UN TEMOIGNAGE PLUS GRAND QUE CELUI DE JEAN

Date: 55-0609 | La durée est de: 55 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1.         Merci beaucoup. Bonsoir, mes amis. Je suis très heureux d'être ici ce soir et de savourer ce merveilleux message (toute la partie que j'ai suivie), de frère Thoms. Et je sais que c'est un serviteur du Seigneur Dieu, car il l'a prouvé depuis que je le connais. Et nous sommes donc très heureux de ce message, et j'espère que cela est allé droit au fond de chaque cœur.

            Et maintenant, frère Thoms est aussi un - un missionnaire auprès des natifs en Afrique. Et je pense qu'on prend des dispositions  pour lui donner une offrande de (du moins, c'est ce que j'ai demandé) pour sa mission là-bas auprès des natifs. Après avoir été là-bas moi-même, eh bien… Evidemment, sachant bien ce que cela signifie d'être missionnaire, je pense que le genre de - de mission qu'exerce frère Thoms, c'est vraiment le genre correct.

2.         Vous voyez, tout d'abord, le natif se méfie un peu de l'homme blanc au départ, quand ce dernier arrive. Mais frère Thoms a une idée que le Seigneur a donnée il y a des années. Une fois, je lisais un petit livre venant d'un champ missionnaire, sur lequel se trouvait l'image d'un vieil homme de couleur, ayant une petite couronne de cheveux blancs. Il disait : "Homme blanc, homme blanc, où était ton père? " Il disait : " Je suis vieux et je n'ai plus l'esprit vif; je suis en train d'apprendre Jésus. Si je L'avais connu, je L'aurais apporté à mon peuple." Cela m'a frappé. "Si je L'avais connu quand j'étais jeune, je L'aurais apporté à mon peuple." Eh bien, c'était juste. Vous voyez, premièrement, l'homme blanc ne peut même pas aller là où peuvent aller les natifs. Il ne peut pas mener le même genre de vie. Et je me suis dit : "Amenez les natifs au salut et laissez le natif faire lui-même l'œuvre missionnaire." C'est ce que fait frère Thoms.

3.         Et, à Johannesburg, le jour où nous avions eu trente mille convertis, cet après-midi-là, après avoir vu… J'aurais souhaité avoir le temps de vous raconter l'histoire. Quand cet homme fut guéri, qui marchait comme un chien et qu'on traînait par une chaîne… Et quand le Seigneur Jésus a commencé à révéler des choses dans l'auditoire, tout le monde… Le docteur F.F. Bosworth (beaucoup d'entre vous le connaissent) a estimé à vingt-cinq mille les cas de guérison qui se sont opérés en une fois. Vingt-cinq mille personnes furent guéries par une seule prière, quand elles ont vu cela. Et trente mille personnes furent sauvées à la fois. Et il… J'ai dit : "Eh bien, n'attendez pas qu'un missionnaire vienne de l'Amérique." J'ai tout le respect pour eux, mais le problème, mon ami, c'est qu'il n'y a plus de David Livingstone. Il faut que quelqu'un aille là-bas.

            Et ce qu'ils… pour ce qui est de la théologie, eh bien, ils croient à leurs idoles et tout, c'est tout - tout simplement un changement de conception. Mais quand ils voient Dieu agir dans Sa puissance, c'est ce qui change le natif. Et j'ai dit : "N'attendez pas que vous soyez instruits. Allez là-bas et dites à vos amis autochtones que Jésus est mort pour eux."

4.         Et j'ai un article du journal de Durban, qui rapporte qu'un homme qui ne savait même pas distinguer sa droite de sa gauche, baptisait jusqu'à mille personnes par semaine, des natifs, là dans la jungle, dans le - le champ missionnaire. C'est ça. Il - il ne savait même pas distinguer sa droite de sa gauche, mais il était sûr qu'il avait été guéri et que Jésus l'aimait, et il le disait à ses amis autochtones, en les amenant droit dans l'eau pour les baptiser, au fur et à mesure qu'ils venaient. C'est donc merveilleux.

            Quand donc vous soutenez ou assistez par cette offrande frère Thoms, pour ses missions chez les natifs là-bas, écoutez, je pense de tout mon cœur que c'est une chose louable, une très bonne chose. Que Dieu vous bénisse pour votre assistance en contribuant à cela. Frère Thoms ne m'a pas du tout demandé de dire ça. Je - je l'ai simplement dit, car ce - cela mérite tout ce que nous pouvons offrir pour soutenir cela.

            Et maintenant, je ne sais pas si… Frère Beeler, avez-vous déjà été présenté ici? Voici frère Beeler assis ici. Il fait des enregistrements, je pense. Et Estel Beeler est un vétéran de la - de cette dernière guerre, il a été blessé outre-mer, il a perdu une main. Et il est rentré au pays et a donné son cœur au Seigneur Jésus; c'est un homme très consacré, un évangéliste. Il est mon voisin, mon ami, mon copain; sa famille, son épouse, une très précieuse dame…

            Quand frère Beeler venait de naître de nouveau et de recevoir le Saint-Esprit… Si je me trompe là-dessus, Frère Beeler, eh bien, ce n'est pas intentionnellement. Je pense être dans le bon. Votre épouse n'était-elle pas membre d'une certaine église qui ne croyait pas à cela? Frère Beeler l'a donc simplement laissée tranquille, il a continué tout simplement, et il ne cessait de prier pour elle. Et une nuit, pendant la nuit (elle ne pouvait tenir jusqu'au matin), elle a dû le réveiller et là, elle s'est mise en ordre avec Dieu.

5.         Vous savez quoi? C'est une bonne chose. Soyez simplement salé; Dieu produira la soif. Si vous…?… Soyez tout simplement salé. Frère Beeler, voudriez-vous vous lever juste un instant? Frère Beeler est un ami intime, c'est un évangéliste, un très précieux frère, frère Estel Beeler. Et je pense que son épouse et les enfants sont ici quelque part, sur le terrain, un très brave ami. Et d'habitude, je dois prêcher quand je reviens; je n'ai pas la moindre possibilité. Que Dieu vous bénisse, Frère Beeler.

            Maintenant, passons à quelqu'un d'autre. Voici un ami à moi, frère Leo Mercier. Il est là au nord dans le Michigan. Et je pense qu'il - il vient du Wisconsin, là-haut, évidemment, on peut vous pardonner cela, vous savez, d'être du Michigan. Et c'est un très brave garçon, lui et Gene Goad, un autre ami, un ami intime ; je les appelle mes étudiants. Ce sont de jeunes missionnaires. Ils étudient pour devenir missionnaires. Ils viennent aux réunions et ils enregistrent des bandes et ainsi de suite. Jeunes gens, tenez-vous debout juste une minute; deux braves frères chrétiens. Celui-ci, c'est monsieur Mercier, et celui-ci, c'est monsieur Goad. Et ces amis que voici viennent et font - font des enregistrements des réunions. Et ils vendent leurs bandes à un prix suffisamment bas pour que les gens ne… Si quelqu'un désire un enregistrement, pour découvrir ce qui est arrivé, qu'ils voient ces hommes. Ils en ont ici. Et si vous avez un enregistreur…

6.         Frère Wood - je ne le vois nulle part. Oui, il est assis par ici. Eh bien, frère Wood est un ami très intime. Comment j'ai connu frère Wood ? Il était à la réunion de Houston quand cette photo a été prise, quand l'Ange du Seigneur est venu. Et il est un entrepreneur. Et il était un peu à court d'argent, alors un homme avait une grange à arranger; il a donc couru lui arranger la grange, il a eu assez d'argent pour se rendre à Houston. Et son problème, il avait un fils estropié, la jambe de ce dernier était recroquevillé sous lui. Et il est… Je ne le connaissais pas. Et il était simplement assis dans une foule bien - bien plus grande que celle-ci. Nous avons donc continué vers l'est, et frère Wood nous a suivis tout simplement. Et un soir pendant que sa fidèle épouse laquelle est avec nous ce soir (le vendeur de livres) et le garçon étaient assis là dans l'auditoire, en train de prier… le Saint-Esprit s'est retourné et a dit à la femme tout ce qui la concernait, il lui a dit qu'elle avait un fils assis là qui était estropié. Et il a dit : "AINSI DIT LE SEIGNEUR, il est guéri."

7.         Le garçon est quelque part sur le terrain ce soir, il est tout aussi agile, il n'est pas plus estropié que celui qui marche le mieux sur le terrain, il n'y a nulle part une trace de cela. Dieu l'a guéri et l'a rétabli. Frère Wood juste pour laisser tomber son affaire d'entreprenariat, il m'accompagne pour bricoler, vendre des livres et m'aider. Et, en plus de cela, il a emménagé dans l'Indiana et a acheté une maison juste à côté de moi, et nous sommes de vrais copains. Frère Wood, voudriez-vous vous lever juste une minute? Frère Wood… Je ne sais pas où se trouve sa femme. Elle est peut-être quelque part dehors au stand de livres.

            Et le garçon est quelque part ici. David, où es-tu? Voudrais-tu te lever juste une minute, fiston? Un garçon qui était estropié et sa jambe était recroquevillée sous lui… Je me demande s'il est quelque part sur le terrain, maintenant? Il est peut-être en train de courir ça et là. Lui et Billy sont de vrais copains. Je ne le vois pas pour le moment. Mais nous le ferons venir, et peut-être  monter sur l'estrade. Il est timide, c'est juste un jeune garçon de campagne, comme moi-même, et il - il est un peu hésitant. De toute façon, il est donc ici quelque part. Sa jambe était recroquevillée sous lui, mais le Seigneur l'a guéri instantanément. Nous en sommes donc reconnaissants. N'est-il pas bon envers nous? Il est digne de toute louange et tout.

            Maintenant, frère Arganbrigth, je ne l'ai pas vu du tout. Je ne sais pas s'il est déjà venu ou pas. Et frère Jack Moore, je ne sais pas… s'ils sont dans la foule, j'espère qu'ils vont se lever, car je - je les cherche depuis un certain temps. Ils sont tous censés être ici, depuis deux ou trois jours, et nous espérons donc les voir à tout moment.

8.         Maintenant, pour demain soir, comment appréciez-vous l'idée d'avoir une soirée juste pour se détendre, et laisser nos frères ministres nous aider à prier pour les malades? Tout le monde apprécierait-il cela? Et juste vous laisser voir que le Seigneur Dieu répond aussi à la prière des frères qui sont dans le ministère. Et nous… Il n'y a pas que les évangélistes qui viennent prier pour les malades ; Dieu exhausse la prière de toute personne qui prie avec sincérité. J'aime toujours avoir une soirée où les prédicateurs sont présentés. Après tout, quand l'évangéliste quitte la ville, s'il avait gardé l'assemblée autour de lui-même, eh bien, qu'est-ce que le pauvre pasteur aura donc après le départ de ce dernier? Si cela… Les gens se disent : "Eh bien, le pasteur n'est que…" Rappelez-vous, il est tout autant un homme de Dieu que tout évangéliste ou qui que ce soit d'autre qui est dans le champ missionnaire. Il est réellement un vrai homme de Dieu. Et nous aimons les voir être présentés ici, pour vous faire voir que Dieu exhausse leur prière.

            Je réfléchissais simplement, en rentrant chez moi hier soir, ou plutôt je… Hier soir, ils m'ont laissé continuer un peu longtemps, et frère Wood et Billy s'excusaient tard la nuit, presque à minuit, pour cela, que je sois resté un peu longtemps. C'est quelque chose que je ne saurai pas expliquer, mes amis; j'aurais souhaité pouvoir le faire. Ça ne sert d'ailleurs à rien d'essayer de le faire. Mais c'est juste comme si on est tout en haut, à des millions de kilomètres dans l'espace, puis vous retombez tout d'un coût sur la terre, c'est - c'est affreux comme sentiment. Mais qu'est-ce que cela signifie? Il y a un domaine plus élevé où nous pouvons monter. Un jour nous irons plus haut.

9.         Et les gens parlaient de telle ou telle chose concernant… Eh bien, les réunions, la seule manière pour moi d'en savoir quelque chose, il faut que quelqu'un m'en parle, ou que je prenne l'une de ces bandes. Je prends aussi ces bandes. Et elles servent de référence pour chaque réunion. Alors je réécoute la bande, et j'écoute comment le service se déroulait. Mais pour moi, c'est un rêve. Et puis, il y a quelque chose au sujet d'un homme de couleur, ou une certaine chose, qui était couché sur une civière ou un brancard ou quelque chose comme ça, et qui a marché.

            Cela m'a simplement rappelé… il y a quelque temps, à Dallas, j'étais allé à Dallas pour des réunions… Maintenant, juste un petit mot avant que nous ne formions la ligne. J'ai été à Dallas pour une série de réunions. Et, eh bien, sur le chemin du retour, l'avion a été pris dans une tempête, et on a dû atterrir à Memphis, dans le Tennessee. Et on m'a amené dans ce célèbre et grand hôtel, là-bas, pour moi c'était une bonne chose que la compagnie aérienne ait fait cela, parce que je ne pouvais pas rester dans cet hôtel-là. C'était (j'oublie) l'hôtel Peabody. Et ils m'ont donc dit qu'ils m'appelleraient le lendemain matin ; on m'a donné une chambre pour passer la nuit. Et ils allaient m'appeler le lendemain matin pour continuer le voyage, le temps de contrôler l'avion. J'ai donc dit : "C'est bien." Et je suis monté et je me suis couché, après avoir prié un moment et écrit quelques lettres.

10.       Et le lendemain matin, je me suis levé tôt, bien avant le lever du soleil. Et on - on m'a dit que l'avion allait quitter à… la limousine passerait nous prendre à huit heures. Il était environ six heures et demie. Je me suis dit : "Oh! la la, j'ai beaucoup de temps, je vais descendre discrètement poster ce courrier que j'ai ici et l'expédier. Et ensuite, je descendrais prendre la limousine, et partir prendre l'avion pour rentrer chez moi."

            Et ce matin-là, je suis sorti. J'ai prié pendant un bon moment, je me suis levé tôt après la réunion, j'étais un peu nerveux et tremblant, tout tendu, vous savez, à cause des visions, et ainsi de suite… juste pour vous montrer la grâce souveraine de Dieu. Alors, pendant que je descendais la rue, je descendais la rue en chantant un de ces vieux cantiques que vous les pentecôtistes chantez. Oh ! c'est comment encore le titre de…? "Je suis heureux de dire que je suis l'un d'entr'eux." Je crois que c'est ça. Oui. "Tous ceux qui étaient dans la chambre haute furent remplis du Saint-Esprit et - et ce qu'Il a fait pour eux ce jour-là, Il le fera pour toi." Connaissez-vous ce cantique? C'est un… Eh bien, c'est le cantique que j'essayais de me rappeler. Je descendais la rue et chantais tout seul, vous savez. "Ils étaient rassemblés dans la chambre haute et ils étaient tous d'un même accord et ils priaient. Et Jésus est venu avec la puissance", quelque chose comme ça. Et j'essayais d'arranger tout cela.

            Et je me suis mis à traverser la rue, et comme j'allais traverser la rue, le Saint-Esprit a dit : "Arrête-toi une minute."

11.       Je me suis dit : "Eh bien, qu'est-ce?" J'ai donc continué, je me suis mis de nouveau à traverser la rue, et quelque chose m'a empêché de m'arrêter, ou plutôt de traverser. Je me suis tourné d'un côté, là, à un vieux petit endroit où il y a un tas de - de… oh! comme un poteau, comme ceci, et j'ai prié. J'ai pensé : "Seigneur, que veux-Tu que je fasse?"

            Il a dit : "Tourne-toi et fais demi-tour et continue à marcher." Eh bien, c'était tout aussi clair, pas juste dans la pensée, j'ai entendu cela. Et voilà, Il était là, cette Lumière était là, tourbillonnant.

J'ai donc fait demi-tour et je suis reparti. J'ai dépassé l'hôtel, j'ai marché, marché et marché sans arrêt. J'ai jeté un coup d'œil à ma montre, il était à peu près huit heures moins dix. J'ai simplement continué à marcher. Il a dit : "Marche", c'est donc tout ce que je pouvais faire, continuer à marcher.

12.       Je suis descendu tout en bas à la rivière, là où vivent plutôt beaucoup de gens pauvres, là en bas. Et j'ai continué à marcher, à aller un peu de plus en plus loin. Je me suis dit : "Oh! la la!" Je suis arrivé dans le quartier des gens de couleur, j'ai continué à descendre comme cela, tout en bas dans les parties les plus basses, quelque part, continuant à marcher.

            Au bout d'un moment, je fredonnais un peu un petit cantique, pour mon… "Crois seulement, tout est possible, crois seulement." J'ai vu là une vieille petite maison d'une personne de couleur, là, un peu blanchie à la chaux, qui avait là un portail. Et là se trouvait une vieille grosse femme typique, ayant une - ayant une - une chemise d'homme nouée autour de la tête, et elle était appuyée contre le portail comme ceci, oh ! peut-être à une distance comme d'ici jusqu'à ce poteau- là. Je fredonnais plutôt, et lorsque je l'ai vue me regarder, j'ai simplement arrêté de fredonner et je me suis mis à passer. Elle avait de très grosses joues, vous savez, et elle a essuyé les larmes de ses yeux. Elle a dit : "Bonjour, parson [parson, terme du Sud des USA désignant pasteur - N.D.E.]."

            Eh bien, je l'ai regardée, et j'ai dit : "Oui, madame?"

            Elle a dit : "J'ai dit : 'Bonjour, pasteur.'" Eh bien, là dans le Tennessee, un prédicateur est appelé parson. Je ne sais pas si c'est le cas avec vous, les gens de couleur d'ici. Mais elle a dit : "Bonjour, pasteur."

13.       Et je me suis arrêté. J'ai dit : "Comment avez-vous su que j'étais un pasteur?" Vous voyez? Je me suis dit : "N'est-ce pas étrange?" Quelque chose se mit à se mouvoir. Peut-être que c'est pour ça que le Seigneur voulait que je descende. J'ai donc dit : "Comment - comment avez-vous su que j'étais un pasteur?"

            Elle a dit : "Eh bien, pasteur, a-t-elle dit, quand je vous ai vu venir, a-t-elle dit, j'ai su que vous étiez un pasteur." Et elle a dit : "Avez-vous déjà lu dans la Bible cette histoire, pasteur, de la Sunamite qui ne pouvait avoir d'enfants, et Elie le prophète est allé et il l'a bénie, et elle a eu un enfant?" J'ai dit : "Oui, madame."

14.       Elle a dit : "Eh bien, j'étais ce genre de femme là." Et elle a dit : "J'avais prié le Seigneur, a-t-elle dit, et j'avais dit au Seigneur que s'Il me donnait un enfant, je l'élèverai de telle manière qu'il L'aime et L'honore." Elle a dit : "Je suis une lavandière, a-t-elle dit, je - je fais la lessive pour vivre." Elle a alors dit : "Vous savez, quand mon bébé est devenu un homme, a-t-elle dit, c'est un grand garçon, a-t-elle dit, il a eu de mauvaises fréquentations, pasteur." Et elle a dit : "Il a attrapé une horrible maladie, a-t-elle dit, je ne le savais pas." Et elle a dit : "Il a atteint un stade si avancé que le médecin dit qu'il ne peut plus vivre." Et elle a dit : "Il est là dans la maison, et il est mourant depuis hier." Et elle a dit : "Il ne sait pas où il se trouve, et il ne fait que gémir." Elle a dit : "Je ne puis supporter de voir mon bébé mourir." Bébé? Un bébé d'environ 180 livres [80 kg - N.D.T.]… Et elle a dit : "Je ne peux pas voir mon bébé mourir."

            Et, souvenez-vous, pour elle, pour une mère, c'était un bébé. C'est juste. Peu importe ce qu'il est ou ce qu'il fait, c'est toujours votre bébé, si vous êtes une vraie mère.

15.       Et alors, elle a dit : "Je ne pouvais tout simplement pas supporter de voir mon bébé mourir dans cet état-là, sachant que j'avais promis au Seigneur de l'élever pour qu'il Le serve." Et elle a dit : "J'ai prié toute la nuit, cette nuit." Et elle a dit : "J'ai dit : 'Ô Seigneur, que puis-je faire maintenant?'" Et alors elle a dit : "Ensuite, je me suis endormie, et j'ai eu un songe." Et elle a dit : "J'ai vu un homme venir, il était vêtu d'un complet brun clair, il portait un chapeau brun clair." Et elle a dit : "Le Seigneur a dit : 'Voici Mon pasteur.'" Et elle a dit : "Il était presque trois heures du matin quand je me suis réveillée." Alors elle a dit : "Depuis lors je me tiens ici, vous attendant."

            Je pense que j'ai peut-être fait une transposition de ceci. [Frère Branham fait allusion aux bruits aigus qu'a fait entendre le système de sonorisation. - N.D.E]

            Et elle a dit : "C'est depuis trois heures que je me tiens ici, vous attendant."

            Eh bien, quand je suis arrivé là, cette pauvre créature était encore mouillée au dos, pour être restée là dehors.

16.       Et elle a dit : "J'attends de vous voir ici depuis trois heures." Elle a dit : "Quand je vous ai vu descendre la rue, voyant que vous étiez le même homme que j'ai vu en songe, j'ai compris que vous étiez le pasteur en question." Et elle a dit : "Ne voulez-vous pas entrer?"

            Et quand elle a ouvert le portail, la petite chaîne qui y était suspendue, je suis entré ce matin-là dans cette petite maison des gens de couleur, il n'y avait pas de tapis sur le sol, juste un vieux petit lit en fer pour appentis. Mais, je vous assure, si jamais je suis entré dans la Présence de Dieu, c'était là. Il n'y avait pas des photos de femmes nues sur le mur. Il y avait, suspendu au-dessus de la porte, un petit tableau qui disait : "Que Dieu bénisse notre maison", c'était propre.

            Et j'ai regardé tout autour, il y avait, couché sur le petit lit en fer, un homme très grand, costaud. Et il tenait le - le - l'édredon à la main, comme ceci, ou plutôt la couverture, il faisait : "Hum, hum, hum."

            J'ai dit : "Qu'est-ce que le…" J'ai dit : "Bonjour, jeune homme."

17.       Elle a dit : "Pasteur, il est inconscient." Elle a dit : "Ça fait deux jours qu'il est inconscient." Elle a dit : "Il ne parle que d'une chose, il dit qu'il est dans une grande mer profonde, et qu'il fait tout noir et qu'il est perdu." Et elle s'est mise à pleurer. Et elle a dit : "Si seulement je pouvais l'entendre dire qu'il est sauvé, a-t-elle dit, je serais disposée à le laisser partir."

            Et ainsi, j'ai dit : "Eh bien, les médecins ont-ils fait…"

            Elle a dit : "Ils ne peuvent rien faire pour lui, pasteur. Il est à un stade trop avancé." Il s'agissait de la syphilis. Et elle a dit : "C'est à un stade trop avancé. Cela a déjà rongé son cœur, cela y a fait des trous." Et elle a dit : "Rien ne peut être fait pour lui."

            J'ai dit : "Tante, connaissez-vous mon nom?"

            Et elle a dit : "Non, monsieur. Je ne vous ai jamais vu auparavant, jusqu'au moment où j'ai eu ce songe à votre sujet."

            Et j'ai dit : "Je m'appelle Branham." J'ai dit : "Je prie pour les malades. Avez-vous déjà entendu parler de moi?"

            Elle a dit : "Non, monsieur, jamais."

            Et j'ai dit : "Voulez-vous prier avec moi?"

            Elle a dit : "Oui, monsieur."

18.       Et lorsque nous nous sommes agenouillés là ce matin-là, dans cette vieille et humble petite maison… J'ai été dans les palais de quatre rois pour prier pour eux. Le roi George d'Angleterre, le roi Gustave et d'autres. J'ai été dans certaines des plus belles maisons du pays, mais jamais je n'ai été mieux accueilli que dans cette petite cabane ce matin là, quand elle m'a accueilli.

            Je me suis agenouillé sur le plancher; je l'ai regardée. J'ai dit : "Tante, voudriez-vous bien conduire la prière?"

            Elle a dit : "D'accord, pasteur."

            Cela vous ferait dresser les cheveux de la nuque d'entendre la prière de cette vieille sainte, avec ses énormes joues noires, sur lesquelles coulaient des  larmes, comment elle suppliait Dieu. "Ô Dieu, ne laisse pas mourir mon bébé. Laisse-moi l'entendre dire une fois qu'il est sauvé. Seigneur, je - je… Sa maman sera satisfaite."

            Je me suis dit : "Ô Dieu, bénis son pauvre cœur."

            Elle s'est relevée et s'est mise à essuyer ses yeux. J'ai touché les pieds du garçon, ils étaient froids et moites. Et il ne cessait de faire : "Hum, hum!" Il disait : "Oh ! il fait si noir. Hum, hum!"

19.       Et je me suis donc agenouillé, j'ai posé mes mains sur les pieds du garçon. Et j'ai dit : "Maintenant je vais prier, tantine." Et j'ai dit : "Père céleste, maintenant il est neuf heures passées; l'avion est déjà parti." J'ai dit : "Et je ne sais pas, Tu m'as dit de venir ici, et tout ce que je pouvais faire, c'était marcher. Si c'est ici l'endroit où Tu m'as envoyé, je Te prie d'écouter cette prière et de l'exhausser à cause de cette pauvre femme."

            Et vous savez quoi? Le garçon a commencé à faire : "Oh!" Il a dit : "Maman, oh ! maman." Il a dit : "Il commence à faire clair dans la pièce." Et environ cinq minutes après, il était assis sur le lit et nous parlait.

            Et je me suis empressé de sortir, j'ai appelé un taxi, et je suis retourné à l'hôtel. Et vous savez quoi? J'ai couru à l'aéroport, en toute hâte, après avoir pris mon… Et l'avion procédait au premier appel. Dieu, à cause de cette pauvre femme de couleur sans instruction, a fait atterrir cet avion, Il l'a laissé et  retenu là jusqu'à ce que sa prière soit exhaussée. Je vous assure, Dieu dans Sa grâce souveraine, Il est Dieu. Oh! la la! Des milliers de choses comme celles-là peuvent être évoquées ce soir. A cause de cette pauvre et ignorante femme de couleur, Il a arrêté et immobilisé un avion par une tempête et l'a retenu là.

20.       Environ six mois après, je retournais à Phœnix, dans l'Arizona, et j'étais dans un train. Je suis arrivé à Memphis. Vous tous qui venez de Memphis, vous savez comment arrive le train qui va vers l'ouest. Je suis descendu et j'ai commencé à marcher dans cette direction pour me procurer quelque chose à manger. C'était trop cher pour moi de manger dans un train; je suis donc allé là pour me procurer un hamburger, au stand. Et quand je suis descendu, j'ai entendu un…?… un porteur a accouru, et a dit : "Salut, pasteur Branham."

            Et j'ai dit : "Bonjour."

            Il a dit : "Vous ne me reconnaissez pas, n'est-ce pas?"

            J'ai dit : "Non, je ne pense pas."

Il a dit : "Vous souvenez-vous de ce matin-là où vous êtes venu, conduit par le Seigneur, et où vous avez prié pour un jeune homme qui était mourant?"

            J'ai dit : "Ce n'est pas toi!"

21.       Il a dit : "Si, a-t-il dit, vous savez, je ne suis plus malade." Et il a dit : "A présent, je suis un chrétien, pasteur Branham." Amen. Oh! la la! "A présent, je suis un chrétien."

            Grâce étonnante! Quel doux son,

            Qui sauva un malheureux comme moi,

            Autrefois perdu, maintenant je suis retrouvé,

            Hier aveugle, maintenant je vois.

            Cette grâce a enseigné à mon cœur la crainte,

            Et elle a dissipé mes craintes,

            Combien précieuse paraissait cette grâce,

            Quand je venais de croire.

            Amen! Prions.

22.       Père céleste, je pense à ce que ça sera un jour, après que nous aurons franchi les portails de la vie, là de l'autre côté, pour voir les enfants de Japhet, de Cham, de Sem, tous rassemblés autour du Trône. Alléluia! Alors de nous tenir dans Ta Présence, parcourir les rues du paradis, et rencontrer ces précieuses personnes que nous aurons eu le privilège de connaître ici sur terre, et comment nous en raconterons l'histoire. Oh! quel moment!

            La moisson est mûre, Seigneur, il se fait tard; le soleil se couche; le temps s'écoule. Nous devons maintenant prêcher l'Evangile, prier pour les malades, appeler les gens à l'autel du Seigneur, ouvrir grand l'autel et laisser les pécheurs y accourir pour être sauvés. En effet, maintenant nous n'avons   pas beaucoup de temps pour travailler. Il se fait tard.

            Maintenant, Père céleste, nous Te remercions ce soir pour la bénédiction qui nous a été apportée au travers du message de notre frère. Et nous Te prions de le faire pénétrer profondément dans chaque cœur.

23.       Et maintenant, alors que nous formons la ligne de prière, je Te demande, Père céleste, dans Ta miséricorde et dans Ta grâce, de faire ce soir quelque chose d'infiniment grand. Et accorde-nous un grand déversement de Tes bénédictions. Que tous ceux qui ne croient pas deviennent des croyants ce soir. Que les rétrogrades soient sauvés, que ceux qui n'ont pas le Saint-Esprit naissent de nouveau de l'Esprit de Dieu, et que chaque malade soit guéri. Car nous le demandons en Son Nom. Amen.

            Oh ! combien Il est merveilleux. Il n'est pas étonnant que ce soient des choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendues, qui ne sont point montées au cœur de l'homme, des choses que Dieu a en réserve pour ceux qui L'aiment. Et maintenant, je - je me dis tout simplement qu'encore trois soirées et je vais devoir quitter ce gentil groupe de gens, après cette soirée.

            Je viens de recevoir un appel, il y a quelques instants, de très loin à Sydney, en Australie, pour que je me rende là-bas dans l'immédiat. Je… [Frère Branham se racle la gorge. - N.D.E.] Mais, vous savez, je souhaite revenir un jour ou l'autre et rester un mois pour un réveil, continuer simplement, prêcher et aller de l'avant.

24.       Maintenant, il y a un lot de cartes de prière. Je crois… Où est Billy? Quel était le… où est… Oh! ici, R? Très bien, ce soir nous avons distribué la série de cartes de prière R. Regardez sur votre petite carte; c'est juste une petite histoire.

            Au fait, je n'ai pas prié pour ces mouchoirs hier soir, et je voudrais le faire ce soir. Ensuite, je vais vous expliquer, peut-être demain soir, quand nous  aurons plus de temps, juste ce qu'il faut faire de ces mouchoirs, comment les envoyer quelque part et comment les avoir.

            Eh bien, c'est une petite carte, quelque chose comme ceci. Et au dos, il y a un R. Et puis, ce sera de 1 à 100. Maintenant, nous ne pouvons pas les faire venir tous ici à l'estrade; j'aurais souhaité pouvoir le faire. Dieu le sait. Mais je ne le peux pas.

            Et quand quelqu'un monte ici, ça ne signifie pas qu'il va être guéri. C'est juste ce… Ce n'est donc pas un spectacle. Ce n'est pas une mise en scène. C'est une réunion religieuse, vous voyez, le Saint-Esprit… Mais c'est une confirmation de la Présence du Dieu omnipotent et omniscient, qui est présent, faisant la même chose qu'Il faisait.

            Y a-t-il ici des nouveaux venus, pour la première fois? Voyons. Oh! la la! regardez. C'est ce que… Vous voyez, chaque soir on devrait expliquer comment le Seigneur Jésus…

25.       Laissez-moi lire juste une Ecriture avant que nous ne formions donc ceci, juste un instant. En voici une, juste ici, j'ai ouvert directement à l'endroit. Saint Jean chapitre 5, commençons au verset 33 :

Vous avez envoyé vers Jean, et il a rendu témoignage à la vérité.

Pour moi, ce n'est pas d'un homme que je reçois le témoignage; mais je dis ceci, afin que vous soyez sauvés.

Jean était la lampe qui brûle et qui luit, et vous avez voulu marcher une heure à sa lumière.

Moi, j'ai un témoignage plus grand que celui de Jean, car les œuvres que le Père m'a donné de faire, d'accomplir, ces œuvres même que je fais, témoignent de moi que c'est le Père qui m'a envoyé.

Et le Père qui m'a envoyé a porté lui-même ma lumière.

26.       Maintenant, pensez-y. Qu'a fait Jésus quand Il était ici sur terre? Qu'a-t-Il fait quand Il était ici sur terre, s'Il avait… Il est mort pour nous sauver et, ensuite, Il est retourné sous la forme de l'Esprit. Il est le même hier, aujourd'hui, et éternellement. Il ne prétendait pas être un guérisseur; Il a seulement déclaré que ce que le Père lui montrait dans les visions Il était capable de le faire. Combien de lecteurs de la Bible savent que c'est la vérité? La - la Bible? C'est bien. Voyez-vous? Jésus a dit dans Saint Jean 5.24 :

En vérité en vérité, Je vous le dis…

            Après être passé outre une grande multitude des gens estropiés, boiteux, aveugles et paralytiques, Il a guéri un seul homme qui était couché sur un grabat, et qui, peut-être, avait la prostatite ou quelque chose de ce genre. Je ne sais pas. C'était quelque chose de chronique; il en souffrait depuis 38 ans. Cela n'allait pas le tuer. Mais Il l'a guéri parce que Dieu lui avait montré d'aller vers cette personne-là. Les Ecritures déclarent clairement cela. Et Il a dit qu'Il savait où il se trouvait, et Il savait qu'il était dans cette condition-là tout ce temps-là; Il s'en est allé, laissant la multitude.

            On Lui a posé la question. C'est alors qu'Il a dit : "En vérité, en vérité, Je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de Lui-même, mais ce qu'Il voit faire au Père, le Fils le fait pareillement."

27.       Quand Philippe a trouvé Nathanaël, il l'a amené pour lui montrer qu'il avait trouvé le Messie, selon ce qu'il pensait. Et quand il est entré dans la foule, Jésus a regardé et Il a dit : "Voici là un Israélite dans lequel il n'y a point de fraude."

            Il a dit : "Quand m'as-Tu connu, Rabbi?"

            Il a dit : "Avant que Philippe t'appelât, quand tu étais sous l'arbre, Je t'ai vu."

            Il a dit : "Tu es le Fils de Dieu, le Roi d'Israël."

            C'est ce qui se passa avec la femme au puits; Il lui dit ses péchés et tout. Il est le même Seigneur Jésus ce soir. Je le crois. Et maintenant, par sa  prédication de l'Evangile, ce frère déclare qu'Il est le même. Maintenant, s'Il vient avec Ses augustes bénédictions et qu'Il vienne à nous et déclare la même chose, notamment qu'Il est ressuscité des morts, alors nous devrions tous Le recevoir. Ne le pensez-vous pas? Et nous devrions tous L'adorer.

28.       Peu importe, beaucoup d'entre vous seront peut-être appelés. Et, voyons, commençons quelque part… Qu'était-ce donc? C'était quelle lettre? La série R, R. Très bien. Excusez-moi. Ce soir, commençons à partir de 75. Voyez simplement si… Nous - nous avons commencé par 1, 15, 20, 50 et… Très bien, quelqu'un a-t-il le R-75? Levez la main. Votre petite carte R-75. C'est une dame qui l'a, juste là, je crois. Très bien. 76, qui a le R-76? Voudriez-vous lever la main, où que ce soit, au balcon, où que cela puisse être? R-76, levez la main, rapidement, s'il vous plaît. Merci. Venez. 70, 77. Très bien, madame. 78, R-78, voudriez-vous vite lever la main, s'il vous plaît? 78? Très bien. 79, 79, 80, qui a 80, 80? Très bien. 81. Très bien. 82, 83, 84. Laissons-les être en quelque sorte… Vous voyez, la raison pour laquelle on doit les appeler un à un, c'est parce que tout le monde s'entasse dans les allés. Et nous sommes plutôt obligés de les aligner.

            84, maintenant, voyons. Très bien. 85, qui a 85? Très bien, madame. 86, 86, ai-je vu cela? 86? Très bien. 87? 88? 89? Très bien, frère. 90, 91, 92, 93, 94. Très bien. 95, 95, oui, je vois cela. Je m'excuse. 95, voudriez-vous lever la main un peu plus haut, où que ce soit? 95, carte de prière… ce que… Très bien. 95, 96, 97. Très bien. 98, qui a la carte de prière 98, voudriez-vous lever la main? 98, voudriez-vous lever la main, quiconque a 98, s'il vous plaît. Je m'excuse. 98, 99, qui a la carte de prière 99? Voudriez-vous lever la main? La dame là-bas, 99. 100, qui a la carte de prière 100? Voudriez-vous lever la main? Carte de prière 100.

29.       Regardez autour de vous. Il se peut que ce soit quelqu'un qui ne peut se lever. Il se peut que ce soit un sourd, et - et s'il y a… Très bien. Celui qui a le 100, la carte de prière 100… Dites, j'ai presque tout un groupe ici, n'est-ce pas? Je ne pense pas que je serai en mesure de les prendre tous, mais je vais de tout mon cœur essayer de faire de mon mieux. Très bien.

            Maintenant, pendant que le Seigneur est en train de bénir et d'ajouter Ses bénédictions à Son peuple, puisse Son auguste Présence être avec nous. Maintenant, si certains frères, les huissiers, veulent bien aider là-bas… As-tu déjà récupéré toutes tes cartes, Billy? Non. Très bien.

            Regardez autour de vous sur les cartes de prière des autres; regardez tout autour; cherchez. Certains d'entre vous, frères, aidez en regardant sur certaines de ces cartes-ci, voyez afin de - voyez si… regardez par ici; regardez dans les - les allées pour voir.

            75, cela… En avez-vous une, monsieur? De 75 à 100, de 75 à 100. Oui, nous voulons les prendre, parce qu'il se pourrait que les gens soient sourds ou quelque chose comme ça et nous ne pourrons pas… Très bien. Si c'est le cas, si vous voyez une personne avec cela, dites-le simplement - simplement à l'un des huissiers, et qu'ils prennent quelqu'un, si c'est un sourd. C'est… Merci, Frère Thoms, c'est bien…?… Très bien. Maintenant, si nous pouvons prier juste un instant.

30.       Père céleste, à présent abaisse Ton regard sur nous, Seigneur, pour nous accorder Ta bénédiction. Nous Te demandons de nous pardonner nos péchés. A présent la grande scène est préparée, Seigneur. Et nous nous attendons à ce que Tu viennes. Seigneur Dieu, voici des chrétiens, voici des gens qui donneraient littéralement et gratuitement leurs vies ce soir pour Toi. Ils T'aiment. Ils ont enduré de grandes peines, des difficultés et des tribulations. Ils ont essayé pendant des années. Ils ont combattu pour la foi qui a été transmise aux saints une fois pour toutes. Ils croyaient qu'ils vivraient assez longtemps pour voir venir le jour. Bon nombre de leurs pères et mères se sont endormis, attendant ce

jour. Mais, ô Père, ils ont fait un travail de pionniers. Ils ont ôté les souches, ils ont enlevé les ronces. Maintenant, leurs enfants courent joyeusement sur la grand-route, jouissant de ces bénédictions.

31.       Maintenant, Père céleste, nous Te prions de venir ce soir. Ô Grand Jéhovah Dieu, envoie le Seigneur Jésus ce soir. Et puise-t-Il agir maintenant, dans Sa puissance de résurrection, et déclarer qu'Il est ressuscité des morts, afin que ces gens sachent que notre foi n'est pas vaine, que nos espoirs ne sont pas vains, qu'Il est littéralement ici, le Seigneur Jésus ressuscité des morts, accomplissant les mêmes choses qu'Il a promises de faire dans Son Eglise jusqu'à Son retour.

            Pardonne-nous nos nombreux péchés. Et viens-nous en aide ce soir, Seigneur, alors que nous tournons nos visages vers le Calvaire. Que l'Ange de Dieu vienne et oigne Ton serviteur ainsi que chaque serviteur ici présent. Et que mes lèvres soient circoncises, que mes yeux soient circoncis, afin que je dise et voie les choses que Tu veux que je sache. Et que chaque cœur et chaque oreille soit circoncis pour recevoir. Car nous le demandons au Nom de Jésus. Amen.

32.       Maintenant, avant de commencer, prions sur ces  mouchoirs. Père céleste, il y a ici des mouchoirs pour les malades, les nécessiteux ; peut-être une petite vieille mère et un petit vieux papa sont couchés là ce soir, dans une petite cabane, aveugles et incapables de voir le plancher; ils attendent que ces mouchoirs arrivent. Une mère faisant les cent pas avec un bébé dans ses bras, attendant que les mouchoirs retournent… Ô Dieu, Tu sais tout à ce sujet. Maintenant, on me les a apportés.

            Or, aux temps de la Bible les gens apportaient à saint Paul des mouchoirs et des linges, car ils savaient qu'il était Ton serviteur et qu'ils pouvaient prendre des mouchoirs et des linges qui avaient touché son corps. Cela était envoyé aux malades et aux affligés, et ces derniers étaient guéris.

33.       Maintenant, Père, nous savons que nous ne sommes pas saint Paul, mais nous reconnaissons que Tu es toujours Jésus. Et ce n'était pas du tout saint Paul; c'était Toi, Seigneur, et la foi des gens dans Ton serviteur. Et maintenant, Seigneur, nous bénissons ces mouchoirs. Et quand ils seront posés sur les corps des malades, que cela soit exactement comme lorsque Dieu avait fait cette promesse. Ce n'est pas la promesse d'un homme, c'est la promesse de Dieu.

            Et une fois, alors que la mer Rouge séparait Israël de la Terre promise, l'écrivain a dit : "Dieu a regardé en bas au travers de cette Colonne de Feu avec des yeux courroucés, et la mer Rouge, effrayée, s'est retirée, et Israël a continué vers la Terre promise. "

Ô Dieu, quand ces mouchoirs seront posés sur les malades, que les yeux de Dieu regardent un bas au travers du Sang de Jésus ce soir. Et que l'ennemi qui lie les malades qui sont représentés par ces mouchoirs soit effrayé, qu'il recule, et que le peuple avance vers la Terre promise en bonne santé et étant fort. Car c'est ce que promet l'Evangile et notre Jésus-Christ. Car nous le demandons en Son Nom. Amen.

34.       Très bien. Vous les avez toutes maintenant? Vous dites? Toutes, excepté le 100, le numéro 100. Si quelqu'un trouve la carte de prière R-100, qu'il veuille amener la personne dans la ligne. Regardez, il s'agit peut-être de quelqu'un qui ne peut pas se lever, ou de quelqu'un qui est aveugle et ne peut pas entrer, ou d'un sourd et il ne peut pas entendre. Regardez à côté sur la carte du voisin, pendant que nous sommes en train d'officier. Vous l'avez? C'est bien. Très bien. C'est - c'est très bien. Très bien. La carte de prière R-100. C'est très bien. Très bien. Est-ce qu'elles sont toutes au complet maintenant, jeunes gens? Toutes, tout est ok? Très bien. Amenez alors vos malades. Ô Dieu aie pitié.

            Maintenant, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, je prends tout esprit qui est ici sous mon contrôle pour la gloire de Dieu.

            Et vous là-bas qui n'avez pas de cartes de prière, et n'avez pas la possibilité de monter ici, faute de carte de prière, mais qui voulez que Jésus-Christ vous guérisse, voudriez-vous lever la main? Regardez, partout.

35.       Maintenant, je dis ceci, s'Il vient avec la puissance de Son onction… Vous voyez? Ce n'est pas… Maintenant, ce n'est pas moi qui fais cela. Je ne peux rien faire à ce sujet. C'est vous qui faites cela. C'est votre foi qui fait cela. Ceci n'est qu'un don. Quand Dieu veut me montrer une vision, Il descend tout simplement, Il me prend et me montre la chose entière, et comment ça va se passer; et alors, je viens le dire aux gens, et c'est exactement ce qui arrive. Cela n'a jamais failli. J'ai 46 ans, pas une seule fois cela n'a failli. Demandez à qui que ce soit s'il a déjà vu cela.

            Mais maintenant, vous, vous-même, vous êtes des chrétiens et vous tirez de ce don. Vous voyez? Ce n'est pas moi; c'est votre foi qui fait cela. Si vous n'avez pas la foi, rien ne pourra être fait. C'est votre foi qui fait opérer le don. C'est exactement comme Christ, quand Il était ici sur terre, Il était… Pour moi, ce petit don est juste comme une petite cuillerée qui a été prélevée de l'océan, là-bas. Et Christ était comme tout l'océan. Mais, souvenez-vous, les mêmes composants chimiques qui se trouvent dans cette cuillerée se trouvent en plénitude dans tout l'océan. Vous voyez? Seulement, cela n'est pas la même quantité. Vous voyez? C'est donc un… C'est - c'est comme cela un don de Dieu.

36.       Eh bien, c'est votre - votre foi qui fait opérer le don. Quand la femme toucha Son vêtement, Jésus n'a jamais dit : "Oh ! Je - Je…" Non, Il a dit : "Ta foi t'a guérie." Vous voyez? C'est votre foi qui fait cela. C'était sa foi qui avait fait cela, et c'est votre foi qui fait cela.

            Maintenant, cette femme-ci, elle est… Dieu pourrait ne rien lui dire. Maintenant, y a-t-il quelqu'un… Tout le monde ici dans cette ligne, m'est-il inconnu, vous qui vous tenez ici? Si c'est le cas, levez la main, tous ceux qui me sont inconnus. C'est toute la ligne. Et là-bas combien me sont inconnus? Levez la main. C'est partout. Eh bien, je ne connais pas une seule personne parmi vous. Les seules personnes que je connaisse dans cet auditoire ce soir, Dieu au ciel le sait, c'est uniquement ceux que j'ai présentés, en dehors de mon fils que voici. C'est tout - les seuls que je connaisse. Et maintenant, Dieu connaît chacun de vous. Eh bien, ma prière est que le Seigneur accorde Ses bénédictions, dans le domaine surnaturel.

Maintenant, sœur, si vous.. Je… Approchez un peu plus par ici, s'il vous plaît, juste pour que je puisse vous garder hors de la ligne formée par les autres. Vous êtes un - vous êtes un être humain, et pourtant vous êtes aussi un esprit. Si vous n'aviez pas un esprit, vous seriez mort. Vous voyez? Ainsi, chaque fois que vous voyez une - une automobile rouler sur la route, cette automobile est conduite par un esprit représenté par un corps. Vous voyez? Eh bien, je ne traite pas avec votre corps; je traite avec l'esprit. C'est comme lorsque - lorsque la vie quitte une tumeur, je ne traite pas avec cette grosseur, cette tumeur; je traite avec cette vie qui est dans la grosseur. C'est une vie différente de celle de la personne qui a cela. Ou un cancer, une cataracte, quelle que soit la maladie…

37.       Maintenant, nous nous tenons ici en tant que deux être humains, nous ne nous sommes jamais rencontrés dans notre vie auparavant, nous sommes  totalement et parfaitement des inconnus l'un pour l'autre. Et vous vous tenez ici en tant qu'une femme, moi en tant qu'un homme. Et c'est un très beau tableau ce soir pour commencer, c'est comme notre Seigneur Jésus et (je ne prends pas Sa place, mais je veux dire qu'Il est ici. Vous voyez? ) - et la femme au puits de Samarie. Ce n'est pas que vous remplacez cette femme, mais il s'agit juste d'un homme et d'une femme se tenant là, se parlant. Maintenant, Il lui a parlé pendant un bon moment, jusqu'à ce qu'Il engage une conversation, jusqu'à ce qu'Il découvre ce qui était son problème. Il a saisi son esprit, et alors Dieu lui a montré ce qui n'allait pas, et Il le lui a dit.

            Il a dit - Il a dit : "Va chercher ton mari."

            Elle a dit : "Je n'en ai pas."

            Il a dit : "Tu as bien dit, car tu en as eu cinq. Et celui que tu as maintenant n'est pas ton mari. En cela tu as dit vrai."

            Et elle a dit : " Je vois que Tu es un prophète." Elle a dit : "Je sais que lorsque le Messie viendra, Il fera ces choses. Mais Toi, comme prophète, qui es-Tu?"

            Il a dit : "Je suis le Messie."

            C'était donc là le signe du Messie en ce temps-là. C'est le signe du Messie aujourd'hui. Et s'Il venait ici maintenant, en vous et en moi, et s'Il venait dans notre corps et qu'Il faisait les mêmes choses qu'Il a faites avec cette femme au puits, croiriez-vous que c'est le signe du Messie? L'accepteriez-vous ainsi? L'auditoire accepterait - L'accepterait-il ainsi, comme le signe du Messie? Maintenant, puisse-t-Il donc accorder cela pour Sa gloire, à cause de Sa Parole, voyez-vous, pas parce que nous sommes digne, mais à cause de Sa Parole.

38.       Maintenant, cette dame qui se tient ici, je lui parle, je la regarde tout simplement, vous n'êtes pas tenue de me répondre, je préférerais qu'elle ne le fasse pas. Mais juste pour saisir son esprit, pour l'isoler, car ça vient de partout… Mais le - le Seigneur pourrait ne rien me dire au sujet de cette femme. Elle réalise qu'elle est dans Sa Présence. Elle sait que ce n'est pas moi. Cette sensation qu'elle éprouve en cet instant même, qui se meut au-dessus d'elle, alors que cette Nuée s'établit entre elle et moi, elle sait que ce n'est pas un homme. Elle sait que cela ne peut venir que de Dieu.

            Et maintenant, je désire que vous regardiez par ici, madame, et que vous croyiez tout simplement de tout votre cœur. C'est le seul moyen que j'ai pour vous aider à savoir davantage sur le Seigneur Jésus. Je ne sais pas pour quoi vous êtes ici, je ne connais rien à votre sujet, mais Dieu connaît. Et alors que la dame commence à faire attention, elle souffre d'une grave maladie nerveuse. Et cette maladie nerveuse est très très grave. Maintenant, je la vois essayant de s'accrocher à des choses. Elle fait tomber tout le temps des choses. Elle fait des crises de - par moment ça s'empire, et particulièrement au milieu de la journée, semble-t-il, quand elle essaie de faire la vaisselle ou quelque chose comme ça, elle fait tomber cela. Mais elle est… l'ennui c'est qu'elle est… Son problème c'est dans le dos. C'est l'état de sa colonne vertébrale qui lui cause des ennuis. Et cette femme souffre aussi de quelque chose qui… Oui, elle en est consciente. Elle a des tumeurs. Et ces tumeurs se localisent sur son sein. C'est la vérité, n'est-ce pas? Eh bien, ce n'est pas moi qui parlais alors. Maintenant ce - c'est moi, mais là, c'était Lui, quoi qu'Il ait dit. Croyez-vous en Lui de tout votre cœur? Alors approchez juste une minute et…?…

39.       Notre Père céleste, j'impose les mains à cette pauvre enfant, et je réprimande l'ennemi qui lui cause ce mal. Qu'il sorte d'elle et la quitte. Au Nom du Seigneur Jésus, sors d'elle. Amen. Très bien, sœur, regardez par ici. S'Il savait ce qu'il y avait autrefois dans votre vie… Vous en êtes témoin. Etait-ce la vérité? Chaque mot était la vérité? Très bien. Ceci aussi est vrai : Partez d'ici, en vous réjouissant et étant heureuse. Cela vous a quittée. Maintenant, allez en vous réjouissant; vous allez bien vous porter. Ne vous inquiétez plus.

            Ayez foi en Dieu. "Ne doutez pas, mais croyez de tout votre cœur, et vous obtiendrez ce que vous demandez."

            Maintenant, croyez-vous que le Messie, le Seigneur Jésus, est ressuscité des morts et que Sa Présence est ici? Croyez-vous? Très bien.

            Maintenant, cette dame que voici, je pense, peut-être, il se pourrait qu'elle soit une inconnue. Je pense que nous le sommes, n'est-ce pas, madame? Nous sommes des inconnus l'un à l'autre. Je ne vous connais pas. Je ne vous ai jamais vue de ma vie, mais le Seigneur Jésus connaît tout à votre sujet. Et vous êtes… Je vous vois, je vois une autre femme se tenant loin derrière cette femme. C'est la même femme, seulement elle est plus jeune. Et elle souffre de quelque chose comme… de tête… Et il s'agit de la migraine. Cela fait longtemps que vous en souffrez. Et je vois une femme qui est dans un état terrible. On dirait une… C'est une autre femme. C'est une amie. Non. Ce n'est pas le cas; c'est votre sœur. Je vous vois jeune fille, vous arrivez, en train de jouer. Et maintenant, elle est couchée à un endroit où… on dirait que c'est un hôpital d'un…?… Elle est complètement liée par un mauvais esprit suspendu…?… démonologie. Elle souffre d'une oppression démoniaque, elle est dans un hôpital. Ainsi dit le Saint-Esprit. Maintenant, croyez-vous de tout votre cœur?

            Notre Père céleste, au Nom du Seigneur Jésus, que notre sœur reçoive ce pour quoi elle est venue, alors que je lui impose les mains, je prie au Nom de Jésus. Amen. Amen. Que Dieu vous bénisse. Allez en vous réjouissant. Très bien.

40.       Approchez, je vous prie, madame. Oh! la la! Eh bien, le royaume du monde tout entier appartient aux chrétiens. Tout ce qu'il y a dans Son Royaume vous appartient. Il vous donne toutes choses gratuitement, par votre foi. Amen. Ayez foi et croyez maintenant.

            Est-ce ma malade? Très bien. Je voudrais que vous me regardiez juste un instant, madame. Je pense que nous sommes des inconnus l'un à l'autre. Et nous ne nous connaissons pas, mais le Seigneur Jésus nous connaît tous les deux.

            Frère, vous qui êtes assis là, en train de prier, cet homme costaud qui me regarde et qui porte une chemise blanche. En effet, vous savez qu'il y a un esprit de mort qui est là près de vous. Mais vous croyez et vous priez pour que Dieu fasse que je me retourne, que je vous désigne et parle. Et dans votre prière, vous avez fait la promesse suivante : Si je vous parlais, vous accepteriez votre guérison. C'est la vérité, n'est-ce pas? C'est juste. Très bien. Vous souffrez du cœur, n'est-ce pas? Si c'est juste, levez la main. Maintenant allez et portez-vous bien. Que Dieu vous bénisse. Votre foi vous guérit. Louez et glorifiez tout simplement Dieu. Ayez foi.

41.       Très bien, madame. Croyez-vous maintenant de tout votre cœur? Eh bien, vous êtes souffrante. Autour de vous, près de vous, on dirait qu'il y a un esprit très sombre, ce qui est une maladie nerveuse grave. Cela vous dérange depuis un certain temps. Eh bien, je vois que vous êtes tombée. Et vous avez - vous vous êtes fait mal au genou. C'est pour votre genou que vous voulez que je prie, c'est votre genou. Et vous êtes une chrétienne. Et je vous vois entrer dans une église. C'est une - une… plein… C'est une église de l'Assemblée de Dieu. Vous êtes membre des Assemblées de Dieu. Approchez maintenant pour recevoir votre guérison. Au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, je condamne ce démon qui a fait ce mal à cette chrétienne. Sors, Satan. Je t'ordonne de quitter cette femme. Amen. Continuez votre chemin, sœur, en remerciant et en louant Dieu. Amen.

42.       Croyez-vous, sœur? De tout votre cœur? Très bien. Croyez-vous que je suis Son serviteur? J'en suis très reconnaissant, que vous le croyiez. Très bien. Maintenant, comme… Je veux que vous croyiez que le Seigneur Jésus est ici, et Il vous connaît, Il me connaît, et Il sait tout sur chaque maladie.

            Et moi, je ne suis qu'un instrument dans Sa main. Je ne vous ai jamais vue, je ne sais rien à votre sujet, mais Dieu vous connaît. Premièrement, vous n'êtes pas de cette ville-ci. Vous venez du nord, vous êtes venue au sud. Vous venez d'une ville qui s'appelle Atlanta. Et vous êtes juste en dehors de là. Et vous êtes une femme prédicateur. C'est juste. Vous voyez? Et vous souffrez de la vésicule biliaire et d'une maladie des femmes. Et cela vous a quittée. Rentrez dans votre ville, heureuse, en louant le Seigneur.

            Ayez foi en Dieu. Ne doutez pas. Croyez, car tout est possible à ceux qui croient. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]

            C'est vous la malade? Très bien. Nous sommes des inconnus l'un à l'autre… [Espace vide sur la bande - N.D.E.]… Madame Brown, et vous venez d'une avenue appelée l'avenue Monument, et c'est avenue Monument, numéro 302, à Augusta, en Georgie. Rentrez maintenant chez vous, remerciant Dieu, étant heureuse, et vous pouvez être rétablie.

43.       Père céleste, je bénis cette femme au Nom du Seigneur Jésus. Et puisse-t-elle aller et recevoir ce qu'elle a demandé.

            Disons : "Dieu soit loué !" [L'assemblée dit : "Dieu soit loué ! - N.D.E.] Maintenant, ayez foi. Croyez de tout votre…

            Oh, c'est la femme en question. Il y a un esprit de surdité sur cette femme. Inclinez la tête partout, s'il vous plaît, jusqu'à ce que nous puissions obtenir une réponse.

            Dieu Tout-Puissant, Créateur du ciel et de la terre, Auteur de la Vie Eternelle et Donateur de tout don excellent, nous ne Te demandons, Père céleste, des miracles. Car il est dit qu'une génération méchante et adultère recherche de telles choses. Mais nous demandons, Seigneur, de secourir Tes enfants. Et nous croyons que Tu es ici. Et il est écrit dans les Ecritures que lorsque l'esprit de surdité sortit d'un homme, celui-ci put entendre. Et je Te prie, Père, non pas pour notre propre gloire, mais pour la gloire de Dieu, que cet esprit de surdité sorte de cette femme. Ecoute la prière de Ton serviteur, Père.

44.       Maintenant, Satan, toi qui as rendu cette femme sourde, je t'ordonne, par le Seigneur Jésus-Christ, de la quitter. Sors d'elle au Nom de Jésus-Christ. Que chaque tête reste inclinée une minute.

Pouvez-vous m'entendre? Pouvez-vous m'entendre maintenant? Dites : "Dieu soit loué !" Maintenant, levez les mains, louez le Seigneur. M'entendez-vous bien maintenant? Très bien, maintenant relevez vos têtes. Maintenant, louez le Seigneur. Voici votre guérison. La chose vous a quittée; vous n'avez plus besoin de cela. Quittez l'estrade en vous réjouissant. Disons : "Dieu soit loué !" [L'assemblée dit : "Dieu soit loué !" - N.D.E.] C'est juste. Le Seigneur Jésus a été miséricordieux.

            Croyez-vous? Un instant. Vous êtes très malade, n'est-ce pas, madame? Vous avez un cancer, n'est-ce pas, monsieur qui êtes assis juste là presqu'au bout. Croyez-vous? Cette femme croit aussi. Croyez-vous que Jésus-Christ va vous rétablir? Le croyez-vous? Le croyez-vous aussi? Levez alors la main.

            Dieu Tout-Puissant, Auteur de la Vie, nous condamnons ce démon. Au Nom du Seigneur Jésus, qu'il les quitte. Sors, Satan, au Nom de Jésus.

            Que Dieu vous bénisse donc, madame. La traînée noire a disparu. Continuez votre chemin en vous réjouissant et soyez heureuse. Que Dieu vous bénisse.

45.       Voulez-vous approcher, mon frère. Croyez-vous? Croyez-vous que Dieu va vous rétablir? Vous savez que je ne vous connais pas, mais Dieu vous connaît, n'est-ce pas? Croyez-vous que Dieu va vous guérir de ce diabète et vous laisser rentrer chez vous bien portant? Très bien. Vous pouvez continuer votre chemin en vous réjouissant et en remerciant le Seigneur Jésus.

            Venez, monsieur. Les troubles cardiaques, ce n'est rien pour que Dieu ne puisse les guérir. Il peut vous rétablir à tout moment. Croyez-vous cela? Très bien. Que Dieu vous bénisse. Continuez votre chemin en vous réjouissant, en disant : "Grâces soient rendues à Dieu." Très bien.

            Voulez-vous approcher, madame? Vous croyez? Vous croyez que Dieu peut vous guérir de ces troubles des reins et vous rétablir? Levez la main, dites : "Je l'accepte." Alors continuez votre chemin en vous réjouissant, en disant : "Que Dieu soit loué !" Au Nom de Jésus.

46.       Croyez-vous, madame, de tout votre cœur? La raison pour laquelle vous êtes venue… Vous avez beaucoup de problèmes : vous souffrez de la tyroïde, ça c'est une chose. Mais la chose principale pour laquelle vous êtes venue, c'est parce que vous vous raidissez constamment à cause de l'arthrite, et vous voulez que Dieu vous guérisse. C'est juste, n'est-ce pas? Acceptez-vous cela maintenant? Alors continuez votre chemin en vous réjouissant; cela va complètement vous quitter et vous allez bien vous porter. Disons : "Dieu soit loué!" [Elle dit : "Dieu soit loué." - N.D.E.]

            Vous avez des troubles féminins, ça c'est une chose. Cela fait longtemps que vous en souffrez. Mais l'une des grandes choses qui vous dérangent, ou la chose qui est plus sur le point de vous ôter la vie, ce sont les troubles cardiaques dont vous souffrez. Croyez-vous que Dieu vous guérit en cet instant de ces troubles cardiaques? C'est juste. Alors continuez votre chemin en vous réjouissant, disant : "Grâces soient rendues à Dieu qui accorde cela."

47.       Eh bien, c'est la même chose : des troubles cardiaques. Maintenant, croyez-vous que Dieu fera que le…?… bien portant et vous rétablira aussi? Allez… Très bien. Continuez votre chemin, vous pouvez obtenir exactement ce que vous avez demandé.

            Disons : "Que Dieu soit loué!" [L'assemblée répète. - N.D.E.]

            Papa, croyez-vous que cette vieille raideur s'en est allée ? Continuez votre chemin, heureux, et en vous réjouissant. Que Dieu vous bénisse. Continuez simplement à avancer, en criant les louanges de Dieu, et recevez ce que vous demandez.

48.       Approchez, sœur. Croyez-vous de tout votre cœur? Croyez-vous que Dieu est ici? Croyez-vous que Sa Présence est ici? Vous êtes une femme trop jeune pour souffrir de cela. C'est juste. Mais ce qui a provoqué cela, c'est parce que vous êtes le genre de personne nerveuse. Vous êtes tout le temps fâchée; vous êtes nerveuse. Et cela vous a causé la maladie de l'estomac. Et cela a engendré un ulcère de l'estomac, ce qui a fait que vous ayez de l'acide dans votre estomac et ainsi de suite; cela vous brûle et vous ne supportez pas votre nourriture, et la nuit vous êtes agitée. C'est tout à fait juste. En fait, vous êtes nerveuse depuis votre enfance, depuis que vous étiez une petite fille. Quand vous étiez à l'école, vous vous en plaigniez. Et vous êtes aussi juste un peu myope. Quand vous lisiez votre livre à l'école, vous le teniez tout près de vous, quand vous étiez une petite fille. Ces choses sont la vérité, madame. Maintenant, vous êtes guérie. Croyez-vous maintenant de tout votre cœur? Que Dieu vous bénisse. Vous pouvez continuer maintenant votre chemin en vous réjouissant et être heureuse. Que Dieu vous bénisse.

49.       Approchez, madame. Croyez-vous de tout votre cœur? Je vous suis inconnu. Et il y a un hôpital qui vous attend pour ôter cette tumeur. Mais croyez-vous que Dieu peut tuer cela à l'instant même? Je vous impose les mains au Nom du Seigneur Jésus, et je demande à Dieu de bien vouloir faire cela pour vous. Au Nom de Jésus. Amen. Que Dieu vous bénisse. Allez et puissiez-vous ne plus devoir être opérée. Très bien. Croyez-vous de tout votre cœur?

            Bonsoir, monsieur. Dieu peut vous délivrer de ces troubles des reins, juste là. Croyez-vous cela? Acceptez-vous cela? Croyez-vous que vous êtes dans Sa Présence? Croyez-vous que c'est Lui qui me révèle cela? Alors, continuez votre chemin, vous pouvez obtenir ce que vous avez demandé. Que Dieu vous bénisse. Que le Seigneur vous bénisse, mon cher frère.

50.       Très bien. Approchez. Voulez-vous approcher, sœur? Vous souffrez de troubles féminins qui vous ont dérangée, mais la chose principale qui vous dérange maintenant, ce sont des troubles cardiaques ; en effet, vous avez des crises d'étouffement et des choses semblables. Et surtout quand vous vous couchez après avoir beaucoup mangé. Cela est dû à des troubles nerveux, ce ne sont pas des troubles cardiaques; ce sont des troubles nerveux qui font remonter le gaz au cœur. Vous allez rentrer chez vous, maintenant. Croyez-vous que vous allez rentrer chez vous, manger, être bien portante et aller bien? Croyez-vous que vous êtes bien portant? Alors, continuez votre chemin en vous réjouissant et en remerciant le Seigneur Jésus pour vous avoir permis de vous rétablir et d'être guérie.

51.       Voulez-vous approcher, madame? Vous savez, c'était un peu difficile, la femme-là, comme vous vous teniez devant elle. Vous voyez? Et il y a quelque chose qui ne va pas en elle. Je ne me souviens pas maintenant de quoi il s'agissait. Mais je vous ai vue, et il lui a été parlé du fait de manger. En effet, c'était un trouble de l'estomac. C'est vous qui souffriez de l'estomac. Continuez donc tout simplement votre chemin, et mangez ce que vous voulez. Jésus vous rétablit et croyez de tout votre cœur.

            Disons : "Dieu soit loué ! " [L'assemblée dit : "Dieu soit loué !" - N.D.E.]

            Et si je vous disais que vous étiez guérie pendant que vous étiez assise là, le croiriez-vous? Très bien. Continuez votre chemin en vous réjouissant et en disant : "Dieu soit loué ! ", au Nom de Jésus.

52.       Venez. Croyez-vous, madame? Vous avez un abcès, et c'est sur les glandes féminines. Vous avez des troubles féminins. Et croyez-vous que Jésus vous rétablit maintenant? Très bien. Au Nom de Jésus-Christ, j'ordonne à cela de quitter. Amen.

            Disons : "Que Dieu soit loué !" [L'assemblée dit : "Que Dieu soit loué !" - N.D.E.]

            Maintenant, voudriez-vous incliner encore la tête? Voici la surdité chez cette femme.

            Ô Dieu, elle ne peut pas entendre, mais Tu peux tout. Elle ne peut pas entendre le message, la foi vient donc de ce qu'on entend. C'est pourquoi je l'arrête, Seigneur, non pas pour un autre but, mais, afin que la foi soit révélée, car la foi vient de ce qu'on entend, si elle peut pas entendre, comment la foi pourra-t-elle venir? Je Te prie donc, ô Dieu, de m'accorder cette bénédiction spéciale en ce moment, pour chasser ce mal de ma sœur. Ainsi, Satan, sur base du Sang versé du Seigneur Jésus-Christ, en tant que Son représentant envoyé par un Ange, donc ordonné à venir faire ceci, je t'ordonne, au Nom du Dieu vivant, de sortir de cette femme. Depuis combien de temps a-t-il eu son emprise sur  vous? M'entendez-vous bien maintenant? Vous êtes parfaitement normale et bien portante. Vous voyez? M'entendez-vous bien maintenant? Qu'est-ce que…?… M'entendez-vous? Amen. Amen. Parfait. Que Dieu vous bénisse. Cet autre trouble vous a aussi quittée, cette maladie de femme.

            Oh! la la! Que représentent les troubles féminins pour Dieu? Eh bien, Il peut vous guérir juste là. Ne croyez-vous pas cela?

            Au Nom de Jésus-Christ, je condamne ce démon. Vous êtes guérie, sœur.

53.       Disons : "Dieu soit loué !" [L'assemblée dit : "Dieu soit loué !" - N.D.E.] Croyez-vous? Ayez foi.

            Mon fils me touche sur le côté ; je comprends donc qu'il doit être presque l'heure. Croyez-vous de tout votre cœur? Vous avez l'hypertension. Vous avez des troubles cardiaques. La femme derrière vous souffre de la même chose, vous avez tous les deux l'hypertension et vous êtes mari et femme. Continuez votre chemin, rentrez chez vous et soyez guéris. Croyez. Croyez-vous?

            Qui est cette dame qui traverse là, juste à l'instant? Une Lumière la suit. Non, ce n'est pas le cas. Une petite dame me regarde là, elle se trouve juste ici, elle me regarde. On dirait une petite robe rose… Vous souffrez de l'asthme. Croyez-vous que Dieu va vous guérir? Voudriez-vous bien vous lever juste une minute? Très bien. Vous souffrez de l'asthme, ou plutôt, vous souffriez de l'asthme. Jésus vous rétablit.

54.       La dame à côté de vous, dites-lui de se lever; elle est aussi souffrante. Restez simplement debout. Très bien. Vous souffrez de la tête. N'est-ce pas, madame? Très bien. Vous pouvez partir et être rétablie. Dites à la femme à côté de vous de se lever. Croyez-vous, madame? Croyez-vous que Dieu va vous rétablir? Très bien. Vous pouvez aussi obtenir votre guérison de l'hypertension.

            Cet homme assis juste ici. Je vois ici un homme est inquiet pour son fils. Il réfléchit au sujet d'un jeune homme. Ce jeune homme est le genre d'homme… Il a le cancer. Et il est - il est quelque chose; il a été soldat. Il - il - il était dans la guerre de Corée, et le jeune homme a le cancer, il a rétrogradé et vous êtes inquiet à son sujet. N'est-ce pas vrai, monsieur? Levez la main et acceptez Dieu comme le Guérisseur.

            Je condamne chaque démon, chaque esprit impur, chaque démon de doute. Cela n'a plus le droit de retenir ces gens. Et quiconque me croit, et croit que je vous dis la vérité en cet instant même, je condamne chaque esprit impur et chaque démon de doute. Et peu importe ce qu'est votre problème, au Nom de Jésus-Christ, levez-vous, louez Dieu et vous serrez guéri, tout votre groupe, à l'instant même. Je prie au Nom de Jésus.

E-1 Thank you very much. Good evening, friends. Very happy to be here tonight and to enjoy this wonderful message (as much as I heard of it), of Brother Thoms. And I know he's a servant of the Lord God, because he has proved it ever since I have knew him. And so we're very happy for this message, and I hope that it's went straight home to every heart.
And now, Brother Thoms, also, he is a--a missionary to the natives in Africa. And I think they're making arrangements to give him an offerings of a (at least, I asked for it) for his native mission over there. After being there, myself, why... Of course, knowing just what it really means to be a missionary, I think the type of--of mission that Brother Thoms has, is really the correct type.

E-2 See, the first thing, the native is just a little suspicious of the white man when he comes, to begin with. But Brother Thoms has the idea that the Lord gave years ago. One time, was reading a little book from a mission field, and there was a picture of an old colored man, a little white rim of hair. He said, "White man, white man, where was your father?" Said, "I'm old and dull at mind; I'm just learning of Jesus. If I would've knowed Him, I would've took Him to my people." That struck me. "If I would've known Him, when I was young, I would've took Him to my people." Now, that was right. See, the first thing, the white man can't even go where the natives can go. He can't live on the same things. And I thought, "Get the natives saved, and let the native do the missionary work, hisself." That's what Brother Thoms does.

E-3 And at Johannesburg, the day when we had thirty-thousand converts that afternoon, after seeing... Wish we had time to tell you the story of it. When the man, healed, walked like a dog and led by a chain... And when the Lord Jesus began to reveal things in the audience, everyone... Doctor F. F. Bosworth (many of you know him), he estimated twenty-five thousand healings at one time. Twenty-five thousand got healed at one prayer when they seen it. And thirty-thousand got saved at the same time. And he... I said, "Now, don't wait until some missionary comes from America." I have all respect for them, but the thing of it is, friend, David Livingstons isn't no more. There's got to be somebody get out there.
And what they, as far as theology, why, they believe on their idols, and so forth, and just--just merely a change of thought. But when they see God moving in His power, that's what changes the native. And I said, "Don't wait for your education. Go on out and tell your native friends that Jesus died for them."

E-4 And I got a piece out of the Durban paper, that one man, who didn't even know which was right and left hand, was baptizing as many as a thousand a week, natives, out in the jungle, out in the--the field. That's it. He--he didn't even know which was right and left hand, but he knew that he'd got healed, and Jesus loved him, and he was telling his native friends, taking them right down to the water and baptized them, just as they come. So that's wonderful.
So while you're supporting, or helping in this offering for Brother Thoms for his native missions over there, I say, with all my heart: I think it's a worthy thing, a very good thing. God will bless you for your help in giving to it. Brother Thoms never asked me to say this. I just--I just said it, because it's--it's worthy of everything that we can give to help it out.
And now, I didn't know whether... Brother Beeler, have you ever been introduced here? Here is Brother Beeler setting here. He's taking tape recordings, I think. And Estel Beeler, a veteran of the--this last war, he got hurt over seas, hand blowed off. And he come home, gave his heart to the Lord Jesus, very consecrated man, an evangelist. He's my neighbor, my buddy, chum, to me; his family, his wife, a very, dear woman...
When Brother Beeler first was borned again, and received the Holy Spirit... If I get it wrong, Brother Beeler, why, I don't aim to. I think I'm right. Your wife, didn't she belong to a certain church that didn't believe that? So Brother Beeler just let her alone, just went on, and kept praying for her. And one night in the night (she couldn't make it till morning), she had to wake him up, and there she got right with God.

E-5 You know what? That's a good thing. You just be salty; God will produce the thirst. If you...?... You just be salty. Brother Beeler, would you stand up just a moment? Brother Beeler is a personal friend of mine, an evangelist, a very dear brother, Brother Estel Beeler. And I think his wife and babies are on the ground here somewhere, very good friend. And usually, I have to preach when I come in; I don't get a chance. God bless you, Brother Beeler.
Now, to someone else. Here is a friend of mine, Brother Leo Mercier. He's from up in Michigan. And he--he comes from that badger state, I believe, up there, 'course you can be forgiven for that, you know, from being from Michigan. And a very fine boy, him and Gene Goad, another chum, bosom friend... I call them my students. They're missionary boys, studying for missionary. They come along in the meetings and take tape recordings and so forth. You boys stand up just a minute: two fine, Christian brothers. This is Mr. Mercier here, and this is Mr. Goad here. And these fellows here come along and take--take tape recordings of the meetings. And they get their things cheap enough, that they don't... If anyone wants a recording, to find out just what taken place, see these men. They have them here. And if you have a tape recorder...

E-6 Brother Wood--I don't see him nowhere. Yes, he is sitting over here. Now, Brother Wood is a very, personal friend of mine. How I come to meet Brother Wood, he was at the Houston meeting when this picture was taken, when the Angel of the Lord came. And he's a contractor. And he was a little short of money, so a fellow had a barn to fix, so he run, fixed the barn for him, got enough money to go to Houston. And what he had, he had a crippled boy, his leg drawed up under him. And he's... I didn't know him. He was just setting in the crowd many, many, times larger than this. So we went on up east, and Brother Wood just followed us up. And one night while his faithful wife (who's with us tonight, the book salesman) and the boy was sitting out in the audience, praying... The Holy Spirit turned around and told the woman all about her, told her she had a son sitting there, was crippled. But said, "THUS SAITH THE LORD, he's healed."

E-7 The boy is on the ground tonight somewhere, just as nimble, and is no more a crippled than any of the best walking people there is on the ground, not a sign of it nowhere. God healed him and made him well. Brother Wood just to give up his contracting business, goes with me just to fiddle around, sell books, and help me. And besides that, he moved over in Indiana, and bought a place right next to me, and we're really chums. Brother Wood, would you stand up just a minute? Brother Wood... I don't know where his wife is. She's probably out at the book stand somewhere.
And the boy's here somewhere. David, where you at? Would you stand up just a minute, son? A boy that was crippled, and his leg drawed up under him... I wonder if he's standing on the ground, somewhere now? He's probably running around here. He and Billy are quite chums. I don't see him just at the time. But we'll have him come up, and maybe walk up to the platform. He's bashful, just a little country boy like myself, and he--he's kindy backwards. So he's around here somewhere, though. Had his leg drawed under him, and the Lord healed him instantly. So we're thankful for that. Isn't He good to us? He's worthy of all the praise and everything.
Now, Brother Arganbright, I have never seen him yet. I don't know whether he's ever come yet or not. And Brother Jack Moore, I don't know... If they're in the crowd, I hope they stand up, 'cause I--I been looking for them for some time. They're both supposed to be here, two or three days ago, and so we're looking to see them anytime.

E-8 Now, tomorrow night, how would you like to have a night just to have a relaxation, and let our minister brothers help us pray for the sick? Would you like that, everybody? And just let you see that the Lord God, He answers prayer for the ministering brothers too. And we... It's not only evangelists that comes in and prays for the sick, God will answer prayer of any sincere person that'll pray. I always like to have a night when the preachers is represented. After all, when an evangelist leaves town, if he keeps the congregation around himself, well, then what's the poor pastor got when he leaves? If that... People think, "Well, the pastor, he's just..." Remember, he's just as much man of God as any evangelist, or anything else on the field. He's a real, true man of God. And we like to see them represented here, and to let you see that God answers prayer for them.
I was just thinking, coming home last night, or I... They let me stay just a little long last night, and Brother Wood and Billy was apologizing way into the night, nearly twelve o'clock, about doing it, and staying a little long. It's something another, I can't explain it, friends; I wish I could. There's no need of even trying it. But it just, seeming like, they're way up, about a million miles in the air, then you drop back down to the earth again all at once, it's--that's an awful feeling. But what does it denote? There is a higher realm that we can climb into. We're going higher someday.

E-9 And they was telling about something or another about... Now, the meetings, to me, the only way that I know them, is someone to tell me, or to pick up one of these tapes. I get these tapes also. And they're set for references out of each meeting. Then I hear the tape over, and I hear how the service went. But to me it's a dream. And then, there's something or another about a colored man, or something or another, laying on a cot, or stretcher, or something, walking.
It just reminded... Sometime ago, at Dallas, I'd been over to Dallas for a meeting... Just a short word now before we call the line. I'd been over to Dallas for a meeting. And well, on the road back, the airplane got caught into a storm, and I had to land at Memphis, Tennessee. And they'd taken me up to that big, famous hotel there, which myself, it's a good thing the airlines had it, 'cause I couldn't stay in that hotel. It was (I forget), Peabody Hotel. And so they told me they'd call me the next morning, give me a room in there to stay all night. And they'd call me the next morning, so that I could go on, time to check the plane. So I said, "That's fine." And I went upstairs, and went to bed, after praying awhile, wrote some letters.

E-10 And the next morning, I got up early, and way before sunup. And they--they told me the plane was going to leave at... The limousine would come by and pick us up at eight o'clock. It was about six thirty. I thought, "My, I got plenty of time, I'll just slip down, mail this post that I've got here, and put it away. And then I'll go on down, catch the limousine, go out and get the plane, and go on home.
And I started out that morning. I'd prayed quite awhile, got up early after the meeting, kindy nervous and shaky, all tight, you know, from visions and so forth... Just show you the sovereign grace of God. Then going down the street, I was going down the street singing one of those little songs that you Pentecostal people sing. Oh, what's the name of the... "Glad I Can Say I'm One Of Them." I believe that's it. Yeah. "People all got in the upper room, filled with the Holy Ghost, and--and He did for them that day, He will do for you the same." Do you know it? It's a... Well, that's what song I was trying to get it in my mind. I was going down the street, a singing it to myself, you know. "The people was gathered in the upper room, and all in one accord, and was praying. And Jesus came in power," something. And I was trying to get it all fixed out.
And I started to cross the street. And when I started to cross the street, the Holy Spirit said, "Stop a minute."

E-11 I thought, "Now, what?" So I went, started to cross it again, something just kept me from stopping, or crossing. I turned into one side there in a little old place where there's a bunch of--of, oh, post like, like this, and I was praying. I thought, "Lord, what would You have me to do?"
He said, "Turn and go back and just keep walking." Now, it was just as plain, not just in your mind; I heard it. And there He was, that Light, whirling.
So I just turned and went back. I walked on past the hotel, walked on and on, and on and on, and I kept on walking. I looked down at my watch; it was about ten minutes till eight. I just kept on walking. He just said, "Walk," so that's all I knowed to do, was keep walking.

E-12 I got way down on the river, down where there's a lot of kinda, poor people lived, down in there. And I kept on walking a little farther and farther. I thought, "My." I got down in the colored district, just kept on going down along that way, way down in the lower parts there, somewhere, walking along.
After while, I was kindly humming a little song, to my... "Only believe, all things are possible, only believe." I looked hanging out over a little, old, colored person's house, there, kind of whitewashed, had a gate there. And there was an old, typical aunt Jemima with a--with a--a man's shirt tied around her head, and she was leaning across the gate like this. Oh, probably as far out as that poles there. I was just kindly humming. And as I seen her looking at me. I just quit humming, started to pass by. And her big, fat cheeks, you know, and she wiped the tears out of her eyes. She said, "Good morning, parson."
Well, I looked at her, and I said, "Ma'am?"
She said, "I said, 'good morning, parson.'" Now, up in Tennessee, a preacher's a parson. I don't know whether it is, with you colored folks here or not. But said, "Good morning, parson."

E-13 And I stopped. I said, "How did you know I was a parson?" See? I thought, "Isn't this strange?" Something began to move. Maybe this is it, what the Lord wanted me to walk down for. So I said, "How--how'd you know I was a parson?"
She said, "Why, parson," said, "when I see'd you coming," she said, "I knowed you was a parson." And she said, "Did you ever read that story in the Bible, parson, about the Shunammite woman who couldn't have any children, and Elijah, the prophet, went and blessed her, and she had the baby?"
I said, "Yes, ma'am."

E-14 She said, "Well, I's was that kind a woman." And she said, "I prayed to the Lord," and she said, "and I told the Lord if He'd give me a child, I would raise it to love Him and honor Him." She said, "I's a washwoman," she said, "I--I wash for a living." She said then, "You know, when my baby got to be a man," said, "he's a big boy," said, "he got out with the wrong company, parson." And said, "He took a horrible disease," and said, "I didn't know it." And said, "He got so far gone, until the doctor man says he can't live no more." And said, "He's in there in the house, and he's been dying since yesterday." And says, "He don't know where he's at, and he's just groaning." And said, "I just can't stand to see my baby die." Baby? a hundred and eighty pounds, about... Said, "I just can't see my baby die."
But remember, that was baby to her, to a mother. That's right. No matter what you are or what you do, it's still your baby, if you're a real mother.

E-15 And so, she said, "I just couldn't stand to see my baby die in that condition, knowing that I had promised the Lord to raise him to serve the Lord." And she said, "I prayed all night last night." And she said, "I said, 'Lord, what can I do now?'" And so, said, "The first thing you know, I went to sleep, and I dreamed a dream." And said, "I seen a man coming, with a tan suit on, wearing a tan hat." And said, "The Lord said, 'Here's my parson.'" And she said, "That was about three o'clock, when I woke up." So she said, "I been standing here ever since, a waiting for you."
I believe I got transposition on this, maybe. [Brother Branham refers to a squeal in the public address system--Ed.]
And said, "I been standing here since three o'clock, a waiting for you."
Well, when I went over there, that poor old thing was still wet on her back, from out where she'd been standing out there.

E-16 And she said, "I been waiting here since three o'clock, to see you." Said, "When I seen you coming down the street, and you was the same man I saw in a dream, and I knowed you was the parson." And she said, "Won't you come in?"
And when she opened up the gate, little chain hanging to it, and I walked in to that little, colored person's house that morning, there was no rug on the floor, just a little, old, iron bed shed. But I tell you, if I ever walked into the Presence of God, I did there. There wasn't no pinups on the wall. There was a little picture hanging over the door, saying, "God bless our home," clean.
And I looked around, laying on the little iron bed, was a great, big, husky fellow. And he had the--the--the quilt in his hand, like this (or blanket, rather), he's going, "Uh, uh, uh."
And I said, "What's the..." I said, "Good morning, young man."

E-17 She said, "Parson, he don't know nothing." Said, "He hasn't knowed nothing for two days." Said, "All he talks about, he says he's out in a big deep sea, and it's all dark, and he's lost." And she started crying. And she said, "If I could only hear him say that he was saved," said, "I'd be willing to give him up."
And so, I said, "Well, has the doctors done..."
Said, "They can't do nothing for him, parson. He's too far gone." It was syphilitic. And said, "It's too far gone. It's done eat his heart out, holes through it." And said, "There's nothing could be done for him."
I said, "Auntie, do you know what my name is?"
And she said, "No, sir. I's never seen you before, till I dreamed about you."
And I said, "My name is Branham." I said, "I pray for the sick. Did you ever hear of me?"
She said, "No, sir, I never did."
And I said, "Will you pray with me?"
She said, "Yes, sir."

E-18 And when we knelt down there that morning, in that little, old, humble home... I been into four kings' palaces, praying for them. King George of England, and Gustav, and so forth. I've been in some of the best homes there is in the nation, but I never was any more welcome than I was in that little shanty that morning, when she made me welcome.
I knelt down on the floor; I looked over at her. I said, "Auntie, would you lead in prayer?"
She said, "Yes, parson."
And a prayer that would make the hair stand on the back of your neck to hear that poor, old, sainted woman, those big, black cheeks, and the tears running down, how she pleaded out to God. "God, don't let my baby die. Let me hear him say one time that he's saved. Lord, and I--I... His mammy will be satisfied."
I thought, "God, bless her poor, old heart."
She raised up and begin to wipe her eyes. I felt his feet cold and sticky. He kept going, "Uh, uh!" Said, "Oh, it's so dark. Uh."

E-19 And so I knelt down, laid my hands over on the boy's feet. And I said, "I'll pray now, Auntie." And I said, "Heavenly Father, here it is after nine o'clock; the plane's done gone." I said, "And I don't know. You told me to come down here, and the only thing I know to do was to walk. If this is the place that You've sent me, I pray that You'll hear the prayer, and will answer for this poor woman."
And you know what? He begin to go, "Uh." He said, "Mammy, oh mammy." He said, "It's getting light in the room." And in about five minutes from then, he was setting on the bed, talking to us.
And I hurried out, called me a cab, and got back to the hotel. And you know what? I rushed over to the airport, real quick, after getting my... And the plane was just making its first call. God, for that poor, illiterate, colored woman, grounded that plane, and left it, and held it there until her prayer was answered. I tell you, God in His sovereign grace; He's God. Oh, my. Thousands of those things could be called tonight. For that poor, ignorant, colored woman, He stopped and grounded a plane in a storm and held it there.

E-20 About six months from then, I was going back to Phoenix, Arizona, and I was on a train. I pulled in at Memphis. Any of you here from Memphis, you know how the train comes in going westward. I got out and started to walk up that way to get me something to eat. Too high, to eat on a train for me, so I started up there to get me a hamburger, up at the stand. And when I got out, I heard a...?... red cap run over, said, "Hello there, Parson Branham."
And I said, "Good morning."
He said, "You don't know me, do you?"
I said, "No, I don't believe I do."
Said, "You remember that morning you come down, led by the Lord, and prayed for a boy that was dying?"
I said, "You're not him."

E-21 Said, "Yes," said, "you know, I ain't sick no more." and said, "I's a Christian now, Parson Branham." Amen. Oh, my. "I is a Christian now."
Amazing grace! how sweet the sound,
That saved a wretch like me,
Once was lost, but now I'm found,
Was blind, but now I see.
Grace that taught my heart to fear,
It was grace, my fears relieved,
How precious did that grace appear,
The hour I first believed.
Amen! Shall we pray.

E-22 Heavenly Father, I think of what will it be someday, after we've crossed the portals of life, over on the other side, to see Japheth's people, Ham's people, Shem's people, all gathered around the throne. Hallelujah. Then to be setting in His Presence, walk up-and-down through the streets of paradise, and meet these dear people that we've had the privilege of meeting here on earth, and how we'll tell the story. Oh, what a time.
The harvest is ripe, Lord, getting late; sun is going down; time is running out. We must preach the Gospel now, pray for the sick, call the altar of the Lord, widen them open and let the sinners run in, be saved. For we don't have much time to work now. It's getting late.
Now, heavenly Father, we thank Thee tonight for the blessing that's been brought to us by our brother's message. And we pray that You'll sink it deep into every heart.

E-23 And now, as we call the prayer line, I ask Thee, heavenly Father, that in Thy mercy and grace, that You'll do something tonight, the exceedingly, abundantly. And give us a great outpouring of Thy blessings. And may all that's unbelievers, become believers tonight. May those that are backslidden, become saved, and those without the Holy Spirit, be born again, of the Spirit of God, and every sick person made well. For we ask it in His Name. Amen.
Oh, how wonderful He is. No wonder "Eye has not seen, ear's not heard, hasn't entered the heart of man what God has for those in store that love Him." And now, I--I just think, just three more nights and I've got to leave this lovely bunch of people after tonight.
Just got a call, awhile ago, all the way from Sydney, Australia, to get down there, right at once. I... [Brother Branham clears his throat--Ed.] But, you know, I wish I sometime come back and stay a month for a revival, just keep a going, preaching, and moving on.

E-24 Now, there's a bunch of prayer cards. I believe... Where is Billy? What was the... where's... Oh, here, R? All right, we got prayer card R give out tonight. Look on your little card; it's just a little affair.
By the way I never prayed for these handkerchiefs last evening, and I want to do it tonight. And then I will tell you, maybe, tomorrow night when we have more time, just on what to do about these, how to send to a place and get them.
Now, it's a little card, something like this here. And on the back of it, it's got a R. And then, it'll be one to one hundred. Now, we can't get all of them up here on the platform; wished I could. God knows that. But I can't.
And anyone coming up, doesn't mean they're going to be healed. It's just that... This is not a show now. It's not a stage show. It's a religious meeting (See?), the Holy Spirit... But it's a vindication of the Presence of the omnipotent and omniscient God, that's in His Presence, doing the same thing that He did.
Is there any newcomers here for the first time? Let's see. My, just look. That's what... See, each night it ought to be explained how, that the Lord Jesus...

E-25 Let me read just a Scripture, before we call this then, just a moment. Here's one right here, turned right to it. In Saint John, the 5th chapter, and let's begin at the 33rd verse:
Ye sent unto John, and he bare witness of the truth.
But I receive not the testimony from man: but the things that I say, that ye might be saved.
He was a burning and a shining light: and you were willing for a season to walk in that light.
But I have a greater witness than that of John: for the works which the Father has given me to do, and to finish, the same that I do, bear witness of me, that the Father hath sent me.
And the Father himself, which hath sent me, has borne light of me.

E-26 Now, think of it, what did Jesus do when He was here on earth? What He did when He was here on earth, if He had... He died to save us, then returned back in the Spirit form. He's the same yesterday, today, and forever. He did not claim to be a healer; He only claimed to be able to do what the Father showed Him by vision. How many Bible readers knows that's the truth? The--the Bible? That's good. See?
Jesus said in Saint John 5:24.
Verily, verily I say unto you...
After He'd passed by a great multitude of people, lame, halt, blind, and withered, He healed one man, laying on a pallet, might've had a prostate trouble or something. I don't know. Something, it was retarded; he had it thirty-eight years. It wasn't going to kill him. But He healed him, because that God had showed Him to go to that person. The Scriptures plainly states that. And He said He knew where he was, and knew he'd been in this condition all this time; walked away, and left the multitude.
He was questioned. That's when He said, "Verily, verily, I say unto you, the Son can do nothing in Himself, but what he sees the Father doing, that doeth the Son likewise."

E-27 When Philip found Nathanael, brought him back to show him that he'd found the Messiah, he thought. And when he walked up into the crowd, Jesus looked out, and said, "Behold, there's an Israelite, in whom there's no guile."
Said, "When did You know me, Rabbi?"
He said, "Before Philip called you, when you were under the tree, I saw you."
He said, "Thou art the Son of God, the King of Israel."
So did the woman at the well; He told her what her sins was and so forth. He's the same Lord Jesus tonight. I believe that. And now, by the brother preaching the Gospel, declaring that He is. Now, if He will come in His august blessings, and come around over us, and will declare the same, that He is risen from the dead, then we all ought to receive Him. Don't you think so? And all ought to worship Him.

E-28 No matter, many of you probably will be called up. And let's see, let's begin somewhere... What was that now? What was that letter? R's, R. All right. Excuse me.
Let's start from 75 tonight. Just see if... We--we been starting 1's, and 15's, and 20's, and 50's, and... All right, has anybody got R-75? Raise up your hand. Your little card, R-75. A lady has it right out there, I believe. All right. 76, who had R-76? Would you raise your hand, anywhere, up in the balconies, or wherever it may be? R-76, raise your hand, right quick, if you will. Thank you. Come. 70, 77. All right, lady. 78, R-78, would you raise your hand, right quick, if you will? 78? All right. 79, 79, 80, who has 80, 80? All right. 81. All right. 82, 83, 84. Let's let them kindly get... You see, the reason you have call them one by one, everybody just jams the aisles up. And we have to kinda let them get lined up.
84, now, let's see. All right. 85, who has 85? All right, lady. 86, 86, do I see it? 86? All right. 87? 88? 89? All right, brother. 90, 91, 92, 93, 94. All right. 95, 95, yeah, I see that. I'm sorry. 95, would you raise your hand a little higher, wherever it was? 95, prayer card... what... All right. 95, 96, 97. All right. 98, who has prayer card 98, would you raise your hand? 98, would you raise your hand, ever who has 98, please. I'm sorry. 98, 99, who has prayer card 99? Would you raise your hand? The lady there, 99. 100, who has prayer card 100? Would you raise your hand? Prayer card 100.

E-29 Look around. It might be somebody can't get up. It might be somebody that's deaf, and--and if there is... All right. Ever who has 100, prayer card, 100... Say, I got about, a whole group here, haven't we?. I don't know that I will be able to get to them, but I will try my best with all my heart. All right.
Now, while the Lord bless, and add His blessings to the people, may His august Presence be with us. Now, if some of the brethren, the ushers, will help out there... Have you got all your cards yet, Billy? No. All right.
Look around on them prayer cards; look around; search around. Some of you brothers, help look on some of these cards here, see for--see where if... Look around here; look around in the--the aisles and find out.
75, that... You have one, sir? 75 to a 100, 75 to 100. Yeah, we want to get them in, 'cause they might be deaf or something, and we can't... All right. If they're, if you see someone with that, just--just tell one of the ushers, and let them get somebody, if it's somebody deaf. That's... Thank you, Brother Thoms, that's good...?... All right. Now, let's pray, just a moment, if you will.

E-30 Heavenly Father, now look upon us, Lord, for Thy blessing. We ask that You'll forgive us of our sins. The great drama being set, Lord, now. And we look for you to come. Lord God, here's Christian people, here's people who would literally lay down their life freely tonight for You. They love You. They've come through great toils, and troubles, and tribulations. They tried, through years. They've contended for the faith that was once delivered to the saints. They believed that they'd live to see the day coming. Many of their fathers and mothers have fallen asleep waiting for this day. But, Father, they've blazed the road. They've taken the stumps, and pulled back the briars. Now, their children are running happily down the highway, enjoying these blessings.

E-31 Now, heavenly Father, we pray that You'll come tonight. Great Jehovah God, sent the Lord Jesus tonight. And may Him, in His resurrected power move now and declare that He has raised from the dead, that these people might know that our faith is not in vain, our hopes is not in vain, that He's here, literally, the Lord Jesus, resurrected from the dead, doing the same things as He promised that He would do in His Church until He come again.
Forgive us of our many sins. And help us tonight, Lord, as we set our faces to Calvary. May the Angel of God come and anoint Thy servant and anoint every servant in here. And may my lips be circumcised, and my eyes be circumcised to speak, and see the things that You want me to know. And may every heart and ear be circumcised to receive. For we ask it in Jesus' Name. Amen.

E-32 Now, before we start, just on the handkerchiefs. Heavenly Father, the handkerchiefs are here for sick, needy, people, maybe some little old mother and dad, laying out there in a little cabin tonight blind, can't see across the floor; they're waiting for this handkerchief to come. Some mother walking the floor, with a baby in her arms, waiting for the handkerchief to return... God, You know all about it. Now, they've brought them to me.
Now, in the Bible days, they brought to Saint Paul, handkerchiefs and aprons, for they knew that he was Your servant, that they might take off of his body, handkerchiefs, and aprons. They were sent to the sick and the afflicted, and they were healed.

E-33 Now, Father, we know, we're not Saint Paul, but we know that You're still Jesus. And it wasn't Saint Paul at all; it was You, Lord, and the people's faith in Your servant. And now, Lord, we bless these handkerchiefs. And as they're laid upon the bodies of the sick, may it be the same as when God gave this promise. It's not man's promise; it's God's promise.
And one time when the Red Sea had Israel cut off from the promised land, the writer said, "God looked down through that Pillar of Fire with angered eyes, and the Red Sea got scared and moved back, and Israel went on to the promised land."
God, when these handkerchiefs are placed upon the sick, may them eyes of God look down through the Blood of Jesus tonight. And may the enemy that's binding the sick people that these handkerchiefs represent, may he get scared, and move back, and may the people move on towards the promised land with good health, and strength. For it's promised by the Gospel and our Lord Jesus Christ. For we ask it in His Name. Amen.

E-34 All right. Got them all now? What say? All but 100, number 100. If anybody finds the prayer card of R-100, would you bring them to the line. Look on, somebody who maybe can't raise up, or somebody may be blind and can't get in, or deaf and can't hear. Look around at your neighbor's card, as we minister. You have it? That's good. All right. That's--that's very fine. All right. Prayer card R-100. That's very fine. All right. Does that make all of them now, boys? All, everything okay? All right. Bring your patients then.
O God, have mercy.
Now, in the Name of Jesus Christ, the Son of God, I take every spirit around here under my control for the glory of God.
And to you out there who has not prayer cards, no way for you to get up here, without prayer cards, and wants Jesus Christ to heal you, would you raise up your hand? Just look, everywhere.

E-35 Now, I say this, if He comes in His anointing power... See? It isn't...Now, I don't do this. It's nothing that I can do about it. You're the one who does it. It's your faith that does it. This is just a gift. When God wants to show me a vision, He just comes down and picks me up, and shows me the whole thing, and how it's going to be; and then I come tell the people, and that's just what happens. It never has failed. I'm forty-six years old; it never failed not one time. Ask anybody if you ever seen.
But now, you, yourself, you are Christians, and you pull that gift out. See? It isn't me; it's your faith that does it. If you don't have no faith, there's nothing can be done. It's your faith that operates the gift. Just like Christ, when He was here on earth, He was... This little gift to me is just like a little spoonful out of the ocean out here. And Christ was like the whole ocean. But remember, the same chemicals that's in that spoonful, is in that whole ocean full. See? It's just not as much of it. See? So it's a... That's--that's the way a gift of God is.

E-36 Now, it's your--your faith that operates the gift. The woman touched His garment; Jesus never said, "Oh, I--I..." No, He said, "Thy faith has made you whole." See? Your faith does it. It was her faith that did it, and it's your faith that does it.
Now, to this woman here, she's... God might not say one thing to her. Now, is there anybody... everybody along that line, here, strangers to me, you standing here? If you are, raise up you hands, everybody that's strangers to me. That's all the way down the line. How many out there is strangers to me? Let's raise up your hands, everywhere. Now, I don't know a one of you. the only ones that I know in this audience tonight, God in heaven knows, is just what I've introduced, besides my boy here. That's all--the only ones that I know. But now, God knows everyone of you. Now, in the supernatural realm, may the Lord grant His blessings, is my prayer.
Now, sister, if you... I... Just come a little nearer this way, if you will, just so I can keep you out of line of other people. You are a--you are a human being, but yet, you're a spirit too. If you didn't have no spirit, you'd be dead. See? So every time, when you see a--an automobile going down the road, that automobile is operated by a spirit, represented in a body. See? Now, I'm not dealing with your body; I'm dealing with the spirit. Like when--when life goes out of a tumor, I'm not dealing with that growth tumor; I'm dealing with that life in that growth. It's a separate life from the person who has it. Or a cancer, or a cataract, or whatever disease it is...

E-37 Now, we're standing here as two human beings, never met in our life before, perfect, total strangers to one another. And you're standing here as a woman, me as a man. A very beautiful picture, to begin with tonight like our Lord Jesus and (not taking His place, but I mean that He's here. See?)--and the woman at the well of Samaria. Not that you've taking her place, but it's just a man and a woman standing, talking. Now, He talked to her for quite awhile, until He caught the conversation, till He found out what was wrong with her. Found her spirit, and then God showed Him what was wrong, and He told her.
He said--He said, "Go, get your husband."
She said, "I don't have any."
He said, "You've said well, 'cause you got five. And he who you now have is not your husband. In that thou has saidst well."
And she said, "I perceive that You are a prophet." She said, "I know when Messiah cometh, He will do these things, but Who are You, as a prophet?"
He said, "I'm the Messiah."
So that was the sign of the Messiah then. It's the sign of the Messiah today. And if He would come here now, in the person of you and I, and would come in our body, and would perform the same things He did to that woman at the well, would you believe it would be the sign of the Messiah? Would you accept it that way? Would the audience accept--accept it that way, the sign of the Messiah? Now, may He grant it for His glory then, for His Word's sake (See?), not that we're worthy, but for His Word.

E-38 Now, the lady, that's standing here, talking with her, just looking at her, you don't have to answer me, I'd rather she wouldn't. But just to catch her spirit, get her single, 'cause it's coming from everywhere... But the--the Lord may not say one thing to me about the woman. She realizes she's in His Presence. She knows it's not me. That feeling that she has right now, that's moving on her, as that Cloud settles between her and I, she knows that that's not a man. She knows it only can come from God.
And now, I want you to look this a way, lady, and just believe with all your heart. It's the only way I have of helping you to know more of the Lord Jesus. Not knowing what you're here for, knowing nothing about you, but God does know. But as the lady begins to notice, she is suffering with a tremendous nervous condition. And that nervous condition is very, very bad. Now, I see her trying to hold onto things. She drops things all the time. She's having a spells of--gets worse on her, at times, and especially in the middle of the day, look like, when she's trying to wash dishes or something, she's dropping them. But she's... The trouble of it is, she's... Her trouble is in her back. It's her spinal condition, that's making her trouble. And the woman also is suffering with something that... Yes, she's conscience of it. She has tumors. And those tumors are located on her breast. That's the truth, isn't it? Now, that wasn't me talking then. That--that's me now, but that was Him, whatever He said. You believe Him with all your heart? Then come here just a minute, and...?...

E-39 Our heavenly Father, I lay hands upon this poor child, and rebuke the enemy that's doing this evil to her. May it come out from her and leave her. In the Name of the Lord Jesus go out of her. Amen. All right, sister, look this a way. If He knew what was in your life back there... You're a witness of that. Was that true? Every word true? All right. This is true too: Go out of here, rejoicing and happy. It's left you. Now, go, rejoicing; you're going to be all right. Don't worry no more.
Have faith in God. "Don't doubt, but believe with all your heart, you shall have what you ask for."
Now, do you believe that Messiah, the Lord Jesus, has raised from the dead, and His Presence is here? You believe it? All right.
Now, this lady, here, I suppose, maybe, she's perhaps a stranger. I guess we are, aren't we, lady? We're strangers to each other. I do not know you. I've never seen you in my life, but the Lord Jesus knows all about you. And you are... I see you, another woman standing way behind the woman. It's the same woman, only she's younger. And she's suffering with something like head... And it's a migraine headache. You've had them for a long time. And I see a woman that's in a horrible condition. It looks a... It's another woman. It's a friend. No, it isn't; it's your sister. I see you as a little girl, come up, playing. And now, she's laying in a place where, looks like it's a hospital of a...?... And she's all bound up with a black spirit hanging...?... demonology. She's suffering with demon oppression in a hospital. THUS SAITH THE HOLY SPIRIT. Now, you believe with all your heart?
Our heavenly Father, in the Name of the Lord Jesus, may our sister receive that which she's come for, as I lay hands on her, in Jesus' Name I pray. Amen. Amen. God bless you. Go rejoicing. All right.

E-40 Would you come, lady? Oh, my. Now, the whole kingdom of the world belongs to the Christian. All things that's in His Kingdom belongs to you. He gives you all things freely, by your faith. Amen. Have faith and believe now.
Is this my patient? All right. I want you to look to me, just a moment, lady. We are strangers I suppose, to each other. And we do not know each other, but the Lord Jesus knows us both.
Brother, you're setting there a praying, the big man looking at me with the white shirt on. Because you know that there's a spirit of death laying there near you. But you believe and are praying that God would turn me around and show and talk to you. And you, in your prayer, made this promise: if I would talk to you, you would accept your healing. That's true, isn't it? That's right. All right. You're suffering with heart trouble, aren't you? If that's right, raise up your hand. Now, go and be well. God bless you. Your faith makes you whole. Just give God praise and glory. Have faith.

E-41 All right, lady. You believe now with all your heart? Now, you're suffering. Around you, closing around, seems to be a great dark spirit, which is tremendous nervous condition. You've been bothered with it for some time. Now, I seen you got a--a fall. And you've--you hurt your knee. Your knee, that's what you want me to pray for, is your knee. And you are a Christian. And I see you going into a church. It's a--a Full... It's Assembly of God church. You belong to the Assemblies of God. Come forward now for your healing. In the Name of Jesus Christ, the Son of God, I condemn the devil that's did the evil to the Christian. Come out, Satan. I adjure thee to leave the woman. Amen. Go on your road, sister, thanking and praising God. Amen.

E-42 Do you believe, sister? With all your heart? All right. You believe me to be His servant? I'm so thankful for that, that you do. All right. Now, as... I want you to believe that the Lord Jesus is here, and knows you, knows me, knows all about every condition. And I'm just a instrument in His hand. I've never seen you, know nothing about you, but God knows you. The first place, you're not from this city. You've come from the north, coming south. You've come from a city called, Atlanta. And you're just outside of there. And you're a woman preacher. That's right. See? And you're suffering with a bladder trouble and a female condition. And it's left you. You return to your city, happy, praising the Lord.
Have faith in God. Don't doubt. Believe, for all things are possible to them that believe. [Blank.spot.on.tape--Ed.]
You're the patient, are you? All right. We're strangers to each other... [Blank.spot.on.tape--Ed.]... Mrs. Brown, and you come from a street called, Monument Street, and it's 302 Monument Street, Augusta, Georgia. Return back now to your home, thanking God and being happy, and you can be made well.

E-43 Heavenly Father, I bless the woman in the Name of the Lord Jesus. And may she go and receive that which she's asked for.
Let's say, "Praise be to God." [Congregation says, "Praise be to God!"--Ed.] Now, have faith. Believe with all your...
Oh, it's the woman. There's a deaf spirit on the woman. Bow your heads, everywhere, will you, till we can get an answer.
Almighty God, Creator of heaven and earth, Author of Everlasting Life, and Giver of every good gift. We do not desire of Thee, our heavenly Father, miracles. For it is said that a weak and adulterous generation seeketh after such. But we desire, Lord, relief for Thy children. And we believe that Thou art here. And the Scripture is written, that, "When the deaf spirit went out of a man, he could hear." And I pray Thee, Father, not for glory of self, but for the glory of God, that this deaf spirit come from the woman. Hear the prayer of Your servant, Father.

E-44 Now, Satan, you who deafened the woman, I charge the by the Lord Jesus Christ, that you leave her. Come out of her in Jesus Christ's Name. Let every head stay bowed a minute.
Can you hear me? Can you hear me now? Say, "Praise the Lord." Now, raise up your hands, praise the Lord. Hear me all right now? All right, now you raise your heads. Now, praise the Lord. Here's your healing. Your thing gone; you don't need them any more. Go off the platform, rejoicing. Let's say, "Praise the Lord." [Congregation says, "Praise the Lord!"--Ed.] That's right. The Lord Jesus being made merciful.
You believe? Just a moment. You been awfully sick, haven't you, lady?
You have a cancer, don't you, sir, setting right there on next to the end of the place. You believe? This woman does too. You believe that Jesus Christ will make you well? You believe it? You believe it too? Raise up your hand then.
Almighty God, Author of Life, we condemn this devil. In the Name of the Lord Jesus, may it go from them. Come out, Satan, in Jesus' Name.
God bless you now, lady. The dark streak cease to be. Go on your road rejoicing and be happy. God bless you.

E-45 Would you come, my brother. You believe? You believe that God will make you well? You know I don't know you, but God does know you, doesn't He? You believe that God will heal you of this diabetes, and let you go home and be well? All right. You may go on your road, rejoicing, and thanking the Lord Jesus.
Come, sir. Heart trouble's nothing for God to heal. He can make you whole any time. You believe it? All right. God bless you. Go on your road rejoicing, saying, "Thanks be to God." All right.
Would you come, lady? You believe? You believe God can heal you of this kidney trouble and make you well? Raise up your hand, say, "I accept it." Then on your road, rejoicing, saying, "Praise be to God." In Jesus' Name.

E-46 You believe, lady, with all your heart? What's you come... You got many things the matter with you: a thyroid trouble, for one thing. But the main thing you come, because you're stiffening up all the time with arthritis, and you want God to heal you. Isn't that right? You accept it now? Then go on your road rejoicing; it'll all leave you, and you'll be well. Let's say, "Praise the Lord!" [She says, "Praise the Lord!"--Ed.]
You have a lady's trouble, for one thing. You've had it for a long time. But one of the great things that's the matter with you, or closest thing to taking your life, would be a heart trouble that you're suffering with. You believe that God heals you now of the heart trouble? That's right. Then go on your road rejoicing, saying, "Thanks be to God Who gives it."

E-47 Now, it's the same thing: heart trouble. Now, do you believe that God will make the...?... well, and you well, too? You go... All right. Go on your road, you can have just exactly what you've asked for.
Let's say, "Praise be to God!" [Congregation responds--Ed.]
Dad, you believe that old stiffness is gone, you go on your road, happy, rejoicing? God bless you. Just keep moving, and shouting the praises of God, and have what you ask for.

E-48 Come, sister. Do you believe with all your heart? You believe that God is here? You believe that His Presence is near? You're a mighty young woman to have this. That's right. But what's caused it, it's because you're a nervous type of person. You're upset all the time; you're nervous. And it's caused you to have a stomach trouble. And it's got a peptic ulcer, which caused you to have acid in your stomach, and so forth: burns, and your food don't agree with you, and you're restless at night. That's exactly right. You've actually been nervous since you was a child, ever since you was a little girl. When you was in school, you used to complain about it. And you've been just a little near-sighted too. When you read your book, you hold it right close to you, in your school, when you was a little girl. Those things are true, lady. Now, you're healed. You believe now with all your heart? God bless you. You can go on your road rejoicing now and be happy. God bless you.

E-49 Come, lady. You believe with all your heart? I'm a stranger to you. But there's a hospital waiting for you, to take that tumor out. But do you believe God can kill it right now? I lay my hands upon you in the Name of the Lord Jesus, and ask God if He will do this for you. In Jesus' Name. Amen. God bless you. Go, and may you never have to be operated. All right. You believe with all your heart?
How do you do, sir. God can take that kidney trouble away from you, right there. You believe it? You accept it? You believe you're in His Presence? You believe that's Him that lets me know that? Then go on your road; you can have just what you asked for. God bless you. May the Lord bless you, my dear brother.

E-50 All right. Come. Would you come, sister? You have a lady's trouble that's bothered you, but the main thing that's bothering you now is heart trouble, because you're having smothering spells, and things like that. And especially when you lay down, after eating a whole lot. Caused from a nervous condition, which is not a heart trouble; it's a nervous condition that's causing the gas back up on your heart. You're going home now. You believe you're going home, and eat, and be well, and all right? You believe you're going to be well? Then, go on your road rejoicing, and thanking the Lord Jesus for ever letting you get well, and be healed.

E-51 Would you come, lady? You know, it was kind of a hard thing, that woman there, 'cause you was standing in front of her. See? And there's something wrong with her. I don't remember now what it was. But I seen you, and it was told her about eating. Because it was a stomach trouble. It was you that had the stomach trouble. So you just go on your road, and eat what you want to. Jesus makes you well, and believe with all your heart.
Let's say, "Praise the Lord!" [Congregation says, "Praise the Lord"--Ed.]
What if I told you you was healed, while you was setting there, would you believe it? All right. Go on your road rejoicing, and saying "Praise the Lord," in Jesus' Name.

E-52 Come. You believe, lady? You got an abscess, and that's on the female gland. You got a female trouble. And you believe Jesus make you well now? All right. In the Name of Jesus Christ, I ask it to leave. Amen.
Let's say, "Praise be to God." [Congregation says, "Praise be to God."--Ed.]
Now, would you bow your head again? Here's deafness hanging at the woman.
O God. Not able to hear, but Thou can do all things. She can't hear the message, so "Faith cometh by hearing." That's why I stop her, Lord, not for any other purpose, but that faith might be known, that, "Faith cometh by hearing. And if they can't hear, how can faith come?" So I pray, God, that You'll give me this special blessing at this time to cast away this evil from my sister. So, Satan, upon the basis of the shed Blood of the Lord Jesus Christ, as His representative, sent by an Angel, ordained so to come and do this, I adjure thee, in the Name of the living God, that you come out of the woman. How long has he been a hold of you? Hear me all right now? You're perfectly normal and well. See? Hear me all right now? What...?... You hear me? Amen. Amen. Perfect. God bless you. That other trouble left you too, the lady's trouble.
Oh, my. What's a female trouble to God? Why, He can heal you right there. Don't you believe that?
In the Name of Jesus Christ, I condemn this devil. You're healed, sister.

E-53 Let's say, "Praise the Lord!" [Congregation says, "Praise the Lord"--Ed.] You believing? Have faith.
My boy's hitting my side, so I know it must be close to time. Do you believe with all your heart? Got high blood pressure. You got heart trouble. The woman behind you has the same, both high blood, and you're husband and wife. Go on your road home and get well. Believe. Are you believing?
Who is that lady going through there, just then? There's a light following her. No, it isn't. There's a little lady looking at me there, standing right out here, looking at me. A little, pink, looking dress of affair... You're suffering with asthma. You believe God will heal you? Will you stand up just a minute? All right. You got asthma, or you had asthma. Jesus makes you well.

E-54 The lady next to you, tell her to stand up; she's suffering, too. Just remain standing. All right. You suffer with a head trouble. Don't you, lady? All right. You can go be made well. Tell the lady next to you to stand. Do you believe, lady? You believe God will make you well? All right. You can have yours, also from high blood.
That man setting right here. I see a man out here worried about his boy. He is studying about a boy. That boy is some sort of a man... He's got cancer. And he's--he's something; he's been a soldier. He--he--he was in Korean war, and the boy's got cancer, and he's backslid, and you're worried about him. Isn't that right, sir? Raise your hand and accept God for the Healer.
I condemn every devil, every unclean spirit, every devil of doubt. It has no right to hold these people any longer. And anybody that'll believe me, and believe that I tell you the truth right now, I condemn every unclean spirit and every devil of doubt. And I don't care what's wrong with you, in the name of Jesus Christ stand upon your feet, give God praise, and you shall be healed, the whole group of you, right now. I pray in Jesus' Name.

Up

S'abonner aux nouvelles