the same yesterday, today, and forever. That settled it. That'd settle it forever.

E-34 He just slobbered at the mouth, and got up and walked up and down the platform four or five times, and slapped a preacher in the mouth, start a little fuss. So when he did, he said, "Bring forth that Divine healer." Said, "Let me see him heal somebody."
 And Mr. Bosworth said, "Shame on you, Mr. Best."
 Said, "If Brother Branham preaching Divine healing makes him a Divine healer, if you preach salvation makes you a Divine saviour." Said, "You wouldn't want to be called a Divine saviour." Said, "And you're not." Said, "But he never a Divine healer because he preaches Divine healing." Said, "Christ is the Healer and Christ is the Saviour. We only point it by the Word, and that's what you and I are here tonight, to find out whether it's in the Word or not." Says, "Then I want you to show me that it's not in the Word."

E-35 He just thought we was a bunch of holy-rollers or fanatics, but he found out we're not lost in the fog. We know where we're going.
 So then, he walked up and down the floor. And Raymond Richey said... asked the moderator, "Can I have a word?" He said, "I happened to see about a dozen Baptist ministers setting there." He said, "And I know the president of--of the--of the conference of the--of the... not conference, but what... convention is setting here, called him by name." He said, "Is this the attitude of the Southern Baptist Convention towards Divine healing?" So they wouldn't answer them.
 So he said, "Did Mr. Best come here on his own or did this Southern Baptist Convention send him here?" Said, "I..." And the moderator told him to set down. He said, "Sir, you give me the floor, and I'm asking a question that hasn't been answered." So he held his ground. And he said, "Well..."

E-36 They said, "We didn't send him there." Mr. Best come on his own. He knowed better, thirty thousand people setting there. See? So he said, "No, they didn't." Mr. Best said he come on his own. All right. That was okay then.
 He said, "I just wanted to know." So he set down.
 So then, Mr. Best jumped up and said, "Let me see that Divine healer."
 Mr. Bosworth said, "Why, he isn't a Divine healer." Said, "His--his books are translated about seventeen different languages. Never has he said he was a Divine healer. He just prays for the sick. Christ is the Healer."
 He said, "Well, you got signs up, miracles every night."
 And Brother Bosworth said, "Sure. Because a miracle is something that cannot be figured out by human mind." And said, "In the supernatural realm," said, "he's got... has a gift that knows and foretells, and tells us things even weeks and months and so forth ahead." And said, "It never fails to be just that way." Said, "That is a miracle." Well, he couldn't say nothing about that.
 Said, "According to Mr. Webster... If you want to discuss about it, fuss with him.

E-37 So then he said, "Bring him forth and let me see him perform a miracle, and let me see it last a year." Said, "You're just worked up in your mind." Said, "Nothing but a bunch of holy-rollers like... that are around here," said, "Only thing that believes in Divine healing." Said, "True Baptists don't believe it."
 He said, "I beg your pardon. Brother Branham happens to have a membership card in his pocket right now. He belongs to the Missionary Baptist Church." (A Baptist church is sovereign. Whatever your congregation will stand for your preaching, that's all right with the con... with the convention.)
 So, he said... "Well," he said, "that's just a bunch of backsliders, and so forth, is the only ones that believe that." Said, "A bunch of holy-rollers." Said, "True Baptists don't believe it."

E-38 Mr. Bosworth said, "Just a moment." He said, "How many in this audience that's got membership in these Baptist churches and good fellowship with the church, good standing, that's been healed these last ten days since Brother Branham's been here, could stand and testify, and show you by your doctor, and everything, that you are well willing to go before a doctor to show that you're healed. How many in here has been healed in Brother Branham's meeting that's members of these churches, of these men that's setting here, stand to your feet." And three hundred stood up. Said, "What about that?"
 He said, "Anybody can testify of anything; that still don't make it wrong." He started off the platform. Said, "Bring me that Divine healer here and let me see him." Just kept saying that, just aw...
 He had just told that day; he said, "I'm going to take that old man and I'm going to skin him, and take his skin and rub salt in it and put it on my study door for a commemoration of Divine healing." Could you imagine a brother saying that about another one? Go to show where it comes from. See? A man saying that about skinning that brother. Well, that's all right.

E-39 Notice, he's just out of a cemetery or, well, sem... That's right. Seminary. All right. Anyhow, he knowed all the angles, knowed nothing about God. And then--then when he did that... He hired the Douglas Studios of Houston, Texas, which is a member of the American Bible, or the American Photographer Association, to come over and take six glossies of him while he skinned the old man, so he could put it in the... So, the man that was going to take the pictures was a critic, too. So he got out there and posed like this, with his finger sticking in Brother Bosworth's face, "And now get my picture like this." Brother Bosworth just stood there.
 He stuck his finger in his face, said... Then he posed again like this, you know, and put his finger in his face like that, how he was skinning him. Well, the photographer took his pictures and all. When he all... got down and everything like that, there stood the "Look," "Life,' and "Times," and the--the magazines and the reporters all standing there, around there.

E-40 So just then, when the meeting was fixing to end, he said, "Now, look." He said, "I know this." He said that Brother Branham is in the building. He said, "If he wants to come and dismiss the audience, all right. But I won't expose him if he doesn't."
 And my brother said, "Now, you set still." I said, "I'm sitting still, ain't I?" So I just sitting there.
 And he said, "Now, if he doesn't want to," said, "I know he's in the building, but if he wants to come..."
 And I was setting there. I thought, "Well, I'm setting still." And the police looked over to me, setting. I just set there and I heard something going whirr, whirr, whirr. [Brother Branham makes a blowing sound--Ed.] I--I knowed I couldn't set still. Something just said, "Stand up." It said again, "Stand up." I stood up.
 Howard said, "Set down."
 My wife said, "Don't Howard. Look." It changes my expression. Said, "Don't."

E-41 And the people looked up that way, begin screaming and crying. About three or four hundred ushers throwed their hands together to make a line, for the poor people that was trying to touch my clothes. Coming down along that banister, down through this way, walked up to the platform.
 I said, "I'm sorry that these things has to happen. And don't no one feel hard at Mr. Best." I said, "Truly he's got a right to his ideas the same as I have mine. That's why the boys are fighting in Korea." I said, "For the American freedom of speech." I said, "I don't believe he's sincere as he said he was, 'cause he told these people he felt sorry for them, and there sits some of their kind and these... The doctors has done all they can do for these people; they're going to die in a few days; and there they are, some of them setting here last week is back there well today. And now he's trying to rob them from the only hope that they have of ever being well, and then saying, he'd be sincere. I just can't believe that."

E-42 But I said, "However, I only testify of the truth. I am not a healer." And I said, "I tell the truth. And if I tell the truth, God will testify of the truth. He never will testify of a lie." I said, "God will always stand by the truth. And if I say... If I tell the truth, then God will..."
 And about that time something went whhhirrrr. [Brother Branham makes a blowing sound--Ed.] Here come the Angel of the Lord, coming down through the building, moving down. Silence went over the audience. The photographer wasn't supposed to take any pictures, but a regular...?... true to form he run out and shot the picture. I said, "The Lord has spoken. I will have no more to say." Walked out of the building, police take me on. I got in the car and went up.

E-43 Mr. Kipperman, studio, they went home, taking their pictures home, went down to the studio, the Douglas Studios. So they went down there to--to develop pictures. And this one of them was a Catholic, and he said, "You know, maybe I..." And the day... paper before, oh, my, he said I was a hypnotizer and everything, Mr. Ayers. And he said, "You know, I might be wrong." Said, "That boy's back parents were Catholic. That might be a Divine gift. If it is, that boy's headed for the Catholic church." He said... 'Course they believe all gifts come to the church, but, you know.
 So then he said, "Maybe I--I've misjudged the boy." And he went home and he... Mr. Kipperman went upstairs in the studio, and Mr. Ayers put the pictures in to be developed. He said, "Mr. Best will want these pictures tomorrow, so we'll just put them in the acid and get the proofs for him, for tomorrow." So he put them in there, and he set there and smoked a cigarette; he was thinking about it.

E-44 When he went... Mr. Kipperman come down, and when he went to take in the dark room to get the pictures out, the first one he took, Mr. Best, blank; second one, blank; third, blank; fourth, fifth, sixth, every one of them blank. Not a one of them with his poses with his finger in that saintly old man's face, Mr. Bosworth, not a one of them. And when he pulled the next one out, he had a heart attack. There was the Angel of the Lord on the picture. They called for me; and I couldn't come to him.
 Immediately at eleven o'clock they rushed it away to--to Washington D.C. for copyright, brought it back and sent to--to over to--to California for George J. Lacy. If anybody knows anything about photography, know George J. Lacy is the head of the FBI fingerprint and so forth, best there is in the world. He had it three days in the Shell Building. On the third day he said--said he'd show it to us, and he'd give his... what he thought it was. They went to the room; they done everything. They took the camera, the negative, and everything. He put it under all kind of lights.

E-45 He come out. He's kinda red-headed fellow, very hard-boiled. He walked out. Said, "Who's name's Branham?" There was just about as many setting as there is right in this middle aisle here. I was back towards the back. I said, "Mine."
 Said, "Stand up." I stood up. He said, "Mr. Branham," said, "you're going to pass out of this life like all mortals."
 I said, "I'm aware of that, sir, but I thank God that Jesus Christ has taken my place in death."
 He said, "Come forward." And I walked up. He said, "Rev. Branham, I've heard of your meetings and I said it was psychology, that the people imagined they saw that Light." Said, "I've said the same things." But said, "My mother was an old Christian woman." He said, "But let me tell you, Rev. Branham, that mechanical eye of that camera will not take psychology." He said, "It's a genuine supernatural Being, and the only time in all the world's history that a picture like that was ever taken." He said, "The old hypocrite can never say no more that there's no such a thing as scientific proof of the supernatural Being, for this has been took through every test there is." And said, "I submit it to you."

E-46 And he give it to me, and I give it over to the American Photographer Association, and they fixed it so it couldn't be sold for too much. He said, "Rev. Branham, before you leave..." Everybody was crying. He said, "Before you leave, someday when you pass away from this life," he said, "that picture will be on ten cent store shelves and things." He said, "Because it's the only thing that we've ever had our hands on that we could prove that was a actual supernatural Being." Said, "Around the Saviour, the saints, they painted lights." He said, "And they'd say that was psychology, the unbeliever." But said, "I believe it was there." Said, "This is not psychology. The mechanical eye of that camera didn't take it that way and I..." He said, "For... I'd say for the sacredness of the picture, I will write you a little statement and give my statement concerning it." And I submitted it to them and here's the picture.
 It's a milling Fire about so big around. Now you... I want you after the service is over, come up here and look at it. I wish... I have a bunch of them. If you'll just write to my office up home, I think they give about fifty cents apiece for them. They'll send it to you with his writing on it, whatever it is.

E-47 Now, it's not nothing in them... We don't... Nothing in the picture, 'cause if Jesus Christ thought enough of me to come down and have His picture taken beside of me for the first time in all the world's history, I love Him too much to commercialize His picture. You know that. That's right. See?
 Now, there it is. I just borrowed this one from Mr. Shebley and them, the Reverend here and--and I give it to him the other day, and I want you to see it. Look at It, It's a milling Fire. Now, what is that? A Pillar of Fire led the children of Israel. And the same Pillar of Fire was among those people is among this people now: Jesus Christ the same yesterday, today, and forever. Is that right?

E-48 And when Christ was here on earth, He didn't claim to heal people. He knowed the secrets of their hearts and so forth. Is that right? And He's doing the same work right here at Jonesboro, Arkansas, right in this little group of people that He did back there. There it is, the same God of the Old Testament is the same God of the New Testament. Jesus Christ that led the children of Israel is leading the Pentecostal church. There it is, the proof of it, scientifically, and by signs and wonders.
 Oh, why do you fear anymore? Why do you wonder? Rise and be healed. Believe on the Lord. Don't be smothered down. Satan will keep blinders before you as long as he can. Don't set asleep, friends. The greatest thing in all the world is right here with us in this latter day. Here It is proved by signs and wonders; here It is proved by scientific. And if I die tonight, my testimony rings clear through the scientific world and through this Christian world tonight that I've told the truth by God's Word. That's right.

E-49 Thousands times thousands and tens of thousands, and yes, millions of saints have stood. That Angel come here on the platform last night and stood right here, and a woman in this audience seen Him come in before I even mentioned it. And He's not ten foot from this platform right now, the same Angel of God. That's true.
 Now, friends, look. Look where it's went to. Look where it's gone over the world, what it is. See, get all the fear and everything out of your mind. Just love the Lord with all your heart and serve Him and believe Him, and God will bring it to pass. How He leads. You believe those that are sons of God are led by Spirit of God? Do you believe that?

E-50 Just one little incident happened right here in your neighborhood... I'm going to tell this before I close. Look. One day I was coming from Dallas, Texas (I come pretty near of coming through Jonesboro), and a big storm forced the plane down, and I landed in--in over here at the Memphis, Tennessee. I was on my road home, so they put us up down there in that big, fine hotel, Peabody. That's right, Peabody. I... (Oh, I see who you are.) I--I didn't know who the lady was. All right, the Peabody Hotel. Now, I couldn't afford to stay in a hotel like that. They put me up there, the airline.
 And they told me they'd call me the next morning. And the next morning, early, I got up, and the sun was ready to come up. And I--I had wrote some letters, and I'd thought I'd run down at the post office real quick or find some place to mail it. And I got out of the hotel and started walking down the street. And I was walking down the street singing that little Pentecostal song you all sing: There are people almost everywhere, Whose hearts are all aflame, With the fire that fell on Pentecost, That cleansed and made them clean; It's burning now within my heart. Oh, glory to His Name! I'm glad that I can say I'm one of them.

E-51 You remember the little song? And so, I was going along humming that little song. I thought, "Now, I just about got it." I thought, "They were gathered in the upper room, All praying in His Name, They were baptized with the Holy Ghost, And power for service came; What He did for them that day, He will do for you the same, I'm so glad that I can say I'm one of them."
 I had my letters in my hand, and I was just a stepping down the street. I started across the street, and when I did, Something said, "Stop." I started... "Stop." It was Him. I thought, "Well...
[Blank.spot.on.tape--Ed.] And I walked and I walked. I was going to ask somebody where the post office was. And I just kept walking, walked right on by the hotel. I just--I just kept walking. I didn't know where I was going, just kept on walking, walking, walking, walking.

E-52 After while, I come plumb back out into a colored district. Why, the sun was way up. The plane was going to leave about eight o'clock. So I knowed I was late, and I kept looking at my watch. He just kept saying, "Walk on." I just kept walking, and I kept on till I come way down in some little place near the river or something another. There was a lot of colored shacks along there, where colored people lived in shacks, rather.
 And I was going along there. And there was a beautiful... It was early in spring. The--the sun was just shining down. The sweet smell of roses around the door, you know, was blooming up. And I was walking along there and I was singing, and humming in my heart going, [Brother Branham hums "Only Believe"--Ed.] "Only believe, all things are possible." I said, "Lord, my plane's going to leave. Only believe. Only believe, only believe..." And just walk on. And I thought, "All things are possible, only believe." I thought, "Where does He want me to go?" [Brother Branham hums the song] I'd been walking for, oh, fifteen, twenty minutes. And I just kept on walking. "Only believe...?..."

E-53 And I looked, and a little old gate down there, a little old place where a little old shanty like setting there. I seen an old typical Aunt Jemima leaning over the gate with a man's shirt tied around her head, leaning over the gate, the tears was running down her cheeks. I was as far as the end of the building there from her. I just quit singing, you know, till... I wasn't singing, I was humming. [Brother Branham hums "Only Believe."--Ed.] I just started walking on.
 She said, "Good morning, parson."
 I said, "How do you do, auntie?" I thought, "Parson?" I turned around. I said, "How did you know I was a parson?"
 She said, "I knowed who you was."
 I said, "I don't understand." I said, "Do you know me?"
 She said, "No, sir." She says, "But the... I was going to tell you my story."
 I said, "All right." And I stopped.
 And she said, "Did you ever read in the Bible about the Shunammite woman who received a child after she was old, and Elijah, the prophet, told her..."
 I--I said, "Yes, ma'am."
 She said, "I's was that kind of woman."
 "Yes."

E-54 Said, "I promised the Lord if He'd give me a baby, and I would raise him to His glory." And said, "The Lord give me a baby." And said--said, "Parson," said, "I--I--I--I raised the baby." Said, "I've always been a Christian, and I've served the Lord all my..."
[Blank.spot.on.tape--Ed.] "God of heaven Who would bli... ground a plane for an ignorant wash woman down there, sovereign grace." Went walking on...
 I said, "What?"
 She said, "Parson, would you come into my house?" And look, there was an old piece of iron hanging on the gate that pulled it back. I walked into that little old whitewashed fence, into a door with no rug on the floor. A little sign upon the door said "God bless our home." I walked in there. I've walked into king's palaces, three of them. I've been in the richest homes there is in America, but I never was more welcome in any place than I was in that colored hut that morning. You never felt any more at home.

E-55 I walked in there and there was a great, big, burly-looking colored boy laying there about eighteen years old with the blankets in his hand going... [Brother Branham makes a moaning noise--Ed.] Said, "It's so dark. It's so dark." [Brother Branham moans again--Ed.] "So dark."
 I thought, "What's the matter?"
 "So dark."
 She said, "He's been saying that for several days." Said, "He's in a... unconscious." And says, "He's been talking about being out on a sea, and it's so dark he don't know where he's going." Said, "Parson, I don't want to see my baby dying like that." So she reached over and kissed him on his head, patted his cheek, said, "Mammy's baby."
 There you are, a mother's love. No matter what he had done, that's... still that mother's love reaches on out for her child. And if a mother's love would do that, what will the love of God do? See? She patted him.

E-56 And I said, "Auntie, could we have prayer?" And that old saint of God knelt down there, who'd made her living over a washboard. She prayed a prayer, brother, that would chill you through and through.
 She said, "Lord, don't let my baby die." She said, "I don't understand it, nothing about Your parson here." Said, "I's prayed; You told me... for him to come. Maybe he pray and then You'll save my baby." Said, "I don't want him to die like this, dear Lord. I thank You. I know You's here."
 And when she got through praying, I was standing there crying, listening at her. So I walked over and I put my hand on his feet, just as cold as it could be. Death was on the boy, if I ever seen death. And I stood back a little bit. I said, "Let's pray again, Auntie."

E-57 And I got down and I said, "Dear Lord, I don't know why You sent me down here, but You Who grounded that plane last night and sent me down... I went to the post office this morning and You sent me back down here. I stopped here. I don't know why. But, Lord, I ask You to be merciful now, if You sent me here to fulfill Your mission. I lay my hands upon his legs like this and ask You, dear God, if You'll spare his life, if You'll grant it."
 And I ask that, and when I did he was going [Brother Branham moans--Ed.] Said, "Mammy, mammy? Oh, mammy!"
 She said, "It's the first time he's called me." She raised up, begin to wipe her eye.
 Said, "Mammy, it's getting light in the room. It's getting light in the room." Five minutes from then the boy was setting on the side of a bed.

E-58 About two months or three months from then, a little later, I was coming through on a train making my way to Phoenix, Arizona. And I stopped, you know how the trains pull in. And I went up there in the little restaurant to get something to eat. I heard somebody hollering, "Parson Branham!" And I looked, and here he was; he was a red cap down there. He said, "You remember me?"
 I said, "No, sir."
 He said, "I was the boy that was dying down there that morning when the Lord sent you down, would answer my mammy's prayer." He said, "I... He never only healed me, but He saved me." He said, "I's full of the Holy Ghost now, parson." Hallelujah!

E-59 What is it? Same Holy Spirit, brother, sister. Thousands of those things... I wish I had time to go in and tell you what's happened around the country of the leading of the Holy Spirit: Jesus Christ the same yesterday, today, and forever. That same Angel of God's right here in this building tonight. Do you believe it?
 Let's bow our heads, talk to Him just a moment.

E-60 Father, would take hours, yes, and weeks to tell what You've done in that manner in the last five or six years. Time is passing on though. Soon I got to come down to the river. Help me then, Lord. I don't want no trouble at the river. I want to be ready that morning when all those crowds are waiting there, boat to come across.
[Blank.spot.on.tape--Ed.]... "Me and My Word in you, you can ask what you will and it'll be given unto you." These are Your promises, Lord.
 And just stand here tonight before this audience of people. I thank Thee, O God I thank Thee, that Thou hast seen fit to take the low things of this world, poor men, unworthy, guilty sinners and wash them in the Blood of that Holy One. Set them out here as a purchase of Your Blood. Give us the Morning Star, the Pillar of Fire to lead us, though we be outcast, though we be called fanatics. "And all that live godly in Christ Jesus shall suffer persecution." We're happy tonight that we can be considered that way for the Kingdom of God's sake.

E-61 God, take all fear out of these sick people's hearts tonight. Let them know that Thou art here. You're only doing these things to prove that You're with them. The scientific world knows it tonight; the Church knows it tonight. Lord, it'd be a sin for us to doubt Your Word. Help us, Lord.
 Forgive our sin of unbelief, which is the original and only sin. God help us tonight to be faithful and believe. Heal every sick person. Save the lost tonight, Lord. Maybe there'll be some here that doesn't know Thee, alien from God, cut off without Christ, without God. I pray that You'll save them just now. May every backslider come back to God through Christ.

E-62 While we have our heads bowed, if God will hear my prayer, give visions. He stopped me then, in my prayer, and said for me to ask something. While you're praying, all Christians, is there a man or woman in here that doesn't know Christ yet and hasn't been borned again, would raise your hand up and say, "Brother Branham, pray for me. I want God to give me the experience of being borned again"? God bless you. God bless you, you, you, you. Anywhere... over in the wing? God bless you. God bless you. Back in the second wing, God bless you, you, you. Back in the back of the building, God bless you, you. I see your hands there, yes.
 Someone else say, "Brother Branham, I need Christ. I--I knew it." The Holy Spirit told me to do this. God bless you. God bless you, brother. I see your hand. Back over to my right, this right row, any back there say, "Brother Branham, pray for me." God bless you, lady. I see you. God bless you, sir. God bless you, lady. God bless you. I see you. And you back there, young lady, I see you. God bless you, sister. God bless you, sir. You sister, God bless you. God bless you and you, you, you.
 That's... The same Angel of God that I showed His picture right here, that's the One's talking to you now. See what He does? I pray that God will grant it to you now.

E-63 Now, heavenly Father, their hearts are hungry. May they accept Thee just now as their personal Saviour. May something be done just now. At the end of this service may they go into the room here and receive the baptism of the Holy Ghost. Grant it, Lord. We thank Thee for their hands raised up, their sincerity, and pray that You'll bless every one of them in Jesus Christ's Name we ask it. Amen. How wonderful.
 This is the way I like to feel the Spirit of God, when it's coming time for the evening service, mellow. I'm just old fashioned. I like the old weeping, down, broke down so God can mold you anew. I like that.

E-64 Poor old woman setting here crying, wiping the tears from her eyes. God bless you, lady. A little shawl over her shoulder, like a typical little old mother... Something about the little thing, too. Look up this way just a minute, lady. She's praying there. Would you mention it to her?
 Oh, your trouble's that place on your nose, isn't it? The place on your nose... I tell you what happened. You have a lot of trouble that you're worried about. Isn't that right? You were once healed of that. Is that right? Yes, sir. And you got amongst a bunch of unbelievers. Is that right? Caused you to go back and that thing come again. Yes, sir. [The woman speaks to Brother Branham--Ed.] You just have faith in God and it'll leave.
 Look. You have something you're bothered with, too, I noticed. You lay things down and forget what you do with it, kind of got a loss of memory. Isn't that right? If that's right, raise up your hand so the people... That's right. I see you lay things down and can't find them again. Isn't that right? That's right. I'm not reading your mind, but you couldn't hide your life now. See? Now, you just have faith in God. I will watch while we're praying for the sick, maybe the Lord will give me a word for you.
 He's here. The Angel of the Lord is right here now.

E-65 Where's Billy. What--what prayer cards did you give out, Billy? T-1 to 50. Let's take the first fifteen of them, stand them up right quick if you will.
 T, prayer cards-T. Is that...? Look over on... You'll see my picture and your name on one side. On the other side it's got a number and a letter--it's got T. 1, who's got T-1? Prayer card T-1? T-2, 3, 4, 5, 6, on up to about first fifteen of them if you can, or get ten of them. See what you get, first ten and see how...
[A brother gives an announcement--Ed.]

E-66 I wish this audience could see this. The whole room's becoming milky, just like milk. Oh, friends, I'm--I'm telling you the truth. God vindicates it with His Spirit. And this is the same Angel of God, the same Pillar of Fire Who stood upon the Lord Jesus Christ in His Person and knew the thoughts of the people and done the things. Here it is, the same Jesus Christ. Have faith tonight.
 Wonder if we could just stand a minute, slowly with your heads bowed, and sing "Only Believe" just for a change of posture, if you will.
Only believe, only believe, (Everybody reverent)
All things are possible, only believe;
Only believe, only believe,
All things are possible, only believe.

E-67 Now, let's bow our heads just a moment. Now, hum it with me while the boys are lining up the prayer line. [Brother Branham begins humming the song--Ed.] I want you to look this way. Raise up your hand. Now, sing it like this with me. "Now, I'm not going to pray any more, Lord, but now I believe."
Now, I believe (not I won't after while, I do now.)
Now, I believe,
All things are possible, now I believe;
Now, I believe, now, I believe,
All things are possible, now, I believe.
 Shall we be seated now just a moment. Something just happened in the church just then; I told Brother Reed. Now, be... Have faith now. Believe with all your heart now while I'm praying for the sick. I be God's servant, God will speak now that I've told the truth. If I tell the truth, God will speak it's the truth. If I don't tell the truth about Him, God will not speak for it; for God will only speak for truth. Have faith in God.

E-68 This here...? Just want to talk to you a minute, sir. I perceive that you are a Christian man, and, but yet, we're strangers to one another. I don't know you, as I know of. I never seen you, I don't know you. No, we're strangers. The... I want you... Your conscious that something's going on. See? You're aware that Something is near. Well, I... Here's what it is, sir.
 I want you to believe with all your heart. Now, see, that just--just happened to be that I was telling the truth. That's why He was there. He's with the Church everywhere, everywhere. But... Do you believe me to be His servant? I believe that's the truth. If I be His servant, if there's anything I could do to help you, brother, I--I'd do it. I'd just go right quick and do it, but I can't. You see, I'm just a man.
 But being His servant is just like that light. Now, if the lights would go off here, or you would come over tomorrow night and snap the lights on and they wouldn't come on, you wouldn't say there was no such a thing as electricity. You'd say the wires was crossed up somewhere, the reason you couldn't get light. Well now, maybe the same thing here. See? It may be that something's wrong that I can't get in contact with God for you. But if the light shines, God has to turn it on. See? I can't do it. I can't do it. But He has never failed me, and I don't believe He will fail me now.

E-69 Now, if--if God would reveal to me something about your life, before I pray for you, to let you know that He's standing here present... Here's His picture. In His Presence and you're conscious that Something's near you, a feeling of, like all reverence. Isn't that right? Now, if that's right, hold up your hands so the people can know that's the truth. Now--now, that is the only thing that can help you. See?
 If you're... You're suffering with something in a kidney trouble, isn't it? Kidney trouble? And you've been to a doctor. And oh, it's a bladder, too. And he told you that something another and he kind of shook his head. He's in doubt about something. Isn't that right? And it might be cancer, I believe. Isn't that right? You also have heart trouble. Is that right?
 This... It went from before me then. Was that the truth? If it was the truth what I said, raise up your hand. And do you believe He's standing here? He knows everything about you? Your sins are under the Blood so there's nothing against you? Do you have faith to believe now? Come here.
 Lord God, Creator of heavens and earth, Author of Everlasting Life, on this dying child of Yours, Lord, I lay my hands and ask a rebuke that this devil that's trying to take his life and send him to a premature grave will leave him. And may he get well, Lord. I bless him for his healing. In the Name of the Lord Jesus Christ may it be so. Amen. God bless you, sir. Now, go rejoicing. Let us hear how you're getting along.

E-70 Now, just--just be reverent. Don't doubt. Have faith. All right. Now, do not think that I--I'm not aware of where I am, but it's just moving all through the building tonight. See? Oh, what a night. How people could be blessed right, if they would.

E-71 Come here just a minute. Do you believe? With all your heart? I don't know you...?... here. What's your name? Young. I'm glad to meet you, sister. But do you believe that you're standing in the Presence of His Being? Is that what you feel is not because your brother's standing here, is because He's standing here. Do you believe that?
 Now, I'm a stranger to you. I never saw you in my life. But if there's anything in your life, it'll have to come from God. Is that right? And if He reveals it to me, then if I be His prophet, He can tell me anything He desires to tell me. Is that right?
 You--you're really sicker than what you think you are. You have tumors that's in the female ovaries. You was examined for that and that's what he said. That true? It left me just then. I want... Something was taking place and I couldn't catch it just right. Somebody right there with a tumor too, you see. I mentioned that, it moved from one to the other one.

E-72 I want to talk to you again just a moment. You--you have a nervous condition also. That right? Stomach--stomach trouble, and your nervousness is causing your stomach. And you're a person that does a lot of worrying. Well, look. You get really nervous sometimes, don't you? Here sometime ago you were washing the dishes and almost dropped a dish. Remember that? And then you were praying by the side... When you heard that I was being here. You'd asked God if you could get in the line, you believed He'd get you healed. Is that right? You said that to Him by the side of the... Is that right? Now, do you believe that? No one in the world could hear that prayer but God alone. Is that true? Now, do you believe? My sister, I bless thee for thy healing. Believer in Christ, receive your healing. In the Name of Jesus Christ, the Son of God, may you go from here and get well. Amen.
 Now, if you believe ... Now, your whole trouble has been, come on you recently, because it's getting the time of life that's causing you to be nervous and upset. Now, you leave from here. If God could reveal to me what your past life has been... I don't remember just now what it was. It's a vision. You see? And if He could tell you what you've been in your past life, won't He know what will be in your future life? If He could let me know that, won't He let me know what will be? If you can go from here tonight in a happy rejoicing spirit and thank God and just be happy and throw the thing away, you're going to get all right. God bless you. Go in the Name of Jesus...?...

E-73 How do you do? Are we strangers? [The sister speaks to Brother Branham--Ed.] Yes. Well, you've seen me since I've been here this time. You're the piano player, you say? The piano player. I see. And you... But I mean to be... I'm not a personal acquaintance of yours, know nothing about you. Do you believe me to be God's servant? The reason I asked that, He asked... told me to do it, to ask the people. Well now, to heal you, sister, I--I couldn't do it, for I'm just a man. But for your life, God knows that. 'Course, I see you're wearing glasses. Anyone would know that, just like if I'd say that man setting there is crippled, anybody would know that by looking at him. But a person that looks as healthy as you do and then something wrong with them, then that's the different. That's the unseen part.
 But you have astigmatism in your eye and your... cause you to have headaches and things all the time. Isn't that right? You have severe headaches all the time. And you're worried about this child, too. You come very near losing that child, didn't you? And the baby... The trouble of it is, it's what's... I'm not reading your mind, but that baby can't walk and it's getting past the age and it can't walk. Is that right? You believe me to be God's prophet? You believe if I'd ask God then to bless you, the curse will go away and blessings will come? Come forward.
 Almighty God, I lay hands upon the woman, upon the baby. Bless her and give her healing, Lord. May the baby and she be blessed...?... God bless them in Jesus Christ's Name. Amen...?...

E-74 Is this the patient? Is this the patient? How do you do, sister? [Brother Branham clears his throat--Ed.] Excuse me. I--I just want to talk to you. Do you--do you believe these things that you see done comes from God? You do. They can't come from man. Nowhere else but God. The Lord bless thee and reward you for your faith.
 Now, if I be God's prophet and Jesus Christ the same yesterday, today, and forever, that same Pillar of Fire that led the children through the wilderness came upon the Son of God and led Him and He claimed He could do nothing but what the Father showed Him, then He's the same One today. Is that right? If I know you not, and He be here and you and I talking, it'll be just like the woman at the well and the Master talking to her. He couldn't heal her, but He found how... where her trouble was. Is that right?
 Well, I claim that He is the same yesterday, today, and forever, that He brought me into this world for a purpose, raised up to bless the people in a manner of the Divine gift which was ministered to me by an Angel. You believe that true? You believe that to be true.

E-75 There's something peculiar about your life. I--I can't strike it yet. It keeps moving; then gets dark and moves away from me. I just want to talk to... Yes, I see. Yes, ma'am. You have rectal trouble for one thing. Isn't that right? 'Cause it's very much so. Some sort of a kidney dis... ailment, something in the glands there. And then another thing, here's something that... I might as well say it. You have a habit that you're trying to lay down. Isn't that right? Smoking cigarettes. Is that right? That's right. God be merciful to you. Come here.
 Lord God, Creator of heavens and earth, Author of Everlasting Life, seeing that poor woman there, that vision, laying them things down and try to walk away from them, cry and go back and get them, I pray for mercy for this poor soul. Oh, thou unclean spirit that would bind this woman in the form of a tobacco habit, come out of her in the Name of Jesus Christ. Leave the woman. Now, my sister, you're free from it now. Don't smoke no more. Those other things will clear up. You're all right now. Go and the Lord bless you.

E-76 Praise the Lord from Whom all blessings come. How do you do, sir? I believe we are strangers, sir. We're strangers, yes, sir. Do you believe me to be God's prophet? I don't say that for... I--I'm only trying to--to help you, you see, brother. You understand? Have you read that little book you got in your pocket? Then you understand what's going on now, don't you? Wouldn't you like to eat again and have a good stomach and eat like you used to? Do you believe me to be God's prophet? Then go do what I tell you to do, eat anything you want to, you're...?...
 Come here. When I said that to that man, you quivered all over, didn't you? because you had the same thing. Just go on, eat your supper. Just...?... Have faith in God.

E-77 All right, come, lady. Have faith. The very God of heaven's in your presence. You're in His Presence, the very One that said to the woman, "Thy sins be forgiven thee."
 How do you do, lady? Are we strangers? When you was... five years ago when we was here, I--I saw you, went through a line or something. You was healed then. Between you and I comes a dark shadow. It shaking and jumping. There's only one thing that can mean that. That's a demon, and that's a demon of nervousness. Is that right? You think sometimes that you've lost your mind. Isn't that right? But he's a liar. You're not. You're just as sane as anybody else. But he's trying to get you down, lady. Don't you pay no attention to that.
 Do you believe me to be his servant? Looky. Let me tell you something. You've tried so long to even get one place, you thought if you... just like you put your foot you could start from there. Isn't that right? I'm not reading your mind, but you was praying about that. That's right. You said a many times in your thoughts in there, "If I could just get one place to start from." Is that... This is your starting place, right here...?... God's servant. Thou devil, in the Name of Jesus Christ, you're exposed. Come out of the woman. Leave her. Go rejoicing, sister. You're free now...?... May the Lord bless thee...?... that thing.

E-78 Come, lady. How do you do, lady? You were healed the same time she was. You had the same thing, nervousness. Isn't that right? You're healed. You can go on and God bless you. Have faith in God. Believe with all your heart.
 That Light keeps hanging in that corner there for some cause. Every time It leaves a patient, It goes to that corner. Just awhile ago It went over the audience, come back and stopped right there in that corner. And every time It leaves a patient here, seems to go right to that corner, but I can't see what it is. So be praying. I don't know. Now, be reverent. You have no right to disbelieve God anymore. You have no right.
 That woman setting in sorrow, isn't she? There's been something happen where that... You know her? Has there been something happen that's in the home or something, a death or something? Cheer up, lady. Be of a good courage. Jesus lives and reigns.

E-79 Have faith in God. Bring this baby...?... Who dares to say... All devils in hell is defeated. All spirits is subject now to me through Jesus Christ. The thing is under control now. What could happen?
 My little sister, do you love the Lord Jesus? Come here, honey. If Jesus of Nazareth was here, He'd put--put His hands upon you and bless you, and He'd know what was wrong with you, and you'd get well. Is that right? You believe Jesus will reveal to Brother Branham what's wrong with you? You look like a fine, sweet, healthy little girl, but you're not. You have asthma, don't you, honey? You have an awful time with it. You just cough and cough, and at nighttime mother has to get you up, sometime, to set up and cough. Isn't that right? I see mother working. But you're going to get well, aren't you?
 Come here. My hands are a poor substitute for His, honey, but this great Angel of God, Who's standing near now, will honor my prayer, do you believe that? 'Cause I ask for you as my own little girl. See? Now, you come here to Brother Branham. Dear heavenly Father, poor little thing. I pray that You'll take this curse away from her and may the little thing get well. I bless her in Jesus Christ's Name. Amen. God bless you...?...

E-80 Who has rights to doubt God? No one what... Come here again, honey, sweetheart. Come here just a minute. Looky, just here, right here. No, go ahead. That's all right.
 There he is. She suffers the same thing. That right, sir? Lady, I never seen you in my life. Do you have a prayer card? You don't have a prayer card. [The woman speaks to Brother Branham--Ed.] Healed with a goiter here seven years ago.
 God be merciful. When I felt that little girl go by, I felt that asthma jerk again. I thought, "Where's that coming from? That's on that child. It jumped back on her again." It come back through there and I thought... I brought the child back, but the child's free. I come back and felt it, and there he was. He might hide from a doctor, but he can't hide from God. He's exposed. It's a horrible demon, especially he's hibernate in countries like this, that's low and swampy. Have faith in God. I was just watching to see what would take place.

E-81 You want to get over them hemorrhoids, setting there praying? You do? Well, stand up and accept your healing now, in the Name of the Lord Jesus. That's what you had. All right. God bless you. You can be seated now.
 Something wrong with your eyes, isn't there, sir? Your wife setting there has got varicose veins, too, hasn't she? Is that right? I thought He was hanging in that corner for something. Now, that's what you feel now, this feeling's from the Lord. Put your hand over on one another. May God bless you both.

E-82 Satan's exposed. All right. Come, lady. You want to get over her heart trouble? If you just walk on off and accept your healing, say, "Lord Jesus, I thank You." God bless her in Jesus Christ's Name.
 You want to get over yours, lady? Just walk off and accept it. Say, "God thank You for my healing and follow Him again. God bless you, sister.
 That's...?... nervous condition than anything else. You get upset...?... You think sometimes...?... just because you're all... When you lay down it's worse than ever. It's not reading your mind, but I just thought when you went by there to tell you. See? So you go on now; you're going to get all right. Just go on thanking God for...?...

E-83 Let's say, "Praise be to God." [Congregation says, "Praise be to God."--Ed.]
 Come...?... You might think that I was reading the person's mind. I never looked at this woman in the face. Lay your hand over on my shoulder, lady, the patient here. Do you believe me to be God's prophet? Do you believe God can show me out here over this audience what's wrong with you? If I will tell you in the Name of the Lord what's wrong with you, you'll believe it of course, won't you? It's just diabetes. Is that right? If it is raise up your hand. Now, go off and be made well in the Name of the Lord Jesus. Have faith. Believe Him with all your heart. Have faith in God.
 Do you believe, lady, setting there? Come here. Mother, strain, heart trouble... Is that right? Went through an awful life, had a lot of sorrows. Now go, believe the Lord now and be well in Jesus Christ's Name.
 Have faith in God. Do you believe with all your heart?

E-84 Would you like to get that goiter healed, lady? You believe that it can be made well? 'Course I can see that on your throat from here. That's right. Look to me and believe me as God's prophet. You was setting there praying that I call you. That right? Then if you might now know... Is that your husband setting next to you there? You look at me then, sir. What do you think about it? Do you believe I be God's prophet? You suffer with piles, don't you? Is that true? Then lay your hands on one another and accept Jesus Christ as your Healer.
 Have faith in God. Don't doubt. Believe.
 You keep looking at me, mister. You keep looking at me. You have stomach trouble, don't you? Yes. You have stomach trouble. Something wrong in your head, isn't it? Yes, sir. But the only thing it is, you just haven't been able to appr... You've been prayed for many times. Is that right? You've tried radio, laying your hands on radio. You've tried everything in the world, laid out fleeces. Is that right? Well then, why don't you stand up and accept your healing in the Name of the Lord Jesus Christ. Amen.
 Why don't you do the same, lady? Why don't you rise up from there and say, "Lord, I get well. If I lay here, I will die." Why don't you rise, believe now, and accept your healing, and be made well.

E-85 Anybody in here believe that you can be healed right now? Lay your hands over on one another and let me pray. Put your hand on her. Lady, that asthmatic can go to...?... in the throat. You're receiving your call. Be reverent.
 Now, if God will make demons hear, God can stand here and with one prayer make every devil in this building leave. Do you believe it? If--if Peter the apostle, approved of God, and his shadow passed over the people because they knowed that God was with him, who stood on a housetop and saw the visions, and so forth, and the people believed it, don't you believe that the same God is here with us tonight? Every scientific proof...

E-86 I can feel my strength withering away. Somebody's got their hand on my back. It's somebody, and I know that's just about the sign that I should be going. But if you'll believe with all your heart, the devil is exposed. There isn't a person in here now, not a spirit but what would be subject to this prayer. If I can only get you to believe it, and whatmore. We might bring you one by one, one by one, to this platform, one by one, one by one, and it'd be the same thing. You couldn't hide your life if you had to.
 But look, brother, it'll take your faith to heal you. Look up yonder to Calvary now and say, "Lord God, Creator of heavens and earth, I believe You right now." Have faith now while I pray for you.

E-87 Almighty God, Author of Life, Giver of every good gift, send Thy blessings upon Thy people. Thou demon, Satan, come out of the people. I adjure thee to leave this people in the Name of the Lord Jesus Christ. Come out of the people.

Up

S'abonner aux nouvelles