La Foi d'Abraham (Le Fidèle Abraham)

Date: 59-0424A | La durée est de: 1 heure | La traduction: shp
pdf
San Jose, Californie, USA
E-1 Ça fait donc plaisir d’être encore ici cet après-midi pour–pour poursuivre notre petite étude. J’aurais simplement souhaité que nous ayons ceci pendant longtemps, un endroit où nous pourrions nous réunir et… Vous savez, il y a quelque chose à ce sujet que nous... Nous avons toujours dit quelque chose du genre: Nous allons plonger nos mains dans le pot de miel. Vous savez ce que c’est qu’un pot de miel.

(2) Cela me rappelle à un endroit ici il y a quelques années; on voit toujours des choses quand on n’a pas son appareil photo. Je faisais la pêche dans les montagnes dans... très loin dans le Nord du New Hampshire, qui est en quelque sorte la demeure des petites truites de rivière. Et je–j’aime les pêcher. Et j’avais amené là une petite tente à deux places; c’est à environ deux jours de marche, tout au sommet des montagnes, la grande demeure du cariacou; je venais de quitter une réunion, juste pour me détendre, pour essayer d’apaiser mes nerfs.

E-2 (3) Et ainsi, la veille, j’avais fait la pêche dans le ruisseau. Et il y avait là une belle fosse d’eau où, à ma connaissance, il y avait beaucoup de truites de rivière, et je... Mais je n’arrivais pas à manipuler ma ligne de pêche à cause des arbustes. Alors ce matin-là, je me suis dit: «J’irai en attraper deux ou trois pour mon petit déjeuner, et je vais prendre ma petite hache à main pour couper ces branches.»

(4) Et en revenant, j’avais mon poisson pour le petit déjeuner. Et en revenant, j’ai entendu un bruit. Et je suis arrivé près d’un petit tas d’arbustes et j’ai regardé, et une vieille mère ourse et ses deux petits étaient entrés dans ma tente. Il n’en restait pas grand-chose.

(5) Ils... Le problème, ce n’est pas ce qu’ils mangent; c’est ce qu’ils mettent en pièces simplement pour être... Ils... Il y avait là un tuyau de poêle où j’avais mis un petit poêle de berger. Il est monté dessus et sautillait juste pour entendre cela faire du bruit, vous savez, réduisant cela complètement en pièces.

E-3 (6) Et après, quand la vieille mère ourse m’a aperçu, elle s’est éloignée en courant et s’est adressée affectueusement à ses petits. Et l’un d’eux l’a directement suivie, mais l’autre petit est resté là. Et j’ai regardé tout autour, mon vieux fusil rouillé était là à l’intérieur, c’était un calibre vingt-deux. Et je... Eh bien, j’avais cette hache à main, mais je ne voulais pas laisser des orphelins dans les bois, vous savez, s’il fallait tuer la mère. Et–et cependant, je savais qu’elle pouvait vous griffer, vous savez, si vous vous aventuriez autour de ces petits. Alors, cela m’a mis en quelque sorte dans une situation difficile.

Alors je me suis mis de côté, et je me suis demandé: «Que... Pourquoi ce petit ami ne se déplace-t-il pas?» Et il ne se déplaçait pas. Et la mère a continué à s’adresser à lui affectueusement, mais il est resté assis là. Le petit gars avait le dos tourné vers moi, assis comme ceci simplement. Je me tenais là derrière. Et je me suis dit: «Eh bien, qu’est-ce qui l’intéresse tant?» Alors, j’ai fait un contour comme ceci jusqu’à un endroit où je pouvais observer et voir ce qu’il en était. Et...

E-4 (8) J’aime les crêpes. Combien aiment... Et j’emporte toujours un petit seau de mélasse, vous savez, un seau d’une bonne dimension; en effet, je suis–j’étais baptiste. Je ne les asperge pas; je les baptise. J’en déverse une bonne couche, vous savez.

(9) Et ce petit ami avait vidé mon seau de mélasse. Ils aiment... Il était couvert de mélasse. Je n’avais jamais vu pareil trempage de mélasse. Il ne savait pas comment la prendre dans le seau, alors il plongeait sa petite patte, puis léchait, comme cela, vous savez. Il léchait. J’ai dit: «Sors de là!» Et il s’est retourné et a regardé, et il avait de la mélasse dans les yeux. Il n’arrivait pas à ouvrir les yeux, vous savez. Il me regardait. Et il a finalement ouvert les yeux et m’a regardé, puis a continué à manger de la mélasse.

E-5 (10) Je me suis dit: «Cela me rappelle une réunion pentecôtiste à l’ancienne mode, les mains dans le seau de mélasse, manger simplement... Non pas la mélasse, mais le miel cette fois-ci. Simplement couvert de miel, vous savez, simplement... Sans condamnation, sans peur, rien à craindre. Dieu est là, eh bien, nous mangeons simplement du miel. On continue simplement à manger du miel.»

(11) Je ne l’ai pas dérangé. Chose étrange, après qu’il a trempé [sopped en anglais–N.D.T.] le... Je veux dire... Qu’êtes-vous... Que diriez-vous en terme exact? Frère Clibborn, où êtes-vous? C’est une expression du Kentucky: sopped [trempé en français–N.D.T.]. Mais de toute façon, après qu’il a vidé toute la mélasse du seau, il a couru là où se trouvaient sa mère et les autres, l’autre petit. Et ce qui est étrange, là, c’est qu’ils l’ont léché partout, mangeant le miel qu’il avait encore sur lui.

(12) Vous savez, quand nous participons à ces réunions, je... Vous y allez et d’autres peuvent lécher cela, n’est-ce pas, les expériences que vous faites. C’est vrai. Se plonger simplement dans le miel, oh, c’est merveilleux! J’aime cela, je ne me lasse jamais de cela.

E-6 (13) Eh bien, nous étions... parlions d’Abraham, de la foi d’Abraham. Et alors, aujourd’hui, j’aimerais lire le chapitre 22, verset 14, juste pour un texte, pour donner le contexte du sujet. Puis, je voudrais retourner au chapitre 17, là où nous nous sommes arrêtés hier, là où Dieu est apparu à Abraham sous le Nom du Dieu Tout-Puissant. Et maintenant, nous allons lire cette Ecriture.

Abraham donna à ce lieu le nom de Jéhovah-Jiré.

C’est pourquoi l’on dit aujourd’hui: A la montagne de l’Eternel...

E-7 (14) Maintenant, puisse-t-Il ajouter Ses bénédictions à la lecture de Sa Parole. Jéhovah-Jiré. Eh bien Jéhovah-Jiré veut dire: L’Eternel Se pourvoira d’un sacrifice.

(15) Eh bien, Dieu a ces Noms composés de la rédemption: Jéhovah-Jiré, Jéhovah-Rapha le Guérisseur, et ainsi de suite, Jéhovah notre Bouclier, Jéhovah notre Protection, et Jéhovah notre Paix, et... Et tous ces Noms ne peuvent être dissociés. C’est par cela qu’Il manifeste la–la nature de Jéhovah. C’est Sa nature: Jéhovah-Jiré, l’Eternel Se pourvoira d’un sacrifice; Jéhovah-Rapha, l’Eternel qui guérit toutes nos maladies.

(16) Or, s’Il n’est plus Jéhovah-Rapha, Il n’est plus non plus Jéhovah-Jiré. Et s’Il n’est pas Jéhovah-Jiré, alors il n’y a pas de sacrifice pour vous, et vous êtes dans vos péchés. Et s’Il est Jéhovah-Jiré, l’Eternel a pourvu à un sacrifice, Jésus-Christ, alors Il est aussi Jéhovah-Rapha, l’Eternel qui guérit. On ne peut pas... On ne peut pas dissocier la nature de Dieu, vous voyez, Ses Noms composés de la rédemption.

E-8 (17) Eh bien, hier soir nous avons essayé d’effleurer un peu pour avoir un fondement. Nous avons vu que–qu’Abraham était juste un homme ordinaire, et que Dieu avait promis que, par lui et sa postérité, Il bénirait toutes les nations. Bien, si vous comprenez cela, dites «amen».

(18) Dieu rencontra Abraham, Il l’appela par élection, et nous avons vu que nous aussi nous sommes appelés par élection. Dieu, par Sa prescience, connaissait à l’avance toute chose, et nos noms ont été écrits dans le Livre de Vie de l’Agneau avant la fondation du monde.

(19) Voici une question qui m’a été posée une fois, après que j’avais fait pareille déclaration: «Alors, à quoi sert-il de prêcher l’Evangile?» Cela en fait partie.

E-9 (20) Jésus a expliqué cela quand Il a dit: «Un pêcheur alla au lac et y jeta un filet.» Et quand il a capturé un grand nombre et a ramené cela, eh bien, il y avait des poissons, et toutes les autres espèces: des araignées, des tortues d’eau douce, des grenouilles, et tout. Eh bien, ça, c’est le pêcheur. C’est... Je suis un pêcheur. Ceux-ci sont des pêcheurs. Ils font la pêche dans tous les coins du lac. Je viens jeter mon filet avec eux pour pêcher dans ce coin. Je tire. Tout ce que le filet de l’Evangile a capturé, je le tire. Certains sont des poissons. D’autres sont des tortues. D’autres sont des serpents. D’autres sont des grenouilles. D’autres sont des écrevisses. D’autres sont des araignées.

(21) Je vais donner une petite illustration. Pour commencer, vous savez, la vieille tortue sort la tête de sa carapace et dit: «Hum! Je n’ai pas aimé cette vieille sainteté, de toute façon.» Elle rampe, elle rampe, elle rampe, elle retourne tout droit dans la boue. C’est ainsi qu’elle agira. Pourtant, elle était venue à l’autel; elle a été capturée dans le filet de l’Evangile.

E-10 (22) Voici madame l’araignée. Elle a regardé tout autour et dit: «Hum! On ne peut pas jouer au bridge; on doit être différent, s’habiller différemment, se comporter différemment!» Flop, flop, flop, elle retourne tout droit dans l’eau. Vous voyez? Qu’était-ce? C’était une araignée pour commencer, une tortue pour commencer, et un poisson pour commencer.

(23) Or, dans ce lac, il y a beaucoup de poissons qui vont former le Corps de Christ. Et c’est pourquoi mes réunions n’ont pas beaucoup de succès en Amérique. Le Corps est presque complet. L’Amérique est un territoire consumé. Il y a eu des Oral Roberts, des Billy Graham, des Jack Schuller, des A. A. Allen, toutes sortes de seines qui ont fait le ratissage partout au point que tout a été pratiquement pêché à la seine.

(24) C’est déjà fini pour cette génération, en Amérique. L’Eglise est scellée, attendant l’heure de la Venue du Seigneur. Voyez-vous? Et c’est pratiquement fini pour nous. C’est le tour des autres champs missionnaires. J’ai passé neuf soirées là à Porto Rico; l’autre jour juste avant de venir ici, à Porto Rico, on a enregistré 40.000 cas de nouvelles naissances lors d’une série de réunions de neuf soirées. Eh bien, il me faudrait, pour y arriver, faire le ratissage de l’Amérique pendant 6 ans. Et presque eux tous seraient des gens qui, de toute façon, sont déjà venus une fois à l’église et qui sont repartis.

E-11 (25) Je pense que c’était un grand homme, peut-être T. L. Osborn, ou quelqu’un d’autre, qui a dit une fois que personne n’a le droit d’entendre l’Evangile deux fois alors qu’un autre ne L’a même pas entendu une seule fois. Et c’est vrai. Mais, vous voyez, le peuple américain a de l’argent. Les autres n’en ont pas.

(26) Je suis pauvre. Je n’ai pas de fonds. Et j’avance. Je n’ai jamais prélevé une offrande de toute ma vie, jamais, si ce n’est ce que les gens m’envoient volontairement. Alors je prends cela et je réunis cela, ce que je peux, et ensuite, dès que j’en ai économisé assez, je pars tout droit chez les païens pour prêcher l’Evangile avec cela, ainsi... J’aurai à répondre pour vos dîmes, vous qui me les donnez.

E-12 (27) Et puis, monsieur Roberts, frère Oral Roberts, nous le connaissons tous, un grand homme, il ne peut pas rester ici et tenir... Je pense que ses dépenses s’élèvent à environ 10.000 par jour. Et je ne sais pas à combien s’élèvent celles des autres. J’ai appris que Billy Graham, des fois quand il a une émission télévisée, il dépense 25.000 par minute. Vous savez à combien s’élèvent mes dépenses à moi? Cent cinquante par jour.

(28) Je parlais, il y a quelques minutes, à frère Morris, un vieil ami qui est là au fond. Il a dit: «Si jamais vous passez par ici, arrêtez-vous à mon église.» Il a dit: «Elle est trop petite pour un homme comme vous; elle a une capacité de 600 personnes.»

(29) J’ai dit: «Je viens de terminer un réveil dans une église qui en comptait 20.» Vingt, vous voyez? Je garde cela humble, de sorte que je puisse aller où le Seigneur me conduit, où que ce soit. Vous voyez? Eh bien, je ne critique pas ces autres frères. Ils ont des télévisions et tout. Dieu les utilise par cela. Vous voyez? Mais quant à moi, j’aimerais être frère Branham, vous voyez, petit. Et puis, je peux aller partout où le Seigneur me conduit. Argent ou pas, cela ne change rien, j’y vais de toute façon. Vous voyez? Et si le Seigneur veut que j’aille outre-mer, pour commencer, vous savez, un très grand événement arrive. «Eh bien, c’est quoi tout ça?» Et le Seigneur dira: «Je t’appelle pour aller en Inde, Je t’appelle pour aller ici et là.» Avec ça, je pars aussi vite que possible.

(30) Et c’est comme ça que je veux vivre. Je ne veux pas du tout être grand; je veux être honnête, juste honnête avec les gens, car il me faudra les rencontrer tous une fois de plus au Jugement.

E-13 (31) Eh bien, c’est Dieu qui nous a appelés. «Nul ne peut venir à moi, si mon Père ne l’attire premièrement.» Ce n’est donc pas l’homme qui cherche Dieu; c’est Dieu qui cherche l’homme. Et ainsi, nous sommes... Nos noms sont écrits dans le Livre, dit la Bible, depuis la fondation du monde. Le Saint-Esprit est ici à leur recherche, pour les faire entrer.

(32) Bien. Ainsi, l’alliance ne fut pas seulement faite avec Abraham, mais avec sa postérité après lui. Eh bien, pas ses postérités, puisqu’il avait à peu près 8 fils, en plus d’Isaac, 9 fils. En effet, il eut Ismaël, et puis, je pense qu’il eut 7 fils de sa femme, l’autre femme, après la mort de Sara. Ainsi, vous voyez, il ne s’agissait pas de ses postérités, mais de sa postérité, celle qui avait été promise. C’était Isaac, celui dont nous parlons. C’est par Isaac que Christ est venu, c’est par Christ que l’Evangile est venu à chaque créature. Et nous sommes...

E-14 (33) Etant en Christ, nous sommes la semence d’Abraham, et nous sommes héritiers selon la promesse qu’Il a donnée à Abraham. Chaque promesse qu’Il a faite à Abraham, Il l’a faite à sa postérité après lui. Et nous sommes la postérité d’Abraham par Christ.

(34) Ensuite, nous voyons que Dieu a confirmé cette alliance. Et nous avons vu comment Il a fait cela. Non pas à un groupe de gens, mais par un seul Homme, en ôtant la vie d’un seul Homme, en Le tuant au Calvaire; et c’était Son propre Fils. Nous allons y arriver dans peu de temps. Il a ôté Sa vie et L’a donnée à l’Eglise, l’Esprit qui était sur Lui, et Il a amené le corps en haut, à Sa droite, comme sacrifice sanglant devant Lui. Il est assis là, intercédant pour tout ce pour quoi Christ est mort. Comment pouvait-Il Le rejeter? Le Sang de Son propre Fils est juste là comme un mémorial pour montrer que le prix du péché et de la maladie a été payé. C’est tout.

E-15 (35) Vous voyez, c’est–c’est le diable qui essaie de vous effrayer, de vous bluffer. Et les gens ont reçu un enseignement tellement contraire à ceci que l’esprit américain est vraiment embrouillé (excusez-moi pour cette expression), qu’ils ne savent quoi croire. L’un dit une chose, l’autre dit une autre. C’est la meilleure chose que le diable a faite pour son camp, mettre les gens dans la confusion. Revenez à la Bible.

(36) Si un ange vient auprès de quelqu’un et dit quelque chose qui n’est pas écrit dans les Ecritures, ne croyez pas cela. Tout doit venir directement des Ecritures. C’est vrai.

(37) Nous avons tout dans ce pays. Nous le savons. Nous ne sommes pas des juges. Mais cela doit venir de la Bible.

(38) Joseph Smith a rencontré un ange. Je n’en doute pas du tout. Mais quand il s’est éloigné de la Bible, c’est là que j’ai laissé tomber cela. Vous voyez, juste là où il abandonne la Bible.

E-16 (39) Dieu ne fera rien qui soit contraire à ce qu’Il a déjà écrit. Il doit S’en tenir à Sa Parole. C’est vrai. C’est la raison pour laquelle je crois cela de cette façon. Il doit tenir Sa Parole (vous voyez?), car Il est Dieu. Et Il tiendra Sa Parole. Et tout véritable ange témoignera que c’est la vérité.

E-17 (40) Dans l’Ancien Testament, il y avait deux ou trois moyens de s’assurer qu’un message était vrai ou non. Le premier, c’était par le prophète. L’autre, par le songe. Et puis, comment procédaient-ils pour en obtenir la confirmation? Il y avait sur le poteau du temple, ce qu’on appelait l’Urim Thummim. On croit qu’il s’agissait de neuf pierres, ou plutôt de dix pierres sur le pectoral d’Aaron. Et quand...

(41) Vous voyez, Dieu a toujours agi de façon surnaturelle, car Il est surnaturel. Et comment les gens peuvent-ils se dire chrétiens et ne pas croire au surnaturel? Comment pouvez-vous vous empêcher de croire aux miracles, puisque... Eh bien, la terre même sur lequel vous vous tenez est une Parole de Dieu. Dieu l’a prononcée et elle s’est matérialisée. S’il n’en est pas ainsi, où l’a-t-Il eue? Vous voyez? C’est la Parole de Dieu rendue manifeste. Tout ce que vous voyez, c’est la Parole de Dieu rendue manifeste.

E-18 (42) Ainsi, quand les gens venaient à ce temple, quand un songeur avait eu un songe, cela pouvait sembler très bien. Ou un prophète qui prophétisait, cela pouvait sembler très bien. Mais on les amenait devant l’Urim Thummim. Alors, ils racontaient ce songe ou cette prophétie. Et si ce faisceau de lumières (les dix différentes pierres formaient un faisceau de lumières) brillait comme un arc-en-ciel, le surnaturel, pour montrer que Dieu avait agréé la chose, alors le songe ou la prophétie était vrai. Dans le cas contraire, peu importe combien cela semblait correct, Dieu avait rejeté cela.

(43) Or, quand le sacerdoce d’Aaron a cessé, l’Urim Thummim a disparu avec lui. Mais nous avons un nouvel Urim Thummim; c’est la Bible de Dieu. Si le faiseur de songes fait un songe, ou si un prophète prophétise, et que cela n’est pas conforme à la Parole de Dieu, oubliez cela. Dieu n’est pas là-dedans. Mais si Dieu ramène cela et démontre cela par Sa Parole, alors c’est la Parole parlée de Dieu, confirmant ce qu’Il avait dit comme étant la vérité.

E-19 (44) Eh bien, Abraham a cru en Dieu. Il... Et cela lui fut imputé à justice.

(45) Je sais que j’ai ici des amis baptistes. Mais, récemment, il y avait un brave frère baptiste, un très brave frère, un véritable chrétien. Il a dit: «Frère Billy, j’aimerais vous dire quelque chose.» Il a dit... ou plutôt «vous poser une question». Il a dit: «Comment reçoit-on ce baptême du Saint-Esprit?»

J’ai dit: «C’est une promesse de Dieu.»

Il a dit: «Ne pensez-vous pas que c’était seulement pour les disciples?»

(46) J’ai dit: «Non, monsieur. Non. Paul a continué à parler et à leur ordonner jusqu’au... disciple après disciple, chez Corneille, et tout du long.»

Et il a dit: «Eh bien, comment le reçoit-on? Pensez-vous qu’on le reçoit de la manière que le disaient les pentecôtistes?»

J’ai dit: «On le reçoit par une promesse de Dieu.»

Et il a dit: «Eh bien, on reçoit le Saint-Esprit dès qu’on a cru.»

(47) J’ai dit: «Paul était en désaccord avec vous dans Actes 19, quand il a rencontré un groupe de baptistes et qu’il a demandé: ‘Avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?’ Depuis que vous avez cru.» Et cela balaye la chose. J’ai dit: «Voyez-vous, le premier baptiste a été éliminé là.» Et j’ai dit: «Ne soyez pas éliminé au même endroit.»

E-20 (48) Bien, voyez-vous, avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru? Ces gens étaient… avaient même le vrai salut. Ils criaient, ils avaient là une réunion formidable avec Apollos, ce grand prédicateur baptiste, un homme de loi converti. Il démontrait par la Parole que Jésus était le Christ; et on se réjouissait, on passait des moments glorieux et grande était leur joie. Et Paul a dit: «Mais, avez-vous reçu le Saint-Esprit depuis que vous avez cru?»

(49) Alors le prédicateur m’a dit, il a dit: «Frère Branham, Abraham crut Dieu et cela lui fut imputé à justice. Qu’est-ce qu’un homme peut faire d’autre que de croire en Dieu?»

J’ai dit: «C’est tout ce qu’il peut faire.»

Il a dit: «Alors, quand je crois en Dieu et que je Le reçois, ne pensez-vous pas que cela m’est imputé à justice?»

(50) J’ai dit: «C’est vrai. Abraham rec-... crut Dieu et cela lui fut compté à justice. C’est vrai. Mais Dieu lui a donné le sceau de la circoncision comme confirmation de sa foi. Et si vous n’avez pas encore reçu le Saint-Esprit, Dieu ne vous a pas encore circoncis et Il ne vous a pas encore donné une confirmation de votre foi. Vous croyez sans fermeté. Mais quand vous abandonnez réellement tout votre être, Dieu vous remplit du Saint-Esprit comme confirmation que vous croyez vraiment en Lui.» J’ai dit: «Croyez tout l’Evangile, et Dieu vous remplira du Saint-Esprit.» Et c’est vrai, assurément.

E-21 (51) Vous pouvez alors comprendre, puisque le Saint-Esprit est en vous. Chaque fois que la Bible dit: «Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement», un bon intellectuel qui veut être bien vu, dira: «Non.»

(52) «Jésus-Christ est le grand Guérisseur. Allez par tout le monde; voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru.» L’incrédule secoue la tête, mais si le Saint-Esprit est en vous, Il dira: «Amen, amen.» Il s’accordera toujours avec la Parole. L’Esprit et la Parole doivent s’accorder.

(53) Ainsi donc, la raison pour laquelle les enfants d’Abraham croient ces choses, c’est parce qu’ils sont la Parole de Dieu, et c’est Dieu en eux qui confirme Sa propre Parole. Amen. Eh bien, si vous pouvez recevoir cela, ce n’est pas du lait écrémé. Cela vous aidera, cela vous donnera des vitamines, des vitamines spirituelles.

E-22 (54) Remarquez. Nous voyons là qu’Abraham a dit: «Maintenant, je suis un vieil homme, j’ai 100 ans, et Sara en a 90. Que vais-je faire?»

(55) Dieu a dit: «Je suis El Shaddaï. Je suis la Poitrine. Je suis le Dieu qui porte des seins. Viens simplement, repose-toi sur Moi et tire ta force.»

«Comment vais-je le faire?» En recevant Sa Parole.

Bien. Ensuite, nous voyons après cela, que Lot qui était à Sodome allait être tué. Et Abraham...

(56) Vous savez, c’est un peu étrange, mais des fois ceux qui essaient vraiment de vivre correctement ont des modes de vie les plus durs. C’est pourquoi je n’arrive pas à comprendre que les chrétiens veuillent que tout soit chic et que tout soit raffiné. J’en ai vraiment marre de ce tas d’évangile à la Hollywood. J’aime un réveil à l’ancienne mode, envoyé de Dieu, qui–qui purifie réellement. Des petits bonshommes qui vont ici et là, et vous savez ce que je veux dire. Je–j’aime une vraie religion des bois, à l’ancienne mode, envoyée de Dieu, du Saint-Esprit, qui tue le péché, qui purifie réellement l’homme et fait de lui une personne changée.

(57) Eh bien, cela semble très dur, mais cela vous sauvera. Cela ne vous blanchit pas, cela vous rend blanc. Il y a donc une grande différence, quand on blanchit quelque chose, on le recouvre juste d’une couche.

E-23 (58) Bien. Mais voici ce dont nous avons besoin: un bon nettoyage complet; tout du long, à partir de la chaire jusqu’au concierge, dans l’Eglise du Dieu vivant. Nous avons regardé trop la télévision, trop d’émissions, trop de choses fantaisistes. Il nous faut nous éloigner de cela si jamais nous voulons arriver auprès de Dieu. Si...

(59) Savez-vous que c’est la nature de Satan? Je suis très loin de mon texte, mais... mon sujet. Mais dans le jardin... Observez. Quand les deux enfants étaient là, Caïn et Abel, cherchant à trouver grâce devant Dieu, chacun de ces deux garçons bâtit un autel. Tous deux offrirent un sacrifice. Tous deux adorèrent. Si aller à l’église, être membre de l’église, être religieux, offrir un sacrifice, prier, si c’est tout ce que Dieu exige, Il a été injuste en condamnant Caïn. C’est vrai. Mais, voyez-vous, Caïn avait entièrement embelli cela avec les lys des champs et partout sur son autel. On n’a pas besoin de mettre les lys sur l’autel, Dieu veut avoir des âmes sur l’autel. Voyez-vous? Et Abel n’avait pas très bien embelli le sien.

E-24 (60) Vous voyez, Caïn venait de son–son... de qui il était inspiré, son père, Satan. En effet, nous savons que c’est de Satan qu’il était inspiré. Il a été le premier meurtrier, le premier menteur, et il tua son frère, préfigurant exactement Judas Iscariot. De même que Judas tua Jésus à la croix, Caïn tua Abel à la croix de sacrifice. Exactement.

(61) Il y a des gens qui ne voient que trois croix à Golgotha. Il y en avait quatre. Il y en avait une pour le Fils de Dieu qui venait du ciel et retourna au ciel, amenant avec Lui le pécheur qui s’était repenti. Il y avait Judas Iscariot, le fils de la perdition qui venait de l’enfer, qui retournait accompagné de, amenant avec lui le pécheur qui ne s’était pas repenti. Et Judas pendait à un bois. Et Jésus était à un bois: «Maudit soit celui qui est pendu au bois.» C’est vrai. Voyez?

E-25 (62) Ainsi, tout ce magnifique et beau truc vient du diable. C’est tout à fait vrai. Satan cherchait à avoir un royaume plus éclatant que celui de Micaël. Et c’est la raison pour laquelle il établit son royaume dans le Nord, et ainsi de suite. Vous voyez, vous devez vous éloigner de cela. L’Amérique est absorbée par ce genre de truc. Vous voyez, ne regardez pas à cela.

(63) Mais Abel est venu avec une petite corde, peut-être une liane de la vigne (je ne pense pas qu’il y ait eu de chanvre en ce temps-là) enroulée au cou d’un petit i-...–agneau, et il l’a étendu sur l’autel, a repoussé sa petite tête vers l’arrière, et a pris une pierre (je ne pense pas qu’il y avait des lances) et a coupé son petit cou comme cela et le sang a giclé, et l’animal a bêlé et crié, et il était couvert de sang comme cela. Mais Dieu a dit: «C’est ça. C’est ça.»

(64) Qu’est-ce que cela représentait? L’Agneau de Dieu suspendu là et Ses cheveux ensanglantées retombant sur Ses épaules, Il parlait dans d’autres langues alors qu’Il mourait: «Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?» C’est ce que ça représentait. Avec justice, son... cet Esprit de révélation.

E-26 (65) La Bible dit: «Dans les derniers jours, les gens seront emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, déloyaux, calomniateurs, intempérants, ennemis des gens de bien.» Vous dites qu’il s’agit des communistes. Ce sont les soi-disant chrétiens. Observez le verset suivant. «Ayant l’apparence de la piété mais reniant ce qui en fait la force. Eloigne-toi de ces hommes-là. Car il en est parmi eux qui vont dans toutes sortes de clubs et autres de l’église, qui conduisent des femmes d’un esprit faible et borné, chargées de péché, agitées par des passions de toute espèce, et ne pouvant jamais arriver à la connaissance de la vérité.» Vous y êtes. «De même que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, de même ces hommes s’opposent à la vérité.» Voyez-vous là? «Mais leur folie sera manifeste.» Et le moment est arrivé où l’ennemi est venu comme un fleuve et le Saint-Esprit élève un étendard contre cela pour appeler Son peuple à la justice et à la sainteté, et à revenir à la Bible. Amen.

E-27 (66) Bien. Abraham se tenait donc un jour dans sa tente; Sara était là dans la tente avec lui; tous les élus étaient dans la tente. Lot était là à Sodome, assis à la porte.

(67) Puis un jour, Abraham leva les yeux, et voici venir trois hommes. Et Abraham avait quelque chose qui faisait qu’il savait qu’il y avait... que ces hommes étaient un peu différents des hommes ordinaires. Il y a, d’une façon ou d’une autre...

(68) Vous savez, un franc-maçon reconnaît un autre quand il lui parle. Et différentes loges se reconnaissent par différents signes. Il en est de même pour le chrétien. Il y a quelque chose qui fait que quand vous parlez à un homme, et que vous sentez cet Esprit doux et gentil, vous reconnaissez qu’il est votre frère. Il a quelque chose.

E-28 (69) Et Abraham a peut-être dit: «Bonsoir, Messieurs. Venez rester avec moi un instant. J’irai prendre un peu d’eau, pour Vous laver les pieds (Considérez cette humilité), pour Vous laver les pieds. Je Vous apporterai un morceau de pain, et ensuite Vous continuerez votre chemin avec joie; en effet, cela Vous fera du bien.»

Il a dit: «Vas-y, fais comme tu l’as dit.»

(70) Il va là et les installe tous à l’ombre de l’arbre, et–et le grand chêne, vous savez, et les chênes, les ombres sont très difficiles à trouver dans cette contrée. Eh bien, les habits de ces voyageurs étaient tout couverts de poussière, et la sueur coulait sur leur visage. Et Abraham alla chercher de l’eau. Et alors, Sara était dans la tente.

(71) Les femmes ne se comportaient pas comme celles d’aujourd’hui. Elles restaient pour ainsi dire derrière. Aujourd’hui, elles doivent s’amener jusqu’en face de leurs maris et pour dire: «Tais-toi. Je vais te dire quoi faire.» Vous voyez? Ainsi, ce–c’était différent à l’époque. Elles–elles ne connaissaient donc pas Hollywood. Ainsi donc...

E-29 (72) Ainsi donc, nous voyons qu’Abraham se faufila dans la tente, et il dit: «Apprête, Sara, pétris un peu de farine maintenant, et apprête cela. Fais donc des gâteaux là au feu immédiatement.» Et il courut vers le troupeau et chercha jusqu’à ce qu’il trouvât un petit veau gras, et il le fit apprêter. Il dit: «Fais frire ces côtes d’agneau (je veux dire, ces côtes de veau) très vite, et apprête-les.» Et il alla et apporta le pain et tout devant eux, puis s’assit. Et je pense qu’il est allé prendre le vieux chasse-mouche, vous savez, et il se mit à chasser les mouches.

(73) Combien savent ce qu’est un chasse-mouche? Je suis sûr qu’il y a des gens du Kentucky quelque part ici. Nous n’avions pas du tout de contre-portes jusque tout récemment. Le vieux chasse-mouche, vous savez, quand on était à table. Le dimanche, quand les gens venaient... quelqu’un venait dîner à la maison, moi et mon petit frère, nous nous tenions sur une chaise, chacun à un bout de la table, tenant un vieux chasse-mouche, l’agitant d’un côté à l’autre comme ceci. Nous n’avions plus de journaux, nous devions arracher une–une branche de noyer, là, vous savez, un vieil érable, pour chasser les mouches et... Et puis, lorsque maman faisait le barattage, et vous savez comment–comment cela se passe.

E-30 Abraham, se tenant là avec un chasse-mouche, dit: «Eh bien, je pense que vous êtes en voyage, Frères.»

«Oui, nous voyageons.»

«Je vois. C’est comme si Vous venez d’un pays étranger. Vous êtes des étrangers par ici. Nous ne Vous avons jamais vus par ici.»

«Oui, je pense que nous le sommes.» Voyez?

(74) Et qui étaient-ils? C’était Dieu Lui-même avec deux Anges, Dieu Lui-même avec deux Anges sous la forme humaine.

Comme je l’ai souvent dit... Quelqu’un a dit: «Vous n’allez pas dire que vous croyez cela, Bill?»

«Si. Bien sûr que je crois. Dieu... Il...»

(75) Eh bien, de quoi sommes-nous formés? De seize éléments de la terre: de la lumière cosmique, et–et de pétrole, de potasse, et de calcium. Dieu a simplement étendu la main et a pris une poignée de chaque élément, Il a fait: «Pfff!» [Frère Branham souffle.–N.D.E.] et est entré directement dedans. Il a dit: «Viens ici, Gabriel. Pfff! Entre ici. Micaël, nous allons descendre voir ce qui se passe à Sodome; beaucoup de prières sont montées ici, Je voudrais voir ce qui se passe.» Et Il est allé là.

E-31 (76) Il était certainement Dieu. Ne laissez pas cela vous bloquer, car Abraham L’avait appelé Seigneur, Elohim, Dieu Tout-Puissant. Certainement. Abraham devait le savoir; il Lui parlait face à face.

(77) Il s’est alors assis là. Et cet Homme avait Son dos tourné à la tente. Maintenant, rappelez-vous, il n’avait jamais été par-là, jamais vu... Il était totalement inconnu. Et après qu’il eut fini de manger, eh bien, Abraham s’apprêtait à lui poser une question aussitôt après. «Où vas-Tu? Que fais-Tu?» Comme il chassait les mouches, attendant, vous savez, un peu, vous savez.

(78) Et puis tout d’un coup, vous savez, l’Un d’eux a dit … Il avait son dos tourné à la tente. Il a dit: «Où est Sara, ta femme?» Dites donc, comment a-t-Il su qu’il était marié, et comment a-t-Il su que sa femme s’appelait Sara? Maintenant, suivez. Il parle à l’Eglise élue. L’église formaliste était cependant là à Sodome. Mais l’Eglise élue était hors de Sodome. Et de même tout chrétien né de nouveau est hors de Sodome. Le moment est proche. Nous voyons la destruction planer partout.

E-32 (79) Eh bien, rappelez-vous, cet Ange n’est pas allé là à Sodome. Sodome n’aurait pas cru ce message. Mais Il a parlé à ceux qui étaient ici, qui croyaient au surnaturel (Abraham et son groupe) loin–loin du feu, qui n’allaient pas être détruits. Nous ne pouvons pas passer par le jugement. Si nous sommes... y passons, Dieu sera injuste en faisant cela, car Christ a été jugé à notre place. Nous ne sommes pas sous le jugement. Il a été jugé à notre place. Voyez? Nous sommes libres de tout jugement. «Il ne vient point en jugement ou plutôt à la condamnation, mais il est passé de la mort à la vie.» C’est correct, Saint Jean 5.24. Pensez-y, comme une poignée et deux douzaines d’oeufs. Voyez? Saint Jean 5.24: «Celui qui écoute mes paroles et qui croit (non pas fait semblant de croire), mais croit à celui qui m’a envoyé, a (temps présent) la Vie Eternelle et il ne viendra point en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie.» C’est Sa propre Parole. Il doit en être ainsi.

E-33 (80) Bien, remarquez ce qui arrive maintenant. Les anges se trouvent là, et ils se tiennent là, Dieu et deux anges, et Il dit: «Où est Sara, ta femme?»

(81) Et Abraham a dit: «Elle est dans la tente.» Eh bien, voyez les Ecritures, afin de–d’être sûr maintenant. Bien, les Ecritures n’ont pas été écrites de façon que les sages Les comprennent. Les Ecritures ont été écrites... Vous devez lire entre les lignes pour comprendre les Ecritures. Maintenant, rappelez-vous, Jésus a remercié le Père de ce qu’Il a écrit Cela ainsi, de ce qu’Il a caché Cela aux yeux des sages et des intelligents, et Il a révélé Cela aux enfants qui veulent apprendre. Voyez?

(82) C’est comme ma femme. Nous nous aimons tellement que ma femme m’écrit une lettre, je suis en voyage outre-mer, et je reçois cela. Elle dit: «Cher Billy, je suis assise ici ce soir avec les enfants. Je pense beaucoup à toi, et ainsi de suite», et elle continue de parler. Eh bien, c’est ce qu’elle dit. Mais puisque je l’aime tant, je connais sa nature, je sais... je peux lire entre ces lignes et comprendre exactement ce qu’elle veut dire.

(83) Eh bien, quand vous aimez tant Dieu, vous pouvez lire Sa Parole entre les lignes, et l’Esprit d’amour, le Saint-Esprit, va vous l’interpréter. Voyez? Maintenant, gardez cela à l’esprit. Voyez?

E-34 (84) Eh bien, nous voyons qu’Abraham a dit: «Elle est dans la tente.» Et la Bible a donc mentionné cela, que l’Homme avait Son dos tourné à la tente. Et elle était à l’intérieur de la tente, derrière Lui. Et Il posait toutes ces questions. Et Abraham a dit: «Elle est dans la tente, derrière Toi.»

(85) Et Il a dit: «Eh bien, Abraham, Je vais te visiter quand son terme sera là (vous comprenez ce que je veux dire, les 28 jours) et tu auras cet enfant que Je t’ai promis, que tu as attendu. Je t’ai dit que J’étais El Shaddaï, et tu t’es reposé sur la promesse, et maintenant, Je vais confirmer pour toi cette promesse.» Dieu fait toujours cela. Et–et il a dit: «Tu vas avoir cet enfant comme promis.»

E-35 (86) Et Sara, à l’intérieur, non pas à haute voix, mais la Bible dit que c’était en elle-même qu’elle a dit: «Une vieille femme de cent ans comme moi, avoir du plaisir avec mon seigneur Abraham...» Elle l’aimait.

(87) Eh bien, vous femmes, vous devriez aimer vos maris comme cela, car c’est ce que dit la Bible. C’est vrai. Au point qu’elle l’appelait son seigneur. C’était s-e-i-g-n-e-u-r, minuscule. Bien. Et quand ils–elle a fait cela...

(88) Si vous faites cela, voyez, quand vous... si vous aimez ainsi vos maris, et que vous, vous honorez et aimez votre femme, les tribunaux de divorce n’auront pas de travail. C’est ce qu’on devrait faire, car ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare point.

E-36 (89) Eh bien, nous voyons qu’elle sourit un peu en elle-même. Et cet Ange, ayant Son dos tourné à la tente, a dit: «Pourquoi Sara a-t-elle ri?» Voyez-vous ce signe?

(90) Je peux me représenter Abraham disant: «Oui, un étranger, qui l’a appelée par son nom, qui a su que j’étais marié, et qui a su qu’elle a ri derrière.» Ha, j’imagine que les choses avaient changé.

(91) Rappelez-vous, c’était juste quelques heures avant que Sodome ne soit brûlée. Cette même chose est arrivée à peu près deux ans et demi avant qu’Israël ne soit rejeté, et les autres, les Samaritains dont nous parlons tant. Ce signe est le dernier signe à l’Eglise.

E-37 (92) Eh bien, Jésus a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome...» Eh bien, rappelez-vous, deux prédicateurs, un Billy Graham moderne et un O-... quelqu’un d’autre, disons n’importe quel grand évangéliste, Oral Roberts ou l’un d’eux, sont descendus à Sodome et y ont prêché. Eh bien, ils étaient de grands prédicateurs, car ils y ont effectivement accompli un signe, un miracle, mais pas ce signe-là. Voyez? Ils sont descendus à Sodome, ils ont prêché un message d’avertissement selon lequel les gens feraient mieux de sortir de là, car Dieu allait la détruire.

(93) Et aujourd’hui qui fait mieux à ce sujet que Billy Graham et ce groupe de gens? J’ai de la considération pour Billy Graham, un grand homme de Dieu. Il a son ministère. Je vois certains qui disent: «Eh bien, il ne croit pas à la guérison divine.» Observez. C’est Dieu qui accomplit cette oeuvre. Ce n’est pas nous. Dieu sait... Si Billy Graham acceptait la guérison divine, ces églises le mettraient aussitôt dehors. Et Dieu le garde là dans ce but, afin que tous soient coupables devant Dieu, puisque vous en avez déjà entendu parler. Voyez? Billy accomplit un travail formidable. Au lieu de parler de lui, priez pour cet homme afin que Dieu continue à l’utiliser. Je l’aime.

(94) Voyez là en–en Australie, ce lieu impie, quand ils ont essayé de le chasser, et qu’ils l’ont hué, ils ont dit: «Rentre en Amérique; nous ne voulons plus de toi. Nous voulons Oral Roberts et les autres...» Ils ont mis des pancartes dans les rues. Cela l’a-t-il arrêté? Il n’était pas du genre à fuir. Il avait reçu de Dieu une commission. Il est resté bien là. Et il avait un oeil, noir tout autour comme cela, et on lui avait pratiquement assené un coup, et il était malade, et tout. Mais il s’y est accroché jusqu’à ce que Dieu ait atteint le but de son voyage là-bas. Vous devez avoir de l’admiration pour un homme comme lui. Ça, oui. Evidemment.

E-38 (95) Deux évangélistes puissants sont descendus à Sodome et y ont prêché l’Evangile. Et juste quelques personnes sortirent: Lot, sa femme et ses–deux de ses enfants sortirent.

(96) Observez ce dernier signe qu’Il a accompli. Eh bien, immédiatement après, c’était la destruction. Nous nous dépêchons maintenant; il ne nous reste que quinze minutes. Je vais faire pénétrer tout de suite cette partie en vous. Eh bien, observez. C’était ce dernier signe qui avait été donné à Sodome. Et Jésus a dit: «Ce qui arriva du temps de Sodome arrivera de même à la venue du Fils de l’homme.»

(97) Maintenant, observez. Puis immédiatement après cela, Abraham... Quelque chose arriva à Abraham et à Sara. Je sais que vous serez en désaccord avec ceci, ou certains d’entre vous. Mais je–j’aimerais arrêter cela avant que vous ne soyez en désaccord. J’aimerais que vous compreniez que la Bible dit qu’ils étaient tous deux très avancés en âge. Eh bien, Abraham...

E-39 (98) Faisons une illustration. Eh bien, si la Bible dit qu’ils étaient très avancés en âge, non pas avancés, mais très fort avancés en âge, vieux... Abraham est vieux; il a cent ans, la barbe pendant comme ceci, et probablement chauve au sommet de la tête, et la moustache pendante avec une petite canne à la main comme cela, et–et Sara, une petite grand-mère, avec un petit bonnet sur la tête comme cela, les cheveux gris, voûtée, et un petit châle enroulé comme ceci, une petite grand-mère. Et pourtant, ils allaient avoir un enfant.

(99) Comme cela semblait ridicule! Mais, voyez-vous, Dieu aime faire ces choses, juste pour confondre cette bande de «je-sais-tout». Voyez? C’est ainsi qu’Il le fait.

E-40 (100) Eh bien, Dieu a fait quelque chose. Maintenant, il me faudra de nouveau lire avec vous entre les lignes, alors pensez-y. Savez-vous ce que Dieu a fait? Ce qu’Il a fait pour Abraham et Sara, Il le fera désormais pour la semence d’Abraham. Il a montré en ce moment-là même ce qu’Il va faire pour nous.

(101) Observez ce qu’Il a fait. Maintenant, tout homme, toute femme devra dire que Dieu a dû accomplir un miracle, puisqu’Abraham avait vécu avec Sara depuis qu’elle était jeune fille. Elle était sa demi-soeur. Et il avait vécu avec elle, probablement depuis qu’elle était une belle jeune fille d’environ 18 ans. Il l’a peut-être épousée. Il était de dix ans plus âgé qu’elle. Et il l’a peut-être épousée quand elle avait environ 16 ou 18 ans, et il avait vécu avec elle comme mari. Et maintenant, ça fait 40 ans depuis qu’elle a atteint la ménopause.

(102) Oh! nous savons donc que Dieu a dû premièrement accomplir un miracle pour la rendre féconde; en effet, on avait dit que son sein était pratiquement mort, et que le corps d’Abraham était pratiquement mort. Mais lui n’a pas regardé à cela. Il n’a pas tenu compte de cela.

E-41 (103) Eh bien, pourquoi tenez-vous alors compte de votre maladie de coeur? Pourquoi tenez-vous compte des autres maladies? Si Dieu a fait la promesse, Dieu tient la promesse. Ne regardez pas du tout à cela. Vous dites: «Eh bien, mon bras ne va pas mieux qu’hier.» Ne regardez même pas à cela, pas du tout. Dieu a promis de vous guérir, attendez à tout moment que cela s’étende. Certainement. J’ai vu cela arriver tant de fois.

(104) J’aimerais m’arrêter un moment ici, même si je dépasse l’heure de cinq minutes. C’est... J’ai reçu des femmes venant de la réunion. Et elles étaient sur l’estrade, et le Seigneur avait dit à l’une qui avait une énorme grosseur au cou, et Il lui a dit qui elle était et tout à ce sujet; disant: «AINSI DIT LE SEIGNEUR, vous êtes guérie.» Elle a quitté l’estrade, elle a dit qu’elle croyait cela. La suivante est arrivée, elle avait de sérieux maux d’estomac; Il a dit: «AINSI DIT LE SEIGNEUR, Il vous a guérie. Continuez votre chemin, vous réjouissant.»

(105) Eh bien, la dame qui avait des maux d’estomac est partie; elle s’est dit: «Je vais vraiment me procurer quelque chose à manger, car, je crève pratiquement de faim.» Elle avait des ulcères à l’estomac. Elle a essayé de manger; elle a vomi.

(106) Des jours se sont écoulés. Et alors sa famille a dit: «Tu jettes l’opprobre sur la cause de Christ.» Non, ce n’est pas le cas. Ils ont dit: «Tu dis que Dieu t’a guérie, alors que tu n’es pas guérie.»

Elle a dit: «Je témoigne ce que Dieu m’a dit et m’a confirmé.» C’est vrai.

E-42 (107) Quel–quel est... Quel est votre témoignage? Que faites-vous lorsque vous–lorsque vous rendez témoignage? Que faites-vous lorsque vous témoignez? Vous dites la même chose. Vous parlez comme si vous étiez dans un tribunal, et que vous disiez: «J’ai vu telle et telle chose.» Vous devez le dire de la même façon. Quand je dis: «Je suis guéri», je veux dire que je témoigne exactement de ce que Dieu a dit: «C’est par Ses meurtrissures que j’ai été guéri.» Vous ne mentez pas.

(108) Et ainsi, elle a continué. Et un matin, a-t-elle dit, environ six semaines après... Eh bien, tout le monde se moquait d’elle dans le proche voisinage. Et tout le monde à l’église a dit: «Vous feriez mieux d’oublier cela, bien-aimée, puisque vous jetez l’opprobre.» Ça, c’est le langage du diable. Certainement. Si, croyez cela, accrochez-vous-y. Si vous ne croyez pas cela, n’en dites rien. Mais si vous croyez cela, rien ne pourra l’ôter de vous, puisque vous croyez cela. C’est déjà enfoncé, et c’est devenu un arbre, une vie pour vous.

E-43 (109) Puis, elle a dit qu’un matin son mari était parti au travail, et les enfants étaient partis au travail, et elle était debout, faisant la vaisselle, en train de pleurer. Elle a dit que quelque chose s’est produite. C’était comme si une sensation très froide l’avait parcourue. Elle a eu très faim. Alors elle a pris une petite bouchée d’avoine de l’une des assiettes des enfants. Elle a dit qu’elle s’est dit: «Je vais vomir cela dans quelques minutes, mais j’avais tellement faim que je n’ai pas pu m’en empêcher.» Cela ne la dérangea pas; elle avait encore faim. Ensuite, vous savez, elle a mangé tout un bol. Cela ne l’a pas dérangée. Quelques minutes, elle s’est dit ...?... «C’est tellement bon, je pense que je peux simplement me frire un oeuf.» Alors quand elle s’est mise à frire l’oeuf, elle en a frit deux. Elle a pris des toasts beurrés, et une tasse de café, et elle a eu un jubilé gastronomique. Elle s’est simplement assise et a vraiment mangé. Et quand elle a tout mangé; elle s’est sentie si bien, ça ne faisait qu’une demi-heure. Elle a dit: «Eh bien, attendez, je crois que quelque chose s’est produit» Elle est allée çà et là pendant une demi-heure environ; elle s’est bien sentie. Elle a dit: «Je crois que je vais courir raconter à ma voisine ce qui est arrivé.»

E-44 (110) Elle est partie là, et elle a entendu tous les cris, et des cris incessants comme elle n’en avait jamais... Elle a dit que c’était vers, oh, 9 heures ce matin-là, et quelqu’un criait. Elle a couru et s’est dit que quelque chose était arrivé. Et elle a dit: «Oh ma chère, je dois te le dire, je viens de prendre de l’avoine, et j’ai pris du pain, et j’ai pris... j’ai pris des oeufs, j’ai vraiment passé de bons moments. Et mon estomac ne fait pas du tout mal.»

(111) Elle a dit: «Ma chère, tu n’en sais pas le quart.» Elle a dit: «Je me suis réveillée ce matin, j’ai secoué tous les draps et tout. Cette grosseur a disparu de mon cou. Je n’en ai aucune trace, nulle part.»

(112) Qu’était-ce? Voyez-vous, l’Ange du Seigneur l’avait déclaré. Il est passé dans le voisinage, confirmer ce qu’Il avait promis. Des fois, Dieu ne répond pas immédiatement.

E-45 (113) Daniel a prié, et l’Ange a été retenu 21 jours, je pense, avant qu’Il ne vienne vers lui. Et le prince des Mèdes et des Perses, ou quelque chose de ce genre, ou des Syriens, L’a retenu jusqu’à ce qu’Il en ait fini avec sa... la prière de Daniel.

Ainsi, quand vous croyez quelque chose, les symptômes n’ont rien à voir là-dedans.

E-46 (114) C’était pareil pour Sara et Abraham... Eh bien, nous voyons que Dieu a dû la rendre féconde, et Il a dû faire quelque chose à Abraham pour ramener la vie à son corps mort, afin qu’il puisse avoir des enfants. Ainsi donc, s’Il a donc fait cela à Sara, alors Il...

(115) Autre chose qu’Il est obligé de faire... En ce temps-là, il n’y avait pas de mamans qui fumaient la cigarette, qui–qui devaient élever leurs biberons, ou plutôt leurs bébés en leur donnant le biberon, Il n’y en avait pas. Elles élevaient donc leurs bébés de façon naturelle, en les nourrissant au sein. Et ainsi, s’Il a fait cela, Il a dû–Il a dû créer des veines galactogènes dans ses seins pour le lait, parce qu’il n’y aurait pas eu moyen que le–le bébé tète. Eh bien, s’Il le fait, étant une femme de cent ans, elle est trop vieille pour entrer en travail pour ce bébé; Il a dû fortifier son coeur.

(116) Eh bien, Dieu ne rafistole rien, Il a simplement formé une nouvelle femme. Eh bien, observez et voyez s’Il ne l’a pas fait.

E-47 (117) Le lendemain matin, Abraham a dit, il a levé les yeux et a dit: «Sara, ma chérie, tes yeux redeviennent noirs. Ta chevelure, les cheveux gris disparaissent.»

(118) «Abraham, mon chéri, cette bosse que tu avais à l’épaule, tu redeviens droit.» Qu’était-ce? Il les a changés de nouveau en un jeune homme et en une jeune femme, comme Il va le faire à tous les enfants d’Abraham, à la semence d’Abraham à Sa Venue. Toute vieillesse et tout, toute trace de péché sera ôtée, quand nous ressusciterons. Nous ne vieillirons plus. Toutes les choses anciennes disparaîtront complètement, et nous paraîtrons de nouvelles créatures à...

E-48 Il y a quelque temps, je–j’ai posé une question à un médecin: «Dites-moi, comment mon corps est-il venu de la terre?»

Il a dit: «La nourriture que vous prenez se transforme en cellules de sang. Les cellules de sang forment le corps.»

(119) J’ai dit: «J’aimerais vous poser une question. Je mange la même nourriture que je mangeais quand j’avais seize ans. Chaque fois que je mangeais, je devenais plus fort et plus grand. Je mange le même type de nourriture: du pain, des pommes de terre, de la viande, et tout. Et plus je mange, plus je vieillis et me ratatine. Si je déverse de l’eau d’un récipient dans un verre, et qu’il se remplit bien, lorsqu’il est à moitié plein, plus j’en déverse, plus vite cela diminue. Expliquez-le-moi scientifiquement.» C’est impossible. Il n’y a pas de réponse.

(120) C’est la Bible de Dieu qui a la réponse; il s’agit d’un rendez-vous. Dieu vous a attrapé juste à vingt-deux ans, exactement au moment où vous étiez au mieux de votre forme; Il a dit: «Ah, te voilà! Viens, mort, mais tu ne peux le prendre qu’avec Mon autorisation.» C’est vrai.

E-49 (121) Eh bien, quand nous ressusciterons, nous serons alors au mieux de notre forme. Voyez, c’est ça la photo que Dieu avait prise. Nous grandissons continuellement en prenant de la nourriture. Eh bien, maintenant, si cela marchait selon la science, nous aurions continué à devenir plus grand, plus grand, plus grand, plus fort, plus fort, plus fort comme cela; il n’y aurait pas de fin à cela. Mais, voyez, il y a une fin, en effet, Dieu en a fixé la limite pour un homme et une femme.

(122) Et Dieu n’est pas un Dieu... Ce n’est pas le Sears and Roebuck ou le Harmony House [chaîne de magasins d’articles en série–N.D.T.]. Dieu est un Dieu de variétés. Il crée de grandes montagnes et de petites montagnes, de grands arbres et de petits arbres, et... Il crée des déserts et Il crée des montagnes; Il crée des océans, et Il est un Dieu de variétés. Si ici vous avez des cheveux roux, ici-bas, vous ressusciterez avec des cheveux roux. Si vous avez des cheveux noirs, vous ressusciterez avec des cheveux noirs. Mettez en terre la semence d’une fleur rouge, elle donnera une fleur rouge. Et tout le christianisme n’est pas basé sur la réincarnation, mais il est basé sur la résurrection; la même semence qui est tombée revient encore. Alléluia! Amen!

E-50 (123) «Hé! dit-on, laissez tomber cette lettre par terre et prenez celle-ci à la place»; ça, c’est le remplacement. La résurrection c’est ramener la même personne. Ce même Jésus qui est mort est ressuscité. Alléluia!

(124) L’autre jour, pendant que je peignais ces deux ou trois cheveux qui me restent, ma femme m’a dit, elle a dit: «Billy, tu es presque chauve, chéri.»

J’ai dit: «Mais je n’en ai pas perdu un seul.»

Elle a dit: «Dis-moi où ils sont, je te prie.»

(125) J’ai dit: «Toi, dis-moi où ils étaient avant que je les aie. Ils étaient quelque part, une substance, puis ils sont venus à l’existence. Et où qu’ils aient été avant que je les aie, ils sont là attendant que j’aille vers eux.» Alléluia! Et voilà! Pourquoi? Je suis un fils d’Abraham en étant en Christ. Amen! Certainement. Je serai de nouveau ressuscité. Ce petit William Branham qui était brave et fort, qui se tenait sur le ring de boxe et qui a gagné quinze combats professionnels, qui s’imaginait être un grand homme. Mais la mort a rabaissé la crête, vous voyez. Dieu m’a fait dépérir. Mais un jour, je redeviendrai ce même homme.

E-51 (126) De quoi suis-je fait? De pétrole, de potasse, de calcium. Mon corps reposait dans la terre avant qu’il n’y ait quoi que ce soit sur la terre. Lorsque Dieu... Lorsque le Saint-Esprit est allé devant Dieu pour couver la terre comme une... «Couver» signifie «roucouler comme une colombe ou une mère poule». Lorsqu’il n’y avait que des éruptions volcaniques, lorsque Dieu a approché cette vieille étoile du soleil, et a formé la potasse et le calcium, Il était comme un grand entrepreneur disposant le bois pour construire une maison. Il... Nous étions alors ici. Nos corps étaient sur la terre en ce temps-là même. Alléluia!

(127) Je sais que vous dites que je suis … Vous allez me traiter de saint exalté de toute façon, vous feriez donc mieux de commencer tout de suite. C’est vrai. Cela fera de vous un saint exalté. Amen.

E-52 (128) Quand je pense que j’étais dans la pensée de Dieu! Quand Il créa la terre, Il créa mon corps là. Sinon, d’où est-il venu? Fiou! Amen. Certainement.

(129) Et Il a envoyé le Saint-Esprit pour couver la terre. Celui-ci s’est mis à roucouler. Et soudain un peu de potasse et un peu de calcium se sont rassemblés, et un petit lis de pâque a redressé la tête, et Il a dit: «Ça, c’est beau. Continue simplement de roucouler.» De la terre sont sortis des oiseaux, des arbres, des animaux, et ainsi de suite. Enfin est apparu l’homme, à l’image de Dieu. Oui. Puis l’homme a péché. Cela a engendré les relations sexuelles que nous avons maintenant.

(130) Mais Dieu continue d’utiliser Son matériau, et Il ressuscitera cela au dernier jour. Dieu ne peut pas être vaincu. Son objectif est parfait, tout aussi certain que vous êtes né de nouveau.

E-53 (131) Eh bien, si ce Saint-Esprit a fait de moi ce que je suis sans que je n’aie fait de choix, à combien plus forte raison est-Il capable de me ressusciter quand je fais mon choix par ce même Esprit qui roucoule au-dessus de moi, en disant: «Je suis l’Eternel qui pardonne toutes tes iniquités, Je suis Celui qui veut venir vivre en toi.»

«Moi, Seigneur?»

(132) «Oui, toi. Je t’appelle. Je t’ai appelé avant la fondation du monde. Maintenant, tu es... Je veux entrer en toi et te ressusciter au dernier jour, et te donner la Vie Eternelle.»

«D’accord, Seigneur, viens.»

(133) Alors le Saint-Esprit entre. «N’attristez pas le Saint-Esprit par lequel vous avez été scellé jusqu’au jour de votre rédemption.» Amen. Ephésiens 4.30. De quoi avez-vous peur? Les enfants d’Abraham vont quelque part...

E-54 (134) Dieu a ramené Sara à une jeune femme, Il a ramené Abraham à un jeune homme. Après cela ils ont fait un voyage, et ils sont allés tout droit au pays des Philistins, jusqu’à Guérar. Mesurez cela sur votre carte et voyez combien c’est loin. Environ 300 miles [482,7 km–N.D.T.]. Un trop long voyage pour une grand-mère et un grand-père.

(135) Et puis, ce qui intrigue, c’est que, lorsqu’ils sont arrivés là, Abimélec, ce jeune roi, était à la recherche d’un amour. Toutes ces jolies filles par-là, les filles des Philistins, étaient belles. Lorsqu’il a vu la petite grand-mère Sara arriver, il a dit: «Voilà celle que j’attendais. C’est elle.» Il tomba amoureux d’elle. Cela se trouve entre les lignes. C’est ce qu’il en est. Il est tombé amoureux. Et Abraham dit qu’elle était belle à voir, la grand-mère, belle à voir. Dieu l’avait changée et l’avait restaurée, parce qu’elle allait avoir cet enfant; Il avait promis; il a fait cela à Abraham aussi. Je vais démontrer cela. Abraham était pratiquement mort, mais il a vécu 45 ans après cela, avant la mort de Sara, et puis après cela, il a épousé une autre femme et il a eu 7 fils, sans compter les filles. Amen.

(136) Les Ecritures ne rejettent pas ...?... et s’en tint à cela. C’est une confusion dans notre esprit embrouillé. Dieu sait ce qu’Il fait. Soyez amoureux de Lui. Je sais que je me comporte en insensé, mais je–je–je me sens bien. Voyez? Lorsque j’y pense, je ne peux m’empêcher de me réjouir.

E-55 (137) Dieu a ramené Sara et Abraham à un jeune homme et une jeune femme. Il fera de même à toute la semence d’Abraham, en les rajeunissant encore. Alors qu’ils sortiront de la poussière de la terre, pas de vieux délabrés aux cheveux gris, mais des jeunes dans la splendeur même de la santé. Ils resteront toujours ainsi aux siècles des siècles sans flétrir. Le péché sera détruit. Il n’y aura pas de serpent dans ce jardin d’Eden. Il aura été détruit pour toujours.

(138) Observez. Tout sera renouvelé. C’est le glorieux dessein de Dieu. Il ne peut pas être vaincu, car Il est Dieu.

E-56 Quelqu’un a dit: «Eh bien, s’Il est si grand, pourquoi a-t-Il laissé venir le péché?»

(139) Ecoutez. Ecoutez donc attentivement. Qui est plus grand, le pécheur ou le Sauveur? Eh bien, c’est le Sauveur, s’Il est capable de sauver du péché. Qui est plus grand, la maladie ou le Guérisseur? Qui a existé avant? Eh bien, le Guérisseur, évidemment. Pourquoi a-t-Il permis cela? Dieu... S’Il... Dieu... Le Sauveur, c’est un attribut de Dieu. S’il n’y avait jamais eu de péché, Sa manifestation en tant que Sauveur n’aurait jamais eu lieu. S’il n’y avait jamais... Il est un Guérisseur; c’est ça la nature de Dieu. Et s’Il n’avait pas permis la maladie, jamais on... jamais Il ne serait un Guérisseur. Puisqu’Il a permis à la maladie et–et au péché de venir, cela fait de Lui un Sauveur et un Guérisseur. Mais Son dessein s’accomplit exactement tel qu’Il l’avait promis. Il doit en être ainsi pour les enfants d’Abraham, ceux qui ont la promesse.

E-57 (140) Maintenant, ils sont revenus. Et quelques mois... Quelques mois après, on voit que Sara était enceinte, et elle a donné naissance au petit Isaac. Oh! Abraham l’a circoncis le huitième jour. Et quand il fut sevré, il a offert un grand sacrifice et tout. Maintenant, rapidement à mon sujet.

(141) Observez. Lorsqu’il eut environ 12, 14 ans, oh, il devait être un gentil petit Juif. Je peux me représenter sa longue petite chevelure qui pendait et quelque peu ondulée, sur son visage, et ses petits yeux bruns. Il a dû être un très gentil petit garçon, obéissant au possible à son père et à sa mère. Et sa belle jeune mère le portait, elle l’aimait et lui parlait. Et son père pouvait le porter sur les épaules et jouer avec lui et tout. Oh, c’était merveilleux d’avoir ce petit garçon.

(142) Puis le Seigneur dit à Abraham: «Je veux que tu l’emmènes à une certaine montagne que Je te montrerai, et Je veux que tu l’offres là comme holocauste.» Là... Que faisait Dieu? Il montrait à ce pays aujourd’hui, à vous, qu’Il est Dieu... Et qu’Il tiendra Sa Parole.

E-58 (143) Eh bien, Il a dit à Abraham: «Je vais prendre cet enfant qui t’a été promis, et Je vais bénir toutes les nations par lui.» Eh bien, comment va-t-Il faire cela s’Il tue l’enfant? Abraham, spirituel, le même Esprit qui est en vous si vous êtes la semence d’Abraham... La foi qui était en Abraham est en vous.

(144) Il a dit: «Je ne comprends pas ça, ô Dieu.» En d’autres termes dans son coeur il a dit ceci: «Je ne comprends pas ce que Tu vas faire, mais je l’ai reçu comme venant des morts. Tu es capable de le ressusciter.» Amen. Là, vous voyez ce qui arrive.

E-59 (145) Puis, le lendemain matin, Abraham [se dit]: «Nous n’allons pas dire à maman où–où nous allons maintenant. Nous ne lui dirons rien à ce sujet. En effet, vous savez, le coeur de maman se fendrait à cause de l’enfant. Et elle susciterait une violente petite discussion à ce sujet.» Ainsi, Abraham dit: «Nous ne dirons simplement rien à ce sujet.» Alors il sortit et prit les mulets, il prit sa hache et coupa du bois.

(146) Combien n’ont jamais coupé du bois? Je prenais une vieille hache à double tranchant le matin, et je coupais du bois pour le petit déjeuner, de vieux arbres verts et tout, et le vieux sassafras éclatait quand il brûlait, vous savez.

(147) Et il avait un sac plein de bois qu’il posa sur le petit âne, et il prit deux serviteurs. Et ils firent un voyage de trois jours.

E-60 (148) Eh bien, avant que je ne sois appelé à ce ministère, je faisais la patrouille d’une ligne–ligne à haute tension. Et chaque jour je devais parcourir 30 miles [48,27 km–N.D.T.] à pied dans la jungle. Et les gens aujourd’hui ont des véhicules. Les gens en ce temps-là faisaient le pied.

(149) Il a donc fait un voyage de trois jours. Disons qu’il faisait 30 miles à pied par jour. Ou disons que s’il a fait 25 miles [40,225 km–N.D.T.] à pied par jour... il était jeune à l’époque, bien sûr, il le pouvait encore, il avait rajeuni, il pouvait parcourir cela. Disons qu’ils ont fait 25 miles [40,225 km–N.D.T.]; cela l’a amené à 75 miles [120,675 km–N.D.T.] dans les montagnes, loin de la civilisation. Puis, il a levé les yeux et a vu au loin les montagnes que l’Eternel lui avait montrées lorsqu’Il lui avait parlé dans une vision, lui montrant ce qu’il devait faire. Et il a effectué encore je ne sais quelle distance jusqu’à cette montagne.

E-61 (150) Bien, c’est ici que nous arrivons... Nous sommes–nous sommes au chapitre 22 maintenant. Observez. Il a dit à ces garçons, ces serviteurs, il a dit: «Restez ici avec le mulet. Le jeune homme et moi, nous allons là-bas adorer, puis nous reviendrons.» «Le jeune homme et moi, nous allons là-bas adorer. Je vais le tuer là sur la montagne comme Dieu me l’a dit, mais nous reviendrons.» Comment va-t-Il faire cela? Ça, ce n’est pas son problème. Son problème, c’est d’obéir à Dieu.

(151) Le médecin m’a dit que j’allais mourir. Mais Dieu a dit que vous pouvez vivre. Comment allons-nous faire cela? Je ne sais pas. Ce n’est pas notre problème. Recevez simplement Sa Parole.

E-62 (152) «Le jeune homme et moi, nous reviendrons.» Alors il prit le–le, oh! le bois et le mit sur le dos d’Isaac. Le type parfait du Père avec le Fils, du Christ avec–avec Dieu. Il le posa sur son dos. Il gravit tout droit la colline, portant ce bois. Exactement comme Christ, des centaines d’années plus tard, portait une croix de bois, l’autel, là sur la montagne. Et quand il arriva là-haut, il alla ramasser toutes les pierres, peut-être les douze pierres, ou tout ce qu’il ramassa, et bâtit un autel. Il y posa le bois.

(153) Et le petit Isaac commença à devenir méfiant. Il dit: «Père...» C’est le premier mot que nous avons d’Isaac parlant dans les Ecritures, disant: «Père.» «Père, voici l’autel, voici le feu, voici le bois, mais où est l’agneau pour l’holocauste?»

(154) Abraham! Pouvez-vous vous imaginer ce qu’il a senti dans son coeur? Son unique fils, le fils de la promesse. Avec un petit gargouillement à la gorge, il se retourna et le regarda en face; pendant que le vieux visage ridé rencontrait le jeune visage, il dit: «Mon fils, Dieu pourvoira d’un agneau pour l’holocauste. Il n’a que quelques minutes pour faire cela.» Amen. Oh, ces fils et filles d’Abraham... «Dieu Se pourvoira Lui-même d’un Agneau pour l’holocauste.»

E-63 (155) Je peux voir le petit Isaac, comme Christ, obéissant jusqu’à la mort. Abraham étendit la main, prit la corde de dessous sa ceinture, vint et prit les mains du petit Isaac et les lia derrière lui. Isaac se rendit alors compte de ce qui se passait, mais il était obéissant. Il n’a pas protesté énergiquement, disant: «Eh bien, attends un instant ici, je ne suis qu’un enfant, je suis trop jeune pour être religieux», vous savez. «Il me–me faut encore faire du rock and roll. Il me–me faut faire ceci.» Oh! est-ce vrai? Il a ramené ses petites mains derrière, il lui a lié les pieds, il lui a lié les bras, il l’a posé sur l’autel.

«Avez-vous peur, Abraham?»

(156) «Pas du tout. Je sais en Qui j’ai cru, et je suis persuadé qu’Il est capable de garder ce que je lui ai confié jusqu’à ce jour-là.» Il a étendu la main ici et a fait sortir le couteau, il l’a aiguisé en quelques tours, pour s’assurer que c’était tranchant, que la lame était bien tranchante, il a levé les yeux vers le ciel, le ciel était bleu au possible. Le soleil du soir allait probablement se coucher... environ quinze heures lorsque Christ mourut. Il a saisi son petit visage et il a dégagé son visage, renvoyant en arrière les cheveux. Il s’est abaissé et l’a embrassé: «Mon fils, mon fils.» Il l’étend sur l’autel, saisit le couteau dans sa main, repousse ses cheveux vers l’arrière comme ceci et lève le couteau. Et presque au moment où il se mit à le faire descendre, quelque chose dit: «Abraham!» Le Saint-Esprit saisit sa main. «Abraham, arrête ta main.»

E-64 (157) Oh! fils et filles d’Abraham! Peu importe combien il fait sombre, le nombre de lignes de prières par lesquelles vous êtes passé, ce que ceci a été, et ce qu’ont été vos hauts et vos bas, prenez Dieu au mot et allez de l’avant. Il est Jéhovah-Jiré, l’Eternel Se pourvoira Lui-même d’un sacrifice.

(158) Croyez-vous cela? Croyez-vous que c’est la vérité? Jésus-Christ, le Sacrifice auquel Dieu a pourvu, le même hier, aujourd’hui et éternellement, Il est le Sacrifice éternel, perpétuel. Remerciez davantage Dieu, Il a déjà goûté à la mort une fois pour toutes. Et Il est l’Agneau de Dieu, le Sacrifice pourvu par Jéhovah pour toute la race humaine. Il n’a pas épargné Son propre Fils, mais Il a pris Sa vie, et Il L’a ressuscité, et a renvoyé l’Esprit qui était en Christ: «Ayez en vous les sentiments qui était en Christ.» Et ne traitez pas ces dons de télépathie mentale ou de bonne aventure. Vous voyez? Que l’Esprit de Christ, l’Esprit qui était en Christ soit en vous. Dieu a pourvu à un sacrifice. Prions.


Наверх

Up

S'abonner aux nouvelles