LES 7 NOMS COMPOSES DE JEHOVAH

Date: 55-0120 | La durée est de: 1 heure 41 minutes | La traduction: Shp
doc pdf
Voir le texte français seulement Voir le texte anglais seulement

1.         …Crois seulement,

Tout est possible, crois seulement.

Crois seulement, crois seulement,

Tout est possible, crois seulement.

            Maintenant, restez debout juste un instant pour la prière. Père, nous Te remercions ce soir du fond du cœur pour ce merveilleux rassemblement en Jésus-Christ ici à Chicago. Nous Te prions de bénir les efforts que nous conjuguons pour essayer de Te représenter devant ces gens. Voyant cette soirée froide, et où il y a une tempête de neige dehors, avec ces gens qui sont venus de loin et qui se sont rassemblés ici ce soir pour être guéris... En lisant leurs lettres la journée et en les entendant crier au secours de façon pitoyable, cela émeut nos cœurs, Père. Je suis sûr que Tu les vois quand ils écrivent les lettres, Tu les vois quand ils arrivent, le sentiment que cela suscite en moi, la réaction, tout ce que nous pouvons  pour essayer d'apporter de l'aide. Bénis nos efforts ce soir, Père. Que Ton Esprit soit ici, puisse-t-Il approuver tout ce que nous faisons. Car nous demandons Sa divine conduite en tout au Nom de Jésus. Amen. Vous pouvez vous asseoir et que le Seigneur vous bénisse.                                     

2.         Je suis doublement heureux ce soir d'être ici à l'auditorium. Je vois que nous avons quelques lettres ici. Certains d'entre vous les ont remises à Billy Paul, et il me les transmet toujours. Et, nous apprécions donc cela. Et alors, certains ici... Avant que je commence ce soir, j'ai remarqué que quand je fais la prière de congédiement, parfois les gens déposent ces lettres pour que j'y impose les mains. J'aimerais prier pour cela personnellement avant que nous vous les remettions. Tout ce que nous pouvons faire pour vous aider, et c'est le but de notre présence ici, c'est d'essayer de vous aider à aimer notre Seigneur Jésus de tout votre cœur.                   

            J'étais en train de regarder le spécialiste de l'enregistrement ici, tous les fauteuils d'orchestre sont occupés par eux ce soir, ils font des enregistrements. Eh bien, c'est très merveilleux.

            Nous - nous sommes... Nous aimerions bien rester à Chicago pendant très très longtemps si possible. Naturellement ceci... Nous sommes un peu empêchés cette fois-ci. Nous devons retourner à l'église. L'audi... Cet auditorium a été déjà loué. C'est avec un peu de difficultés que nous l'avons, mais nous...                   

3.         Frère Joseph et moi, nous en parlions aujourd'hui. Il fait des préparatifs pour une autre réunion, très bientôt, aussitôt que nous pourrons revenir de là où nous allons commencer maintenant. Nous devons aller à Hot Springs, à Little Rock, et à - de là à Shreveport, à Lubbock, au Texas, à Phœnix, en Arizona, à Los Angeles, à Tacoma, à Washington. Et ensuite, de là à Calgary, à Edmonton, Grande Prairie, à Dawson Creek, et puis, peut-être à la - à la conférence d'outre-mer. Si nous pouvons revenir en ce moment-là...       

            Naturellement, je pense que tout le monde sait qu'un petit enfant va naître chez nous très bientôt et que cela devra avoir lieu au mois de mars ou plutôt de mai. Et nous sommes... J'aimerais être à la maison en ce temps-là.             

            Eh bien, aussitôt que ça sera passé, Dieu voulant, je - je dois retourner outre-mer. Je... Il y a simplement quelque chose dans mon cœur, je n'arrive tout simplement pas à m'y dérober. Chaque jour, j'essaie de me consoler en disant : " Dis donc, Billy Branham, tu dois rester à la maison. Voyez ? Tu - tu as... " Mais quelque chose au fond de moi dit : " Non. " Et - et je - je n'y peux rien.       

            Je voudrais juste vous montrer quelque chose, mes amis, si vous pouvez comprendre. Chicago... Nous allons juste prendre Chicago, disons que tout ceci, ce sont les Etats-Unis, ici même. Et c'est l'un des meilleurs endroits. Je n'ai rien contre un quelconque endroit. Ils sont tous beaux. Partout où je vais, les gens m'aiment, et avec un accueil aussi chaleureux que celui que vous m'avez réservé il y a quelque temps. Je... Du fond de mon cœur, je suis ému. Oh ! la la ! Je souhaiterais simplement m'asseoir avec vous, rester pour toujours ; mais je ne saurais le faire. C'est... Nous... Je ne suis pas un jeune garçon, et il y a beaucoup de travail à faire, et je ne peux pas tout faire, mais je dois faire ma part. Voyez-vous ce que je veux dire ?                        

4.         Et je vais dire ceci, et je... Si j'ai tort, que Dieu me pardonne. Car je le dis de tout mon cœur. L'Amérique, la nation, sur le plan national, n'est pas prête pour un réveil. Peut-être qu'ils ont dépassé ce jour-là. Voyez-vous ?             

            J'observais frère Joseph ce matin alors qu'il cherchait à me parler, il a dit : " Eh bien, Frère Branham, quand vous reviendrez, nous allons... " Voyez ? Il peut avoir dit cela. Je ne dis pas ceci parce que mon jeune frère suédois que voici est assis à l'estrade. Non, monsieur. Mais je l'aime. Beaucoup d'entre vous savent par quoi je suis passé pour maintenir notre communion, pas à cause de lui et de moi, mais à cause du monde extérieur. Mais Joseph Boze est mon copain, mon frère en Christ. Il lui faut faire quelque chose de pire que ce qu'il ait jamais fait pour changer mon opinion sur lui. Je l'aime. Et ainsi, je - je l'apprécie. Et par lui...

            Il vient tout simplement et s'assoit chez moi, et il roule jusque là, ou il prend un avion, ou que sais-je encore. Et je... " Frère Branham... " Les petits enfants entrent dans la pièce, ils se mettent à l'entendre parler ce mauvais anglais, vous savez. Et nous... " Nous avons besoin de toi à Chicago. Ces gens-là t'aiment. Eh bien, quand vas-tu venir et tenir pour nous une autre réunion ? " Voyez ? Il s'accroche vraiment. Et vous - vous ne pouvez pas le lui refuser. Vous ne pouvez tout simplement pas...                      

5.         Vous pouvez tout simplement dire : " Très bien, Frère Joseph. Précédez. Je - je serai là. " En effet, il... - il s'accroche tout simplement jusqu'à ce que vous soyez pratiquement obligé de venir. Et alors... Mais je - je l'aime vraiment.        

            Et ce matin, nous étions assis, en train de causer. J'ai dit : " Frère Joseph... "  

            Il a dit : " Mais, Frère Branham, vous vous rendez compte... " Il a dit : " Pensez-y tout simplement. Hier soir, vingt âmes au moins ont été sauvées, a-t-il dit, ce n'est donc pas un service d'évangélisation, là. " Il a dit : " N'importe quoi dépasserait cela. Vingt personnes sont venues à Christ. "       

            J'ai dit... "Eh bien, a-t-il dit, Frère Branham, si les gens ont un réveil et qu'une personne vienne un soir, voyez combien ils s'enorgueillissent à ce sujet, et ici, il y a eu vingt cas de conversion, des gens profondément convaincus, qui sont venus en pleurant à chaudes larmes et en criant (Voyez?), après qu'ils ont vu l'œuvre du Seigneur. "    

            J'ai dit : " Oui, Frère Joseph, Dieu sait combien j'apprécie cela. Mais voyez, juste ici, on en a eu autant ici même en une soirée des services, transposez tout simplement cette réunion et tenez-la en Afrique du Sud, tenez-la en Inde, tenez-la dans les îles ou là en Amérique du Sud, savez-vous combien d'âmes seraient venues ? Environ cinq mille, peut-être vingt mille, trente mille. " Voyez-vous ? C'est la même chose, exactement la même chose.               

6.         Eh bien, à beaucoup de ces endroits, on n'a jamais entendu parler de Christ. Beaucoup de ces frères qui s'y rendent et y tiennent ces campagnes, ils vont auprès des gens qui ont une certaine conception de Christ, tels peut-être les catholiques ou les luthériens ou les autres, et ils donnent un enseignement. Mais dans les miennes, je prêche là où on n'a jamais entendu parler de Christ. Voyez-vous ? Ils doivent avoir une certaine conception de Dieu. Eh bien, le… surnaturel... Voyez-vous ?        

            Le don ne fait aucune distinction, que l'on ait jamais entendu parler de Christ, qu'on ne sache rien de la Bible. Le don discerne malgré tout, vous voyez, parce que c'est Dieu et cela... Cela amène les gens... le - le côté surnaturel, les gens se demandent : " Oh ! la la ! de quoi parle-t-il ? Comment a-t-il su qui j'étais, et ce que je... ce qui ne va pas en moi, d'où je viens, et qui - qui sont les gens de ma famille et toutes ces choses ? Eh bien, d'où cela vient-il ? " Voyez-vous ? Alors, ils voient.                      

7.         Eh bien, les frères qui se contentent de prêcher l'Evangile, ce qui est la façon originelle et merveilleuse de s'y prendre, eh bien, ils peuvent prendre ces autres choses, vous voyez, comme cela. Mais j'aime retourner à la maison et serrer la main à tout le monde, spirituellement parlant. Et en effet, j'aimerais serrer la main à tout le monde dans le naturel si je le pouvais.       

            Mais alors, dans la réunion et le merveilleux esprit... Mais j'aimerais vous poser une question. Les prédications qui ont été apportées en Amérique pendant ces dix dernières années auraient suffi pour convertir le monde entier je ne sais combien de fois pour... Vous savez cela. Considérez simplement les évangélistes qui ont parcouru tout le pays. Considérez Billy Graham, et - et Jack Schuller, et - et Jackie Birch, et oh, tous ces autres, et Oral Roberts, et beaucoup de grands évangélistes qui ont parcouru tout le pays d'un bout à l'autre, et qui ont fait un ratissage d'un bout à l'autre, à plusieurs reprises.

8.         Et quand on m'appelle, on dirait qu'une croûte s'est formée, c'est comme ça que les chrétiens sont devenus. De temps en temps, vous tirez un d'ici ou de là. Voyez-vous ? Mais on dirait que c'est arrivé à un point où on ne peut faire une percée parmi les gens d'une façon ou d'une autre.

            Les gens viennent les deux ou trois premières soirées. C'est merveilleux. Ils voient le miracle de Dieu. Ils entendent un évangéliste, un bon prédicateur comme Oral Roberts, Billy Graham, ou l'un de ces frères qui peuvent vraiment [bien] prêcher. Ils se réjouissent après quelques soirées, mais c'est tout. Et le surnaturel est à l'œuvre, le Seigneur agit, cela a semblé être bien. C'est merveilleux. Et puis ils - eh bien, très vite, cela disparaît dans l'espace d'un ou deux jours. Voyez-vous ?                                         

9.         Voyez, on dirait que… qu'il y a tout simplement quelque chose qui est au-dessus de notre chère nation... Je pense que notre civilisation a atteint le point… Dieu a fait sans arrêt la pêche à la seine et Il rassemble les chrétiens comme cela. Mais je crois que si le réveil éclate, il éclatera dans les pays des païens. Je crois cela de tout mon coeur. Voyez ? Ils ne savent rien à ce sujet. Ils ne savent rien de leur endoctrinement et de la théologie que l'on a aujourd'hui.              

            Les gens enseignent ceci et cela. Et l'un dit : " Eh bien, il faut que je voie. " Voyez, celui qui fait cela, c'est un sceptique. Il publiera cela dans un journal. Je ne suis pas contre vous. Vous êtes mes frères et mes sœurs. Mais le monde extérieur, Chicago prendra le journal : " Des phénomènes étranges, des prodiges, telles choses ont eu lieu comme cela. Ah ! ah ! ah... "             

            " Eh bien, Docteur Dupont a dit que ce n'était que de la psychologie. " Voyez ? " Eh bien, notre pasteur a dit que c'était du diable. Je n'aurai rien affaire avec cela. " Les autres, ils n'ont même pas le temps de voir aussi loin que ça : " C'est un charlatan religieux. " Voyez ? Et ils continuent comme cela... C'est ça l'attitude.          

10.       Mais étalez cette même chose dans l'un de ces journaux étrangers, toute la nation se détournera pour voir de quoi il s'agit. Voyez ? Voilà. C'est cela la différence. Voyez, ils n'ont pas été autant endoctrinés que nous le sommes tous et tout. Eh bien, ici ce soir, je vous appelle les élus. C'est vrai. Vous êtes aimables et merveilleux. Et vous m'avez aidé.

            Et vous rendez-vous compte que ce voyage en Inde, où des milliers et des milliers des gens ont reçu l'Evangile ; ils ont reçu Jésus-Christ à la fois, des gens qui étaient des païens et des idolâtres. Savez-vous que vous avez en grande partie financé cette réunion-là, vous qui êtes assis ici ce soir ? Vous l'avez fait. Je suis revenu, j'ai tenu des réunions et fait... Si seulement je peux en avoir assez pour retourner là pour donner à ces pauvres petites gens qui crèvent de faim, ces affamés qui n'ont rien à manger, et qui sont couchés dans les rues, et quelle condition, et ils ne font que mendier.              

            Et pourtant une seule chose, quand ils voient une seule chose extraordinaire de la miséricorde de Dieu, ils sortent des fauteuils roulants et s'en vont, ils jettent les béquilles. Et on parcourt la salle pour ramasser des histoires où ils... ?... gisent comme cela, comme cela. Ils - ils ont tout simplement mis cela dans des grands tas, et des choses comme cela, on les emporte, des brancards et autres. Ils n'en ont plus besoin. Quelque chose les frappe simplement et ils croient cela, ils continuent tout simplement. Voyez-vous ?                   

11.       Et c'est la raison pour laquelle, mes amis chrétiens, je vais ça et là, essayant de voir mes amis et - et... Pas pour collecter de l'argent, ce n'est pas ça. C'est pour rendre visite à mes amis. Eh bien, peut-être, ce soir si vraiment j'étais grandement dans le besoin, je pouvais aller auprès de deux ou trois personnes qui sont assises ici même dans cette assistance et elles m'enverraient en Inde. Mais ce n'est pas - ce n'est pas ainsi que je veux m'y prendre. Voyez ? J'aimerais avoir un centime de celui-ci, dix cents de celui-là, cinquante cents d'un autre. Voyez, comme cela ? Et alors tout le groupe aura eu quelque chose à faire là-dedans, et - et je prends un peu de repos après avoir été dans le champ missionnaire à l'étranger, je reviens, et je repars. Comprenez-vous ce que je veux dire ? Voyez ?         

            Et je vous aime et je... Il n'y a pas de secrets. Il n'y a rien du tout devant moi ni rien que quelqu'un voudrait avoir. Mais tout est clair. Je dis aux gens tout ce que j'ai, chaque sou que je reçois, où que cela aille. Et mes papiers délivrés par le gouvernement américain sont là. Ma banque est là, et - et ma famille est là, ma maison. Les habits que j'ai, ce sont les gens qui me les donnent, voilà donc. Je n'ai pas besoin d'argent puisque les gens m'en donnent. Je préférerais plutôt les prières que tout l'argent. Alors, cela signifie que tout l'argent m'appartient, si j'ai cela - des amis. Voyez-vous ? Et les amis de Christ sont mes amis. Et je suis l'ami des amis de Christ. Et alors, c'est ainsi que je m'y prends dans la vie.            

12.       C'est merveilleux ! Je n'échangerais pas cela contre dix milliards de dollars. Je préférerais avoir cela, oh ! la la ! Oui, monsieur. C'est mieux. Et au total, mes dépenses s'élèvent à... J'envoie des milliers de lettres par semaine et on doit acheter des tissus sur lesquels on prie, et acheter - acheter des timbres. Et on dépense des centaines de dollars par semaine, et nous les envoyons dans les champs missionnaires à l'étranger et dans le monde entier, et tout. Avec cinq agents qui travaillent à plein temps au bureau, vous rendez-vous compte de ce que c'est ? Quand je ne suis pas dans le champ missionnaire. Voilà. Ça ne fait que régresser.             

            Les gens de la banque se sont adressés à moi, disant : " C'est en ordre, Révérend Branham, si votre compte est à découvert, laissez simplement faire. Vous vous en occuperez. " Voilà ma vie... ?... Ainsi c'est... Alors cela arrange les choses. Je vis donc juste par la foi, c'est tout, juste par la foi.           

13.       Et c'est la plus grande chose que j'aie jamais connue de ma vie, c'est de vivre par la foi en notre Seigneur Jésus-Christ, sachant qu'Il m'aime et qu'Il me bénit. Et prélever de l'argent ? Si jamais j'ai pris le… un centième de l'argent qui m'a été offert, pas ce que je demande, jamais je ne… Mais avec l'argent qui m'a été offert, je serais un multimillionnaire. Vous savez quoi ? Cela vous cause des ennuis. Je préférerais y aller au jour le jour, au jour le jour, vivre simplement pour le Seigneur. Ce dont j'ai besoin pour demain, Il pourvoira à cela demain. C'est vrai.                      

            Et puis je... Voyez, si vous pouvez avoir... Alors, vous vous mettrez à placer votre confiance dans vos richesses. Alors, vous vous mettez à... Si vous avez de l'instruction, vous vous y confierez. Si vous avez beaucoup de théologie, vous vous y confierez. Je n'ai pas de théologie, pas d'instruction, pas de personnalité, pas d'argent, ni rien. J'aime simplement le Seigneur et je place en lui ma confiance en tout. C'est tout ce que j'ai. Voyez ? Je... C'est ainsi que j'aimerais vivre. C'est mon choix, vivre comme cela.               

            Eh bien, que Dieu vous bénisse. Eh bien, vous êtes un peuple très aimable, ici à Chicago. Et maintenant, vu qu'il nous faudra peut-être encore quelques soirées là, notre auditorium ici… Nous... Quelqu'un en a parlé avant nous. Et c'est juste... C'est ce qu'on mérite. Il... Nous ne voulons pas faire des compromissions.             

14.       Mais maintenant, nous aimerions, ces quelques prochaines soirées si nous le pouvions, au lieu de prêcher, j'aimerais tout simplement faire quelques petites déclarations sur la Parole, et ensuite faire passer la ligne de prière tant que je serai en mesure de tenir debout. Voyez ? En effet, je reçois beaucoup de lettres. Les gens d'ici disent : " Nous - nous ne pouvons pas rester plus longtemps, Frère Branham. "                

Eh bien, il est impossible de savoir pour qui on va prier le soir. Comment saurais-je le nombre de ceux qui vont être guéris ce soir, alors qu'à ma connaissance je ne connais aucune âme vivante ? Je ne vois personne dans l'assistance que j'ai déjà vu auparavant, à ce que je sache. Je connais certains de ces garçons qui sont assis ici. Voyez ? Certains d'entre eux viennent de, eh bien, de mon église là à Jeffersonville, ce sont mes amis, mes amis personnels. Et... Mais je ne connais personne là-bas.               

            Eh bien, comment puis-je savoir là où l'Ange du Seigneur va être suspendu ce soir pour montrer une vision sur quelqu'un dont je ne sais rien ? Eh bien, cela... Billy Paul, je... Il va venir cet après-midi, ou plutôt ce soir, pour distribuer des cartes, et je pense qu'il l'a fait. Il distribue probablement une centaine de cartes. Elles sont là. Tout ce qu'il peut faire, c'est simplement les mélanger et vous les donner. Et il - il ne sait pas où les - les cartes de prière, ou plutôt à partir de quel numéro on va appeler. Moi, non plus. Je ne sais même pas si oui ou non on en appellera une. Voyez-vous ?                         

15.       Et - et, ça ne change rien, qu'on ait une carte de prière ou pas. Tout ce que je cherche à faire, c'est de vous amener à croire au Seigneur Jésus-Christ, et Il vous guérira. Vous n'êtes pas tenu d'avoir une carte de prière. Si vous remarquez bien, il y a plus de gens guéris là dans l'assistance qu'il y en a parmi ceux qui viennent sur l'estrade. Mais je...  Mais cela diminue vraiment ma force.                    

Eh bien, l'autre jour, j'ai appris que quelqu'un qui me connaissait très bien, a dit que, le fait que je m'affaiblis, et que je deviens faible, ce n'était qu'une imposture. Eh bien, que Dieu pardonne l'homme qui a dit cela. Voyez ? Car il ne savait pas de quoi il parlait. C'est tout. Il ne le sait pas. Et ce n'est pas le cas, mes chers bien-aimés amis.

16.       Quant à ma condition physique, je remercie Dieu pour la bonne santé, je suis très fort. Et je suis un chasseur et je vis dans les montagnes et dans les bois, et par la grâce de Dieu, j'en suis un très bon. Et ainsi donc, j'ai fait l'équitation et des choses comme cela toute ma vie, et j'ai été un très bon travailleur toute ma vie. Pour ce qui est de ma condition physique, tout va bien. Mais juste... Je peux me tenir ici et vous prêcher toute la nuit, continuer à prêcher. Mais que l'une de ces visions se produise, alors vous devez pratiquement être prêt à me transporter pour me faire partir de l'estrade. Voyez ? C'est simplement... Cela m'affaiblit. Pourquoi ? Je ne sais pas. Mais l'Ecriture dit que cela se fera, et ça se fait. C'est tout ce que je sais.                           

17.       Ainsi, que le bon Dieu vous bénisse maintenant. Je vais lire deux passages des Ecritures ici, juste pour une petite pensée, ou plutôt un petit entretien, peut-être de pas plus de quinze minutes, ensuite appeler la ligne de prière, afin que nous ne vous gardions pas jusque très tard la nuit.  Eh bien, l'un d'eux, parle de... Les deux passages se rapportent aux noms rédempteurs de Jéhovah. Et l'un d'eux se trouve dans Genèse 22, verset 7 :        

Alors Isaac, parlant à Abraham, son père, dit : Mon père ! Et il répondit : Me voici, mon fils ! Me voici. Isaac reprit : Voici le feu et le bois, mais où est l'agneau pour l'holocauste ?

Abraham répondit  : Mon fils, Dieu se pourvoira lui-même de l'agneau pour l'holocauste. Et ils marchèrent tous deux ensemble.

            Et au verset 14 nous lisons :

Abraham donna à ce lieu le nom de Jéhovah-Jiré. C'est pourquoi l'on dit aujourd'hui : A la montagne de l'Eternel il sera pourvu.

            Et puis, là dans les Psaumes, Psaumes 64 [Psaumes 46 - N.D.T.], verset 1 il est dit :

Dieu est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la  détresse.

18.       Eh bien, d'ici nous aimerions faire nos commentaires. Et maintenant, j'ai écrit sur cette enveloppe que j'ai amenée : " Les sept noms composés de Jéhovah. " En d'autres termes, ce que Jéhovah est, cela se trouve dans Ses sept noms rédempteurs.                         

            Eh bien, Dieu... Son attitude envers les gens depuis l'Eden, depuis là en Eden est contenue dans ces sept noms rédempteurs. Le premier, c'est Jéhovah-Jiré, qui signifie : "L'Eternel se pourvoira d'un sacrifice." Le deuxième, c'est Jéhovah Rapha : "L'Eternel, le Guérisseur." Manassé : "Notre Bannière." Shalom : "Notre Paix." Rohi : "C'est le Berger, notre Justice." Et Sham, "L'Eternel est présent."                       

            Eh bien, l'Eternel Shammah, S-h-a-m-m-a-h, Shammah, c'est celui dont je vais parler à partir du - du Psaume 64 [psaume 46 - N.D.T]. Et Jéhovah-Jiré est le premier, et celui-ci est le dernier. Jéhovah-Jiré, c'est "l'Eternel se pourvoira d'un sacrifice." Jéhovah Shammah, c'est "Jéhovah est présent." Maintenant, que le Seigneur ajoute Sa bénédiction à ceci comme nous parlons pendant quelques instants.           

19.       Maintenant, Jéhovah-Jiré. Quand Dieu est apparu à Abraham, Il... Le premier nom sous lequel Il lui est apparu, se trouve là dans Genèse 22, là où Il lui est apparu sous le nom de Jéhovah-Jiré.                      

            Eh bien, Abraham avait reçu de Dieu la promesse qu'il aura un fils qui sera son héritier. Et par cette semence, Sa semence, il serait l'héritier de la terre. Et à travers le fils d'Abraham, qui était Isaac, à travers Isaac, Jésus est venu et Jésus a fait entrer - a introduit les Gentils, c'est Lui qui pardonne toutes les races : le Blanc, le Brun, le Jaune, le Noir, tout le monde, et Il les rachète pour montrer que c'était le dernier âge. C'est tout. Il n'y aura plus d'autre âge après celui-ci. Ceci sera le dernier âge où Dieu traitera avec des gens en tant que mortels.                  

20.       Et si on avait eu un réveil avant la destruction antédiluvienne, avant la venue de Christ, si on avait eu un grand réveil, eh bien, qu'en est-il de l'accomplissement de tout cela ? Que se passera-t-il ? Considérez l'époque des apôtres... ?... depuis le début de l'âge des Gentils. Considérez quel réveil ils ont eu. Comment les gens venaient de chaque nation, et il se produisait des miracles. Considérez l'époque de Noé. Eh bien, ceci est le temps de la fin, juste à l'ombre même de la venue du Seigneur Jésus.            

            Il y a de bonnes nouvelles à annoncer ici. Leo, avez-vous tous apporté ce film ? L'avez-vous apporté ? J'ai un film qui m'a presque reconverti. Et on va le projeter ici dimanche après-midi, c'est ça ? [Un frère dit : " On ne s'est pas encore décidé là-dessus, Frère Branham - N.D.E.] Toutefois, ils vous annonceront quand ce sera projeté. Je ne voudrais pas que vous manquiez de voir cela. Et c'est l'un de mes propres films. Un homme me l'a donné, frère Arganbright, le - l'un des représentants des Hommes d'Affaires Chrétiens. Et il m'a donné ce film parce que j'ai beaucoup aimé cela. Et je n'ai pas de projecteur pour le projeter. Ainsi, j'aimerais le revoir moi-même. C'est sur le retour des Juifs en Palestine, deux érudits parlent à bord d'un avion, et vous allez certainement aimer ce film, et de les voir.                        

21.       Et chaque prophétie, tout ce que je sais, que je vois dans les Ecritures, est déjà accompli, on attend la Venue du Seigneur. Et comme je l'ai dit hier soir, je crois que la Venue du Seigneur Jésus, la seconde Venue, le temps où cela devait avoir lieu est déjà passé, ce temps est déjà passé. Et comme il en était du temps de Noé, la patience, Dieu attendait, ne voulant pas qu'aucun périsse. Et Il attend simplement, Il attend maintenant dans Sa patience, si bien que le temps de Sa Venue est déjà passé, Il attend que l'Eglise soit en ordre pour que la seconde Venue ait lieu. Qu'en pensez-vous, ami ?                        

Quel genre de personnes nous devrions être, de réaliser que ce jour peut être le dernier jour où nous sommes encore des mortels ? Il se peut que demain nous soyons immortels. Il se peut que celui-ci soit le seul jour que nous ayons, dans  notre vie, la dernière réunion où nous puissions jamais être ensemble, et travailler pour le Royaume de Dieu. Comment cette réunion devrait-elle donc être conduite ce soir ? Avec le plus grand respect, afin que de tout notre cœur, nous comptions sur le Seigneur Jésus pour qu'Il nous donne chaque âme qui est ici, et qui n'est pas convertie, qu'Il aide à faire quelque chose qui amènera l'incroyant et le tiède à considérer et à recevoir le Seigneur Jésus-Christ.

22.       Ce serait de l'égoïsme, si le cœur d'un homme n'aspire pas à sauver son frère. Quelque chose cloche dans son cœur. Quoi qu'il en soit, que son frère le haïsse, que son frère soit contre lui, que son frère ait tenté tout son possible pour le tailler en pièces, le cœur de cet homme battra cependant pour son frère. Il n'y peut rien. Quelque chose là-dedans crie : " Oh ! mon frère, tu es dans l'erreur. Mais je - je veux que tu sois sauvé." Et par conséquent, vous essayez de tout votre être d'amener votre frère à croire de tout son cœur et à entrer dans le Royaume de Dieu.

            Et maintenant, c'est là le genre de réunion que nous aimerions tenir chaque fois. J'ai prêché à - à des centaines de milliers de gens. Et j'ai prêché à quatre ou cinq personnes seulement. Mais je ne pourrais pas être plus sincère avec cinq cents mille personnes qu'avec cinq personnes, car pour Dieu, une seule âme vaut dix mille mondes.                                 

23.       Eh bien, pour que la rédemption ait lieu, le Seigneur Jésus-Christ devait venir. Avant que le Seigneur Jésus vienne, Dieu bien avant dans le passé... Cela... Pour moi, cela rend la Bible très parfaite. Dieu, là dans le passé, avant même que le Seigneur Jésus vienne, pendant quatre mille ans, tout ce qu'Il a fait tout au long de la Bible représentait le Calvaire.

Pensez-y tout simplement, tout dans l'Ancien Testament pointait droit au Calvaire. Tous les plans de la rédemption, tous les noms, tous les symboles, toute l'adoration, tout le tabernacle, tout le bois, toutes les choses dans le tabernacle, tout parlait de Christ. Où que vous alliez, quoi que vous fassiez... Autrefois, Dieu était là dans ces prophètes hébreux et les autres, parlant et parlant de ce temps de la perfection où Jésus viendrait pour amener les croyants à la perfection. Pensez simplement à ce que cela signifie, mes amis.                     

24.       Pouvez-vous vous arrêter juste un instant ? Je - je souhaiterais que Dieu ouvre nos yeux ce soir. Voyez-vous ? Nous sommes - nous sommes vraiment... Mon ami, je - je désirerais, si je savais que je pourrais vivre plus  longtemps et que je vivrais tout mon temps normal, je préférerais venir sous l'onction de Dieu et ne jamais quitter cela jusqu'à ce qu'Il me ramène à la maison. Voyez ?            

Voir comment cela a agi, et - et des choses qui ont... Quel monde différent ! Quelle inspiration différente ! Quand vous vous retrouvez sous cela, vous trouvez des choses que vous - vous... Les choses n'ont pas l'air correct. Il n'est pas étonnant que cela rende votre cœur... Eh bien, quand vous êtes là haut, vous... vous pourriez déplacer les montagnes. Ou quand vous êtes ici en bas, vous vous sentez très bien. C'est quand on est entre les deux, c'est ce qui fait cela. C'est là que… On dirait que vous retombez simplement sur la terre.                                    

25.       Et vous venez d'une dimension surnaturelle vers une dimension naturelle pour devenir l'homme mortel une fois de plus. Eh bien, vous êtes un mortel tout le temps, mais votre âme a été tellement ointe de quelque chose. Cela vous a élevé très haut au-dessus de la chose. Ici, vous êtes dans une dimension où le monde ne sait rien. Il n'est pas besoin d'essayer d'expliquer cela.                                        

            Et nous... Je dis ce soir que, comme nous sommes assis ici maintenant, nous sommes tout simplement aveuglés aux choses de Dieu. Je pense que si nos yeux pouvaient s'ouvrir ce soir et regarder par-dessus cet auditoire-ci, ils verraient les Anges de Dieu se tenant ici tout autour, les regards baissés sur cet auditoire en cet instant, peut-être volant de part en part à travers l'assistance ici, des chérubins venant du trône de Dieu, se tenant tout près, peut-être se tenant tout autour de cette estrade, des êtres angéliques planant ici.                               

26.       Oh ! vous dites : " Prédicateur, vous divaguez. " Non, je ne divague pas. Voyez-les se mettre à l'œuvre dans quelques minutes et vous saurez s'ils sont ici ou pas. Voyez ? Vous... Ils confirment cela par leur présence ici.                                          

            Vous dites : " Eh bien, s'Ils étaient ici, nous Les verrions. " Oh ! non. Vous pouvez être totalement aveugles à cela.

            Elie, lorsqu'il était là à Dothan, il a prié Dieu d'ouvrir Guéhazi, ou plutôt d'ouvrir les yeux de son serviteur (Je ne me rappelle pas maintenant si c'était Guéhazi ou non. J'ai fait allusion à cela à deux ou trois reprises, j'ai vérifié cela. Je suis... Nous voyons cela dans les Ecritures. Je ne sais pas si oui ou non c'était Guéhazi.) Mais lorsqu'il a demandé à Dieu d'ouvrir les yeux de l'autre afin qu'il puisse voir, voici des Anges étaient tout autour. Les montagnes étaient en feu et il y avait des Anges de feu et des chars de feu. Voyez ? Ils étaient juste autour de lui.

27.       Et remarquez. Eh bien, Elie s'est avancé là et a frappé ces Syriens de cécité. Quel genre de cécité était-ce ? Ils n'étaient pas aveugles, juste naturellement aveugles, physiquement aveugles. Ils étaient spirituellement aveugles. En effet, il s'est avancé là, il leur a demandé, disant : " Cherchez-vous Elie ? "

            Ils ont répondu : " Oui, nous le cherchons. "

            Il a dit : " Venez ici et je vous montrerai où il se trouve. " Et Elie les a conduits et les a amenés droit dans l'embuscade de - de - de l'armée de Palestine, là, et ceux-ci sont sortis en courant et les ont pris vraiment au piège, comme cela. Et ils étaient aveugles. Ils ne savaient pas que c'était Elie, et c'était Elie lui-même qui les conduisait.       

            Ne croyez-vous pas que ce soir nous sommes - nous pouvons être spirituellement aveugles vis-à-vis des choses qui sont autour de nous ? Regardez ceux qui allaient à Emmaüs. Leurs cœurs étaient pleins d'amour. Assurément, ils aimaient le Seigneur Jésus. Ils allaient le long du chemin, disant : " Oh ! si seulement nous avions... Oh ! si je... Si nous pouvions tout simplement Le voir une fois de plus. Le voilà, Il est mort. Nous espérions en Lui. Ce dimanche matin et on nous raconte toutes sortes d'histoires à dormir debout. " Et ils allaient le long du chemin, et le Seigneur Jésus Lui-même S'est avancé.

            Il a dit : "Pourquoi êtes-vous inquiets ? "

28.       Ils ont dit : "Etes-vous un étranger ? " Voyez-vous là ? Aveugles ? Ils ont demandé : " Etes-vous un étranger ? " Ils ont marché avec Lui, ils ont mangé avec Lui, ils ont dormi avec Lui pendant trois ans et six mois, ils marchaient à Ses côtés mais ne le savaient pas. Ils ont marché là, ils ont dit : "Es-tu juste un étranger ici ? " " Eh bien, dirent-ils, mais ne vous... Nous espérions que Jésus de Nazareth viendrait - était venu et... ?... Ce serait Lui qui délivrerait Israël et toutes ces choses."          

Et Jésus a dit : " Vous insensés et lents de cœur à savoir ce que le prophète a dit. " Il S'est référé aux Ecritures. On dirait qu'après avoir suivi Son enseignement pendant 3 ans et 6 mois, ils auraient dû reconnaître Son enseignement. Mais ce n'était pas le cas.

Et Il a avancé et a alors fait comme s'Il continuait son chemin au moment où ils entraient dans l'hôtel pour y rester toute la nuit. Ils se sont arrêtés dans un petit hôtel et le... ils... Il se rendait dans la salle à manger pour manger, alors ils ont dit : " Eh bien ", Il a fait comme s'Il continuait son chemin. Il a dit : " Ne voudriez-vous pas entrer avec nous ? "   

29.       Et Il a dit : " Eh bien... Eh bien… " peut-être quelque chose comme cela, Il est entré. Et le serveur s'est approché, et il leur a donné le menu, ils ont parcouru cela. Ils ont commandé le repas pour - pour leur souper. Et lorsqu'ils étaient assis là à la table, Jésus a dit : "Eh bien, Je crois que ç'a assez traîné, alors... " Il a tout simplement pris le pain, l'a béni, a prié et Il leur a ouvert les yeux.

Alors ils ont regardé et ont dit : " Eh bien, c'était Lui tout le temps ! " Et Il a directement disparu de devant eux. Voyez-vous ce que je veux dire ? Oh ! j'aimerais tout simplement que cela entre profondément jusque là où vous pourrez réellement vous en rendre compte. Voyez ?

Eh bien, chaque soir, vous Le voyez à l'œuvre, en action. Eh bien, Il est ici. Certainement qu'Il est ici. Toutes les preuves sont là pour l'attester. L'Ecriture déclare qu'Il ferait ces choses. Et Le voici en action ici sur la terre aujourd'hui, Il l'a fait au cours des âges, Il se meut juste parmi nous et fait des choses qui nous émerveillent.

30.       Avez-vous remarqué... Avez-vous déjà vu quelqu'un échapper à un accident, quelqu'un qui a failli être tué ? Il fait : " Ouf ! Oh ! la la ! comment est-ce possible ? C'était la main du Seigneur. " Voyez ? Il... Dieu est ici et là.

Il  y a quelques temps, une femme m'a dit, elle a dit... Elle venait d'être guérie à un endroit. Elle avait d'abord la tuberculose, et - et ensuite elle n'avait pas... Elle a grandi dans une église qui ne croyait pas au baptême. Et elle a dit : " Je pense que le fait que j'ai été aspergée, c'est en ordre. " Ou le fait qu'on lui a déversé ou je ne sais quoi qu'on lui avait fait. Et elle a dit : " Je pense que c'était en ordre. " J'ai dit : " C'est votre affaire. " Et j'ai dit : " Mais je crois au baptême par immersion. " Et il a dit... Elle a dit : " Eh bien, je ne pense pas... " Et elle a dit : " Je conçois bien le point de vue de frère Billy, a-t-elle dit, mais je n'accepte pas cette idée qu'il faille aller dans ce baptistère pour être baptisé ; je ne pense pas que ce soit obligatoire, a-t-elle dit, après que j'ai déjà été aspergée ", ou quoi que ce fût. Elle a dit : " Je ne pense pas que cela soit obligatoire. "

31.       Alors, il n'y avait pas de problème pour moi, si elle trouvait que c'était en

ordre. Je ne peux lui dire que ce que je vois dans les Ecritures. Elle est partie et elle est retombée malade. Et une énorme grosseur s'est formée sur son épaule ici, et elle faisait 40 degrés de fièvre. Elle a juste porté son - son peignoir et elle est venue là pendant que je prêchais. Elle a dit : " Frère Branham, maintenant même s'il vous plaît. " Elle a dit... Je l'ai baptisée sur-le-champ.

Elle était là à la rivière environ un mois après cela. Il y avait là une femme âgée assise au bord de la rue, et cette dernière lui a tendu la main. Elle a dit : " Gentille dame, voudriez-vous me donner dix cents pour acheter quelque chose à manger ? " La pauvre vieille était assise là, tremblotante, son visage était tout décharnu. 

Eh bien, elle a regardé dans son porte-monnaie et il n'y avait que dix cents. C'est ce que coûtait la traversée de la rivière. Elle ne savait donc pas comment elle retournerait à moins qu'elle traverse le pont à la marche. Et les dix cents étaient pour le bus… pour elle, et ses fillettes qui marchaient avec elle. Elle descendait la rue, et le Saint-Esprit lui a parlé, disant : " Pourquoi ne lui as-tu pas donné ces dix cents ? Moi, J'ai donné tout ce que J'avais pour toi. " Voyez ?

32.       Elle a dit : " Oui, Seigneur. " Elle est directement rentrée et elle a dit : " Madame, pardonnez-moi. " Elle a dit : " Je suis une chrétienne. " Elle a dit : " Le Seigneur m'a parlé. " L'autre a dit : "Que Dieu vous bénisse, chérie. " Et elle lui a donné les dix cents, et elle a continué à descendre la rue. Elle a dit : " Je sais. Je peux traverser le pont à la marche, c'est seulement un mile[1,609 km - N.D.T.]. Je vais donc le traverser à pieds. Il n'y a pas de quoi. " Elle commençait à descendre là où était l'arrêt de bus.

La fillette a dit : " Maman, regarde là. " Les dix cents gisaient là dans la rue. Voyez ? C'est - c'est donc le Seigneur. Ne croyez-vous pas cela ? Voyez ?

            Eh bien, quand Il est apparu à Abraham sous la forme de... Il a dit : " Maintenant, Abraham, Je te donne ce petit garçon Isaac ", juste un petit garçon doux, d'environ seize ans. " N'en parle pas à ta mère, mais je voudrais que tu... Je ferai de toi une grande bénédiction à partir de ce garçon. Je bénirai toutes les nations. Je te l'ai promis voilà maintenant vingt-cinq ans. Et tu as attendu jusqu'à ce qu'Isaac soit né. Maintenant, Je t'annonce ce que Je veux que tu fasses d'Isaac. Je veux que tu l'amènes là-haut et que tu le tues. Eh bien, va à - là dans les montagnes à l'endroit que Je t'indiquerai, et alors, tue-le là-bas. "

33.       Eh bien alors, Abraham n'a donc pas posé des questions à Dieu. Il savait que Dieu avait promis que par ce jeune garçon Il bénirait toutes les nations. Et si Dieu allait les bénir, qu'il soit mort ou vivant, Il le ferait. C'est tout. Et cela devait venir par là ; Dieu était donc capable de tenir Sa promesse.

Alors, il s'est levé le lendemain matin, il a pris quelques serviteurs et a scellé un petit mulet. Et lui, et le jeune garçon, et les serviteurs, ils sont allés, et là très loin, à trois jours de marche. Pensez combien l'endroit devait être éloigné, là très loin dans le désert. Et alors, ils ont levé les yeux et ont vu une montagne là très loin. Alors, ils se sont rendus à cette montagne, et il a dit aux serviteurs : " Maintenant, surveillez ce petit mulet, car le jeune garçon et moi, nous allons gravir cette montagne, et nous allons adorer. Puis Le jeune garçon et moi, nous reviendrons. Le jeune garçon et moi, nous reviendrons. " Il allait là pour le tuer. Comment allait-il le faire ? Il ne savait pas, mais Dieu avait fait la promesse. D'une façon ou d'une autre... Voyez ?

            Dieu laisse parfois Son serviteur arriver jusqu'à la dernière étape, et alors Dieu entre en scène. N'aimez-vous pas ça comme ça, juste voir ce moment crucial ?

C'est comme le... les enfants hébreux et la fournaise ardente, lorsqu'ils sont arrivés à la dernière étape de la route, là est apparu quelqu'un qui ressemblait au Fils de Dieu. Est-ce vrai ?

34.       La femme qui avait la perte de sang avait dépensé tout son argent, tout ce qu'elle avait, et les médecins n'arrivaient toujours pas à la soigner. Et elle avait probablement hypothéqué sa maison, ou l'avait vendue, elle avait vendu les chevaux, et les... tout. Il ne lui restait rien. Elle avait dépensé tout son argent chez les médecins, et les médecins avaient essayé de la soigner, sans y parvenir. Et alors à ce moment crucial, Jésus vint. C'est bien Sa manière d'agir, n'est-ce pas ?

            Il y eut le petit Jaïrus, il croyait secrètement dans son cœur. Il avait envoyé chercher le médecin, et le médecin avait fait tout son possible. Et - et juste alors, sa fillette mourut, et on l'avait étendue là. Tout... A l'heure la plus sombre qu'il eût jamais connue, c'est alors que Jésus vint, juste à ce moment crucial.

            Marie et Marthe, après qu'elles avaient quitté l'église, et Lazare aussi, et ils avaient cru en Jésus et Jésus s'en était allé et les avait laissés en détresse, quand le jeune homme était malade. Et alors, c'est au moment où le jeune homme est tombé malade, que Jésus est parti. C'était horrible. Ils L'ont envoyé chercher, Il ne voulait pas venir. Il est allé plus loin. Et elles L'ont encore envoyé chercher ; Il ne venait toujours pas, et ça s'empirait toujours. Et ensuite, après que tout espoir était perdu, alors Lazare mourut. Il était enseveli depuis quatre jours, il se décomposait déjà. Et à l'heure la plus sombre, lorsque tout espoir était perdu, tout le reste, alors Jésus vint juste à ce moment-là. Voyez ?

35.       Ici, Ses disciples allaient à Emmaüs, tout espoir perdu. Leur Maître était mort et tout, ils marchaient le long du chemin, découragés, rentrant chez eux, retournant à leurs filets de pêche, et n'importe où qu'ils allaient. Alors, Jésus est venu. Voyez ? Juste comme cela. C'est ainsi que Dieu s'y prend.

            Eh bien, là très loin, et alors, ils avaient juste peut-être... ils avaient probablement pris quarante-cinq minutes, ou une heure pour gravir cette colline. Eh bien, Jésus devait venir de quelque part très rapidement... En effet, Abraham avait le couteau sur son côté. Isaac portait le bois sur son dos. Il amenait du feu dans ses mains, et il gravissait la colline pour tuer son propre fils, parce que Dieu le lui avait dit ; Il lui avait dit aussi qu'Il bénirait toutes les nations par ce fils. En donnant la promesse...

36.       D'abord il a dû attendre vingt-cinq ans pour avoir ce fils, et maintenant il devait faire volte-face pour le tuer, voyez, rendant la promesse fausse. Dieu a dû mettre Abraham à l'épreuve. Nous ne comprendrons jamais l'épreuve qu'Abraham avait endurée, jusqu'à ce que nous le verrons dans la gloire.

            Et alors au sommet de la colline, alors, il est monté là et il a dressé l'autel avec des pierres. Et - et Isaac a demandé : " Père, a-t-il dit, voici le... " Le petit Isaac a dit : " Voici le - le feu et voici le bois. " Il a dit : "Mais où est le sacrifice ? " Voyez ?         

            " Eh bien, a-t-il dit, mon fils, Dieu Se pourvoira Lui-même d'un sacrifice. " Voyez ? Et alors, il a dit : " Dieu pourvoira d'un sacrifice. " Il a donc lié les mains du petit Isaac, il l'a jeté sur l'autel, et il a tiré le couteau. Et je me représente ce vieux papa avec son fils unique qu'il aimait... ?... a fait. Il avait plus de cent ans alors, et sa main posée sur les - sa chevelure, alors qu'il renvoya sa petite chevelure en arrière pour lui enfoncer ce grand couteau dans la poitrine, dans le cœur même de son être, un signe que Dieu était dans Abraham. Avez-vous remarqué cela ?

37.       Considérez David quand il a été détrôné par son propre peuple. Il a gravi le Mont des Oliviers, regardant en arrière et pleurant parce qu'il était rejeté. Son propre fils qu'il aimait, Absalom, l'avait chassé du trône. Et là, l'homme même de confiance lui jetait des pierres. Et il gravissait la colline, il regardait en arrière vers Jérusalem, et pleurait parce qu'il était rejeté.

            Huit cents ans plus tard, le Fils de David, Jésus-Christ, rejeté de la ville de Jérusalem par ceux qu'Il aimait, pleura sur Jérusalem. C'était Christ dans David.

            Toutes les anciennes choses de l'Ancien Testament, nous pourrions simplement passer des heures à démontrer comment tout cela se rapportait à Jésus-Christ, tout se rapportait à Lui. Et en Lui repose la plénitude de la rédemption. Et en Lui se trouve chaque nom rédempteur de Jéhovah, ça repose bien en Lui. Tout le salut repose bien en Lui. Toute la délivrance est bien en Lui. Toute paix, toute satisfaction.

38.       Les biens du monde ne peuvent jamais vous procurer la satisfaction. Le fait d'être membre d'une église ne peut jamais vous procurer la satisfaction. Vous ne serez jamais satisfait avant de trouver satisfaction en Jésus-Christ, le Fils de Dieu. C'est la seule façon dont vous pouvez jamais être satisfait. Eh bien, Il est venu apporter la perfection.          

            Eh bien, quand il a dit... Et considérez Abraham un peu plus longtemps. Et quand il était sur le point d'enfoncer ce grand couteau dans le cœur de son fils pour le tuer, car Dieu... L'Ange du Seigneur a parlé d'en haut et lui a dit : " Abraham, retiens ta main. " Et s'étant retourné, il vit un petit bélier retenu dans les lianes par les cornes, sur cette colline-là. D'où venait ce bélier ?         

39.       Eh bien, d'abord, il était éloigné de la civilisation, à une distance de trois jours de marche, à environ cent miles. [160,9 km - N.D.T.] Et ensuite, il était là loin au sommet de la montagne, là où il n'y a pas de ruisseau pour l'abreuver, pas de nourriture, là au sommet de la colline. Et c'était impossible qu'un bélier se retrouve là haut ; d'abord c'était trop éloigné de la civilisation. Ensuite, c'était au sommet de la montagne.            

            Et Abraham prit le bélier, délia son fils, lia le bélier et offrit le bélier en sacrifice. Et remarquez, ce n'était pas une vision. Le sang a giclé du bélier. Qu'était-ce ? C'était en type, Dieu amenant Christ à l'existence par la Parole. Et on a ôté la vie au bélier, et il est mort, juste au même moment : Jéhovah-Jiré, l'Eternel Se pourvoira d'un sacrifice. Quel que soit le moment où Dieu est pris au mot, Il est là pour accomplir Sa Parole : Jéhovah-Jiré.

 Juste encore une petite chose.         

40.       Eh bien, l'Eternel est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais dans la détresse. Et parmi ces noms  rédempteurs, il y a S-h-a-m-m-a-h, Shammah,  "l'Eternel est présent". Eh bien, Jéhovah-Jiré, Il pourvoira. Jéhovah, celui qui pourvoit, est présent. Saisissez-vous ce que je veux dire ? S'Il est le Sacrifice auquel l'Eternel a pourvu, alors Il doit être l'Eternel Dieu qui est présent au temps où on a besoin de secours, où on est dans le besoin. Voyez-vous ce que je veux dire ?          

Eh bien, s'Il est ici ce soir pour sauver tout le monde du péché, Il doit être présent ce soir pour manifester les autres noms rédempteurs. Il est Jéhovah-Jiré, Jéhovah Rapha, Jéhovah notre... Il est Jéhovah, le Sacrifice auquel il a été pourvu pour nous, notre Guérisseur, notre Bannière, notre Paix, notre Berger, notre Justice et Sa Présence. Il doit être tout cela maintenant même. Et la dernière chose…  

41.       Au dernier de Ses noms rédempteurs dans lequel Il est apparu à Abraham, Il a dit : " Je - Je suis Jéhovah Rapha, Celui auquel il a été pourvu pour pourvoir à un sacrifice, pour pourvoir à une voie. " Quelle que soit la chose, Dieu y pourvoira. "Et Je suis Jéhovah qui te guérit. Je suis ta Justice. Je suis ta Paix. Je suis ton Bouclier. Je suis ta Bannière. Je suis toujours présent pour accomplir cela ". Amen. Voyez-vous ce que je veux dire ? Toujours présent pour accomplir cela. "Moi, l'Eternel, Je l'ai déclaré. Moi, l'Eternel J'ai planté cela. Je l'arroserais jour et nuit de peur que quelqu'un ne l'arrache de Ma main. "                          

            Juste une petite histoire personnelle. Car, si je reste plus longtemps ici, je me mettrai alors à prêcher, peut-être que la ligne de prière ne se tiendrait pas comme il faut. Remarquez, juste un instant. Cette Ecriture a eu une grande signification pour moi une fois, plusieurs fois. Mais il y a une fois où c'était particulier, et j'aimerais attirer votre attention sur ça.                     

            C'était l'année où je m'étais marié. Après avoir perdu ma première femme, j'étais donc resté célibataire pendant environ cinq ans. J'ai épousé la charmante jeune fille que j'ai maintenant, ma femme.     

42.       Et nous étions pauvres, et je l'ai épousée juste au moment où j'avais assez d'argent pour prendre mes vacances, avec environ vingt dollars, pour aller dans les montagnes, pour une partie de chasse. Alors, c'était nos vacances et en même temps notre lune de miel. Elle avait donc épousé quelqu'un qui aime la chasse. J'aime les montagnes. J'aime le grand air.       

            A propos, une dame m'a envoyé des appâts artificiels que son mari a fabriquée. Si vous êtes ici, sœur, j'aimerais vous remercier pour cela. Je les utiliserai certainement, Dieu m'aidant.

Eh bien, j'aime le grand air, car on se retrouve seul ; c'est alors que je me charge pour venir me décharger quand je reviens. Eh bien, nous sommes allés là dans les Adirondacks. Et j'étais censé chasser là cette année-là en compagnie du garde forestier. Ainsi, j'aime chasser l'ours parce que c'est très - il faut beaucoup d'habilité pour le faire. Et je...          

43.       Ce qui explique cela, c'est le fait que mon grand-père était à mon avis, le meilleur chasseur qui ait jamais vécu dans les contrées du sud. Et il - il a tendu des pièges et il a chassé toute sa vie ; il était un instituteur intelligent et il était à moitié Indien. Et il - il aimait tellement les montagnes qu'il ne pouvait pas rester loin d'elles. Eh bien, c'est exactement ce que... je pense que tout cela a été déversé en moi. Et je - j'aime cela. Et j'aime bien les montagnes, je m'y sens à l'aise. Et un - un homme peut arriver à un point où il sent que rien ne lui manque, avec des choses comme cela.        

            Ainsi donc, là dans les Adirondacks, le garde forestier n'était pas là, il allait être absent deux ou trois jours. Et il n'y avait pas... il n'y avait pas beaucoup d'orage pour forcer les animaux à descendre. Ainsi, je suis allé là et nous avons construit un petit appentis, et j'ai amené ma femme pour une randonnée là dans les montagnes. Nous sommes sortis de la ville en véhicule. Nous étions à environ vingt-cinq miles [40,225 km - N.D.T.] au sommet du mont Hurricane là où, un ou deux ans auparavant, j'avais abattu trois ours en une année.                 

44.       Et j'étais donc là haut avec cette femme, cette jeune fille-là de vingt-deux ans et moi, j'en avais trente. Et nous étions donc là. Et Billy Paul avait alors environ six ans, je pense, et c'était sa première année à l'école. Eh bien, ce petit enfant était trop petit par rapport à son âge, et ainsi, elle prenait donc soin de lui. Et le garde forestier n'était pas là.           

            Et il semblait que… il semblait qu'un orage pourrait éclater, alors, j'ai dit : " Chérie, avant que le garde forestier vienne, et que nous allions chasser l'ours, je vais me glisser dans quelques unes de ces clairières. Quelques années auparavant, on y avait coupé du bois. " Et j'ai dit : " Je - j'irai là et j'attraperai une biche pour nous, puis, je reviendrai et nous aurons du gibier frais "              

            Et elle a dit : " Eh bien, ne va pas traîner." Elle a dit : " J'aurai apprêté ton dîner."

            Et j'ai dit : "D'accord." Et cette nuit-là, il a fait horriblement froid. Nous avions dû mettre Billy entre nous deux et nous l'avons gardé comme cela pour qu'il ne gèle pas. Elle n'avait jamais été dans les bois auparavant, elle n'en savait pas grand chose, et elle allait bien certainement geler, en dormant sur les aiguilles de pin.       

45.       Nous sommes donc sortis le lendemain, j'ai pris mon vieux petit fusil, et je suis descendu dans cette direction. Eh bien, je pensais que j'étais trop bon homme de bois pour me perdre. Je - j'ai donc été dans les bois toute ma vie. Et... "Eh bien, personne ne peut me déjouer là-bas", disais-je. Alors, je suis descendu dans cette direction, vers ces petites clairières, je me suis retourné, et j'ai vu beaucoup de piste de biches. On dirait qu'elles avaient toutes les sabots pointus et tout, comme c'était des biches. Alors, j'ai gravi la montagne dans cette direction.        

            J'ai entendu quelque chose bouger dans les buissons. J'ai prêté attention, et j'ai perçu que c'était le mouvement d'un animal à quatre pattes, mais ce n'était pas des sabots. C'était des pattes à coussinet. Je me suis dit : "Je me demande bien ce que ça pourrait être." Il faisait assez sombre, juste dans un tas de buissons à feuilles toujours vertes. Il s'est fait que j'ai regardé. Et un - un puma a traversé le sentier comme cela. Et il était très rapide. Je ne l'ai pas tiré dessus. Je me suis dit : " Eh bien, je vais simplement continuer à me faufiler dans cette direction et descendre l'autre versant. Et je serais toujours au bas du mont Hurricane. " Et j'ai dit : "Alors je peux toujours voir la tour en regardant en arrière", en effet, il semblait qu'un orage pouvait éclater d'un moment à l'autre.

46.       Je - je suis allé continuellement dans cette direction. Il me semblait flairer continuellement un - un ours quelque part, et j'ai continué à le flairer. Et je me suis dit : "Il est quelque part ici tout près. Il se tient probablement là devant moi." Alors, j'ai continué à marcher comme cela, surveillant le lieu. Et celui qui a déjà chassé ne marche pas dans les bois avec le fusil sur son épaule. Vous surveillez le mouvement des feuilles et oh ! il y a beaucoup de choses à surveiller.      

            Et alors, en surveillant de très près, je ne faisais pas attention à l'endroit où j'allais. J'ai gravi une colline, je suis descendu dans cette direction vers la gauche. Je me suis dit : " Eh bien, je suis en train de descendre droit dans un petit ravin ici." Il y avait beaucoup d'endroits accidentés comme cela.

47.       Et je suis descendu et je me suis faufilé très doucement. Je me suis dit : " Cet ours n'est pas loin d'ici." Et j'ai trouvé une grande et vieille caverne. Je me suis glissé au-dessus de cette caverne pour éviter de venir bien en face de cela et pour voir si l'ours dormait. Alors, j'ai contourné comme ceci, et il y avait là une vieille caverne vide. Il n'y avait rien là-dedans. Je me suis dit : " Eh bien, il était là. "     

            J'ai donc redescendu la colline que j'ai de nouveau contournée et je suis revenu. J'ai vu des buissons bouger dans le canyon. J'ai observé cela, naturellement, parce que souvent les ours mangent les fourmis. Ils aiment les fourmis parce qu'elles sont sucrées. Ils mettent leurs pattes dessus et ils les prennent là-dessus, ensuite ils lèchent leurs pattes.

J'ai donc observé attentivement. Une très grosse biche est sortie. Et je me suis dit : "Eh bien, oh ! la la ! Je suis très loin de la maison, mais c'est exactement ce qu'il me faut. " Alors, j'ai tiré sur la biche. Je me suis rendu là. Je me suis dit : "Eh bien, maintenant, je vais te dire ce que je vais faire. Je vais directement retourner. " J'ai dit : "Dites donc ! il est une heure passée. Eh bien, ai-je dit, elle sera - elle sera là en train de m'attendre. "

48.       Alors j'ai atteint le canyon, là où il y avait juste un petit ruisseau qui coulait en ondulant comme ceci. Et j'ai directement gravi le canyon aussi vite que possible. Et j'ai levé les yeux. Et j'ai dit : "Dis donc, je vais devoir me dépêcher. Cet orage ne va pas tarder de tomber ici. " Et le ciel était bas, il y avait du brouillard, et alors, on ne pourrait rien voir.

            Et je me suis à marcher, marcher, marcher. J'ai dit : "Voyons donc, j'avais dévié quelque part par ici." J'ai continué à regarder, regarder… La première chose, vous savez, j'ai marché, marché, marché. Et je me  suis dit : "Dis donc, c'est un long chemin, mais je n'ai pas vu du tout par où j'étais sorti. "

            La première chose dont je me souviens, je me suis dit… simplement laisser tomber…transpirant. Et je - j'ai sorti mon vieux mouchoir rouge, j'ai essuyé la sueur, j'ai regardé partout. Et là était suspendue ma biche. J'ai dit : "Qu'ai-je fait ? Je n'ai pas fait un tour pour revenir." " Eh bien, ai-je dit, je ne retrouve pas mon repère. " Alors je suis reparti. Et j'ai marché, marché, marché et marché, faisant attention à mon côté droit, parce que je savais que j'avais tourné à droite. J'ai tourné à gauche et il me fallait retourner à droite.

49.       Mais en ce temps-là l'orage était alors au niveau des buissons. Alors, j'ai

marché, marché, marché encore. Et la chose suivante, vous savez, j'étais très fatigué. Je me suis dit : "Eh bien, j'observe attentivement. Je reconnaîtrai sûrement l'endroit exact d'où je suis sorti, où se trouve ce monticule parce que les montagnes ont des versants formant un col comme ceci. " Et j'ai traversé ce col et ensuite je suis descendu, puis je suis remonté.

            Naturellement, je ne pouvais pas alors voir les montagnes situées devant, loin de nous, parce qu'il y avait trop - trop de brouillard, sinon j'aurais pu monter sur un endroit surélevé et regarder tout autour. Mais il y avait du brouillard et je ne pouvais percer cela, et la neige était sur le point de - elle tombait et tout. Alors j'ai avancé là un peu plus loin comme ceci, il m'est arrivé de m'arrêter et de regarder. Et j'étais de nouveau revenu là où était ma biche.

50.       Eh bien, les Indiens appellent cela la marche de la mort, ou plutôt le

chemin de la mort. Vous êtes sur un monticule ou un endroit plat, vous tournez en rond, sans boussole, ni rien. Je n'ai jamais amené une boussole dans les bois. Je - je pensais que j'étais trop bon. Je - je ne pouvais pas me perdre. Voyez-vous ? Dieu a dû m'apprendre un peu de bon sens, Il m'a ainsi donné un peu d'intelligence pour me faire savoir que je ne me suffisais pas. Je ne m'y connaissais pas autant que je le pensais.

            Et j'ai continué à tourner en rond. Je suis encore revenu à cette biche. J'ai fait cela trois fois. Et j'ai reconnu que je m'étais perdu. Eh bien, je…Alors j'étais perplexe. C'était vers 16h 30, presque 17h, et il commençait à faire vraiment sombre, presque noir. Je me suis dit : "Miséricorde ! Maintenant, qu'est-ce que je vais faire ? Ma femme est toute inquiète. Elle mourra aussi sûr que deux et deux font quatre, elle et cet enfant, tous les deux dans ces montagnes ce soir."

            Eh bien, si j'étais seul, je - j'aurais cherché à trouver cet ours une fois de plus ou je me trouverais un endroit quelque part, et j'hibernerais pendant un ou deux jours, jusqu'à ce que cet orage soit passé. Voyez ?

51.       Eh bien, j'aimerais faire une petite illustration ici. Si j'étais seul, je serais

parti à cette caverne, ou sous des rochers quelque part et je me serais fait un feu avec du bois là. Et je n'aurais pas essayé de chercher cela, parce qu'il y avait du brouillard. Mais je ne pouvais pas faire cela à ce moment là. Il y avait une urgence.

            Et je savais que ma femme n'avait jamais été de sa vie dans les bois jusqu'à la veille au soir, et ce serait de la mer à boire pour elle que de faire un feu. Et ce petit garçon, ils allaient mourir aussi certainement que deux et deux font quatre, en effet, la température allait probablement descendre loin en dessous de zéro cette nuit-là. Et ils allaient être effrayés à mort. Et ils allaient probablement chercher à errer dans la nature quelque part, où ils iraient me chercher avec affolement, ou quelque chose comme cela, ou se mettraient à crier. Et - et c'est difficile de dire ce qui serait arrivé. Et je sais que si quelque chose pouvait pousser un cri là, tous les deux s'évanouiraient certainement ; et je savais qu'il y avait un puma juste dans cette zone-là.

52.       Alors, j'ai dit : "Oh ! la la ! " Alors, j'ai commencé vraiment à m'affoler.

J'étais perplexe et nerveux. Et j'ai dit : "Une minute, William Branham. Qu'est-ce qui t'arrive ? Es-tu devenu fou ? " Et généralement, c'est exactement ce qui arrive. Vous vous affolez et vous… On vous retrouve gisant quelque part là dans un fossé, ou là où vous vous êtes fusillé, ou quelque chose comme cela, des dangers qu'on encourt dans les bois. Et j'ai dit : "Tiens, tu es trop bon homme des bois. Tu n'es pas perdu. Qu'est-ce qui t'arrive ? "

Et je me suis assis sur une pierre. Je me suis dit : "Eh bien, tu penses que tu es perdu, n'est-ce pas ? Mais tu n'es pas perdu. " Et j'ai dit : "Eh bien, ce brouillard ne signifie rien pour moi. Eh bien, assurément, je peux continuer directement, certainement. " J'ai dit : "Eh bien, voyons. Le vent souffle juste en face de moi. Si cela vient en face de moi, alors je dois retourner et prendre cette direction, car le vent me soufflait en face quand je montais et je serai sur la bonne voie en prenant cette direction. " Je me suis dit… Je me suis mis en route. J'ai dit : "Assurément, ça va ", cherchant à me séduire moi-même (voyez), me faisant croire que je n'étais pas perdu, alors que j'étais perdu. Et, frère, c'est le sentiment le plus horrible que l'on ait jamais eu. Si vous êtes perdu ce soir, j'ai de la compassion pour vous. Ayant été perdu, ne sachant pas où j'allais, et il y avait une urgence…

Et si jamais un temps arrivait où il y a urgence, frère, vous feriez mieux de chercher un refuge pendant que vous le pouvez. Si vous êtes perdu, vous feriez mieux de chercher la lumière du phare ce soir.

53.       Là, j'ai continué à marcher. Je suis arrivé à un endroit bas où c'était

humide. J'ai dit :  "Eh bien, bien sûr que je ne peux pas… " On n'y voit rien, juste le vent soufflant dans les arbres. Et ce qui m'était arrivé, c'est que j'étais descendu loin dans les Géants sans le savoir, cette zone appelée les Géants, la forêt vierge. Et je ne le savais pas.

            Et j'ai dit : "Oh ! si seulement je voyais le mont Hurricane, je saurais quelle direction prendre. " Je me suis dit : "Eh bien, avec cet orage qui s'abat, c'est difficile de savoir dans ces montagnes comment le vent peut dévier, changer de direction et d'où il vient. " Je ne pouvais donc pas compter sur le vent, et je le savais bien.

            Et je me suis assis de nouveau sur une pierre, j'ai dit : "Eh bien, tu n'es pas perdu. Tu sais où tu es. Eh bien, tiens-toi tranquille. Tu sais où tu es. " Mais toutes mes aptitudes de chasseur et d'homme de bois étaient parties. Je vous assure, en fait, j'étais complètement perdu. Mais j'essayais de m'encourager quant à cela ; en effet, je ne voulais pas m'affoler, vous savez, parce que je savais que ma femme et l'enfant allaient mourir cette nuit-là dans les bois si je ne les rejoignais pas. C'est tout. Et j'étais à des kilomètres d'eux, et il commençait à faire sombre et cet orage soufflait.                      

54.       Alors j'ai progressé un peu plus loin, et quelque chose m'a dit : " Eh bien, Billy, mais ressaisis-toi. Ressaisis-toi. Tu sais que tu es perdu. "       

            J'ai dit : " Non, pas moi. Je ne suis pas perdu. Je suis tout à fait sur la bonne voie. " J'ai atteint une colline, et je me suis dit : " Non, ça ne va pas. " Je suis retourné en prenant cette direction-ci et je me suis dit : "Je n'ai jamais vu ceci auparavant. D'où est-ce que ceci est venu ? " Je sentais que je tremblais. Je - je transpirais.                      

            J'ai dit : " Eh bien, ça ne sert à rien de se faire des illusions. Tu es perdu. Et il n'y a qu'une seule chose à faire : c'est d'accepter que tu es perdu. " Eh bien, je me suis dit : " Je suis perdu. " Eh bien, qu'arriverait-il si... si ce n'était pas pour ma femme et mon enfant, j'irais ici dans l'un de ces escarpements et je me trouverais un endroit comme je l'ai fait une fois. Je resterais là jusqu'au lendemain, ou le jour suivant, ou jusqu'à ce que l'orage cesse. Puis, je monterais à un endroit élevé, je regarderais partout pour voir où je me trouve, et je sortirais. Mais vous ne pouvez pas faire cela dans ce cas. Le brouillard se déplaçait.                      

55.       Eh bien, je me suis mis à marcher. J'ai dit : " Eh bien, je dois prendre une certaine direction. Je ne reconnais ni l'est, ni le nord, ni l'ouest ni le sud. Il n'y a pas de signe : la neige recouvre les arbres. " On ne pouvait pas distinguer les côtés de l'écorce, ni rien, et la mousse sur les arbres, c'était autre chose. C'était plat de toutes les façons et la mousse était sur la surface des deux côtés.            

            Ainsi donc, je me suis dit : " Eh bien, maintenant que puis-je faire ? " Alors, j'ai continué à marcher. J'ai dit : " Eh bien, je vais te dire ce que je vais faire. Je vais carrément prendre cette direction. Je sais que c'est par ici que je suis venu. Je dois aller en ligne droite parce que je - je tourne en rond. " Alors je me suis mis à marcher, j'ai dit : " Oui, monsieur. Je crois. Je crois que je suis... Je - je suis parfaitement sur la bonne voie. " Et je - je... Et je disais cela de ma bouche, mais mon cœur me disait : " Non. "             

            Alors, j'entendais sans cesse quelque chose me chuchoter à l'oreille : " Le Seigneur est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais en temps de détresse. " Je me suis dit : " Eh bien, je suis hors de moi", j'ai continué à marcher. Quelque chose a dit : " Le Seigneur est pour nous un refuge, et un appui, un secours qui ne manque jamais en temps de détresse. " J'ai simplement continué à marcher. Et cela s'est fait entendre plus fort : "Le Seigneur est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais en temps de détresse." J'ai continué à avancer et à traîner mon fusil. Et j'étais fatigué à ce moment-là, vous savez. " Le Seigneur est pour nous un refuge et un appui. " C'était Jéhovah Shammah qui me parlait.                                    

56.       Et je - je continuais à avancer. Je me suis dit : " Ô Dieu, je suis perdu. Je suis perdu, Seigneur. Je - je n'ai pas de boussole, je n'ai rien. " Mais j'ai dit : "Tu es toujours à moi, Seigneur. " J'ai continué à parler à haute voix. Je me suis dit : " Attends une minute maintenant. Tu vas être hors de toi. Tu vas devenir fou. Tu penses à ta femme et à ton enfant qui vont mourir ce soir. " J'ai dit : " Seigneur, je ne mérite pas de vivre, mais ne les laisse pas mourir. "                       

            Et j'ai entendu Cela dire de nouveau : " Le Seigneur est pour nous un appui et un refuge, un secours qui ne manque jamais en temps de détresse. " J'ai posé mon fusil contre l'arbre.

J'ai ôté mon chapeau, je l'ai déposé par terre, je me suis agenouillé sur mon chapeau. J'ai levé les yeux et j'ai dit : " Ô Dieu, je suis perdu. Je suis - je - je - je suis perdu, Père. Et Tu es ma boussole. Et je… Quant à moi-même, ayant été prétentieux comme je l'ai été, je pensais tout connaître à ce sujet, je - je ne mérite pas de vivre. Je devrais être perdu. Je devrais rester ici pendant des jours et manger des porcs-épics pour vivre, mais pense à ma pauvre femme bien-aimée, elle est innocente. Et mon enfant mourra cette nuit là-bas dans le… C'est notre seul enfant. Et si jamais je… [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Et épargne leur vie. [Espace vide sur la bande - N.D.E.] Ils sont au point de s'affoler à cette heure-ci. Ici il fait presque noir, et je suis perdu, Père, complètement perdu. Ne voudrais-Tu pas me venir en aide? " Voyez?                               

57.       Naturellement, ce qui est à faire quand on est malade... juste comme j'aurais naturellement dû faire, ce que j'aurais dû faire, c'était d'aller dans une caverne, me faire du feu et attendre jusqu'au matin, ou jusqu'à ce que l'orage soit passé. Naturellement ce que vous faites lorsque vous êtes malade, c'est d'aller chez le médecin pour voir ce qu'il peut faire pour vous.           

            Mais je ne pouvais pas aller dans une caverne, il y avait une urgence. Et vous ne pouvez pas aller chez le médecin, parce qu'il a déjà dit que vous allez mourir. On ne peut rien faire pour vous. Il y a une urgence. Alors, qu'est-ce qu'Il est? Jéhovah-Jiré, Jéhovah Shammah. L'Eternel pourvoira d'un sacrifice et Dieu est au milieu de nous. Il est Celui qui est présent. Et lorsqu'on a besoin d'aide, Il est là. Le Seigneur est pour nous un refuge et un appui, un secours qui ne manque jamais.

            Ou nous pouvons le prendre dans ce sens-ci : ne manque jamais, toujours présent pour venir en aide en temps de détresse. On peut le dire comme ceci : "L'Eternel est pour nous un refuge et un appui, un secours toujours présent en temps de détresse. " Et nous en étions là. Et vous en êtes là ce soir, c'est pareil. Certains d'entre vous sont très malades et les médecins vous ont abandonnés.

58.       Eh bien, si le médecin… Vous ne pouvez pas aller dans la caverne, il y a urgence, c'est donc Dieu qui vous parle ce soir, disant : " Je suis pour vous un appui et un secours toujours présent, maintenant, en temps de la détresse. "

Je me suis agenouillé et j'ai prié. Je me suis relevé. Je me suis dit : " Eh bien, maintenant, j'ai prié. Je T'ai adressé une demande, ô Dieu ! C'est tout ce que je peux faire. Tu m'as promis que si je demandais, je recevrais. Tu l'as promis, et c'est pour une cause digne, pas pour moi, mais pour quelqu'un d'autre. Et je - et je… "                                             

59.       Juste comme vous dites ce soir : " Seigneur, il se peut que je n'aie pas vécu aussi proche que je le devrais, mais si Tu me guéris ce soir, je vivrai pour Toi le reste de mes jours. Si je ne peux que distribuer les traités, si je ne peux que témoigner, je ferai tout ce que je peux si seulement Tu me rétablis. "                                         

            Il est pour nous un refuge, et un appui, un secours qui ne manque jamais en temps de détresse. Je me suis donc relevé. C'est tout ce que je pouvais faire. J'ai dit : " Maintenant, Seigneur, je m'engage dans cette direction-ci. Je crois que j'étais parti… Je suis venu comme ceci. C'est au mieux de ma connaissance : ma connaissance. Je suis venu comme ceci. Et je vais droit dans cette direction-ci, croyant que la Voix qui m'a parlé à l'oreille, laquelle a cessé maintenant, disait : 'Le Seigneur est pour nous un appui et un refuge, un secours qui ne manque jamais en temps de détresse.' Je crois que c'était Toi, ô Dieu. "                                    

60.       " Et regardant à travers ces pins alors que le vent les arrache et les traverse en sifflant là, je crois qu'au-delà de cela, il y a un Ange de Dieu qui m'a suivi dans cette forêt. " Et il y en avait Un, Il était avec moi, pourtant Il ne S'était pas du tout manifesté. Il y a des années, environ quinze ans.                                               

            Et j'allais là, marchant comme ceci, et j'ai senti quelqu'un faire [Frère Branham illustre - N.D.E.]sur mon épaule. Je me suis retourné pour voir qui c'était, et juste alors le brouillard s'est dissipé. J'ai poursuivi mon chemin à travers ces buissons, j'ai vu que je me dirigeais droit vers le Canada, le chemin que je suivais, à ma connaissance. Et le mont Hurricane se trouvait juste là, c'était de l'autre côté. Voyez, je passais juste par-là.                             

            Je me suis mis directement comme ceci. J'ai levé les mains, et j'ai dit : " Ô Grand Dieu ! Tu es si proche de moi que Tu as posé Ta main sur mon épaule. Tu es pour moi un appui et un secours, un secours qui ne manque jamais en temps de détresse. "

61.       J'ai tourné ma face, j'ai dit : "Il fait sombre. Je dois continuer ma course. Je ne dois pas dévier peu importe ce qui se met sur mon chemin. Si jamais je manque cela…"                                             

            Eh bien, cet été-là, j'avais aidé le garde forestier à installer une ligne téléphonique de la tour à l'endroit où l'on avait fait l'appentis. Et de là, nous avons fait la chasse. Je me suis dit : " Si jamais j'atteins ce fil téléphonique, je pourrais alors retrouver mon chemin. Mais je me dirige vers le mont Hurricane. Je ne peux pas me faufiler par ici parce qu'il y a trop de collines et de ravins. Et dans ce brouillard, je ne pourrais jamais retrouver cela. Je dois aller directement jusqu'à cette tour. "                                  

62.       Alors je me suis engagé, marchant avec les mains levées, louant Dieu. Il faisait nuit. Je ne voyais plus, et le vent soufflait, et déviait. Et je gravissais les collines et traversais des endroits raboteux. Peu importe le chemin où Il conduit, continuez à vous diriger au Calvaire. Continuez à regarder. Le chemin peut devenir raboteux. Vous pouvez glisser et tomber, mais continuez à vous diriger vers le Calvaire. Continuez tout simplement à avancer.                                    

            Et je me suis relevé. Et je me suis dit : "On doit être en pleine nuit maintenant. " J'ai levé les mains comme ceci. Je savais que la ligne téléphonique était à peu près à cette hauteur. Je me suis dit : " Oh! si seulement je pouvais toucher ce fil. Si je peux toucher ce fil, c'est mon seul espoir maintenant. Je ne peux pas… " Mes bras étaient tellement fatigués que je pouvais à peine marcher. Je levais celui-ci pendant que je faisais reposer l'autre et que je traversais ces buissons et contournais ces arbres, avec de la neige au cou et tout. Je me déplaçais comme ceci.                              

63.       Et j'ai dit : " Ô Dieu ! tout ce qui m'est cher sur cette terre se trouve au bout de ce fil, si seulement je peux retrouver ce fil. " Et je maintenais ma main comme ceci. Et j'avais baissé celle-ci, je ne faisais pas un pas, ni reculais, pour m'assurer que je n'avais… Oh! c'est ainsi que nous devons nous diriger vers le Calvaire. Ne perdez pas un seul centimètre. Je gardais ma main levée, avançant comme ceci. J'ai dit : " Ô Dieu ! assurément que Tu m'aideras à retrouver cela. Je viens tout droit, à ma connaissance, de traverser cette colline. C'est la direction que tu m'as indiquée. "                         

            C'est ce que vous dites à la Parole ce soir : "Tu as dit que Tu étais le Guérisseur. J'ai les mains levées. Je m'avance tout droit. C'est l'unique chose que je sache faire. C'est à Toi de m'amener à la guérison. C'est Toi seul qui peux m'amener au Sacrifice. "                                   

64.       Et voici, j'avais les mains levées; il se faisait tard. Je m'avançais. Je commençais à défaillir un peu dans mon cœur. Je me suis dit : " Oh ! suis-je déjà au-delà de cela? " Je suis entré dans quelques vallées. Je me suis dit : " Oh ! certainement  que je ne suis pas en train de descendre sur l'autre versant de la montagne. " Et j'ai gardé la main levée comme ceci, avançant à travers ces buissons, et il n'y avait même pas un rayon de lumière, nulle part, et l'orage faisant rage, soufflant, et tourbillonnant, et il faisait vraiment froid, ça gelait et tout. Il y avait à la fois la neige et la pluie, ou plutôt le brouillard.                     

            Et j'avançais comme ceci et tâtant de ma main. Tout d'un coup, vous savez, j'ai saisi quelque chose. J'ai palpé cela. C'était le fil téléphonique. Oh! quel sentiment! J'avais… Je savais que comme je tenais ce fil… Je me suis dit : " Je descendrai cette colline en marchant lentement. Et j'avance lentement. Je n'ôterai pas ma main de ce fil, car au bout de ce fil se trouve ce que je cherche, ma femme et mon enfant sont au bout de ce fil téléphonique. Je n'en détacherai pas ma main. Je suivrai cela jusqu'à ce que je… " Et j'ai fait cela, et je suis arrivé là pour trouver qu'on y avait allumé un petit feu et que tout allait bien.                                

65.       Frère, ce soir, Jésus-Christ est un secours qui ne manque jamais dans la détresse. Si vous êtes malade et que les médecins ne peuvent plus rien faire pour vous, levez la main. Levez les yeux vers Dieu jusqu'à ce que vous touchiez ce petit fil électrique qui est sous tension, là, qui dit : " C'est fini. " Peu importe combien d'incrédules, et de sceptiques, et d'églises, et tout le reste que vous devez contourner, accrochez-vous-y, car c'est cela qui vous conduit jusqu'à votre délivrance.                

            Que Dieu vous bénisse. Gardez vos mains levées. Continuez à avancer ce soir. Gardez vos mains levées jusqu'à ce que vous saisissiez ce fil. Gardez vos mains de la foi levées jusqu'à ce que vous sentiez quelque chose vous toucher et dire : " C'est fini. " Alors, suivez cela. Suivez cela. "C'est fini." Vous avez Sa Parole, qui dit qu'Il vous conduira à la victoire. Vous… Par la foi, vous pouvez être guéri. Quiconque croit, peut être guéri. Gardez vos mains levées jusqu'à ce que vous sentiez la foi de Dieu se déverser en vous. Alors, suivez cela.                  

            Le Seigneur est pour nous un appui et un refuge, un secours qui ne manque jamais dans la détresse. Prions.               

66.       Père, il y a urgence ce soir pour les gens. Et Tu es le Seigneur qui est pour nous un appui et un secours qui ne manque jamais dans la détresse. Ô Dieu ! puissent les mains de la foi se lever ce soir, spirituellement parlant. Pas juste les mains naturelles, physiques, qui n'ont que quelques pouces de long, mais, Père, puisse ce bras de foi qui peut aller au-delà de ce monde maudit à cause du péché, se lever, cette ligne de foi qui peut aller au-delà de la lune et des étoiles, et jusqu'à toucher Son vêtement, là. [Espace vide sur la bande - N.D.E.]…?… et puisse une Voix retentir du ciel, disant : " Je suis le Seigneur qui te guérit pour confirmer Ma Parole. Je suis Jéhovah Shammah, un Secours qui ne manque jamais dans la détresse. Je suis ici pour t'aider. "                                                          

            Ô Dieu, accorde ce soir que nous ne puissions pas être autosuffisants. Nous ne pouvons pas nous tirer d'affaire par un bluff, en disant : " Oh! je me rétablirai bientôt. " Non, Seigneur. Tu es notre Refuge. Nous nous réfugions en Toi. C'est en Toi que nous nous confions et c'est en Toi que nous croyons.               

67.       Maintenant, veux-Tu venir, Seigneur. Jette la petite ligne de sauvetage ici ce soir en accomplissant quelque chose de très particulier pour les gens qui, peut-être, n'ont jamais été dans les réunions auparavant. Fais quelque chose comme Tu l'as fait à Emmaüs. Fais quelque chose d'un peu différent de ce qui se passe dans les réunions ordinaires de guérison, ou dans un service ordinaire, afin qu'ils voient que le Seigneur Jésus qui est ressuscité des morts est ici avec nous ce soir pour nous accorder les désirs de nos cœurs, selon Ses richesses ; en effet, Il est mort pour acquérir cela. Nous le demandons en Son Nom. Amen.                                  

            J'étais… vous ai parlé un peu plus longtemps que prévu. Quand je me mets à parler, alors je n'arrive pas à m'arrêter. Bon, croyez-vous qu'Il est ici? Certainement qu'Il est ici. Eh bien, qu'est-ce qu'Il peut faire ce soir? Voici Sa Parole. Voici Son peuple. Sa Présence, je La sens ici. Eh bien, il n'y a qu'une chose à faire, la seule chose qu'Il peut faire maintenant, c'est de vous amener à croire cela. Est-ce vrai? Eh bien, Il a fait Sa part. Maintenant, c'est à vous de croire.                

68.       Maintenant, nous allons former une ligne de prière ici pour prier pour quelques personnes. On n'est pas obligé de faire cela, mais nous le faisons d'habitude dans nos services. Eh bien, il n'y a rien que je - que je puisse faire pour ce qui est de la guérison. Il n'y a rien que personne sur la terre  puisse faire à ce sujet, rien.                    

            Un médecin peut remettre un os en place ; il peut ôter une tumeur. Il ne peut pas guérir cela. La seule chose qu'il peut faire, c'est ôter la tumeur. Qui va donc opérer la guérison? Voyez? Il peut remettre votre bras en place, mais qui va opérer la guérison? Il faut Dieu. Psaumes 103.3 dit : " Je suis l'Eternel qui guérit toutes tes maladies. " Toute guérison vient de Dieu. Aucune guérison ne provient d'aucune autre source en dehors de Dieu. Nul ne peut guérir, nul ne l'a jamais fait, nul ne le fera. La guérison vient de Dieu seul. Dieu est Vie.             

            Maintenant, je voudrais vous poser une question. Vous dites : "Personne n'a jamais opéré une guérison. Jésus n'a jamais guéri quelqu'un? " C'est bien ce qu'Il a dit. Il a dit : "Je ne fais rien de Moi-même. " Il a dit : " Le Fils ne fait rien de Lui-même, mais ce qu'Il voit faire au Père, le Fils le fait pareillement. " Saint Jean 5.19. Est-ce scripturaire?                

69.       Jésus a dit : " Le Fils ne fait rien, Il ne peut rien faire de Lui-même, Il ne fait que ce qu'Il voit faire au Père. " Qu'est-ce que Jésus a alors fait? Il était investi d'une puissance pour avoir des visions. Il voyait ce qui se passait. Il a dit à la femme au puits où était son problème. Il a dit à Philippe où il - ou plutôt à Nathanaël, où il se trouvait qu'il ne vienne à la réunion.             

            Il a dit… Il leur a dit différentes choses par la puissance des visions. La femme toucha Son vêtement et s'enfuit dans l'assistance et se tint là, vous savez. Et Jésus s'est retourné et a dit : " Qui M'a touché? " Qu'a-t-Il dit là? " Je sens que Je suis devenu faible. " Est-ce vrai? " Une vertu (c'est-à-dire une force) est sortie de Moi. "               

            On Lui a dit : " Eh bien, c'est tout le monde qui Te touche. "           

70.       Il a dit : " Oui, mais Je Me sens faible. " Selon ce qu'on dit en Anglais : " Je me sens faible. Quelque chose est arrivé. Une vertu est sortie de moi. " Et Il a regardé tout autour, peut-être qu'Il a eu une vision. Je ne sais pas. C'est ce qu'Il a dit qui Lui est arrivé. Il a regardé tout autour, Il a vu la petite femme en vision. Lorsqu'Il - ces yeux ont percé cette petite femme, elle a su que… [Espace vide sur la bande - N.D.E.]               

            Pas seulement dans l'âge apostolique, ou dans l'âge de saint François, dans l'âge de Wesley. Je serai avec vous jusqu'à la fin du monde. Jésus-Christ le même hier, aujourd'hui et ét-… Je crois cela, mon ami.                 

Eh bien, pour les nouveaux venus, si notre Père céleste, dont j'ai essayé de parler ce soir, ce qu'Il était, qu'Il était contenu dans Ses Noms rédempteurs, s'Il vient ce soir sous la forme de Son Fils, le Seigneur Jésus, et qu'Il fait ce qu'Il avait dit qu'Il ferait, s'Il vient ici sur l'estrade et S'empare d'un peuple humble, pas seulement moi, mais ceux qui sont là dans l'assistance, ces humbles personnes qui s'assiéront et diront : " Oui, mon Seigneur, je crois de tout mon cœur. "                  

71.       Alors, le même Saint-Esprit qui était sur notre Seigneur Jésus-Christ lorsqu'Il nous a dit que nous serons baptisés, nous a dit que nous serons baptisés du même baptême que Lui, ou du même Saint-Esprit, Il viendra sur ce pauvre serviteur indigne, et qu'Il se tournera… Je ne sais rien de ce que je dis à l'assistance : " Vous qui avez ceci, cela, et vous qui avez ceci ou cela, vous serez… Vous êtes - vous - vous avez fait ceci, vous avez fait cela, et - et - et vous - vous êtes - vous… Si vous mettez cela en ordre, si vous faites telle chose, ainsi de suite. " Ou si on demande aux gens qui viennent à l'estrade : " Eh bien, voulez-vous accepter cela? " Et vous dites : " Je crois que c'est le Seigneur Jésus-Christ qui est ressuscité des morts. " Voudriez-vous accepter cela? Si oui, levez  la main. Et dites : " Je croirai que c'est le Seigneur Jésus-Christ. " Merci, merci. Que le Seigneur vous bénisse donc.              

            Billy, quelles cartes avez-vous distribuées ? La série B? Voyons, nous avons appelé… Lorsque nous avions tenu la ligne de prière il y a deux soirées, je crois que nous avions alors appelé à partir du numéro 1, n'est-ce pas? Très bien. Prenons… Quel était alors le dernier ? Commençons par la carte de prière, disons… Combien nous prenons généralement, environ vingt? Quinze à vingt? Eh bien, appelons-en quinze donc. Disons 85, 90, 95… Appelons à partir de 85. Voyons s'il y a…?…                                   

72.       Qui a B-85? Voudriez-vous lever la main? B-85; levez votre… 85. Qui a 86? Très bien. 87? Très bien. 88? B-88? Voudriez-vous lever la main? Quiconque a B-88? Celui qui a la carte de prière B-88, voudriez-vous lever la main? Merci. Est-ce ça, juste ici, madame? 88, 89? Qui a la carte de prière B-89? Voudriez-vous lever la main, où que vous soyez? 89? Merci. 90?… de prière B… La carte de prière 90, avez-vous… Est-ce dans le bâtiment? 90? Très bien, alors 91? Qui a 91? Très bien. 92, 93, jusqu'à 100. Avancez donc et prenez place.              

            Nous verrons comment ça serait, ensuite peut-être que nous… Si nous pouvons terminer ça à temps, si je ne suis pas épuisé à ce moment-là, les frères me permettront de rester encore pendant quelque… Cela dépend de ce que notre Seigneur Jésus fait.         

            Bon, combien là-bas n'ont pas de carte de prière, mais veulent être guéris? Levez la main. Que Dieu soit avec vous, qu'Il vous aide, qu'Il vous bénisse, c'est ma prière. Eh bien, si vous n'avez pas de carte de prière… Eh bien, pendant qu'on les aligne, j'aimerais prier pour ce qu'il y a ici dans cette boîte. Merci, Frère Billy. Pouvons-nous incliner la tête juste un instant.           

73.       Tendre et Bienveillant Père, il y a dans cette boîte des mouchoirs destinés aux nécessiteux, aux malades, et aux affligés. Des mères, et des pères sont en train de les attendre, des frères, des sœurs, des petits enfants malades et nécessiteux, des aveugles, des affligés, des boiteux. Oh! combien ils désirent ardemment qu'on leur retourne ces mouchoirs. Et nous sommes très reconnaissants,  Père, de ce que nous avons trouvé grâce à leurs yeux par Toi de sorte qu'ils croient que si nous Te prions, ils pourront être secourus. Nous n'en sommes pas dignes, Père. Je ne le suis pas. Je Te prie, ô Dieu, de ne pas considérer mon indignité, mais de considérer ces pauvres gens malades auxquels nous essayons de toutes nos forces d'apporter Ton Fils, Jésus.                                   

            Lorsque ces mouchoirs seront placés sur leurs corps malades, Père, au Nom de Jésus, Ton Fils, que la maladie quitte. Accorde-le, Seigneur. Puissent-ils être délivrés de ces choses et être complètement libres.                       

            Eh bien, Tu voyais ces gens lorsqu'ils écrivaient les lettres. Tu les vois maintenant. Tu les verras lorsqu'on les retournera. Maintenant, puisse l'Ange de Dieu dont la Présence est ici maintenant, Se tenir à côté de chacun d'eux. Et lorsqu'on posera cela sur ces malades, puissent-ils guérir rapidement. Car nous le demandons au Nom de Jésus et pour la gloire de Dieu. Amen.                          

74.       Je voudrais vous demander, s'il vous plaît, d'être aussi respectueux que possible. J'espère que vous comprenez de quoi il est question. Voudriez-vous y réfléchir maintenant? Me voici debout ici, juste un homme. Dieu le sait. Voici une file de gens, quinze ou vingt, quel que soit le nombre de ceux qui sont alignés. Je pense que c'était quinze, peut-être un ou deux d'entr'eux manquent, mais ils sont là et peut-être un peu plus. Il y a au moins mille six cents personnes assises ici, je pense, à peu près ce nombre, assises ici devant moi. Il y a eu au moins mille mains qui se sont levées pour montrer qu'ils sont dans le besoin. Et j'ai parlé ici ce soir de Jésus-Christ, disant qu'Il est le même hier, aujourd'hui et éternellement.              

75.       Eh bien, représentez-vous qu'alors qu'on se tient ici, dans un auditoire d'une telle importance, on doit avoir absolument des critiqueurs assis là. On doit avoir des gens qui sont un peu méfiants. Vous sentez cela. Vous pouvez sentir cela. Lorsque l'Esprit commence à S'installer, vous pouvez sentir cela. Voyez? Mais je suis très content de ce que cela est assurément à un très faible degré. C'est la foi qui prédomine, ça a été le cas dans chaque réunion que nous avons tenue ici. Voyez? C'est vrai.                

            Je ne devais pas dire qu'il y a des critiqueurs assis ici présent. Cela peut être quelqu'un qui est tout simplement méfiant et qui dit : " Eh bien maintenant, je - je me pose simplement des questions. " Voyez? Si seulement cette personne savait l'effet que cela avait, et l'influence que cela avait, eh bien alors, il dirait : " Non, je crois. Je crois, Seigneur. Seigneur, viens au secours de mon incrédulité. "                      

76.       Eh bien, qu'en serait-il si notre Seigneur Jésus Se tenait ici sur l'estrade ce soir, et qu'Il Se tenait juste là où je me tiens, eh bien que ferait-Il ? Eh bien, ne considérons pas cela selon notre propre conception. Considérons cela du point de vue biblique.                   

            Eh bien, d'abord, Il a dit : " Je ne peux faire que ce que Mon Père Me  montre. " Et qu'est-ce qu'Il… Qu'était-Il? Il était le Sacrifice pourvu par Jéhovah. Est-ce vrai? Croyez-vous qu'Il était Jéhovah-Jiré? Il était le Sacrifice pourvu par Dieu.         

Alors, lorsqu'Il est mort, Il est mort pour… Il était blessé pour nos péchés (Est-ce vrai?), brisé pour nos iniquités, le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur Lui, par Ses meurtrissures, qu'est-ce qui est arrivé? Nous serons? Nous avons été ; nous avons déjà été guéris. Allons-nous être sauvés? Nous avons déjà été sauvés. Voyez? Vous n'avez point été sauvé il y a juste deux ans, ou il y a dix ans, ou il y a vingt ans. Vous avez été sauvé il y a mille neuf cents ans. Vous avez tout simplement accepté cela il y a deux ans ou trois ans. Votre guérison est déjà accomplie. Vous n'avez qu'à l'accepter. C'est la raison pour laquelle Il a dit : " Si tu peux croire. "                       

77.       Maintenant, voici une dame debout. Est-ce elle la patiente? Cette dame ici, je ne l'ai jamais vue de ma vie. Placez-vous ici maintenant comme chrétien pour être en face de cette femme. Placez-vous ici comme chrétien pour être en face de cette assistance. Alors vous feriez mieux de vous rassurer que l'Ange de Dieu Se tient à côté. C'est vrai.                             

            Eh bien, qu'arriverait-il si dans cette ligne il y a des critiqueurs? C'est peut-être là qu'il y a l'oppression, je sens l'oppression. Et si c'est le cas? Alors peut-être le… Ils seront frappés ici même à l'estrade de la maladie qu'ils prétendent avoir. Voyez? Qu'arriverait-il si un critiqueur est assis là, et qu'une maladie est chassée d'ici et que cela allait dans l'assistance? Ce critiqueur attrapera cette maladie. Voyez? Combien savent que c'est vrai, et combien ont déjà vu cela plusieurs centaines de fois dans mes réunions? Voyez? Assurément.                 

78.       Beaucoup d'entr'eux sont dans un asile d'aliénés, et couchés malades, et tout le reste. Qu'en est-il de ce gars là qui est venu ce soir-là pour m'hypnotiser ? Il est toujours paralysé. Oui, oui. Il y a environ quatre ans, et il est toujours couché paralysé. Un hypnotiseur, il allait dans ces camps militaires hypnotisant les gens et tout, et il les faisait aboyer comme des chiens et tout. Mais on ne peut pas jouer avec Dieu. Non, monsieur.           

            Soyez vraiment respectueux et soyez en prière maintenant. Juste… Maintenant, que le Seigneur vous bénisse. Très bien. Maintenant, au Nom de Jésus-Christ, le Fils de Dieu, pour la gloire de Dieu, le Père, et en tant que représentant de Son Fils, Jésus, je prends maintenant chaque esprit ici sous mon contrôle pour la gloire de Dieu.                        

79.       Bonsoir, madame. Eh bien, venez tout simplement ici, s'il vous plaît, madame. Nous sommes les premiers à nous entretenir et c'était - cela rendait les choses assez difficiles comme c'est la première personne. Cela… Ainsi, cela… Cette façon, eh bien, parfois cela me prend un peu de temps avant que je - que Cela commence à m'oindre. Je ne suis qu'un homme. Vous - vous en êtes consciente. Je ne suis qu'un homme. Mais Il est le Seigneur.                     

            Eh bien, s'Il Se tenait ici et que vous ayez un besoin, ou un désir… Eh bien, si c'est quelque chose qui fait partie de l'expiation… et qu'est-ce qui fait partie de l'expiation? Tout ce dont vous avez besoin. Voyez? Car Il a remplacé tout ce que nous avions perdu en - en Adam. Il a réalisé cela en souffrant à notre place à la croix. C'est là qu'Il a payé tout le prix. Eh bien, tout… Il a dit : " Tout ce que vous demanderez en priant, croyez que vous l'avez reçu, et vous le verrez s'accomplir."                        

80.       Maintenant, s'Il était ici et qu'Il vous parlait, tout ce qu'Il pourrait donc faire ce soir, si vous disiez, eh bien, peut-être vous disiez : " J'ai un besoin, je suis sur le point de perdre ma maison, et il me faut de l'argent pour - pour ma maison. " Eh bien, Il vous demanderait : " Crois-tu cela? "              

" Oui ".

Alors, Il vous dirait : " Si tu crois cela, tu le recevras. "           

            Si vous disiez : " Eh bien, j'ai été tellement maltraité, et mes ennemis m'accablent." ou quelque chose comme cela.

            Il dirait : " Pardonne-leur, et ils viendront à toi. " Voyez? Mais qu'arriverait-il si c'était une maladie, ou peut-être quelque chose qui ne va pas dans votre vie, ou un acte immoral ou quelque chose comme cela? Il saurait cela. Mais c'est pour… Si c'était pour la guérison, Il pourrait vous dire ce qui cloche en vous, mais Il ne pourrait pas vous guérir parce qu'Il l'a déjà fait. Comprenez-vous cela? C'est vrai. Eh bien, alors, s'Il est - s'Il est ici, je crois qu'Il est ici, alors Il répondra certainement de la même façon, n'est-ce pas? Croyez-vous cela, chrétiens? [L'assemblée dit : " Amen. " - N.D.E.]            

81.       Je - ne soyez pas pressés (Voyez?), soyez vraiment respectueux. Cette femme est très malade, car une ombre noire est suspendue entre elle et moi. Vous êtes sur le point de subir une opération, n'est-ce pas? C'est pour une tumeur. Elle se trouve sous le bras, c'est grave. Dieu seul peut vous aider. C'est la vérité, n'est-ce pas? Croyez-vous maintenant qu'Il est ici pour vous aider? Inclinons la tête.

Dieu notre Père, au Nom de Ton Fils, le Seigneur Jésus, je pose les mains ici, là où le bistouri doit passer. Si cela ratait le petit endroit, le reste, Satan pourrait revenir immédiatement comme un lion rugissant. Mais Tu sais exactement où cela se trouve, c'est dévoilé ici même sur l'estrade. Dieu bienveillant et Tout-Puissant, je T'en prie, épargne la vie de cette femme, Père. Et elle sait qu'elle se tient ici dans la Présence d'un Etre qui la connaît. C'est Toi, ô Dieu ! Ecoute la prière de Ton serviteur. Il est dit dans la Bible : " La prière fervente du juste est d'une grande efficace. " Regarde tout simplement les hommes et les femmes ici en train de prier pour elle en ce moment. Ô Dieu, je T'en prie, au Nom de Jésus, épargne sa vie et laisse-la vivre. Et nous Te louerons pour cela, au Nom de Jésus. Amen. Que Dieu vous bénisse, sœur. Poursuivez votre chemin en vous réjouissant.           

82.       Bonsoir, madame. Maintenant, c'est un peu différent. Cette dame-là devait être la première il y a quelques instants, lorsqu'elle s'est rendue compte que Cela était là où elle se tenait, elle a pu ressentir les effets que Cela avait sur elle. Vous pouvez vous en rendre compte maintenant (Voyez?), que ce n'est pas votre frère. Je ne suis qu'un homme. Je ne vous ai jamais vue de ma vie, et peut-être que vous, vous ne m'avez jamais vu. Nous sommes tout simplement étrangers l'un à l'autre. N'est-ce pas vrai? Si Dieu m'aide et me dit ce pour quoi vous êtes ici, ce dont vous souffrez ou quoi que ce soit… S'Il me révèle tout simplement cela, l'accepteriez-vous comme votre Guérisseur? C'est tout ce que je peux faire avec un don divin.         

            Vous autres là-bas, allez-vous dire : "Je vais… " Cette femme, c'est la première fois que nous nous rencontrons ; est-ce vrai, madame? C'est vrai, n'est-ce pas? C'est vrai. Nous ne connaissons rien l'un de l'autre, pas de contact, rien. Nous sommes de parfaits étrangers. Et voici que nous nous rencontrons.          

83.       Maintenant, écoutez, mes amis, ne pouvez-vous - vous pas comprendre ce que ceci - ce que je veux dire? Eh bien, il y a quelque chose qui doit être ici, un moyen qu'il me faut pour savoir ce qu'il en est au sujet de cette femme. Si quelque chose est dit, je ne peux pas faire cela; je ne suis qu'un homme. Elle est là, ayant l'air d'une femme en bonne santé. Il peut même ne pas s'agir de sa santé, à ce que je sache. Mais ça peut aussi être ça ; je ne sais pas. Mais si le Saint-Esprit vient et lui dit simplement… Eh bien, quant à sa guérison, si c'est une maladie, je ne pourrais pas la guérir. Je n'ai aucune puissance pour faire cela. Personne d'autre n'en a. Cela doit venir de Dieu.                

            Eh bien, vous croyez que ceci est Sa Parole, n'est-ce pas? Vous croyez qu'Il est ressuscité des morts, n'est-ce pas? Vous croyez qu'Il a dit : " Les œuvres que Je fais, vous les ferez aussi. " Il a dit : " Je ne fais rien à moins que le Père me le montre. " Et les œuvres même qu'Il a faites s'accompliront ici ce soir. Quant à la guérir, s'il s'agit de la maladie, Il ne peut pas le faire. Il l'a déjà fait. Et tout ce qu'Il pourrait faire serait, d'une certaine façon, de l'amener à croire cela. Est-ce vrai? Combien savent que c'est vrai? Juste une certaine façon de l'amener à accepter ce qu'Il a accompli pour elle.                               

84.       Eh bien alors, si c'est le cas pour cette femme, ne serait-ce pas exactement le cas aussi pour vous autres là-bas ? Tout ce qu'Il veut que vous fassiez, c'est croire. Tout ce que j'essaye de vous amener à faire, c'est croire. Le prédicateur veut que vous croyiez parce qu'il prêche la Parole. Moi, par ce don divin qui m'a été donné souverainement par Dieu à ma naissance… Toute ma vie, cela a été ainsi, parfait chaque fois. Ainsi, ne voyez-vous pas que c'est Dieu qui essaie de vous amener à croire? J'espère que vous voyez cela, mes enfants bien-aimés.        

            Eh bien, entre moi et cette femme, je la vois se déplacer dans la cuisine ou quelque chose comme cela. C'est à table. Elle n'arrive pas à manger. Elle a des troubles gastriques. C'est vrai. Eh bien, n'est-ce pas vrai ce qu'Il a dit? Eh bien, s'Il est ici, que nous sommes étrangers, et qu'Il sait tout, qu'Il sait ce qu'était votre problème, cela ne suffit-il pas pour vous amener à croire? Cela suffit-il pour vous amener tous à croire? Mais maintenant regardez, eh bien, si je parle à cette femme pendant longtemps, Il me dira probablement quelque chose sur sa jeunesse, ou quelque chose comme cela. Voyons.          

            Allez-vous tous… Pas pour… Si Dieu veut… Voyez, c'est… Eh bien, je ne peux pas dire qu'Il le fera. Mais s'Il le fait, est-ce que cela vous encouragera doublement? Si c'est le cas, veuillez simplement lever la main, pour dire : " Cela m'encouragera doublement. " Très bien, eh bien, puisse Dieu accorder cela; je ne dis pas qu'Il le fera.      

85.       Je voudrais tout simplement vous parler. Quel était votre problème ? Qu'est-ce qui clochait en vous? Qu'est-ce qu'il a… des troubles gastriques. Oui, des troubles gastriques. Eh bien alors, s'Il guérit votre estomac, la maladie de votre estomac, Il est merveilleux, n'est-ce pas? Il est - Il est aimable. Et L'aimez-vous? Eh bien, Il est merveilleux, n'est-ce pas, l'aimable Seigneur Jésus? Et nous nous attendons à Lui maintenant.          

            Lorsque la femme au puits s'était tenue là et avait parlé à Jésus, Il a continué… Il a dit : " Donne-moi à boire. "

            Elle a dit : " Eh bien, il n'est pas de coutume pour les Juifs et… "

            Vous êtes de quelle origine? Espagnole? Mexicaine? Je le pensais.               

86.       Et Il a dit… C'est donc quelque chose de ce genre, n'est-ce pas, à peu près la même chose? Et oui, madame, vous avez un frère qui est malade. Il a un genre de crise, ou quelque… Oh! c'est une crise cardiaque. Il se tient le cœur et s'écroule. Je le vois. Je pensais que c'était l'épilepsie, mais ce sont des crises cardiaques; il tombe suite à des crises cardiaques. Vous lui avez parlé, et vous l'avez persuadé - vous l'avez persuadé de se faire baptiser pour devenir un vrai chrétien. C'est la vérité.

            Dieu notre Père, pour cette pauvre petite femme en larmes qui se tient ici, sachant que le Seigneur Jésus dont nous parlons est présent maintenant, notre Refuge, notre Appui, un Secours qui ne manque jamais dans la détresse, Ô Dieu ! sois miséricordieux et accorde-lui le désir de son cœur. Et peu importe ce qu'étaient ces choses, Seigneur, qui ne sont pas correctes, redresse-les, Père. En tant que Ton humble serviteur, et avec l'onction de Ton Esprit sur moi maintenant, je lui impose ces mains et je demande à Dieu, notre Père, par Jésus-Christ de lui accorder le désir de son cœur. Amen.

            Eh bien, sœur, vous êtes tout simplement tenue de recevoir ce que vous avez demandé, n'est-ce pas? Sentez-vous que vous vous êtes emparée de la ligne maintenant? Suivez-la tout simplement jusqu'à la maison. Amen. Que Dieu vous bénisse.              

87.       Ayez foi. Jésus a dit : " Ayez foi en Dieu. "  

            Je vois quelque chose se déplacer de haut en bas comme ceci, par ici, cela continue à se déplacer. C'est quelque chose d'élancé. Il y a quelqu'un en train d'écraser quelque chose. Oh! c'est un - c'est un médecin. Il est en train de consulter une femme. Et elle… C'est - c'est cette femme de couleur assise juste ici. Elle souffre d'hypotension, elle est assise juste ici à… Que Dieu vous bénisse. Eh bien, vous pouvez rentrer chez vous bien portante. Suivez cette ligne que vous venez de toucher tout à l'heure; elle vous mènera à la délivrance. Amen. Amen.           

            Croyez-vous maintenant? Le Seigneur Jésus, le Fils de Dieu, Sa Présence est ici. La femme là… Voyez, tout ce que vous devez faire, c'est croire tout simplement. Voyez, ce n'est pas moi ; de ma vie, je n'ai jamais vu cette femme. Je ne sais rien d'elle. Dieu le sait. Mais sa foi a contacté l'Esprit. Voyez? Et qu'est-ce que cela a fait? Exactement la même chose que pour la femme qui avait la perte de sang : Il s'est tourné vers l'assistance et Il a dit : " Ta foi t'a sauvée. " Voyez? C'est ça. Que Dieu vous bénisse. Ayez foi.

88.       Que le Seigneur vous bénisse, madame. Que Dieu soit miséricordieux envers vous, c'est ma sincère prière. Nous sommes étrangers l'un à l'autre, je suppose. Nous le sommes. Et croyez-vous que le Seigneur Jésus est exactement tel que je L'ai présenté là dans la Bible, qu'Il est ressuscité des morts et qu'Il est l'aimable Fils de Dieu ? Croyez-vous cela de tout votre cœur ? Si le Seigneur Jésus me révèle ce qu'est votre problème, allez-vous alors L'accepter comme le Guérisseur des maladies, si c'est cela ? Allez-vous le faire ? Vous le ferez. Que Dieu vous bénisse, maman. En effet, vous êtes une mère, je vois que vous l'êtes. Eh bien, votre vie ne peut pas être cachée. Voyez-vous ? J'ai contacté votre esprit et votre vie.                      

            Et vous êtes ici pour que je prie pour vous, vous avez de l'hypertension. Vous aviez l'hypertension. Et vous avez quelque chose, et je vois quelqu'un examiner vos genoux. C'est le - c'est un liquide qui provient de dessous les rotules. C'est vrai, n'est-ce pas ? Eh bien, s'Il peut révéler cela, Il peut vous guérir, n'est-ce pas ? Assurément. Oui, madame. Certainement qu'Il le peut. N'est-Il pas aimable en aidant cette pauvre femme ? Qu'est-ce qu'Il essaie de faire ? L'amener à croire, élever sa foi. Soyez très respectueux, tout le monde, je vous en prie.                                 

89.       Peut-être que nous parlerons juste un instant, maman. Cela… Voudriez-vous que je vous parle une minute ? Très bien, je vais vous parler. Très bien, maintenant, j'aimerais donc vous poser une question. Si vous croyez que je suis Son serviteur… Eh bien, croyez-vous que Dieu peut me parler et me dire ce que vous êtes - ce que - ce que -ce que vous voulez, ce que - ce que vous désirez d'autre ? Je vois ce que c'est maintenant même. Oui, oui. C'est pour un - un fils ou plutôt un petit-fils. C'est un petit-fils. Et le garçon est très nerveux. Il est tout bouleversé. Il - il est un - il a été à la guerre. Il était en Corée. Il a été blessé. Et il est revenu à la maison. Et il n'a pas de travail, il est tout bouleversé. C'est la vérité. Rentrez chez vous ; il va trouver du travail, et vous, vous êtes guérie. Que Dieu vous bénisse.                 

            Croyez au Seigneur Jésus. Ayez seulement foi ; vous recevrez ce que vous demandez. Si vous n'avez pas de foi, vous ne pouvez rien avoir. Car par la foi… Sans la foi, il est impossible d'être agréable à Dieu.                             

90.       Eh bien, cette dame m'est étrangère. Est-ce vrai, madame ? Nous sommes… S'il vous plaît, soyez aussi respectueux que possible. Nous allons terminer dans quelques minutes. Je n'aimerais pas vous ennuyer avec de longues réunions, mais j'essaie de prendre mon temps sur ces gens pour voir si cela édifiera la foi de l'assistance. Ne vous déplacez pas, s'il vous plaît, ne faites pas cela. Voyez-vous ? L'Esprit est en train de s'établir venant d'un endroit, un endroit, comme ceci. Alors ici, cela change et on se déplace, et ça vous dérange. Voyez ? Cela - cela - cela m'affaiblit plus vite. Eh bien, juste un instant maintenant.                                 

91.       Maintenant, pour vous, sœur. Nous sommes étrangers l'un à l'autre. Nous ne nous connaissons pas, nous ne nous sommes jamais vus dans la vie. Mais croyez-vous que le Seigneur Jésus est ici pour vous aider ? Vous êtes ici pour quelqu'un d'autre. Oui, oui. Il n'habite pas ici. Il est de Duluth. Et puis vous avez… Vous - vous êtes… Cette personne a l'arthrite, elle ne peut pas se lever. Et il y a quelque chose au sujet d'un soldat. Il - il était un soldat, c'est ce que c'était. Et il - il a été blessé à cheval, il s'est blessé lui-même. Eh bien, ce mouchoir que vous avez en main, pendant que le Saint-Esprit est sur vous, prenez cela et posez-le sur lui. Que Dieu vous bénisse au Nom du Seigneur Jésus.                 

            Croyez-vous que tout est possible ? Il y avait quelque chose au sujet d'un soldat, il y a quelques minutes. Et voilà un soldat là, je pensais que c'était… Cela se répète encore, et c'est la raison pour laquelle je - j'ai regardé pour voir où c'était. Mais c'était - mais c'était autre chose.          

            La dame assise là en train de me regarder, juste là, vous avez l'arthrite, n'est-ce pas, madame ? Madame assise là, avec un petit quelque chose de rond autour du chapeau, là au bout de la rangée. Voulez-vous que le Seigneur Jésus vous guérisse de cela ? Croyez-vous de tout votre cœur qu'Il va le faire? La dame assise à côté de vous a aussi l'arthrite. Vous êtes dérangée par l'une ou l'autre chose, qui sort dans la bouche. Oh ! c'est la bile. Vous av-… Est-ce vrai ? Assurément, c'est vrai. Posez vos bras, ou plutôt les mains l'une sur l'autre là. Vous tous, imposez-vous les mains.                 

            Seigneur Jésus, Tu vois ces choses, et je Te prie de la guérir et de la rétablir complètement, toutes les deux, Père, pour Ta gloire, au Nom de Jésus-Christ. Amen.                  

92.       Cette femme assise là au fond en train de prier, je vois la Lumière se tenir au-dessus de vous. Vous souffrez d'une affection de la vessie, madame. Vous croyez… assise juste, en petite robe brune, en train de me regarder juste ici, la voilà. Vous aviez une affection de vessie, n'est-ce pas ? J'ai dit : " Vous l'aviez, n'est-ce pas ? " Vous n'en avez plus maintenant.             

            Là au fond derrière vous, une autre dame en manteau brun, elle a des troubles gastriques. Elle aimerait aussi être guérie. Croyez-vous, madame ?  Vous qui êtes assise juste là derrière, le gentleman là, en train de me regarder, juste tout droit là derrière… Oui, avec votre main levée, vous qui portez on dirait un petit pull-over vert. Non, par ici, sœur, juste ici. Non, levez-vous, madame, vous, juste ici avec le… assise là au bout de la rangée. D'accord, avec la main levée, c'est là que la Lumière se tient, juste là. Levez-vous et acceptez cela maintenant même pendant que vous en avez l'occasion. C'est vrai. Que Dieu vous bénisse, vous aviez des ulcères à l'estomac, cela est complètement parti maintenant. Votre foi vous a guérie.                

93.       Que Dieu accorde que cela s'approche davantage. On dirait que quand vous êtes là au fond … La petite dame, assise par ici où j'ai pointé le doigt. Juste de l'autre côté. Je pensais que c'était au-dessus d'elle. Je vois que c'est de nouveau au-dessus d'elle. Mais je vois quelque chose… C'est la dame qui a la main levée. Vous qui avez levé la main, mettez-vous debout. Vous qui portez un chapeau rouge vif. Oui. Je pensais que c'était la petite dame assise en face de vous, mais il s'agit de vous. Oh ! c'est une affection de vessie ; c'est cela. Oui, je vois cela maintenant, quand on a fait l'examen de la vessie, sous cette côte-ci où il y a ces douleurs. C'est vrai. Rentrez chez vous maintenant, que Jésus-Christ vous bénisse, ma sœur.   

            Croyez-vous ? " Si tu peux croire, tout est possible. " Ayez foi. La petite dame, assise juste par ici avec - souffrant d'une maladie de femmes, ayez tout simplement foi en Dieu, madame. C'est tout ce que vous devez faire. Dieu vous accordera votre guérison. C'est vrai, vous, oui. Mettez-vous debout. Maintenant, vous pouvez rentrer chez vous et être bien portante. Que Dieu vous bénisse.                                 

94.       Cette dame-ci souffrait aussi d'une maladie de femmes. C'est là que ce démon était en train de tirer dans tous les sens. Vous avez une maladie de femmes. C'est vrai. Voyez, cet esprit était en train de se déplacer dans tous les sens. Il y avait quelqu'un là qui venait d'être guéri de la gastrite, en effet, vous aviez aussi la gastrite. C'est vrai. Vous avez une infection, le - a-t-on dit dans les glandes féminines, le médecin vous a dit que c'était une infection. C'est vrai. Je vois ces démons en train de se tirer les uns les autres, on peut les reconnaître de cette façon.           

            Eh bien, voici la chose dont vous avez plus besoin ; vous avez besoin de Jésus comme votre Sauveur, parce que vous n'êtes pas une chrétienne ; vous êtes une incroyante. Pas une incroyante, mais vous êtes - vous n'êtes pas une chrétienne. Voudriez-vous L'accepter maintenant, sachant que vous vous tenez dans Sa Présence ? L'acceptez-vous maintenant comme Sauveur ? Approchez.

Ô Dieu ! alors que cette enfant qui errait revient à la maison ce soir, cette affliction était là pour l'amener au pied de la croix, et maintenant, Seigneur, pardonne-lui chaque péché, guéris-la des maladies de son corps afin qu'elle soit bien portante. Puisse cette bénédiction venir sur elle, Père, et tous les péchés être pardonnés maintenant, toutes les mauvaises habitudes disparaître. Et puisse-t-elle être complètement rétablie alors que je la bénis au Nom de Jésus-Christ. Amen.             

            Votre péché vous ayant été pardonné maintenant, allez en vous réjouissant et soyez heureuse. Croyez-vous de tout votre cœur ? Maintenant, soyez respectueux, s'il vous plaît.                     

95.       Sœur, regardez ici juste une minute. Croyez-vous de tout votre cœur ? Eh bien, votre nervosité vous a quittée maintenant. Vous pouvez rentrer chez vous. Vous vous sentez calme maintenant, n'est-ce pas ? Vous êtes guérie. Jésus vous a rétablie.

Mère, voudriez-vous guérir de ce vieux diabète afin que vous puissiez vraiment mener encore une bonne vie et bien vous sentir ? Croyez-vous que Jésus va vous guérir ? Si je vous impose les mains et que je prie, allez-vous - allez-vous recevoir cela ? Effectivement, bien sûr que vous voyez cet eczéma, ou cette éruption, mais cela… La chose principale, la chose cachée, c'est le diabète.

            Seigneur Jésus, exauce la requête de notre sœur au Nom de Jésus-Christ. Amen.

            Ayez foi maintenant. Allez, croyant de tout votre cœur et vous obtiendrez ce que vous demandez.  

96.       Venez, frère. Me croyez-vous ? La croix que vous avez suspendue là sur vous, le crucifix du Seigneur Jésus est suspendu exactement là où se trouve votre maladie : votre estomac. Eh bien, allez manger ce que vous voulez.        

            La maladie d'affaiblissement de femme, vous avez aussi le diabète. Croyez-vous que Jésus vous rétablit ? Que Dieu vous bénisse. Allez donc et que le Seigneur Jésus vous bénisse… ?…

            Votre maladie, c'est à la gorge. L'asthme vous pousse à tousser. Vous n'arrivez pas à vous étendre, vous devez vous tenir debout comme ceci. Croyez-vous qu'Il vous a guérie?

            Dieu Tout-Puissant, accorde les bénédictions à cette fille au Nom de Jésus. Amen. 

            Croyez-vous que l'affection de reins et autres vous ont quitté lorsque vous étiez assis là ? Que Dieu vous bénisse… ?… Croyez-le de tout votre cœur. Pensez-vous que vous pouvez cesser de prendre l'insuline, et que le Seigneur vous a guéri? Poursuivez votre chemin en vous réjouissant. 

97.       Les troubles cardiaques, il n'y a rien de difficile pour Dieu, n'est-ce pas ? Il guérit simplement toutes sortes de maladies. Que Dieu vous bénisse. Rentrez en vous réjouissant, étant heureux. Et vous aviez la même chose. Continuez tout simplement à avancer ; Dieu vous a rétabli. Et Il rétablira chaque personne dans ce bâtiment maintenant même si vous le croyez. Allez-vous croire cela ? Mettez-vous debout juste une minute. " Dieu est notre Refuge et notre Appui, un Secours qui ne manque jamais dans la détresse. " La crise sévit ; la bataille est engagée. Levez les mains et touchez la ligne de sauvetage maintenant et rentrez chez vous avec cela. Puissiez-vous recevoir cela au Nom de Jésus-Christ.

E-1 Only believe,
All things are possible, only believe.
Only believe, only believe,
All things are possible, only believe.
Now, remain standing just a moment for prayer. Father, we thank Thee tonight from the depths of our heart for this wonderful gathering together in Christ Jesus here in Chicago. We pray that You'll bless our efforts that we put forth to try to represent Thee to these people. Seeing this cold, blizzardy night outside and people has come from a long ways, and gathered in here tonight to be healed... Reading their letters through the daytime and hearing their pitiful cry for help stirs our hearts, Father. I'm sure You see them when they write the letters, You see them when they arrive, the feeling it makes me have and the answer back, everything that we can to try to help. Bless our efforts tonight, Father. May Thy Spirit be here, and may It approve of all that we do. For we ask His Divine guidance upon everything in Jesus' Name. Amen. Can be seated and the Lord bless you.

E-2 I am doubly happy tonight to be here at the auditorium. I see we got some letters here. Some of you give them to Billy Paul, and he always gives them to me. And then we appreciate it. And then some here... Before I start tonight, I noticed when I'm making dismissing prayer sometime that they lay these letters up for me to lay hands on them. I want to pray for them individually before we give them out to you. Anything that we can do to help you, what we're here for. It's to try to help you, to love our Lord Jesus with all your heart.
I was just looking down at the recording artist down here, a whole pit full of them tonight, taking these recordings. Well, that's mighty fine.
We--we are... We'd like to just stay a long, long, long time if we could in Chicago. 'Course this... We're kind of a little handicap this time. We have to go back to the church. The audi... This auditorium was pre-rented. And we're kind of having it a little rough, but we...

E-3 Brother Joseph and I was talking about it today. And he's making arrangements for another meeting right away as soon as we can get back from where we're starting now. We're go to Hot Springs, Little Rock, and to--from there to Shreveport, Lubbock, Texas, Phoenix, Arizona, Los Angeles, Tacoma, Washington. And then from there to Calgary, Edmonton, Grande Prairie, Dawson Creek, and then perhaps to the--to the conference in overseas. If we can get back in that time...
'Course I guess everyone knows there's to be a little fellow born at our house pretty soon and has to take place in the month of March, or May, rather. And we are... I want to be around home at that time.
Now, soon as that's over, God willing, I--I just got to go back overseas. I... Just something in my heart, I just can't stay away from it. Everyday I try to console myself to say, "Look here, Billy Branham, you got to stay home. (See?) You--you got..." But just something down in me says, "No." And--and I--I can't help it.
I just want to show you something, friends, if you'll understand. Chicago... We'll just take Chicago, just like this is all over the United States, right here. And it is one of the best places. I have nothing against anywhere. They're all lovely. Everywhere I go people love me, and that big welcome you had awhile ago. I just... Makes me feel down in my heart, my, I just wish I could just set down with you and stay forever; but I can't. It's... We... I'm not a boy, and there's a lot of work to be done, and I can't do it all, but I got to do my part. See what I mean?

E-4 And I'm going to say this, and I... If I'm wrong, God forgive me. For I'm saying it with all my heart. America, nation, nationally speaking isn't ready for a revival. They may have done passed that day. See?
I was just noticing Brother Joseph this morning trying to talk to me, say, "Well, Brother Branham, when you come back we'll..." See? He may have said it. I don't say this because this little Swedish brother of mine setting on the platform. No, sir. But I love him. Many of you know what I've been through to hold our fellowship, not because of he and I, but the outside world. But Joseph Boze is my buddy, my brother in Christ. He's got to do something worse than what he's ever done to change my opinion about him. I love him. And so I--I appreciate him. And by him...
He just comes down and sets down at the house, and drive all the way down there, or fly on a plane, or something another. And I... "Brother Branham..." The little kiddies would get in the room, get listening at him talk that broken English, you know. And we... "We need you in Chicago. The people up there love you. Now, when are you going to come and get us another meeting?" You see? He just stays right with it. And you--you can't turn him down. You just can't...

E-5 You might just say, "All right, Brother Joseph. Go ahead. I--I'll be there." Because he just--he just stays right with it till you have to come almost. And so... But I--I really like him.
And we were setting this morning, talking. I said, "Brother Joseph..."
He said, "But, Brother Branham, realize..." Said, "Just think. Last night twenty souls being saved at least," said, "that's not through evangelistic now." Said, "Anything would be more than that. Twenty people come to Christ."
I said... Why, he said, "Brother Branham, if people has a revival and one comes in a nighttime, look how they brag about it, and here twenty deep convicted conversions come boohooing and crying (See?) after they seen the working of the Lord."
I said, "Yes, Brother Joseph, God knows how I appreciate that. But see, right here where they been at one night to services, and just swap that service right around and lay it down in South Africa, lay it over in India, lay it down in islands, or down in South America, you know how many souls would've come? Around five thousand, maybe twenty thousand, thirty thousand." See? It's the same thing, just the same thing.

E-6 Well, many of those places has never heard of Christ. A lot of these brethren that go in with these campaigns, they go to people who have some kind of conception of Christ, like maybe Catholics, or Lutherans, or so forth, and they teach. But mine, I preach out where they never hear of Christ. See? They got to have some kind of conception of God. Well, the phenomenal... See?
The gift don't make any difference whether they never heard of Christ, whether they know nothing about the Bible. It knows just the same (You see?), 'cause it's God and that just... It makes the people... The--the phenomenal side, they say, "My, my, what's he talking about? How'd he know who I was, and what I... what's wrong with me, and where I come from, and who--who's my people and all these things? Well, where'd that come from?" You see? Then they see.

E-7 Now, the brethren that just preaches the Gospel, which is the initial, and wonderful way of doing it, now they can pick up these others (You see?), like that. But I love to come home and shake everybody's hand, spiritually speaking. And 'cause I'd like to shake everybody's hands naturally if I possibly could.
But then in the meeting and wonderful spirit... But I want to ask you something. The preaching that's took place in America in the past ten years would be enough to convert the whole world over and over for... You know that. Just look at the evangelists that's swept across the nation. Look at Billy Graham, and--and Jack Schuller and--and Jackie Birch, and oh, all those others, and Oral Roberts, and of the many of the great evangelists that has just crossed back and forth and through the nation, and combed back and combed back and forth, back and forth, back and forth.

E-8 And when they call on me, just look like the crust has set, the Christians come. Now, and then you'll pull one from here or there. You see? But it just looks like it just kind of a place where you can't break through the people somehow.
They'll come for the first two or three nights. It's wonderful. They see the phenomena of God. They hear a evangelist, a good preacher like Oral Roberts, Billy Graham, or some of those brothers who can really preach. They rejoice after a few nights, but it's all over. And the phenomenal of the working, the Lord working, it looked right. It's wonderful. And then they, well, it soon wears out in a day or two. You see?

E-9 See, it just looks like the... There's just something over our beloved nation. I think our civilization is climbed to a place... God seined back and forth and back and getting the Christians together like that. But I believe if the revival strikes, it'll strike in the heathen land. I believe it with all my heart. See? They don't know nothing about it. They don't know any of their indocuments and the theology that's now.
People teaches this, that. And one said, "Now, let me look." See, what makes that is a skeptic. He will put it in the paper. I'm not against you people. You're my brothers and sisters. But the outside world, Chicago pick up the paper. "Strange things, phenomenals, these things taking place like that. Awwwww..."
"Why, that Dr. Jones said that was nothing but psychology." See? "Well, our pastor said it was the Devil. I'll have nothing to do with it." Others, they haven't even got time to look that far: "Some religious quack..." See? And go on like that... That's the attitude.

E-10 But you show that same thing in one of those foreign papers, the whole nation turns to see what it's all about. See? There you are. That's the difference. See, they haven't been come and doctored up like we all are and things. Well, I call you here tonight the elect. That's right. You're lovely and wonderful. And you've helped me.
And do you realize that that trip to India where those thousands, times thousands and thousands received the Gospel, at one time received Jesus Christ, people who were pagans and heathens. Do you realize that you financed a big part of that meeting, you people setting here tonight? You did. I come back, have meetings and do... Just if I can get a hold of enough to get back over there to give to them poor little starving people, hungry, and nothing to eat, and laying on the streets, and--and such a condition as that and just begging.
And yet one thing, they see one outstanding thing of the Lord's mercy, they get up out of their wheelchairs and walk away, and throw down crutches. And you just go around over the floor and pick up the things where they...?... laying like that--like that. They--they just piled up in big piles, and things like that, and take them out, stretchers and things. They don't need them anymore. Just something strikes them and they believe it, and they just go right on. See?

E-11 And that's the reason, Christian friends, that I'm going around trying to see my friends and--and... Not to pick up money, that isn't it. It's to visit my friends. Now, perhaps, tonight if I really was desperately in need, I could go to two or three men setting right here in this audience and they'd send me over to India. But that ain't--that ain't the way I want to get it. See? I want to get the nickel from this one, a dime from that one, and fifty cents from the other. See, like that? And then the whole group would have something to do with it, and--and I have a little rest from the foreign fields, come back and go off again. You get what I mean? See?
And I love you and I... There's no secrets. There's nothing at all before me or anything that anybody wants it. But it's all above board. I tell the people everything that I have, every penny of money I get, everywhere it all goes to. And there's my records from Uncle Sam. There's my bank, and--and there's my family, my home. Clothes I get, people give them to me, so there you are. I don't need money as long as people does give to me. I'd rather have prayers than all the money. So that means that all the money belongs to me, if I got that--some friends. You see? And the friends of Christ is my friend. And I am a friend to the friends of Christ. And so that's the way I get along in life.

E-12 Wonderful, wouldn't swap it for ten billion dollars. I'd rather have it, oh, my. Yes, sir. That's better. And my expenses runs totally... I send out thousands of letters a week and there has to be prayer cloths bought and buy--buy stamps. Money runs hundreds of dollars a week, and we send them to foreign fields and all over the world, and everything. Five in the office working all the time, and you realize what that is? While I'm not out on the field. There you are. It's backing up and backing up.
The bank, they tell me said, "That's all right, Reverend Branham, if you're overdrawed. Just let it go. You'll take care of it." That's my life...?... So that's... So it makes things fine. Then I just live by faith, that's all, just by faith.

E-13 And it's the greatest thing I ever knew in my life is living by the faith of our Lord Jesus Christ, knowing He loves me and blesses me. And taking up money? If I ever took one hundredth of the money that's been offered me, not what I ask for, I never... But the money that has been offered me, I'd be a multi-millionaire. You know what? That gets you in trouble. I'd rather just take day by day, day by day, just live for the Lord. What I have need of tomorrow, He will provide tomorrow. That's right.
And then I... See, if you can get... Then you go to trusting in your riches. Then you go to, if you got education, you trust in it. If you got a lot of theology, you trust in that. I don't have theology, education, personality, money, or nothing. I just love the Lord and trust in Him for everything. That's all I have. See? I... That's the way I want to live. That's my choice is living that way.
Now, God bless you. And well, you're such a lovely people here in Chicago. And now seeing that maybe we'd have to have just a few nights out, our auditorium here. We... Someone has spoke for it ahead of us. And that's just... That's what they deserve. They... We don't want to compromise with it.

E-14 But now, we want to, the next few nights if we can, instead of preaching I just want to give a few little exclamations of the Word, and then run the prayer line just as long as I can stand on my feet. See? Because I'm getting lots of letters. The people that's here is saying, "We--we can't stay much longer, Brother Branham."
Now, we have no way of knowing about who's going to get prayed for in the night. How do I know how many out there's going to be healed tonight, when I don't know a living soul as far as I know of? Can't see one person in the audience that I knowingly have ever seen before. I know some of these boys setting here. See? There's some of them from, well, from my church and down in Jeffersonville that I am--am friends, personal friends. And... But I don't know no one out there.
Now, how do I know where that Angel of the Lord's going to hang tonight and show a vision over somebody that I know nothing about? Why, that... Billy Paul, I... He's coming down this afternoon, tonight, rather to give out some cards, and I suppose he did. He probably give out about a hundred cards. They're out there. Only thing he can do is just mix them up together and give them to you. And he--he don't know where the--the prayer cards, or numbers are going to be called from. I don't either. I don't know whether to even call any or not. See?

E-15 And--and don't make any difference whether you have a prayer card or not. Only thing I'm trying to do is just get you to believe the Lord Jesus Christ, and He will heal you. You don't have to have a prayer card. If you notice, there's more healed out in the audience than there is comes to the platform. But I... But it does limit my strength.
Now, the other day, I understand that someone who knew me real well, that said as far as me getting weak, and that weakening me, was just a fake. Well, God forgive the man who said it. See? Because he didn't know what he was talking about. That's all. He doesn't know. And it is not, my dear beloved friends.

E-16 Physically speaking, I thank God for good health, very strong. And I'm a hunter and live in the mountains and woods, and by the grace of God pretty fair at it. And so then I've rode horses and things all my life and been pretty well hard-worked all my life. And as far as physically speaking, all right. But just... I could stand here and preach to you all night, still preach. But let one of those visions happen, and you can almost get ready to pack me out of the platform. See? And that's just... It weakens me. Why? I don't know. But the Scripture says that it will do it, and it does do it. That's all I know.

E-17 So good Lord bless you now. I'm going to read two places in the Scriptures here just for a little thought or talk, perhaps not over fifteen minutes, then call a prayer line, so we won't keep you up too late at night. Now, one of them is about... Both places will be pertaining to the redemptive names of Jehovah. And one of them is found in Genesis 22: 7th verse.
And Isaac spake unto Abraham his father, and said, My father: and he said, Here am I, my son... Here am I. And he said, Behold the fire and the wood: but where is the lamb for the burnt offering?
And Abraham said, My son, God will provide... a lamb for the burnt offering: so they went both... together.
And in the 14th verse we read:
And Abraham called the name of the place Jehovah-jireh:... that is to say to this day, In the mount of the Lord it shall be seen.
And then over in the Psalms, the 64th Psalm, the 1st verse. It said:
God is our refuge and strength, a very present help in time of trouble.

E-18 Now, from here we want to--to make our quotation. And now, I have written out on the envelope here that I carried: "The Seven Compound Names of Jehovah." In other words, it was what Jehovah is, is made up in these seven redemptive names of His.
Now, God... His attitude towards the people from Eden, back to Eden is wrapped in these seven redemptive names. The first one being Jehovah-jireh, which means, "the Lord will provide a sacrifice." The second one is Jehovah-rapha, "the Lord, the Healer." Manasseh, "our Banner." Shalom, "our Peace." Rohi, "is Shepherd, our righteousness." And Sham, "the Lord is present."
Now, the Lord Shammah, S-h-a-m-m-a-h, Shammah is the one I'm going to speak on from--from Psalms 64. And Jehovah-jireh is the first one, and this is the last one. Jehovah-jireh is "the Lord will provide a sacrifice." Jehovah-shammah is "Jehovah is present." Now, may the Lord add His blessing to these as we speak for just a few moments.

E-19 Now, Jehovah-jireh, when God appeared to Abraham, He... First named that He appeared to him in, was found there in Genesis 22 where He appeared to him in the name of Jehovah-jireh.
Now, Abraham received the promise from God, as to be the heir to Him, would come a son. And through the seed, his Seed, would be heir to the world. And through Abraham's son, which was Isaac, through Isaac come Jesus and Jesus brought in--issued in the Gentile, and which forgive all nations, the white man, the brown man, the yellow man, the black man, all people back, redeemed back showing that this was the last age. This is all. There won't be any more ages after this. This will be the last age that God will deal with people as mortals.

E-20 And if they had a revival in the time before the antediluvian destruction, before the coming of Christ, they had a great stir, well, what about the fulfilling of all of it, what will take place? Look at the days of the apostles...?... from the Gentile age was being issued in. Look what a revival they had. How from all over every nation they come, and miraculous things taken place. Look at the days of Noah. Now, this is the end time, right in the very shadows of the coming of the Lord Jesus.
Some good news to announce here. Leo, did you all bring up that film? Did you? I've got a film that reconverted me almost. And that will be shown here Sunday afternoon, is that right? [Brother says, "We haven't decided that yet, Brother Branham."--Ed.] Yet, they'll tell you when it's going to be showed. I want you to be sure to see it. And it's one of my own films. A man gave it to me, Brother Arganbright, the--one of the representatives of the Christian Business Men. And he gave me the film because I loved it so well. And I haven't got a projector to show it with. So I want to see it again myself. It's concerning the Jews, returning to Palestine, two scholars speaking on a plane, and you'll certainly enjoy the picture, and to look at them.

E-21 And every prophecy, everything that I know of that I can see in the Scripture has been fulfilled, already waiting for the coming of the Lord. And as I said last night, I believe that the coming of the Lord Jesus, second coming, is past due, already past due. And like it was in the days of Noah, the long-suffering, God waited not willing any should perish. And He's just waiting, waiting now with His long-suffering that His coming already past due, waiting to get the Church in order so the second coming can take place. What about that friend?
What kind of people ought we to be? To realize that this day may be the last day that we'll ever be mortal. Tomorrow we may be immortal. This is the only day we may ever have in our life, the last meeting we'll ever set together, and work for the Kingdom of God. How ought this meeting to be conducted tonight then? With the very highest of reverence, that with all of our hearts, we're leaning to the Lord Jesus to give us every soul that's here that isn't converted, to help do something that'll cause the unbeliever and the lukewarm to look on and receive the Lord Jesus Christ.

E-22 It'd be a selfish thing. If a man's heart isn't out to save his brother, there's something wrong with his heart. No matter what condition, if his brother hates him, if his brother's against him, if his brother's tried everything he can to tear him down, yet that man's heart pulls for his brother. He can't help it. There's something in there that just calls out, "Oh, my brother, you're wrong. But I--I want you to be saved." And therefore you try with everything that's in you to get your brother to believe with all of his heart and come into the Kingdom of God.
And now, that's the kind of a meeting we want to have every time. I've preached to--to hundreds of thousands. And I've preached to just four or five people. But I wouldn't be any more sincere with five hundred thousand than I would be with five people, because one soul is valued to God as ten thousand worlds.

E-23 Now, before redemption could ever come, there had to come the Lord Jesus. And before the Lord Jesus come, God way back here... That just--that just makes the Bible so perfect to me. God back here, even before the Lord Jesus come, for four thousand years; and everything He done down through the Bible typed it up to Calvary.
Just think of that, that everything in the Old Testament pointed straight to Calvary. All the plans of redemption, all the names, all the symbols, all the worship, all of the tabernacle, all of the wood, all of the everything in the tabernacle, everything spoke of Christ. Wherever you go, whatever you do... God was back there in those Hebrew prophets and so forth, speaking and speaking to that time of perfection that when Jesus would come to perfect the believer. Just think of what that means, friends.

E-24 Could you ever stop just a moment? I--I wish God would open our eyes tonight. See? We are--we are really... Friend, I--I would desire, if I knowed I could live longer, and live at my regular time out, I would like to come under the anointing of God and never leave it till He takes me home. See?
To see how that worked and--and of things that have... What a different world it is. What a different inspiration. When you get under there, you find things that you--you just... It don't seem right. No wonder it makes your heart... Now, when you're up there, you just... You could move mountains. Or when you're down here, you feel all right. It's coming between the two is what makes it. There's where... You're just like dropping off the earth.

E-25 And you're coming from a supernatural realm down to a natural, mortal man again. Well, you're a mortal all the time, but your soul has been so anointed with something. It's lifted you way up above the thing. Here you're in a dimension that the world knows nothing about. There's no need of trying to explain it.
And we... I'll say tonight, as we are setting here now, we are simply blinded to the things of God. I'd imagine if our eyes could come open tonight, and look around over this audience here, and would see stationed around here and Angels of God standing, looking down on this audience at this time, maybe flying back and forth through the audience here, Cherubims from the throne of God standing near, maybe standing all around on the platform here, Angelic Beings hanging here.

E-26 Oh, you say, "Preacher, you're getting all off the line." No, I'm not. Watch Them go to work in a few minutes and you'll find out whether They are or not. See? You... They verify it by the evidence that They're here.
You say, "Well, if They was here, we could see Them." Oh, no. You could be totally blind to them.
Elijah, down there when he was at Dothan, he prayed God to open Gehazi, or his servant's eyes. (I don't remember now whether that was Gehazi or not. I've called it two or three times, and checked it up. I'm... We look at it in the Scripture. I don't know whether it was Gehazi or not.) But when he asked God to open his eyes that he might see, all around him was Angels. The mountains was on fire and Angels of fire and chariots of fire. See? They was right around him.

E-27 And notice. Now, Elijah went out there and smote those Syrians blind. What kind of blind was it? They wasn't blind, just natural blind, physical blind. They were spiritual blind. For he walked out and told them, said, "Are you looking for Elijah?"
They said, "Yes, we're looking for him."
He said, "Come here and I'll show you where he's at." And Elijah leading them, and brought them right down, ambush of the--of the--of Palestine armies, there and they just run out and caught them right in a trap, like that. And they were blind. They didn't know that was Elijah, and Elijah himself leading them.
Don't you believe that we are--could be spiritual blind tonight to the things that's around us? Look at those to Emmaus. Their hearts was full of love. Sure they loved the Lord Jesus. They were going along the road saying, "Oh, if we would've only... Oh, if I... If we could've just seen Him once more. There He is, He's dead. We hoped in Him. Here it is Sunday morning and they tell us all these fairy tales." And going along the road, and out stepped the very Lord Jesus.
Said, "Why are you troubled?"

E-28 Said, "Are You a stranger?" See there? Blind? Said, "Are You just but a stranger?" Had walked with Him, eat with Him, and slept with Him for three years and six months, and walking by His side and didn't know it. They walked along there, said, "Are You just a stranger here?" Why, said, "Don't You we hoped that Jesus of Nazareth would come had come and...?... He would be the deliverer of Israel and all these things."
And Jesus said, "Fools and slow at heart, to know what the prophet said?" And He went back in the Scriptures. And it looked like after hearing Him teach to them for three years and six months, they would've recognized His teaching. But they didn't.
And He walked out there and so He act like He'd just go on when they went into the hotel to stay all night. They stopped in the little hotel, and the... They... He was going to the dining room to eat, so they said, "Well," He made like He'd go on." He said, "Won't you come in with us?"

E-29 And He said, "Well... Well, perhaps so," and walked in. And the waiter come around and give them their menu, and they looked it over. And they ordered their stuff for--for their supper. And when they set it out on the table, Jesus said, "Well, I guess this has gone on far enough, so..." He just picked up the bread, and blessed it, and prayed, and He opened their eyes.
And they looked and said, "Why, it's been Him all the time!" And He vanished right out of their sight. See what I mean? Oh, I would just like for that to soak way down deep to where you'd really realize. See?
Now, you see Him nightly, working, moving. Why, He's here. Certainly He is. All the evidence's prove it. The Scripture said He would do these things. And here He is doing, right here on the earth today, has been through the ages, moving right down among us, doing things, that we wondered about.

E-30 Did you notice... Did you ever see something just come right out of an accident, almost got killed? You go, "Whew, my, how was that?" That was the hand of the Lord. See? He... God's through here and there.
Here sometime ago a woman said to me, she said... She'd just been healed of a place. She had TB first, and--and then she didn't... She was raised in a church that didn't believe in baptizing. And she said, "I think that my sprinkling is all right." Or pouring, whichever they did for her. And said, "I think that would be all right."
I said, "That's up to you." And I said, "But I'm believing in immersing, baptizing."
And he said... She said, "Well, I don't think..." And she said, "I just think the world of Brother Billy," said, "but I don't think that idea of having to go up in that pool of water and be baptized; I don't think that ought to be done." Said, "After I've already been sprinkled,." or whatever it was. Said, "Don't think it has to be done."

E-31 So that was all right with me if she felt all right about it. I can only tell her what I see in the Scripture. And she went down and got sick again. A big lump got on her shoulder here, and she had a fever of a hundred and four. She just got her--her bathrobe on and come on over while I was preaching. Said, "Brother Branham, right now if you please." Say... I baptized her right then.
She was over the river about a month after that. There was an old woman setting on the street, and she held out her hand. She said, "Kind lady, would you get me a--a dime for something to eat?" Poor old thing setting there shaking, her face all drawed in.
Well, she looked in her pocketbook and she only had a dime. That's what it cost to cross the river. So she didn't know how she'd get back 'less she walked the bridge. And the ten cents on the bus, and her, and her little daughters were walking along. She walked on down the street, and the Holy Spirit said to her, said, "Why didn't you give her that dime? I gave everything I had for you." See?

E-32 She said, "Yes, Lord." Right back she went and said, "Madam, forgive me." She said, "I'm a Christian." Said, "The Lord told me." Said, "God bless you, honey." And she gave her the dime, walked on down the street. Said, "I know. I can walk the bridge, only a mile. So I'll just walk it across. That's all right." And started to get down where the bus station was.
The little girl said, "Looky there, mother." There laid the dime on the street. See? So that's--that's the Lord. Don't you believe that? See?
Now, when He appeared to Abraham in the form... He said, "Now, Abraham, I give you this little boy, Isaac," just a sweet little chap of about sixteen years old. "Don't tell his mother, but I want you to... I'm going to make you a great blessing out of this boy. I'm going to bless all nations. I've promised you this for twenty-five years now. And you've waited till Isaac's born. Now, I tell you what I want you to do with Isaac. I want you to take him up there and kill him. Now, go to--on back in the mountains to a place where I'll show you and then you kill him back there."

E-33 Well now, Abraham didn't question God. He knowed that God promised that through that boy He would bless all the nations. And if God was going to bless them, whether he was dead or alive, He'd do it. That's all. And it had to come through there, so God was able to keep His promise.
So he got up the next morning, got a couple of servants and saddled a little mule. And him, and the boy, and the servants, they went on back. And way back, three day's journey. Think how far that was back, way back in the wilderness. And then they looked up and saw a mountain way away from there. So they went to this mountain, and he told the servants, "Now, you watch the little mule here for my boy and I, are going up this mountain, and we're going to worship. And the boy and I will return. The boy and I will return." He was going up to kill him. How's he going to? He didn't know, but God had promised. Somehow... See?
God lets His servant sometimes get right down to the last step, and then God comes on the scene. Don't you just love it like that, just to see that crucial moment?
Like the... In the Hebrew children and the fiery furnace, the last step of the road, and there appeared One like unto the Son of God. Is that right?

E-34 The woman with the blood issue had spent all of her money, all she had, and constantly the doctors could do her no good. She'd probably mortgaged her place, or sold it, and sold the horses, and the... everything. She had nothing left. She'd spent all of her money to the doctors, and the doctors had tried, but couldn't do her no good. And at that crucial moment, then Jesus come along. Just like Him, isn't it?
There was little Jairus; he believed in his heart secretly. And he'd sent for the doctor, and the doctor done all he could do. And--and just then his little girl had died, and they'd laid her out. Every... the darkest time he ever seen, then Jesus come along, just in that crucial moment.
Mary and Martha, after leaving the church and Lazarus, and they had believed on Jesus and Jesus walked away and left them in the crisis when the boy was sick. And then the boy got sick, and Jesus left. That was horrible. They'd sent for Him; He wouldn't come. He went farther. And they sent for Him again; He still didn't come, and that was still worse. And then after all hopes was gone then Lazarus died, buried in the grave four days, already decaying. And the darkest hour, all hopes gone, everything else, then Jesus came along just at that time. See?

E-35 Here his disciples going to Emmaus, all hopes gone. Their Master was dead and everything, walking along the road discouraged, going on back home, walking back to their fish nets, and wherever they were going. Then Jesus come along. See? Just like that. That's the way God does it.
Now, way back, and now they just had maybe... take probably forty-five minutes, or to a hour, to walk up this hill. Now, Jesus had to come somewhere right quick, 'cause He had the knife on His side. Isaac had the wood on his back. He was packing the fire in his hands, and he was going up the hill to kill his own son, because God told him to, and told him He'd bless all nations through that son. Making the promise...

E-36 First he had to wait twenty-five years to get the son, and now turn around and kill him. See, making the promise double. God had to give Abraham the trial. We'll never know the trial that Abraham stood till we meet him in glory.
And then at the top of the hill, then he got up there and laid the altar of the rocks out. And--and he said, "Father," said, "here is the..." Little Isaac said, "Here is the--the fire and here's the wood." Said, "But where's the sacrifice?" See?
Why, he said, "Son, God will provide for Himself a sacrifice." See? And then he said, "God will provide the sacrifice." So he tied little Isaac's hands, throwed him upon the altar, pulled out the knife. And I'd imagine that old daddy with his only son, loved him...?... did. Over a hundred years old now, and his hand laying across the--his hair as he pulled his little hair back to ditch into his bosom this big knife, the very heart of his being, a sign that God was in Abraham. Did you notice that?

E-37 Look at David when he was dethroned by his own people. He went up over the Mount of Olives, looking back and crying because he was rejected. His own that he loved Absalom had run him off the throne. And there his own trusted man was throwing rocks at him. And he walked up the hill, and looked back over Jerusalem, and cried because he was rejected.
Eight hundred years later, the Son of David, Christ Jesus, rejected in the city of Jerusalem by the ones that He loved, wept over Jerusalem. It was Christ in David.
All the old things in the Old Testament, we could just take hours of showing how it all drifted back to Jesus Christ, everything to Him. And in Him lays the fullness of redemption. In Him lays every redemptive name of Jehovah, lays right in Him. All salvation rests right in Him. All deliverance rests right in Him. All peace, all satisfaction...

E-38 You can never be satisfied with the world's goods. You can never be satisfied belonging to a church. You'll never be satisfied until you've found satisfaction in Jesus Christ, the Son of God. Only way you can ever be satisfied. Now, He come to bring perfection.
Now, when he said... And look at Abraham just a moment longer. And as he started to throw the big knife into his son's heart to kill him, because God... The Angel of the Lord spoke from above and He said, "Abraham, hold your hand." And he looked around and there was a little ram caught by his horns in the vines on that hill. Where'd that ram come from?

E-39 Now, the first thing, he was three day's journey from civilization, about a hundred miles. Then next thing is way up on top of the mountain where there's no streams to give it water or food, upon top the hill. And here impossibly for a ram to be up there, first thing it's too far back out of civilization. The next thing is on top of the mountain.
And Abraham got the ram, untied his son, and tied the ram, and offered the ram as a sacrifice. And notice, it wasn't a vision. Blood poured from the ram. What was it? God in a type spoke Christ into existence, and the ram took his life, and he went out of existence, just at the same time: Jehovah-jireh, the Lord will provide Himself a sacrifice. No matter when God's took at His word, God is there to meet His Word: Jehovah-jireh.
Just one more little thing.

E-40 Now, the Lord is our refuge and strength, a very present help in the time of trouble. And in the redemptive names, S-h-a-m-m-a-h, Shammah, "the Lord is present." Now, Jehovah-jireh, will provide. Jehovah, the Provider, is present. You get what I mean? If He is the Lord's provided sacrifice, then He's got to be the Lord God present in the time of help, need. See what I mean?
Now, if He is here tonight to save everybody from sin, He's got to be present tonight to fulfill the rest of these redemptive names. He's Jehovah-jireh, and Jehovah-rapha, Jehovah our... He's Jehovah our provided Sacrifice, our Healer, our Banner, our Peace, our Shepherd, our Righteousness, and His Presence. He's got to be all that right now. And the last thing...

E-41 At the last one of His redemptive names that He appeared to Abraham, He said, "I--I'm Jehovah-rapha, the provided One to provide a sacrifice, provide the way." Whatever it is, God will provide it. "And I am Jehovah that healeth thee. I am thy Righteousness. I am thy Peace. I am thy Shield. I am thy Banner. And I'm ever present to perform it." Amen. You see what I mean? Ever present to perform it. "I the Lord have spoke it. I the Lord have planted it. I'll water it day and night 'less some should pluck it from My hand."
Just a little story, personal. For if I stay here much longer I'd be preaching then, maybe the prayer line wouldn't be what it should be. Notice just a moment. This Scripture meant a lot to me one time, many times. But this one particular time I want to call your attention to it.
It was the year that I was married, after I'd lost my first wife and I'd been single then for about five years. I married the lovely young woman that I have now, my wife.

E-42 And we were poor, and I married her just at the time when I'd have enough money to take my vacation of about twenty dollars, to go up to the mountains, a hunting trip. So that was our vacation and our honeymoon together. So she married a person that likes to hunt. I like the mountains. I like the outdoors.
By the way, some lady sent me some artificial fishing bait that her husband made. If you're here sister, I want to thank you for it. I'll certainly use it, God helping me.
Now, I love the outdoors because it's alone; then I'm drinking in to give out when I come in. Now, we went up in the Adirondack's. And I was supposed to hunt up there that year with the ranger. So I love to--to bear hunt because it's such--takes lots of skill to do it. And I...

E-43 What makes it, my grandfather was, to me, was the best hunter that ever lived in the south lands. And he--he trapped and hunted all of his life, smart, school teacher, and part Indian. And he--he loved the mountains so he couldn't stay away from it. Well, that's just what... I think the whole thing poured out to me. And I--I like it. And I love the mountains, feel at home. And a--a fellow can get to a place where you feel self-sufficient on things like that.
So then, up in the Adirondack's, the ranger wasn't there, wouldn't be up for two or three days. And there wasn't... hadn't been much storms to run the animals down. So I went up there and we just built a little lean-to and hiked my wife up the mountains. We drove out of the city. We was about twenty-five miles up on top of Hurricane Mountain where the year or two before there I'd got three bear one year.

E-44 And then I was way up there with this woman, girl, twenty-two years old and I was thirty. And so we was up there. And Billy Paul, then was about six years old I guess, about his first year in school. Well, the little fellow was very small for his age and so she was taking care of him. And the ranger wasn't there.
It looked like kind of looked like it might come a storm, so I said, "Honey, before the ranger comes, and we're going to hunt bear. I'm going to slip down along some of these old choppings. A few years ago they chopped out some timber in here." And I said, "I'll--I'll go over here and I'll get us a deer and come back and we'll have some fresh venison."
And she said, "Well, don't be gone too long." Said, "I'll have your dinner ready."
And I said, "All right." And that night it'd been awful cold. We just had to put Billy right between us and hold him like that to keep from freezing. She'd never been in the woods before, and didn't know much about it, and she liked to froze sure enough, sleeping on pine needles.

E-45 So we went out the next day, and I took my little old rifle and walked down this way. Well, I thought I was too good of woodsman to ever get lost. So I--I'd been in the woods all my life. And, "Now you couldn't turn me around," I said. So I went down this way to the little choppings, turned back, seen a lot of deer tracks. They looked like they was all sharped toed and so forth being does. So I went on up over the mountain up this way.
I heard something moving in the bushes. I listened close. And I heard it had four feet moving, but it wasn't a hoof. It was a padded foot. I thought, "Wonder what that could be?" It was pretty dark, right in a bunch of evergreens. And I happened to look. And a--a lion crossed the path like that. And he was too quick. I didn't get a shot at him. I thought, "Well, I'll just slip on up this way and come down along the other side. And I'll be in below Hurricane Mountain all the time." And I said, "Then I can always look back to the tower, 'cause looked like it might come a storm pretty soon."

E-46 So I--I went on, and on, and on, this way. I thought I kept whiffing a--a bear somewhere, and I kept smelling for him. And I thought, "He's near here somewhere. He's probably staying ahead of me." So I kept walking on like that and watching the ground. And a person that ever hunted just don't walk through the woods with a gun on your shoulder. You watch the disturbance of the leaves and oh, there's lots of things to watch.
And so, and watching along close, not paying no attention to where I was going. I come up on a hill, turned down this way to the left. I thought, "Well, I'm just going right down a little ravine here," a lot of jagged places like that.

E-47 And I got down and slipping along real easy. I thought, "That bear's not far from here." And I found a big old cave. I slipped up over this cave to keep from coming right up to it, see if the bear was sleeping. So I come around this way, and there was an old empty cave. There was nothing in it. I thought, "Well, he's been there."
So I slipped back down the hill and went around again, come back. I seen some bushes across the canyon move. I watched it of course, 'cause a lot of time bears, ant eat. They love ants because it's sweet. They throw their paws on it and pick them up on it, then lick their claw.
So I watched close. There was a great big deer come out. And I thought, "Well, my. I'm a long way from home, but that's just the one I want." So I'd shoot the deer. I went around. I thought, "Well, now, I tell you what I'll do. I'll slip right back." I said, "Looky here. It's after one o'clock. Why," said, "she'll--she'll be waiting for me."

E-48 So I struck up the canyon, just a little water rippling like this. And I took right up the canyon just as hard as I could go. I happened to look up. And I said, "Say, I'm going to have to hurry. That storm's getting in here close." And it gets down, foggy, and then you can't see nothing.
And I started walking, walking, walking. I said, "Now, let's see, I turned off along here somewhere." Kept looking and looking... First thing you know, I walked, and walked, and walked. And I thought, "Say, that's a long ways, but I never have seen where I come out."
The first thing I know, I thought... Just drop... perspiring. And I--I took my old red handkerchief out, and wiped my perspiration off, and looked around. There hung my deer. I said, "What did I do? I didn't turn around and come back." Well, I said, "I missed my place." So I started off again. And I walked, and walked, and walked, and walked, and walked, watching on my right-hand side, 'cause I knew I turned from the right-hand side. I turned left and I'd have to turn back right.

E-49 But then the storm was down in the bushes then. So then I walked, and walked, and walked again. And the first thing you know, I got real tired. I thought, "Well, I'm watching close. I'll surely know just where I come off where that little knoll 'cause the mountains sided off like this in a saddle." And I crossed over that saddle and then down and up.
Of course, couldn't see the mountains then ahead, away from us 'cause it was too--too foggy, or I could've climbed upon a high place and looked around. But it was fog and I couldn't get into it, and it fixing--spitting snow and stuff. So I went a little farther around like this, and I happened to stop and look. And I was back to my deer again.

E-50 Now, the Indians calls that the death march, or the death walk, rather. You're on a knoll, or a flat place, and you're walking in a circle, no compass, no nothing. I never took a compass in the woods. I--I just thought I was too good. I--I couldn't get lost. You see? God had to learn me some sense, so put some brains in my head to let me know that I wasn't self-sufficient. I wasn't as good as I thought I was.
And I kept walking around. I come back to this deer. I did that three times. And I knew I was lost. Well, I... Then I got shaky. It was down about four-thirty in the afternoon, nearly five o'clock, plumb getting dusky, almost dark. I thought, "Mercy, now what will I do? My wife's all worried. She'll die as sure as the world, her and that baby both in these mountains tonight."
Now, if it would been myself, I--I'd have tried to find that bear again or got me a place somewhere and hibernated up for a day or two, till that storm was over. See?

E-51 Now, I want to use a little illustration here. For myself, I'd have went to that cave, or under some rocks somewhere and got me a fire and some wood down. And never tried to find it, 'cause it was foggy. But I couldn't do that then. It was an emergency.
And I knew that my wife, never in the woods in her life until the night before that, she wouldn't know how to bit more how to make a fire than--than nothing. And that little boy, they'd die as sure as the world, 'cause it'd probably go way in below zero that night. And they would be scared to death. And they'd might try to prowl through the wilderness somewhere, or go frantic hunting for me, or something, or screaming. And--and it's hard tell what would take place. And I know if something would let out a yelp up there, they both would faint, sure enough. And I knowed there was a lion right in that section there.

E-52 So I said, "Oh, my," then began to get real frantic. I got shaky and nervous. And I said, "Wait a minute, William Branham. What's the matter with you? Have you gone crazy?" And usually, that's just exactly what happens. You get frantic and you... They find you laying somewhere over a ditch, or where you shot yourself, or something like that, the hazards of the woods. And I said, "Here, you're too good a woodsman. You ain't lost. What's the matter with you?"
And I set down on a rock. I thought, "Now, you think you're lost, don't you? But you're not." And I said, "Why, that fog don't mean nothing to me. Why, sure, I can go right on, certainly." I said, "Now, let's see. The wind's coming right in my face. If it's coming in my face then I've got to turn back this way, 'cause the wind was in my face when I come up and I'll be going right for that." I thought... I started right on up. I said, "Sure, I'm all right," trying to bluff myself (See?), make myself believe that I wasn't lost, but I was lost. And brother that's the awfullest feeling that anyone ever had. If you're lost tonight, I sympathize with you. Being lost, not knowing where I was going, and an emergency on...
And if there ever was a time that there's an emergency on, brother, you better seek refuge while you can. If you're lost, you better hunt for the beacon Light tonight.

E-53 There, I kept on walking. I come to some low place where it was sobby. I said, "Now, surely I couldn't..." You couldn't see no piece, just the winds a blowing through the trees. And what I done, I got way down in the Giants and I didn't know it, that section there called the Giant's, Virgin Forest. And I didn't know that.
And I said, "Oh, if I could only see Hurricane Mountain, I would know which way to go." I thought, "Well, and that storm coming down, it's hard telling in these mountains how that wind can twist and shift and come any way now." So I couldn't depend on the wind, and I knowed that.
And I'd set down on a rock again; I'd say, "Now, you're not lost. You know where you're at. Why, stand still. You know where you're at." But all the hunting and woods ability I had was gone. I'm telling you; I was actually, completely lost. But I was trying to make myself pluck up to it, 'cause I didn't want to get frantic, you know, 'cause I knew my wife and baby would die that night in the woods if I didn't get to them. That's all. And I was miles away from them, and it was getting dark, that storm blowing.

E-54 So I walked on a little piece farther, and something said, "Now, Billy, get next to yourself. Get next to yourself. You know you're lost."
I said, "No, not me. I'm not lost. I'm going just exactly right." I'd hit up against a hill, and I thought, "No, I'm not right." I'd go back this way and I thought, "I never did see this before. Where'd this come from?" I'd feel myself shaking. I... perspiration running off of me.
I said, "Now, there's no need in fooling yourself. You're lost. And there's only one thing to do: that's admit you're lost." Well, I thought, "I am lost." Now, what if... If it wasn't for my wife and baby, I'd go over here in one of these cliffs and find me a place like I'd have to sometime, and stay there till tomorrow or the next day or whenever the storms down. Then I'll climb up to a high place, and look around and see where I'm at, and go on out. But you couldn't do it then. The fog was a moving.

E-55 Well, I started walking. I said, "Well, I've got to take some way. I don't know east, north, west, or south. There's no signs, snow against the trees. You couldn't tell the sides of the bark, or anything, and the moss on the trees another thing. It was flat, anyhow and moss was on both sides in the flat.
So then, I thought, "My, now what can I do?" So I started walking on. I said, "Now, I tell you what I'm going to do. I'm going to go right this way. I know this is the way I come. I've got to make one solid streak because I--I'm walking in a circle." So I started walking along saying, "Yes, sir. I believe. I believe that I am... I--I'm going just exactly right." And I--I... And I was saying that from my lips, but my heart was telling me, "No."
So I kept hearing Something whispering in my ear, "The Lord is our refuge and strength, a very present help in the time of trouble." I thought, "Now, I'm getting frantic," started walking on. Something said, "The Lord is our refuge and help, a very present help in the time of trouble." I just kept on walking on. It got louder. "The Lord is our refuge and strength, and a very present help in a time of trouble." I kept moving on and dragging my gun along. And I was so tired at then, you know. "The Lord is our refuge and strength." That was Jehovah-shammah a talking to me.

E-56 And I--I was moving on. I thought, "Oh, God, I'm lost. I'm lost, Lord. I--I've no compass; I've nothing." But I said, "I still have You, Lord." I kept talking out loud. I thought, "Wait a minute now. You're going to get out of your head. You're going to get frantic. You're thinking about you're wife dying tonight and that baby." I said, "Lord, I'm not worthy to live, but don't let them die."
And I heard that again saying, "The Lord is our strength and refuge, a very present help in the time of trouble." I set my rifle down against the tree, pulled off my hat, laid it down, knelt down on top of my hat. I looked up and I said, "God, I'm lost. I'm--I--I--I'm lost, Father. And You're my Compass. And I... For myself, for being big-headed like I was, and thought I knowed all about it, I--I'm not worthy to live. I should be lost. I should have to stay out here for days and eat porcupines to live, but think of my poor, dear, wife. She's innocent. And my baby will die tonight over there in the... the only child we have. And if I ever... [Blank.spot.on.tape--Ed.] And spare their life. [Blank.spot.on.tape--Ed.] Their pretty near wild at this hour. Here it is almost dark, and I'm lost, Father, totally lost. Won't You help me?" See?

E-57 The natural thing to do if you're sick, just like the natural thing I would've done. The natural thing I would've done been get into a cave, and build me a fire and wait for morning, or till the storm is over. The natural thing you do when you're sick is go to the doctor and see what he can do for you.
But I couldn't go into a cave; there was an emergency on. And you can't go to the doctor 'cause he's done said you're going to die. There's nothing can be done for you. There's an emergency on. Then what is He? Jehovah-jireh, Jehovah-shammah. The Lord will provide a sacrifice and God is in our presence. He's the Present One. And in the need of help, He's here. Lord is our refuge and strength, a very present help.
Or we might turn it this way: very present, always present to help in time of trouble. We might make it like, "The Lord is our refuge and strength, always present to help in the time of trouble." And there we was. There you are tonight, the same thing. Some of you is very sick and the doctors has given you up.

E-58 Now, if the doctor... You can't go in the cave, emergency's on, then that's God that's speaking to you tonight, saying, "I'm your strength and the very present help now in the time of trouble."
I knelt down and prayed. I got up. I thought, "Well, now, I've prayed. I've asked You, God; that's all I can do. You promised me if I asked, I shall receive. You've promised it, and it's for a worthy cause, not for me, but for someone else. And I--and I..."

E-59 Just like you say tonight, "Lord, maybe I haven't lived as close as I should, but if You'll heal me tonight I'll live for You the rest of my days. If I can't do no more than pass tracts, if I can't do no more than testify, I'll do everything I can if You'll only make me well."
He's our refuge and strength and a very present help when trouble is on. So I got up. That's all I could do. I said, "Now, Lord, I'm starting this way. I believe I went... come this way. This is the best of my knowledge: my knowledge. I come this way. And I'm going straight through this way, believing that the Voice that was speaking in my ear, which is gone now, saying, "The Lord is our strength and refuge, very present help in the time of trouble." I believe that it was You, God."

E-60 "And looking through these pines as the winds are tearing and whistling them through there, I believe beyond that somewhere there's an Angel of God followed me through this forest." And there was. He was with me, yet He never manifested Hisself. That's years ago, about fifteen years ago.
And I was going along through there walking like this. And I felt somebody go [Brother Branham illustrates.--Ed.] on my shoulder. I turned to look who it was, and just then the fog cleared away. I followed through that bushes, I seen I was going straight into Canada, the way I was going, my knowledge. And here was Hurricane Mountain right up here, it was on my other side. See, I was passing right by it.
I pointed myself directly like this. I raised up my hands, and I said, "O great God, You're so close to me till You laid Your hand on my shoulder. You're my strength and help, a very present help in the time of trouble."

E-61 I set my face. I said, "It's getting dark. I must keep my course. I mustn't vary no matter what gets in my way. If I ever miss that..."
Now, that summer I'd helped the ranger put up a telephone wire to go to the tower back down to where the lean-to was made. And from there we hunted. I thought, "If I can ever get to that telephone wire, I can find my way down then. But I'm set towards Hurricane Mountain. I can't twist around here 'cause there's too many hills and ravines. In this fog I'd never find it. I've got to go straight to that tower."

E-62 So I started walking with my hands up praising God. It got dark. I couldn't see any longer, and the winds blowing, and twisting. And I was going up over hills and down through rough places. No matter which way He leads, keep towards Calvary. Keep looking. It may get rough. You may slip and fall, but keep going towards Calvary. Just keep moving.
And I got up. And I thought, "It ought to be about the height of dark now." I put up my hands like this. I knowed the wire was just about this high. I thought, "Oh, if I could only feel that wire. If I can feel that wire, is my only hope right now. I can't..." My arms would get so tired I couldn't hardly walk. I'd put this one up and rest this one walking through those bushes and around these trees and that snow in you're neck and everything. I was moving like this.

E-63 And I said, "God, all that's on this earth laying dear to me is at the end of that wire if I can only find the wire." And I was holding my hand like this. And I had put this one down, never move a step, move back be sure I didn't... Oh, that's the way we want to go to Calvary. Don't lose an inch. I kept my hand up, moving like this. I said, "God, surely You'll help me find it. I'm coming straight as I know right across this hill. This is the way You pointed me."
That's the way you say to the Word tonight, "You said You was a Healer. I got my hands up. I'm coming straight. That's the only thing I know to do. It's up to You to take me to healing. It's only You to lead me to the sacrifice."

E-64 And here I had my hands up; it was late. I was moving along. I was beginning to get just a little faint in heart. I think, "Oh, have I crossed over it?" I went in a few low places. I thought, "Oh, I'm not going down the other side of the mountain, surely." And I kept my hand up like this, moving along through them bushes, and not a ray of light nowhere, and the storm ripping, and blowing, and twisting, it real cold, ice freezing and everything. There was snow and rain mixed together or fog.
And I was moving like this and hitting my hand. First thing you know, I caught something. I felt it. It was the wire. Oh, what a feeling. I had... I knowed when I held on to that wire... I thought, "I'll go right down this hill moving slowly. And I'm moving slowly. I'll never take my hand off that wire, for at the end of this wire lays what I'm asking for, where my wife and baby's laying at the end of this telephone wire. I'll not let my hand loose from it. I'll follow it right on through till I..." And I did it, and arrived there to find there was a little fire built down there and everything all right.

E-65 Brother, tonight Jesus Christ is a very present help in the time of trouble. If you're sick, and the doctors can do no more for you, raise up your hand. Look up to God until you touch that little live electric wire yonder, that says, "It's finished." No matter how many unbelievers, and doubters, and churches and everything else you have to bypass, hold on to it, for it's the One that leads you to you're deliverance.
God bless you. Keep your hands up. Keep moving tonight. Hold your hands till you catch the wire. Hold your hands of faith up till you feel something touch you that says, "It's finished." Then follow that. Follow that. "It's finished." You've got His Word, said He will lead you to victory. You... By faith you can be healed. Anybody that believes can be healed. Hold your hands up till you feel the faith of God pouring in you. Then follow that.
The Lord is our strength and refuge, a very present help in the time of trouble. Shall we pray.

E-66 Father, there is an emergency on tonight to the people. And You're the Lord our strength and a very present help in the time of trouble. O God, may hands of faith lift up tonight, spiritually speaking. Not just the natural arms, physical, just a few inches long, but, Father, may that arm of faith go up that'll go beyond this old sin-cursed world, that line of faith that'll reach beyond the moon and stars, until it touches His garment up yonder. [Blank.spot.on.tape--Ed.]...?... And may there come a Voice from heaven saying, "I'm the Lord that healeth thee to confirm My Word. I am Jehovah-shammah, a very present help in the time of trouble. I'm here to help you."
God, grant tonight that we are not self-sufficient. We can't bluff our way through and say, "Oh, I'll just get better by and by." No, Lord. You're our refuge. We take to You. It's You we trust and You we believe.

E-67 Now, will You come, Lord. Throw out a little life line here tonight by doing something another that would be so different to the people that maybe had never been in the meeting before. Do something like You did at Emmaus. Do something a little different from what the ordinary healing meeting is, or the ordinary service, so that they can see that the Lord Jesus Who raised from the dead is here with us tonight to grant unto us the desire of our hearts, according to His riches that He's died to purchase this for. We ask it in His Name. Amen.
I was... little longer than I expected to be talking to you. I just get to talking, and I just can't get away from it. Now, do you believe He's here? Sure He's here. Now, what can He do tonight? Here's His Word. Here's His people. His Presence, I feel It here. Now, there's only one thing to do, only thing that He can do now is get you to believe it. Is that right? Now, He's done His part. It's your time to believe.

E-68 Now, we're going to call a prayer line here to pray for some people. Shouldn't have to do it, but it's customarily that we do it in our services. Now, there's nothing as I--that I could do towards healing. There's nothing that any person on the earth could do towards it, not a thing.
A doctor might set the bone; he might cut a growth away. He can't heal it. The only thing he can do is cut the growth away. Who's going to do the healing now? See? He might set your arm, but who's going to do the healing? Takes God. Psalms 103:3 said, "I'm the Lord that healeth all of thy diseases." All healing comes from God. No healing comes from no other resource but God. No man can heal, never did, never will. Healing comes from God alone. God is Life.
Now, I want to ask you something. You say, "Never did come from anyone. Jesus never healed anybody?" That's what He said. Said, "I can do nothing in Myself." Said, "The Son does nothing; but what He sees the Father doing, that doeth the Son likewise." Saint John 5:19. Is that Scripture?

E-69 Jesus said, "The Son does nothing, can do nothing in Himself, just what He sees the Father do." What did Jesus do then? He was possessed with power to see visions. He could see what was taking place. He told the woman at the well where her trouble was. He told Philip where he, or Nathanael, rather, where he was at before he come to the meeting.
He said... Told them different things about power of vision. The woman touched His garment and run out into the audience and standing out there, you know. And Jesus turned around and said, "Who touched Me?" What did He say there? "I perceive that I have gotten weak." Is that right? "Virtue (which is strength) has gone from Me."
Said, "Well, everybody's touching You."

E-70 Said, "Yes, but I got weak." Saying it in the English interpretation. "I got weak. Something happened. Virtue's gone from Me." And He looked around, perhaps saw a vision. I don't know. That's what He said He did. Looked around, He seen a vision over the little woman. When He--them eyes, went pierced that woman, she knowed she...[Blank.spot.on.tape--Ed.]
Not just through the apostles' age, or through Saint Francis' age, through Wesley's age. "I'll be with you to the end of the world. Jesus Christ the same yesterday, today, and for..." I believe it, friend.
Now, for the newcomers, if our heavenly Father Who I have tried to speak about tonight of what He was, wrapped in His redemptive names, if He will come tonight in the form of His Son, the Lord Jesus, and do what He said He would do, come here to the platform and take over a humble people, not only me, those out in the audience, those humble people who'll set and say, "Yes, my Lord, I believe with all my heart."

E-71 Then the same Holy Spirit that was upon our Lord Jesus when He told us we'd be baptized we he told us we'd be baptized with the same baptism He was, or same Holy Spirit, will come upon His poor, unworthy servants, and will turn around... Nothing that I know about and say out in the audience, "To you who's got so-and-so, and to you that's got so-and-so, you will be... You're--you--you did this, and you did that, and--and--and you--you're--you... If you'll straighten this up, if you'll do that or so forth. Or if the people come on the platform say, "Now, will you accept it?" And say, "I believe it to be the Lord Jesus Christ raised from the dead." Would you do it? If you would raise your hand. Say, "I will believe if the Lord Jesus Christ." Thank you, thank you. May the Lord bless you now.
Billy, what cards did you give? B? Let's see, we'd call... When we had prayer line two nights ago, I believe we called from the first of them then, didn't we? All right. Let's take... What about the last of them then? Let's begin with prayer card, say... What do we usually get, around twenty? Fifteen to twenty? Well let's call fifteen of them then. Say 85, 90, 95... Let's call from 85. Let's see if there's...?...

E-72 Who has B-85? Would you raise your hand? B-85, raise your... 85. Who has 86? All right. 87? All right. 88? B-88? Would you raise your hand, ever who has B-88? Ever who has prayer card B-88, would you raise your hand? Thank you. Is this it right here, lady? 88, 89? Who has B prayer card 89? Would you raise your hand wherever you are? 89? Thank you. 90? B prayer... Prayer card 90, have you... Is it in the building? 90? All right, then 91? Who had 91? All right. 92, 93, on up to 100. Just come right on now and take your places.
We'll see how many that looks like and then maybe we... If we can get that through in time, if I'm just not worn at that time, the brethren will let me stay for some more... Depends on what our Lord Jesus does.
Now, how many out there does not have a prayer card, but you want to be healed? Raise your hand. God be with you, help you, and bless you is my prayer. Now, if you do not have prayer cards... Now, while they're lining them up, I want to pray for these here in this box. Thank you, Brother Billy. Shall we bow our heads just a moment.

E-73 Kind and loving Father, in this box is handkerchiefs going to the needy, the sick, and the afflicted. Mothers, fathers are waiting for them, brothers, sisters, little baby sick and needy, blind, afflicted, crippled. Oh, how they have longed to have these handkerchiefs returned to them. And we're so thankful, Father, that we have found grace in their eyes through You that they believe if we'd ask You, they'd get help. We're not worthy of that, Father. I'm not. I pray, God, that You'll not look at my unworthiness, but will look at those poor, sick people that we're trying so hard to bring Your Son, Jesus, to them.
When these handkerchiefs are placed upon their bodies of the sick, Father, in Jesus' Name, Thy Son, may the sickness depart. Grant it, Lord. May they be liberated from these things and be made completely free.
Now, You watched the people when they wrote the letter. You're looking at them now. And You'll see them when they're returned. Now, may the Angel of God Whose Presence is here now, stand with every one of them. And when they're laid upon them sick people, may they recover quickly. For we ask it in Jesus' Name and for the glory of God. Amen.

E-74 I would ask you, if you would, be just as reverent as you possibly can. I trust that you do realize what this is all about. Would you just think now? Here I am standing here just a man. God knows. And here's a line of people, fifteen or twenty, ever what lined up there. I think it was fifteen, maybe one or two of them missing. But there they are and perhaps a few more. Here sets at least sixteen hundred people, I guess, close to it, setting here before me. And there was at least a thousand hands of them went up that they were needy. And here I have spoke about Jesus Christ tonight that He's the same yesterday, today, and forever.

E-75 Now, imagine standing here. In a audience of this size, you're bound to have critics setting around. You're bound to have people that's a little suspiciously. You feel it. You can feel it. When the Spirit goes to settling, you can feel it. See? But I'm so thankful it's sure way low ebb. Faith is predominating, has been in every meeting we've been in here. See? That's right.
I wouldn't say there is a critic setting present. It may be someone just suspicious to say, "Well, now I--I'm just wondering." See? If that person only knew what effect that had and what an influence it had, well then, he'd say, "No, I believe. I believe, Lord. Lord, help Thou my unbelief."

E-76 Now, what if our Lord Jesus was standing here on the platform tonight, and He was standing right where I'm standing, now what could He do? Now, let's not--let's not look at it from the--from our own thoughts. Let's look at it in the Bible form.
Now, the first thing He said, "I can do nothing, but except My Father shows Me." And what did He... What was He? He was Jehovah's provided Sacrifice. Is that right? Do you believe He was Jehovah-jireh? He was God's provided Sacrifice.
Then when He died, He died to... He was wounded for our transgressions (Is that right?), bruised for our iniquities, chastisement of our peace upon Him, with His stripes what happened? We will be? We were; already, we were healed. Will we be saved? We already were saved. See? You never got saved just two years ago, or ten years ago, or twenty years ago. You got saved nineteen hundred years ago. You just accepted it two years ago or three years ago. Your healing's already complete. You just have to accept it. That's the reason He said, "If thou canst believe."

E-77 Now, here's a lady standing here. Is this the patient? This lady here, I never seen her in my life. Put yourself up here now as a Christian to face this woman. Put yourself up here as a Christian to face the audience. Then you better feel secure that the Angel of God is standing near. That's right.
Now, what if in that line stands critics? That may be where oppression is, oppressions I feeling. What if it is? Then perhaps the... They'll be struck right here at the platform with a disease that they pretending to have. See? What if some critic setting out there, and a disease is cast away here and it goes out into the audience? That critic will have the disease. See? How many knows that's true, and how many has seen it so many hundreds of times in my meetings? See? Sure.

E-78 Many of them is in the insane institution, and laying afflicted, and everything. How about that guy yonder that come in to hypnotize me that night? He's still paralyzed. Uh-huh. That's been nearly four years ago, and he's still laying paralyzed. Hypnotizer, go around these army camps and hypnotize people and things, make them bark like dogs and so forth. But can't play with God. No, sir.
Just be reverent and be in prayer now. Just... Now, the Lord bless. All right. Now, in the Name of Jesus Christ the Son of God, for the glory of God the Father and for the representation of His Son, Jesus, I now take every spirit in here under my control for God's glory.

E-79 How do you do, lady? Now, you just come up here if you will, lady. We're first tonight to be talking to and it was--it was making it pretty rough the first person. it... so it... That way, why, sometimes it takes me a little bit of time before I--It starts to anoint me. I'm just a man. You--you're aware of that. I'm just a man. But He is the Lord.
Now, if He was standing here and you had something that you needed, or desired... Now, if it's anything that belongs into the atonement... And what belongs in the atonement? Anything you have need of. See? For He fulfilled everything that we lost in--in Adam. He fulfilled it in His vicarious suffering at Calvary. There's where He paid the full price. Now, everything... He said, "Whatsoever things you desire, when you pray believe you receive it and you shall have it."

E-80 Now, if He was here and was talking to you, the only thing that He could do now tonight, if you'd say, well maybe you say, "I have need; I'm about to lose my home, and I'm got to have some money to--for my home."
Well, He'd tell you, "Do you believe it?"
"Yes."
Then He'd tell you, "If you believe it, you'll get it."
And if you say, "Well, I have been so mistreated, and my enemies are--are overwhelming me," or something like that.
He'd say, "Forgive them, and they'll come to you." See?
But what if it was a disease, or maybe something wrong in your life, some immoral act or something? He'd know it. But it's for... If it was for healing, He could tell you what was wrong with you, but He couldn't heal you because He's already did that. You understand that? That's right. Well then, if He's--if He's here, and I believe He is, then He will surely answer in the same manner, won't He? You believe that, Christians? [Congregation says, "Amen."--Ed.]

E-81 I, just don't be in any hurry (See?), just be reverent. The woman is really sick, for there's a dark shadow hangs between me and her. You're ready for an operation, aren't you? That's for tumors. It's under your arm, serious. Only God can help you. That is the truth, isn't it? Do you believe now that He's here to help you? Let's bow our head.
Father God, in the Name of Your Son, the Lord Jesus, I lay my hands here, where a knife is to rip. If it failed to find the little place, the last of it, Satan would come right back like a roaring lion. But you know, right where it's at, it's exposed right here at the platform. Almighty, grateful God, spare the life of this woman, will You please, Father? And she knows that she's standing here in the Presence of Something that knows her. It's You, God. Hear the prayer of Your servant. It has been said in the Bible, "The effectual, fervent prayer of a righteous man availeth much." Just look at the men and women in here praying for her at this time. O God, please in Jesus' Name spare her life and let her live. And we will praise Thee for it, in Jesus' Name. Amen. God bless you, sister. Go happy on your road.

E-82 How do you do, lady? Now, it's a little different. The lady there was to be first just in a few moments when she realized that it was where she was standing, she could tell the effects it had on her. You can realize it now (See?), that it's not your brother. I'm just a man. I have never seen you in my life, and perhaps you've never seen me. We're just strangers to each other. Isn't that right? If God will help me and will tell me what you're here for, that you're suffering or whatever it is... If He will just reveal that to me, will you accept Him as your Healer? That's all I could do with a Divine gift.
Will the rest of you out there say, "I'll..." This woman, this is our first meeting time, is it, lady? That's true, isn't it? That is true. We know nothing of each other, no contact, no nothing. We're just total strangers. And here we are meeting.

E-83 Now, look, friends, can't you--you understand what this--what I mean? Now, there's something has to be here, some way I have to have of knowing about this woman. If anything is said, I can't do it; I'm just a man. There she looks like a healthy woman. It may not even be her health, for all I know. But then again it may be; I don't know. But if the Holy Spirit will come and just say to her... Now, as far as heal her, if it's sickness, I couldn't do it. I have no power to do it. No one else does. It'll have to come from God.
Now, you believe that this is His Word, don't you? You believe that He raised from the dead, don't you? You believe that He said, "The things I did, so will you." He said, "I do nothing till the Father shows Me." And the very things that He did would be stand here tonight, as far as, if it's sickness, to heal her, He couldn't. He's already. The only thing He could do would be just some way to get her to believe it. Is that right? How many knows that to be true? Just some way to get her accept what He has done for her...

E-84 Well then, if it would be for this woman, wouldn't it be for the rest of you out there also, just the same? That's all He wants you do, is believe. That's all I'm trying to get you to do, is believe. Preacher wants you to believe because He's preaching the Word. I, by this Divine gift which was given sovereignly by God at my birth... All my life it's been that way, perfect every time. So don't you see, it's God trying to get you to believe. I hope you see it, my lovely children.
Now, between me and the woman I see her moving in a kitchen or something. It's at a table. She can't eat. She's got stomach trouble. That is right. Now, isn't that right, what He said? Now, if He's here, and us stranger, and know all--knows what was your trouble, isn't that enough to make you believe? Is that enough to make you all to believe? But now see, now if I talk to the woman longer, He'd tell me probably something about her young life, or something like that. Let's see?
Would you all... Not to... If God will... See, it's... Now, I couldn't say He would. But if He would, would it just doubly encourage you? If would just raise your hand, say, "It'd just double encourage me." All right. Now, may God grant it; I can't say He will.

E-85 I just want to talk to you. What was it was wrong with you? What did He... A stomach trouble. Yes, sir, a stomach trouble. Well then, if He heals your stomach of the disease in your stomach, He is wonderful, isn't He? He's--He's lovely. And do you love Him? Why, He's just wonderful, isn't He, the lovely Lord Jesus? And we're looking to Him now.
When the woman at the well stood and talked to Jesus, He carried the course... He said, "Bring Me a drink."
And she said, "Well, it's not customary Jewish and..."
What are you descent? Spanish? Mexican? I thought so.

E-86 And He said... That's something like this then, isn't it, about the same way? And yes, lady, you got a brother that's sick. And he's got some kind of spells, or some... Oh, it's heart attack. He holds his heart, and he falls. I see him. I thought it was epilepsy, but it's heart spells; he falls with the attacks of his heart. You was talking to him. And you're persuading him--you're persuading him to be baptized, to become a full Christian. That is the truth.
Father God, to the poor little weeping woman standing here, knowing that the Lord Jesus Who we speak of is present now, our Refuge, our Strength, a present Help in a time of trouble. God, be merciful and grant to her the desire of her heart. And whatever those things was, Lord, that's not correct, correct them, Father. As Your humble servant, and Your Spirit that's on me now with anointing, I lay these hands upon her and ask the Father God through Jesus Christ to grant to her the desire of her heart. Amen.
Now, sister, you just have to receive what you asked for, don't you? You feel you caught a hold of the line now? Just follow it home. Amen. God bless you.

E-87 Have faith. Jesus said, "Have faith in God."
I see something moving up and down like this, over in here, just keeps moving. It's a tall something. There's somebody mashing something. Oh, it's a--it's a doctor. And he's examining a woman. And she... It's--it's this colored lady setting right down here. She's suffering with low blood pressure, setting right down there at... God bless you. Now, you can go home, be well. Follow that line that you just then struck; it'll take you to deliverance. Amen. Amen.
You believe now? The Lord Jesus, Son of God, His Presence is here. The woman there... See, only thing you have to have, just believe. See, not me, I never seen the woman in my life. I don't know nothing about her. God knows that. But her faith contacted the Spirit. See? And what did It do? Just same as the woman had the blood issue: Turned around in the audience and said, "Thy faith has saved thee." See? That's it. God bless you. Just have faith.

E-88 The Lord bless you, lady. Lord be merciful unto you, is my sincere prayer. We are strangers to each other, I suppose. We are. And do you believe that the Lord Jesus is just the way I represented Him there in the Bible, that He raised from the dead and the lovely Son of God? You believe it with your heart? If the Lord Jesus will reveal to me what is your trouble, then will you accept Him as the Healer of the trouble, if it is that? Will you do it? You will. God bless you, mother. Which you are a mother, see you are. Now, your life could not be hid. See? I have contact with your spirit and your life.
And you're here for me to pray for you, with a high blood pressure. You had high blood pressure. And you got something, and I see him looking at your knees. It's the--it's a water from under the knee caps is out. That's right, isn't it? Now, if He can reveal that, He can heal you, can't He? Sure. Yes, ma'am. Certainly He can. Isn't He lovely to help this poor woman? What's He trying to do? Make her believe, raise up her faith. Be real reverent, everyone, please.

E-89 Perhaps we'd talk just a moment, mother. It... You want me talk to you a minute? All right, I'll talk to you. All right, now, I want to ask you something then. If you believe me to be His servant... Now, you believe that God can speak to me and tell me what you're--what---what--what you want, what--what your other desire is. I see what it is right now. Yes, sir. It's for a--a son or a grandson. It's a grandson. And the boy's real jittery. He's all upset. He--he's a--he's been in the war. He was in Korea. And he got wounded. And he's come home. And he don't have any job, and he's all upset. That's the truth. Go home; he's going to get his work, and you're healed. God bless you.
Believe on the Lord Jesus. Only have faith; you shall get what you ask for. If you don't have faith, you can't have nothing. For with faith... Without faith it's impossible to please God.

E-90 Now, the lady's a stranger to me. Is that right, lady? We're... Please be as reverent as you can. We'll close in a few minutes. I don't want to bore you with long meetings, but I'm trying to take my time on these people to see if it'll build faith in the audience. Don't move around; please don't. See? Spirit is setting, coming from one place, one place, like this. Then here It's switching and moving, and it just upsets you. You see? It--it--it just makes me weaken that much quicker. Now, just a moment now.

E-91 Now, to you, sister. We be strangers to each other. We don't know one another, never seen each other in life. But do you believe the Lord Jesus is here to help you? You're here for somebody else. Uh-huh. And they don't live here. They're from Duluth. And then you have... You--you're... This person has got arthritis, and can't get up. And there's something about a soldier. He--he was a soldier; that's what it was. And he--he got hurt on a horse, hurt himself. Well, that handkerchief that's in your hand, while the Holy Spirit is on you, take that and lay it on him. God bless you in the Name of the Lord Jesus.
You believe all things are possible? There was something about a soldier a few minutes ago. And there's a soldier there, and I thought it was... That's still repeating back, and that's the reason I--I watched to see where it was at. But it was--but it was different.
Lady setting there looking at me, right there, you have arthritis, don't you, lady? Lady setting there, little round thing around her hat, on the end of the row there. You want the Jesus to heal you of that? You believe He will, with all your heart? The lady setting next to you has arthritis too. And you're bothered with something or another that spits up in your mouth. Oh, it's gall. You ha... Isn't that right? Sure, that's right. Put your arms, or hands on one another there. You all lay your hands on each other.
Lord Jesus, Thou seest these things, and I pray that You'll heal her and make her completely whole, both of them, Father, for Your glory in Jesus Christ's Name. Amen.

E-92 That lady setting right back there praying, I see the Light standing over you. You're bothered with a bladder trouble, lady. You believe... Setting right, with that little brown looking dress on, looking at me right here, that's it. You have a bladder trouble, didn't you? I said, "Didn't you?" You don't now.
Way back behind you, another lady with a brown coat on, has a stomach trouble. She wants to be healed too. You believe, lady? Setting right on back behind the gentleman there looking at me, right straight back here... Yes, with your hand up, little green sweater like on. No, over here, sister, right here. No. Stand up, lady, you right here with the... Setting on the end of the row there. That's right, with your hand up, there's where the Light's a standing, right there. Stand up and accept it right now while you have the chance to accept it. That's right. God bless you. Had ulcerated stomach, it's all gone now. Your faith healed you.

E-93 God grant It'll come closer. Seem like when you're far back... Little lady, setting right down here where I was pointing right across. I thought it was over her. I see it's over her again. But I see something... It's the lady with her hand up. You that put your hand up, stand up. Got that bright red looking hat on. Yes. I thought it was the little lady setting in front of you, but it's you. Oh, it's gall bladder trouble; that's what it is. Yes, I see it now where he's examined for gall bladder, under the rib here where them pains are. That's right. Go ahead home now; Jesus Christ bless you, my sister.
Do you believe? "If thou canst believe, all things are possible." Have faith. Little lady, setting right down in here with--suffering with female trouble, just have faith in God, lady. It's all you have to do. God will grant your healing. That's right, you, yes. Stand up on your feet. Now, you can go home and be well. God bless you.

E-94 This lady here was suffering with female trouble too. That's where them demons was pulling back and forth. You have female trouble. That's right. See, that spirit was moving back and forth. There was somebody out there just then was healed with stomach trouble because you had stomach trouble too. That's right. You have an infection the--they said in the female glands, the doctor told you: infection. That's right. See them demons pulling to one another, how you can recognize them.
Now, here's the thing you need worse than all; you need Jesus as your Saviour because you're not a Christian; you're an unbeliever. Not an unbeliever, but you're--you're not a Christian. Will you now accept Him, knowing that you're standing in His Presence? You now accept Him as Saviour? Come here.
God, as this wondering child coming home tonight, this affliction laid here to bring her to the foot of the cross, and now, Lord, forgive her of every sin; heal her of the diseases of her body that she might be made well. May this blessing come on her, Father, and all sins remitted now, all habits gone. And may she be made completely whole as I bless her in Jesus Christ's Name. Amen.
Your sin forgiven you now, go rejoicing and being happy.
Believe with all your heart? Now, be reverent, please.

E-95 Sister, look here just a minute. You believe with all your heart? Well, your nervousness is gone now. You can go home. You feel quiet now, don't you? You're healed. Jesus has made you well.
Mother, would you like to get over that old diabetes so you can really live right again and feel good? You believe Jesus is going to heal you? If I lay my hands on you and ask, will--will you get it? 'Course you see this eczema, or breaking out, but that... The main thing, hidden thing, is the diabetes.
Lord Jesus, grant the request of our sister in Jesus Christ's Name. Amen.
Have faith now. Go, believing with all your heart and you shall get what you ask for.

E-96 Come, brother. You believe me? The cross that you have hanging on you, the crucifix of the Lord Jesus hangs exactly where your trouble is: your stomach. Now, go eat what you want to.
Lady's trouble of weakness, and you have diabetes also. You believe Jesus makes you well? God bless you. Then go and may the Lord Jesus bless you...?...
Your trouble's in your throat. The asthmatic condition causes you to cough. Can't lay down, have to set up like this. You believe He healed you?
Almighty God, grant the blessings to this girl in Jesus' Name. Amen.
You believe the kidney trouble and things left you when you setting there? God bless you...?... Believe it with all your heart.
Think you can quit taking insulin, and think the Lord has made you well? Go on your road rejoicing.

E-97 Heart trouble, nothing's hard for God, is it? He just heal all kinds of diseases. God bless you. Just go on your road rejoicing, being happy.
And you had the same thing. So just keep moving; God's made you well.
And He will make every person well in this building right now if you'll believe it. Will you believe it? Stand to your feet just a minute. "God is our Refuge and Strength, a very present Help in the time of trouble." The crises is on; the battle is on. Raise up your hands and touch the lifeline now and move home with it. In Jesus Christ's Name may you receive it.

Up

S'abonner aux nouvelles