Картинка цитаты

Les églises d'aujourd'hui ont pourtant changé par rapport à ce qu'on était à l'époque de la Pentecôte. Oh! Combien de changements elles ont opérés depuis ce jour-là!
Aujourd'hui, c'est comme si les églises se réunissent pour adorer... j'ai horreur de le dire, mais il me semble que les églises se réunissent aujourd'hui pour honorer un mort. Les gens entrent dans un bâtiment et ils chantent "Mon Dieu plus près de Toi", et c'est une espèce de lenteur comme à une morgue, ça produit un bruit ennuyant. Eh bien, ils - ils s'approchent de vous et disent : "Bon, récitons maintenant le Credo des apôtres. Répétons tel Credo que le docteur Untel de telle et telle..." Oh! la la! C'est comme si on était triste pour cela. Et la moitié d'entre eux reste à la maison pour regarder la télévision au lieu de venir à l'église le dimanche. C'est vrai. Mort, juste - juste un cadavre ambulant. Un cadavre qui prêche donc, un cadavre qui cherche à parler d'un cadavre qui a vécu autrefois, et qui a vécu dans une tombe, il y a bien des années, un cadavre. Et ce n'est qu'un cadavre, un cadavre et un cadavre.

Ils vont adorer un Christ qui est mort il y a dix-neuf cents ans. C'est pratiquement la condition exacte des églises aujourd'hui, cherchant à adorer un mort au lieu d'acclamer un Vainqueur. Amen. Gloire à Dieu. Je suis heureux d'être pentecôtiste de coeur, pas par dénomination, non non, effacez mon nom de ça. Mais l'expérience... Nous ne venons pas adorer un mort. Nous acclamons un Vainqueur qui a vaincu la mort, le séjour des morts, la tombe et la maladie, chaque démon, toute incrédulité; Il a vaincu cela.

Eh bien, pouvez-vous vous imaginer une équipe de base-ball ou de basket-ball de cette école-ci sortir et remporter la victoire sur l'équipe adverse et revenir, pouvez-vous vous imaginer les gens se tenir debout là, par exemple, leur chantant une sorte de petit cantique du genre "Mon Dieu plus près de Toi"? Eh bien, on déploierait des drapeaux, on les acclamerait en faisant... Comment était-ce au retour de Napoléon? Qu'en était-il de Staline, quand ils sont entrés en Allemagne et qu'ils ont tiré des coups de fusil et exécuté les... Allem-... ou plutôt le - le salut, et ont croisé leurs jambes pour exécuter le salut russe? Qu'en était-il quand nos garçons sont rentrés au pays après leur victoire? Les sifflets ont retenti, les gens se sont déchaînés, ils ont tiré des coups de feu; ils ont crié; ils ont fait sonner les cloches. Pourquoi? Nous avions vaincu notre ennemi. Gloire!

Mais aujourd'hui, vous avez l'impression d'être dans une sorte de morgue; on entre dans une église et les gens disent : "Nous croyons en Dieu le Père Tout-Puissant." Je crois en Jésus-Christ ressuscité (amen), le Vainqueur de la mort, du séjour des morts et de la tombe. Je crois qu'Il est vivant, ce soir, et qu'Il est vivant parmi nous dans ce bâtiment, conformément à Sa promesse: "Là où deux ou trois sont assemblés en Mon Nom, Je serai au milieu d'eux." Oui, oui. Pas un service funèbre, mais acclamant le puissant Vainqueur.

William Branham, Prédication "Le Plus Grand Flash D'information De L'histoire (Venez, Croyez Et Allez)"
http://www.branham.fr/sermons/1811-The_Greatest_News_Flash_In_History?show=split

Up

S'abonner aux nouvelles